WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Compatibilité du régionalisme et du multilatéralismeĀ : le cas de l'ALENA

( Télécharger le fichier original )
par Benoit ILLINGER
Université Pierre Mendès France (Grenoble II Sciences Sociales) - Maà®trise Sciences économique Mention économie et Gestion des Entreprises 2001
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

1.2 Effets Dynamiques

Il existe un grand nombre de facteurs qui sont à l'origine des effets dynamiques. En général les auteurs retiennent 3 effets29(*) :

1. Le marché plus large qui engendre des économies d'échelle et une meilleure diffusion technologique, ce qui permettra dans un second temps d'être plus à même d'affronter la compétition internationale ;

2. Une concurrence renforcée qui pousse à plus de productivité, à une meilleure efficacité productive,

3. Une attraction plus marquée pour les IDE car ceux ci deviennent plus « sûrs »30(*).

Ces effets dynamiques sont évidemment liés au niveau d'intégration de la région. Plus le degré d'intégration régionale est élevé, plus ces effets en terme dynamique seront marqués. Par exemple si l'abolition des barrières est totale (on ne se contente pas que de supprimer les droits de douanes) alors les firmes multinationales ont un contrôle moins coûteux de la production réalisée dans les autres pays membres ; si l'intégration régionale a atteint le stade de la monnaie unique, les coûts de transaction sont supprimés... Il y a donc une multitude d'effets dynamiques positifs, croissant avec le degré d'intégration.

De plus, il est admis31(*) que ces effets ont à long terme une plus grande importance que les effets statiques, et qu'ils ne bénéficient pas qu'au membres de l'accord régional ; ils bénéficient également par effets d'entraînement à tous les partenaires commerciaux du bloc.

L'importance des effets dynamiques par rapport aux effets statiques rejoint un autre constat : l'augmentation de la compétitivité des firmes locales ne se passe plus en procédant à une augmentation des barrières afin de les préserver de la concurrence étrangère mais en leur apportant les moyens d'accroître leur efficacité.

Il semble donc prouvé aux vues des effets dynamiques que ces derniers donnent raison aux accords de libre-échange régionaux puisqu'ils ont alors un bilan nettement positif.

Christian Aubin dans son ouvrage rédigé en collaboration avec Philippe Norel se pose la question : « Vaut-il mieux encourager des avancées rapides mais géographiquement limitées ou privilégier des stratégies multilatéralistes plus lourdes à mettre en oeuvre mais qui évitent le recours à des mesures discriminatoires entre pays ? »32(*) Pour répondre à cette question, il emprunte l'approche purement normative de Kemp et Wan (1976, 1993) qui affirme que la formation d'union douanière est compatible avec un progrès vers l'optimum parétien si celle-ci réunit les trois caractéristiques suivantes :

o La situation d'aucun membre de l'union ne se dégrade suite à l'accord.

o Aucun pays (adhérent ou non à l'union) ne voit ses échanges net s'avilir par rapport à la situation initiale.

o Le revenu douanier net de l'union est au moins aussi élevé que les compensations versées aux membres de l'union.

Ces conclusions montrent qu'en théorie un accord régional de libre-échange peut contribuer à se rapprocher de l'optimum parétien. Mais il semble que dans les faits, ces conditions sont rarement réunies.

* 29 De la TORRE et KELLY in BENAROYA F. (1995) Que penser des accords de commerce régionaux ?, Économie internationale, n°65, 3ème trimestre.

* 30 Par exemple les investisseurs s'intéresseront d'autant plus au Mexique qu'ils ne craindront plus de voir revenir les politiques anciennes les spoliant. Il en va de même pour le Canada, car l'ALÉNA étant signé, les productions d'hydrocarbures ne risquent plus d'être nationalisé.

* 31 BOURGUINAT H. (1992) l'émergence contemporaine des zones et blocs régionaux in MUCHELLI J.-L. et F.CELIMENE (1992) Mondialisation et régionalisation : un défi pour l'europe, Economica.

* 32 C. AUBIN et P. NOREL (2000) Économie internationale, faits, théories et politiques, édition du Seuil, p.120

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour