WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La francophonie et son expression dans la poésie de Léopard Sédar Senghor


par Adou Valery Didier Placide Bouatenin
Université Félix Houphouet-Boigny  - Doctorat  2019
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITÉ FÉLIX HOUPHOUËT-BOIGNY
U.F.R LANGUES, LITTÉRATURES ET CIVILISATIONS

Département de Lettres Modernes

 

LA FRANCOPHONIE ET SON
EXPRESSION DANS LA POÉSIE DE
LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR

Thèse Unique en Lettres Modernes
Parcours : Langues et Civilisations Africaines
Option : Poésie francophone

Présentée par : Sous la direction de :

BOUATENIN Prof. GNALEGA

Adou Valery Didier Placide Makagnon René,

Professeur titulaire

Le jury

Président : Prof. BOKIBA André-Patient, Professeur titulaire en littérature africaine et française, Université Marien Ngouabi, Congo-Brazzaville

Directeur de thèse : Prof GNALEGA Makagnon René, Professeur Titulaire en littérature

orale africaine, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d'Ivoire-Abidjan Rapporteur : Prof. N'GUESSAN Assoa Pascal, Professeur titulaire en stylistique et

poétique, Université Alassane Ouattara, Côte d'Ivoire-Bouaké

Rapporteur : Dr. KOUADIO Kobenan N'guettia Martin, Maître de conférences en stylistique et poétique, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d'Ivoire-Abidjan

Examinateur : Dr. ADAMOU Kouakou Dongo David, Maître de conférences en poésie et poétique, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d'Ivoire-Abidjan.

Soutenue publiquement le 19 octobre 2019

Copyright, Bouatenin, 2019

UNIVERSITÉ FÉLIX HOUPHOUËT-BOIGNY
U.F.R LANGUES, LITTÉRATURES ET CIVILISATIONS

Département de Lettres Modernes

 

LA FRANCOPHONIE ET SON
EXPRESSION DANS LA POÉSIE DE
LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR

Thèse Unique en Lettres Modernes
Parcours : Langues et Civilisations Africaines
Option : Poésie francophone

Présentée par : Sous la direction de :

BOUATENIN Prof. GNALEGA

Adou Valery Didier Placide Makagnon René,

Professeur titulaire

Aux membres de ma famille, et à mes amitiés et amours, À tous ceux qui sont pour le dialogue des cultures, À mon ami et frère Karsten KASPER.

L'étude de la littérature ne saurait se passer aujourd'hui d'érudition : un certain nombre de connaissances exactes, positives, sont nécessaires pour asseoir et guider nos jugements [...]

En littérature, comme en art, on ne peut perdre de vue les oeuvres infiniment et indéfiniment réceptives et dont jamais personne ne peut affirmer avoir épuisé le contenu et fixé la formule. C'est dire que la littérature n'est pas objet de savoir : elle est un exercice, goût, plaisir.

Gustave LANSON, Avant-propos, De l'histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1894, pp. VII-VIII (1182 p.)

1 Nelson MANDELA, Discours d'investiture, le 10 mai 1994

Il nous était difficile de dire merci aux personnes qui nous rendaient des services sans que nous leur demandions de les faire jusqu'à ce qu'un jour une amie, Docteure Clémentine CHAIGNEAU, nous le fit remarquer. Aujourd'hui, nous comprenons le sens de ce mot de cinq lettres : M. E. R. C. I.

Il y a aussi des circonstances de la vie où des personnes nous aident, renseignent, expliquent, donnent...sans espérer quelque chose en retour de notre part, mais un merci qui leur donnerait un sourire, une joie, une félicité, une lueur de béatitude dans leurs yeux et dans leur coeur, parce qu'heureuses de vous rendre des services. Ces personnes-là, ce sont des anges, qui sans elles, nous ne pouvons atteindre le succès : « Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. », nous dit Nelson MANDELA1. Merci à tous ceux qui, après avoir lu certaines parties de notre travail, nous ont fait d'utiles suggestions !

Nous souhaiterions commencer nos remerciements par notre directeur de thèse, le Professeur Makagnon René GNALÉGA, qui a décidé de nous accorder son temps et son soutien. Un infini merci pour l'intérêt accordé à notre thèse, traduit par un encadrement rigoureux, par des conseils et des orientations enrichissants. À sa suite, les Professeurs Kobenan N'guettia Martin KOUADIO, Emmanuel TOH BI TIÉ, et Kouakou Dongo David ADAMOU qui ont cru en nous, en notre sujet de thèse, et qui nous ont aidé à reformuler le thème de notre thèse et à définir de façon claire la problématique. Recevez le témoignage de notre gratitude.

Nous disons un merci aux personnels de DFI (Deustch-Französisches Institut) et Frankreich-Bibliothek (Allemagne) pour les livres et les documents mis à notre disposition, sans oublier les membres du projet WERTEWELTEN de l'Université Ebarhard Karls de Tübingen (Allemagne).

Merci également aux instructeurs et aux membres du jury pour l'attention et le temps accordés à notre travail.

Nos remerciements vont également à l'endroit de Ould Siby JAMIL, Armel ALLOU, Étienne SERY et Lamine DIABY pour avoir accepté de relire et de corriger notre travail, parfois de nous réorienter dans le traitement de certaines notions.

Merci à Rose-Marie Emmanuela ADAHOU pour son aide, sans oublier également Ahi Narcisse N'GADI, et Karsten KASPER et famille.

Notre infinie gratitude aux parents et amis pour le soutien tant moral que financier, et surtout pour la correction apportée à ce travail.

Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à tous ceux qui ont contribué directement ou non à la réalisation de ce travail. Merci pour votre patience ! Merci pour vos conseils ! Merci pour votre confiance ! Merci pour votre soutien !

AVANT-PROPOS

La Francophonie est, pour nous, une longue histoire. Nous l'avons rencontrée durant notre séjour en Allemagne. C'est à la suite d'un travail présenté à l'Institut Franco-allemand que les responsables d'alors nous ont demandé de produire un autre travail sur un sujet quelconque. Voyant que notre séjour arrivait à terme, nous avons remis le travail pour une date ultérieure. À vrai dire, nous ne savons pas au juste ce que nous devons faire ; la politique n'était pas notre apanage. Lors d'un rendez-vous pour les papiers administratifs, nous avons fait la connaissance d'un Sénégalais travaillant à la mairie de Ludwigsburg. Nous avons échangé sur la littérature, en général, et sur Senghor et sa poésie, en particulier. Nos avis étaient opposés. Il défendait son compatriote Senghor, et nous, nous étions figé sur les cours reçus au lycée et à l'université. N'étant donc pas satisfait, nous avons entamé une recherche à la bibliothèque dudit Institut pour approfondir nos connaissances sur Léopold Sédar Senghor.

Et, au cours de ces recherches, l'idée d'associer Senghor à la Francophonie nous est venue en esprit. Pourquoi associer Senghor à la Francophonie ? Associer Senghor à la Francophonie, parce qu'il s'est fait le chantre de la Francophonie, après qu'Onésime Reclus l'eût inventée. Les livres, les documents, les articles, les mémoires et les thèses consultés à la bibliothèque s'inscrivaient tous dans le domaine des sciences politiques. Les universitaires, qui ont eu à associer la Francophonie à Senghor, se sont contentés de laisser les oeuvres de celui-ci de côté pour les interventions et les articles écrits ou prononcés. Ce qui nous a interpellé est le revirement de Senghor. Revirement ? Oui, nous pouvons le dire, car il passa de la Négritude à la Francophonie2.

De ce fait, nous nous sommes demandé s'il ne serait pas intéressant d'étudier la Francophonie, en tant que concept, dans les oeuvres poétiques de Senghor ou de trouver les motivations inconscientes de ce revirement. De retour en Côte d'Ivoire, avec la possibilité de nous inscrire à l'Université pour la recherche scientifique, nous nous présentâmes au bureau du Professeur Adamou Kouakou pour lui soumettre notre sujet de recherche, et lui demander d'être notre directeur de recherche. Ce fut ainsi que nous avons fait le master. Et lors de la soutenance, notre mémoire a eu la mention très bien, et a fait l'objet d'une publication sous le titre La poétique de la francophonie.

Il semblerait que le voeu cher de Senghor serait de voir la Négritude et la Francophonie se réaliser en un seul concept. En fait, les messages que véhicule le concept de Francophonie, présenté par Senghor, s'appréhendent aisément et facilement dans ses oeuvres poétiques, vues comme des oeuvres de la Négritude. Mamadou Bani Diallo a raison de dire que « l'oeuvre et la pensée de Léopold Sédar Senghor semblent marquées par le sceau de la Francophonie et de la Négritude [...] »3. Cette même idée est soutenue par Lavodrama Philippe : « [Senghor] ne l'a pas seulement défendue, mais également illustrée, par son oeuvre littéraire et poétique »4.

2 Aïssata Soumana KINDO, « Senghor : De la Négritude à la Francophonie », Éthiopiques, n° 69, 2002

3 Mamadou Bani DIALLO, « Défense et illustration de la Francophonie chez Léopold Sédar Senghor », Recherches africaines [en ligne], numéro 06-2007, 12 novembre. Disponible sur Internet http://www.recherches-africaines.net/document.php?id=967.

4 Philippe LAVODRAMA, « Senghor et la réinvention du concept de francophonie » La contribution de Senghor, primus inter pares, Les Temps Modernes, 2007/4 n°645-646, p. 182. Article disponible en ligne à l'adresse : http://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2007-4-page-178.htm

Peut-on oublier que « le mot `' Francophonie» lui-même pose problème5, et qu'il faut avoir les arguments pour convaincre afin qu'on ait une conception unanime de la Francophonie.

C'est une longue histoire, la Francophonie et Léopold Sédar Senghor. Il nous a permis de la découvrir. Cela fait environ dix ans que nous étudions la Francophonie et la poésie senghorienne...

Si l'on a longtemps vu la Négritude comme le point de départ de la poésie de Léopold Sédar Senghor, elle n'en est pourtant pas la finalité. La finalité est d'aboutir peut-être à la Francophonie, expression plausible de la Civilisation de l'Universel.

5 Robert CHAUDENSON, « Prolégomènes à une approche de la francophonie africaine », Repère DoRiF n°2 voix/voies excentriques : la langue française face à l'altérité-volet n.1-novembre 2012-LES FRANCOPHONIES ET FRANCOGRAPHES AFRICAINES FACE À LA RÉFÉRENCE CULTURELLE FRANÇAISE, November 2012. Disponible sur http://www.dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=35 p.2

SOMMAIRE

Introduction pp. 9-30

Partie I : La Francophonie, un concept sauvé de ses cendres pp. 31-140

Chapitre I : La Francophonie, d'Onésime Reclus à la revue Esprit pp. 38-66

Chapitre II : Léopold Sédar Senghor et la Francophonie pp. 67-99

Chapitre III : La Francophonie en débat pp. 100-140

Partie II : La Francophonie dans la poésie de Léopold Sédar Senghor pp. 141- 323

Chapitre I : Le projet de la Francophonie pp. 148-204

Chapitre II : Le choix définitif de Léopold Sédar Senghor pp. 205-261

Chapitre III : La renaissance des valeurs culturelles africaines et

l'ouverture culturelle pp. 262-323

Partie III : La Francophonie, une problématique identitaire chez

Léopold Sédar Senghor pp. 324-460

Chapitre I : Léopold Sédar Senghor et la quête d'une identité rhizomique pp. 333-355

Chapitre II : La problématique d'une identité constituée pp. 356- 379

Chapitre III : L'identité francophone chez Léopold Sédar Senghor pp. 380-408

Chapitre IV : La poésie francophone : essai de définition pp. 409-460

Conclusion pp. 461-470

Annexes pp. 471- 549

Index des thèmes pp. 550-559

Index des auteurs pp. 560-567

Bibliographie pp. 568-609

Table des matières pp. 610-611

9

sommaire suivant