WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La réhabilitation de la CEPGL comme solution à  la crise sécuritaire dans la région des grands lacs africains


par Giresse NGOIE KALOMBO
Université de Likasi - Licence 2013
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

La problématique de la relance de la CEPGL a constitué notre préoccupation majeure au cours duquel elle est un impératif de l'heure en vue du redécollage de la CEPGL. Cela n'empêche d'achopper l'asphaltage de cette réflexion portant sur la dynamisation de la CEPGL qui exige beaucoup de conscience en ce moment de l'histoire très déterminé et délicat d'affirmer les volontés des Etats membres de la CEPGL autour des projets intégrateurs de l'amélioration et du changement durable.

La CEPGL, en explorant les pistes de sa relance, doit dépasser le caractère déclaratoire qui caractérise les regroupements Africains pour s'inscrire dans une logique d'action et de projets concrets contribuant à des objectifs identifiés et mesurables. Pour ce faire, il est impératif de clarifier les attentes de chacun et d'aboutir à une conception commune de l'utilité d'une CEPGL agrandie et relancée.

La CEPGL doit aussi prendre en compte, de manière plus sérieuse et plus concertée, les questions sécuritaires, elle pourrait envisager une instance de coordination des Etats majors des pays membres, des protocoles régionaux de surveillance des frontières (la RDC et le Rwanda ont signé un tel protocole récemment), prendre en charge la défense des intérêts régionaux et la protection des populations civiles.

C'est ainsi que constat de la concomitance entre la recrudescence des guerres en Afrique centrale et le fléchissement du processus d'intégration dans la même zone nous amène, ainsi qu'on a précisé à conclure de l'étroite liaison qui existe entre ces deux notions. En d'autres termes il semble évident, soit que les Etats traversé par les guerres ne trouvent pas les moyens de participer au projet de construction de l'identité sous régionale commune.

Malgré les investissements, les finances par des dettes publiques en millions de dollars destinés aux nombreuses institutions économiques et financières pour le développement, comme la communauté économique des pays des grands lacs (CEPGL), les populations sont restées les plus pauvres de la planète.

Nous avons cherché à savoir à travers le constat de l'échec, car les évidences nous prouvent qu'il n'y a jamais eu l'amélioration ; par contre des détériorations au niveau social, économique et environnemental, si le choix amène bien sûr à un échec.

La relance de la CEPGL doit être bâtie sur triple dimension : économique, sécuritaire et diplomatique parce que les trois dimensions constituent les instruments nécessaires au service du politique.

Il est urgent et malgré les difficultés financières, de penser à l'intégration des armées nationales dans une forme d'armée régionale. Ce travail très futuriste commencera par la rénovation des camps le long de frontières situées en dehors des zones d'intégration afin de facilité le contrôle aux frontières et de faire reconnaître les dites frontières, car les pays d'Afrique vivent encore dans la logique de pays sans bornage reconnu et respecté par les pays voisins (lacs, montagnes, forêts, rivières, etc...).

précédent sommaire suivant