WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact des chocs pétroliers sur l'économie tunisienne

( Télécharger le fichier original )
par Ramzi Salem
ESSECT - Master 2007
  

sommaire suivant

Université de Tunis III
Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales
Année universitaire: 2007/2008

Analyse et Prévision de l'Impact de la Hausse

du Prix de Pétrole sur les Principaux

Indicateurs Economiques de la Tunisie par une

Modélisation VAR et un Modèle Calculable

d'Equilibre Général

Mémoire pour l'obtention du diplôme du

Mastère de Recherche en Sciences Economiques

« Entreprise et Marché Européen »

Encadré par : Professeur Ghazi BOULILA

Elaboré par : Ramzy SALEM

L 'ESSE C n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les mémoires, ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs

Remerciements et Dédicaces

Je tiens à remercier mon encadreur le Professeur Ghazi BOULILA pour ses conseils méthodologiques et ses suggestions scientifiques précieuses ainsi que ses encouragements tout au long de ce travail et sa patience pendant dix pénibles mois, Monsieur Mohamed TRABELSI qui m'a enseigné l'analyse des séries temporelles et Monsieur Fathi LA CHHEB qui m'a enseigné le modèle canonique des cycles réels et m'a inspiré par ses travaux relatifs aux analyses des chocs. J'insiste sur le fait que toute incohérence ou manque au niveau de ce travail est de ma propre responsabilité. J'exprime aussi ma reconnaissance à tous ceux qui m'ont enseigné depuis le primaire.

Je dédie ce travail à mes chers parents en récompense de leurs sacrifices et leur clairvoyance qui m'a servi et me servirait tout au long de ma vie, à mon frère Rami, ma soeur Amal, mes amis Chayma, Imed Latrech, Nidhal Sleymia, Ali Ben Belgacem et Mohamed Choura tout en leur souhaitant la réussite dans tout ce qu'ils entreprennent

A tous les membres de ma famille l'ESSEC de Tunis qu'ils soient enseignants, fonctionnaires ou ouvriers.

A toute personne honorant ce mémoire en l'utilisant honn tement aux fins sacrées de la recherche académique tout en lui souhaitant la bonne réussite.

Analyse et Prévision de l'Impact de la Hausse du Prix de

Pétrole sur les Principaux Indicateurs Economiques de la

Tunisie par une Modélisation VAR et un Modèle
Calculable d'Equilibre Général

SOMMAIRE

INTRODUCTION GENERALE 1

CHAPITRE 1 : L'OFFRE, LA DEMANDE, LES RESERVES ET LE PRIX DE
PETROLE 5

Introduction 6

Section I : L'offre de pétrole 6

I.1. Terminologie des sources de l'énergie .. 6

I.2. La dominance du pétrole dans la génération de l'électricité . 7

I.3. Evolution des techniques d'extraction du pétrole... 8

I.4.Classification géographique de la production et de l'exportation de pétrole 9

Section II : Les réserves de pétrole 13

Section III : La consommation de pétrole 15

III.1. Décomposition sectorielle de la demande de pétrole ..16

III.2. Prospections de l'évolution de la consommation jusqu'à 2030 17

Section IV : Rôle de l'offre et la demande de pétrole dans les hausses actuelles

des prix 18

IV.1. Stagnation de l'offre de pétrole 18

IV.1.1. La désincitation des investisseurs à cause de la volatilité des prix et

l'incertitude de la demande 19

IV.1.2. La structure économique des pays exportateurs : endettement et

fermeture 19

Section V : Perspectives de long terme du marché pétrolier 20

Section VI : L'impact de la spéculation sur le niveau et la volatilité des prix 22

Conclusion .. .23

CHAPITRE 2: LES CHOCS PETROLIERS : ENDOGENEITE, CANAUX DE
TRANSMISSION ET IMPCT SUR LES INDICATEURS

ECONOMIQUES FONDAMENTAUX

Introduction.

24

.25

Section I : Historique et répercussions des chocs pétroliers depuis 1973

.26

Section II : Les chocs pétroliers : exogènes ou endogènes

27

Section III : Transmission du choc par l'offre versus transmission par la demande

30

Section IV : L'impact des hausses du prix de pétrole sur les différents indicateurs

économiques .

31

IV.1. La croissance économique

32

IV.2. Les termes de l'échange

32

IV.3. Les prix internes et l'inflation

33

IV.4. La demande interne

33

Section V : La valeur ajoutée, le déflateur de la valeur ajoutée lors d'un choc pétrolier selon

une optique monétariste 34

Section VI : Quelques facteurs susceptibles d'atténuer l'impact du choc actuel 36

Conclusion 37

CHAPITRE 3: TENTATIVE D'ESTIMATION ET D'ANTICIPATION DES EFFETS D'UN CHOC PETROLIER A L'AIDE D'UNE MODELISATION VAR ET UN

MODELE CALCULABLE D'EQUILIBRE GENERAL 39

Introduction 40

Section I : Analyse de l'impact d'un choc de 10% sur le prix nominal de pétrole entre

2001:1 et 2007:2 par un modèle VAR structurel 40

I.1. Les faits stylisés 41

I.2. Décomposition de la variance et étude de la causalité 43

I.3.

Estimation de l'impact d'un choc de 10% affectant le prix nominal du pétrole brut à

l'aide d'une modélisation VAR 44

I.3.1. L'IPC et le prix de pétrole entre 2001:1 et 2007:2 44

I.3.2. La croissance et le prix de pétrole entre 2001 :1 et 2007:2 .. 46
Section II : Le modèle néokeynésien d'une économie importatrice de pétrole de Blanchard

et Gali(2007) .47

II.1. Fonctions de comportement des ménages 49

II.2. Fonction de comportement des firmes 50

II.3. L'équilibre . 51

II.4. Quantification des effets des chocs pétroliers 53

II.5.

Prévision de l'impact des hausses respectives du prix de pétrole de 5%,10% et 15% entre 2005 et 2020 sur l'économie tunisienne .55

II.5.1. Calibrage et vérification du modèle... . 56

II.5.2. Résultats pour la Tunisie .. .58

a) Scénario 1 : Une hausse du prix réel de pétrole de 5% 58

b) Scénario 2 : Une hausse du prix réel de pétrole de 10% 61

c) Scénario 3 : Une hausse du prix réel de pétrole de 15% 63

d) Scénario 4 : Un choc pétrolier de 10% avec une économie de l'énergie de 20% entre 2008 2011 65

e) Scénario 5 : Impact d'une politique de baisse ou de hausse du taux

d'intérêt lors d'un choc pétrolier de 10% 68

Conclusion 72

Conclusion Générale 73

BIBLIOGRAPHIE 76

ANNEXE I : Résolution détaillée du modèle néokeynésien d'une Economie importatrice de pétrole de Blanchard et Gali (2007)

ANNEXE II : Output GAMS de la simulation permettant de prévoir l'impact d'un choc pétrolier de 10% jusqu'à 2020

INTRODUCTION GENERALE

Depuis les années 1970, et après avoir observé les répercussions du premier choc pétrolier sur la majorité des économies mondiales importatrices de pétrole, les économistes considèrent l'évolution du cours du baril de pétrole brut comme étant l'une des principales sources des fluctuations de l'activité économique. Une telle perception est essentiellement dûe aux épisodes de faible croissance, de chômage élevé et de forte inflation qui ont caractérisé les économies des pays développés au milieu des années 1970. Le plus fameux choc pétrolier est sans doute celui qui a eu lieu entre la fin de 1973 et le début de 1974. Ce choc était le premier mais n'était pas le dernier. Il n'était que l'un des cinq épisodes de chocs majeurs qui se sont déroulés dans l'ordre entre 1973:3-1974:1, 1979:1-1980:2, 1999:1-2000:4 et entre 2002:1-2005:3.

Depuis la fin de 2005 le cinquième choc qui semble le plus long et qui rappelle l'ampleur de celui des années 1970 est en train de frapper la majorité des pays importateurs de pétrole qu'ils soient développés ou en voie de développement et dont les effets commencent à apparaitre partout dans le monde sous forme d'une stagnation de l'emploi, d'un ralentissement de la croissance et des niveaux d'inflation qui sont de plus en plus insoutenables par les consommateurs. Tous les pays importateurs de pétrole ont été en état d'alerte quand le baril a dépassé les 70$ dés le deuxième trimestre de 2007. Même le plus pessimiste des experts ne s'attendait pas à ce que le prix de pétrole brut atteindrait les 100 $ dès l'aube de l'année 2008 et qu'avant la fin du premier trimestre de 2008 le baril de pétrole se négocierait au dessus de 110 $ dans les marchés internationaux du brut. Les hausses actuelles du prix de pétrole semblent irréversibles. En fait, il est peu réaliste de s `attendre à ce que les cours du baril de l'ordre de 15$, 20$ et de 30 $ qui prévalaient jusqu'aux années 1980 et 1990 seront de retour pendant ce millénaire. Le contexte actuel de la croissance mondiale caractérisé par la montée en puissance de plusieurs pays surpeuplés et dont les tissus industriels sont fortement intensifs en énergie tels que l'Inde et la Chine, et les prévisions d'un épuisement total des réserves de pétrole estimé au plus tard dans 50 ans, renforcent le pessimisme concernant l'évolution futures du cours du baril. Plusieurs pays ont investi des fonds énormes afin de substituer le pétrole par d'autres sources d'énergie. Les biocarbures, les hydrocarbures et même l'énergie nucléaire ne constituent pas de véritables alternatives au

moins dans le court et le moyen terme vue la dominance de l'électricité thermique par rapport aux autres types de l'électricité et à l'évolution du secteur de transport qui, depuis toujours, occupe le premier rang dans l'usage de pétrole. Entre 1973 et 2005 la contribution de pétrole dans la génération de l'énergie a baissé de 46% à 35%. Une telle baisse sur 32 ans ne reflète pas que le pétrole serait bientôt abandonné puisqu'il génère encore, plus que le un tiers de l'énergie consommée à travers le monde.

Les ressources bibliographiques en notre disposition montrent que le thème relatif à l'énergie en général, et au pétrole en particulier, n'a pas été suffisamment traité partout dans le monde et surtout en Tunisie. La majorité des travaux empiriques relatifs au pétrole sont d'ordre microéconomique et dont la majorité s'intéresse aux calculs des surplus des différents acteurs économiques chacun à part suite à des politiques fiscales de taxation et de subvention des différents produits pétroliers. D'autres études qui sont d'ordre écologique se sont intéressées à la quantification des externalités et surtout à la pollution. En notre connaissance, aucune étude académique ne s'est intéressée à l'analyse de l'impact des chocs pétroliers sur l'économie tunisienne. Ceci peut être dû au fait que l'inquiétude vis-à-vis des chocs pétroliers n'était pas justifiée et qu'ils étaient même les bienvenues puisque la Tunisie était un pays exportateur net de pétrole jusqu'à la moitié des années 1980. Une autre raison qui peut justifier la renonciation des économistes tunisiens à aborder un tel sujet est la rareté des travaux empiriques de qualité à l'échelle mondiale qui ont traité l'impact macroéconomique des chocs pétroliers et des outils de simulation et d'analyse des séries temporelles qui sont indispensables pour l'analyse en termes de chocs dans le cadre de la théorie des cycles réels. Il a fallu attendre jusqu'à la fin de 2007 pour que deux auteurs de renommée publient un article entièrement consacré à l'analyse de l'impact des chocs pétroliers surtout sur l'économie américaine et pour certains pays de l'OCDE. Il s'agit en fait de l'article de Blanchard et Gali (2007) qui a traité ce sujet en effectuant des simulations par une modélisation VAR. Leur modèle est intitulé « le modèle néokeynésien d'une économie importatrice de pétrole ».

En effet, la modélisation VAR est une technique économétrique dont l'usage est très courant depuis Sims (1980). Le recours aux modèles VAR peut se justifier par le fait qu'ils permettent d'expliquer une variable par ses propres retards et par l'information contenue dans d'autres variables ce qui résout les problèmes relatifs à la cointégration et surtout parce qu'ils

ont des procédures d'estimation, de tests et de simulation qui sont relativement simples en présence des outils informatiques appropriés.

En ce qui concerne la théorie des cycles réels (TCR), l'article de base revient à Cass et Koopmans (1965). Consécutivement, les hypothèses du modèle de Cass et Koopmans ont été restructurés afin de permettre d'envisager des sources d'impulsion. Les mécanismes de propagation d'un choc quelconque sont assurés par l'hypothèse de l'endogénéité des décisions d'épargne et de travail.

Dans ce cadre et en s'inspirant du document de travail de Blanchard et Gali cité ci- dessus, on a essayé en premier lieu de mesurer la réponse de la croissance de l'économie tunisienne et des prix face à un choc pétrolier de 10% durant les dernières années sur la période entre 2001:1 et 2007:2 et de prévoir les effets cumulés d'un choc hypothétique, de même ampleur, soit de 10%, soutenu entre 2005 et 2020, sur le taux de croissance du PIB réel, l'indice des prix à la consommation(IPC), l'indice des prix des ventes industrielles(IPVI) et l'emploi.

Pour ce faire, et dans les deux premiers chapitres qui sont d'ordre théorique, on va en premier lieu décrire les mécanismes, l'évolution et les caractéristiques de l'offre et de la demande de pétrole ainsi que leurs perspectives de long terme. Ensuite, le second chapitre qui commence par un bref historique des différents chocs pétroliers ainsi que les effets qui leur ont été associés. Ce deuxième chapitre constitue un survol théorique qui discutera des sujets souvent polémiques relatifs à la question de l'endogènéité des chocs pétroliers et leurs canaux de transmission vers l'activité économique. On finira ce chapitre par une description théorique de l'impact des hausses du prix de pétrole sur la croissance, les termes de l'échange, l'inflation, et à l'aide d'un simple modèle on décrira brièvement la conduite optimale de la politique monétaire lors des chocs pétroliers.

Dans le troisième chapitre, qui constitue notre apport empirique et qui sera entièrement consacré à l'économie tunisienne, on commencera par l'observation des séries filtrées du prix nominal de pétrole, de l'évolution de l'IPC et du taux de croissance du PIB réel entre 2001:1 et 2007:2. Ensuite ces mêmes séries nous serviront à analyser l'impact d'une hausse des prix de pétrole de 10% sur l'IPC et sur le taux de croissance du PIB réel par une modélisation VAR. Dans la deuxième section et en s'appuyant sur un modèle de cycles réels de Blanchard et Gali (2007) et dont la résolution détaillée sera fournie aux annexes, on essaiera de prévoir

l'impact cumulé d'un choc de 5%, de 10% et puis de 15% touchant le prix réel de pétrole, sur les quatre indicateurs de la conjoncture économique déjà cités dans la problématique. On envisagera par la suite la contribution des politiques relatives au taux d'intérêt et de l'économie de l'énergie dans l'atténuation de l'impact d'un choc pétrolier de 10% qui sera choisi comme le scénario de référence.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.