WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le marché des assurances au Cameroun (Etude de marché)


par Boris Degloire SOUOP KAMGA
Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) - Master professionnel en Relation Internationale option Marketing International 2007
  

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

Le développement des affaires entraîne la prise d'importants risques aussi bien pour les personnes que pour les patrimoines engagés à cet effet. Bien plus, avec la démultiplication des risques consécutive du développement prodigieux du commerce international et de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux, phénomènes confortés par la mondialisation qui consacre la porosité des frontières, l'importance des enjeux économiques crée une situation de psychose qui fait que les investisseurs ont besoin de couverture qui leur permette de transférer tout ou partie des risques qu'encourent leurs activités. Dès lors, le service des assurances participe à la fois au financement de l'économie et à la couverture des risques inhérents à l'exercice d'une activité économique. On comprend alors l'intérêt pour l'Etat du Cameroun de structurer le marché des assurances.

a) Contexte de l'étude

L'économie camerounaise a amorcé vers la fin de la décennie 90 une croissance qui ne demande qu'à être soutenue dans la perspective de la lutte contre la pauvreté et l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). De plus, l'atteinte du point d'achèvement de l'Initiative Pays Pauvres et Très Endettés (IPPTE) en avril 20061(*), place le pays dans des conditions optimales de relance économique et partant de promotion des investissements. Aussi, reste-il aux pouvoirs publics d'envisager l'assainissement du cadre macroéconomique des affaires pour créer un cadre incitatif propice à l'investissement, lui-même moteur du développement économique. Ce que suggèrent l'objet et l'intérêt de cette étude, étant entendu que l'exercice optimal du service des assurances participe inéluctablement de l'attractivité du pays en matière d'investissements.

b) Objet et intérêt de l'étude

Commanditée par l'autorité publique, cette étude vise la présentation générale du marché camerounais des assurances. Autrement dit, il nous est à charge dans ce travail, d'évaluer le marché des assurances au Cameroun en vue d'en dégager les principales caractéristiques et les pistes à explorer pour le redynamiser et en assurer un plein exercice. Ainsi perçue, l'intérêt de l'étude tient principalement à la portée stratégique qu'elle revêt pour l'Etat qui pourra y voir les axes majeurs de la restructuration de ce secteur et, pour les opérateurs du secteur (ou ceux désirant s'y investir) qui pourront y trouver les supports de leur décision d'investissement.

c) Problématique et difficultés de l'étude

En dix ans, le nombre d'entreprises d'assurance au Cameroun a presque doublé passant de 9 opérateurs avant l'entrée en vigueur du code CIMA à 17 après son entrée en vigueur, soit une augmentation d'environ 89%. Cependant, la diversification des offres de services dans le secteur n'a que très peu variée2(*). On peut dès lors s'interroger sur la compatibilité du service des assurances au Cameroun avec les objectifs de relance et de soutenabilité de l'économie. De ce point de vue, il nous semble judicieux, dans le cadre d'une étude sur le marché des assurances au Cameroun, de questionner les diverses relations qui lient le service des assurances à la performance économique de l'Etat. Il en est ainsi de :

o L'adéquation entre les produits/services offerts et les besoins identifiés des consommateurs,

o L'efficacité de la couverture des risques,

o La diversification des offres,

o L'optimisation des services,

o L'effectivité du financement de l'économie (ou de l'activité économique)

Il est évident que l'étude permettra de dégager les freins éventuels au plein exercice de l'activité au pays autant qu'elle ressortira les caractéristiques du marché camerounais des assurances.

Reste que, la principale faiblesse de ce travail réside dans la faible couverture des champs d'application de l'assurance au Cameroun, la dimension éminemment réduite des acteurs impliqués dans la conduite de l'étude et la non prise en compte des difficultés juridiques liées à l'exercice de la fonction d'assureur au Cameroun, difficulté pourtant consubstantielle à l'assainissement du secteur. Nonobstant ces difficultés, justifiées pour la plupart par la faiblesse des moyens nécessaires pour conduire une telle étude, les contraintes de temps liées à notre statut d'étudiant et aux occupations y afférents, nous convoquerons, dans le cadre cette étude, divers outils et techniques d'analyse et présenterons les résultats dans un développement en deux grandes parties, l'une consacrée à la présentation du marché des assurances au Cameroun et l'autre consacrée à la collecte et l'exploitation des données.

* 1 L'admission à ce programme a entraîné pour le Cameroun une annulation substantielle de la dette donnant dans le même temps un souffle nouveau à l'économie camerounaise.

* 2 En effet, en 1997/98, il y avait au Cameroun 14 compagnies d'assurance privées 12 d'entre elles n'offraient que des services d'assurance non-vie, et deux sociétés offraient des assurances vie. Situation quasi identique à ce jour. (Voir Rapport ASAC sur le marché des assurances au Cameroun, 2005 et 2006).

sommaire suivant