WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexion sur la prise en compte du changement climatique à  Rennes : eau, végétation & àŪlot de chaleur urbain


par Thibaut FILLIOL
Université de Strasbourg - Master 2 Géographie Environnementale 2016
  

précédent sommaire

Résumé - Abstract

L'évolution du climat et l'augmentation des températures ont permis de faire évoluer les mentalités au sein des collectivités, notamment concernant l'adaptation des villes. Le contexte réglementaire Rennais est d'ailleurs propice à la mise en place de nouvelles mesures pour mieux organiser le territoire en fonction de ses enjeux. La révision du PLU de Rennes, du PCAET et l'élaboration du premier PLUi de la métropole ont pour objectifs d'intégrer plus particulièrement cette notion d'adaptation. Celle-ci passe essentiellement par une meilleure gestion des eaux pluviales et une amélioration de la disposition de la végétation, qui devraient concourir à réduire l'impact de l'îlot de chaleur urbain. Si les moyens techniques sont d'ores et déjà en possession de la collectivité, il reste désormais à formuler une méthodologie efficace pour toucher à la fois le secteur public, mais aussi le domaine privé. C'est sur ce dernier aspect qu'est proposée une refonte des réglementations actuelles, au travers de la mise en place d'un premier coefficient de biotope. Ce dernier, s'il est validé par les élus de Rennes Métropole, pourra prendre une formulation plus ou moins restrictive, sous forme d'Orientations d'Aménagement et de Programmation (OAP) ou de règlement du Plan Local d'Urbanisme (PLU) et devra répondre à l'ensemble des critères proposés par la collectivité.

Mots-clés : adaptation, changement climatique, urbanisme, eau, espaces verts, coefficient de biotope.

Climate change and rising temperatures helped to change attitudes of local authorities, especially concerning the adaptation of cities. The regulatory environment of Rennes is also favourable to the implementation of new measures aiming to better organize the territory according to its stakes. The revision of the PLU of Rennes, of the PCAET and the development of the first PLUi of the metropolis are aimed specifically to integrate this notion of adaptation. This one passes essentially by a better management of rainwaters and an improvement of vegetation layout, which contribute to reduce the impact of the urban heat island. If the technical means are already in possession of the local authority, it's now necessary to formulate an effective methodology to affect both the public sector, but also the private domain. The suggested revision of the current regulations mainly concerns this last aspect, by implementing a first coefficient of biotope. If it's validated by the elected members of Rennes Metropole, it may take a more or less restrictive formulation, as an OAP or a strict regulation and will have to answer the set of the criteria proposed by the local authority.

Keywords : adaptation, climate change, urban planning, water, green spaces, coefficient of biotope.

précédent sommaire