WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Estimation des besoins en N, P et K du basilic (Ocimum basilicum L.) par le module DSSB et gestion optimale de N dans la Région Maritime du Togo

( Télécharger le fichier original )
par Ayi Koffi ADDEN
Université de Lomé - Diplôme d'Ingénieur Agronome 2005
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSIONS

Le basilic est une plante aromatique très utilisée. La nécessité d'une meilleure production de cette culture a conduit à l'élaboration de recommandation à la carte basée sur un outil d'aide à la décision appelé DSSB (Decision Support Spreadsheet for Basil). L'amélioration et l'évaluation de ce module ont permis d'avoir un outil acceptable qui recommande des doses de N, P et K respectant l'environnement et capturant les variations de la fertilité des sols observées à l'échelle parcellaire. La présente étude a permis d'aboutir aux conclusions suivantes :

· Les rendements en feuilles de basilic variaient grandement en fonction du site, de la saison et des amendements organiques et minéraux, et leurs valeurs étaient comprises entre 4 et 23 t.ha-1. Les efficacités internes optimales du basilic pour N, P et K sont respectivement 235 kg.kg-1, 1645 kg.kg-1, 295 kg.kg-1 et le ratio d'absorption optimale de NPK était de 7,0 : 1,26 : 5,58. Le taux de recouvrement varie de 4 à 20% pour N, de 0 à 12% pour P et 4 à 25% pour K. La capacité du sol à fournir N, P et K est très variable suivant les sites et les fumures. Le sol pouvait fournir à la culture entre 24,40 et 93,62 kg.ha-1 de N, entre 3,86 et 15,06 kg.ha-1 de P et entre 26,80 et 61,79 kg.ha-1 de K. Le rendement à cibler (8-23 t.ha-1) dépend de la saison de culture. Il était apparu que P et surtout N étaient les éléments nutritifs qui limitent la production du basilic sur les sites de Darégal Equatorial.

· Le module amélioré et calibré surestime légèrement les besoins en N, P et K du basilic. Mais il est acceptable comme un estimateur de ces besoins sur les différents types de sol et les diverses conditions agro-écologiques de Darégal Equatorial (d = 0,95).

· La dose d'engrais azoté calculée par le module pourrait être fractionnée comme suit : 10% entre le semis et la 1ère récolte, 15% entre la 1ère - 2è récolte, 20% entre la 2è - 3è récolte, 25% entre la 3è - 4è récolte, 15% entre la 4è - 5è récolte, 15% entre la 5è - 6è récolte.

Le module amélioré et calibré est un outil acceptable capable d'aider Darégal Equatorial et les autres producteurs à prendre des décisions sur la dose de fertilisants à apporter à leurs sols pour avoir les rendements conséquents en feuilles de basilic. Le module permettra, en outre, de réduire les doses de NPK pratiquées par Darégal Equatorial (sur le littoral, 300-75- 175 kg.ha-1 pratiqué par Darégal Equatorial contre 250-30-125 kg.ha-1 estimé par le module) et partant permettrait une réduction des risques environnementaux.

Le DSSB ne prend pas en compte la gestion de l'eau, des maladies, des mauvaises herbes et de la façon culturale. Les recommandations du DSSB ne sont réalistes que dans les conditions de bonne gestion des autres facteurs de production.

Pour l'estimation des rendements sans engrais, nous suggérons d'utiliser l'approche QUEFTS simplifié de Janssen (1998) qui simule mieux la réalité du système étudié.

Il est indispensable de poursuivre les recherches sur la gestion de l'eau dans le système étudié, sur l'amélioration de la capacité prédictive du module dans le temps et surtout sur la physiologie du basilic dans les milieux tropicaux. Ceci permettra de mieux profiter des potentialités de la culture et une meilleure utilisation du DSSB.

Le module DSSB se présente davantage comme un outil de référence. Il peut être adapté à d'autres sites de production pour Darégal Equatorial et mieux encore être adapté à l'estimation des besoins en nutriments d'autres cultures à l'instar du maïs, du mil, de l'igname, du manioc, du riz, du fonio, de la tomate, etc, principales cultures de nos pays en voie de développement.

précédent sommaire suivant