WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des activités touristiques au développement territorial : une étude cas de la commune de Port-Salut.

( Télécharger le fichier original )
par Charly Camilien VICTOR
Universite d'Etat d'Haiti - Licence 2016
  

précédent sommaire

Annexes

Entrevue à l'aide du questionnaire avec le responsable de contrôle et de suivi du ministère du tourisme au département du Sud au bureau régional le 24/2/2016,originaire de Port-Salut où il vit à présent, licencié en Patrimoine et tourisme à l'Université d'Etat d'Haïti, Faculté IERAH.(réalisé le mercredi 24 février de 11h à 12h15)

En raison du problème de délimitation, lié au fait qu'autrefois Arniquet était une section de la commune de Port-Salut, ce qui pose problème à la façon dont on traite les ressources fiscales de la zone. La plage faisait partie de la 3e section communale, ce qui pose géographiquement un problème à partir de la lutte entamée par un ancien député originaire d'Arniquet. Il n'y a pas de casecs dans cette région et l'on tend à rentrer la zone où se trouve actuellement la plage dans la ville de Port-Salut. Et seulement dans cette question. Pour la commune en général, il y'a environ 19 hôtels et deux autres en construction.il y'a l'hôtel le sommet de Port-Salut avec 80 chambres non encore inauguré. En ce qui a trait aux hôtels, il y'a près de 10% à donner à l'Etat sur le prix de chaque chambre, à cause de la faiblesse du bureau de collecte d'impôts de la zone, il faut aller jusqu'aux Cayes pour recevoir de patentes et certains hôtels sont enregistrés même en dehors du département, c'est le cas de Dans 'Creek qui est sous la commune de Delmas en matière fiscale. Ainsi, les recettes fiscales qui devraient bénéficier à la commune ne sont pas entrées dans sa caisse, on paie ces impôts aux Cayes pour la majorité des Hôtels. Moins de 10% des recettes bénéficient à la commune de Port-Salut et ce 10% n'est pas parfois directement lié au secteur touristique, le bénéfice tiré est plutôt lié à la question foncière et 80% des taxes payées par les Hôtels vont dans la DGI des Cayes en majeure partie. Or l'hôtel Dan's Creek qui logeait surtout dans le temps la plupart des membres des gouvernements paie surtout des taxes dans la commune de Delmas où il est enregistré. Donc les patentes ne viennent pas de la commune, ce qui fait que le maire de Port-Salut touche moins d'argent que celui d'Arniquet et parfois les chiffres d'affaires des entreprises à cause du problème entravant le processus de collecte d'impôts, Arniquet bénéficie en grande partie des recettes qui devraient être attribuées à Port-Salut, c'est ainsi que sur le plan de la fiscalité, Arniquet devance Port-Salut en terme d'entrée.

Port-Salut est la 2e ville du département après les Cayes du point de vue d'activités pourtant sur le plan fiscal, c'est vraiment faible. Le tourisme ne bénéficie pas vraiment à Port-Salut à cause de la corruption sauf la plage qui devrait rentrer de l'argent, c'est une plage pour laquelle on a préparé un projet de près de 2000000 dollars US pour une structuration alors que les sénateurs et les députés à l'époque ont pris plaisir à soutirer de l'argent dans un but personnel. De plus, le ministre de l'époque Delatour ne s'intéressait pas vraiment au contrôle et suivi des travaux.

L'artisanat, cependant c'est de manière informelle, il y'a pas vraiment d'encadrement, il y manque aussi de structure à ce secteur. Parfois, le fabricant est en même l'acheteur, ils ne sont pas formés davantage pour améliorer leur production. Il arrive parfois que les touristes ont peur d'eux puisque généralement mal vêtus. Pourtant, ils sont vraiment talentueux. De nos jours, on peut également dire que l'artisanat est en train de disparaitre à cause que les jeunes ne s'y intéressent plus, les artisans actuels qui le pratiquent sont âgés au moins de 50 ans pour la majorité.

Autrefois, c'était l'agriculture et jusqu'à présent la culture du vétiver est dominante dans la zone. Cela permet des rentrées surtout quand les activités touristiques sont en baisse. Il y'a Tourisme-Vétiver-Artisanat comme principales activités par ordre décroissant. Certains acheteurs viennent parfois de l'Etranger pour le vétiver de Port-salut

A partir de la période où le bicentenaire de Port-au-Prince attirait les visiteurs, les étrangers venaient de toute part et Port-Salut en a bénéficié surtout à cause d'un ilot appelé « ile des amoureux » qui se trouvait au milieu de la mer malheureusement détruit entre 2007-2008 par des forte vagues marines, c'était vraiment à l'époque l'attraction de la zone à l'époque. Tout suite à cela, des suédois ont construit un hôtel du nom de `Makaya' pris en possession par l'Etat actuellement et destiné à devenir un hôtel d'application pour les gens formés dans l'école liée au tourisme. Cet hôtel a été surtout fermé après la chute de Duvalier. A partir de 1980,le tourisme a connu un certain essor dans la commune au moment où il y'a toujours eu de promenade en cheval par les touristes dans toute la ville et les habitants prenaient soin de ces chevaux liés spécifiquement à l'activité touristique pour visiter des lieux, et après 1986,il y'a eu baisse jusqu'au retour de Jean Bertrand Aristide originaire de la commune en 1994 pour permettre aux activités touristiques de refaire surface en tant que domaine économique particulier et en 2000,Port-Salut était l'une des premières villes touristiques toujours avec Aristide.

En réalité, la majeure partie des gens qui viennent à Port-Salut. C'est pour la plage en réalité puis après l'hospitalité des gens. Cependant, il y'a eu un coup dur à partir de 2004 lié à l'exploitation sexuelle des jeunes de Port-Salut au moment où les visiteurs emportaient avec eux un produit appelé « spanish fly » employés surtout pour les animaux de manière à provoquer leur accouplement, et l'on utilisait ce produit de manière à exciter les jeunes une fois que l'on applique un peu de ce produit sur le verre avec quoi ils consommaient, ce qui correspondait à du tourisme sexuel. Beaucoup de visiteurs ont laissé des fils à Port-Salut à cette époque puisqu'on exploitait les gens sexuellement et la majorité des filles étaient tombées enceintes, parfois, certains touristes étaient revenus rechercher leurs fils et parfois les abandonnaient. Actuellement, cette situation n'existe plus sauf quelques pratiques de prostitution clandestines mais la pratique du tourisme sexuel s'abaisse.

A cause du domaine touristique, des gens de communes avoisinantes viennent dans la commune pour gagner leur vie et parfois certains d'entre eux se trouvent en guenille et fument sans respect en présence des visiteurs et parfois font peur à certains étrangers qui n'ont pas eu l'habitude de voir des gens de cet état, ce qui leur donne l'impression de ne pas être en sécurité car dans une situation presque similaire avec Port-au-Prince. Comme autre chose, les investissements viennent après et selon moi, c'est le développement des activités touristiques qui attirent les investisseurs, puis il y `a surtout les fêtes champêtres. Même en période de fêtes et d'activités dans la ville des Cayes, la majorité des gens viennent à Port-salut se loger, il suffit d'abord que toutes les chambres de Port-Salut soient définitivement remplies bien avant de trouver des visiteurs qui se dirigent vers la ville des Cayes pour hébergement. Comme autre évènement à Port-Salut, c'est la gaguère des taureaux qui attirent les gens et c'est l'unique endroit du département, où il y'a cette gaguère. Puis il y'a cascade Touyac et Cascade nan So qui attirent aussi les gens

Surtout les hôtels qui sont bénéficiaires directement du tourisme puisqu'ils hébergent les gens. Parfois, on va manger jusqu'à Gelée, les restaurants qui bénéficient le plus sont ceux à l'intérieur des Hôtels. Il y'avait du tout compris autrefois mais c'est réduit à présent

144

En majorité, les jeunes de Port-Salut travaillent, cependant par manque de qualification n'occupent pas les postes de décisions, surtout chef de cuisine, manager, ils bénéficient donc d'emplois peu rémunérés

Ensemble de projets, il s'agit du camouflage à l'égard de la population, on ne respecte pas vraiment l'aspiration de la population locale or on fait du camouflage avec la population puisque les décisions prises depuis le ministère à Port-au-Prince sont toujours appliquées sans prise en compte des recommandations locales. Même les gens qui travaillent au bureau régional du ministère ne participent pas à l'élaboration des projets touristiques, on ne fait que présenter les projets aux gens. L'UNOPS réalise des projets surtout bidons dans la zone, c'est un organisme des nations unies. La plupart des projets ne sont pas finalisés, il y'a souvent beaucoup de gaspillage et la population locale ne fait que jouer un rôle d'assistanat. Pas vraiment d'interaction, parfois on embauche les gens de la population pour des petits emplois peu rémunérés et pour les grands postes on néglige le dossier (CV) des jeunes originaires de la zone qui sont qualifiés pour différents projets au profit d'autres amis et proches du gouvernement.

Les produits locaux (poissons surtout) viennent de Port-Salut et aussi en grande partie des communes avoisinantes. Il faut dire que le coût de la vie est le plus cher à Port-salut que dans toutes les autres villes du département et des plats de poissons avoisinaient parfois près de 25$ US dans certains hôtels surtout à Dan's Creek à une certaine époque.

C'est parfois affecté parce qu'il y'a près de six ravines qui traversent la commune parfois celles-là en période de pluie apportent beaucoup d'ordures sur la plage. De même il faut dire qu'il y'a surtout un déboisement intensif à Port-Salut car la majorité des hôtels et resto-bars utilisent surtout du Charbon de bois. Cependant, les vagues marines demeurent la plus grande menace naturelle. Certains investisseurs viennent de Port-salut, la majorité vient d'autres endroits. Il y'a beaucoup de gens qui viennent surtout au moment de la fete du Saint-Patron de la zone, de même en période de fêtes des mères, pâques, il y'a beaucoup de gens dans la ville, on pratique en réalité du tourisme de masse. Possible mais sans la structuration, il n'y aurait aucun développement possible à Port-Salut. Les taxes de Port-salut doivent lui revenir de droit surtout. Le tourisme embauche beaucoup de gens, or cela réduit le niveau de chômage dans la zone même si c'est pour des emplois peu qualifiés. La part du secteur privé dans le secteur touristique est à près de 80%. 2010-2013, c'était Dan's creek et 2e lieu Auberge du Rayon Vert, puis de 2013 à nos jours c'est surtout l'Auberge du Rayon Vert, avant 2010, c'était le Boucanier Hôtel Pas vraiment, la majorité des jeunes ne restent pas à Port-Salut surtout ceux qui sont formés, cependant les gens formés ne sont pas nombreux qui travaillent dans le secteur. En majeure partie, les hôteliers bénéficient des prêts, le secteur informel bénéficie surtout des caisses populaires, de même il y `a Ponya. Les gens de la diaspora, ils agissent surtout en tant que visiteurs, ils n'investissent presque pas dans le secteur. Il y'a plutôt une tournure politique à cela, et il y'a eu des mouvements de manifestation qui avaient des impacts sur les activités touristiques de la zone l'affaire de Johnny Jean.

Classement hibiscus des hôtels de Port-Salut selon le ministère (il y'a près de 19 hôtels + ceux en constructions

Dan's Creek « 3 hibiscus ».Naz-inn, Auberge, Fortress Inn, Hôtel du village « 2 hibiscus »Hôtel Wadliyss «1 hibiscus». Suivant les critères suivants: Services-Espaces de chambres, escaliers, douches, position géographique

Samuel Estinvil

Tel : 37103601

E-mail :samestinvil@ yahoo.fr

Entrevue avec la chargée de projet de l'unité d'études et de programmation du ministère du tourisme et des industries créatives, Rebecca AUGUSTIN.8 Rue légitime, Port-au-Prince, Haïti. Tel : 38719098.Date :11/03/2016, 9h45-10h30.

Thèmes avancés de temps à autre au cours de l'entrevue : projets touristiques du département du Sud, précisément pour la commune de Port-Salut. Veuillez bien expliquer la réalisation, le suivi et l'évaluation des différents projets suivants :

-Projet de janvier 2008 visant à la construction du centre artisanal d'application à Port-Salut. -Projet de janvier 2008 en ce qui a trait à l'aménagement de la plage publique Pointe Sable

-Causes des similarités de ces deux projets en un certain point (aménagement d'aires de restauration et de dégustation, aménagement de sanitaires publics, aménagements de kiosques pour vente de produits d'Artisanat.

-Projet de restauration de la plage pointe Sable devant terminer en septembre 2015 -Projet d'aménagement et d'extension de la commune de Port-Salut

Premièrement, il faut dire que le projet du centre d'artisanat a été prévu sous l'ancien ministre du tourisme, Delatour qui travaillait là-dessus. Cependant, la ministre actuelle ne met pas trop d'accent sur la poursuite de ce projet. A vrai dire, le projet n'a pas eu lieu sinon je l'aurais su. Sous ce gouvernement on s'est orienté beaucoup plus vers gelée.

En ce qui a trait aux projets concernant la plage, cela résulte surtout de la compétence des dirigeants locaux d'assurer sa gestion. Cela ne révèle pas de la tâche du ministère. Cependant, il faut aussi admettre qu'après décaissement qui s'exerce par séquence surtout et mis au point du projet depuis le bureau d'unités de programmation, le ministère ne se charge pas vraiment de la question de suivi et de réalisation, on ne va pas sur les lieux pour inspecter si cela a été bien fait. Cependant, du ministère on reçoit des informations à partir du responsable et de la firme du projet sur l'avancement des travaux. Pas de suivi sur les lieux vraiment. Concernant la plage, on intervient en général en période de grandes festivités et après c'est presque abandonné, en ce temps il aurait fallu de la mairie de la zone de s'en occuper vraiment. Et généralement les gens qui devraient assurer la gestion de la plage ne sont pas payés. Nous aussi, nous jouons surtout le rôle de recherche de financement

145

pour les projets surtout, la question de suivi et d'évaluation sur les lieux ne sont pas vraiment pris en compte puisque c'est surtout périodiquement qu'on intervient. La ministre actuelle ne s'intéresse pas vraiment à l'évaluation des projets passés, les similarités constatées pouvaient être dus à des erreurs de l'équipe de l'ancien ministre. En réalité, cela peut être aussi dû à la question d'urgence lorsqu'on écrit des projets, parfois, on appelle juste pour demander dans de laps de temps d'élaborer des projets et cela se fait habituellement sou pression. Ainsi, pourvu qu'on avance que l'argent est disponible, on monte des projets sans prendre en compte vraiment des besoins réels de la population. D'autant plus, le système d'Etat a un processus très lent empêchant d'arriver à un respect des délais envisagés.

Le projet avec UNOPS, qui devait terminer en septembre fait face au même problème mentionné avant, il y'a tellement de temps à prendre, de dynastie au niveau de l'Etat Haïtien, ça n'a pas pu être respecté. On ne laisse pas trop de temps au ministère au niveau de l'unité d'études et de programmation pour planifier puisque les projets sont surtout conçus sous l'impulsion des ONG qui s'empressent souvent à donner des délais à respecter parfois équivalant à un laps de temps. Le bailleur de son côté fait toujours pression.

Et pourquoi c'est UNOPS ?

En raison du fait qu'il n'y a pas vraiment d'ingénieur résidant dans ces localités faute de compétence locales, UNOPS s'étant chargé du processus de création d'emplois exécute le plus souvent les projets en relation généralement avec un sous-traitant par rapport au fait que les agents d'UNOPS ont déjà des bureaux partout. Parfois, les gens s'en plaignent de l'avancement des travaux avec l'UNOPS, cependant il faut également avancer que le processus d'acheminement des projets est très lent ainsi que les décaissements. Parfois, on ne donne pas à temps à UNOPS de l'argent afin de respecter certains délais.

Et les membres du bureau régional ?

On doute vraiment des compétences de ces derniers-là. C'est vrai qu'il y'a sur place un responsable de suivi et d'évaluation, cependant, il aurait fallu qu'il y'ait certaines documentations détenues au niveau du ministère concernant les projets afin de pouvoir procéder à ces travaux de suivi et d'évaluation pour lesquels il aurait fallu également certaines compétences.

Et la population locale dans tout ça ?

Il faut l'avouer. On ne travaille pas vraiment avec les gens de la population locale où sont destinés les projets mais c'est surtout la question politique qui prime. De même, il aurait fallu d'avoir sur place d'ingénieur de projets pour cela. Parfois, les projets sont conçus comme je te l'ai dit sous pression et dans de brève durée et sans prise en compte de la réalité de la zone. Parfois, on m'appelle pour élaborer des projets dans un espace de temps court, et c'est souvent en imaginant que je trouve ce que je dois écrire pour répondre à la demande formulée sans prise en compte de la population locale. Par exemple aux Cayes, j'ai monté un projet, sur le coup, de construction de marché d'artisanat or les gens de la communauté ont eu surtout besoin d'un abattoir à l'époque, ce qui a entrainé l'usage de ce marché a d'autres fins dont l'utilisation comme abattoir. Il y'a surtout un problème d'implication des membres de la population locale lorsque l'on réalise les projets. Le pire dans tout ça, en tant que chargée de projet du ministère, sans vous cacher, certains projets sont parfois montés sans moi juste pour question politique.

Entrevue Réalisée le lundi 22 février de10h à 10h30 avec le responsable de la DGI de Port-Salut

Question : Peut-on dire qu'à cause du tourisme qui se développe les recettes fiscales augmentent dans la zone ?

Il y'a du progrès touristique depuis l'arrivée du président Aristide, la plage attire les étrangers. Les terrains à Port-Salut deviennent beaucoup plus chers, c'est en dollars américains jusqu'à Roche-à bateaux, les gens manifestent l'envie de vivre à Port-Salut, ce qui permet à cause de la cherté des terrains à la DGI d'entrer un peu plus d'argent comme impôts mais c'est plutôt d'origine foncière. Un étranger a acheté un petit terrain là où se trouvait une maisonnette et en raison de sa proximité avec son hôtel il l'a acheté à 200000$US.On peut dire que les port-salviens quittent Port-Salut pour habiter ailleurs en vendant à des prix exorbitants des terrains, ce qui les procure de l'argent et sans problème laissent leur milieu.

Entrevue avec un cadre du bureau régional du tourisme du département du SUD, formé à l'étranger (réalisé le mardi 23 février de 10h30-11h15)

Questions

*est-ce que le ministère prend Port-Salut comme priorité dans le SUD ? *La gestion de plage, comment se réalise-t-elle ?

*Les hôtels paient-t-ils des taxes ?

*Origine des entrepreneurs

##ville de l'artisanat dans une certaine mesure puisqu'il y'a des gens qui font du tissage, peinture, pitres, c'est pratiqué par bon nombre de gens de la zone, mais c'est juste pour « chèche lavi ». Parfois, on les amène dans les foires, pas vraiment de moyen pour les aider.

## Les gens qui travaillent et ayant reçu de la formation touristique sont minimes là-bas, autrefois il n'y avait pas de formation et de promotion développées maintenant par Stéphanie Villedrouin.

## En Haïti, on pense que le tourisme est l'Hôtel, on ne maitrise pas encore l'activité touristique, il y'a manque de connaissance, c'est pourquoi l'on s'adonne de plus en plus dans la construction d'Hôtel. Il n'y'a pas vraiment de planification touristique vraiment à Port-Salut. C'est parce qu'on peut réaliser beaucoup plus de profits dans l'hébergement. On ne met pas vraiment l'accent sur les gens formés pour monter les projets, pas de consultants.

##oui, les emplois formels et informels dans le secteur touristique, ça dépend du nombre de touristes.

146

##A Port-salut, le ministère n'a pas vraiment planifié avec les gens de Port-Salut, il n'y a pas vraiment eu de projet pour la zone sous ce gouvernement, Cependant, avec le RIAT pour le Sud dans les jours à venir, il y'en a certains projets.

##C'est une région prioritaire certes, à côté de Camp-Perrin, l'on gérait surtout sous le gouvernement de Martelly des questions plutôt urgentes, en dépit de tout, on a n'a pas vraiment eu de projets pour Port-Salut pendant ces quatre ans. Le député de la zone est plutôt un con puisqu'il ne cherchait pas de projets à travers le ministère pour la commune

##Pour la plage, il y'a trop de conflits liés à sa gestion, il y'a un staff plutôt informel qui le gère surtout, le bureau régional ne se penche pas vraiment vers la plage.

#Les entrepreneurs et employés sont de différents horizons

IFORTH (institut de formation en tourisme et hôtellerie), une structure du ministère du tourisme à Faugasse, l'école qui donne formation en hôtellerie et guide touristique dans le département du Sud

Entrevue avec le responsable du centre de formation en hôtellerie et guide touristique dans le département (réalisé le mardi 23 février de 9h30 à 10h)

Questions

Est-ce que les gens formés ici vont travailler à Port-Salut ? S'il y'en a, combien ils sont ?

Planifie -t-on le tourisme pour Port-Salut au bureau régional ? Y'a-t-il collaboration entre les planificateurs touristiques et la population locale de Port-Salut ?

## A vrai dire, des hôteliers ont été en stage à Port-Salut dans certains établissements. L'école a pris naissance le 6 mai 2013.On forme des gens pour tout le pays en réalité. Personne n'est obligé quoique formé dans le Sud de rester dans le Sud. Il faut dire que c'est suite au carnaval national des Cayes qu'on a pu constater l'urgence qu'il y'a des gens formés dans le secteur, c'est ce qui a contribué à instaurer l'école hôtelière suite à la forte demande enregistrée en période de Carnaval organisée dans la ville des Cayes et il n'y'avait pas assez d'établissements touristiques dans la zone. On procédait juste à l'époque au moment de la préparation de la festivité à certains séminaires de Formation aux Cayes.

##L'objectif consiste surtout à corriger les faiblesses et augmenter le nombre de gens formés. Cependant, il nous manque jusqu'à présent certains matériels pour assurer la totalité des formations liées à différentes spécialités qu'on a projeté de mettre en oeuvre

##Ce qu'il faut surtout comprendre c'est que les étudiants formés ici ont du mal à être employés même ceux qui étaient en stage. On a surtout peur des gens formés dans la zone, on hésite à les embaucher puisqu'on insinuait que cela conduira à la perte d'emplois pour certains non formés dans le circuit. Or, ici, les cadres formés visent principalement à encadrer les agents hôteliers de partout dans le pays, Le facteur qui explique surtout cette situation c'est que pour eux les professionnels et qui est normal ne peuvent pas être embauchés à bas prix, on préfère les gens non formés pour profiter de cela. Pourtant en cas de grand évènement et de grandes activités touristiques, on les appelle pour les stages dans différents hôtels de la zone. En plus le secteur souffre du manque de marketing de la part des propriétaires. De plus, il y'a cherté des chambres. La majeure partie des gens formés ici travaillent à Port-au-Prince, même des jeunes originaires de Port-Salut ont du mal à intégrer le marché d'emploi touristique de Port-salut. On préfère surtout les « toutiste ».Or ici on forme des spécialistes professionnels en Bar-restaurant, Hébergement, la cuisine, pas de formation en langue étrangère.

##Ce qui fait la spécificité à Port-salut, c'est en majeure partie sa plage, c'est la potentialité, de même l'aspect sécuritaire de la zone mais le niveau de vie est élevé à Port-salut, il y'a cherté du coût de la vie en réalité.

##Cette école a déjà vu partir une promotion de 70 étudiants formés en 18 mois, cependant on lutte de manière à réduire le nombre de temps à 1 an surtout.

147

précédent sommaire