WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Paule Bellonie du Chaillu

( Télécharger le fichier original )
par Simplice OKOYE ELINGOU
Université Omar Bongo du Gabon - Maîtrise 2007
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION

Notre étude porte sur la théorisation de la dynamique villageoise au Gabon à travers l'analyse particulière de 150 ans de transformations observables au village Issala dans la province de la Ngounié. Ces changements ont pu être analysés depuis l'arrivée des Européens. Paul Belloni du Chaillu, qui a cartographié les lieux en juillet 1865, sera pour nous un personnage central ; en ce sens que l'appréhension des changements socioculturels se fera à partir des zones d'habitation et des centres d'intérêt qu'il a explorés, particulièrement dans le département actuel de la Boumi-Louétsi.

La question de la transformation des villages a été ouverte sur le plan théorique par Georges Balandier et Jean Claude Pauvert en 1952 dans « Villages gabonais ». Georges Dupré reprend la question dans « Un ordre et sa destruction » (1982) en dressant la synthèse des rapports de force entre la culture nzèbi précoloniale et la modernité. Annie Merlet, dans Autour du Loango (XIV-XIXè siècles) : histoire des peuples du Sud-ouest du Gabon au temps du royaume du Loango et du « Congo français », montre que Paul Belloni du Chaillu a pu découvrir la question des initiations et autres pratiques rituelles. Pour notre part, nous ne voyons pas seulement cet aspect du problème. Ce qui nous importe, c'est de comprendre les dynamiques de ces sociétés traditionnelles à partir des changements observables, et entre autres de nous demander si le déplacement des populations et la durée ont fait oublier les origines des différentes communautés regroupées à Issala. Le but de ce travail est donc de saisir les invariants et les variants de ces sociétés. Pour ce faire, nous avons mené une enquête en décembre 2006 aux villages Issala, Marembo et dans une moindre mesure à Idoumi auprès de treize informateurs tous du genre masculin.

Au terme de notre recherche, nous avons pu appréhender les conditions dans lesquelles les transformations se sont opérées. Les données recueillies nous ont permis d'aboutir à la conclusion que le village Issala actuel est composé essentiellement des véritables « descendants » de Paul du Chaillu. Un siècle et demi, après son passage, notre explorateur est à peine restitué dans la mémoire des peuples du sud-Gabon , en particulier son épisode tragique qualifié par les villageois de « guerre de Moubana ». Les changements culturels observés sont certes inhérents à toute société humaine mais la culture occidentale a constitué un catalyseur non moins important dans cette zone.

L'analyse du rapport entre le peuple et son milieu naturel révèle que celui-ci reste pour lui une attache presque fondamentale.

sommaire suivant






La Quadrature du Net