WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude de la distribution et de la qualité des médicaments vétérinaires au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Florent MESSOMO NDJANA
Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires de Dakar (EISMV) - UCAD - Doctorat d'Etat en Sciences et Médecine Vétérinaires 2006
  

sommaire suivant

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

**********

ECOLE INTER-ETATS DES SCIENCES ET MEDECINE VETERINAIRES

(E.I.S.M.V.)

ANNEE: 2006 N° 7

ETUDE DE LA DISTRIBUTION ET DE LA QUALITE DES

MEDICAMENTS VETERINAIRES AU CAMEROUN

THESE

Présentée et soutenue publiquement le 14 Juin 2006 devant la Faculté de Médecine,
de Pharmacie et d'Odonto-Stomatologie de Dakar pour obtenir le grade de

DOCTEUR EN MEDECINE VETERINAIRE

(DIPLOME D'ETAT)

Par

Florent MESSOMO NDJANA
JURY

Président

M. Mamadou BADIANE

Professeur à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d'Odonto - Stomatologie de Dakar

Directeur et Rapporteur M. François Adébayo ABIOLA

de thèse Ancien Professeur à l'E.I.S.M.V. de Dakar

Membres M. Louis Joseph PANGUI

Professeur à l'E.I.S.M.V. de Dakar

M. Germain Jérôme SAWADOGO

Professeur à l'E.I.S.M.V de Dakar

Mme. Rianatou BADA ALAMBEDJI

Maître de Conférences Agrégé à l'E.I.S.M.V. de Dakar

Co-Directeur de thèse: M. ASSIONGBON TEKO - AGBO

Chargé de recherches à l'E.I.S.M.V. de Dakar

BP 5077 - DAKAR (Sénégal)
Tél. (221) 865 10 08 - Télécopie (221) 825 42 83

COMITE DE DIRECTION

LE DIRECTEUR

Professeur Louis Joseph PANGUI

LES COORDONNATEURS

Professeur Moussa ASSANE Coordonnateur des Etudes

Professeur Malang SEYDI

Coordonnateur des Stages et

de la Formation Post-Universitaires

Professeur Justin Ayayi AKAKPO
Coordonnateur Recherches/Développement

Année Universitaire 2005-2006

PERSONNEL ENSEIGNANT

PERSONNEL ENSEIGNANT EISMV

PERSONNEL VACATAIRE (PREVU)

PERSONNEL EN MISSION (PREVU)

PERSONNEL ENSEIGNANT CPEV

PERSONNEL ENSEIGNANT DEA - PA

PERSONNEL ENSEIGNANT

DEPAR TEMENT DES SCIENCES BIOLOGIQUES ET PRODUCTIONS
ANIMALES

CHEF DE DEPARTEMENT : Ayao MISSOHOU, Maître de Conférences Agrégé

SERVICES

ANATOMIE-HISTOLOGIE-EMBRYOLOGIE

Serge Niangoran BAKOU Maître - Assistant

Gualbert Simon NTEME ELLA Assistant

Ismaël SY Docteur Vétérinaire Vacataire

Camel LAGNIKA Moniteur

CHIRURGIE - REPRODUCTION

Papa El Hassane DIOP Professeur

Alain Richi KAMGA WALADJO Assistant

Mlle Doris NKO SADI BIATCHO Monitrice

ECONOMIE RURALE ET GESTION

Cheikh LY Professeur

Kora Brice LAFIA Docteur Vétérinaire Vacataire

PHYSIOLOGIE-PHARMACODYNAMIE-THERAPEUTIQUE

Moussa AS SANE Professeur

Rock Allister LAPO Assistant

Gilles Landry HAKOU TCHAMNDA Moniteur

iii

PHYSIQUE ET CHIMIE BIOLOGIQUES ET MEDICALES

Germain Jérôme SAWADOGO Professeur

Nongasida YAMEOGO Attaché de Recherche

Justin KOUAMO Moniteur

ZOOTECHNIE-ALIMENTATION

Ayao MISSOHOU Maître de Conférences Agrégé

Arsène ROSSILET Assistant

Serge Alain CIEWE CIAKE Moniteur

DEPAR TEMENT DE SANTE PUBLIQUE ET ENVIRONNEMENT

CHEF DE DEPARTEMENT : Rianatou BADA ALAMBEDJI, Maître de Conférences Agrégé

SERVICES

HYGIENE ET INDUSTRIE DES DENREES ALIMENTAIRES

D'ORIGINE ANIMALE (HIDAOA)

Malang SEYDI Professeur

Bellancille MUSABYEMARIYA Assistante

Serigne Khalifa Babacar SYLLA Attaché de recherche

Sylvain Patrick ENKORO Docteur Vétérinaire Vacataire

MICROBIOLOGIE-IMMUNOLOGIE-PATHOLOGIE INFECTIEUSE

Justin Ayayi AKAKPO Professeur

Rianatou BADA ALAMBEDJI Maître de Conférences Agrégé

Nadège DJOUPA MANFOUMBY Docteur Vétérinaire Vacataire

NJONG Moniteur

iv

PARASITOLOGIE-MALADIES PARASITAIRES-ZOOLOGIE APPLIQUEE

Louis Joseph PANGUI Professeur

Oubri Bassa GBATI Maître -Assistant

Hervé Séna VITOULEY Docteur Vétérinaire Vacataire

PATHOLOGIE MEDICALE-ANATOMIE PATHOLOGIQUE-CLINIQUE AMBULANTE

Yalacé Yamba KABORET Professeur

Yacouba KANE Assistant

Mireille KADJA WONOU Assistante

Gana PENE Docteur Vétérinaire Vacataire

Omar FALL Docteur Vétérinaire Vacataire

Charles Benoît DIENG Docteur Vétérinaire Vacataire

Aurélie BOUPDA FOSTO Monitrice

Marcel Ohoukou BOKA Moniteur

PHARMACIE-TOXICOLOGIE

Félix Cyprien BIAOU Maître- Assistant (en disponibilité)

Assiongbon TEKO AGBO Attaché de Recherche

Komlan AKODA Docteur Vétérinaire Vacataire

Basile MIDINHOUEVI Docteur Vétérinaire Vacataire

Florent MESSOMO NDJANA Moniteur

DEPARTEMENT COMMUNICATION

CHEF DE DEPARTEMENT : Professeur Yalacé Yamba KABORET

SERVICES

BIBLIOTHEQUE

Mariam DIOUF Documentaliste

AUDIO-VISUEL

Bouré SARR Technicien

v

OBSERVATOIRE DES METIERS DE L'ELEVAGE (O.M.E) Emile Ségbégnon Houssa Moniteur

SCOLARITE

El Hadj Mamadou DIENG Vacataire

Franckline ENEDE Docteur Vétérinaire Vacataire

Sékindé Lynette KINDJI Monitrice

PERSONNEL VACATAIRE (Prévu)

BIOPHYSIQUE

Sylvie SECK GAS SAMA Maître de Conférences Agrégé

Faculté de Médecine et de Pharmacie UCAD

BOTANIQUE

Antoine NONGONIERMA Professeur

IFAN - UCAD

AGRO-PEDOLOGIE

Modou SENE Directeur de Recherche

Enseignant : ENSA - THIES

ZOOTECHNIE

Abdoulaye DIENG Docteur Ingénieur : ENSA - THIES

Léonard Elie AKPO Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

Kalidou BA Docteur Vétérinaire

(Ferme NIALCOULRAB)

vi

H I D A O A

*NORMALISATION ET ASSURANCE QUALITE

Mame Sine MBODJ NDIAYE Chef de la Division Agroalimentaire

de l'Association Sénégalaise de

Normalisation (A.A. S.N.)

*ASSURANCE QUALITE - ANALYSE DES RISQUES DANS LES REGLEMENTATIONS

Abdoulaye DIAWARA Direction de l'Elevage

Ousseynou Niang DIALLO du Sénégal

ECONOMIE

Oussouby TOURE Sociologue

Adrien MANKOR Docteur Vétérinaire- Economiste

Chercheur à l'I.S.R.A

PERSONNEL EN MISSION (Prévu)

ANATOMIE

Mohamed OUAS SAT Professeur

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (Rabat) Maroc

TOXICOLOGIE CLINIQUE

Abdoulaziz EL HRAIKI Professeur

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (Rabat) Maroc

PATHOLOGIE MEDICALE

Marc T. KPODEKON Maître de Conférences Agrégé

Université d'ABOMEY-CALAVI (Bénin)

PARASITOLOGIE

Saïdou SALIFOU Maître de Conférences Agrégé

Université d'ABOMEY-CALAVI (Bénin)

vii

BIOCHIMIE

Georges Anicet OUEDRAOGO Professeur

Université de BOBO-DIOULASSO (Burkina Faso)

H.I.D.A.O.A

Youssouf KONE Maître de Conférences

Université de NOUAKCHOTT (Mauritanie)

REPRODUCTION

Hamidou BOLY Professeur

Université de BOBO- DIOULASSO (Burkina -Faso)

PERSONNEL ENSEIGNANT CPEV (Prévu)

MATHEMATIQUES

Sada Sory THIAM Maître-Assistant

Lamine KONATE Assistant

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

PHYSIQUE

Issakha YOUM Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques
UCAD

* Travaux Pratiques

André FICKOU Maître-Assistant

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

viii

CHIMIE ORGANIQUE

Abdoulaye SAMB Professeur

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

CHIMIE PHYSIQUE

Abdoulaye DIOP Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

* Travaux Pratiques de CHIMIE

Rock Allister LAPO Assistant

EISMV - DAKAR

* Travaux Dirigés de CHIMIE

Momar NDIAYE Assistant

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

BIOLOGIE VEGETALE

Kandiroura NOBA Maître-Assistant

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

BIOLOGIE CELLULAIRE

Serge Niangoran BAKOU Maître - Assistant

EISMV - DAKAR

EMBRYOLOGIE ET ZOOLOGIE

Karamoko DIARRA Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

PHYSIOLOGIE ANIMALE

Moussa ASSANE Professeur

EISMV - DAKAR

ix

ANATOMIE COMPAREE DES VERTEBRES

Cheikh Tidiane BA Professeur

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

BIOLOGIE ANIMALE (Travaux Pratiques)

Serge Niangoran BAKOU Maître - Assistant

EISMV - DAKAR

Oubri Bassa GBATI Maître - Assistant

EISMV - DAKAR

Gualbert Simon NTEME ELLA Assistant

EISMV - DAKAR

GEOLOGIE

* FORMATIONS SEDIMENTAIRES

Raphaël SARR Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

* HYDROGEOLOGIE

Abdoulaye FAYE Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

CPEV

* Travaux Pratiques

Franckline ENEDE Docteur Vétérinaire Vacataire

Sékindé Lynette KINDJI Monitrice

x

PERSONNEL ENSEIGNANT DU D.E.A - P.A

Coordination des stages et formation post - universitaires Responsable du D.E.A.P.A : Professeur Malang SEYDI

M O D U L E S :

1. ZOOTECHNIE - ALIMENTATION

Responsable: Ayao MISSOHOU, Maître de Conférences Agrégé Intervenants :

Moussa AS SANE Professeur

EISMV - Dakar

Alpha BA Docteur vétérinaire

(Ferme NIALCOULRAB)

Serge Niangaron BAKOU Maître - Assistant

EISMV - Dakar

Abdoulaye DIENG Ingénieur : ENSA - THIES

Yalacé Yamba KABORET Professeur

EISMV - Dakar

Ayao MISSOHOU Maître de Conférences Agrégé

EISMV - Dakar

Gana PENE Docteur Vétérinaire Vacataire

Arsène ROSSILET Assistant

EISMV - Dakar

Germain Jérôme SAWADOGO Professeur

EISMV - Dakar

2. SYSTEME DE PRODUCTION - ENVIRONNEMENT Responsable : Professeur Yalacé Yamba KABORET

xi

Intervenants :

Moussa ASSANE Professeur EISMV - Dakar

Abdoulaye DIENG Ingénieur

Enseignant à ENSA - THIES

Moussa FALL Docteur Vétérinaire

Lamine GUEYE Docteur Vétérinaire

Yalacé Yamba KABORET Professeur

EISMV - Dakar

Léonard Elie AKPO Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques - UCAD

Ayao MISSOHOU Maître de Conférences Agrégé

EISMV - Dakar

3. REPRODUCTION - AMELIORATION GENETIQUE Responsable : Professeur Papa El Hassan DIOP

Intervenants :

Moussa AS SANE Professeur

EISMV - Dakar

Serge Niangaron BAKOU Maître - Assistant

EISMV - Dakar

Papa El Hassan DIOP Professeur

EISMV - Dakar

Alain Richi KAMGA WALADJO Assistant

EISMV - Dakar

Racine SOW Chercheur à l'I.S.R.A

Germain Jérôme SAWADOGO Professeur

EISMV - Dakar

xii

4. ECONOMIE - STATISTIQUES - EPIDEMIOLOGIE Responsable : Professeur Cheikh LY

Intervenants :

Justin Ayayi AKAKPO Professeur

EISMV - Dakar

Cheikh LY Professeur

EISMV - Dakar

Adrien MANKOR Docteur Vétérinaire Chercheur

5. HYGIENE ET INDUSTRIES DES DENREES ALIMENTAIRES D'ORIGINE ANIMALE (H.I.D.A.O.A)

Responsable : Professeur Malang SEYDI Intervenants :

Rianatou BADA ALAMBEDJI Maître de Conférences Agrégé

EISMV - Dakar

Belancille MUSABYEMARIA Assistante EISMV - Dakar

Serigne Khalifa Babacar SYLLA Docteur Vétérinaire

Attaché de Recherche EISMV - Dakar

Malang SEYDI Professeur EISMV - Dakar

Issakha YOUM Maître de Conférences

Faculté des Sciences et Techniques UCAD

Youssouf KONE Maître de Conférences

Université -NOUAKCHOTT (MAURITANIE)

Ousseynou Niang DIALLO

Abdoulaye DIAWARA Ingénieurs à la Direction de

l'Elevage du Sénégal

xiii

Je rends grâce à Dieu pour Son amour et le soutien qu'Il nous a apporté dans la réalisation de ce travail. Je le dédie :

A mon pays le Cameroun

A ma famille notamment :

mon Papy

mes deux Mamy

mes Parents

mes Tantes et Oncles

mes s°urs et frères

mes filles Léandrine, Brenda et Rose ainsi que leurs frères

A mes encadreurs :

Professeur Fran çois Adébayo ABIOLA Docteur HAMADOU Saïdou

Docteur Assiongbon TEKO-AGBO

Docteur Kolman AKODA

Docteur Basile MIDINHOUEVI

Monsieur El Hadji Mamadou Moctar NIANG

A mes très chers :

Alice Bertille NDZANA

Edwige FONKOA

Eric DOMBOU

Jean-Blaise ADJELAKARA MOSS US

Célestin FONKOA

A l'EISMV de Dakar ;

A l'équipe qui a °uvré à mes côtés en tant que Président de l'AEVD ; A toute la famille de la campagne « ControlArms » ;

A l'Amicale des Etudiants Vétérinaires de Dakar ;

En témoignage de ma profonde gratitude. Ce travail est le vôtre.

xiv

Nous remercions sincèrement :

L'Etat camerounais qui nous a donné la possibilité de suivre cette formation dans de bonnes conditions ;

Le Sénégal pour son accueil chaleureux ;

Tous les enseignants de l'EISMV pour la formation de qualité qu'ils ont sue nous donner ;

Le personnel de la Direction des Services Vétérinaires du MINEPIA à Yaoundé au Cameroun pour son accueil très chaleureux et son encadrement;

Tous les délégués provinciaux du MINEPIA et leurs collaborateurs pour leur disponibilité et leur encadrement sur le terrain ;

Tous les vétérinaires du Cameroun et tous ceux qui nous ont donné leur appui pour la réalisation de nos enquêtes ;

Tous les Délégués commerciaux des laboratoires pharmaceutiques vétérinaires aux Sénégal pour les entretiens qu'ils nous accordés;

Docteur Guillaume REMOND, Directeur Général de Laprovet, pour les informations qu'il nous a apportées tout au long de ce travail ;

Docteur Gabi FALL, vétérinaire clinicien à Dakar au Sénégal ;

Madame DIOUF, bibliothécaire à l'E.I.S.M.V. pour son aide permanente au cours de ce travail;

Nos s°urs et frères Camerounais de l'E.I.S.M.V.

Nos collègues de la 33ème promotion pour les moments merveilleux que nous avons passés ensemble ;

Mes amis Camel LAGNIKA, Christian TSHALA, Linette, Guy Hervé AMBASSA, ABEKE, Théodore ONGUENE, David TSHALA ;

M. Flavien NDONGO et M. Samuel ZOUMBOU pour leur assistance informatique ;

Clin d'°il à Samuel ETO'O qui nous gratifié d'un beau football tout au long de cette année.

xv

NOS MAITRES ET JUGES

A notre Maître et Président de jury, Monsieur Mamadou BADIANE
Professeur à la Faculté de Médecine de Pharmacie et d'Odontostomatologie de Dakar

Vous nous faites un grand honneur en acceptant de présider notre jury de thèse. Votre abord facile et la spontanéité avec laquelle vous avez répondu à notre sollicitation nous ont beaucoup marqués. Trouvez ici l 'expression de nos sincères remerciements et de notre profonde gratitude.

Hommage respectueux.

A notre Maître, Directeur et Rapporteur de thèse, Monsieur le Directeur Fran çois
Adébayo ABIOLA.
Ancien Professeur à l'EISMV de Dakar ;

Il eût été regrettable que vous ne soyez pas présent à ce Jury de thèse ; malgré vos multiples fonctions et la distance qui sépare Dakar de Cotonou, vous avez accepté en plus d 'en être le Rapporteur. Maître, vous restez pour nous l 'exemple d'intelligence, de travail et d'abnégation. Nous vous rendons un hommage respectueux et vous assurons de notre indéfectible attachement.

Sincères reconnaissances.

A notre Maître et Juge, Monsieur le Directeur Louis Joseph PANG UI
Professeur à l 'EISMV de Dakar ;

Nous sommes très sensible à l 'honneur que vous nous faites en acceptant de juger spontanément ce travail malgré vos multiples occupations. Cela ne surprend guère quand on connaît vos hautes qualités d'homme de science, votre caractère humain et votre abord facile. Veuillez trouver ici l 'expression de notre profonde admiration et nos sincères remerciements.

Hommage respectueux.

xvi

A notre Maître et Juge, Monsieur Germain Jérôme SA WADOGO
Professeur à l 'EISMV de Dakar ;

En acceptant de siéger dans notre jury de thèse malgré les nombreuses occupations qui sont les vôtres, vous en rajoutez à la grande estime et à l'admiration que nous portons à votre personne. Votre simplicité et vos très grandes qualités scientifiques nous inspirent. Veuillez accepter nos hommages respectueux.

A notre Maître et Juge, Madame Rianatou BADA ALAMBEDJI
Maître de Conférences Agrégé à l 'E.I.S.M. V. de Dakar,

Enseignant, vous nous avez impressionné : tant votre adresse de communication et vos qualités humaines nous ont séduits. Vous nous donnez de pouvoir vous écouter à nouveau et de profiter de vos connaissances scientifiques pour améliorer ce travail qui nous est cher. Sincère gratitude.

xvii

« Par délibération, la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d'Odontostomatologie et l'Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires de Dakar ont décidé que les opinions émises dans les dissertations qui leurs sont présentées, doivent être considérées comme propres à leurs auteurs et qu'elles n'entendent leur donner aucune approbation ni improbation »

xviii

SOMMAIRE

INTRODUCTION 1

Première partie : SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE 4

Chapitre I : L'ELEVAGE AU CAMEROUN ET SES CONTRAINTES SANITAIRES
5

Introduction 5

I.1- Le cheptel 5

I.2- Zones d'élevage 6

I.2.1- Zones d'élevage des ruminants 6

I.2.2- Zones de l'élevage porcin 7

I.2.3- Zones de l'aviculture 8

I.2.4- Zones de l'élevage équin et asin 8

I.3- Systèmes d'élevage 8

I.3.1- Systèmes d'élevage des ruminants 8

I.3.2- Systèmes utilisés en aviculture 10

I.3.3- Systèmes de l'élevage porcin 10

I.4- Les contraintes sanitaires 11

I.4.1 - Principales maladies parasitaires animales au Cameroun 12

I.4.2- Maladies infectieuses animales majeures au Cameroun 12

Chapitre II : LE MARCHE DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE (ASS.) : PARTICULARITES ET REGLEMENTATION 16

Introduction 16

II.1- Particularités du marché des médicaments vétérinaires en ASS 17

II.1.1- Importance du marché 17

II.1.2- Classes thérapeutiques dominantes 17

II.1.2.1 - Cas particulier des trypanocides 18

II.1.3- Origine des médicaments vétérinaires commercialisés en ASS 21

II.1.4- Acteurs du marché officiel des médicaments vétérinaires en ASS 23

II.1.4.1 - Les importateurs-grossistes -répartiteurs 23

II.1.4.2- Les détaillants 24

II.1.4.3- Les soins aux animaux 25

II.1.5- Marché parallèle des médicaments vétérinaires en ASS 25

xix

II.1.5.1 - Acteurs du marché parallèle des médicaments vétérinaires en ASS 26
II.1.5.2- Origine des médicaments vétérinaires rencontrés dans le marché

parallèle 27

II.2- Réglementation de la pharmacie vétérinaire en ASS 28

II.2.1 - Textes réglementaires existants 28

II.2.1.1 - Exemple du Tchad 29

II.2.2- Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) 30

II.2.3- Enregistrement des médicaments vétérinaires 31

II.2.4- Inspection de la pharmacie vétérinaire 34

Chapitre III : QUALITE DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE

SUBSAHARIENNE 36

Introduction 36

III.1- Définitions 36

III.1.1- Médicament vétérinaire 36

III.1.2- Qu'entend-t- on par médicament vétérinaire générique ? 37

III.1.3- Les médicaments vétérinaires essentiels 38

III.1.4- La qualité du médicament vétérinaire, de quoi s'agit-il ? 39

III.2- Indicateurs de qualité des médicaments vétérinaires 40

III.2.1- Etiquetage 40

III.2.2- Composition du médicament 40

III.2.3- Numéro de lot 41

III.2.4- Durée de vie du médicament 41

III.2.5- Date de fabrication 41

III.2.6- Date d'expiration 41

III.2.7- Stockage et conservation des médicaments 42

III.2.8- Laboratoire fabricant 42

III.3- Marché des médicaments vétérinaires non-conformes en ASS 42
III.4- Contrôle de la qualité des médicaments vétérinaires en ASS: le LACOMEV et

les progrès réalisés en la matière 44

Conclusion partielle 45

xx

Deuxième partie: ETUDE DE LA DISTRIBUTION ET DE LA QUALITE DES MEDICAMENTS VETERINAIRES AU CAMEROUN 46

Chapitre I : METHODOLOGIE 47

Introduction 47

I.1- Cadre de l'étude 47

I.2- Phase d'enquête 48

I.2.1 - zones et période de l'enquête 48

1.2.2-Méthode 48

I.2.2.1 - Recherche bibliographique 48

I.2.2.2- Rencontres avec les autorités en charge de l'élevage 48

I.2.2.3- Visites et entretiens 49

I.2.2.4- Observations directes et interviews informels 49

I.2.2- Echantillonnage des médicaments vétérinaires 50

I.2.2.1- Molécules ciblées 50

I.2.2.2- Description de l'échantillon 50

I.2.2.3- Nombre d'échantillons prévu 51

I.2.2.4- Réalisation du prélèvement 51

I.3- Phase de laboratoire 54

I.3.1- Matériel 54

I.3.1.1- Médicaments vétérinaires 54

I.3.1.2- Matériel de laboratoire 55

I.3.2- Méthodes de contrôle 56

I.3.2.1- Contrôles galéniques 56

I.3.2.2- Identification et dosage des principes actifs 57

1.3.2.3- Normes de conformité 60

1.3.2.4- Traitement des données 60

Chapitre II: RESULTATS 61

Introduction 61

II.1- Résultats de l' enquête sur la distribution des médicaments vétérinaires au Cameroun 61

II.1.1- Arsenal législatif sur la profession et les médicaments vétérinaires 61

II.1.1.1- Textes existants 61

xxi

II.1.1.2- Présentation de la loi n° 2000/018 du 19 décembre 2000 portant

réglementation de la pharmacie vétérinaire au Cameroun (annexe 1) 62

II.1.2- Physionomie du marché des médicaments vétérinaires au Cameroun 64

II.1.2.1- Marché officiel 65

II.1.2.2- Marché parallèle ou marché illicite 72
II.2- Résultats du contrôle de la qualité des échantillons de médicaments vétérinaires

au laboratoire 78

II.2.1- Contrôle des emballages et tests galéniques 78

II.2.2- Résultats de l'identification et du dosage des principes actifs 84

II.2.2.1- Identification des principes actifs 84

II.2.2.2- Dosage des principes actifs 1

II.2.2.2- Dosage des principes actifs 86

II.2.3- Synthèse des résultats de contrôle pharmaceutique 88

Chapitre III : DISCUSSION ET RECOMMANDATIONS 90

III.1- Discussion 90

III.1.1- Méthodologie 90

III.1.2- Distribution des médicaments vétérinaires 91

III.1.2.1 - Réglementation 91

III.1.2.2- Organisation du circuit de distribution 92

III.1.2.3- Usage des médicaments vétérinaires 94

III.1.3- Résultats d'analyse des échantillons 95

III.1.3.1 - Non-conformité pharmaceutique 95

III.1.3.2- Non-conformités dans les deux circuits du marché 96

III.1.3.3- Non-conformités sur le plan des classes thérapeutiques 97

III.1.3.4- Types de non-conformité et conséquences 98

III.2- Recommandations 100

III.2.1- Aux autorités camerounaises en charge de l'élevage 100

III.2.2- Aux professionnels et à l'Ordre National des Vétérinaires (ONV) 101

III.2.3- A la coopération internationale 102

Bibliographie 109

Annexe 116

xxii

LISTE DES TABLEAUX
Tableau I: Effectifs du cheptel national du Cameroun 5
Tableau II: Maladies de la liste A et de la liste B de l'OIE, présentes au Cameroun.... 11

Tableau III: Quelques trypanocides rencontrés en Afrique subsaharienne et les espèces sensibles 20

Tableau IV: Répartition du marché des médicaments vétérinaires par classe thérapeutique (en %) dans 5 pays de l'Afrique sub saharienne 21

Tableau 5: Liste des échantillons de médicaments vétérinaires prélevés au Cameroun

52

Tableau VI: Répartition des échantillons prélevés par groupe de médicaments vétérinaires et en fonction du secteur d'achat 54

Tableau VII : Quelques laboratoires pharmaceutiques vétérinaires d'Amérique et d'Asie dont les médicaments sont commercialisés au Cameroun 65

Tableau VIII: Quelques laboratoires pharmaceutiques vétérinaires européens dont les produits sont commercialisés au Cameroun 66

Tableau IX : Quelques laboratoires pharmaceutiques vétérinaires africains dont les médicaments sont commercialisés au Cameroun 66

Tableau X: Répartition du marché des médicaments vétérinaires au Cameroun par classe thérapeutique 68

Tableau XI: Localisation des vétérinaires au Cameroun par secteur et par province .. 71

Tableau 12 : Résultats détaillés des tests galéniques et physico-chimiques des

échantillons de médicaments vétérinaires 82

Tableau XIII: Résultats du contrôle galénique par type de médicaments vétérinaires 84

Tableau XIV: Résultats du contrôle galénique par secteur de prélèvement 84

Tableau 15: Résultats détaillés de l'identification et du dosage des principes actifs des échantillons de médicaments vétérinaires. 86

Tableau XVI: Résultats du dosage des principes actifs en fonction du type de médicaments vétérinaires 88

Tableau XVII: Résultats du dosage des principes actifs en fonction des secteurs de prélèvement 88

Tableau XVIII: Taux de non-conformité par type de médicaments vétérinaires 89

Tableau XIX: Taux de non-conformité par secteur de prélèvement 89

xxiii

LISTE DES FIGURES

Figure 1: Sites de prélèvement des échantillons de médicaments vétérinaires 53

Figure 2: Vue d'ensemble des échantillons de médicaments vétérinaires prélevés 53

Figure 3: Le supposé trypanocide ''Kenya solution'' prélevé dans le marché parallèle au Cameroun 75

Figure 4: Schéma du circuit officiel de distribution des médicaments vétérinaires au Cameroun 76

Figure 5: Schéma des circuits parallèles de distribution des médicaments vétérinaires au Cameroun 77

Figures 6 et 7 : Emballages secondaires de Vériben ( 6 = original; 7 = copie prélevée dans le marché parallèle) 79

Figure 8 : Flacon de Terramycin Q du laboratoire Pfizer prélevé dans le marché parallèle 79

Figure 9 et 10 : Comparaison entre des préparations injectables à base de diminazène soumis au test de solubilité 80

Figure 11 et 12 : Comparaison entre des préparations injectables à base

d'isométhamidium soumis au test de solubilité 81

Figure 13 : Chromatogramme des standards de diminazène et d'antipyrine 85

Figure 14 : Chromatogramme d'un échantillon supposé contenir du diminazène et de l'antipyrine 85

Figure 15 : Chromatogramme d'un standard d'oxytétracycline 85

Figure 16 : Chromatogramme d'un échantillon supposé contenir de l'oxytétracycline
85

xxiv

LISTE DES ABREVIATIONS

AMM : Autorisation de Mise sur le Marché

ASS : Afrique Subsaharienne

BPL : Bonnes Pratiques de Laboratoire

CONAMED : Commission Nationale du Médicament

CNFZV : Centre National de Formation Zootechnique et Vétérinaire

CEMAC : Communauté Economique et Monétaire des Etats de l'Afrique Centrale

CSP : Comité Sahélien des Pesticides

EISMV : Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine vétérinaires

FAO : Food and Agriculture Organisation

FNEC : Fédération Nationale des Eleveurs Centrafricains

GIE : Groupements d'Intérêt Economique

HP : Hewlett Packard

HPLC : High Performance Liquid Chromatography

ISRA : l'Institut Sénégalais des Recherches Agricoles

ISO : International Standard Organisation

LABOCEL : Laboratoire Central d'Elevage

LANAVET : Laboratoire National Vétérinaire

LACOMEV : Laboratoire de Contrôle des Médicaments Vétérinaires

LCV : Laboratoire Central Vétérinaire

LMR : Limites Maximales de Résidus

LNCM : Laboratoire National de Contrôle des Médicaments

LNERV : Laboratoire National d'Elevage et de Recherche Vétérinaire

LNS : Laboratoire National de Santé

MINEPIA : Ministère de l'Elevage, des Pêches et des Industries Animales

OIE : Organisation Mondiale de la Santé Animale

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

ONG : Organisations Non Gouvernementales

PIB : Produit Intérieur Brut

PPCB : Péripneumonie Contagieuse Bovine

PPR : Peste des Petits Ruminants

RCA : République Centrafricaine

UCAD : l'Université Cheikh Anta Diop

UV : Ultra Violet

xxv

INTRODUCTION

1

La libéralisation des économies africaines s'est accompagnée dans le cadre des programmes d'ajustement structurel, du désengagement des Etats concernant différents secteurs de l'économie. La filière des médicaments vétérinaires n'a pas échappé à cette mutation. Elle connaît désormais une réelle libéralisation des segments de la production, de l'approvisionnement et de la distribution avec comme conséquence, un développement mal maîtrisé du commerce des produits vétérinaires, tant au niveau de la qualité qu'au niveau du nombre d'opérateurs.

Ces évolutions ont sans doute augmenté le risque que les médicaments vétérinaires qui sont à la fois des facteurs de production d'un enjeu économique majeur en terme de développement, et des facteurs de risque de santé publique, circulent dans des conditions qui ne garantissent pas la santé des animaux et celle des consommateurs. Ces conditions, dans la plupart des pays de l'Afrique subsaharienne regroupent entre autres la vente illicite, la détention et l'utilisation des médicaments vétérinaires par des personnes non qualifiées.

La même situation est observée au Cameroun où le marché des médicaments vétérinaires est estimé selon HAMADOU et BANIPE (2001) à environ 20 milliards de francs CFA. Selon les mêmes auteurs, les opérateurs officiellement reconnus couvrent à peine la moitié de ce chiffre d'affaires. Malgré l'importance de ce marché, les informations publiées apportent peu de précisions sur la qualité des médicaments vétérinaires en circulation dans le pays (ABIOLA, 2001), contrairement aux médicaments humains qui ont jusque là bénéficié d'une meilleure attention des autorités publiques et de la communauté scientifique nationale et internationale.

Cependant, une enquête préliminaire par un sondage limité, menée en 2001 dans cinq provinces du pays, sur les anthelminthiques à base d'albendazole ou de lévamisole ainsi que les trypanocides contenant du diminazène ou encore de l'homidium, a montré que 47% des 34 échantillons prélevés dans les circuits officiel et parallèle n'étaient pas conformes (ABIOLA, 2001).

Ces résultats sont révélateurs de préoccupations dans la filière des médicaments vétérinaires au Cameroun et bien qu'ils n'aient pas une valeur statistique nationale, ils traduisent néanmoins un degré de non conformité assez élevé dans un espace

2

géographique restreint. Face à cette situation, l'auteur de ladite enquête recommanda une étude plus ambitieuse dans le pays avec un plan d'échantillonnage plus large ; tant en nombre d'échantillons de médicaments vétérinaires qu'en sites de prélèvement. Pour les autorités camerounaises en charge de l'élevage qui nous ont apporté leur appui dans la réalisation de ce travail, cette recommandation est opportune et permettrait de mieux évaluer la situation.

C'est dans ce cadre que s'inscrit la présente étude dont l'objectif général est l'étude de la distribution et de la qualité des médicaments vétérinaires au Cameroun. Il permettra :

- de faire le point sur la réglementation et l'organisation de la distribution des médicaments vétérinaires au Cameroun ;

- d'évaluer la qualité des médicaments vétérinaires au Cameroun à travers l'analyse au laboratoire de quelques échantillons prélevés dans les différentes provinces du pays.

Cette étude comporte 2 parties :

- la première partie est une synthèse bibliographique. Elle traite des données générales de l'élevage au Cameroun, ses contraintes sanitaires ainsi que des particularités du marché des médicaments vétérinaires et de la qualité de ces derniers en Afrique subsaharienne.

- la deuxième partie est consacrée à notre travail personnel. Elle présente notre méthodologie ainsi que les résultats d'enquête et d'analyses des échantillons de médicaments vétérinaires prélevés sur le terrain. Ces résultats après discussion, nous permettront de faire des propositions sur ce qui peut et doit être fait dès maintenant et dans l'avenir en vue de l'amélioration de la situation.

3

PREMIERE PARTIE :
SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE

Chapitre I : L'élevage au Cameroun et ses contraintes sanitaires

Chapitre II : Le marché des médicaments vétérinaires en Afrique subsaharienne (ASS) : Particularités et sa réglementation

Chapitre III : Qualité des médicaments vétérinaires en Afrique subsaharienne

 

4

Chapitre I : L'ELEVAGE AU CAMEROUN ET SES CONTRAINTES
SANITAIRES

Introduction

Le secteur de l'élevage s'impose aujourd'hui comme une valeur sûre et considérable de l'économie camerounaise. Il participe ainsi à près de 165 milliards de francs CFA à la formation du Produit Intérieur Brut (PIB) et procure des revenus à environ 30 % de la population rurale (HAMADOU, 2001). Autrefois, activité identitaire pour les éleveurs traditionnels, l' élevage connaît désormais l'intervention d'une nouvelle génération d'opérateurs en quête de revenus à savoir les fonctionnaires, les jeunes diplômés chômeurs et les «hommes d'affaires». Il représente pour les populations qui n'ont accès ni à des services financiers fiables ni à la capitalisation foncière, une façon de constituer une épargne sûre. Les systèmes de productions et les contraintes sanitaires qui déterminent le cheptel varient selon les régions.

I.1- Le cheptel

Le cheptel camerounais est pour l'essentiel constitué de bovins, d'ovins, de caprins, de porcins et de volailles. Le tableau I présente son évolution entre 1995 et 2000.

Tableau I: Effectifs du cheptel national du Cameroun

Années

Bovins

Ovins

 

Caprins

Porcins

Volailles

1995/96

4

623

000

1

904

000

2

216

000

950 000

25

000

000

1996/97

4

737

000

2

094

000

2

681

000

1

000

000

28

000

000

1997/98

4

846

000

2

304

000

2

949

000

1

200

000

31

000

000

1998/99

5

500

000

3

200

000

3

800

000

1

000

000

25

000

000

1999/2000

6

000

000

3

500

000

4

000

000

1

500

000

25

000

000

 

Source: CAMEROUN, MINEPIA (2000)

L'élevage de nouvelles espèces animales voit progressivement le jour dans les différentes provinces du pays. Il s'agit essentiellement du lapin et de l'aulacode.

5

Malgré son importance, ce cheptel demeure insuffisant pour satisfaire à la demande de la population camerounaise en protéines animales d'autant plus qu'il est de plus en plus sollicité par les pays voisins.

Ce cheptel est élevé dans plusieurs régions du pays.

I.2- Zones d'élevage

La répartition des zones d'élevage au Cameroun est influencée par la variabilité des facteurs tels que le climat, le relief, la végétation, le milieu humain et les contraintes sanitaires.

Le pays est divisé en deux grands ensembles climatiques.

- le domaine équatorial, situé dans la partie sud du pays, offre une grande pluviométrie avec une végétation constituée de forêt dense. Ce domaine héberge les glossines qui constituent un facteur limitant de l'élevage des ruminants,

- le domaine tropical, situé dans la partie septentrionale du pays, se caractérise par un climat chaud, de faibles précipitations, un couvert végétal constitué de savanes arborées et de steppes.

I.2.1- Zones d'élevage des ruminants
Les bovins

Quatre vingt trois pour cent (8 3%) du cheptel bovin camerounais se trouvent dans les trois provinces que sont le Nord, l'Extrême-Nord et l'Adamaoua. Les 17% restant sont répartis dans les provinces de l'Ouest, du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l'Est (MINIPIA, 2000).

Les animaux élevés au Cameroun sont surtout les zébus (Bos indicus). Les taurins (Bos taurus) sont en nombre assez restreint et ne représentent que 2% de la population bovine totale.

Les espèces taurines retrouvées sont :

6

- les muturu au Sud-Ouest ;

- les Namchi ou Dowayo au Nord-Ouest dans le Faro ;

- les Kapsiki à l'Extrême-Nord et dans le Mayo Tsanaga ;

- les Kouri au niveau du Lac Tchad.

Les races de zébus élevées au Cameroun sont au nombre de 4:

- le zébu Mbororo rouge ou Red fulani qui vit au Nord, au Nord-Ouest, à l'ExtrêmeNord, dans l'Adamaoua, à l'Ouest et à l'Est;

- le zébu Mbororo blanc ou White fulani est élevé dans les trois provinces septentrionales du pays, à l'Ouest et à l'Est;

- le zébu Goudali se rencontre dans l'Adamaoua, à l'Est et au Nord-Ouest;

- le zébu peuhl du Sahel est retrouvé dans le Nord et l'Extrême-Nord.

Les petits ruminants

Les petits ruminants sont élevés sur toute l'étendue du territoire avec une importance variable selon les provinces. Les provinces du Nord et de l'Extrême-Nord totalisent à elles seules près des 3/4 du cheptel national.

Les différentes races de moutons élevées au Cameroun sont représentées par le mouton du Sahel rencontré au Nord et à l'Extrême-Nord ; le mouton Oudah qu'on retrouve à l'Extrême-Nord ; le mouton Djallonké dans le Nord, l'Extrême-Nord et l'Adamaoua ; puis le mouton Belly au centre, au Sud et à l'Est.

Quant aux races de chèvres, elles regroupent la chèvre du Sahel au Nord et à l'Extrême-Nord ; la chèvre rousse au Nord et à l'Extrême-Nord ; la chèvre Djallonké au Nord, à l'Extrême-Nord et à l'Adamaoua ; puis la chèvre naine dans les zones méridionales.

I.2.2- Zones de l'élevage porcin

L'élevage porcin est surtout pratiqué dans les régions de l'Ouest, du Nord et du Sud-Ouest, du Littoral, du Centre, du Sud, de l'Adamaoua et dans l'Extrême-Nord. Les

7

principales races exploitées sont représentées par les races locales et des métisses (races locales x Large white / Land race).

I.2.3- Zones de l'aviculture

L'élevage traditionnel exploitant les souches locales est pratiqué dans tout le pays, alors que les élevages modernes sont concentrés autour des grandes villes des provinces de l'Ouest, du Littoral et du Centre et exploitent les souches exotiques.

I.2.4- Zones de l'élevage équin et asin

Le cheval est présent dans les régions du Nord et de l'Ouest du pays. Il est utilisé dans la chevalerie nationale, le transport, la traction hippomobile, l'équitation sportive, la chorégraphie équine lors des manifestations culturelles telles que la fantasia au Nord du pays. Il est très peu rencontré au centre et au sud du pays du fait de la trypanosomose qui y sévit.

Les systèmes d'élevage pratiqués dans ces différentes zones sont multiples.

I.3- Systèmes d'élevage

Les systèmes d'élevage au Cameroun varient d'une région à une autre selon les délimitations géographiques et climatiques. Ils sont par ailleurs influencés par les évolutions de la demande des populations en produits animaux, par la culture des populations et par le niveau d'instruction ou de formation des éleveurs.

I.3.1- Systèmes d'élevage des ruminants

Les systèmes d'élevage des ruminants sont peu spécialisés. Ils restent dominés par le mode extensif de conduite des troupeaux.

En fonction de la densité animale dans chaque zone écologique et des disponibilités en fourrage, on distingue de façon schématique trois grands systèmes de

8

production bovine au Cameroun : l'agropastoralisme, le pastoralisme et le ranching (MINEPIA, 2000).

L 'agropastoralisme

Le système agropastoral consiste en l'association de l'élevage aux cultures pluviales (mil, maïs, arachide, coton, etc.) et irriguées (riz, tomate et oignon, etc.). Le mode de conduite des troupeaux est déterminé par la recherche de parcours saisonniers dans les limites des territoires villageois ou à l'extérieur de la zone d'attache. La transhumance y est pratiquée avec différents niveaux de sédentarisation. De nombreux cas de litiges sont couramment signalés entre agriculteurs et éleveurs sur les parcours. Au Nord-Ouest, des accidents dus à l'ingestion de plantes toxiques notamment la fougère, par les animaux sur les parcours sont souvent enregistrés.

Ce système concerne près de 65% du cheptel national. Il est pratiqué par les éleveurs Foulbé (MINEPIA, 2000).

Le pastoralisme

Le pastoralisme correspond à une exploitation extensive des pâturages naturels entraînant des déplacements d'ampleur variable. En effet, les contraintes liées au milieu naturel, notamment la dispersion dans l'espace des ressources en eau, en pâturage et leur variabilité dans le temps, imposent une grande mobilité des éleveurs et de leur bétail. Le mode de vie des éleveurs et l'ensemble des activités productives sont subordonnés à la sécurisation du troupeau. Ce système est pratiqué par les éleveurs Mbororo et concerne 30% du cheptel bovin national (MINEPIA, 2000).

Le ranching

C'est une méthode d'élevage de plein air dans un espace bien délimité, reposant sur l'exploitation exclusive des pâturages le plus souvent naturels dans un système faisant appel à un minimum de main d'°uvre (GONGNET, 1997). Ce système

9

représente 5% du cheptel bovin camerounais. Il est pratiqué par des personnes nanties dans la province de l'Adamaoua et de l'Ouest.

Quant aux petits ruminants, à l'exception de la partie septentrionale du pays oü il existe des élevages structurés, la divagation est le mode d'élevage le plus pratiqué. Les élevages familiaux existent avec un système de gardiennage unique dans les villages.

I.3.2- Systèmes utilisés en aviculture

L'aviculture traditionnelle utilise les souches locales et représente 70 % de l'effectif aviaire camerounais (ICHAKOU, 2004). Elle est essentiellement pratiquée en milieu rural. Les effectifs par propriétaire sont faibles et dépassent rarement dix têtes.

L'aviculture moderne quant à elle connaît des progrès considérables. En effet, l'interdiction des importations de poulets de chair conditionnés au cours de l'année 2005, l'augmentation de la demande et des investissements privés ont permis l'exploitation des effectifs importants. Les producteurs font aussi bien l'élevage des poulets de chair que celui des pondeuses.

I.3.3- Systèmes de l'élevage porcin

L'élevage porcin est dominé par une production traditionnelle et familiale. Les élevages naisseurs sont peu nombreux par rapport aux élevages naisseurs-engraisseurs. Les éleveurs pratiquent le plus souvent des stratégies de reconstitutions successives des troupeaux consécutives aux passages répétés de la Peste Porcine Africaine (PPA) qui demeure la contrainte majeure de cette production.

Le développement de l'élevage dans ces différents systèmes de production est confronté à plusieurs problèmes parmi lesquels les contraintes sanitaires.

10

sommaire suivant