WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La prise en charge des hémiplégies consécutive a l'oedeme cérébral

( Télécharger le fichier original )
par Paul Ukondayanga udilamfumu
Institut supérieur des techniques médicales de Kinshasa (R.D.C.) - Gradué en kinésitherapie 2008
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

DEDICACE

A mes Parents bien aimés,

A mes Frères et Soeurs,

A mes Oncles et Tantes,

A la compagnie des Jésus,

A tous mes amis de la vie de tous les jours ;

Que ce travail soit pour vous la matérialisation de la récolte d'un grain que vous avez planté avec tant d'amour, entretenu avec patience et qui, enfin de compte, porte des fleurs.

Ad majorem Dei Gloriam

«  En tout aimer est servir »

Avant- propos

Au moment où nous voulons rendre cette oeuvre publique pour justifier la fin du premier cycle de nos études, nous avons un agréable devoir de remercier tous ceux qui, de près ou de loin d'une façon ou d'une autre, nous ont assisté durant notre formation afin de faciliter la rédaction de ce travail.

Nous sommes grandement redevables à tous nos professeurs, chefs des travaux et assistants de la section de Kinésithérapie et de l'Institut Supérieur des Techniques Médicales Kinshasa (ISTM en sigle), pour leur dévouement et l'amour du travail bien fait pour notre apprentissage.

Nos sentiments de profonde gratitude s'adressent à l'Assistante Hortense SHEKA pour avoir accepté de prendre la direction de ce travail, malgré ses nombreuses occupations, Ses remarques et sages conseils, combien pertinents, nous ont aidé dans la réalisation de ses pages.

Nos remerciements vont également à l'égard du Dr Aimée MUPUALA pour ses conseils et son encadrement scientifique en dépit de ses multiples occupations.

Enfin, notre gratitude va à l'endroit de tous les amis de la promotion, que nous remercions pour leur amour.

Paul UKONDAYANGA UDILANFUMU

INTRODUCTION

0.1. Problématique

Au cours de ces dernières années, l'approche diagnostique des hémiplégiques consécutifs à l'oedème cérébral s'est considérablement simplifiée grâce à l'apport du scanner et de l'imagerie par résonance magnétique. Ainsi il est aisé pour le médecin de poser le diagnostic, mais le problème se situe au niveau des traitements qu'il faut adapter à chaque cas, c'est-à-dire le traitement médical, chirurgical et Kinésithérapique.

Pour notre travail qui s'intitule la prise en charge Kinésithérapique des cas d'hémiplégies consécutives à l'oedème cérébral, nous localisons d'abord l'oedème au niveau de la circonvolution frontale ascendante où est situé le centre de la motricité.

L'hémiplégie qui est définie comme une paralysie de la moitié du corps. Le manque de la motricité d'une moitié du corps perturbe la personne et le rend handicapée. La fonction locomotrice est compromise et l'autonomie fonctionnelle du sujet est mise en jeu. Considérant tous ces problèmes, quelques questions de recherche méritent d'être posées à savoir :

- Qu'arrive-t-il à un malade atteint de l'hémiplégie consécutive à l'oedème cérébral en près ou post opératoire?

- Est-ce qu'une prise en charge kinésithérapique correcte peut ré donner encore au sujet l'autonomie fonctionnelle?

Voilà quelques interrogatoires auxquelles nous tenterons de répondre tout au long de la recherche.

0.2. Hypothèse

Une prise en charge Kinésithérapique correcte de l'hémiplégie consécutive à un oedème cérébral peut améliorer l'état du sujet dans la rééducation des fonctions perdues et permettre aussi une autonomie fonctionnelle.

0.3. But et objectif

Le but de cette étude est de mettre sur pied un programme de la prise en charge Kinésithérapique de l'hémiplégie consécutive à l'oedème cérébral afin d'améliorer dans la mesure du possible, l'état fonctionnel du patient hémiplégique.

Pour atteindre ce but, nous nous sommes assignés les l'objectifs suivant :

- Examiner correctement le patient présentant l'hémiplégie due à l'oedème cérébral ;

- Elaborer les directives de la prise en charge Kinésithérapique et les appliquer précocement et correctement ;

- Evaluer les résultats obtenus afin de dégager l'efficacité de la prise en charge.

0.4. Choix et intérêt du sujet

Depuis des années, les spécialistes de la santé publique ont toujours cherché comment réduire le taux de la mortalité et de l'handicap, afin de permettre à l'homme d'être en bonne santé physique, morale et mentale pour participer au développement de notre continent en général et en particulier de notre pays, la République démocratique du congo.

En voyant ce cas au sein de nos sociétés, nous avons choisi ce sujet afin de trouver des voies et moyens pour améliorer l'état de nos sujets hémiplégiques et apporter notre contribution aux prestations des soins en général et en mettant à la dispositions des kinésithérapeutes un document scientifique qui servira de guide.

0.5. Méthodologie de la recherche

Pour réaliser ce travail, nous avons opté pour deux méthodes à savoir :

- la méthode d'analyse documentaire qui nous permettra de rédiger la partie théorique de ce travail en consultant des ouvrages d'anatomie et physiologie, de pathologie, de neurologie, de chirurgie, de kinésithérapie et de rééducation; en plus consulter quelques sites Web; voire des travaux de fin d'études ayant trait à notre sujet.

- La méthode expérimentale nous permettra de réaliser la prise en charge de quelques cas d'hémiplégies consécutives à l'oedème cérébral afin de démontrer l'efficacité de la prise en charge Kinésithérapique.

0.6. Délimitation et subdivision du travail

Hormis l'introduction et la conclusion, ce travail comportera quatre chapitres dont :

Le premier chapitre concerne le rappel anatomophysiologique du cerveau ;

Le deuxième chapitre abordera l'étude clinique de l'hémiplégie consécutive à l'oedème cérébral ;

Le troisième Chapitre sera consacré à un traitement Kinésithérapique pré et post-opératoire et enfin, Le quatrième s'articule au tour des présentations des cas cliniques suivis et traités.

Chapitre I : RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE DU CERVEAU

Dans ce chapitre, nous allons parler de L'anatomie et de la physiologie du cerveau, cela pour nous permettre de comprendre les différentes structures et fonctions de ce dernier.

Il nous s'avère important dans la mesure où la pathologie qui fait l'objet de notre étude siège à ce niveau.

I.1. Le cerveau

Le cerveau est une masse nerveuse située à l'intérieur de la voûte du crâne, et constituant la partie principale de l'encéphale. Il est situé dans la partie antérieure et moyenne de la boite crânienne, en forme d'une masse ellipsoïdale pesant environ 1400 g et occupe un volume de 1200 cm3. Il est séparé par un sillon antéropostérieur faisant les hémisphères gauche et droit, et sont reliés par le corps calleux, La surface de chaque hémisphère est parcourue par quatre petits sillons  les séparant en 6 lobes :

- lobe frontal ;

- lobe pariétal ;

- lobe occipital ;

- lobe temporal ;

- lobe de l'insula ;

- lobe du corps calleux.

Ce sont des scissures qui divisent le cerveau en plusieurs lobes.

Les trois principales scissures des hémisphères sont :

- la scissure de ROLANDO

- la scissure de SYLVIUS

- la scissure perpendiculaire externe (1(*))

Embryologiquement, les hémisphères cérébraux sont développés au dépend du télencéphale et ils sont constitués par une masse de substance nerveuse (blanche et grise) disposée autour d'une cavité représentée par les ventricules moyens développés au dépend de diencéphale lequel à été intégré au cours de son développement aux hémisphères cérébraux.

I.2. Hémisphères du cerveau

Le cerveau comprend deux hémisphères dont l'un à droite et l'autre à gauche, reliés entres eux par deux points de substance blanche : Le corps calleux et le trigone.

Chaque hémisphère cérébral a trois faces : une supéro-externe, une interne et une inférieure.

- la face supéro-externe est large, convexe, elle est protégée par la voûte crânienne sus-jacente et par les côtes de la boite crânienne ;

- la face interne est plate ; située contre le plan sagittal médian, elle est séparée de son homologue de côté par le font du cerveau. Elle est séparée de la face supéro-externe par le bord supérieur.

La face inférieure ou base est située sur deux niveaux, son tiers antérieur étant plus élevé que ses deux tiers postérieurs.

Le tiers antérieur repose sur les planches de l'étage antérieur du crâne et le tiers moyen sur celui de l'étage moyen.

Le tiers postérieur est sur le même niveau que le tiers moyen puis il repose non pas sur la planche, mais sur le toit de l'étage postérieur.

Ce toit est présenté par la tente du cervelet en dessous de laquelle se trouve le cervelet.

La face inférieure est séparée de la face supéro-externe par le bord inférieur, elle est séparée de la face interne par le bord interne qui dans son tiers moyen s'étend autour du tronc cérébral.

L'extrémité antérieure pleine et arrondie de l'hémisphère est le pole frontal. L'extrémité postérieure plus pointue que le pole occipital.

I.3. Sillons et circonvolution des hémisphères.

Chaque hémisphère du cerveau comprend cinq sillons qui ont une importance particulière puisqu'ils servent à délimiter les circonvolutions dont la fonction est commune.

Nous pouvons citer :

- Le sillon latéral à la scissure de la Sylvius qui est un sillon profond qui se découpe et s'étend vers l'arrière en dessous du pôle temporal, puis constitué en arrière presque horizontalement sur la face supéro-externe un peu plus bas que sa moitié supérieure ;

- Le sillon central au scissure de Rolando naît près du milieu du bord supérieur puis s'étend obliquement vers le bas et en avant à travers la face supéro - externe vers le sillon latéral ;

- Scissure calloso-marginal : c'est une scissure importante sur la face interne qui s'étend d'avant en arrière, en dessous et parallèlement au corps calleux ;

- Scissure calcarine : c'est un sillon court et profond qui prend son origine juste derrière l'extrémité postérieure du corps calleux et qui se dirige en arrière jusqu'à la face interne ;

- Sillon collatéral ; Il s'étend parallèlement au bord interne là où il dessine sur la surface inférieure le bord externe de la circonvolution de l'hippocampe qui lui est interne.

I.4. La circonvolution frontale ascendante

Elle se situe en avant de la scissure de Rolando dans le lobe frontale ; c'est une aire motrice primaire où l'on trouve la projection motrice des différentes parties de l'organisme.

Cette région est la base fondamentale de notre modeste travail du simple fait que l'oedème se localise à cet endroit. Dans cette partie, la circonvolution frontale ascendante, nous nous limiterons seulement sur la projection des différentes parties du corps :

- la motilité de tous les membres inférieurs est contrôlée par la face interne du frontal ascendant, représentée par le lobule para central ;

- la motilité du tronc, du thorax et de l'abdomen est contrôlée par la partie supérieure de la face interne de la circonvolution frontale ascendante ;

- la motilité des membres supérieurs est contrôlée par la partie moyenne de la face externe de la circonvolution frontale ascendante.

I.5. Lobe et lobule du cerveau

Les faces des hémisphères comprennent chacune le lobe frontal, parental, temporal et occipital sur la face interne, on admet souvent trois lobules qui sont le cuneus, le lobule quadrilatère et le lobule para central.

1.6. Le cervelet

Il est constitué à la partie postérieure et inférieure du crâne, dans les fosses cérébelleuses de l'occipital sous le cerveau derrière le tronc cérébral.

Il a la forme d'un coeur de carte à jouer ; il est formé de deux hémisphères cérébelleux séparés en lobules lames et lamelles par des sillons nombreux.

La substance grise occupe la périphérie et donne un aspect arborescent d'où le nom de l'arbre de vie (2(*))

Le cervelet est en connexion avec les autres parties de l'encéphale par des pédoncules :

- les pédoncules cérébelleux inférieurs l'unissent au bulbe ;

- les pédoncules moyens l'unissent à la protubérance annulaire ;

- les pédoncules cérébelleux supérieurs se dirigent vers les tubercules quadrijumeaux.

I.7. Le tronc cérébral

Ayant dépassé la région du noyau basal, les fibres descendantes de projection quittent le cerveau en entrant dans le tronc cérébral. Là, dans les pédoncules cérébraux, elles apparaissent sur la face antérieure au ventrale du tronc cérébral sous la forme de deux larges faisceaux qui se rapprochent l'un de l'autre pour finir par s'enfoncer dans la protubérance.

Le tronc cérébral est une petite région mais importante, on y trouve deux noyaux qui, à cause de leurs couleurs rougeâtres, sont appelés les noyaux rouges. La « cavité » du cerveau intermédiaire est le petit canal connu sous le nom d'aqueduc de Sylvius (aqueduc tus cerebri).

Il est entouré par une couche de matière grise contenant d'important noyau sur la face dorsale du tronc cérébral se trouvent deux paires d'éminences arrondies qui sont les tubercules quadrijumeaux supérieures et inférieures qui contiennent des noyaux jouant un rôle dans la vue.

I.8. Fonction du cerveau

C'est le centre de commande du corps humain où est élaboré tout le mouvement volontaire et automatique du corps.

Toutes les informations y parviennent et y sont analysées. Le cerveau est en relation avec tous les organes par l'intermédiaire des éléments du système nerveux central. Une fois les informations analysées, la réponse repart vers les organes appropriés.

Le cerveau est divisé en plusieurs parties : les aires qui reçoivent chacune des informations caractéristiques et envoient des réponses adaptées. Chaque hémisphérique commande une moitié du corps humain.

L'hémisphère droit est responsable de la moitié gauche et vice-versa. Cette répartition est due au croisement des fibres nerveuses dans le tronc cérébral, le corps calleux est composé de substance blanche.

C'est donc une voie de passage ; c'est à ce niveau que les informations passent d'un hémisphère à l'autre.

Chaque hémisphère est divisé en zone spécifique :

- les aires cérébrales : chaque aire est responsable d'une fonction ;

- l'aire sensitive : analyse des fonctions sensitives (superficielles, et profondes) elle se situe dans la région pariétale;

- L'aire auditive et de compréhension du langage : analyse les sons captés par l'oreille et permet de comprendre ce que l'on entend. Elle siège dans le lobe temporal.

- L'aire du langage : permet à la fonction du langage, elle est présente dans l'hémisphère gauche chez le droitier et dans l'hémisphère droit chez le gauche. (3(*)

= les principales fonctions du cerveau peuvent être résumées ainsi :

· Recevoir tous les stimulus et les amènent pour la plupart d'être eux à une sensation consciente ;

· Provoquer tous les mouvements volontaires ;

· Réunir et retenir tous les influx reçus formant ainsi les bases de la mémoire

· Formuler et associer les idées donnant naissance à l'intelligence ;

· Exercer un contrôle sur la partie inférieure de l'encéphale;

· Exercer un contrôle inconscient sur plusieurs *-fonctions de l'organisme.

Chapitre II : ETUDE CLINIQUE DE L'HEMIPLEGIE CONSECUTIVE A L'OEDEME CEREBRAL

II.1. Définition de l'hémiplégie

L'hémiplégie est l'abolition plus au moins complète de la motilité volontaire dans une moitié du corps gauche ou droit, consécutive à une lésion unilatérale de la voie motrice principale au niveau de son neurone moteur central.

L'hémiplégie est un ensemble des symptômes liés à l'atteinte partielle d'un ou des deux faisceaux pyramidaux, support de la motricité volontaire. Elle se manifeste essentiellement par des troubles de la commande motrice et des réflexes avec le plus souvent une perte plus au moins complète de la motricité volontaire d'un hémicorps.(4(*))

II.2. Etiologie

Si le côté gauche est paralysé (hémiplégie gauche), c'est le côté droit du cerveau qui est atteint. Les causes de l'hémiplégie sont essentiellement :

· Oedème cérébral : l'hémiplégie est souvent progressive , elle s'étend à des régions de plus en plus étendues précédées parfois des crises d'épilepsie, les signes d'hypertension intracrânienne surtout le stade papillaire sont habituels;

· Vasculaire : l'hémiplégie qui apparaît brusquement est souvent due à un accident vasculaire cérébral, surtout chez les sujets âgés ou hypertendus. Chez le sujet jeune, il peut s'agir de la rupture d'un anévrisme congénital d'un vaisseau cérébral, accompagnée d'hémorragie sous arachnoïdienne (syndrome méningé).

· Traumatisme : l'hémiplégie peut être immédiate par une lésion directe de l'écorce cérébrale motrice ou bien peut survenir après un certain temps en cas d'hématome extradural et sous dural. Elle peut aussi apparaître lors- que le patient sort du coma ;

· Infection : on peut obtenir une hémiplégie dans certaines méningites surtout dans la méningite tuberculeuse de l'adulte ainsi que dans l'abcès cérébral et certaine encéphalite.

· Les lésions congénitales : dans les affections congénitales l'hémiplégie est rare

· Causes diverses: intoxication à l'oxyde de carbone, choc anaphylactique, transfusion incomplète, embolie gazeuse etc ...

II.3. Clinique

Dans le cas typique d'un patient qui vient de faire une hémiplégie consécutive à l'oedème cérébral, l'hémiplégie est facile à reconnaître. Elle s'installe brutalement, faisant parfois chuter le malade ; le patient est vigilant, il tourne volontairement la tête du côté opposé à l'hémiplégie, son bras et sa jambe sont flasques, hypotoniques et la bouche asymétrique essentiellement déviée du côté sain par hypotonie des muscles du visage du côté atteint (5(*)).

Lorsque la paralysie est incomplète, elle prédomine sur les allongeurs au membre supérieur et sur les raccourcisseurs aux membres inférieurs. Les réflexes ostéo-tendineux sont abolis au début, mais la survenue d'une extension du gros orteil lorsqu'on gratte le bord externe de la plante du pied (signe de Babinski) permet d'affirmer l'origine pyramidale de la paralysie.

Du fait de la décussation des fibres pyramidales dans le tronc cérébral, l'hémiplégie est en général contre latérale à la lésion cérébrale,

Il existe souvent des signes neurologiques associés, qui permettent de préciser le niveau de la lésion atteinte du cortex cérébral, entraîne souvent un trouble du langage (aphasie) ; un trouble du sensibilité de l'hémicorps hémiplégique ; un trouble du champ visuel du côté de l'atteinte de déficitaire.

Lorsque l'atteinte siège dans le tronc cérébral, on peut observer un déficit des nerfs crâniens par exemple de l'oculomotricité faciale ou une anesthésie du visage, tous ces signes associés étant situés du côté opposé à l'hémiplégie vont devenir spasmodique ; non seulement l'atteinte du faisceau pyramidal entraîne un déficit moteur qui constitue l'hémiplégie, mais encore on constate la spasmodique qui traduit la libération d'activités motrices réflexes normalement inhibées par le système pyramidal.

Certaines formes d'hémiplégies, beaucoup plus frustre sont parfois difficiles à reconnaître ; il s'agit soit d'accidents vasculaires cérébraux d'importance minime soit de déficit peu important lié à l'évolution d'un processus expansif intra crânien.

La reconnaissance de l'hémiplégie repose sur l'interrogation (notion d'un gène motrice en particulier pour les mouvements fins et la marche) mais elle repose aussi sur l'examen de la marche qui permet de constater un discret fauchage, une usure anormale des chaussures du côté paralysé, une diminution du balancement du bras à la marche du côté atteint, une asymétrie de contactions de la bouche lors de la grimace.

Dans cette dernière situation, l'hémiplégie consécutive à l'oedème cérébral ne pose plus un problème de diagnostique qu'un problème de nursing.

Les déficiences de perceptions spatiales sont souvent négligées notamment à cause de l'accent parlé sur la communication et la parole. Les personnes ayant souffert d'une attaque ; capables de parler et de comprendre la parole, ne sont souvent pas considérées comme diminuées.

Les capacités de perception spatiale sont cependant importantes et les personnes souffrant d'un déficit dans ce domaine ont souvent plus de difficultés à apprendre à être autonomes que celle qui souffrent d'un déficit équivalent dans le domaine oral.

Le comportement des hémiplégiques gauches peut conduire à surestimer leur capacité tandis que les hémiplégies droits ont tendance à être lent et prudent, les hémiplégiques gauches ont tendance à être impulsifs et trop rapide.(1)

II.4. Types d'hémiplégie

Nous distinguons

· l'hémiplégie frustre : où après la paralysie flasque apparaîtra rapidement une spasticité modérée, elle est même rapidement remplacée par les mouvements volontaires. Un traitement neuromusculaire bien appliqué permettra une récupération complète au bout de quelque mois et la réintégration du membre supérieur dans les mouvements globaux du corps devant retenir particulièrement l'attention.

· L'hémiplégie de la gravité intermédiaire ou la période de spasticité avec ébauche de mouvement volontaire sera beaucoup plus longue mais, une rééducation longue et régulière permettra une reprise presque totale des fonctions, seule la main restant souvent mal contrôler

· L'hémiplégie profonde : due le plus souvent à une atteinte importante du territoire sylvien avec spasticité importante ou de la récupération se fera sur un mode essentiellement syncinétique et marche difficile seront en général le début final de la rééducation qui évitera à ces malades de devenir grabataires

II.5. OEdème cérébral

C'est une accumulation anormale de liquide dans un tissu en particulier dans la circonvolution provoquant alors un gonflement qui nécessite une opération (craniotomie).

Si l'oedème est localisé à une région du corps, on observe une tuméfaction de cette région.

II.5.1. Symptomatologie de l'oedème cérébral

Les signes cliniques sont très variables, essentiellement fonction de siège original de la lésion et de l'extension de la masse de l'oedème. Le signe de compréhension des éléments environnants tels que le cerveau, le tronc cérébral, l'hypophyse et autre, se répercute sur les différents membres ou organes suivant le degré d'atteinte et en traînant ainsi les complications diverses.

En effet les oedèmes intra crânien se traduisent en deux groupent des symptômes.

II.5.1.1. Signes locaux les plus habituels

En rapport avec le foyer, l'oedème de la zone motrice donne le plus souvent les signes ci-après :

· symptôme d'excitation corticale, caractérisé par l'épilepsie bravais Jacksoniens.

· Symptôme de déficit moteur caractérisé par l'épilepsie de plusieurs formes : hémiplégie, monoplégie et tétraplégie.

II.5.1.2. Les symptômes d'hypertension intra crânienne :

Sont dans la plupart des cas très prononcé surtout pour les oedèmes à développement rapide qui se caractérise en trois stades symptomatiques :

1. Les céphalées intenses : non calmées par les analgésiques , accompagnées d'une augmentation de la tension du liquide céphalo- rachidien

2. vomissement en Jet ;

3. La stase papillaire qui relève au fond d'oeil, un oedème lors de l'examen ophtalmoscopique.

N. B : L'oedème de la zone motrice débute plus fréquemment par une crise d'épilepsie bravais Jacksonienne sans aucune symptôme dans l'intervalle de la crise.

II.5.2. Diagnostic différentiel

Les circonstances de découverte et les éléments du diagnostic sont en règle simple, il s'agit en premier lieu d'une céphalée vue au moins localisée, spontanée ou provoquée c'est-à-dire occasionnée par un oedème d'apparition progressive, la découverte due à l'occasion d'un traumatisme que dans le cadre d'une maladie en général. L'examen clinique apporte souvent peu de renseignement, mais alors le diagnostic de certitude porte sur les examens para médicaux ci-après :

II.5.2.1. Examen radiologique

Est de première importance à réaliser par le scanner en utilisant la fenêtre osseuse et tissulaire, très indispensable car il permet de préciser l'extension de lésion au niveau des parties molles du plan méningé et des structures cérébrales.

II.5.2.3. L'imagerie par résonance magnétique (Scanner)

A comme avantage d'étudier l'extension intra crânienne, le rapport de la taille avec les structures cérébrales et les sinus de la dure mère ; elle permet d'évaluer :

- l'image de l'oedème

-Le degré d'hydrocéphalie

II.5.2.4. Electro encéphalogramme

Révèle le plus souvent l'oedème primitif de la méninge, plus particulièrement de la méningé molle. Elle intéresse l'étude de notre travail, s'est localisé à la circonvolution frontale ascendante le méningiome de développer aux dépends de cellules arachnoïdiennes aberrante qui pénètrent la dure - mère.

L'oedème de la portion supérieure de la circonvolution frontale ascendante comporte' atteinte des membres contro latéraux ; celle qui atteigne un lobule para centrale en comprimant souvent la zone homologue et produisant ainsi une paralysie de la moitié du corps.

En effet, l'oedème cérébral est curable chirurgicalement

CHAPITRE III TRAITEMENT KINESITHERAPIQUE PRE ET POST OPERATOIRE

III. 1. ASPECT THERAPEUTIQUE DE L'OEDEME CEREBRAL

Dans ce chapitre nous allons aborder les différents aspects thérapeutiques de l'oedème cérébral et ses complications à savoir :

1. Traitement médical

2. Traitement chirurgical

3. Traitement Kinésithérapique

III. 1.1. Traitement médical

En ce qui concerne le traitement médical, nous n'allons pas entrer dans la profondeur du traitement, nous nous contenterons à énumérer les anti-inflammatoires et analgésiques qui pourront éventuellement calmer les douleurs pour permettre au kinésithérapeute de soigner les malades, nous citerons les analgésiques et les anti-inflammatoires ci-après :

Anti - inflammatoires Analgésiques

- Diclofenac - Aspirine

- Indométacine - Paracétamol

- Dolocide - Kinal

- Voltarene

III. 1.2. Traitement chirurgical

Dés que le diagnostic de processus expansif intracrânien est connu, le traitement chirurgical intervient et comprend :

- l'exérèse de l'oedème

- la mise en place d'une dérivation de liquide rachidien, utilisé en période péri opératoire.

Cet acte ou technique opératoire, appelée communément craniotomie consiste à ouvrir le crâne pour accéder à la partie atteint. cette technique vise à :

- définir la meilleure voie ;

- apprécier les possibilités d'exérèse ;

- appréhender les éventuelles complications et leurs prises en charges ;

- prévoir les possibilités de reconstruction.

III.1.3 Traitement Kinésithérapique

III.1.3.1 Traitement Kinésithérapique pré opératoire

Ce traitement consiste surtout au changement de position pour éviter l'apparition des escarres.

Des massages doux pour améliorer la circulation sanguine du coté atteint.

Des mobilisations passives prudentes sur toutes les articulations pour assouplir et entretenir les articulations.

III.1.3.2 Traitement Kinésithérapique post opératoire

1° le patient alité et presque inconscient

Nous pouvons trouver aussi quelques cas ou les malades sont en coma.

Dans ce stade, nous allons ; suivant l'importance de la lésion, selon qu'il peut être profond ou non, tout en tenant compte du degré d'atteinte et de la tolérance de l'organisme, imposer la position de correction pour prévenir les déformations toujours par le changement de position (6(*))

- posture en couché dorsal

- pour les membres inférieurs : ils sont tendus, un coussin entre les cuisses, un sac de sable (poids) placé sur le bord externe du pied pour éviter la rotation externe du membre inférieur. On place les membres inférieurs en décline ; c'est-à-dire soulevé, les membres inférieurs à l'aide d'un coussin sous les talons.

- Pour la tête : un petit coussin plat sous la tête.

- Pour les membres supérieurs : épaules en abduction, main en supination; reposant sur un coussin ;

- Posture en couché latéral; le patient  en couché latéral sur le coté sain.

2° le patient alité et conscient

L'accent sera fixé toujours sur ;

- le changement de position ;

- les exercices respiratoires ;

- le massage doux (d'appel) pour améliorer la circulation sanguine et éviter les oedèmes des mains e t des pieds.

- La mobilisation passive des toutes les articulations, ensuite le Kinésithérapeute peut faire de mobilisation active prudente au membre inférieur atteint en faisant la triple flexion ; et au membre supérieur atteint, on fait la triple extension.

III.1.3.3 la rééducation fonctionnelle

Le but poursuivi est la récupération de déficits moteurs occasionnés par oedème cérébral, voir même par l'intervention. Comme nous en avons parlé au chapitre précédent, cette affection provoque aussi une paraplégie de la moitié du corps et nous allons nous attelés à remédier aux complications de cette dernière pathologie.

- Principes généraux

Le traitement sera exécuté très prudemment de manière à ne pas réveiller les douleurs ou à augmenter la tension artérielle

- Les mobilisations prudentes et des massages de courte durée,

- Le traitement se fera beaucoup plus avec le patient en couché dorsal et latéral de coté sain, suivis de la position assise au bord du lit mais après une certaine évolution.

Avant d'entreprendre le traitement, nous allons tout d'abord établir un schéma qui nous permettra à bien suivre l'évolution.

Nous allons commencer par élaborer un bilan complet c'est-à-dire ; musculaire, de la sensibilité proprioceptive, morpho statique et fonctionnel.

III.1.3.4 Bilan

C'est une étape très importante et indispensable pour déterminer dans les méthodes classiques facilitatrices inhibitrices, le type de traitement adéquat pour chaque cas, aucune méthode n'est totalement adaptée à toutes les formes d'hémiplégie

- Examen Kinésithérapique : C'est dans cet examen que le kinésithérapeute effectuera le bilan et adoptera une conduite à tenir appropriée.

- Bilan musculaire : consiste à déceler toute anomalie au niveau des membres et du tronc autre l'atrophie, l'hypotonie ...ainsi les mensurations périmétriques seront prises au niveau des membres pour comparer l'état musculaire ;

- Bilan articulaire : du point vue  articulaire, nous constatons souvent les douleurs et parfois des raideurs articulaires dues à l'alitement prolongé ;

- Bilan de la sensibilité : dans ce bilan nous remarquons une paralysie axiale, c'est-à-dire le malade ne peut s'asseoir ni se tenir debout, Il est dans un état grabataire, nous assistons aussi à une attitude vicieuse de la main et du pied ;

- Bilan fonctionnel : le malade est grabataire et l'hypotonie musculaire est très importante et les muscles sont flasques ou spastiques. (7(*))

· Rééducation

- le mouvement d'opposition du pouce aux quatre derniers doigts ;

- exercices de pronation et supination de la main, en supination le patient saisi un objet ;

- la stimulation électrique qui consiste à stimuler les muscles ou les points moteurs paralysés afin de les tonifier. Nous allons stimulés les membres supérieur, le membres inférieurs et la face côté atteint. L'application sera longitudinale. L'intensité dépendra de l'apparition des contractions ; la durée pour les points moteurs sera de 15 contractions par points moteurs ; pour un muscle simple 3' et pour un groupe musculaire 5' (8(*))

- l'ionisation médicamenteuse ou KI à 1%, s'il y a épaule douloureuse de l'hémiplégique. La durée sera 15' et l'intensité de 3mA, pour ses effets sédatifs et sclérolytique (9(*)) ;

- la thermothérapie aux infrarouges pour améliorer la circulation sanguine.

L'application sera d'une distance de 30 cm et d'une durée de 15' à 20 minutes pour toute la partie atteinte, nous allons protégé les yeux du patient avec soit une lunette fumée ou soit une étoffe couvrant les yeux.

-Le massage :

Le massage sera tonifiant pour les muscles paralysés et relâchant pour Les muscles sains qui attirent les parties malades.

Nous commençons toujours avec l'effleurage et ensuite :

· Pour le membre supérieur et le membre inférieur : pétrissage, percussion et vibration.

· Pour le tronc : pétrissage et percussion

· Pour la face : pianotage, et à la fin, nous terminons par l'effleurage

-Exercices respiratoires :

En cas de l'insuffisance respiratoire liée à l'encombrement, le traitement consiste à désencombrer le malade par :

°les exercices de ventilation

°l'inspiration profonde par le nez ;

°l'expiration par la bouche, ces exercices peuvent être accompagnés de mouvement du corps ou du segment corporel :

°le drainage postural ;

°l'aérosolthérapie avec les broncho- dilatateurs (10(*))

Exemple :

- salbutamol

- bricanylle

- atrouvent

-Exercices de mimique : face sur le miroir orthopédique.

-Mobilisation :

· Membre supérieur :

Triple flexion et extension du bras et de la main ;

Elévation du bras ;

Rotations externe et interne ;

Préhension qui sera faite par le mouvement d'opposition du pouce aux quatre derniers doigts.

· Membre inférieur :

Triple flexion et triple extension de la jambe ;

Rotation interne et externe du pied

Position assise

Station debout

Marche sur les barres parallèles

Marche sur terrain varié

o Marche sur terrain plat

o Marche sur l'escalier

o Marche avec obstacle.

III.1.3.4. ASPECTS PSYSCHOLOGIQUES DU TRAITEMENT

Les gestes techniques de l'équipe soignante contribuent à la qualité des soins ; c'est ainsi qu'à travers un nursing curatif, les situations stimulantes ont un rôle d'activer les structures cérébrales. Ainsi les mobilisations, le retournement, les soins cutanés, permet d'apporter des informations sensitives et motrices en développant à partir du message des points d'appui par exemples lors :

- des sensations tactiles et des mobilisations ;

- une participation active du patient.

Chapitre IV : ETUDE DES CAS CLINIQUES

Pendant notre stage de vacance, nous avons eu l'occasion de suivre un cas clinique à l'hôpital général de référence de KIKWIT (Bandundu) et pendant notre stage de fin d'études, nous avons suivi deux cas à l'hôpital Saint joseph de Limete à Kinshasa. Il s'agit des trois malades dont l'âge varie entre 55 et 60 ans.

IV.1. Premiers cas suivi et traité

IV.1.1. Identité de la patiente

Nom : L

Post nom : M

Age : 55 ans

Sexe : F

Etat civil : Religieuse

Adresse : commune de KAZAMBA, Av : BULUEME n°25 Q/ Plateau (KIKWIT)

IV.1.2. Renseignements complémentaires

- Neuro- Chirurgien : Dr KUNGI

- Kinésithérapeute traitant : Fr Hiller KASI

- Kinésithérapeute stagiaire : Paul UKONDAYANGA

- Lieu : hôpital général de référence de KIKWIT Bandundu

- N° dossier : 0017/07

- Fréquence des séances : 18 séances par mois, 4 séances par semaine

- Début du traitement : le 19 octobre 2007

IV.1.3. Anamnèse

Patiente âgée de 55 ans qui avait fait l'épilepsie. Après sa crise, elle a présenté une paralysie de l'hémicorps gauche, suivi et soigné à l'hôpital général de référence de KIKWIT pendant 2 mois sans succès. Après l'examen de scanner demandé par le neurochirurgien, on a découvert qu'elle présentait un oedème cérébral du lobe frontal, c'est ainsi que la patiente avait subi une craniotomie. Après cette intervention, le neurochirurgien a orienté la patiente au service de Kinésithérapie pour une meilleure prise en charge.

IV.1.4. Examen Kinésithérapique

L'Examen Kinésithérapique nous aide à établir les différents bilans afin de déceler les différents déficits moteurs, sensitifs. Et d'autres anomalies et nous permet après la consultation de bien diagnostiquer le cas.

1° patiente dans l'état grabataire

2° impotence fonctionnelle de l'hémicorps gauche

3° dyspnée à chaque tentative de mouvement

4° sonde à demeure

· BILAN MUSCULAIRE

- hypotonie musculaire

- Amyotrophie de l'hémicorps gauche

Mensuration perimetrique

 

Gauche

Droite

Cuisse

46 cm

48 cm

Jambe

26 cm

29 cm

Bras

31 cm

34 cm

Avant bras

27 cm

30 cm

Conclusion :

- atrophie cuisse gauche avec une différence de 2 cm par rapport à la cuisse normale ;

- atrophie jambe gauche différence de 3 cm ;

- atrophie bras différence de 3 cm ;

- atrophie avant bras différence de 2 cm

· BILAN ARTICUALIRE

- triple flexion du membre supérieur gauche

- triple extension du membre inférieur gauche

· BILAN SENSITIF

- Hypoesthésie de l'hémicorps gauche

IV.1.5. DIAGNOSTIC

Hémiplégie gauche consécutive à l'oedème cérébral.

IV.1.6. DIRECTIVE DE TRAITEMENT

- stimulation hémiface gauche 15 contractions par point moteur

- stimulation électrique du membre inférieur gauche segment par segment (jambe, cuise) pendant 3 minutes avec une application des électrodes longitudinales ;

- thermothérapie aux infrarouges de l'hémicorps gauche pendant 15 minutes pour son effet circulatoire ;

- massage général de l'hémicorps gauche pendant 15 minutes pour son effet circulatoire

- posture :

° De l'hémiface gauche (posture avec sparadrap 15 minutes au

Début)

° Du membre supérieur gauche (posture mécanique avec sangles

Pendant 15 minutes, au début) ;

° Tonification du membre inférieur gauche en faisant le

Mouvement de triple flexion

- exercice de mimique pour la face

IV.1.7. EVOLUTION

Le 19 novembre 2007, nous avons fait un examen Kinésithérapique pour évaluer notre patiente, après un mois du traitement dont la première séance a eu lieu le 19 octobre 2007.

- patiente lucide

- marche en Todd

- membre supérieur en légère flexion

- épaule douloureuse de l'hémiplégique

- légère amélioration de la sensibilité de l'hémicorps gauche.

DIRECTIVES DE TRAITEMENT

- Ionisation au KI solution a 1% à l'épaule gauche pour ses effets sédatifs et sclérolytiques pendant 15 minutes, électrode - KI

Electrode + de l'eau, les deux sur l'épaule

- Dia dynamique de Bernard avec ses 3 courants sur l'épaule.

· diphasé fixe pendant 1 minute pour son effet dynamogénique ;

· Courte période pendant 3 minutes pour son effet trophique ;

· Longue période pendant 5 minutes pour son effet inhibiteur de douleur.

- Thermothérapie aux infrarouges pendant 15 minutes sur l'hémicorps pour ses effets analgésiques pour l'épaule et circulatoire pour l'hémicorps ;

- massage général pendant 15 minutes sur l'hémicorps ;

- exercices de mimiques ;

- pouliethérapie pendant 15 à 20 minutes ;

- vélo ergométrique sans résistance en faisant pédaler en avant et en arrière pour assouplir les articulations des membres inférieurs 15 à 20 minutes ;

- rééducation de la marche :

· marche sur le terrain plat

· marche sur le terrain varié

· marche sur le terrain avec obstacle

IV.1.8. Conclusion

Vu l'efficacité du traitement Kinésithérapique, nous avons laissé notre patiente en très bonne évolution et elle suivait le traitement en ambulatoire.

IV.2 Deuxième cas suivi et traité

IV.2.1. Identité de la patiente

Nom : M

Post nom : N

Age : 57 ans

Sexe : F

Etat civil Veuve

Adresse : 7ème rue LIMETE résidentiel Av : tropique n°48 c/ LIMETE

IV.2.2. Renseignement complémentaire

- chirurgien : Dr KAMBA

- Kinésithérapeute traitant : NGYAMA Ephrem

- Kinésithérapeute stagiaire : Paul UKONDAYANGA

- Lieu : hôpital Saint joseph de LIMETE

N° dossier 0645/2008

Début du traitement : le 23 juin 2008

Nombre des séances 15 séances par mois

Fréquences 3 séances par semaine.

IV.2.3. Anamnèse

Suite a des céphalées intenses et des migraines localisées soignées sans succès, la patiente a fait un examen de scanner qui a révélé un oedème cérébral du lobe frontal droit , opérée et après elle a présentait une impotence fonctionnelle de l'hémicorps gauche.

IV.2.4. Examen Kinésithérapique

- Patiente grabataire

- Membre supérieur en triple flexion

- Epaule douloureuse de l'hémiplégique

- Impotence fonctionnelle du membre inférieur gauche qui est en triple extension

- Hypertonie musculaire.

· BILAN MUSCULAIRE

Hypertonie musculaire

· BILAN ARTICULAIRE

- triple flexion du membre supérieur

- triple extension du membre inférieur.

· BILAN SENSITIF

- douleur à l'épaule gauche

- hypoesthésie de l'hémicorps gauche

IV.2.5. Diagnostic

Hémiplégie gauche consécutive à l'oedème cérébral

IV.2.6. DIRECTIVES DE TRAITEMENT

- ionisation au KI solution 1% pendant 15 minute pour ses effets sédatifs et sclérolytique sur l'épaule. électrode négative : KI

électrode Positive : H20

- Dia dynamique de Bernard avec ses 3 courants sur l'épaule :

· diphasé fixe pendant une minute pour son effet dynamogénique

· courte période pendant 3 minutes pour son effet trophique

· longue période pendant 5 minutes pour son effet inhibiteur de douleurs.

- thermothérapie aux infrarouges pendant 15 minutes sur l'hémicorps pour ses effets analgésiques sur l'épaule et circulatoires pour l'hémicorps ;

- massage général pendant 15 minutes sur l'hémicorps ;

- posture:

· hémiface gauche avec sparadrap pendant 15 à 20 minutes

· membre supérieur gauche, posture mécanique avec sangles pendant 15 à 20 minutes (triple flexion)

- tonification manuelle au membre inférieur gauche

- exercice de mimique pour la face

IV.2.7 EVOLUTION

Le 21 juillet 2008, nous avons fait un examen Kinésithérapique pour évaluer notre patiente :

- patiente lucide

- marche en Todd

- membre supérieur en légère flexion

- légère diminution de la douleur à l'épaule gauche

- sensibilité de l'hémicorps gauche

· DIRECTIVES DE TRAITEMENT

- ionisation au KI solution 1% pendant 15 minutes pour ses effets sédatif et sclérolytique sur l'épaule ;

- Dia dynamique avec ses 3 courants sur l'épaule

· diphasé fixe 1 minute pour son effet dynamogénique

· courte période 3 minutes pour son effet trophique

· longue période 5 minutes pour son effet inhibiteur de douleur

- thermothérapie aux infrarouges 15 minutes sur l'hémicorps gauche pour ses effets analgésiques à l'épaule et circulatoires à l'hémicorps gauche ;

- massage général pendant 15 minutes sur l'hémicorps gauche

- exercice de mimique 15 minutes

- Pouliethérapie pendant 15 à 20 minutes

- Vélo ergométrique sans résistance pour pédaler en avant et en arrière pour assouplir les articulations des membres inférieurs 15 à 20 minutes

- Rééducation de la marche :

· marche sur le terrain plat

· marche sur le terrain varié

· marche sur le terrain avec obstacle

IV.2.8. Conclusion

Avec les techniques de la Kinésithérapie et après une série des séances de Kinésithérapie, la patiente a récupéré ses fonctions malgré la lourdeur du membre supérieur et la marche en Todd, les séances continuent pour une meilleure récupération.

IV.3. Troisième cas suivi et traité

IV.3.1. Identité du patient

Nom : L

Post nom : E

Age : 59 ans Sexe : M

Etat civil : marié

Adresse: Av: LUTIMA n° 14/15 C/ LEMBA Q/ LEMBA terminus/ Kinshasa

IV.3.2. Renseignement complémentaire

- Chirurgien: Dr KAMBA

- Kinésithérapeute traitant: NGYAMA

- Kinésithérapeute stagiaire: Paul UKONDAYANGA

- Lieu: hospital Saint Joseph de LIMETE/Kinshasa

- N° dossier: 0570/2008

- Nombre des séances : 15 séances par mois

- Fréquence de séance: 3 séances par semaine

- Début du traitement le 25 juillet 2008

IV.3.3. Anamnèse

Ancien cas d'hypertension qui a présenté des très fortes céphalées pendant plus au moins 42 jours soigné sans succès, le patient a présenté une impotence fonctionnelle de l'hémicorps droit, l'examen de scanner demandé et fait, montre un oedème cérébral du lobe frontal droit, opéré et après orienté par le chirurgien en Kinésithérapie pour une meilleure prise en charge.

IV.3.4. EXAMEN KINESITHERAPIQUE

- patient grabataire

- membre supérieur en triple flexion

- membre inférieur en triple extension

· BILAN MUSCULAIRE

Rien n'a signalé

· BILAN ARTICULAIRE

- triple flexion du membre supérieur

- triple extension du membre inférieur

· BILAN SENSITIF

Hypoesthésie de l'hémicorps droit

IV.3.5. DIAGNOSTIC

Hémiplégie droite consécutive à l'oedème cérébral.

IV.3.6. DIRECTIVES DE TRAITEMENT

- stimulation de l'hémiface droite : 15 contractions par point moteur ;

- stimulation électrique du membre inférieur droit segment par segment (jambe, cuisse) pendant 3 minutes avec une application des électrodes longitudinales ;

- thermothérapie aux infrarouges de l'hémicorps pendant 15 minutes pour son effet circulatoire ;

- massage général de l'hémicorps droit pendant 15 minutes pour son effet circulatoire.

- Posture :

° De l'hémiface droite (posture avec sparadrap 15 minutes au

Début)

° Du membre supérieur droit (posture mécanique avec sangles

Pendant 15 minutes au début)

° Tonification du membre inférieur droit en faisant le

mouvement de la triple flexion

° Exercice de mimique

- Thermothérapie aux infrarouges pendant 15 minutes sur l'hémicorps pour son éffet circulatoire pour l'hémicorps ;

- massage général pendant 15 minutes sur l'hémicorps ;

- posture :

· hémiface droite avec sparadrap pendant 15 à 20 minutes

· membre supérieur droit, posture mécanique avec sangle pendant 15 à 20 minutes (triple flexion)

· tonification manuelle au membre inférieur droit

· exercice de mimique pour la face

IV.3.7. EVOLUTION

Le 25 Août 2008, nous avons fait un examen Kinésithérapique pour évaluer notre patient, après un mois de traitement dont la première séance a eu lieu le 25 juillet 2008 :

- patient lucide

- marche en Todd mais avec appui

- membre supérieur en légère triple flexion

- légère amélioration de la sensibilité de l'hémicorps droit.

DIRECTIVES DE TRAITEMENT

- thermothérapie aux infrarouges de l'hémicorps droit pour son effet circulatoire pendant 15 minutes

- massage général de l'hémicorps droit pendant 15 minutes pour son effet circulatoire

- exercices de mimiques

- pouliethérapie pendant 15 à 20 minutes aux membres supérieurs pour la mobilité articulaire

- vélo ergométrique sans résistance pour pédaler en avant et en arrière pour assouplir les articulations pendant 15 à 20 minutes

- rééducation à la marche :

· marche sur le terrain plat

· marche sur le terrain varié

· marche sur le terrain avec obstacle.

IV.3.8. Conclusion

Nous avons été heureux de voir la récupération spectaculaire de notre patient, nous avons terminé notre stage le 16 septembre et nous avons laissé notre patient qui suivait quelques séances pour une nette amélioration.

CONCLUSION

Notre étude a porté sur la prise en charge Kinésithérapique des hémiplégies consécutives à l'oedème cérébral ; le but poursuivi dans notre travail était de mettre sur pied un programme de traitement enfin d'améliorer dans la mesure du possible, l'état fonctionnelle du patient hémiplégique, d'où nous nous sommes fixées les objectifs suivants:

- Examiner correctement le patient présentant l'hémiplégie consécutive à l'oedème cérébral ;

- Elaborer les directives de la prise en charge Kinésithérapique, les appliquer précocement et correctement ;

- Evaluer les résultats obtenus afin de dégager l'efficacité de la prise en charge.

Pour concrétiser notre démarche, nous avons procédé

Au rappel anatomophysiologie du cerveau,

A l'étude clinique d'hémiplégie consécutive à l'oedème cérébral ;

A l'aspect thérapeutique de l'oedème cérébral et

A la présentation des cas cliniques suivis et traités

Pour bien vérifier notre hypothèse, nous avons suivi et traité 3 cas d'hémiplégie sur lesquels nous avons appliqué nos directives de traitement susmentionnés. Les résultats attestent une bonne évolution du Premier cas avec cette possibilité de se tenir débout et de marcher seul d'après le rapport reçu de l'hôpital général de référence de KIKWIT.

Pour le deuxième cas, l'évolution était bonne malgré son épaule douloureuse ;

Pour le troisième cas, nous avons constaté une bonne évolution. En voyant ces résultats, nous pouvons dire qu'une prise en charge précoce et correcte rend l'autonomie aux hémiplégiques consécutifs à l'oedème cérébral et notre hypothèse est vérifiée

BIBLIOGRAPHIE

I.OUVRAGES

1. BARBANGEL (C), Manuel de médecine à l'usage des infirmières,

Flammarion médecine sciences, Paris, 1984

2. BISSCHOP (G) et DUMOULIN (J) Electrothérapie appliquée en

Kinésithérapie et rééducation, en

Rhumatologie et en médecine du

sport, Masson et Cie, Paris 1984

3. BLANCHARD (M), Vade-mecum de médecine pratique, 8ème

édition, Masson et Cie, Paris, 2002

4. BOUREAU (P) Pratique du traitement de la douleur, Masson, Paris

1979

5. HEULEU (JN) et SIMON (L), Muscles et rééducation, Dior édition,

Paris, 1988

6. LEQUESNE (M) et ALGILLE (D), Elément de pratique de

pathologie médicale, 5ème édition,

Flammarion, 1971

7. PASTEUR VALLERY, RADOT et Autre, Pathologie médicale, 5ème

édition, Flammarion médicale,

Paris, 1963

8. PAQUIGNOT (H), Manuel de médecine, 2ème édition, Masson et

Cie, Paris 1998

9. ROUVIERE (H), Atlas d'anatomie, 5ème édition, Masson et Cie,

Paris 1985

II.NOTES DE COURS

ASSISTANT KULUMBA Yves : Cours d'Electrothérapie 2ème Graduat Kiné ISTM-

KINSHASA

TABLE DES MATIERS

DEDICACE I

AVANT- PROPOS II

INTRODUCTION 1

0.1. PROBLÉMATIQUE 1

0.2. HYPOTHÈSE 2

0.3. BUT ET OBJECTIF 2

0.4. CHOIX ET INTÉRÊT DU SUJET 2

0.5. MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE 3

0.6. DÉLIMITATION ET SUBDIVISION DU TRAVAIL 3

CHAPITRE I : RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE DU CERVEAU 4

I.1. LE CERVEAU 4

I.2. HÉMISPHÈRES DU CERVEAU 5

I.3. SILLONS ET CIRCONVOLUTION DES HÉMISPHÈRES. 7

I.4. LA CIRCONVOLUTION FRONTALE ASCENDANTE 8

I.5. LOBE ET LOBULE DU CERVEAU 8

1.6. LE CERVELET 9

I.7. LE TRONC CÉRÉBRAL 10

I.8. FONCTION DU CERVEAU 10

CHAPITRE II : ETUDE CLINIQUE DE L'HEMIPLEGIE CONSECUTIVE A L'OEDEME CEREBRAL 12

II.1. DÉFINITION DE L'HÉMIPLÉGIE 12

II.2. ETIOLOGIE 12

II.3. CLINIQUE 13

II.4. TYPES D'HÉMIPLÉGIE 15

II.5. OEDÈME CÉRÉBRAL 16

II.5.1. Symptomatologie de l'oedème cérébral 16

II.5.2. Diagnostic différentiel 17

CHAPITRE III TRAITEMENT KINESITHERAPIQUE PRE ET POST OPERATOIRE 19

III. 1. ASPECT THERAPEUTIQUE DE L'OEDEME CEREBRAL 19

III. 1.1. Traitement médical 19

III. 1.2. Traitement chirurgical 20

III.1.3 Traitement Kinésithérapique 20

CHAPITRE IV : ETUDE DES CAS CLINIQUES 27

IV.1. PREMIERS CAS SUIVI ET TRAITÉ 27

IV.1.1. Identité de la patiente 27

IV.1.2. Renseignements complémentaires 27

IV.1.3. Anamnèse 28

IV.1.4. Examen Kinésithérapique 28

IV.1.5. DIAGNOSTIC 29

IV.1.6. DIRECTIVE DE TRAITEMENT 29

IV.1.7. EVOLUTION 30

IV.1.8. Conclusion 32

IV.2 DEUXIÈME CAS SUIVI ET TRAITÉ 32

IV.2.1. Identité de la patiente 32

IV.2.2. Renseignement complémentaire 32

IV.2.3. Anamnèse 32

IV.2.4. Examen Kinésithérapique 33

IV.2.5. Diagnostic 33

IV.2.6. DIRECTIVE DE TRAITEMENT 33

IV.2.7 EVOLUTION 34

IV.2.8. Conclusion 35

IV.3. TROISIÈME CAS SUIVI ET TRAITÉ 36

IV.3.1. Identité du patiente 36

IV.3.2. Renseignement complémentaire 36

IV.3.3. Anamnèse 36

IV.3.4. EXAMEN KINESITHERAPIQUE 37

IV.3.5. DIAGNOSTIC 37

IV.3.6. DIRECTIVES DE TRAITEMENT 37

IV.3.7. EVOLUTION 38

IV.3.8. Conclusion 39

CONCLUSION 40

BIBLIOGRAPHIE 42

TABLE DES MATIERS 43

* 1 Rouvier ; atlas d'anatomie, 5ème édition, Masson et cie, Paris, 1985, p.256.

* 2 GUY de CHES : élément de neurologie UNIKIN 1998-1999

* 3 BARBANGEL (C), Manuel de médecine à l'usage des infirmières, Flammarion médecine sciences, Paris 1984,

p44

* 4 LEQUESNE (M) et ALGILLE (D), Elément de pathologie médicale, 5ème éd. Flammarion, 1971, p.399

* 5 PEQUIGNOT (H), manuel de médecine, 2ème édition, Masson et Cie, Paris 1998, p 595

* 6 BLANCHARD (M) Vade- mecum de médecine pratique, 8ème édition, Masson rt Cie, 2002, p 61

* 7 HEULEU (JN) et SIMON (L), muscle et rééducation, Dior édition Paris, 1988, P321

* 8 BISSCHOP (G) et DUMOULIN (J), électrothérapie appliquée en Kinésithérapie et rééducation, en

Rhumatologie et en médecine du sport, Masson et Cie, Paris 1984 P42

* 9 BOUREAU (P), Pratique du traitement de la douleur, Masson, Paris 1979, p62

* Assistant KULUMBA : cours de l'électrothérapie G II Kiné ( ISTM-KIN)











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.