WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les figures de Joseph Rey (1779-1855): conspirateur libéral, "philosophe" et socialiste "utopique"

( Télécharger le fichier original )
par Nicolas Boisson
Université de Grenoble 2 - IEP 2001
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

La question du cadre historique de la vie de Joseph Rey : dynamique politique et dynamique biographique

La vie de Joseph Rey s'étend sur plus de soixante quinze années. Tour à tour, juriste, avocat, constitutionnaliste, publiciste, conspirateur, puis socialiste « utopique », philanthrope, il demeura actif jusqu'à son dernier souffle. Né sous le règne de Louis XVI, il connut par la suite les « deux » empires et les « deux » restaurations. Chacune de ces périodes politiques influence la conduite de Rey, ce qui nous contraindra tout au long de ce travail à apposer dynamique historique et dynamique biographique. De cette première présentation biographique de Rey, trois temps peuvent être dégagés :

- une première période qui s'étend de sa jeunesse studieuse sous le Consulat et le premier empire (1799-mai 1814) jusqu'à sa première « manifestation » publique avec son Adresse à l'Empereur (mars 1815).

- le temps des premiers engagements  politiques ( de 1815 à 1819) qui le mène à « conspirer » (1820).

- Enfin, l'exil et ses rencontres, le retour à la réflexion et à l'engagement « intellectuel » (1826-1847).

De ces trois époques, on distingue nettement le « va et vient » constant qu'effectuait Rey entre engagement publique, rencontres et retraite intellectuelle. Une cohérence biographique apparaît tout aussi nettement... La vie de Rey fut comme il affirme lui-même constamment orientée par le goût de la justice, de la science , avec à terme l'espoir peut-être de connaître enfin la République !

Donc, à travers ces deux figures du conspirateur et du théoricien-publiciste socialiste, s'esquisse un même personnage, marqué par une indépendance et une ouverture d'esprit , à la croisée du XVIIIème siècle de par sa formation et du XIXème siècle par son engagement. Ces deux figures retenues feront donc chacune l'objet d'un chapitre (II et III), avec comme fil directeur les rôles de conciliateur et de précurseur que tenta de tenir Joseph Rey. Conciliateur d'intérêts divergeant lors de la préparation de la conspiration du 19 août 1820, et précurseur en France des premières conspirations libérales. Précurseur à nouveau de par son intérêt qu'il porta au théoricien Robert Owen en diffusant sa pensée en France et à nouveau médiateur au sein des écoles socialistes utopiques françaises de la première moitié du XIXème siècle.

Dés lors, différents éléments de problématique doivent nous permettre d'interroger le personnage sous l'angle de ces deux figures.

- Une première interrogation légitime sera la suivante : Comment Rey, à l'origine résolument pacifiste et satisfait du compromis « monarcho-constitutionnel » de 1814 fut-il amené à conspirer contre Louis XVIII ? Un retour historique sur la transmission au sein des libéraux français de l'exemple des luttes « carbonaris » sera donc effectuer dans un premier chapitre (I)62(*). Cette question de la réunion des élites libérales au sein de « cercles » et/ou de « sociétés », devenant nécessairement « secrètes » avec le durcissement du régime des années 1819-182063(*), sera abordée à l'aide de travaux de Jardin64(*), Agulhon65(*) et surtout à l'aide de celui de Lambert66(*). Ainsi au cours de ce chapitre, nous introduirons l'Union, société secrète libérale créée par Joseph Rey.

- la seconde interrogation portera sur l'engagement phare de Rey, à savoir sa participation active à la préparation et à la coordination du complot raté du 19 août 1820 (II)67(*). Quelles furent les motivations des conjurés ? Pourquoi et comment l'entreprise a t'elle échoué ? Quelle place y occupa Rey ?...

- Enfin, il nous restera à entrevoir les trente cinq dernières années de la longue vie de ce personnage. Nous présenterons donc le socialiste « utopique » (III)68(*) au travers d'une part d'un retour sur sa jeunesse (1799-1815), sur son initiation à la pensée de R.Owen (1822-1823) et d'autre part à travers ses différentes rencontres au sein des écoles socialistes du début du XIXème siècle...

Mais avant d'entrer plus en détail dans la vie de celui que le fouriériste Victor Considérant qualifiait de « socialiste, homme de bien »69(*) , abordons dans un premier temps la question de la naissance en France des premières conspirations libérales.

* 62 Cette essentielle rétrospective devra nous permettre d'apprécier la portée historique de l'engagement du libéral Rey. Le lecteur trouvera d'ailleurs plus d'informations sur ce sujet dans l'imposante thèse de Pierre Arnaud Lambert, Les sociétés secrètes : de la compagnie du Saint-Sacrement aux conspirations carbonari, essai sur le mode conspiratif d'organisation politique, thèse de 3ème cycle en science politique soutenue à l'IEP de Grenoble, 2 volumes, 388p. + 207 p., décembre 1984.

* 63 En ce qui concerne le contexte historique, nous avons travaillé à l'aide de manuels et d'ouvrages assez « classiques » sur l'histoire du XIXème siècle comme celui de Jean-Claude Caron, La France de 1815 à 1848, op.cit ; celui de Louis Girard, Les Libéraux français 1814-1875, op.cit ; celui de Jean Tulard, Les révolutions de 1789 à 1851, livre de poche, Fayard, Paris, 1985, 568 p; toujours de Jean Tulard sur l'épisode des « vingt jours », Les vingt jours, Louis XVIII ou Napoléon ? (1er-20 mars 1815), Fayard, Paris, 2001, 284 p. ; celui de François Furet, La Révolution 1814-1880, t.2, collection Pluriel, Hachette, 1988, 526 p.; l'ouvrage de Lucien Genet, Révolution Empire 1789-1815, 3ème éd, Masson Histoire, Paris, 1994, 217 p. ; l'ouvrage de Max Tacel, Restaurations Révolutions Nationalités, 1815-1870, 5ème éd, Masson Histoire, Paris, 1994, 318p.et enfin le petit ouvrage de Jean-Pierre Chaline, la Restauration, Que sais-je ?, PUF, 1998, 127p. De même, ajoutons le Journal de la France et des Français, Chronologie politique, culturelle et religieuse de Clovis à 2000, op.cit. Quarto Gallimard, Paris, 2001, 2407 p.

* 64 André Jardin/ André-Jean Tudesq, La France des notables, t.1 L'évolution générale 1815-1848, Points histoire, Seuil, Paris, 1973, 249 p.

* 65 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise 1810-1848, étude d'une mutation de sociabilité, cahiers de annales n° 36, Armand Colin, 1977, 105 p.

* 66 Pierre Arnaud Lambert, Les sociétés secrètes : de la compagnie du Saint-Sacrement aux conspirations carbonari, essai sur le mode conspiratif d'organisation politique, thèse de 3ème cycle en science politique soutenue à l'IEP de Grenoble, 2 volumes, 388p. + 207 p., décembre 1984. On consultera plus volontiers la synthèse de ce travail publié sous le titre : Pierre Arnaud Lambert, La Charbonnerie Française 1821-1823, du secret en politique, PUL, 1995, 136 p.

* 67 Une attention toute particulière sera portée l'épisode conspiratif de Rey. Le récit de la conspiration du 19 août, raconté par Rey dans le volume 1 de ses Mémoires sur la Restauration, T.3938, op.cit, est inédit et assez peu connu. Les deux autres volumes des mémoires politiques de Joseph Rey sont : Appréciations des divers partis qui furent opposés à la branche aînée des Bourbons après la première Révolution, manuscrit d'environ 180 p., coté T 3939 et Ma Biographie morale et politique depuis l'époque de ma naissance en 1779 jusqu'en 1820, manuscrit de 145 pages, coté T 3940.

* 68 Concernant ce chapitre, notre attention se portera sur les écrits suivants de Rey : Adresse à l'Empereur, U.2964, op.cit ; Ma biographie morale et politique depuis l'époque de ma naissance en 1779 jusqu'au commencement de 1820, T.3940, op.cit ; De l'état actuel de la France sous le rapport de quelques idées politiques, Paris, Delaunay, librairie Charles imprimeur, 1814, 23 p, X84 ; Des bases d'une Constitution ou de la balance des pouvoirs dans un Etat, Paris, Delaunay, 1815, 180 p. ; Lettres sur le système de coopération mutuelle et de la communauté de tous les biens, d'après les plans de M.Owen, Paris, Sautelet & Cie, 1828, O 3566 ; Correspondance St-simonienne, décembre 1831-septembre 1832, T.3958 ; Appel au ralliement des socialistes, Paris, Librairie Phalanstérienne, 1847, 15.p, in T.3939, op.cit ; Profession de foi électorale du citoyen Joseph Rey, ex conseiller à la Cour d'appel de Grenoble, Grenoble (30 avril 1849), 6 p., U 7915.

* 69 Réponse de Considérant à l'Appel au ralliement des socialistes, in Rey, Appel au ralliement des socialistes, op.cit.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net