WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexion sur la prise en compte du changement climatique à  Rennes : eau, végétation & àŪlot de chaleur urbain


par Thibaut FILLIOL
Université de Strasbourg - Master 2 Géographie Environnementale 2016
  

précédent sommaire suivant

Annexe 19 : Fiches projets des études menées sur le territoire rennais, en lien avec l'eau

et la végétation

Fiche projet n°1

Conseil Local de la Biodiversité (CLB)

Contacts

Interne : DJB54 - Laurence Roux Externe : non renseigné

Historique & création

> Idée proposée par les acteurs associatifs, basés à la Maison de la Consommation et de l'Environnement de Rennes (en écho à une expérience similaire à Nantes).

> Cette réflexion a fructifiée sous l'ancien mandat municipal et a demandé un an et demi de discussions.

> La création du CLB a été annoncée par la délibération n° 2015-0369, lors du Conseil Municipal du 7 septembre 2015.

> Il a ensuite été voté en Conseil Municipal en Décembre 2015 et est installé officiellement depuis la première quinzaine de Mars 2016.

La mairie de Rennes est la première municipalité de Bretagne à avoir décidé de mettre en place un
« Conseil Local de la Biodiversité », qui s'engagera sur le territoire de la ville.

Composition & partenariats : 3 collèges

> Associatif : Bretagne vivante, Ligue de Protection des Oiseaux, Ille et Vilaine Nature Environnement (Ivine), le Groupe Mammalogique Breton, la Maison de la Consommation et de l'environnement, etc.

> Scientifique : Universités Rennes 1 & 2, Agrocampus, INRA, Météo-France etc.

> Administratif & technique : ville de Rennes, Rennes Métropole, Conseil Départemental, Conseil Régional, etc.

3 7 à 8 membres par collège, soit environ 24 membres au total.

 
 

121

54 Direction des Jardins et de la Biodiversité

122

Objectifs

> Mutualisation des connaissances entre les acteurs scientifiques, associatifs et institutionnels (création d'un Atlas communal de la biodiversité).

> Partage de connaissances en matière de biodiversité pour le grand public.

> Actions de sensibilisation des habitants pour la préservation de la biodiversité en ville :

· 24h de la biodiversité (2016)

· Nuit de la chauve-souris, en coopération avec le groupe mammalogique de Bretagne (Août 2016)

· Création d'un label « Ligue de protection des oiseaux » pour les parcs de la ville

· Vulgarisation des concepts « Trame Verte » et « Trame Bleue »

Gouvernance

> Coprésidence : Ville de Rennes & Université (dans le cadre de l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Rennes55).

Pilotage

3 Animation du CLB assurée par la Direction des Jardins et de la Biodiversité de la Ville de Rennes.

> Création d'un Conseil Scientifique : composé d'une vingtaine de représentants des organismes de recherche ou d'étude, des associations naturalistes rennaises et des structures porteuses de la thématique de la biodiversité (expertise transversale). Trois à quatre réunions par an, avec comme vocation de donner des avis sur des projets rennais, pour de grands aménagements comme pour des secteurs plus restreints, sur la thématique de la biodiversité.

> Création de commissions thématiques (plus larges) : contribution à des sujets transversaux tels que la thématique Nature en Ville de Rennes 2030, la Trame Verte et Bleue du PLU, l'élaboration d'une charte de la biodiversité, d'une charte de l'arbre ou d'autres thèmes scientifiques transversaux.

> Création d'une commission technique : pilotage de l'élaboration de l'Atlas de la biodiversité communale et d'une base de données vivante, regroupant toutes les études disponibles sur le territoire rennais (études d'impact, études scientifiques, inventaires et suivis naturalistes).

55 OSUR

123

Moyens & financements

? Ville de Rennes :

? Budget annuel de fonctionnement : 5 000 € pour 2016

? Mise à disposition de salles de réunions (au niveau du futur domaine de la Longère du Parc Naturel Urbain des Prairies de Rennes (voir Fiche projet n°2))

? Attribution d'une bourse scientifique pour des projets de recherches innovants sur le territoire rennais, en liens avec les enjeux de la biodiversité urbaine.

124

Fiche projet n°2
Prairies Saint-Martin

Contacts

Interne : DJB - Laurence Roux

Externe : LETG56 Costel57 (Université Rennes 1) - Hervé Quénol

Maître d'ouvrage

> Ville de Rennes

Maître d'oeuvre

> Agence Base (société paysagiste) Travaux

> De 2016 à 2021. Les élus espèrent que les trois quarts des prairies auront été aménagées à cette date.

Coûts

> 26,16 millions d'euros TTC :

· 10 M€ pour les études et travaux (espaces publics)

· 3 M€ pour les démolitions

· M€ pour les études et travaux (constructions)

· 3 M€ pour les études et travaux (dépollution)

· 4 M€ pour les acquisitions (commerces)

Description du site et du projet

Les Prairies Saint-Martin sont un site naturel de 30 hectares, situé le long du canal de l'Ille-et-Rance, à deux pas de l'hyper-centre. Le site sera pensé comme une zone de loisirs.

Sur ces 30 ha de prairies, une partie des terres est polluée aux hydrocarbures et aux métaux lourds (dépollution nécessaire).

 

56 Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique

57 Climat et occupation du sol par télédétection

125

Ce projet, composé entre autres de prairies et de zones humides, devrait s'inscrire dans une grande diagonale verte, en progressant des quartiers de Maurepas et Patton jusqu'aux étangs d'Apigné, en passant par le Canal Saint-Martin et les rives de la Vilaine en centre-ville.

Participation citoyenne

Des jardins partagés, des prairies et des zones humides accueilleront les Rennais qui seront invités à participer à l'entretien des lieux (présence d'éco-pâturages).

Le but n'est pas de créer une réserve naturelle fermée, mais protégée, qui sera accessible par des chemins aménagés (Daniel Guillotin, conseiller municipal, délégué à l'écologie urbaine à Rennes).

Les espaces d'animation

Ils seront concentrés sur les berges du canal. On y trouvera un parvis (pétanque et palet), un kiosque, une placette et une terrasse devant la Longère, des gradins le long du chemin de halage et enfin une guinguette près des passerelles reliant les ZAC Plaisance et Armorique.

Biodiversité

> Une « couronne jardinée » sera constituée d'un arboretum, de vergers, d'un espace de cultures.

> La forêt galerie : elle marque la transition avec la zone naturelle. Une « artère » distribue des enclos pâturés, des « salons tortueux », une friche artistique...

> Les zones naturelles humides : il s'agit d'un espace plus sauvage. La prairie inondable nord, située sur l'espace décaissé de la ZI58 Trublet, permet de stocker les crues de l'Ille.

> Trois vaches highland cattle paîtront dans les prairies (race rustique, originaire d'Écosse, parfaitement adaptée aux zones marécageuses et d'ailleurs utilisée pour entretenir ce type de paysage).

> Un « chemin de l'eau » (cailloutis) : marque la limite de la zone inondable, avec un parcours pédagogique. Le parc central sera bordé d'une « île mellifère » (ruchers), de zones de pique-nique...

3 Mise en place de la Zone Atelier Armorique pour la recherche, la pédagogie et la valorisation du site. Approches multiples (biodiversité, climat, sols, sociologie, etc.) engagées par plusieurs organismes (CNRS, OSUR, Agro campus Ouest, ADEME).

Sources complémentaires : Ouest France ( http://www.ouest-france.fr/) & Rennes Métropole ( http://metropole.rennes.fr/)

58 Zone Industrielle

126

Fiche projet n°3

Rôle du végétal dans le stockage des polluants - Bioindicateurs59

Contacts

Interne : DJB - Laurence Roux Externe : non renseigné

2 Projets

1. Étude des capacités des végétaux à évacuer certains polluants (problématique de la pollution des friches urbaines) -* définition de bio-indicateurs pour ces friches urbaines polluées.

2. Étude sur l'adaptation des végétaux à la nature des sols -* élaboration de « kits » pour les aménageurs.

'3 Secteur d'expérimentations : projet des Prairies Saint-Martin

Coordination

> ADEME (Cécile Grand)

> Université de Rennes 1/CNRS-UMR Ecobio & Agrocampus Ouest (Pérès Guénola)

> BRGM60 (Jennifer Hellal)

> ESITPA61 - Biosol (Isabelle Gattin)

> INRA Versailles (Michaël Hedde)

> Université de Bordeaux (Marina Le Guedard, Jean-Jacques Bessoule)

Gestion et traitement des données

> ESITPA - LAMSAD (Salima Taïbi)

> INRA Versailles (Michaël Hedde)

> Université de Rennes 1/Ingénierie Durable (Laurence Rougé)

Gestion des sites ateliers

> Agro campus Ouest (Denis Piron, Lionel Berthier)

> Université de Besançon (Benjamin Pauget, Annette de Vaufleury)

> Université de Bordeaux (Marina Le Guedard, Jean-Jacques Bessoule)

> École des mines de Saint-Etienne (Olivier Faure)

> Elisol-Montpellier (Cécile Villenave)

59 Organisme qui renseigne sur l'état et le fonctionnement d'un écosystème (Blandin, 1986)

60 Bureau de Recherches Géologiques et Minières

61 École d'ingénieurs en agriculture

127

Fiche projet n°4

Réflexion sur la prise en compte du rôle de l'eau et de la végétation dans le
confort urbain, en lien avec le changement climatique

Hydrocity & économie circulaire

Contacts

Interne : DEEI - Sylvie GUIHENEUC Externe : Rennes Atalante - M. Pauly

Historique du projet

? À l'origine : volonté de Rennes Métropole de répondre avec ViaSilva à un appel à projet PIA (Programme d'Investissement d'Avenir) en 2009. L'objectif était de trouver des entreprises qui participent à la gestion ainsi qu'à la conception de la ville de façon plus vertueuse sur le plan environnemental.

? Travail de sensibilisation et d'identification des entreprises qui s'appuie sur Eco origin, le cluster des éco activités.

? 4 entreprises associées à la réflexion ont fait émerger le projet Hydrocity : SETUR, 3 autres non renseignées.

Dispositif

Appareillage de traitement des eaux grises et des eaux pluviales (recyclage), dans le but d'une réutilisation pour les besoins non-corporels et non-alimentaires.

(Pas de schéma à ce jour, pour des raisons de confidentialités)

Expérimentation de la technologie

Les promoteurs du projet ont testé sur leur logement mais ont besoin de tester à l'échelle de plusieurs logements « grandeur nature » (2-3 immeubles dans l'idéal). Ils souhaitent donc lancer une expérimentation.

? Processus interdit en France car il n'y a pas de garantie de contrôle du dispositif dans le temps (risque d'usage de l'eau recyclée à des fins alimentaires ou corporelles en cas d'intervention sur l'installation).

? En première approche, l'Agence Régionale de la Santé (ARS) refuse d'expérimenter le système car la Bretagne n'est pas une zone tendue en terme de ressource en eau et refuse de demander une dérogation auprès du Préfet (présentée et instruite par ARS).

128

> Proposition de l'ARS de solliciter le droit d'expérimentation auprès de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

Accompagnement du projet dans le cadre de Rennes-Lab

Sans autorisation des autorités sanitaires, l'expérimentation ne peut être lancée. Toutefois, si cette autorisation est obtenue, le projet pourra s'inscrire dans la démarche Rennes Lab'.

Le dispositif Rennes Lab'

> Une plate-forme d'ingénierie (aide au montage du projet) -* Rennes Atalante

> Un fond de financement établi en partenariat avec Rennes Métropole/St-Malo Agglomération, la caisse des dépôts, le crédit mutuel et ERDF : autofinancement à hauteur de 50% et avance remboursable à hauteur de 50%.

> Le territoire : support de l'expérimentation (par l'essai du dispositif).

Compétences nécessaires

> Pour mener l'expérimentation, il sera nécessaire de mobiliser les services de l'assainissement, de l'aménagement opérationnel, de l'habitat et de l'économie.

Confidentialité

> Pas de confidentialité sur le projet en lui-même, mais sur le processus de traitement de l'eau. NB : Projet en parallèle Blue-city (nom en cours d'évolution)

Financement par SETUR d'une thèse visant la modélisation de la gestion de l'eau en partenariat avec l'Université et la Ville de Rennes.

Économie circulaire : partenariat possible

Début de réflexion à Rennes avec des bureaux d'études sur cette thématique (pas de projet concret).

129

Fiche projet n°5

Réflexion sur la prise en compte du rôle de l'eau (et de la végétation) dans le
confort urbain, en lien avec le changement climatique

Infiltration des eaux pluviales + projet Cintré

Contacts

Interne : Service maîtrise d'oeuvre espace public et infrastructures - Alain Prenveille ; Unité études hydrauliques - Catherine Jegou.

Externe : Adjoint à l'urbanisme et à l'aménagement de Cintré - Pierre-Yves Boscher.

Pas de confirmation à ce jour sur le travail à effectuer (projet en « Stand-By »)

Projet - Cintré

Objectif -* Gérer durablement les eaux pluviales à Rennes Métropole : infiltrer ?

Opération pilote menée par Rennes Métropole : 6.8 ha pour 148 logements (études démarrées en 2006).

Gestion des eaux pluviales :

> A la parcelle : rétention de 4 m3 par parcelle, par infiltration, avec surverse vers le réseau public.

> Chaussée - réservoir publique, avec zones perméables

> Bassin de rétention en aval du projet

Réalisation : sur chaque parcelle, c'est l'aménageur qui a réalisé la zone d'infiltration.

Règlement de lotissement : adaptation des règles pluviales du projet parcelle par parcelle en fonction de la surface, de l'orientation.

Réflexion sur l'infiltration (PPT : 27-28 Janvier 2016)

Ce qui reste à faire au niveau de Rennes Métropole concernant cette thématique des eaux pluviales :

> Faire évoluer le zonage pluvial

> Réfléchir en termes de niveau de services

> Exploiter l'idée que le sous-sol rennais n'est pas totalement imperméable

> Trouver des solutions techniques : coefficient de pleine terre, toitures végétalisées, zonage

pluviale, etc.

130

> Éviter les renvois au réseau : infiltration, micro-rétention (idéal de 0 rejets).

> Objectifs sur l'infiltration : mesures compensatoires pour les aménagements publics.

Pour favoriser l'infiltration :

> De l'eau la moins polluée possible (éviter le ruissellement ou traitement)

> Être au niveau d'un sol qui ne présente pas de contre-indications (pentes naturelles, zones inondables, remblais, sols pollués, nappe haute (moins de 1 m de la surface)

-* Carte de contraintes à l'infiltration des eaux pluviales.

> Mesures de conductivités hydrauliques : Matsuo, Beerkan, méthodes statistiques.

> Levés de nappes : poses de piézomètres, recensement des piézomètres et modélisation de la nappe

-* Collaboration Agrocampus (groupe étudiant) Il reste encore des questions sur l'infiltration :

> Quel temps de retour : niveau de service

> Quelle marge de sécurité : dimensionnement > Quel temps de vidange des ouvrages

> Quelle technique : puits perdu, tranchée, etc.

Ambitions :

> Inclure des règles de rétention simples dans les annexes du PLU/PLUi > Proposer des solutions techniques, dont l'infiltration

> Augmenter les connaissances, tester, sensibiliser et inciter.

131

Fiche projet n°6

Réflexion sur la prise en compte du rôle de l'eau (et de la végétation) dans le
confort urbain, en lien avec le changement climatique

Études internes - Agrocampus

Contacts

Interne :

· Service maîtrise d'oeuvre espace public et infrastructures - Alain Prenveille

· Unité études hydrauliques - Catherine Jegou. Externe : Agrocampus Ouest - Zahra Thomas.

Projets

1. Cartographie des contraintes à l'infiltration des eaux pluviales

> Objectif : cartographie des contraintes à l'infiltration et de la perméabilité des sols > Partenariat : Agrocampus (contribution des étudiants)

o Création de couches SIG spécifiques pour les contraintes à l'infiltration : terres polluées, niveau de nappe, zones inondables, argiles gonflantes, pentes.

o Création de couches concernant les propriétés de sol.

précédent sommaire suivant