WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les fonctions sociales de la littérature dans l'oeuvre de Simplice Ilunga Monga

( Télécharger le fichier original )
par Guy KEBA GUMBA
Université de Lubumbashi - DEA 2016
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

0. INTRODUCTION GENERALE

0.1. CONTEXTE, PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES

0.1.1. CONTEXTE

Notre sujet de recherche porte sur «  Les fonctions sociales de la littérature dans l'oeuvre de Simplice ILUNGA MONGA ».

Nous partons du postulat selon lequel un texte littéraire est souvent taillé sur mesure pour répondre aux attentes et exigences du lecteur. Il est donc une réponse à la demande explicite ou implicite de sa société. A ce titre-là, il joue nécessairement un rôle ou, mieux, il remplit une fonction sociale.

Pendant que l' « agent social » Simplice ILUNGA MONGA prend conscience des maux qui déciment sa société, cette dernière formule de manière implicite quelques voeux (l'horizon d'attente) : fais-moi chanter, fais-moi rêver, fais-moi pleurer, fais-moi jouer, éduque-moi, etc. C'est de ce prisme auteur-lecteur que découlent les questions de notre problématique.

0.1.2. PROBLEMATIQUE

Dans le cadre de ce travail, notre questionnement tourne autour de trois questions suivantes :

- Quelles sont les fonctions sociales reprises dans l'oeuvre de SimpliceILUNGA MONGA ?

- Comment fonctionnent-elles dans l'oeuvre de SimpliceILUNGA MONGA ?

- En quoi l'articulation de ces fonctions sociales dans l'oeuvre de SimpliceILUNGA MONGA trahit le positionnement de l'auteur dans divers champs ?

0.1.3. HYPOTHESES

En guise d'hypothèses, nous pensons que :

- Simplice ILUNGA MONGA développeprincipalement,dans ses oeuvres,les fonctions ci-après :

ü la fonction magico-religieuse

ü la fonction critique

ü la fonction pédagogique

ü la fonction idéologique

ü la fonction fantasmatique

- Ces différentes fonctions sociales forment une sorte d'écriture d'interpellation et d'éveil de conscience de la population dans une société congolaise décadente où lesvices sont devenus quasimentdes vertus.

- Sa profession de professeur d'Université, son poste de Secrétaire Général académique, sa foi chrétienne, ses fonctions de Député national ; fondent l'habitus, c'est-à-dire l'environnement social qui a fait prendre conscience à Simplice ILUNGA MONGA des vices vécus dans sa société. Sa prise de parole n'étant plus gratuite, elle devient alors l'expression figurée de son positionnement à l'intérieur de chaque champ.

0.2. Etat de la question

Les fonctions sociales de la littérature ont déjà fait objet de plusieurs études dont le mémoire d'études supérieures d'AchukaniOkaboportant sur : « Les fonctions sociales de l'écrivain africain ». (1994). Dans ce travail ; AchukaniOkaboposeclairement un postulat théorique sur le statut de l'écrivain noir, en général, et africain en particulier. Il complète sa réflexion dans sa thèse en 1966, en insistant sur la valeur et l'estime accordées aux écrivains africains et insista sur le statut privilégié de l'écrivain noir dans le contexte Africain considéré comme porte-parole de la société. Il fait aussi une analyse panoramique des différents prix littéraires accordés aux écrivains noirs Américains et Africains .L'écrivain est donc, selon AchukaniOkabo, le panneau de signalisation pour orienter et avertir la population devant les embuches éventuelles de la vie.

Nous pouvons aussi évoquer Nicholas Schengeta dans son travail intitulé « Analyse sémantique de 5 grandes fonctions de l'écriture »(1990) dans lequelil démontre qu'au-delà dela fonction divertissante de la littérature, elle remplit naturellement d'autres fonctions telles que : la fonction esthétique(qui renvoie au style et à l'écart d'écriture propre à chaque écrivain), la fonction critique(qui donne une sorte de réglementation de la société, se rabattant logiquement sur l'idéologie communautaire appelée la doxa),la fonction didactique(qui prône pour une dimension pédagogique et enseignante ld, ; dans les écrits) et, enfin,la fonction sociale (qui relève des dimensions morales de vie associative dans les écrits en faisant un lien entre la micro et la macro société).

Dans sa thèse portant sur « Fonction enseignante de la littérature »(2004),Milrs Mirebeau tente d'élaborer une grille de lecture des textes littéraires en priorisant les effets que le lecteur subit après la consommation d'une oeuvre littéraire. Ces effets sont des fonctions liées à l'interprétation d'une oeuvre littéraire.

Enfin, Emile Debourgognondans J'écris pour agir : Etude critique des fonctions de la littérature, survole de manière théorique toutes les fonctions de la littérature tout en les subdivisant en deux parties qui sont :

- Le côté de la production : c'est l'instance de conception et de confection du message. Le texte littéraire, fruit de l'imagination de l'écrivain, remplit plusieurs rôles selon différents contextes. Etant témoin de sa société, il prend la parole pour répondre au besoin de la société inspiratrice. En ce moment-là, l'acte d'écriture s'accompagne naturellement d'une mission précise.Ainsi, y a-t-il lieu de détecter certaines fonctions qui correspondent à la vision de l'auteur.

- Le coté de la réception : Il insiste sur les dispositions préalables pour bien recevoir une oeuvre littéraire enévoquant le fait que le lecteur est maitre de l'oeuvre parce qu'il la consomme selon son appréhension. Mais le lecteur subit des transformations par la force d'attraction de l'écriture qu'il consomme. Donc la consommation ou mieux, l'interprétation des oeuvres littéraires appelle naturellement d'autres genres des fonctions littéraires.

Eu égard aux études précédentes, nous pensons apporter une démarcation en présentant la trilogie écrivain (création), lecteur (réception) et texte (médiation) avec des notions corolaires telles que la notion d'éthos, la théorie des champs comme soubassement théorique de l'interprétatibilité des fonctions sociales dans l'oeuvre de Simplice ILUNGA MONGA.

0.3. METHODES ET TECHNIQUES

Pour cette recherche qui vise essentiellement à décrypter les fonctions sociales de la littérature dans l'oeuvre de SimpliceILUNGA MONGA, nous avons choisi d'utiliser les approches sociologique et structuraliste.

L'écrivain, la création renvoient à la sociologie de la création.Le lecteur renvoie quant à lui à la sociologie de la réception.La sociologie de la création comme la sociologie de la réception font partie intégrante de la sociologie de la littérature. A cela s'ajoutent les notions connexes comme celles d'ethos, particulièrement l'ethos extralinguistique constitué en réponse au pathos ; la théorie des champs et du capital qui sont aussi des éléments extérieurs au texte mobilisés pour éclairer sa compréhension. D'où, la nécessité de l'approche sociologique.

Elément médiateur entre l'écrivain et le lecteur, le texte est considéré ici comme un tout, une structure autonome. D'où la nécessité de l'approche structuraliste.

Présentées ici à titre indicatif, feront l'objet d'un développement au premier chapitre.

0.4. DIVISION DU TRAVAIL

Hormis l'introduction et la conclusion générales, ce travail comporte trois chapitres :

Le chapitre premier intitulé Cadre théorique et méthodologique se chargera de définir essentiellement les termes clefs de notre analyse à savoir « fonction » et « littérature ».Commençant par la littérature, il sera question de survoler plusieurs définitions en rapport avec celle-ci ainsi que les termes connexes y afférents, ses tendances et ses écoles. Ce chapitre va aussi exploiter la trilogie littéraire susmentionnée et sera bouclé par la présentation du volet méthodologique dans lequel nous brosserons succinctement les approches sociologique et structurale utilisées dans le cadre de ce travail.

Le deuxième chapitre intitulé : Analyse fonctionnelle des récitss'attèlera àrelever lesdifférentes fonctions figurées dans l'oeuvre de Simplice ILUNGA MONGA au moyen du schémaactantielcomplété par les triangles actantiels d'Anne Ubersfeldafin de ressortir les différentes forces sociales en conflits.

Le troisième chapitre qui s'intitule L'interprétation des fonctions de la littératureconsistera à conférer la portée significative des fonctions sociales repérées et analysées dans l'oeuvre de Simplice ILUNGA MONGA.

0.5. PRESENTATION DE L'AUTEUR ET DU CORPUS

0.5.1. PRESENTATION DE L'AUTEUR 

SimpliceILUNGA MONGA est né à Kamina le 07 septembre 1971.Marié, père de famille et agrégé de l'enseignement moyen du degré Supérieur, Simplice ILUNGA MONGA est Docteur en Lettres et Civilisations Africaines à l'Université de Lubumbashi. Professeur des universités et chercheur en Linguistique, Pragmatique, Communication et Sciences du langage, il est auteur de plusieurs publications (articles scientifiques et ouvrages). SimpliceILUNGA MONGA est Secrétaire Généralacadémique honoraire de l'Université de Likasi. Il est aussi, depuis 2011,député national.

0.5.2. PRESENTATION DU CORPUS

Publiéà Lubumbashi aux éditions GRAMS sous le dépôt légal 08/20.2010.136, L'odeur de la malédiction est un recueil de 104 pages construit sur cinq nouvelles:Lelo, Premier mari, Deuxième mari, Troisième mari, Quatrième mari.

Lelo est l'histoire d'un quadragénaire plein d'ambition qui va se marier à une belle femme du nom de Bella. De leur union naitront trois « jolies » filles. L'ainée se nommait Cobella, tout le monde vantait sa beauté. Pour la protéger contre les regards envieux et voraces, son père avait restreint sa liberté de mobilité. Après plusieurs mois de réflexion, elle se décida d'effacer son père. Elle l'attaqua par derrière. Violemment, elle l'assomma. Sans avoir vue son agresseur, le père tomba et mourut quelques minutes plus tard. Des funérailles à la taille du défunt furent organisées. Quelque temps après, elle chassa ses oncles paternels de la maison et Cobella s'était autoproclamée héritière des biens de son père.

Deuxième nouvelle, Premier maripoursuit le motif de la première nouvelle. En effet, riche héritière de son père,Cobella épouse en deuxièmes noces un prêtre défroqué nommé Kabu. Ensemble, ils mènent une vie paisible. Jaloux, les oncles paternels de Cobella piègent le mari et finissent par le tuer brutalement après l'avoir opposé à son jeune frère.

Après le décès de son mari, Cobella épouse,Deuxième mari,un homme réputé pour son sens d'organisation et qui a permis à la famille de Cobella de prospérer dans leurs activités commerciales. Possessif et trop autoritaire, Tumo n'accordait pas la moindre liberté à son épouse. Celle-ci a fini par demander et obtenir le divorce pendant que son conjoint était soufrant d'une grave maladie, donc sans aucune défense.

Kabu est le Troisième maride Cobella qui tente, en vain, del'arraisonner sur la nécessité de faire la paix avec sa famille.L'héroïne finit par rompre leurs relations.

Kakas est le Quatrième mariqui, fin stratège :Le dernier mari du nom de KAKAS opta pour le règlement par voie diplomatique pour mettre fin aux conflits. Pendant des heures, ils discutèrent sur la proportion de la part. Enfin de compte, ils s'accordèrent et un pacte de paix fut signé. Chacune des quatre parties reçut sa portion. A la grande surprise de tout le monde et à la grande déception des paternels, la guerre fut éradiquée et la paix reprit sa place dans la maison de Cobella.

Publié aux éditions GRAMS sous le dépôt légal 05.20.02010.111, IIème trimestre à Lubumbashi, L'Imposteur Pasteur  comprend trois nouvelles posées sur 64 pages qui sont :Retrouvailles, Manipulations, Viol sacré.

Retrouvailles s'ouvre sur une rencontre de deux vieux amis d'enfance :Mwempo et Iluzi qui ont passé l'école primaire ensemble et que le destin a séparés. L'un fut orienté vers la section mécanique et son ami vers la section littéraire.

Pasteur, Mwempoest à l'origine de la rupture des relations deIluzidans Manipulations. En effet, le Pasteur va manipuler le couple de Iluzi à sa guise en utilisantleurs biens à son profit.Intendant et gérant de ce couple,le Pasteur finit par prendre la femme de Iluzi comme concubine.

Le zèle du Pasteur monta en puissance,dans Viol sacré,au point qu'il monta même un groupe de prière. Il profita de la souffrance d'un couple dévastéepar la disette et le désespoir pour violer la dame en prétendant la délivrer du mauvais sort. La femme qui attendait qu'un« serpent » soit extirpé de ses entrailles comme annoncé par le Pasteurva plutôt constater qu'une autre forme de « serpent » entrait. Le Pasteur fut amené en justice pour motif du viol et le juge le condamna à quelques années de prison. La famille de Iluzifutalors délivrée.

Imprimé et publié à Lubumbashi aux éditions GRAMS sous le dépôt légal 08/20.2010.135, IIIème trimestre, L'Université à la dérive est aussi un recueil de nouvelles comprenant trois titres ci-après :Parle-moi de l'université, Monsieur le professeur, Silence, on délibère.

Dans Parle-moi de l'Université, un professeur du nom de Talanga engage une vive discussion avec sa fille qui venait de décrocher son diplôme d'état et qui s'apprêtait à entamer ses études universitaires. Juliette tente de convaincre son père sur les vices qui ternissent l'image de l'université et qui ont atteint le seuil de l'intolérable. Méditatif, pensif et écartelé entre la défense de son métier et la pertinence des arguments de sa fille, le Professeur Talanga opère une digression et perd sa fille dabs les firmaments de son savoir sans pour autant réussir à contrer les arguments de sa fille.

Monsieur le professeur voit le professeur Talanga en plein exercice de son métier d'enseignant. Fondé sur le plagiat, son enseignement est se résume en des séances de marketing de son « syllabus » dont ses assistants sont des percepteurs. Avec l'argent issu de la vente de son « syllabus », le professeur écume les bistrots, tronquent ta toge et troque son savoir contre les charmes de ses étudiantes.

Dans Silence, on délibère, le Professeur décroche une nomination dans le bureau d'un jury et verse dans une corruption multiforme. Il finit par se faire surprendre, main dans le sac méritant ainsi la sanction du Recteur.

PREMIER CHAPITRE : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE

I.0. INTRODUCTION

Dans ce chapitre consacré au Cadre théorique et méthodologique, nous définirons essentiellement les termes clefs de notre analyse à savoir « fonction » et « littérature ». Commençant par la littérature, il sera question de survoler plusieurs définitions en rapport avec celle-ci ainsi que les termes connexes y afférents. Nous transiterons, ensuite, par la trilogie auteur-texte-lecteur et ses corollaires. Ce chapitre sera bouclé par la présentation du volet méthodologique dans lequel nous brosserons succinctement les approches sociologique et structurale utilisées dans le cadre de ce travail.

sommaire suivant