WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Auxiliaires médicaux et médecins africiains au Togo sous domination coloniale: 1884-1960

( Télécharger le fichier original )
par Zinse Emmanuel MAWUNOU
Université de Lomé - Maitrise 2006
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITE DE LOME ANNEE UNIVERSITAIRE

Lomé- TOGO 2006 - 2007

FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

DEPARTEMENT D'HISTOIRE ET D'ARCHEOLOGIE

MEMOIRE POUR L'OBTENTION DE LA MAITRISE ES-LETTRE

Option : HISTOIRE COMTEMPORAINE

THEME :

AUXILIAIRES MEDICAUX ET MEDECINS

AFRICAINS AU TOGO SOUS DOMINATION COLONIALE : 1884- 1960

PRESENTE PAR : DIRIGE PAR :

MAWUNOU Zinsê ASSIMA-KPATCHA Essoham

Maître - Assistant en

Histoire contemporaine

INTRODUCTION GENERIALE

«Il vaut mieux,prenant la vérité pour guide, attendre sa récompense de la postérité que de nous livrer à la flatterie pour plaire à nos contemporains.Telle est la règle,tel est le fil à plomb d'une HISTOIRE bien écrite.»

LUCIEN de Samosate.

Partout dans le monde où la colonisation a eu à s'affirmer, les Européens avaient non seulement exploité les colonies mais aussi les forces de production dans le but d'accroître leur profit (Sarraut 1923 : 94).

Cette logique n'épargne pas les colonies européennes d'Afrique et même le territoire qui, en 1884, deviendra TOGO en était victime. Entretenir les forces productrices c'est-à-dire la main-d'oeuvre sous-entend la présence d'agents capables, ou ayant du moins les notions élémentaires pouvant encadrer et apporter aux colonisés les moindres satisfactions en cas de maladies ou accidents. C'est ainsi que les Togolais avaient « bénéficié de la médecine moderne » selon les termes de Tolgou (1998 :32).

Toutefois, comme nous le disons plus haut, « l'enseignement et la santé sont deux services qu'on peut qualifier de sociaux même si dans la réalité leurs actions étaient orientées de sorte qu'elles profitent aux colonisateurs. Ils furent mis en oeuvre dans le but de soigner les autochtones pour accroître les potentialités en main-d'oeuvre et de les former pour qu'ils travaillent dans le sens des intérêts coloniaux. » (Assima-Kpatcha 2004 :142).

Les débuts de la médecine moderne au Togo étaient d'abord assurés par les Allemands. Mais « quand début août 1914, éclate la guerre, [......] les Allemands, assaillis de toutes parts, [......] doivent capituler dès 26 août, et les vainqueurs se partagent    "provisoirement" le territoire occupé. » (Marguerat 1992 :26). C'est ainsi que les Allemands quittèrent le Togo laissant celui - ci aux Français et aux Anglais selon leur zone.

En effet, la médecine telle qu'elle est connue de nos jours n'est que le fruit, sinon le prolongement de ce qui a été mis sur pied depuis l'époque allemande et poursuivi par les Français. Tout au long de ce travail, il sera démontré comment s'était constitué ce corps de métier, d'abord sous les Allemands puis consolidé et renforcé par les Français (Gayibor 2005 : 289 t2). D'autre part on verra dans quelle mesure l'état de guerre favorisa l'émergence d'une nouvelle catégorie socioprofessionnelle de médecins autochtones.

La période sur laquelle porte l'étude de ce thème est de son côté bien significative. En effet, l'année 1884 est celle qui, à la date du 5 juillet, vit la naissance du Togo comme entité territoriale. En d'autres termes, c'est à partir de cette date que la colonisation allemande, qui avait tout organisé pour la mise en exploitation du Togo, commerça (Napo 1996).

En ce qui concerne l'année 1960, elle est l'année à laquelle le Togo accéda à la souveraineté internationale. Elle correspond au fait à l'année à partir de laquelle les Togolais avaient rejeté le joug colonial, s'affirmant ainsi et prendre en main la destinée de leur pays. En vertu de toutes ces considérations, notre thème « AUXILIAIRES MEDICAUX ET MEDECINS AFRICAINS AU TOGO SOUS DOMINATION COLONIALE : 1884--1960 » garde toute sa raison d'être.

Aussi, certaines raisons confèrent à notre thème son originalité. D'abord c'est un sujet qui n'est pas encore suffisamment étudié quand bien même Alonou (1994) a fait une thèse sur la politique sanitaire de la France au Togo. Aussi, certains enseignants du département d'Histoire, certains étudiants en Histoire avaient-ils eux aussi produit des thèses, des mémoires et des articles toujours dans le domaine de la santé. Mais tous ne se sont intéressés pour l'essentiel qu'aux actions d'organisation et de mise en oeuvre de l'action sanitaire.

Or ce n'est pas cet aspect qui est la préoccupation de ce travail. Ici on s'intéressera essentiellement à l'histoire d'un corps de métier c'est-à-dire insérer cette recherche dans l'histoire du travail.

Quand à l'intérêt du sujet, soulignons avant tout qu'il tient à apporter sa contribution à l'écriture de l'histoire du Togo dans sa globalité. Il est aussi intéressant dans la mesure où, embrassant toute la période coloniale, il fera ressortir les nuances qui minaient les différentes administrations qui dirigèrent le Togo pendant cette période coloniale. Ensuite, ce thème nous paraît important à travers la portée de sa problématique.

Toute l'époque coloniale, quelque soit le colonisateur (Allemand ou Français) fut organisée de sorte à tirer le maximum de profit du territoire colonisé. Cette idée suppose l'entretien de la main-d'oeuvre par des agents susceptibles d'assurer cette tâche. En fonction de cette réalité, quel a été le processus de formation de la catégorie socioprofessionnelle des auxiliaires médicaux et des médecins africains au Togo pendant la période coloniale de 1884 à 1960 ?

Bien répondre à cette question principale ci-dessus posée nous conduit évidemment à la subdiviser en éléments pouvant aborder tous ses aspects.

Tout d'abord il est sans aucun doute admis que la médecine existait bien au Togo sous une forme traditionnelle avant l'arrivée des Européens (Gayibor 2005 : 289t2). Dans cette logique, comment avait commencé à se former cette catégorie socioprofessionnelle sous la période allemande de 1884 à 1914 ?

Ensuite, il est important de souligner qu'en 1914, le Togo a été surpris dans son développement par la première guerre mondiale qui bouleversa toutes les institutions allemandes. Alors, en quoi l'état de guerre a - t - il entravé l'émergence d'une véritable catégorie d'auxiliaires médicaux et de médecins africains de 1914 à 1922 ?

Enfin à partir de 1922 la partie orientale du Togo a été confiée à la France après le départ des Allemands en 1914 ; ainsi continuèrent-ils l'oeuvre sociale mise en place par leurs prédécesseurs. Alors, comment s'est renforcée puis consolidée cette catégorie socioprofessionnelle au temps de la colonisation française de 1922 à 1960 ?

A travers cette problématique structurée, nous comptons atteindre certains objectifs tout en émettant certaines hypothèses.

D'abord, nous tenons à faire ressortir la nécessité d'un tel corps pour la colonisation allemande puis française. De même on étudiera dans quelle mesure la colonisation avait eu d'impacts sur ces premiers agents de santé et durant la période d'occupation du Togo. Ce travail nous permettra également de dégager l'influence qu'avaient eu les différents statuts du Togo (mandat puis tutelle) sur l'évolution de ce corps de métier.

Ensuite, plusieurs hypothèses ont guidé nos recherches. Nous sommes parti du principe selon lequel la colonisation était une machine bien organisée, et cela pour une bonne cause qui est de faire profiter au maximum la métropole. Dire alors dans cette logique que la main-d'oeuvre est entretenue pour développer le territoire est inadmissible : le vrai but poursuivit est ailleurs. Enfin, développer le Togo suppose offrir aux Togolais une condition de vie,ou un niveau de vie acceptable : ce qui n'est pas le cas pour la plupart des Togolais qui avaient travaillé aux côtés des Européens comme agents de santé car leur formation et même leur rémunération laissent à désirer. Notre thème peut enfin être bien cerné à travers la compréhension de ces concepts et surtout leurs sens que nous leur attribuons.

Intitulé « AUXILIAIRES MEDICAUX ET MEDECINS AFRICAINS AU TOGO SOUS DOMINATION COLONIALE : 1884-1960 », notre sujet renferme beaucoup de concepts que nous nous sommes évertué à définir. Au fur et à mesure que nous les définirons, ces concepts seront regroupés afin de donner à notre thème son orientation ou bien sa compréhension que nous lui avions voulu.

Le mot « auxiliaire » selon le Petit Robert 1 et le Larousse du XXème siècle Tome 1 est définit comme quelqu'un ou quelque chose qui aide par son concours ; il est aussi défini comme une personne qui aide en apportant son concours ; qui est recruté à titre provisoire par l'administration. Toujours dans le Petit Robert 1 le mot « médical » veut dire quelque chose qui guérit alors que dans le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française ce mot désigne tout ce qui concerne la médecine ; on parle alors du monde ou du corps médical pour désigner l'ensemble des médecins.

Ainsi, parler d'auxiliaires médicaux dans le sens de notre travail revient à comprendre ces mots comme un groupe de personnes qui apportent leur aide à un autre groupe. Leur rôle est d'aider un groupe techniquement plus fort et plus avancé qu'eux. Ils peuvent seulement être initiés aux règles élémentaires de soins primaires, formation qui puisse leur permettre de pouvoir assurer leur rôle d'auxiliaire.

Quant au mot « médecin » le Petit Robert 1 le définit comme une personne habilitée à exercée la médecine après obtention d'un diplôme sanctionnant une période déterminée d'études et le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française dit de son côté que c'est une personne qui exerce la médecine et qui est titulaire d'un diplôme de docteur en médecine.

« Africain » selon le Larousse du XXème siècle est définit comme une personne qui habite l'Afrique, qui est de l'Afrique ou appartient à l'Afrique et au Petit Robert 1 de le définir comme quelqu'un qui est spécialement de l'Afrique Noire. Donc médecin africain est avant tout un noir africain qui a acquis une certaine formation en médecine lui permettant d'exercer ce métier. Par rapport aux auxiliaires médicaux, ces médecins ont un diplôme d'étude ou un doctorat en médecine ; ce qui leur confère une certaine qualité professionnelle. Tout au long de notre travail cette expression désignera ceux qui ont un niveau d'étude acceptable leur permettant d'évoluer dans une carrière médicale.

Donc, même si auxiliaires médicaux et médecins africains sont tous des agents de santé, ils sont tout de même différenciés par leur formation et leur degré d'évolution. Les premiers sont « formés » seulement de pouvoir intervenir dans une circonstance spéciale et très limitée alors que les seconds sont formés et même spécialisés dans divers domaines de la médecine, mais tous ont travaillé sous domination coloniale ; expression qui, selon Encyclopédique Universalis, désigne la période pendant laquelle le territoire togolais était souverainement commandé par un autre pays : d'abord l'Allemagne puis la France.

Tout compte fait et d'une manière générale, ce travail comporte trois grandes parties conformément à la problématique définie.

La première partie s'évertuera à analyser le processus de formation de la catégorie socioprofessionnelle sous la période coloniale allemande de 1884 à 1914. Ainsi, cette partie est sectionnée en deux sous parties (chapitres) dont la première fera l'état des lieux avant 1884. Ici, nous verront comment la société « togolaise » précoloniale, à travers ceux que nous appellerons les guérisseurs traditionnels, arrivait à guérir et même radier de son sein certaines maladies. Enfin, la deuxième sous partie se consacrera à l'intrusion coloniale allemande et à l'émergence d'un personnel médical autochtone de 1884 à 1914. Cette partie fera ressortir les débuts de la médecine moderne au Togo sous les Allemands avec l'aide des premiers agents de santé que nous nommons les auxiliaires médicaux.

La deuxième partie de son côté se donnera pour tâche d'étudier les auxiliaires médicaux au Togo sous occupation anglo-française sur la période de 1914-1922. Elle sera également sectionnée en deux sous parties dont la première nous éclairera sur les entraves aux activités médicales : de la guerre de 1914-1918 à l'occupation du Togo allemand. Cette section approfondira les effets de la guerre sur les activités médicales et l'état des auxiliaires médicaux pendant la période d'occupation. La deuxième sous partie parlera de l'émergence d'un véritable personnel médical autochtone au Togo de 1920 à 1922. Elle abordera les moyens mis en oeuvre pour essayer de trouver une approche de solution au problème de personnel sanitaire créé par la guerre.

La dernière partie de ce travail s'attachera au renforcement et à la consolidation du corps des auxiliaires médicaux et des médecins africains au temps des Français de 1922 à 1960. Comme toutes les autres parties elle comprend aussi deux sous parties. La première examinera les auxiliaires médicaux et les médecins africains au Togo au temps du mandat c'est - à - dire de 1922 à 1946 et la seconde de 1946 à 1960, ce qui correspond à la période de la tutelle. Mais avant de revenir en détail sur toutes ces parties, voyons ce qu'est le contenu da la première partie.

sommaire suivant






La Quadrature du Net