WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexion sur la prise en compte du changement climatique à  Rennes : eau, végétation & àŪlot de chaleur urbain


par Thibaut FILLIOL
Université de Strasbourg - Master 2 Géographie Environnementale 2016
  

précédent sommaire suivant

II. Agir sur le territoire, par l'intermédiaire d'un travail interdisciplinaire multi-acteurs

La réflexion autour de la thématique de l'adaptation au changement climatique a été amorcée au début de l'année 2016. Ce travail de mémoire vient donc se greffer sur les premières réunions de travail, ce qui le rend particulièrement intéressant.

Dans un même temps, les premières démarches liées au PCAET se mettent en place. Si le service « transition énergétique et écologique » s'occupe principalement du volet atténuation et des enjeux énergétiques au sein de ce nouveau plan climat, la partie adaptation est quant à elle rattachée et pilotée actuellement par le service « planification et études urbaines36 ». Pour des raisons évidentes, ce travail ne peut se faire exclusivement en interne, tant les compétences à mobiliser sont multiples.

50

36 Chaque chargé d'étude possède une « spécialité », dont une relative au climat et à l'énergie

C'est pourquoi, plusieurs services de Rennes Métropole, ainsi que des intervenants extérieurs (bureaux d'études et universitaires principalement) sont et seront amenés à être sollicités par ces réflexions. Ce travail interdisciplinaire est essentiel pour pouvoir appréhender les enjeux de l'adaptation au changement climatique de la manière la plus globale qui soit.

1. Deux champs d'investigation majeurs : l'espace public et l'espace privé

Les questions d'adaptation au changement climatique sont étroitement liées au domaine de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme. On distingue de ce fait deux champs majeurs d'investigations que porte la collectivité : le domaine privé et le domaine public. Les outils et les moyens mobilisés diffèrent selon ces deux domaines. L'action sur l'espace privé s'effectue essentiellement au travers de la partie réglementaire du PLU. Outre certaines impositions inscrites dans ce dernier, il peut y avoir en parallèle des « fiches conseils », par exemple sur l'organisation ou la disposition de la végétation, qui ne font pas office d'obligations, mais qui permettent d'aider et d'accompagner les communes dans leurs stratégies de végétalisation37. À côté de cela, l'espace public peut faire office de terrain d'expérimentations pour les collectivités, notamment dans la gestion des eaux pluviales, en testant de nouvelles techniques alternatives, de nouvelles dispositions de la végétation ou de nouvelles espèces végétales plus adaptées aux conditions climatiques futures.

1.1 Identification des acteurs

Comme évoqué précédemment, ce travail se fait en coopération avec une multitude d'acteurs qui proviennent d'horizons différents. La Figure 29 recense les interlocuteurs sollicités pour ce travail et qui proviennent des services de Rennes Métropole et de la ville de Rennes (certaines compétences ont basculé des communes vers la métropole depuis le changement de statut début 2015).

51

37 À noter que ce type de "guide" n'a pas encore été mis en place à Rennes

52

Figure 29 : Organigramme simplifié des services sollicités de Rennes Métropole et de la ville de Rennes

(Filliol, 2016)

La réflexion autour de la gestion de l'eau et de la végétation à Rennes est également issue d'une volonté de coopération avec la ville de Nantes et l'IFSTTAR38. Les recherches du laboratoire « Eau et Environnement », en association avec l'IRSTV39 et LaSIE40, visent à développer des connaissances sur la micro-climatologie urbaine dans le but d'établir des stratégies d'adaptation de la ville. Dans cette optique, l'IFSTTAR souhaite renforcer sa coopération avec les collectivités, notamment Rennes, pour continuer ses expérimentations. À côté de cela, il y une réelle volonté politique, à la fois sur le coefficient de biotope, porté par Daniel Guillotin, conseiller municipal délégué à l'écologie urbaine et sur les questions d'îlot de chaleur urbain, appuyé par Sébastien Sémeril, président de la commission « aménagement, urbanisme, architecture » et premier adjoint au Maire de Rennes. Les propositions des services techniques de la métropole et de la ville de Rennes sont donc attendues dans le cadre du PLUi et de la révision du PLU de la commune.

Avant d'aller plus loin dans cette collaboration avec Nantes, un recensement des études en cours a été établit sur le territoire rennais. Celui-ci a notamment pour objectif d'alimenter la culture commune des différents services étant reliées à ces thématiques. En effet, ceux-ci n'ont généralement pas la possibilité, souvent par manque de temps, de connaître avec précision les partenariats existants ou l'avancée des études entreprises par d'autres services travaillant sur des sujets qui se recroisent.

38 Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l'Aménagement et des Réseaux

39 Institut de Recherche en Sciences et Techniques de la Ville

40 Laboratoire des Sciences de l'Ingénieur pour l'Environnement

Hors, il se trouve que cet aspect est assez important, compte tenu du travail interdisciplinaire à mener sur le sujet, particulièrement entre la végétation et la gestion des eaux pluviales. Ce recensement permet également aux équipes de recherche Nantaises d'avoir connaissance de ce qui se fait à Rennes, en fonction des différentes thématiques. Les huit "fiches projets" qui en résultent, à consulter en Annexe 19, permettent de préciser les grands partenariats existants, les financements et autres informations concernant les études et collaborations en cours. Ces dernières balayent à la fois les thématiques liées à la végétation et à la gestion de l'eau et permettent d'avoir une idée des projets innovants sur cette thématique d'adaptation des villes. Pour ce travail d'inventaire, plusieurs interlocuteurs de Rennes Métropole et de la ville de Rennes ont été rencontrés : la « Direction des Jardins et de la Biodiversité », le service « Maîtrise d'oeuvre Espace Public et Infrastructures », ainsi que le service « Veille Marketing Territorial ».

Une « fiche contacts » plus générale a également été constituée, afin de recenser tous les acteurs (internes et externes) prenant part aux réflexions, dans le but de faciliter les prises de contact futures.

Après ce premier travail de « cadrage », il apparaît nécessaire de proposer une méthode pour réfléchir sur cette question d'adaptation et des thématiques rennaises plus précises qui y sont liées.

précédent sommaire suivant