WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les anomalies des nouvelles introductions en bourse: Cas du nouveau marché français

( Télécharger le fichier original )
par Najed BEN HADJ AL
IHEC Tunis - Mastere Monnaie et Finance 2005
  

sommaire suivant

Université de 7 novembre à Carthage

Institut des Hautes Etudes Commerciales à Carthage

IHEC

Mémoire de fin d'études

(2004-2005)

Mastère : Monnaie et Finance

Elaboré par : Encadré par :

BEN HADJ ALI Najed BEN KHLIFA Zouhaier

hadjalinajed@yahoo.fr

hnajed2007@gmail.com

Introduction générale

Les études portant sur les nouvelles introductions en bourse (Initial Public Offering IPO), se proposent généralement de répondre aux questions suivantes :

1- Pourquoi faire appel public à l'épargne ?

2- Pourquoi le premier cours de clôture sur le marché secondaire est supérieur au prix d'introduction (la sous-évaluation des IPOs)

3- Quels sont les prochains détenteurs de ces nouvelles actions ? C'est à dire l'allocation des IPOs aux différents investisseurs.

4- Y a -t -il une sous performance de long terme des IPOs ?

5- Par quoi expliquer le cycle d'IPOs ?

La raison principale de faire appel public à l'épargne est la collecte des fonds nécessaires au financement des projets futurs de l'entreprise. En effet, une entreprise cotée peut augmenter son capital beaucoup plus facilement qu'une entreprise non cotée et l'élargissement du cercle des actionnaires de l'entreprise permet une meilleure répartition des risques et une diversification des sources de financement grâce à une panoplie de produits financiers répondants aux besoins de l'entreprise.

Également, s'introduire en bourse permet à l'entreprise une plus grande autonomie, une meilleure notoriété, dans la mesure où elle fera l'objet d'une attention plus soutenue de la part du milieu financier et verra alors son image de marque et sa crédibilité s'affirmer auprès des banques fournisseurs et clients, une évaluation permanente et une liquidité des titres qui permet aux propriétaires (ou actionnaires) de valoriser leur patrimoine à la valeur réelle et de diversifier leur investissement.

De même l'introduction en bourse permet d'attirer et de maintenir des dirigeants de qualité et de leurs proposer des formules de motivation et d'intéressement tels que les options. Avec des actions cotées les dirigeants peuvent également évaluer leur intéressement et mesurer les gains réalisés, tout en étant sûr de pouvoir vendre leurs actions au moment voulu.

Cependant, l'entreprise fait face à une grande transparence, dans l'obligation de publier ses états financiers périodiquement, et une dilution du capital qui fait que les dirigeants fondateurs ne possèdent plus la majeure part suite à l'ouverture du capital au public ce qui conduit à un élargissement du conseil d'administration.

L'observation de l'évolution des cours suite à l'introduction en bourse montre des rendements élevés sur les premiers jours de cotations. La hausse des cours garantie aux investisseurs un rendement initial anormal positif faisant preuve d'une initiale sous-évaluation des nouvelles actions.

Cette première anomalie de court terme ne dépend pas de l'organisation d'un marché donné, mais elle est plutôt mise en évidence par la plupart des études en la matière en adoptant diverses méthodologies.

L'analyse du comportement de long terme des taux de rendements des actions à la suite des évènements que connaît l'entreprise tels que la distribution de dividendes, les opérations de Split, acquisitions ou émission d'actions nouvelles, permet de déceler la performance anormale de long terme. Diverses approches sont utilisées et différents test statistiques sont adoptés afin de mettre en valeur l'ampleur et la significativité de cette performance anormale que ce soit une sur ou sous performance.

Une méthode de tester si le prix d'introduction ou le premier cours de clôture est la meilleure estimation de la valeur réelle ou fondamentale, est d'examiner les taux de rendements de long terme.

Au delà des premiers jours de transactions et des rendements initiaux positifs, l'étude des rendements anormaux de long terme (3 à 5 ans) montrent une sous performance des nouvelles actions à diverses références des rendements espérés ou normaux tels que les indices de marché, les entreprises de contrôle et les portefeuilles de référence.

L'existence des taux de rendements anormaux, prouve donc que le premier cours de clôture est une estimation biaisée de la valeur fondamentale de l'action.

La deuxième anomalie de long terme, celle de la sous performance, trouve son origine dans les rendements anormaux négatifs de long terme.

L'observation du volume des nouvelles introductions en bourse en nombre pour un marché donné et sur une période de temps assez longue montre l'existence de périodes de fort volume d'IPOs (Hot Market ou marché haussier) et des périodes de faible volume d'IPOs (Cold Market ou marché baissier) soit un cycle d'IPOs suivi par un cycle de rendements initiaux. D'où la troisième anomalie celle de Hot Market phenomenon mise en évidence par la plupart des études portant sur la sous-évaluation et/ou la sous performance de long terme des IPOs.

Dans ce présent travail on se propose d'apporter une revue de la littérature sur les trois anomalies ainsi présentées, à savoir la sous-évaluation et le cycle des nouvelles introductions en bourse dans un premier chapitre et la sous performance de long terme dans un deuxième chapitre et d'étudier principalement le signe de la performance anormale de long terme des nouvelles introductions en bourse sur le nouveau marché français et ses explications possibles, dans un troisième chapitre.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.