WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La SNFAR du SENEGAL : Appui à la mise en oeuvre des Dispositifs de Formation des ruraux par la Demande


par Abdourahmane FAYE
Université des Sciences Sociales de Toulouse 1 - Master 2 Pro Ingénierie de la Formation et des Systèmes d'Emplois 2008
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

    INITIATIVE PROSPECTIVE AGRICOLE ET RURALE

    I .P.A.R

    UNIVERSITE DES SCIENCES

    SOCIALES DE TOULOUSE 1

    UT1

    Master 2 Ingénierie de la Formation et des Systèmes d'Emplois I.F.S.E

    MEMOIRE PROFESSIONNEL

    Mise en oeuvre de La Stratégie Nationale de Formation Agricole et Rurale (SNFAR) du SENEGAL.

    Appui à la rénovation des dispositifs de formation des ruraux par la demande

    Année universitaire 2006 - 2007

    Par Abdourahmane FAYE : Promotion ADAG

    Tuteur Universitaire

    Alain MARAGNANI

    Tuteur Professionnel

    Dr. Jacques FAYE

    Table des matières

    Liste des Acronymes : ............................................................................... 4

    Remerciements et dédicaces : ........................................................................ 5

    Résumé exécutif : ..................................................................................... 6

    CHAPITRE 0 : Introduction générale : Problématique ; Questionnement ; Hypothèse.. 8

    1 - Cadrage général de l'étude : ....................................................................... 9

    1 - 1 : La formation agricole et rurale au Sénégal : .............................................. 9

    1 - 2 : Le document SNFAR : une option résolue de réponse à la demande : ............... 11 1 - 3 : Création du BFPA et vote de la LOASP : l'Etat revient en force et change de rôle 12

    2 - Identification du thème et des objectifs de l'Etude : .......................................... 13

    2 - 1 : Le questionnement de départ :............................................................... 13

    2 - 2 :L'hypothèse de travail : ...................................................................... 14

    2 - 3 : Les objectifs de l'Etude : ................................................................... 15

    3 - Méthodologie de travail : ....................................................................... 15

    3 - 1 : Le principe de la démarche :................................................................ 15

    3 - 2 : La démarche d'étude :....................................................................... 16

    3 - 3 : Les supports de l'étude :................................................................... 16

    3 - 4 : Structure du document d'étude :.......................................................... 16

    CHAPITRE I : Analyse du contexte et de la FAR au Sénégal : ..................... 17

    1 - Les défis de l'Agriculture ................................................................. 18

    1 - 1 : La fonction de sécurité alimentaire :................................................ 18

    1 - 2 : L'agriculture pourvoyeuse d'emplois : ............................................ 20

    1 - 3 : La fonction d'exportation et de fournisseuse de devises : ....................... 21

    2 - Les éléments d'explication : .............................................................. 22

    3 - La SNFAR : un enjeu de développement de capital humain en agriculture : ....... 23

    CHAPITRE II : l'approche par la Demande : Théories, Applications. ............ 24

    1 - Genèse et évolution de l'utilisation du terme de au Sénégal : ........................ 25

    1 - 1 : D'où est parti le concept au Sénégal ?............................................................... 25

    1 - 2 : Pourquoi une participation des citoyens ? ......................................... 26

    1 - 2 - 1 : Un impératif : ..................................................................... 26

    1 - 2 - 2 : Des avantages certains :.......................................................... 27

    1 - 2 - 3 : Des principes justificatifs :....................................................... 27

    1 - 3 : De la participation à la demande, en passant par le besoin....................... 27

    1 - 3 - 1 : La notion de besoin de formation : « Se parler et/pour s'entendre » ...... 27

    1 - 3 - 2 : Les acteurs du compromis : la nécessité d'un « troisième larron » ......... 28

    1 - 3 - 3 : De la capacité à la compétence :................................................. 29

    2 - Le concept de demande de formation : une réalité multiple et mouvante.......... 30

    2 - 1 : La demande au sens de l'AFNOR  : .................................................. 30

    2 - 2 : La demande au sens économique: ..................................................... 30

    2 - 3 : La demande au sens de la SNFAR : .................................... ............. 32

    2 - 4 : L'approche par la demande :............................................................ 32

    2 - 5 : La démarche du BFPA : ................................................................ 34

    CHAPITRE III : La gestion des dispositifs par la Demande : ......................... 37

    1 - Cadre général d'intervention : ....................... ....................................... 38

    1 - 1 : Le concept d'ingénierie et son application à la demande : .......................... 38

    1 - 2 : Quelques constats sur les dispositifs de formation agricole et rurale.............. 38

    2 : Les expériences d'appuis aux démarches de réponse à la demande.................... 42

    2 - 1 : L'appui du BA à CARITAS Kaolack : La (re)construction d'un dispositif ...... 42

    2 - 2 : Présentation de la démarche du Bureau d'Appui : .................................. 43

    2 - 3 : L'appui de Caritas Kaolack aux producteurs ruraux : ................................. 46

    2 - 3 - 1 : Description de la démarche d'appui : ................................................ 49

    2 - 3 - 2 : De la durabilité des changements opérés : ........................................... 52

    2 - 3 - 3 : Enseignement en rapport avec l'hypothèse de départ :............................. 52

    2 - 4 : La mise en oeuvre des formations dans les CPFP : .............................. ..... 52

    3 - Financement des processus de rénovation : .............................................. 53

    CHAPITRE IV : Les contextes et leurs effets sur l'expression de la Demande : ....... 55

    1 - Un secteur agricole et rural en crise profonde et persistante : ............... .......... 56

    1 - 1 - Analyse : ................................................................................ 56

    1 - 2 - Interprétation : ........................................................................... 56

    1 - 3 - Conclusion : .............................................................................. 57

    1 - 4 - Illustrations : ........................................................................... 57

    2 - Crise de l'emploi et dynamiques démographiques pesantes : ......................... 58

    2 - 1 - Analyse : .................................................................................. 58

    2 - 2 - Interprétation : ........................................................................... 58

    2 - 3 - Conclusion : .............................................................................. 59

    2 - 4 - Illustrations : ........................................................................... 59

    3 - Un système de formation agricole ruiné par l'ajustement structurel, ............... 59

    3 - 1 - Analyse : .................................................................................. 59

    3 - 2 - Interprétation : ........................................................................... 60

    3 - 3 - Conclusion : .............................................................................. 60

    3 - 4 - Illustrations : ........................................................................... 60

    4 - Une décentralisation effective en théorie, en pratique peu assumée ................. 61

    4 - 1 - Analyse : .................................................................................. 61

    4 - 2 - Interprétation : ........................................................................... 61

    4 - 3 - Conclusion : .............................................................................. 61

    4 - 4 - Illustrations : ........................................................................... 61

    5 - Des politiques justes et séduisantes en théorie, mais peu appropriées à la base...... 62

    5 - 1 - Analyse : .................................................................................. 63

    5 - 2 - Interprétation : ........................................................................... 63

    5 - 3 - Conclusion : .............................................................................. 63

    5 - 4 - Illustrations : ........................................................................... 63

    CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS : ............................................ 64

    Références Bibliographiques : .................................................................. 68

    ANNEXES

    Liste des Acronymes

    ANCAR :

    Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural

    B.A :

    Bureau d'Appui à la coopération sénégalo-suisse.

    BFPA :

    Bureau de la Formation Professionnelle Agricole

    BM :

    Banque Mondiale

    CFA :

    Centre de Formation Agricole

    CIH :

    Centre d'Initiation Horticole

    CL :

    Collectivités Locales

    CNFTAGR :

    Centre National de Formation des Techniciens de l'Agriculture et du Génie Rural

    CNFTEFCPN :

    Centre National de Formation des Techniciens des Eaux Forêts Chasses et Parcs Nationaux.

    CNFTEIA :

    Centre National de Formation des Techniciens de l'Elevage et des Industries Animales

    CNPS/FAR :

    Comité National de Planification Stratégique de la Formation Agricole et Rurale

    CPFP :

    Centres Polyvalents de Formation des Producteurs

    CRPS/FAR :

    Comité Régional de Planification Stratégique de la FAR

    DSRP :

    Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

    ENCR :

    Ecole Nationale des Cadres Ruraux

    FAR :

    Formation Agricole et Rurale.

    FMI :

    Fonds Monétaire International

    FNDASP :

    Fonds National de Développement Agro-Sylvo-Pastoral

    FPA

    Formation Professionnelle Agricole

    IPAR :

    Initiative Prospective Agricole et Rurale

    ISRA : 

    Institut Sénégalais de Recherches Agricoles

    LOASP :

    Loi d'Orientation Agro-Sylvo-Pastorale

    LPDI :

    Lettre de Politique de Développement Institutionnel

    MDRA :

    Ministère du Développement Rural et de l'Agriculture

    NPA

    Nouvelle Politique Agricole

    ONG :

    Organisation Non Gouvernementale

    OP :

    Organisation de Producteurs

    P/CPFP : 

    Programme des Centres Polyvalents de Formation des Producteurs

    PACD :

    Projet d'Appui pour une Agriculture Compétitive et Durable

    PAS :

    Programme d'Ajustement Structurel

    PASA :

    Programme d'Ajustement du Secteur Agricole

    PISA :

    Programme d'Investissement du Secteur Agricole

    PNDL :

    Programme National de Développement Local

    PNIR :

    Programme National d'Infrastructures Rurales

    PSAOP :

    Programme des Services Agricoles et d'Appuis aux Organisations de Producteurs

    PSIDEL :

    Programme de Soutien aux Initiatives de Développement Local

    RESOF :

    Réseau Formation Fleuve.

    REVA

    Retour Vers l'Agriculture

    RFP :

    Responsable de la Formation des Producteurs

    RIDEL :

    Réseau des Intervenants en Développement Local

    SNFAR :

    Stratégie Nationale de Formation Agricole et Rurale

    Remerciements et dédicaces 

    Je dédie ce mémoire :

    · A Madame FAYE Abibatou et aux filles Saly et Sokhna. Auprès d'elles j'ai trouvé l'inspiration et la motivation pour réussir ce challenge.

    · Au Bureau d'Appui à la Coopération Sénégalo-Suisse. Pour l'oeuvre colossale accomplie dans la Formation des Ruraux.

    J'exprime ma sincère reconnaissance à monsieur Jacques FAYE Coordinateur de IPAR. Pour avoir accepté de donner de son temps à encadrer ce travail.

    J'exprime ma profonde gratitude au PACD. Pour avoir financé ma formation à ce Master.

    Je remercie mes collègues et amis El Hadji Abdou GUEYE ; Souleymane SARR ; Xavier MALON. La FAR est notre destin commun ; l'aventure IFSE a été notre commun vouloir ; ensemble nous l'avons conçue et menée à terme.

    A mes collègues de Bureau Mamadou, Babacar et Assane, qui nous ont rejoints dans ce chemin de l'incertitude. Leur énergie, leur enthousiasme et leur coeur à l'ouvrage recréent l'espérance.

    Je remercie Adama FAYE et Alain MBAYE qui ont accompagné avec patience et professionnalisme la rédaction de ce Mémoire.

    A Alain MARAGNANI, mon tuteur universitaire. Sa rigueur, ses critiques objectives et ses remarques pertinentes ont donné à ce Mémoire une meilleure orientation.

    Mise au point

    Les propos tenus dans ce Mémoire n'engagent que son auteur. Les analyses et propositions qu'ils renferment ne sont pas imputables à la responsabilité du BFPA DU MINISTERE DE L AGRICULTURE. Ce dernier apprécie l'utilisation qu'il entend en faire et les suites à réserver aux opinions et suggestions émises.

    Résumé exécutif

    L'agriculture sénégalaise, après deux décennies d'embellie, est plongée dans une crise sans précédent depuis 1980 dont elle n'est pas encore sortie, malgré les nombreuses réformes aux conséquences dures pour les populations rurales. Au terme de ces ajustements, de nouveaux principes de développement sont adoptés et de nouvelles orientations politiques prises pour relancer le secteur. La Stratégie Nationale de Formation Agricole et Rurale est l'une de ces orientations de rupture sensée concourir au développement des compétences des ruraux qui est une condition sine qua none de la relance économique envisagée.

    Le BFPA du Ministère de l'Agriculture a été créé en 2003 pour contribuer à l'animation de cette politique active de Formation Agricole et Rurale structurée en 4 orientations nouvelles déclinées dans 16 stratégies. L'orientation 2 stipule de « répondre aux besoins de formation professionnelle des ruraux dans tous les domaines ».

    Cette orientation, d'apparence simple par sa formulation et facile à traduire en actes, a surpris par les échecs et les succès mitigés qui ont jalonné les processus de sa mise en oeuvre. Toutes les évaluations conduites à ce sujet ont conclut à l'écart entre le discours teinté de rupture en faveur de la demande, et la réalité des pratiques demeurées à l'antienne sur le terrain.

    Le Bureau de la Formation face à ce constat s'est longuement interrogé sur les causes de ces limites, jusqu'à émettre l'hypothèse d'une méconnaissance du concept d'approche par la demande, par les acteurs engagés dans les processus de rénovation des dispositifs de formation agricole et rurale. Le travail de vérification de cette hypothèse a été confié au Responsable de la Formation des Producteurs au Bureau qui en a fait l'objet d'investigation de ce mémoire.

    Le travail a été conduit en cinq étapes principales.

    1. Une étape de cadrage permettant de situer les limites de la réflexion dans le champ de la thématique globale de la SNFAR, en spécifiant les questionnements et les hypothèses de travail.

    2. une étape d'analyse du contexte agricole et des enjeux économiques qui sont à la base de l'élaboration, l'adoption et la mise en oeuvre de la SNFAR.

    3. Une étape de développement théorique sur le concept de demande et ses notions connexes (besoins, compétences, participation, etc.) ainsi que leurs applications pratiques.

    4. Une étape d'analyse des contextes que l'on soupçonnait dans l'hypothèse de départ de receler des éléments qui jouent un rôle sur les résultats obtenus.

    5. Une étape d'analyse concrète des processus de construction des dispositifs de formation à partir de la demande, et les principaux problèmes rencontrés. Une bonne partie est consacrée à la gestion des organisations de formation concrètes impliquées dans des processus visant à les repositionner sur la demande des producteurs ruraux.

    Les principaux enseignements tirés sont trois ordres :

    1. L'hypothèse de la méconnaissance des concepts et démarches est vérifiée, mais deux autres facteurs expliquent les contre performances ; à savoir i) un environnement global défavorable, ii) un changement de régime politique qui a annulé les efforts consentis.

    2. L'approche par la demande requiert des systèmes démocratiques participatifs pour prospérer. Et même dans une vieille démocratie comme les USA, d'où le concept est originaire, c'est après 2 siècles d'indépendance qu'il fait surface et grâce à une volonté politique fortement exprimée au sommet de l'état de s'appuyer sur les citoyens pour trouver les solutions à leurs problèmes, et à ceux de a nation. Or chez nous cette implication des pouvoirs publics est le maillon faible de la chaîne de mise en oeuvre de la SNFAR, malgré les efforts reconnus du BFPA.

    3. La complexité des notions promues ainsi que les impacts recherchés sur les changements humains difficiles et aléatoires, imposent aux processus de (re)construction des dispositifs des rythmes plus lents que ce qui est souhaitable à l'échelle d'une vie professionnelle. Alors le temps sera nécessairement long et le chemin difficile à réaliser cette orientation 2. Et à condition de ne pas perdre un seul instant.

    CHAPITRE I

    Introduction générale :

    La Problématique ; le Questionnement ; l'Hypothèse de départ ; la Méthodologie

    1 - Cadre général de l'étude :

    1 - 1 : La formation agricole et rurale au Sénégal :

    Le Sénégal est un pays essentiellement agricole, avec près de 80% de sa population active ayant des activités agricoles comme occupation principale. La part de l'agriculture dans le Produit Intérieur Brut est estimée à 20% et cette production est fournie pour plus de 80% par l'agriculture paysanne à travers 450.000 exploitations agricoles familiales.

    Cette vocation agricole justifie l'importance accordée à la formation professionnelle des agriculteurs et des ruraux dans les politiques agricoles depuis l'Indépendance, et même avant. En 1938 fut créée à St-louis, l'école de formation des vaccinateurs, qui deviendra plus tard l'école des infirmiers vétérinaires, puis l'école des agents techniques d'élevage, et aujourd'hui le Centre National de Formation des Techniciens de l'Elevage et des Industries Animales (CNFTEIA).

    Entre 1960 et 1970, l'Etat a créé une nouvelle génération de centres de formation agricole pour des techniciens et des agriculteurs. Il s'agit des écoles d'agents techniques d'agriculture (EATA), des eaux et forêts (EATEF), d'élevage (EATE), de l'horticulture (ENH), des monitrices rurales (CNFMER), des cadres ruraux (ENCR) et d'économie appliquée (ENEA). Pour la formation des paysans ont été créés des centres d'initiation et de perfectionnement dans les secteurs de l'agriculture (CPA) de l'horticulture (CIH), de l'élevage (CPE), de la pêche (CFP), de l'artisanat (CPAR) et de l'enseignement technique féminin (CRETEF).

    La formation des formateurs est assurée par le centre de Guérina créé en 1985 pour former les maîtres d'enseignement technique professionnel destinés aux centres publics ci-dessus. Les cadres supérieurs (ingénieurs et vétérinaires) enseignant dans ces écoles étaient quant à eux tous formés dans les pays du nord jusqu'à la création de l'Ecole Inter-états de Science et Médecine Vétérinaire (EISMV) en 1976 et l'institut National de Développement Rural (INDR) en 1980. L'INDR deviendra l'Ecole Nationale Supérieure d'Agronomie en 1990, puis l'Unité de Formation et de Recherche (UFR) en Sciences Agronomiques et Développement Rural (UFR/SADR) en 2006 au terme d'un processus de projet d'établissement.

    Cet ensemble d'institutions, riche et diversifié, était au service d'une politique agricole très volontariste reposant sur une vision étatique d'un développement rural fort administré, qui laissait peu de place à l'initiative paysanne. L'Etat prenait en charge tout le fonctionnement des écoles, et les techniciens formés étaient recrutés comme fonctionnaires et affectés dans les structures étatiques d'encadrement du monde rural (services techniques déconcentrés, sociétés régionales de développement rural, société de vulgarisation, etc.). Quant aux paysans formés dans les centres de perfectionnement, ils bénéficiaient de subventions à l'installation, avec l'aide du Bureau International du Travail (BIT) et des coopérations française et belge qui avaient financé la construction de ces centres.

    Ce modèle fonctionnera jusqu'aux années 80 avec la crise du secteur agricole, avant de s'effondrer avec le système étatique et centralisateur auquel il était articulé. L'Etat, en se réajustant, réduit voire supprime ses financements et bloque les recrutements de fonctionnaires. Les écoles réduisent leurs effectifs ou gèlent leurs activités, le système d'encadrement du monde rural est supprimé et restructuré.

    Le désengagement et la libéralisation auxquels l'Etat était contraint par les bailleurs de fonds, favorisa le développement de nouveaux acteurs du secteur : les ONG, les privés et les Organisations de Producteurs. Ces dernières, pour renforcer leurs capacités à négocier et défendre leurs intérêts, développent d'importants programmes de formation de leurs membres, avec l'appui des ONG qui leur proposaient une offre prétendument adaptée et différente de celle des écoles et centres de formation qui n'était plus sollicitée.

    Mais en quoi l'offre des nouveaux acteurs est-elle plus adaptée ?

    Cette nouvelle catégorie d'acteurs de la formation agricole et rurale travaillent sur les préoccupations concrètes des ruraux en activités. Leurs démarches consistent à répondre aux besoins par une offre souple et localisée qui accompagne les acteurs ruraux dans leurs projets. Ainsi ils n'ont pas eu besoin de créer des centres de formation, mais opèrent directement sur le terrain pour concevoir et mettre en oeuvre leurs actions.

    En cela leur approche diffère de celle des écoles qui proposent des formations préconçues malgré les efforts timides de contextualisation tentés avec la crise. Mais ce n'est là que l'aspect qualitatif (analyse du besoin) de la demande qui focalise leur approche. La dimension quantitative, qui cible les effectifs à former pour créer un effet (masse critique), est restée escamotée. Il en résulte une multiplication des activités de formations sur le terrain sans impacts significatifs sur les économies locales, car les effectifs réels et potentiels ne sont pas cernés clairement. Pas plus que les dispositifs amont (éducation de base), qui conditionnent la demande à laquelle s'adressent ces nouveaux acteurs, ne sont suffisamment pris en compte.

    Il en est de même pour les « projets de développement » lancés dans la foulée de la déconstruction du système d'encadrement rural, et conduits en dehors des cadres ministériels sur financement des bailleurs de fonds. Ils développent des volets formation privilégiant les démarches d'expression des besoins à court et moyen terme. Ils y consacrent d'importantes ressources pour renforcer les capacités de leurs agents, et surtout celles des communautés et collectivités de base bénéficiaires de leurs interventions. Le Programme National de Développement Local (PNDL) est doté d'un budget de plus d'un milliard CFA pour le « renforcement des capacités des acteurs locaux ».

    A ce foisonnement de structures et d'activités de formations rurales, vient s'ajouter le lourd programme des centres polyvalents de formation des producteurs (P/CPFP) initié en 2001. Dans l'euphorie de l'alternance politique survenue en 2000, le Président de la République a formulé l'intention de former des « agriculteurs modernes » capables de concrétiser sa vision d'une agriculture productive et compétitive à brève échéance. La Chine Taïwan (en quête de reconnaissance internationale) a manifesté son intérêt pour ce projet en prenant en charge la construction des infrastructures. Très rapidement, le programme s'est lancé dans la construction de centres de grand standing en milieu rural pour former des producteurs. Chaque centre polyvalent est construit sur 10 ha et équipé pour un coût total de 600 millions CFA (presque 1 million d'euros) et certains à côté d'anciens centres publics à l'abandon. Il en existe 18 aujourd'hui sur un objectif de 30 (1 par département) mais plus aucun ne fonctionne et tous subissent déjà les intempéries, faute de budget et de staffs pédagogiques entreprenants. Les causes de leur léthargie sont évidentes : il n'y a jamais eu de consensus sur les notions qui ont présidé à leur création - agriculteurs modernes ; agriculture productive et compétitive. La mise en place des infrastructures a précédé les nécessaires débats sur les politiques agricoles à promouvoir, sur les contenus et démarches de formation à privilégier, sur les profils de formateurs à recruter, les modes d'insertion professionnelle des jeunes ruraux, etc.

    En réalité ces « nouveaux acteurs », contrairement à ce qui était prétendu, n'ont pris en charge que l'aspect qualitatif, certes important, de la demande de formation des ruraux. Fort probablement à cause d'une maîtrise imparfaite de la notion de demande de formation, qu'ils avaient tous la volonté de promouvoir, pour faire différence avec les démarches classiques des anciens dispositifs de formation.

    1 - 2 : Le document de stratégie nationale de formation agricole et rurale (SNFAR) : une option résolue de « réponse à la demande », une tentative de clarification du concept.

    La léthargie constatée des dispositifs publics, ainsi que la dispersion et la faible efficacité des démarches de formation des nouveaux acteurs, ont amené l'Etat à reconsidérer son rôle dans le jeu d'acteurs. En 1997, les ministères de l'éducation et de la formation professionnelle, dont dépendaient les écoles publiques d'agriculture, parrainèrent une décision de changement de logique d'intervention de la coopération suisse dans ces écoles, qu'elle accompagne depuis 1977. D'une logique de projet privilégiant l'offre pédagogique (formations, formateurs, équipements, infrastructures, etc.) elle est passée à une logique d'appui laissant l'initiative et la responsabilité aux écoles et leurs partenaires locaux. La démarche fut étendue aux utilisateurs des services et sortants des écoles qui ont été invités à participer au choix du type d'école à reconstruire, dans un contexte de post-ajustement. Durant 2 années, de 1997 à 1999, la coopération a financé des concertations entre établissements agricoles et acteurs ruraux pour élaborer de nouvelles orientations visant à mieux ancrer l'école dans le milieu (social, économique, politique) et dans les enjeux de développement. Ces réflexions conduites au niveau local, régional et national, ont associé, contrairement à l'habitude, les organisations professionnelles agricoles, les collectivités territoriales, les ONG, les services étatiques déconcentrées et les agences de développement rural.

    Du 6 au 9 avril 1999, un atelier national de validation des nouvelles orientations des formations rurales issues de ce processus collectif, s'est tenu à Dakar avec une participation remarquable et inédite des producteurs ruraux. Ces orientations au nombre de 4 sont déclinées dans 14 stratégies indiquant les démarches les meilleures pour répondre à la demande de formation des acteurs du monde rural tant du point de vue qualitatif que quantitatif.

    Centre d'intérêt du mémoire

    Schéma 1 : Orientations et stratégies de la FAR

    L'accent est encore mis sur le principe de la réponse à la demande à travers l'orientation 2. Ce qui dénote de la volonté des acteurs du consensus d'innover en matière de formation agricole et rurale, mais les premières expériences sur le terrain sont loin d'être concluantes.

    1 - 3 : Création du BFPA et vote de la LOASP : l'Etat revient en force et change de rôle.

    A travers ce consensus dynamique, les acteurs de la formation agricole et rurale s'engageaient à promouvoir des services éducatifs et de formation pilotés par la demande des ruraux. L'Etat dont la présence ne s'était plus fait sentir dans ce secteur depuis la crise, s'est vu attribué le rôle de pilotage et coordination de cet ensemble national éclaté et diffus. Ce faisant, il était très attendu sur sa capacité à redynamiser le dispositif public en léthargie profonde.

    En 2003 le ministère de l'Agriculture crée un Bureau de la formation professionnelle agricole (BFPA) pour contribuer à la mise en oeuvre des orientations issues du consensus entre les acteurs du processus participatif de 1999 sur la Formation Agricole et Rurale (FAR).

    En Juin 2004 une Loi d'Orientation Agro-Sylvo-Pastorale (LOASP), votée pour accélérer le développement de l'agriculture et du monde rural, reconnaît le droit à la formation aux ruraux. Grâce à l'insistance des acteurs de la SNFAR, particulièrement les Organisations Paysannes, la Loi a repris à son compte, dans l'esprit comme dans la lettre, les orientations et stratégies du document de 1999. En 2006, le BFPA a été désigné chef de file d'un « groupe thématique renforcement des capacités des acteurs du monde rural », chargé d'élaborer les textes d'application de ladite Loi. J'ai été choisi dans l'équipe du Bureau comme animateur de ce groupe thématique chargé d'organiser la réflexion collective et de formaliser les accords et décisions conclus.

    En mai 2004 le programme des centres polyvalents de formation des producteurs qui fonctionnait jusque-là comme un projet autonome dans le même ministère que le BFPA, est rattaché à notre Bureau, pour une double raison de cohérence et d'efficacité.

    L'auteur du présent travail fut recruté au Bureau en 2004 à la fonction de Responsable de la Formation des Producteurs (RFP). Sa mission prioritaire était de démarrer les formations dans les Centres Polyvalents qui depuis leur construction n'ont pas mené d'activités faute de programmes et de méthodes. Ce fut même une occasion de tester la capacité du ministère à assurer son rôle dans les processus nouveaux de construction des dispositifs par la demande.

    2 - Identification du thème et des objectifs de l'Etude :

    Cet ensemble d'institutions (rare en Afrique subsaharienne) constitué progressivement depuis 1960 est à même de répondre pour l'essentiel aux besoins de formation des ruraux à tous les niveaux. Le système est caractérisé par un secteur public fortement endommagé par la crise et l'ajustement, centré sur l'offre, et un secteur associatif et parapublic relativement dynamique, malgré les insuffisances constatées, et sensible à la demande des acteurs. Il est ouvert et participatif, l'Etat et les collectivités territoriales y contribuent sans imposer leurs approches aux autres acteurs, les bailleurs de fonds le soutiennent financièrement. Par une série de décisions politiques (adoption SNFAR), administratives (création du BFPA), législatives (vote LOASP) prises depuis 1999, l'Etat marque son adhésion au principe de l'approche par la demande, comme moyen de prise en charge adéquate de la formation professionnelle agricole des producteurs et ruraux à la base.

    2 - 1 : Le questionnement de départ :

    Toutefois un certain nombre de questions se posent aux acteurs de ces dispositifs :

    o La formation est un service public et son accès un droit pour tous les ruraux (article 63 de la LOASP). Ce service est délivré sur un marché où interviennent l'Etat, les ONG, les prestataires privés, les collectivités locales et les organisations de producteurs. Un tel marché ne pouvant pas être parfait, une intervention étatique s'avère nécessaire pour limiter les effets pervers liés d'une part, aux comportements opportunistes des acteurs sur les prix, et d'autre part à l'information défectueuse sur les produits. D'autant plus que la part prépondérante du financement fourni par l'aide extérieure remet en question la durabilité du système.

    o Les compétences revendiquées par les opérateurs ne sont certifiées par aucune instance, et les bénéficiaires ne disposent d'aucune garantie sur la qualité des formations reçues. Il est nécessaire de mettre en place un mécanisme de mise à niveau et de certification des capacités.

    o Ce besoin de certification des capacités et des cursus est au coeur de la mission du Responsable de la Formation des Producteurs du BFPA. Ses activités sont tournées essentiellement vers la détermination des démarches collectives de réponse à la demande du plus grand nombre, en impliquant les acteurs de base, notamment les bénéficiaires. C'est de telles démarches participatives qu'il faudra partager, valider et certifier. Comment mobiliser effectivement ces bénéficiaires ruraux quand leur situation est caractérisée par une pauvreté (plus de 65%) et un analphabétisme (plus de 80%) fortement inhibiteurs d'initiatives ?

    D'un autre côté l'approche par la demande pose en soi une série de questions :

    o Suffit-il de créer un service ministériel pour avoir une formation qui réponde à la demande ?

    o Quelle demande d'ailleurs ?

    o La demande de qui ?

    o Selon quelle expression ?

    o Pour quelle performance ?

    La tâche n'est donc pas aisée pour le BFPA car derrière la simplicité de ces mots réside une grande diversité d'approches et de démarches pouvant être contradictoires d'un dispositif à l'autre, comme au niveau de leurs impacts.

    2 - 2 : L'hypothèse de travail :

    Au cours du développement de ses activités d'appui à la mise en oeuvre de la SNFAR, l'équipe du BFPA a été amenée à rencontrer un certain nombre de difficultés.

    i) Le Comité National de Planification Stratégique de la FAR (abrégé CNPS/FAR) et les Comités Régionaux (CRPS/FAR) qui étaient prévus dans le document de 1999 comme instruments de mise en oeuvre de la SNFAR, ne sont pas encore à ce jour fonctionnels. D'ailleurs seul le Comité de Ziguinchor existe formellement, mais ne fonctionne pas encore, malgré les exhortations. Il en est de même du Comité National qui ne s'est jamais réuni faute d'initiative du BFPA qui en assure pourtant le secrétariat.

    ii) Les réseaux régionaux d'acteurs (à St-louis, Kaolack, Kolda) que nous appuyons pour relayer la SNFAR, fonctionnent pratiquement à vide et ne se posent pas les bonnes questions.

    iii) Les dispositifs de formation rurale, notamment publics, rechignent encore à s'ouvrir à la participation des citoyens. Quant à ceux du secteur associatif et privé qui déclarent adhérer à l'approche, ils acceptent difficilement d'être influencés par les utilisateurs. Exemples : le Centre de Formation Professionnelle Horticole (CFPH) de Cambéréne après s'être engagé dans un projet d'établissement a buté sur la nécessaire phase de validation du processus par les acteurs de son milieu. Les Centres de Formation Agricole (CFA) de Caritas Kaolack, après avoir réussi à inverser leurs démarches de formation dans le sens de la demande des producteurs, sont retombés dans les logiques de l'offre après le retrait prématuré du consultant qui les accompagnait dans ce travail de rénovation des dispositifs.

    Ces difficultés persistantes observées sur le terrain, pourraient s'expliquer par une méconnaissance de la démarche de construction des dispositifs de formation à partir de la demande et par des difficultés à mettre en oeuvre cette démarche. Telle est l'hypothèse que je souhaite vérifier - ou infirmer - dans ce mémoire.

    En effet, le contexte actuel est aussi à considérer. Il est caractérisé par i) une crise du secteur agricole et du monde rural, ii) une crise de l'emploi des jeunes et des diplômés, iii) un dispositif national de formation agricole ruiné par l'ajustement structurel, iv) une dynamique de décentralisation encore faible, et v) des politiques agricoles peu précises. Il ressort du bilan de nos premières actions au BFPA que pareil contexte n'est pas favorable à la promotion de l'approche par la demande, ni à l'exercice des fonctions de pilotage et régulation telles qu'elles relèvent du rôle du Bureau. Encore faudra-t-il que ce rôle soit clairement défini, compris et accepté de la tutelle, puis partagé avec les partenaires qui y concourent.

    Cette étude est donc aussi une contribution à la clarification des concepts, en fournissant des éclairages théoriques sur les notions utilisées (demande, offre, besoin, approche par la demande, etc.), en liens avec les données d'observations issues des activités de création et rénovation des dispositifs de formation professionnelle agricole, impliquant directement ou indirectement le Bureau de Formation Professionnelle Agricole.

    Ce travail de clarification des concepts et des procédures, à l'intention des différents acteurs en jeu, devrait leur faciliter l'effort de mise en oeuvre de la démarche de construction des dispositifs de formation par la demande et d'adaptation de la SNFAR, selon qu'elle s'applique au niveau local, régional et national.

    2 - 3 : Les objectifs de l'Etude

    Huit années après le lancement du processus d'évolution des dispositifs de formation agricole et rurale, et 5 ans depuis la création du Bureau de la Formation au ministère de l'agriculture, l'équipe du Bureau et les acteurs en régions, sont face à une tâche ardue et complexe. L'approche par la demande, ainsi que le pilotage et la régulation au travers desquels elle s'exerce, sont des notions nouvelles qui requièrent des démarches inédites à inventer dans le cours des actions d'appuis à la mise en oeuvre des dispositifs de formation. L'étude s'efforcera d'apporter des éléments de solution à cette difficulté, en poursuivant trois objectifs :

    1. Déterminer les éléments de la démarche de l'approche par la demande, et ses enjeux, dans la mise en oeuvre des dispositifs de formation au service du développement rural.

    2. identifier les principales difficultés rencontrées dans la mise en oeuvre de la démarche de construction par la demande.

    3. Elaborer à l'intention des acteurs en situations - le BFPA en premier - des méthodes simplifiées de construction et rénovation des dispositifs de formation professionnelle agricole par la demande. En distinguant les niveaux local, régional et national, et en capitalisant les expériences passées et en cours.

    3 - Méthodologie de travail

    3 - 1 : Le principe de la démarche :

    L'étude part du questionnement relatif au besoin de clarification du concept de demande de formation qui sous-tend le rôle prescrit au BFPA. Elle intègre la notion de participation des citoyens qui est inhérente à la demande ainsi que celles de diagnostic et besoin qui lui sont connexes. La démarche pour y répondre consiste à discuter les liens de compatibilité entre ces concepts tels qu'ils sont appliqués dans les processus de création et rénovation des dispositifs de formation rurale.

    Le principe de départ est que l'approche par la demande n'est en soi ni une bonne ni une mauvaise chose. En cultivant les valeurs de démocratie et de transparence, elle peut certes permettre d'adapter les dispositifs de formation aux besoins des acteurs et améliorer leur efficacité. Toutefois, son application requiert une maîtrise intelligente par les acteurs, et elle est à moduler selon les contextes et les moments pour obtenir des résultats de ce genre.

    Nous puiserons dans quatre périodes intéressantes les cas pratiques qui illustrent nos analyses et concrétisent notre hypothèse de travail.

    1. La période 1997 à 1999 du déclenchement du processus jusqu'à la validation du document intitulé « Former les acteurs d'une novelle économie agricole et rurale : Orientations et stratégies à l'horizon 2015 », familièrement appelé document FAR.

    2. La période 1999 à 2002 où le Bureau d'Appui à la Coopération sénégalo-suisse a pris en charge l'appui à la mise en oeuvre des orientations et stratégies FAR, faute de structure publique d'ancrage institutionnel de la Stratégie Nationale.

    3. La période allant de 2003 à la création du BFPA et le démarrage de ses activités, à 2005 avec la fin de la 1ère phase du Programme d'Appui au Renforcement des Capacités des Acteurs du Monde Rural, développé par le Bureau d'Appui après la phase transitoire de 1999 - 2002.

    4. La période 2005 - 2009 correspondant à la fin de mission définitive annoncée du Bureau d'Appui, et la perspective d'implantation des comités régionaux de planification stratégique de la formation agricole et rurale, impulsés par le BFPA.

    3 - 2 : La démarche d'étude :

    La démarche alternera théories (sur les concepts), applications (dans les actions et dispositifs) et institutions (instances d'animation de la SNFAR). Elle consistera à tantôt utiliser les concepts pour éclairer les processus, tantôt illustrer les concepts par les démarches de mise en oeuvre des organisations concrètes de formation rurale, en vue de corroborer - ou infirmer - notre hypothèse de départ.

    La démarche sera basée sur la conduite d'entretiens de compréhension avec les acteurs en régions pour appréhender leurs conceptions des notions qu'ils mobilisent lorsqu'ils mettent en oeuvre une démarche de construction d'un dispositif de formation par la demande. Elle tentera d'expliquer en quoi l'utilisation de cette approche modifie leurs analyses leurs représentations et leurs actions.

    Les acteurs institutionnels ont également été consultés pour exprimer leur compréhension de l'approche par la demande et des changements qu'ils induisent, ainsi que les démarches les meilleures pour les promouvoir sur le terrain.

    3 - 3 : Les supports de l'étude :

    Les données utilisées pour étayer nos analyses et concrétiser notre hypothèse seront extraites de quatre chantiers de mise en oeuvre de la SNFAR, où les principales actions conduites permettent de rendre compte des impacts de l'approche par la demande.

    § La région de Ziguinchor où un comité régional est créé, et un fonds de formation mis en place et fonctionne. Le BFPA y a démarré des actions d'animation du comité régional.

    § La région Kaolack où intervient l'ONG CARITAS qui collabore à la mise en oeuvre de la Stratégie depuis 2000. Le BFPA y a lancé depuis 2006 des actions de diagnostics et d'appuis à des dynamiques de concertations entre acteurs.

    § La région de Kolda où le Bureau d'Appui à la Coopération Suisse soutient un programme d'écoles communautaires de base, et une filière en structuration dotée récemment d'un fonds de formation cogéré par l'ensemble des acteurs de la filière.

    § La région de St-Louis où le Réseau Formation Fleuve (RESOF), entre autres activités de pilotage et régulation, expérimente un fonds de formation régional.

    3 - 4 : Structure du document d'étude :

    Le document d'étude sera organisé en trois parties :

    1. Une partie contexte : Pour montrer les éléments de l'environnement du BFPA qui constituent pour ses actions, des ressources ou des contraintes, et qui ont rapport avec la question posée dans cette étude et l'hypothèse énoncée. Les déductions sont illustrées s'il y a lieu par des données d'observations extraites des processus FAR vécus sur le terrain.

    2. Une partie « problématique » dans laquelle seront identifiés les principaux problèmes rencontrés dans la mise en oeuvre des formations agricoles et rurales. Elle permettra d'élaborer une hypothèse explicative de ces problèmes, et de présenter les notions utilisées - participation, demande, besoin, diagnostic - dans la démarche d'étude.

    3. Une partie « dispositifs et stratégies » qui suggère une reconfiguration des dispositifs d'approche par la demande.

    Chapitre II

    Analyse du contexte de la formation agricole et rurale au Sénégal

    La SNFAR intervient dans un contexte agricole fortement détérioré, avec d'un côté, une baisse continue des productions et des exportations agricoles, une hausse vertigineuse des importations alimentaires, et de l'autre côté une chute des revenus et de la productivité des ruraux, un exode rural massif vers des villes surpeuplées et une capitale macrocéphale.

    1 - Les défis de l'agriculture :

    L'agriculture sénégalaise est ainsi en situation de défaillance dans l'ensemble de ses quatre fonctions historiques que sont, selon Pierre DEBOUVRY :

    · Nourrir le pays.

    · Procurer des emplois et des revenus aux ruraux

    · Fournir des devises par les exportations

    · Préserver les ressources naturelles

    1 - 1 : La fonction de sécurité alimentaire :

    Le pays couvre à peine la moitié de ses besoins par la production intérieure et est obligé de recourir aux importations et accessoirement à l'aide alimentaire.

    *Source : Etude ENDA sur la souveraineté alimentaire au Sénégal, Juillet 2006

    La principale céréale en cause est évidement le riz qui est l'aliment de base des familles urbaines et qui perce en zones rurales en substitution aux céréales locales (mil, maïs, sorgho).

    *Source : Etude ENDA sur la souveraineté alimentaire au Sénégal, Juillet 2006

    Ce changement dans les habitudes alimentaires des sénégalais est intervenue en 1974 qui est l'année de la crise pétrolière et sa conséquence sur le renchérissement des intrants importés (engrais). Il s'accentuera avec les sécheresses successives qui ont sapé les bases de la productivité des exploitations agricoles.

    Ce goût des sénégalais pour le riz qui est importé à 80% est d'un poids lourd sur les importations alimentaires.

    *Source : Document d'Orientation IPAR 2007

    La part du riz dans ces importations a atteint aujourd'hui des proportions inquiétantes.

    *Source : Etude ENDA sur la souveraineté alimentaire au Sénégal, Juillet 2006

    Ces importations alimentaires expliquent également pour une part significative le déséquilibre de la balance commerciale du pays.

    *Source : Document d'Orientation IPAR 2007

    Cette recrudescence des importations s'explique par l'effet combiné d'une augmentation de la consommation céréalière per capita liée certainement à l'urbanisation galopante, ainsi que par une diminution relative du rapport ruraux / urbains. C'est surtout cette urbanisation qui constitue le vrai défi de notre agriculture car elle s'accompagne de changements rapides d'habitudes alimentaires et d'exigences de qualité auxquels les capacités d'adaptation du secteur ne peuvent faire face.

    *Source : DEBOUVRY, 2004

    1 - 2 : L'agriculture pourvoyeuse d'emplois :

    Sur cette fonction de génération d'emplois et de revenus, ainsi que celle de la gestion des terroirs, les chiffres et les faits se passent de commentaires.

    ï Les ruraux sont pauvres à 65% contre 50% pour les villes et 42% pour Dakar (DSRP2. Point 21)

    ï La pauvreté rurale explique pour 65% la pauvreté du Sénégal pour une population de 55% du total. Tandis que Dakar, pour près du tiers de la population, ne contribue que pour 18% à la pauvreté.

    ï Les terroirs ruraux se dépeuplent et se dégradent pendant que les villes se bidonvillisent et se nourrissent d'importations alimentaires.

    ï 200.000 jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail pour un disponible d'emplois qui n'excède pas 50.000 postes répartis en 15.000 pour le public et 35.000 pour le privé formel. La grande majorité de ces jeunes à insérer provient de familles agricoles et rurales peu préparées pour les métiers urbains et très tentés par l'émigration clandestine.

    *Source : Document d'Orientation IPAR 2007

    1 - 3 : La fonction d'exportation et de fournisseuse de devises :

    Sur les exportations, la part de l'agriculture a atteint aujourd'hui la portion congrue.

    *Source : Document d'Orientation IPAR 2007

    Ces statistiques qui donnent « froid dans le dos » reposent la problématique de la souveraineté alimentaire du pays et remettent la question agricole au coeur des enjeux de développement économique, social et culturel national.

    Ces contre-performances, attribuables certes à la faiblesse des exploitations agricoles, résulteraient aussi d'une politique agricole inefficace.

    2 - Les éléments d'explication :

    Le riz, principal facteur explicatif de cette dépendance alimentaire, est dans une situation de paradoxe vu les chiffres qui suivent.

    · 1600 km de fleuve ; 2 barrages installés pour un objectif d'aménagement de 400.000 ha

    · Potentiel irrigable : 240 000 hectares (le bassin du fleuve Sénégal couvre 289 000 km²)

    · Superficies aménagées : 94 000 hectares

    · Superficies exploitables : 64 000 hectares (où la maîtrise de l'eau est encore possible)

    · Surfaces cultivées : 35 à 40 000 hectares (tous systèmes confondus)

    · Production de riz : 85 000 tonnes (début 60), jusqu'à 200 000 T (2002-2004)

    · Importations annuelles : 630 000 tonnes de riz, et 240 000 tonnes de blé

    La facture annuelle d'importation du riz s'élève à 150 milliards de CFA équivalant à 2 points en moins sur notre taux de croissance du produit intérieur brut qui est tombé à 2,1% en 2006 contre une moyenne de 5% depuis 1999.

    Pourtant aux niveaux actuels de rendements moyens de 4 tonnes à l'hectare cette importation correspond à l'emblavement de 60.000 ha, ou la moitié en doublant les rendements (ce qui est déjà le cas chez certains rares producteurs). Il faut noter aussi que sur les 40.000 ha cultivées 10 à 15.000 sont abandonnées chaque saison faute de remboursement du crédit bancaire par les exploitants, qui leur bloque l'accès aux intrants.

    Derrière ce paradoxe du riz se profile par conséquent une double question de capacités des riziculteurs, de leurs organisations et institutions représentatives à accroître les rendements, et à influencer les choix d'investissements publics (financements, aménagements) en faveur de la production.

    Plus généralement, l'écrasante majorité des structures rurales de production est constituée par l'exploitation agricole familiale qui fournit l'essentiel de la production agricole. Ce type d'exploitation de petite taille (1 à 2 ha), se reproduisant par fragmentation, faute de moyens d'investissements et de diversification, refoule ses actifs, jeunes et sans qualification, vers les secteurs urbains structurés auxquels ils ne sont pas préparés. Les politiques antérieures ont toujours utilisé ce type d'exploitation comme un outil pour augmenter les productions de rente en leur fournissant des intrants et des formations techniques. Sans vision de la transformer et la moderniser en organisant son processus de coordination au marché. Il en a résulté des gains de productivité fragiles qui n'ont pas résisté aux chocs exogènes (sécheresse, pétrole, libéralisation des marchés, etc.) fréquents qui anéantissent les efforts des producteurs. Ces politiques ont ainsi favorisé l'exploitation agro-industrielle d'exportation qui est très minoritaire (2%), coûteuse et non rentable. L'alibi étant le reproche qui est fait à l'agriculture familiale d'être incapable de moderniser l'agriculture sénégalaise car jugée trop archaïque.

    Ce clivage s'est accentué depuis 2000 avec le régime de l'alternance dont les tenants sont très marqués par cette vision productiviste de l'agriculture d'entreprise basée sur des capitaux et de la main d'oeuvre salariée, tournée vers l'exportation. Tandis que de leur côté, les Organisations de Producteurs ruraux prônaient la transformation et la modernisation progressive des exploitations paysannes à travers i) le développement d'activités non agricoles en milieu rural, ii) l'insertion de la main d'oeuvre excédentaire dans l'économie urbaine, iii) des réformes foncières et iv) une politique hardie de formation agricole et rurale.

    Les 2 positions étaient si tranchées que les rédacteurs de la LOASP1(*) ont dû se résoudre à les faire coexister dans la même Loi, sans qu'aucun choix clair et tranché ne puisse être opéré.

    Il faut reconnaître que dans un contexte de lutte contre la pauvreté, et pour la sécurité alimentaire, où l'Etat joue les premiers rôles, à travers de nombreux et coûteux projets et programmes de développement, cette vision paysanne est plus réaliste et plus conforme, mais elle peine à s'imposer.

    Le problème se situe par conséquent non pas tant dans la recherche de rendements élevés mais dans une vision à promouvoir et des choix à opérer pour un type d'agriculture. Il s'agira ensuite de définir des orientations et priorités à mettre en oeuvre pour réaliser les objectifs de rendements et de sécurité alimentaire.

    Une telle démarche n'a de sens que si les rôles sont bien répartis entre les différentes parties prenantes au processus de réalisation des objectifs économiques. Pour être efficace, elle doit se recentrer sur les préoccupations des producteurs ruraux, exprimées par eux-mêmes en toute connaissance de cause. L'enjeu de la production s'étend à (se déplace vers) la capacité des producteurs à formuler et exprimer leurs opinions et positions ; cette capacité devient un objet de professionnalisme.

    3 - La SNFAR : un enjeu de développement de capital humain en agriculture.

    En prônant dans son « orientation 2 » de « répondre à la demande de formation aux besoins de formation professionnelle de tous les producteurs ruraux », la SNFAR est au coeur de cette problématique. Cette option est consolidée dans les stratégies qui consistent à appuyer l'offre et la demande afin « qu'elles se parlent », et à concéder le service public de formation aux acteurs non étatiques, afin qu'il corresponde le mieux à leurs problèmes.

    Cette nouvelle conception du développement du capital humain, est qualifiée d'approche par la demande et fait l'objet d'un approfondissement théorique dans le prochain chapitre. La démarche utilisée privilégie la démonstration partant des idées reçues (ou de la connaissance répandue) jusqu'au sens stabilisé du concept.

    Chapitre 2

    L'Approche par la Demande :

    Théories ; Applications ; Implications

    1 - Genèse et évolution de l'utilisation du terme au Sénégal :

    1 - 1 : D'où est partie l'utilisation de ce concept au Sénégal ?

    Les actes répétés de corruption, détournements avérés de deniers publics, de même que les cas de mauvaise gestion, dont se rendaient coupables les gestionnaires publics non soumis au contrôle populaire, étaient identifiés comme une des causes déterminantes de la crise qui s'est emparée du secteur agricole et rural depuis 1980. La première entreprise publique de la filière arachidière2(*) a été liquidée en 1979 pour mauvaise gestion, avec une ardoise de 100 milliards de CFA (154 millions d'euros) dus aux banques et aux paysans.

    L'aide publique au développement allouée au Sénégal, la plus importante de toute l'Afrique (cf. graphique), n'a pas impacté significativement la pauvreté et la croissance même si on peut considérer que la situation aurait été pire sans cette aide (J. Morisset, 2006). L'économiste principal de la Banque Mondiale au Sénégal estime que si toute l'aide reçue en 2004 était redistribuée à la population, chaque personne aurait perçu 100$ (50.000 CFA) et le revenu des ménages serait augmenté jusqu'à environ 1000$ (500.000 CFA). Ces montants sont loin d'être dérisoires dans un pays où le revenu annuel moyen ne dépasse pas 640 dollars et où plus de la moitié de la population vit avec moins de 1 dollar par jour. Ce qui repose l'autre problème de l'efficacité de l'utilisation de l'aide.

    Le Programme d'Ajustement Structurel mis en vigueur, sous l'instigation du FMI et la BM, pour endiguer les effets de cette crise, et relancer l'agriculture, exigeait un engagement accru des citoyens dans la gestion des politiques qui affectent leur sort, pour atténuer les méfaits de la mauvaise gestion publique, et sécuriser l'utilisation des ressources communes.

    Cette exigence de participation était concomitante aux progrès démocratiques enregistrés dans la société globale, sous la poussée des aspirations des acteurs civils à plus de liberté d'expression, d'opinion et d'appréciation sur la gestion des affaires publiques.

    Une décennie auparavant, dans les années 60 - 70, aux Etats-Unis d'Amérique d'où sont originaires les inspirateurs du Programme d'Ajustement Structurel, le gouvernement fédéral, dans la lancée du Projet de la « Grande Société » du Président Johnson, adoptait une législation pour combattre la `grande pauvreté' dans les zones à bas revenus, notamment afro-américaines. Pour y garantir la visée égalitaire qui guide le Projet, une disposition inédite fut introduite dans le langage législatif : les textes exigeaient que « tous les programmes soient élaborés, conduits et administrés en s'assurant de la plus grande participation possible de la part des habitants des zones visées et des membres des groupes concernés3(*) ». C'est le début d'une nouvelle ère dans les relations administration-citoyens aux USA, et l'expérience sera transposée ultérieurement dans les relations entre les institutions de Bretton Woods et les pays en développement.

    Dans nos programmes agricoles étroitement encadrés par ces deux institutions financières, cette exigence d'engagement citoyen se traduisait par une obligation faite aux administrations publiques et aux gestionnaires de projets, d'associer les populations et de tenir compte de leurs avis. Sinon ils ne seraient pas éligibles aux financements des bailleurs de fonds. L'apogée a été atteinte avec la Décentralisation et le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP), où il est question de donner des ressources et des pouvoirs aux communautés locales et aux collectivités territoriales, pour qu'elles déterminent leurs priorités et gèrent elles-mêmes leurs objectifs. Elles sont supposées avoir les moyens pour résoudre leurs problèmes, alors que les administrations ne leur proposent que des services qui ne correspondent pas forcément à leurs attentes.

    A ce stade le concept d'engagement s'est mué en participation des populations aux évolutions en cours dans les sphères politiques, économiques, et sociales.

    Cette logique de maximisation de la participation citoyenne a été marquée dans les processus d'ajustement par un accès des organisations professionnelles aux instances d'orientation et de pilotage des sociétés publiques par un mécanisme d'actionnariat. L'Agence Nationale de Conseil Agricole et Rurale (ANCAR) devrait passer avant 2010 sous contrôle des producteurs qui possèderont 51% des actions de l'entreprise.

    En résumé il y a lieu de retenir que le concept est « importé » en situation de crise agricole et dans un contexte de pauvreté généralisée. Et même si les résultats de cette lutte contre la pauvreté sont encore maigres (baisse - contestée - de 4 points en 10 ans), l'idée d'une participation des citoyens s'est renforcée au lieu de s'affaiblir.

    1 - 2 : Pourquoi une participation des citoyens ?

    1 - 2 - 1 : Un impératif :

    Le développement des NTIC et son corollaire de prolifération des radios de proximité sur la bande FM (plus de 16 stations nationales et 5 grandes radios communautaires) a facilité l'accès à l'information instantanée des ruraux. Ces derniers participent depuis leurs villages aux émissions interactives sur les sujets d'actualités. Il arrive même qu'ils interpellent directement les administrations et les projets sur les ondes, obligeant les responsables incriminés à devoir s'expliquer publiquement.

    L'insertion du secteur agricole dans le secteur marchand, national et international, entraîne des transformations qui appellent des spécialisations des agriculteurs qui se professionnalisent, utilisent des intrants et du crédit, vendent leur sa production. Ce qui les insère dans des systèmes de plus en plus complexes dans lesquels les rapports sociaux sont nombreux, diversifiés.

    Le développement et la professionnalisation des organisations de producteurs, de plus en plus animées par des responsables de haut niveau éducatif, les amènent à contester les décisions qui ne les associent pas et à émettre des contre propositions.

    Ainsi donc l'Ecole et les NTIC ont joué un rôle dans la remise en cause du centralisme décisionnel en permettant l'accès rapide à plus de données et d'informations. Mais c'est essentiellement l'insertion dans des relations marchandes et de nouveaux systèmes économiques qui a exigé de passer à un niveau de concertation autre que celui de la communauté dans lequel ces processus de participation existaient. Dés lors, toutes les décisions prises sans l'implication suffisante des communautés ont toutes les chances de ne servir à rien.

    1 - 2 - 2 : Des avantages certains :

    · La participation améliore la circulation de l'information sur les fondements des décisions prises, et prédispose les citoyens à accepter les erreurs ou les effets non désirables des actions entreprises.

    · C'est dans les processus participatifs que les acteurs locaux accumulent de l'expérience et produisent de l'expertise qu'ils réutilisent dans d'autres situations de vie à leur profit.

    · La participation contribue à rationaliser les ressources et les services aux communautés dans la mesure où celles-ci expriment clairement leurs attentes et leurs craintes, et que les gestionnaires sont tenus de les prendre en compte dans la planification et dans l'action. Ainsi il y a clarification des positions des uns et des autres et définition d'un « contrat » entre les parties.

    1 - 2 - 3 : Des principes justificatifs :

    En vertu des principes de d'équité et de justice qui régissent notre société démocratique, les communautés locales ont acquis de nouveaux pouvoirs qui les fondent à revendiquer une participation active avec des droits et des devoirs.

    § Le droit d'être considérées comme des acteurs possédant des capacités, et non comme des objets de pitié.

    § Le pouvoir de commander la bureaucratie locale, au lieu d'en être les mendiants.

    § Le pouvoir de recruter, de payer et de discipliner tous ceux qui leur fournissent des prestations fondamentales locales telles que l'éducation, la formation, les services agricoles, etc.

    § Le droit à une proportion des ressources publiques gérées par l'administration centrale.

    Parallèlement, les collectivités locales qui les représentent, de même que les gestionnaires qui mobilisent des ressources en leur nom, ont des obligations :

    § Obligation de donner aux femmes, aux jeunes, aux plus pauvres et autres exclus de longue date, les moyens de participer pleinement au développement économique.

    § Obligation d'être responsable devant les populations locales et non pas seulement devant l'administration centrale et/ou les partenaires financiers.

    1 - 3 : De la participation à la demande, en passant par le besoin.

    La participation n'a de sens que si elle permet aux communautés d'exprimer leurs besoins et d'imposer leurs vues dans les décisions prises. On entend par communautés des groupes géographiques (village, communauté rurale, banlieues urbaines), sociaux (comités villageois, groupements de producteurs, associations d'usagers, groupement d'épargne et crédit) ou sociologiques (ethnie, confrérie, handicapés, femmes, jeunes, etc.).

    1 - 3 - 1 : La notion de besoin de formation : « Se parler et/pour s'entendre »

    Dans le principe, personne à la place des communautés locales concernées par les politiques de développement n'est mieux habilité pour exprimer leurs attentes. Car dans la théorie, selon l'AFNOR4(*), le besoin représente l'écart entre une situation actuelle telle qu'elle est ressentie et décrite par ceux qui la vivent, et une situation désirée telle que perçue et recherchée par eux.

    Voilà la définition exacte : « Identification d'un écart susceptible d'être réduit par la formation entre les compétences d'un individu ou d'un groupe à un moment donné et celles attendues » (AFNOR).

    Pour autant, dans le domaine précis de la formation agricole le besoin de formation ne se réduit pas à ce qu'en dit le formé, car celui-ci exprime un voeu, ni à ce qu'en pense le formateur.

    Alain MEIGNANT dans son livre « Manager la Formation. 7ème Edition, 2006 » fait ressortir ce caractère dynamique dans sa définition du concept de besoin de formation.

    Le besoin de formation s'entend comme étant la résultante du processus qui aura associé les acteurs concernés, et traduisant un accord entre eux sur des manques à combler par le moyen de la Formation. C'est cette double dimension, sociale (compromis entre acteurs) et opérationnelle (manque à combler par une action), qui confère toute sa pertinence à la notion de besoin de formation.

    Il est nécessaire que les 2 discutent et se mettent d'accord sur un manque à combler par une action de formation. Alors le besoin est une notion dynamique. MEIGNANT précisait qu'il n'existe pas un gisement de besoins de formations, plus ou moins caché qui ne demanderait que l'arrivée d'un spécialiste armé des méthodologies les plus pertinentes pour le repérer et procéder à son exploitation. Le besoin a ici le sens de processus de construction entre acteurs.

    1 - 3 - 2 : Les acteurs du compromis : la nécessité d'un « troisième larron »

    Mais qui sont ces `acteurs concernés' ? L'entente entre le formateur et le formé peut aboutir à mieux cibler le savoir à produire et la capacité à donner, mais n'habilite pas forcément le formé à exercer cette nouvelle acquisition pour résoudre ses problèmes. Or c'est bien cela la finalité de l'action de formation. En réalité les communautés n'ont pas de problèmes de formation, mais des problèmes tout court que l'acquisition de nouvelles capacités peut contribuer à résoudre. Ce qui suggère donc que l'intervention d'au moins une troisième partie prenante aux concertations entre formateurs et formés est nécessaire pour résoudre les problèmes des populations. Cette troisième partie a pour rôle de légitimer le savoir acquis, en reconnaissant aux acteurs formés le « pouvoir-agir » pour exercer les capacités conférées par la formation, dans les situations de travail. Alain MEIGNANT introduit alors la notion de « compétence ». Guy Le BOTERF l'a approfondie dans un ouvrage spécialisé « Ingénierie et évaluation des Compétences ». Ces auteurs démontrent que les acteurs de la concertation ne sont pas seulement les « formés » et les « formateurs ». D'autres acteurs sont impliqués dans le processus : l'Etat qui voudrait une augmentation de la production agricole pour diminuer les importations et augmenter les exportations, les industriels qui recherchent des matières premières à transformer, les commerçants qui vivent des échanges de produits agricoles, les consommateurs qui souhaitent plus de produits de meilleure qualité. Alors la construction sociale des besoins fait intervenir différents types d'acteurs dans des processus de participation et de négociation, débouchant sur des compromis sociaux acceptables par les différentes parties. C'est dans ce processus social, multi-acteurs, dynamique que se construisent les besoins de formation.

    1 - 3 - 3 : De la capacité à la compétence :

    Selon MEIGNANT `compétence' signifie « savoir-faire opérationnel validé ».

    · « Savoir-faire » en termes de capacité à mettre en oeuvre. Pas simplement la capacité de reproduire un acte appris, mais de le faire avec intelligence en y incorporant ses connaissances, son expérience, son appréciation de la situation, peut-être aussi des qualités esthétiques et relationnelles personnelles. Par exemple, connaître l'alphabet et la grammaire, c'est bien. Savoir faire une phrase, c'est mieux. Communiquer efficacement en mobilisant ce savoir au bon moment, là est la véritable compétence. Et si en plus on a du style, c'est cela qui fait la différence.

    · « Opérationnel » en termes de pratique et de praxis.

    · « Validé » dans la mesure où la légitimité à exercer la capacité est reconnue au formé par l'Organisation.

    De ce point de vue la « capacité » se distingue de la « compétence » par le fait que la capacité s'acquiert en formation, alors que la compétence est mise en oeuvre en situation professionnelle.

    Au sens de MEIGNANT seule la compétence permet de résoudre les obstacles et réaliser les objectifs tant individuels, que collectifs et institutionnels. Autrement dit, une capacité qu'on ne peut exercer parce que l'Organisation ne vous en a pas distribué le rôle, n'est pas apte à résoudre des problèmes économiques. C'est pourquoi, en plus du formateur, l'organisation a son mot à dire sur la formation du membre, la collectivité territoriale a son mot à dire sur la formation des organisations de producteurs et le pays a son mot à dire sur la formation des communautés, des collectivités et des organisations.

    Formateurs

    Leur rôle, en tant que troisième partie, consiste à réguler l'action de formation en l'inscrivant dans un cadre politique et organisationnel favorable à la mise en oeuvre des nouvelles compétences.

    Solutions

    Compétences

    Formés

    Situations -Problèmes

    Régulateur

    (OP ; CL ; Etat)

    Ce processus de triangulation aboutit à mieux cerner les préoccupations des producteurs et des territoires d'une part, et d'autre part la vision et les priorités marquantes des politiques étatiques, afin d'y faire correspondre une action (ou un projet) de formation appropriée.

    Les théoriciens du processus de 1999, ont qualifié cette démarche de réponse à la demande. Mais en réalité elle correspond plutôt à une « construction sociale des besoins » qui est un processus plus complexe qui visait prioritairement à obtenir l'implication des populations locales dans la gestion des dispositifs de formation. L'ampleur de la tâche, vu le poids des habitudes et la vétusté des dispositifs, a fait que le temps de la théorisation a été réduit au profit du caractère politique du processus pour édicter les nouvelles orientations à prendre. Ce qui est à l'origine de l'abandon du processus par les écoles d'agriculture où il a été initié en 1997, et explique aussi les problèmes rencontrés dans la mise en oeuvre de la SNFAR.

    2 - Le concept de demande de formation : une réalité multiple et mouvante.

    2 - 1 : La demande au sens de l'AFNOR :

    Selon l'AFNOR « la demande de formation est l'expression d'un souhait ou de résultats attendus, exprimés par des personnes salariées ou non, des responsables hiérarchiques, des entreprises ou institutions ».

    Cette définition fait ressortir le caractère mouvant car la demande change de contenu, et peut-être même de nature, en passant d'un niveau à l'autre dans la hiérarchie de l'organisation (de l'ouvrier au directeur général, ou du paysan au dirigeant de la fédération nationale des organisations paysannes). La définition revêt aussi un caractère pluriel car la demande peut provenir soit d'un individu, soit d'une institution. Alors il existe plusieurs demandes et probablement plusieurs réponses. En conséquence, cela n'a pas de sens de parler de « réponse à la demande », il faudrait plutôt parler de « réponses aux demandes ».

    D'autre part l'expression d'un souhait dépend de la façon dont les acteurs ressentent les problèmes auxquels ils sont confrontés, donc de l'image qu'ils se font des réalités qu'ils vivent. Or cette image est bien souvent différente de la réalité. Mais elle finit par influencer et contaminer cette réalité pour devenir une représentation qui est propre à l'individu ou au groupe. C'est une forme de connaissance subjective, un système d'explication de la réalité qui est préscientifique. Par exemple : « à force de recevoir des offres de formation sur mon métier, je finis par me convaincre que la solution à mes faibles performances se trouve dans ces formations ». Ainsi le souhait exprimé par un acteur ou une catégorie homogène (producteurs, transformateurs, collecteurs) n'est pas représentatif d'une demande mais seulement de sa représentation du problème posé. Pour autant cela n'invalide pas en soi la « demande » exprimée par un acteur mais accroît le risque de traiter des problèmes qui n'en sont pas. Risque que l'on atténue en faisant interagir tous les acteurs dans le processus d'expression des attentes, auquel cas les problèmes sont analysés en terme de « besoin de formation ».

    2 - 2 : La demande au sens économique :

    La « demande » renvoie à priori au domaine de l'économie, science qui étudie la façon dont les hommes s'y prennent pour produire les richesses dont ils usent, et les répartir entre eux. C'est majoritairement par le marché5(*) que s'effectuent cette répartition. Ceux qui produisent sont disposés à céder leurs biens et services (l'offre) à ceux qui veulent les acquérir, à des fins de consommation (la demande), moyennant un prix que les uns et les autres jugent acceptable. Les quantités de marchandises sont échangées au prix d'équilibre. Seule est considérée la demande de ceux qui ont les moyens d'acheter : la demande solvable. A la situation d'équilibre, il y a égalité entre l'offre et la demande en fonction du prix et échange de marchandises. Demande et offre interagissent continuellement sur le marché. En théorie, lorsque l'offre est supérieure à la demande, les vendeurs doivent baisser les prix pour stimuler les ventes ; réciproquement, lorsque la demande dépasse l'offre, les acheteurs surenchérissent pour éliminer leurs concurrents.

    L'approche économique met l'accent sur le lien fonctionnel offre-demande. L'un n'existe pas sans l'autre, l'un explique l'autre, et vice versa. La « demande détermine l'offre. Et réciproquement » a-t-on l'habitude de dire pour ne jamais définir l'un des termes sans l'autre.

    Ce n'est pas le cas pour l'AFNOR qui ne mentionne pas explicitement ce terme offre dans sa définition de la notion de « demande de formation ». A. MARAGNANI dans une contribution publiée le 12/06/04 sur « offre, demande et besoin de formation » pour clarifier ces concepts, s'en étonnait en ces termes : « aussi curieux qu'il puisse paraître, je n'ai trouvé aucune définition de `l'offre de formation', ni dans la terminologie AFNOR, ni dans les dictionnaires d'éducation et de formation, ni dans les principaux sites du net ! ».

    Toutefois, on peut se demander si l'analyse des besoins de formation peut se réduire à celle d'une analyse Offre/demande au sens économique. Dans l'échange économique d'un bien ou d'un service, la nature du bien ou du service est connue, la nature de l'offre et de la demande également ; du moins en théorie classique qui suppose que le marché est libre et transparent. En matière de formation, la question est infiniment plus complexe. D'une part, parce que l'on ne sait pas définir l'offre !

    D'autre part, cette analyse ne peut pas non plus se calquer sur une analyse de la fixation des prix sur un marché économique car l'on ne sait pas plus définir avec exactitude la demande. En effet, comme on l'a vu dans le paragraphe précédent, il n'existe pas une demande mais des demandes pour des formations totalement différentes. La formation que peut souhaiter un agriculteur pour lui-même, ne correspond généralement pas à celle que souhaite l'industriel chargé de la transformation des produits pour le même agriculteur. C'est-à-dire que pour un même service, celui de la formation des agriculteurs, les demandes portent sur des objets différents. En conséquence, si l'on fait le parallèle avec le marché des produits et des services, les demandes ne seraient pas sur le même marché !

    Enfin, rappelons qu'en économie classique, c'est le prix qui est la variable qui fait évoluer l'offre et la demande or, dans la grande majorité des cas, les formations sont soit gratuites, soit payées à un prix qui est très inférieur à leur coût.

    Pourtant les personnes qui expriment une demande de formation au sens de l'AFNOR, prétendent bien le faire bien en connaissance de cause. Or L'effet catalogue6(*) est bien connu pour démontrer qu'en formation aussi l'offre crée la demande. Et réciproquement, la généralisation des budgets « formation » dans les financements des projets de développement rural explique la prolifération des cabinets privés spécialisés dans le « renforcement des capacités des acteurs du monde rural ».

    Tout ce qui vient d'être dit prouve encore que lorsqu'a été lancée l'idée d'une « réponse à la demande » à travers la SNFAR, la réflexion n'était pas achevée sur la façon dont cela correspondrait ou non aux besoins de formation. L'extension de l'analyse au modèle de réflexion économique, qui est d'une toute autre nature, tend à faire rentrer le champ de l'éducation, notamment de la formation professionnelle, dans le cadre du marché. Si donc, on parle d'offre et de demande de formation, c'est vraisemblablement beaucoup plus dans l'objectif d'étendre la sphère marchande à ce type d'activité, que pour répondre aux besoins de formation ; ou du moins, de faire que les besoins de formation puissent être transformés en un produit marchand.

    2 - 3 : La demande au sens de la SNFAR :

    Sans les lier formellement, le document de 1999 retient l'offre et la demande comme 2 axes de stratégies pour « répondre à la demande de formation professionnelle des ruraux dans tous les domaines » (Orientation 2). Le troisième axe étant la concession de service public. Mais le sens revêtu par chacun de ces termes n'a pas été clairement explicité. Or en prenant le sens économique, on se heurte à la question de la solvabilité de la demande. Faut-il considérer que seuls ceux qui ont les moyens de payer et qui sont disposés à le faire constituent la demande ? Oui, en théorie économique classique, mais dans un contexte de lutte contre la pauvreté cela reviendrait à priver les pauvres de ressources et de pouvoirs pour s'en sortir.

    En l'envisageant sous l'angle de l'AFNOR « La demande de formation est l'expression d'un souhait ou de résultats attendus, exprimés par des personnes salariées ou non, des responsables hiérarchiques, des entreprises ou institutions », on perd de vue l'effet catalogue induit par la multiplication des organismes de formation. Ceux-ci multiplient les démarches en direction des producteurs, des organisations professionnelles et des collectivités locales pour les amener à exprimer des « demandes de formation » dans le but de capter les ressources abondantes qui financent la formation des ruraux.

    La distinction de ces 3 optiques de définition de la demande est donc d'ordre purement méthodologique (idéologique aussi) mais le lien offre demande fonctionne bien dans la mise en oeuvre des formations rurales, comme le démontrera le chapitre suivant. La SNFAR préconise d'agir simultanément sur la demande et sur l'offre de formation pour assurer des formations de qualité à résoudre les problèmes des acteurs (individus, institutions) ; introduisant ainsi la notion d'approche par la demande.

    2 - 4 : L'approche par la demande :

    En économie les politiques de relance sont appliquées pour favoriser la croissance et lutter contre le chômage dans un pays ou une région. Elles sont fondées sur le principe que si la demande globale augmente les entreprises augmentent leurs productions pour faire face. Et cela donne lieu à une croissance économique et une demande de travail de la part des entreprises, donc des embauches. L'opération consiste alors à stimuler la demande par une augmentation des revenus des ménages pour que ces derniers augmentent leur consommation. On parle de relance par la demande.

    En formation agricole et rurale, l'expérience a montré que pour accroître le niveau de compétences des communautés, il ne s'agit pas de leur donner de l'argent pour leur formation, mais de les soutenir à se construire des motivations à se former. L'approche par la demande prend ici le sens d'un processus de formulation dans lequel le public découvre les vertus de la formation dans la gestion des situations de vie ou de travail. On parle de construction sociale de la demande de formation. C'est essentiellement un processus « d'ingénierie sociale » où l'accent est mis sur le jeu de la formation dans le développement des compétences des acteurs du monde rural, mais aussi sur ses limites. Sans cependant se déconnecter des contextes et des politiques ambiants qui fournissent les ressources, les opportunités et les contraintes aux acteurs. D'où la notion « d'ingénierie du contexte » développée par Guy Le BOTERF.

    C'est une spécificité de l'articulation offre/demande dans le domaine de la formation comparée au secteur des produits marchands.

    L'approche par la demande, au sens de la SNFAR, opère ainsi par cette démarche d'ingénierie (sociale et de contexte) à travers les dispositifs de formation qui sont chargés de la mettre en oeuvre, tout en l'influençant en même temps. C'est ainsi que même si la SNFAR parle d'offre et demande, c'est plutôt restrictif car il s'agit de processus plus complexes de « construction sociale des besoins en formation » qui restituent les approches sur lesquelles les principaux acteurs (Etat, Organisations professionnelles, collectivités locales) sont invités à travailler.

    La gestion assez problématique de cette fonction d'ingénierie par les dispositifs publics, privés et associatifs, de même que le rôle diversement apprécié du BFPA dans la mise en oeuvre de ces dispositifs, sont l'objet des développements dans le chapitre suivant.

    Le Bureau développe cette approche en régions en soutenant des demandes d'appuis formulées par les partenaires, et en les inscrivant dans des démarches d'ingénieries. Au départ c'est une demande quelconque, fortuite ou spontanée, et l'exercice consiste à la conduire étape par étape, en incluant tous ceux qui doivent l'être, pour qu'à l'arrivée les demandes soient mieux conçues, argumentées et formulées, et les processus mieux contrôlés. Naturellement tout le monde y apprend et de ses propres erreurs comme de celles des autres. Voici l'exemple d'une démarche d'intervention menée dans la région arachidière de kaolack.

    2 - 5 : Démarche du BFPA

    Première étape : Initiation du processus

    Après la tournée de prise de contact effectuée dans les Centres de formation agricole sous sa tutelle en février 2005, le BFPA a constaté la léthargie de tous les Centres sauf celui de Gandiaye qui avait encore des activités de formation orientées vers les producteurs locaux, de sa propre initiative. Là où tous les autres centres estimaient devoir attendre la tutelle pour savoir comment relancer les activités de formation en veilleuse depuis fort longtemps.

    L'équipe du bureau a jugé l'expérience digne d'intérêt et s'est dit prête à appuyer une initiative visant à la capitaliser et la partager avec les autres Centres, si la demande lui est faite par les concernés.

    Deuxième étape : Elaboration de la demande d'appui

    Le BFPA en approfondissant les discussions avec les formateurs du Centre de Gandiaye, les amène à prendre conscience de l'ampleur des problèmes évoqués et à formuler une demande d'intervention adressée au BFPA, pour l'aider à mieux cerner les enjeux de la formation des producteurs locaux.

    Troisième étape : L'équipe du Bureau accompagnée du staff du CIH, effectue une visite dans les villages couverts par le Centre de Gandiaye, et mènent des entretiens avec les groupements de producteurs partenaires, pour comprendre leurs préoccupations, leurs projets et leurs attentes vis-à-vis du Centre horticole et des autres acteurs.

    Quatrième étape : Socialisation de la demande de formation :

    Sur la base de ces premiers contacts, le Bureau et le Centre élaborent des termes de référence pour un processus de capitalisation des expériences de formation du CIH. L'accent est mis sur la reconstitution de l'histoire du Centre, ses relations ou absence de relations avec ses différents environnements (économique, politique, institutionnel, organisationnel).

    Le principe est retenu d'impliquer dans le processus le conseil régional et les communautés rurales des villages concernés, les organisations de producteurs de la région, les autres centres de formation rurale de la région, les cabinets privés d'expertise en développement rural, les ONG, les projets et programmes de développement rural actifs dans la région.

    Tous ces acteurs sont destinataires des TDR du processus et invités à contribuer à la construction de la demande de formation des producteurs de la région en participant au processus de capitalisation.

    Cinquième étape : Construction sociale des besoins en formation :

    Un premier séjour a été organisé pour conduire des entretiens avec les acteurs ciblés dans les TDR, portant sur leurs rapports à la formation des ruraux, ainsi que leur vision et stratégie de prise en charge de la demande des producteurs et ruraux de la région.

    Ces entretiens ont été préparés et conduits par des groupes constitués sur place, par des personnes appartenant aux structures participant à l'exercice. Les producteurs étaient représentés dans ces groupes et certains entretiens se sont déroulés dans les villages et sur sites d'actions.

    Le Conseil Régional a été retenu comme maître d'ouvrage de l'exercice et son bras technique qu'est l'Agence Régionale de Développement, choisi pour piloter les travaux.

    Ce séjour s'est terminé sur un atelier de mise en commun des résultats des entretiens et échanges sur les visions et stratégies des dispositifs de formations de la région.

    Sixième étape : Demande et approche par la demande : Des pratiques à la théorie.

    Un deuxième atelier élargi aux autres établissements, a été organisé à Kaolack par l'agence régionale de développement et le centre horticole de Gandiaye sur « les enjeux de la formation agricole et rurale dans la région ».

    Le BFPA a apporté son appui technique et financier et a fait des présentations sur les contextes extérieurs qui ont une influence sur les situations régionales. Les bailleurs de fonds représentés par la coopération suisse et le Hub Rural, ont pris part à cette consultation régionale pour dire leur conception de la notion de demande de formation et les démarches qu'ils appuient pour la mettre en oeuvre.

    L'atelier s'est ouvert sur une restitution du processus de l'exercice faite par le centre horticole et le centre agricole de Caritas voisin, pour partager leurs expériences et comparer leurs démarches avec celles des autres dispositifs opérant dans la Région. Le directeur de l'agence régionale de développement a présenté les grandes lignes de la politique de développement régional et a invité les acteurs locaux à s'impliquer par des démarches concertées pour la mise en oeuvre des orientations définies. Ces acteurs locaux se sont expliqués sur leur conception de la « demande de formation », et leurs démarches pour la prendre en charge. Le BFPA a présenté un exposé théorique sur « l'approche par la demande » et la « stratégie nationale de formation agricole et rurale ».

    L'objectif dans cette étape finale était de mettre à niveau sur la SNFAR, de rapprocher les points de vue sur le concept de demande et de fédérer les actions de construction sociale des dispositifs par la demande, à l'échelle territoriale. Afin qu'au sortir de cette exercice les collaborations entre les acteurs locaux soient plus structurées, les demandes d'appuis soient plus précises, mieux argumentées, et intégrant les points de vue de tous les acteurs concernés.

    La gestion des dispositifs de formation agricole et rurale par la demande de formation :

    Problèmes rencontrés

    1 - Cadre général d'intervention :

    Au Sénégal la démarche de construction des dispositifs de formation agricole et rurale par la demande, intervient dans 2 conditions peu favorables :

    i. Une pauvreté (et ses conséquences multiples) et une crise agricole qui sont de nature à atténuer les énergies et les initiatives de participation des acteurs locaux.

    ii. Une complexité du concept de « demande de formation » qui engendre des ambiguïtés dans les approches et la mise en oeuvre.

    1 - 1 : Le concept d'ingénierie et son application à la demande de formation au Sénégal :

    L'ingénierie de formation est définie comme « l'ensemble coordonné des activités de conception d'un système de formation (dispositif de formation, centre de formation, plan de formation, centre de ressources éducatives, etc.) en vue d'optimiser l'investissement qu'il constitue et d'assurer les conditions de sa viabilité ». (G. Le BOTERF, 2002).

    Cette définition introduit la notion essentielle de rationalisation des processus de formation qui structurent également la démarche d'approche par la demande de formation au Sénégal.

    En France G. Le BOTERF rappelle que c'est après la crise économique des années 1970 que le concept d'ingénierie de la formation commence à être adopté. Au Sénégal cette logique de rationalisation constitue la toile de fond de la SNFAR, qui est intervenue en 1999 dans un contexte de crise et de post ajustement du secteur agricole. Il existe donc un lien fort entre la crise économique et l'ingénierie qui doit sous tendre les démarches de mise en oeuvre de la SNFAR. Elle requiert d'une part une analyse systématique de la demande et une construction sociale des besoins, une explicitation plus élaborée des objectifs et des moyens de les réaliser, d'autre part, une détermination précise des coûts et avantages des dispositifs de formation.

    1 - 2 : Quelques constats sur les dispositifs de formation agricole et rurale.

    On entend par `dispositif de formation' un « ensemble structuré et cohérent de pratiques, de méthodes, d'institutions, de moyens, de règlements, visant à atteindre un objectif déterminé, pour un public donné en fonction d'une situation initiale et d'un environnement donné7(*) ».

    De ce point de vue on s'intéressera principalement à 4 catégories de dispositifs dans le cadre de cette étude en raison de leur fort engagement dans la formation agricole et rurale :

    i. les structures publiques, privées et associatives de formation rurale ;

    ii. les comités et réseaux régionaux d'acteurs de la FAR ;

    iii. le Bureau de la Formation Professionnelle Agricole (BFPA) ;

    iv. le Bureau d'Appui à la Coopération Suisse (BA).

    Cela peut paraître « bizarre » de citer une agence de coopération comme dispositif de formation, mais le rôle historiquement joué dans la mise en oeuvre de la FAR, ainsi que ses approches et démarches originales de coopération, font du Bureau d'Appui un acteur important de ce secteur. Bien entendu l'idée n'est pas de se défausser sur elle ou de lui imputer une quelconque responsabilité dans les faibles performances de la mise en oeuvre de la SNFAR. Cette responsabilité incombe centralement à l'Etat et ses partenaires nationaux.

    Une vue panoramique des structures d'offre de formations rurales laisse entrevoir un ensemble riche et diversifié d'institutions capables virtuellement de satisfaire la « demande de formation des professionnelle des ruraux dans tous les domaines 8(*) ». (cf. schéma 1 en annexe) Mais les faits observables démontrent le contraire ; les diagnostics conduits aussi.

    Constat 1 : Les exercices d'auto-évaluation assistée effectués en 1997, dans les centres de formation agricole du secondaire bénéficiant de l'appui de la coopération suisse, avaient conclu à un décalage entre l'offre de formation proposée et la demande exprimée par les acteurs ruraux. Ce décalage se traduisait essentiellement par des programmes de formation désuets ; des approches et méthodes de formation dominées par « le comment » (l'instrumentation) au détriment du « pourquoi » (enjeux) ; mais surtout des flux d'effectifs très bas (10 à 20 sortants par an) face à une masse d'exploitants sans formation et à l'afflux de jeunes ruraux sans qualification vers les villes.

    Ce constat avait justifié la décision de remise en cause, et précipité le processus qui a abouti au document consensuel de 1999. Il vaut encore dans la plupart des centres publics de formation agricole, malgré la logique de rationalisation qui caractérise la SNFAR, car beaucoup d'entre eux se sont auto exclus9(*) du processus.

    Constat 2 : Dans le cadre de l'appui du Bureau d'Appui à CARITAS sur sa demande pour la mise en oeuvre de la SNFAR, le diagnostic des 14 Centres de Formation Agricole mis en place par l'ONG avait permis de mettre en évidence le manque d'ouverture de ces structures sur leur environnement. Et face à la chute vertigineuse des effectifs de jeunes fréquentant ces centres, les responsables ont manifesté une capacité de réaction quasiment nulle. Car étant tous peu informés des opportunités de ressources et de relations permises par les changements politiques en cours (désengagement, libéralisation, concession de service public, etc.) dans le secteur.

    Constat 3 : Après leur construction en 2002, et le recrutement de personnel, aucun des 9 CPFP livrés au Ministère de l'Agriculture n'avait encore démarré ses activités de formation de producteurs en 2004. Le personnel affecté n'ayant pas le profil du métier, ne réussissait pas à mobiliser les acteurs locaux autour d'un projet de formation territorialisée qui réponde à leurs demandes. De même les organisations de producteurs, désormais intransigeantes au principe de leur participation, ne se reconnaissaient pas dans le Comité Départemental de Concertation (CDC), l'instance de pilotage du Centre Polyvalent, présidée par le Préfet. « Nous avons préféré abandonner le CDC aux fonctionnaires locaux et tourner le dos au Centre pour ne pas y perdre notre temps, car jamais il ne servira nos intérêts tant que nous y seront représentés de cette façon ». Ainsi s'exprimait le président de la Fédération des Producteurs de Coton de la Région de Kolda devant la nouvelle équipe du BFPA en mission dans la zone pour relancer les activités du Centre Polyvalent. Il ajoutait que « la faute n'incombe pas aux membres du CDC, mais bien à la structure dirigeante10(*) du Programme qui a conçu la composition et mis le comité entre les mains des représentants de l'Etat »

    Constat 3 : Dès sa création en 2003, le BFPA a entrepris une série d'études pour réunir des éléments d'informations sur le secteur afin de mieux cibler son intervention et construire un argumentaire pour la FAR auprès des décideurs politiques. Un diagnostic régional conduit par une mission conjointe CESAG/CNERARC à Ziguinchor en 2004 a dégagé les conclusions suivantes :

    Ø Relativement à la demande

    EXTRAIT DU DIAGNOSTIC RÉALISÉ DANS LA BASSE CASAMANCE (2004)

    Sur la formation des producteurs en activité

    La demande exprimée dans les entretiens de compréhension peut se résumer de la sorte :

    Les agriculteurs souhaitent comprendre ce qui se passe du point de vue :

    - économique : formation des prix, évolution des marchés et filières

    - social : relations de pouvoir au niveau des organisations collectives

    - techniques culturales : états du milieu, contrôle des prédateurs

    L'accès à la formation est une nécessité pour ne pas subir les changements en cours.

    - Faire circuler l'information en temps réel

    - Avoir les supports théoriques pour interpréter les données

    - Elargir les référentiels (techniques, économiques, culturels).

    Ils souhaitent développer leurs capacités d'expérimentation pour innover.

    - Expérimentation technique/économique

    - Expérimentation sociale/organisationnelle.

    - Les voyages-visites et les échanges entre agriculteurs sont pour eux des démarches efficaces de formation.

    Ils souhaitent se faire connaître et reconnaître.

    - Comment être un interlocuteur dans les lieux de pouvoir ?

    - Comment disposer de contenus (connaissances des réalités et argumentaire sur l'économie agricole) pour négocier, pour monter des projets ?

    La pluri activité est omniprésente, mais rarement prise en compte par les appuis.

    L'agriculture ne représente, pour un très grand nombre, qu'une base arrière de repli à partir de laquelle on se projette, quand se présente une opportunité de travail ; En même temps, les ruraux que nous avons rencontré (forgerons, menuisiers, maçons, conducteurs d'engins, pêcheurs) se déclarent tous comme d'abord agriculteurs.

    Les formations habituellement dispensées, à caractère essentiellement technique (de production), ne se préoccupent qu'exceptionnellement de cette pluriactivité en tant que système dans lequel évoluent la plupart des ruraux.

    *Source : Christian Fusiller : Propositions pour la mise en oeuvre de la SNFAR. Avril 2006

    Ø Relativement à l'offre : Parmi les nombreux constats émis, on retient ceux-ci :

    Une persistance des pratiques habituelles d'encadrement,

    lourdes de conséquences pour les dynamiques de développement : les agriculteurs et les apprenants sont mis en situation de cibles et de réceptacles de messages stéréotypés ou de recettes («il est plus facile d'appliquer des fiches techniques standard que de chercher à comprendre pourquoi les agriculteurs font ce qu'ils font, et de dialoguer pour rechercher avec eux des solutions aux problèmes qu'ils ont.

    Des représentations trop restrictives du rôle des formations,

    conçues et dispensées comme une succession de questions / réponses à des problèmes ponctuels, isolés des contextes économiques, sociaux et historiques.

    Déficit d'analyse des réalités agraires,

    Camouflé par des jugements hâtifs et négatifs sur l'agriculture et les agriculteurs, y compris de la part de cadres et responsables de leurs Organisations Professionnelles, et caractérisé par une approche trop disciplinaire.

    L'ambiguïté des méthodes dites « participatives »,

    Les populations sont « consultées » pour établir des programmes de planification stratégique, mais dans la pratique cela consiste uniquement à lister un inventaire de doléances (ou les besoins) puis à établir et faire valider une classification des priorités en fonction de l'offre institutionnelle préexistante. Par ailleurs, les interlocuteurs sont souvent les mêmes et leur diversité socio-économique est restreinte

    L'offre de formation sur la gestion durable des systèmes financiers ruraux est rare,

    Alors même que l'accès au crédit ressort des entretiens comme LE facteur limitant.

    *Source : Xavier MALON. Mémoire Professionnel IFSE Octobre 2007.

    L'encart relatif à la demande ne présente pas seulement un diagnostic sur la demande de formation des producteurs, mais un diagnostic de leur situation, et de leur positionnement vis à vis des dispositifs de formation. La « demande de formation » est exprimée dans les trois premiers paragraphes. Pour le reste, ils affirment un certain nombre de principes qu'ils souhaiteraient voir mettre en oeuvre soit par rapport à leur position sociale, soit par rapport à des dispositifs de formation à rénover pas seulement dans leurs contenus, mais aussi dans leurs objectifs, leurs méthodes. Ce qui implique qu'il faudrait faire une distinction entre « demande de formation » et « demande sur des dispositifs de formation », le second élément étant bien plus large que le premier. Or, la « demande de formation » est bien souvent uniquement abordée sous l'angle des contenus renvoyant à un écart de compétences.

    En tout état de cause, ces constats démontrent que les dispositifs de formation ne répondent ni aux besoins, ni aux souhaits des producteurs ruraux. Et malgré les discours et les conditionnalités favorables à la prise en compte de la demande, les anciennes pratiques persistent et vident les processus de leur substance. S'agit-il réellement d'une méconnaissance de la part des acteurs des dispositifs où d'autres facteurs entrent-ils en jeu ? La réponse est recherchée dans les résultats des actions préconisées pour rectifier les logiques de fonctionnement des dispositifs.

    2 : Les expériences d'appuis aux démarches de réponse à la demande.

    2 - 1 : L'appui du BA à CARITAS Kaolack : la (re)construction du dispositif d'intervention

    Après la validation technique et sociale du Document de SNFAR, et sa validation politique obtenue lors de l'atelier national de Novotel11(*), la coopération suisse a entrepris d'accompagner des initiatives allant dans le sens de la mise en oeuvre des orientations et stratégies retenues. Son appui aux acteurs était fondé sur le principe de la demande exprimée et argumentée, et sur l'objectif de construction ou reconstruction des dispositifs de formation par la demande. La démarche structurée en 8 séquences (voir schéma page 44) visait principalement à favoriser l'implication de tous les acteurs, et à réguler le processus participatif afin qu'aucun acteur ne puisse à lui seul le dominer ou l'accaparer.

    CARITAS Kaolack a bénéficié d'un appui pour redresser globalement son système de services aux OP de sa zone d'interventions, et relancer spécifiquement la formation dans ses 2 CFA en situation de sous-activités depuis 1995, faute d'effectifs.

    L'appui démarré en 2000 a utilisé un « mandataire12(*) » chargé d'accompagner la mise en oeuvre du partenariat CARITAS / BA. Il participe à la conception des accords, à l'animation des actions sur le terrain et à la gestion des relations entre Caritas et ses partenaires locaux (OP, ONG, Collectivités locales, services étatiques déconcentrés, etc.) en tant que conseil. Mais surtout, il informe l'organisation sur les évolutions en cours dans l'environnement politique, économique, institutionnel, etc. à prendre absolument à compte pour décider, planifier et/ou anticiper.

    2 - 2 : Présentation d'un exemple de démarche du Bureau d'Appui :

    Etape 1 : De retour de sa participation au séminaire du Novotel, le Secrétaire général de Caritas Kaolack a adressé une demande écrite à la coopération suisse pour relancer ses 2 centres de formation en situation de difficultés.

    Etape 2 : Le bureau d'Appui marque son accord et rappelle au requérant certains des principes qui guident son intervention (demande concertée à l'interne et avec les partenaires externes, une cohérence globale interne et externe, engagement des institutions partenaires, implication forte des bénéficiaires, visibilité et reproductibilité des impacts, etc.)

    Puis le partenaire demandeur de l'intervention se prépare à recevoir une mission du Bureau composée de son Responsable, de son chargé de programme et du mandataire du Bureau chargée des questions du « genre ».

    Etape 3 : L'équipe du Bureau d'Appui effectue alors une mission de 5 jours ouvrés, pour conduire une série d'entretiens avec tous les acteurs concernés de prés comme de loin par cette demande de collaboration.

    Dans un premier temps les discussions ont lieu avec le staff (les salariés) au complet dans les locaux de la structure demandeuse de l'intervention. C'est un débat général qui permet à chaque personne d'exprimer son point de vue sur les problèmes à la base de la demande, et de se positionner par rapport à celle-ci. A ce stade le point de vue du directeur de la structure vaut autant celui de chaque agent, et l'opinion des formateurs des centres visés dans la requête est très attendue.

    Quant à l'équipe de mission elle questionne ses interlocuteurs sur leur vision du développement de leurs régions, ainsi que la capacité de leurs actions et réalisations à contribuer significativement à la concrétisation de cette vision dans le cadre des orientations définies par les exécutifs régionaux. Ensuite elle s'informe sur le rôle et la place faits aux producteurs et à leurs organisations dans le système de partenariats qui unissent Caritas et les groupements villageois de producteurs. Cette phase est déjà un moment important vers l'idée que la notion de demande est plus complexe que la requête à laquelle la réduisait ses initiateurs, et qu'elle intègre les représentations (parfois contradictoires) d'autres acteurs pour éviter d'être partielle voire partiale.

    Après ces échanges sur les perceptions et les principes, les deux parties descendent sur le terrain pour visiter les réalisations de l'organisation hôte, et s'entretenir avec les groupements d'usagers des services qu'elles génèrent. Là aussi la parole donnée aux producteurs à la base leur permet d'exprimer à travers leurs dires leur conception de leur situation, les moyens et efforts fournis pour la faire évoluer vers une situation désirée, et en mobilisant prioritairement des ressources disponibles localement. Ces entretiens sont tenus séparément avec les producteurs individuels sur le lieu des activités (champs et ateliers), avec les groupements villageois de premier niveau, et avec les unions de groupements des niveaux supérieurs (communauté rurale, arrondissement, département) pour mieux systématiser les points de vue sur la même question de la demande de formation. Tous les acteurs dont les noms ont été cités durant ces différents entretiens pour leur implication, ou absence d'implication, dans les processus de relations décrits, sont ciblés et contactés, ou bien programmés pour l'être pour compléments d'informations en vue de mieux cerner la demande de formation.

    La complexité évidente de cette étape et les décisions d'actions qu'elle appelle à sa suite, amènent souvent le Bureau d'Appui et la structure demandant l'intervention à recruter et impliquer dés à présent un prestataire pour aider à formuler les collaborations ultérieures.

    Etape 4 : L'étape précédente ayant permis d'élargir la surface du problème à l'origine de la demande, il revient à la structure de reformuler sa demande. Voire même de formuler une nouvelle demande, qui prend en compte les éléments nouveaux de précisions issus de ces premières concertations entre partenaires des processus à venir, pour se construire des représentations communes de leur vécu.

    Cette nouvelle demande réécrite par Caritas, à partir du diagnostic partagé de la situation globale, et avec l'assistance technique du mandataire (s'il y a lieu), fait l'objet d'une autre rencontre avec le Bureau d'Appui. L'objectif est de délimiter le champ de l'intervention, identifier les acteurs à impliquer et leurs rôles, définir les axes et principes de la collaboration en spécifiant les engagements de chacune des trois parties contractantes (Caritas, Bureau d'Appui, Mandataire), enfin de déterminer les performances à atteindre ainsi que les critères et les conditions de leur validité.

    Cette étape donne lieu à la signature d'une convention entre le Bureau d'Appui et le partenaire, assortie d'un budget et d'objectifs étalés en général sur trois années. Durée que les deux partenaires appellent communément « une phase de projet ». Puis, s'il y a lieu, la structure bénéficiaire de l'appui peut à son tour contractualiser avec le prestataire, à titre individuel, ayant aidé à la conception de la convention (le mandataire) pour la durée de la phase. Son rôle est d'aider les bénéficiaires à comprendre et interpréter positivement les termes de la convention, à clarifier les démarches d'identification de la demande et de construction sociale des besoins, à aider à concevoir et animer des actions de formations, etc. Plus généralement le regard extérieur qu'il apporte permet de contrôler les échéances contractuelles, en évitant des dérives, des déviations ou des lenteurs injustifiées dans l'exécution des accords signés. Il veille au maintien de l'organisation bénéficiaire en adéquation avec ses environnements internes et externes.

    Son contrat mentionne clairement qu'il intervient dans toute action sur requête motivée de son client (Caritas), mais qu'en cas de lenteurs ou de déviations constatées, il peut informer les parties signataires de la Convention et intervenir ponctuellement pour traiter les blocages identifiés. C'est la seule exception où il est autorisé à se substituer provisoirement aux acteurs en situation de carence dans la conduite des processus. Car à travers ce mécanisme c'est aussi la capacité des organisations à valoriser l'expertise externe qui est testée. Ce qui est une autre facette de l'approche par la demande.

    Ces arrangements conclus, la phase de mise en oeuvre est démarrée et fait l'objet d'un suivi rigoureux et d'évaluations successives. Les décaissements prévus sont effectués sur la base de modules d'actions préparés et planifiés avec les groupements de producteurs en impliquant pour autant que possible les conseils locaux. Les suivis sont effectués par des équipes conjointes Bureau d'Appui, Bureau Formation, Staff de Caritas, Mandataire, ARD, etc. Ils se déroulent sur le terrain des actions soutenues par des discussions approfondies avec les organisations de base en vue de connaître leur niveau de compréhension et d'implication dans les processus auxquels elles participent. Les évaluations se font en ateliers mettant face à face les différentes parties prenantes où chacune est appelée à s'expliquer sur ses rôles et attentes.

    Actes

    Acteurs

    Etapes

    1

    Le partenaire formule une demande de collaboration et l'adresse au BA

    OP ; ONG ; Services étatiques ; Collectivités

    Démarrage des activités avec l'appui méthodologique du mandataire

    8

    Partenaires + Mandataires

    7

    Signature d'une convention entre le partenaire et le BA avec précisions sur les engagements des parties

    6

    Bureau d'Appui + Partenaires

    Bureau d'Appui + Partenaires

    4

    Bureau d'Appui + Partenaires

    Le BA organise une mission de reconnaissance sur le terrain où la collaboration est souhaitée.

    Si non

    Si oui

    2

    Bureau d'Appui

    Le BA examine la demande en équipe et prépare une réponse

    3

    Services de Consultant

    Négociations et accords sur les principes et les démarches d'appuis ; sur les objectifs et les résultats

    Si non

    Le BA prépare une convention de collaboration et soumet le modèle au partenaire pour appréciation

    5

    Bureau d'Appui

    Signature de convention entre les partenaires appuyés et un mandataire*

    Bureau d'Appui + Partenaires + Mandataires

    Structuration de la démarche d'intervention du BA

    : facultatif

    *

    : signifie extinction de l'action

    2 - 1 - 1 : Les impacts mesurés :

    2 - 3 : L'appui de Caritas Kaolack aux producteurs ruraux

    Les régions de Kaolack et Fatick se situent au Centre ouest du pays. Leur histoire économique est liée à celle de l'arachide, produit emblématique de l'agriculture sénégalaise dont elles constituaient la principale zone de production (60% de la production totale en 1976). D'où l'appellation courante de bassin arachidier pour désigner ces 2 régions frontalières avec ouverture sur la côte atlantique par 2 fleuves (le Sine et le Saloum)

    Fatick est indiquée par la flèche pleine verte

    Les sécheresses successives et la monoculture arachidière ont provoqué la salinisation des terres agricoles, l'assèchement des cours d'eau, le desséchement et la salinisation des nappes phréatiques, la disparition des couverts végétaux, etc. qui ont entraîné les populations dans situations de vie dures et précaires.


    Matérialisation de l'envahissement des terres agricoles par le sel à partir du lit des fleuves

    La première opération de sauvetage des populations a été lancée en 1980 pour leur donner de l'eau à boire, en allant la chercher à des profondeurs qui dépassent les moyens manuels qu'elles utilisaient pour forer leurs puits. L'Eglise a répondu à cet appel en mettant en place l'ONG Caritas spécialisée dans le creusage des puits villageois. Progressivement ses activités se sont étendues, sous la demande pressante des populations, aux adductions d'eau potable, à la mise en place de périmètres maraîchers, de barrages anti-sel, etc. Puis arrive l'impératif de responsabiliser les populations dans la gestion et la pérennisation des ouvrages dont elles sont dotées. Des groupements de producteurs se forment dans les villages et se fédèrent en cinq Unions Paysannes pour gérer les infrastructures hydro-agricoles et promouvoir des activités économiques et de financements. A ce stade de multiplicité et complexité des fonctions, leur exploitation et leur valorisation exigent des compétences nouvelles et spécifiques.

    L'appui de Caritas Kaolack aux Organisations de Producteurs des régions vise 4 objectifs :

    1. La maîtrise de l'eau pour l'alimentation des populations et la production agricole de contre saison.

    2. La défense et la restauration des terres cultivées menacées ou envahis par le sel.

    3. Le financement d'activités génératrices de revenus pour les familles à travers les cinq Unions Paysannes.

    4. Le développement des compétences des acteurs (individus, organisations institutions) locaux.

    Les principales stratégies et actions mises en oeuvre dans ce sens sont :

    · Mise en place d'infrastructures, d'aménagements, d'équipements socio-économiques collectifs.

    · Mise en place de mutuelles d'épargne et crédit.

    · Mise en place de 2 centres de formation agricole pour les jeunes en situation d'insertion professionnelle et pour les groupements de producteurs.

    · Mise en place d'un dispositif d'appui-conseil aux organisations de producteurs.

    Des résultats physiques appréciables ont été enregistrés dans ce sens. Création de plus de 200 puits et 8 forages, une centaine de périmètres maraîchers villageois aménagés, mise en place de 5 barrages anti-sel et la récupération de plusieurs superficies (prés de 1000 ha) de terres remises à l'agriculture ; mise en place d'un fonds de crédit de plus de 500 millions pour les 5 Unions Paysannes (UP) partenaires ; 60 moulins à mil pour des groupements de femmes ; etc.

    Ces réalisations ont généré incontestablement des services utiles aux populations, mais à l'analyse, celles-ci ont du mal à s'approprier ces infrastructures dédiées à leur développement. Ce qui pose le problème de leur institutionnalisation et de la pérennisation des services qu'elles procurent.

    Une autre faiblesse résidait dans le caractère solitaire du mode d'intervention qui valorise très peu les collaborations connexes locales et extérieures, mettant ainsi les partenaires de base dans un système de relations quasiment clos. Cet état de fait est peu propice à l'éclosion et au développement de la mentalité d'autonomie chez les partenaires à la base.

    Dés lors la préoccupation centrale de l'appui du Bureau d'Appui était de restituer l'initiative aux acteurs locaux, de positionner le bureau diocésain dans une logique de production de services de qualité, adaptés et répondant aux besoins de leurs partenaires, et de mobiliser l'environnement politique et institutionnel, local et national, dans la mise en oeuvre des relations entre Caritas et les Unions Paysannes.

    Le constat du caractère diffus et insaisissable de la formation diluée dans toutes les activités, et sans souci ni possibilité d'en évaluer l'impact, de même que l'exclusion des CFA de la formation des producteurs, ont été le point de départ de la dynamique d'appui.

    L'exercice a amené les unions paysannes partenaires et les agents de Caritas à mieux comprendre le rôle de la formation dans l'action de développement, à resituer sa place dans le dispositif d'intervention, et à établir ses liens fonctionnels avec les entités opérationnelles de l'organisation. Il en a résulté la décision prise par le Secrétaire Général et comprise des ses collaborateurs (agents et OP), de désigner à l'interne un Responsable de la Formation (RF). Premier impact important qui entraîna même une retouche dans l'organigramme car les CFA « qui flottaient13(*) » avant, se sont vus rattachés directement à ce Responsable Formation pour former une nouvelle (et 6ème) unité opérationnelle dénommée Equipe Formation (EFOR). (Voir schéma page suivante).

    C'est un premier mouvement vers l'approche par la demande qui prépare le dispositif à changer de logique et de démarche. Peut-être qu'il ne peut encore être mis au crédit de l'approche spécifique « par la demande », mais c'est bien le constat d'absence d'approche par la demande.

    Deuxième impact : La tenue d'un séminaire interne, pour définir ensemble les 5 missions du Responsable Formation, les rôles des assistants formateurs et des CFA dans cette nouvelle structuration, a décidé les agents du staff à transférer, séance tenante, les responsabilités de formation qu'ils tenaient vers cette Equipe Formation (EFOR). Créant du coup de nouveaux rapports internes de travail où les questions de formation qui se posent aux autres équipes sur le terrain, font l'objet de requêtes à l'EFOR, dont l'exécution est suivie de très près par ceux-là pour qui elle conditionne les performances de leurs secteurs. La notion de demande commence à prendre forme au sein de l'organisation qui structure ses rôles, et exige la participation.

    Troisième impact : Les CFA encore jugés inaptes à former des producteurs et confinés dans la formation dite «des jeunes déscolarisés» qui s'en sont eux-mêmes détournés, se révèlent incontournables dans l'exercice de cette fonction qui, en réalité, est très différente de la « perception générale et de la façon dont elle se pratiquait jusque-là dans la maison ».

    Accompagnés par le mandataire, les CFA descendent dans les groupements de base pour animer des processus participatifs d'analyse des situations locales par les producteurs, dont résultent des actions de formations décidées avec les groupements de base, et en rapport direct avec les questions qu'ils se posent.

    Quatrième impact : Ces formations ont provoqué un bouleversement dans les relations entre les bureaux des Unions et les Groupements membres à la base. L'élément fondateur de leurs relations qu'est le système de crédit épargne est brusquement et vigoureusement contesté et dénoncé par les groupements qui disaient « comprendre maintenant seulement comment on a été plutôt appauvri par ce micro crédit ». Cela a changé leurs attitudes pendant les assemblées générales annuelles des Unions paysannes qui sont les instances d'orientation et de pilotage des Unions. Ces assemblées, jadis de « pure forme » ou pour « avaliser des décisions prises ailleurs », sont devenues des moments de vérités houleux où les bilans sont discutés en profondeur et les résolutions préparées par les instances dirigeantes, sérieusement amendées par les membres des groupements.

    Les relais des Unions, assurant la liaison avec les groupements villageois pour y collecter l'épargne et le remboursement du crédit, et conseiller la gestion des activités, sont mis en difficultés, dans la mesure où leurs conseils et instructions n'étaient plus « suivis à la lettre » par les groupements qui demandaient toujours des explications pour comprendre pourquoi. Surpris par ces attitudes les relais qui sont en fait des salariés des Unions, ont accusé les CFA de chercher à les évincer du dispositif organisationnel en utilisant les groupements contre eux.

    Même les techniciens de Caritas ont reconnu une plus grande exigence des groupements à travers leurs questions plus pertinentes et des prises de positions bien fondées. Ce qui les a amenés à mieux préparer leurs médiations et même à envisager des baisses modulées sur les taux d'intérêt du crédit, et aussi à accepter de financer à nouveau « l'embouche » qu'ils avaient déclarée d'autorité non rentable et exclue des activités éligibles au crédit.

    A ce stade, les groupements de producteurs expriment leur demande (pas seulement de formation) avec beaucoup plus de clarté et d'exigence, puis participent activement à la construction sociale de leurs besoins de formation.

    Dans le but de rapprocher les points de vue entre les animateurs des Unions et les CFA, afin d'évacuer la suspicion et détendre l'atmosphère de travail, le Responsable Formation et le mandataire ont provoqué une rencontre de deux jours où les protagonistes ont analysé le changement de situation intervenu et les facteurs explicatifs.

    Ces échanges ont permis aux participants de comprendre que ce qui se passe n'est rien d'autre que les effets de ce qui était recherché, à savoir le renversement des logiques de relations entre acteurs. C'est le principe fondateur même de la démarche de « réponse à la demande » qui sous tend l'appui du Bureau d'Appui à Caritas et ses partenaires.

    Le mandataire a expliqué que c'est le propre des processus de développement participatif incluant « l'approche par la demande », de générer les compétences permettant aux acteurs d'accéder à l'autonomie de réflexion, pour exercer une force de contre proposition sur tout ce qui touche à leurs intérêts.

    Ce fut un moment fort de découverte de la « démarche de construction du dispositif par la demande », et ses implications dans le renouvellement du système de relations entre acteurs. Cela s'est matérialisé dans un nouveau schéma consensuel de procédures et de relations de formation au sein du système d'acteurs (page suivante)

    2 - 3 - 1 : Description de la démarche d'appui

    Le nouveau dispositif issu de ce travail de reconstruction du système de relations au sein de Caritas et entre Caritas et les OP, permet de mettre en exergue des notions intimement liées à « l'approche par la demande ». Il s'agit de « la demande de formation », « le diagnostic concerté », « diagnostic interne », « diagnostic externe », « besoin de formation ». Leur distinction à travers le schéma de relations ci-après, permet d'améliorer la compréhension du concept de demande de formation.

    Prestataires de formation

    ESOP

    3'

    5

    CFA

    Bureau UP

    Relais

    3

    2

    4

    1

    Groupements

    Producteurs

    NB : ESOP est l'équipe opérationnelle à laquelle est rattaché le Responsable Formation, qui y est en même temps chargé de la micro finance, une activité importante des Unions Paysannes.

    1. Les relais (animateurs et agents de crédit) instaurent le débat sur les performances économiques et organisationnelles des producteurs et des groupements. Ils relèvent des observations sous forme de blocages, d'insuffisances ou d'opportunités manquées.

    2. Ces observations sont transmises, en l'état ou traduites en besoins par les relais, aux bureaux des UP, pour traitement et suivi.

    3. Les responsables des UP (Présidents et Coordinateurs) requièrent les CFA pour les aspects formation, et saisissent en même temps l'ESOP pour décider des mesures globales de résolution des problèmes rapportés par les relais.

    4. Les CFA descendent dans les groupements pour débattre des demandes dont ils sont saisis

    5. Au cas où les besoins de formation sont vérifiés, partagés et validés, les CFA planifient les sessions, déterminent les modules et élaborent les cahiers des charges des prestataires externes pour l'exécution des formations.

    On peut distinguer ici 3 moments importants de l'approche par la demande :

    Le moment 1 pendant lequel les animateurs sont avec les producteurs pour identifier avec eux les faiblesses et les difficultés, et retiennent avec eux les actions à entreprendre, en précisant celles qui relèvent de la formation. C'est une phase de DIAGNOSTIC INTERNE (fait par les producteurs avant l'arrivée des animateurs) et EXTERNE (modulé par le point de vue des animateurs qui peut faire évoluer les représentations initiales des producteurs). Les décisions d'actions de formation qui en découlent sont constitutives d'une DEMANDE DE FORMATION exprimée par les producteurs et formalisée par les animateurs. Et puisque ce n'est pas la demande d'un individu mais celle des groupements qui partagent la même idée des problèmes rencontrés, on peut dire qu'il s'agit d'une DEMANDE SOCIALE DE FORMATION.

    Les moments 2 et 3 font intervenir des points de vue extérieurs qui comptent dans la détermination de l'action à entreprendre, et introduisent la notion de diagnostic concerté. En fait les responsables des Unions et ceux de Caritas, se prononcent sur la pertinence des problèmes soulevés et des actions proposées (c'est-à-dire sur la demande exprimée), en fonction de leurs connaissances des situations visées, des orientations et stratégies de l'organisation et des ressources à leur disposition. On parle alors de DIAGNOSTIC CONCERTÉ.

    Mais jusque-là, la demande de formation n'est pas encore traduite en termes de formation, car les intervenants à ce stade n'en ont pas la capacité.

    Les moments 4 et 5 font intervenir les formateurs dont le rôle est de mettre en oeuvre des outils qui permettent de rapprocher (en les confrontant) les différentes représentations des acteurs sur les problèmes à traiter dans les groupements, en usant de négociations pour mieux rapprocher les « représentations » du « réel ». C'est pourquoi leurs contacts sont étendus aux producteurs individuels, groupements villageois, unions paysannes, staff de Caritas, et parfois à d'autres acteurs externes (élus locaux, structures étatiques locales, prestataires), pour avoir les réponses les plus adaptées possible aux problèmes identifiés chez les producteurs. C'est une phase dite de construction d'un DIAGNOSTIC PARTAGÉ.

    C'est au travers de cette démarche systématique de diagnostics (interne, externe, concerté, partagé) que se construisent progressivement et socialement les BESOINS DE FORMATION des producteurs.

    Cette démarche expérimentée avec l'appui du mandataire s'est heurtée à 2 limites dans le cas de Caritas.

    La première tient au niveau de formation professionnelle requis pour conduire les concertations permettant de confronter les représentations des différents types d'acteurs dans le cadre du diagnostic partagé. Les formateurs des CFA sont d'anciens instituteurs recrutés dans ces centres en raison de leur vocation de départ (donner une deuxième chance aux jeunes ayant raté l'école) et de leur orientation caritative (l'acte de faire du bien l'emporte sur l'efficacité de l'action). Puis ils ont été formés dans le tas dans les différents établissements agricoles du secondaire où l'accent est mis sur les contenus techniques et pédagogiques et non sur les démarches d'analyse de demande et de construction sociale des besoins de formation.

    La seconde limite consiste dans les coûts de mise en oeuvre de ces processus de diagnostic, et de leur prise en compte dans l'élaboration des budgets. Il est souvent arrivé que les responsables de Caritas gérant les budgets formation s'étonnent des dépenses élevées de formation, ou simplement ne comprennent pas qu'on leur facture des activités qui ne sont pas de la formation qu'ils réduisent au face à face pédagogique. Cette attitude a toujours amené ces responsables à jouer à minimiser ce processus systématique de diagnostics.

    2 - 3 - 2 : De la durabilité des changements opérés :

    Après le retrait du mandataire en 2005 les CFA de Kaolack sont retombés en situation d'arrêt d'activités, malgré l'oeuvre colossale accomplie dans l'amélioration du fonctionnement du système de services aux OP par la formation. Cette fragilité des processus après 5 années d'accompagnement démontre que leur survie dépend de leur appropriation par le milieu, qui doit se mobiliser pour protéger son outil et suppléer les carences des appuis extérieurs. Or cette donne n'a pas été incluse dans les approches de cette phase qui n'ont pas suffisamment mis à contribution les exécutifs locaux et régionaux. Ces derniers sont détenteurs de ressources et de compétences de développement local qu'ils peuvent (doivent) utiliser à cet effet à condition d'être sensibilisés sur l'ampleur des changements et informés des enjeux sous-jacents.

    L'adhésion de ces collectivités territoriales à ces stratégies de transformations des situations locales, devrait les amener à s'impliquer dans l'approfondissement et l'élargissement des expériences réussies pour en faire profiter les citoyens relevant de leur « juridiction de développement ». Ce fut là la dimension manquante des changements fantastiques vécus dans les terroirs touchés par les processus de reconstruction des dispositifs de formation par la demande dans les CFA de Caritas.

    2 - 3 - 3 : Enseignement en rapport avec l'hypothèse de départ :

    Cette expérience de Kaolack démontre que l'approche par la demande était méconnue par les acteurs sur le terrain, vue la rapidité avec laquelle le changement de démarche a été opéré sous la poussée des producteurs et des groupements villageois.

    D'un autre coté, on découvre que pour avoir impliqué insuffisamment un acteur majeur comme les collectivités locales, l'ampleur des changements a été limitée par les moyens minimes de l'ONG à un public restreint, alors que la demande de compétences est importante.

    Cette participation de l'état et des collectivités locales était envisagée après 2005 comme priorité dans une nouvelle phase de coopération (2005 - 2009) avec le BA, mais le retrait du mandataire l'a compromise, en même temps qu'il a révélé la difficulté d'appropriation du processus par les acteurs du système.

    Aussi note-t-on que le processus de participation ne dépend pas que de sa mise en oeuvre. Même si les acteurs y ont trouvé le plus grand intérêt, il y a des facteurs de blocage qui ne permettent pas la reproductibilité et la durabilité des processus participatifs quand bien même que la participation a été bien réalisée. C'est le cas pour les formateurs qui n'ont pas toujours le niveau d'argumentaire requis pour éclairer les acteurs ; des responsables financiers qui ne saisissent pas toute l'utilité et la pertinence de ces concertations ; l'absence d'adhésion d'un des acteurs, les collectivités locales et régionale, etc.

    2 - 4 : La mise en oeuvre des formations dans les Centres Polyvalents :

    Contrairement à l'idée répandue selon laquelle ces centres ne sont pas adaptés pour la formation des producteurs, des expériences concluantes ont été menées par le BFPA dans certains centres. Outre le fait que six des neuf centres livrés ont connu un démarrage effectif avec une centaine de formations conduites, les démarches pour les mettre en oeuvre l'ont été selon des processus systématiques de diagnostics partagés et de construction sociale des besoins.

    A Kolda où l'appui du BFPA à démarré la première action lancée s'est déroulée comme suit (cf. récit page suivante).

    Formation du groupement des femmes du village de Goundaga dans le département de Kolda.

    Acte 0 : le déclencheur : le Chef du Centre d'Expansion Rurale Polyvalent de Kounkandé participe à la journée de lancement des activités du Centre Polyvalent de Formation de Producteurs de Kolda organisée par le staff, présidée par le préfet, président du Comité Départemental de Concertation, et animée par le BFPA. Pendant cette journée le Responsable de la Formation des Producteurs du BFPA a expliqué au public venu nombreux du département la genèse et l'évolution du Programme des Centres Polyvalents, sa philosophie d'intervention et ses modalités d'actions centrées sur le principe de la réponse à la demande concertée.

    Acte 1 : le chef du Centre d'Expansion Rurale de Kounkandé (1er pôle du triangle) saisi par les femmes du village de Goundaga qu'il encadre, pour un problème de mortalité de plants de piments, a téléphoné à l'Administrateur Délégué du Centre Polyvalent de Kolda (2ème pôle) pour lui faire part de la préoccupation des femmes du groupement (3ème pôle du triangle) et solliciter une « formation sur les pesticides » pour le groupement.

    Acte 2 : l'Administrateur du Centre Polyvalent, accompagné d'un agent du Service Départemental du Développement Rural ès qualité de prestataire, se rend directement au village pour prendre langue avec les femmes au sujet du problème. Il ressort des discussions menées sur les parcelles que le problème est lié à une pratique de maraîchage en vigueur dans le village qui favorise la dissémination de la maladie. Et que donc la solution n'était pas dans le traitement des plants et parcelles qu'elles sous-entendaient, mais dans le changement des façons culturales qui elles, étaient une résultante directe du mode de leur organisation. Un accord a été donc trouvé « sur le champ » pour une formation portant non pas sur les pesticides, mais sur l'impact des pratiques sur l'état des cultures et sur les rendements.

    Acte 3 : Puis l'Administrateur Délégué rencontre à nouveau le chef du Centre d'Expansion Rurale pour lui exposer sa lecture de la situation-problème et recentrer la demande sur  « la gestion des parcelles et des facteurs de rendements des plants de piments ».

    Acte 4 : Enfin l'Administrateur Délégué, le chef du Centre d'Expansion Rurale et le prestataire retournent au village pour formaliser le thème de formation. Le Centre Polyvalent finance la restauration, les femmes préparent les repas, le Centre d'Expansion Rurale héberge les formateurs. La session de formation a duré 4 jours et s'est déroulée au village.

    *Source : Document de base du P/CPFP. BFPA, 2005

    Le processus a permis de passer d'un souhait (issu d'un diagnostic interne) de se former sur les pesticides à une formation sur « les pratiques culturales et les rendements », résultant d'un diagnostic externe. Ce processus aura permis aux femmes de se construire une nouvelle demande de formation, sociale celle-là.

    Le processus a aussi abouti à une décision prise par le groupement de rencontrer leur Conseil Rural et le Conseil Régional pour demander un aménagement de la vallée qui ceinture le village, afin de maîtriser l'eau et réaliser les potentiels de rendements démontrés au cours de la formation. L'argumentaire est surtout construit autour de la situation des jeunes du village réduits au désoeuvrement et contraint à l'aventure de la migration. Alors que les perspectives économiques énoncées de l'activité maraîchère au village, pronostiquent des niveaux d'emplois et de revenus insoupçonnés, à condition simplement de maîtriser la ressource eau. Les démarches immédiatement entreprises par les femmes du village les ont amenées à utiliser fréquemment les services du Centre Polyvalent pour mener leurs activités de relations (réunions, conseils, accueil, courriers, etc.) et de découvrir sa dimension de centre de ressources pour les acteurs locaux. En recherchant d'autres soutiens à son projet, le groupement a été amené à satisfaire une conditionnalité en adhérant à la fédération nationale des groupements de promotion féminine du Sénégal qui a fait d'elle son antenne locale.

    Cet exemple conforte également la thèse de la méconnaissance de la démarche de rénovation des dispositifs par la demande. Car dés que les acteurs la découvrent ils y collent et la préfèrent aux anciennes méthodes. C'est une démarche participative d'identification des problèmes rencontrés, de diagnostic externe avec la présence d'un technicien, puis de diagnostic interne par dialogue entre producteurs avec le technicien. Ce récit démontre que :

    · les producteurs, même confrontés à un problème bien identifié, peuvent certes le transcrire en « demande de formation », mais que cette demande ne correspond pas à la réalité du problème posé. On peut être confronté à un problème, l'identifier, et être incapable de le transcrire en « écart de compétence », ou se tromper dans l'écart.

    · l'analyse de l'écart exige tout à la fois la présence d'un technicien qui analyse plus à fond le problème, mais qu'il exige certainement aussi, le débat et la contradiction avec les producteurs.

    · Il y a une différence entre un processus de construction par la demande qui est plus apparent dans le cas de Caritas et un processus de construction sociale du besoin de formation dont il est plus question dans ce cas spécifique de Goundaga.

    Mais dans les 2 cas (Kaolack et Kolda) le retrait de l'expertise externe entraîne l'arrêt des initiatives de rénovation et le retour aux anciennes pratiques. Qu'est qui est à l'origine de cette fragilité ? S'agit-il de la complexité de la démarche ? S'agit-il d'un retrait prématuré de l'appui technique ? S'agit-il de l'arrêt des financements externes qui est généralement concomitant (ou explique même) au départ de l'expertise extérieure ?

    Ce questionnement introduit la double problématique du financement des processus de rénovation et de l'expertise extérieure qui sera développée dans cette troisième partie.

    3 - Financement des processus de rénovation :

    Dans son optique économique (page 25) l'approche par la demande s'apparente à la politique de relance économique par la demande. Celle-ci préconise d'augmenter le revenu des acheteurs par des baisses d'impôts, hausses de salaires ou de prestations sociales, etc. pour stimuler la consommation, tirer la production et créer des emplois et de la croissance.

    Ce principe consistant à donner des ressources aux agents économiques pour relancer l'activité d'entreprise, est-il applicable à l'approche par la demande ?

    L'expérience des maisons familiales rurales (MFR) a montré que la démarche qui consiste à faire une « mission d'identification des besoins de formations » chaque début d'année pour établir un programme annuel, abouti à une liste de doléances peu précises. Ces doléances sont sans relations précises avec les problèmes rencontrés par les associations membres, et le budget qui en issu est sans adéquation avec les moyens propres de l'institution. Résultats : « beaucoup de diagnostics et d'interviews suivis de peu d'actions concrètes » se désolent souvent les membres des MFR. Ce dépit a même poussé l'Association des 28 MFR du pays à reléguer la formation qui selon elle « n'était plus demandée », derrière des activités de micro finance dont elles ne sont pas spécialistes. Ce qui leur a valu une rupture de partenariat stratégique avec les MFR de France qui considèrent cette « reconversion » comme une déviation de leur ligne de coopération.

    D'un autre côté, le cas des écoles publiques de formation agricole démontre qu'il n'est pas efficace de donner les ressources aux acteurs pour qu'ils engagent les reconversions. Au contraire ! Les financements « projets » auxquels ces établissements ont été habitués par la coopération suisse pendant 20 années ont créé leur repli sur eux-mêmes, et expliquent leurs difficultés à participer à des processus d'ouverture comme celui de 1999 qui a donné naissance à la SNFAR.

    Le principe de la maîtrise des ressources par les acteurs des processus de rénovation, pour financer les concertations et les actions qui découlent des consensus auxquels ils aboutissent, est par conséquent applicable. Le problème réside dans les instruments à mobiliser et les cadres appropriés qui rationalisent leur utilisation, et maximisent leurs effets.

    Comme cadres, la SNFAR avait proposé les Comités National et Régionaux de Planification Stratégie de la FAR (CNPS/FAR et CRPS/FAR). La LOASP prévoit les Comités National et Régionaux d'Orientation Agro-Sylvo-Pastorale (CNOASP et CROASP)

    Comme instruments de financements, la coopération suisse expérimente les fonds de formation rurale avec le RESOF et le CRPS de Ziguinchor, après une tentative non réussie en 1995 mais dans un contexte tout à fait différent. De même certains projets de développement rural s'essayent aux fonds de formation avec des approches différents. C'est le cas du Projet d'Organisation et de Gestion Villageoise (POGV) de Kaolack financé par la BM et le FIDA.

    Enfin l'on a remarqué que dans les différents cas de démarches de rénovation des dispositifs à partir de la demande de formation, l'intervention d'une expertise extérieure joue un rôle déterminant pour le bon déroulement des processus d'analyse de la demande et de construction sociale des besoins de formation. Pour preuve, le retrait « prématuré » de cette expertise a causé des dysfonctionnements ou carrément des retours aux anciennes pratiques. Pourtant cette expertise coûte cher (4 millions par an pour le mandataire de Kaolack) pour les budgets classiques des établissements de formation (8 millions par an), tandis que les budgets projets qui les supportent sont de courtes durées et aléatoires.

    La question de l'accès à l'expertise extérieure est donc inhérente à l'approche par la demande et reste un problème non résolu pour la mise en oeuvre de la SNFAR. Dans cette étude aussi !

    CHAPITRE 4

    Les contextes et leurs effets sur l'expression de la Demande de Formation

    L'hypothèse de départ postule à la fois une méconnaissance des démarches de construction des dispositifs de formation par la demande, et un contexte global relativement hostile à la mise en oeuvre de l'approche par la demande. A l'issue du processus de 1999, la coopération suisse a appuyé la mise en oeuvre du consensus, à travers le pays, en soutenant des initiatives et démarches localisées de réponse à la demande. Depuis 2004, le BFPA conduit des interventions en régions visant à amener les différents acteurs à construire « socialement et collectivement » des dispositifs de formation adaptés à leurs réalités. Ces 2 expériences ont mis en exergue le rôle déterminant des éléments d'environnement dans la capacité des acteurs et des institutions de FAR à changer de logique et d'approche en matière de formation. Ce chapitre est consacré à l'identification de ces variables d'environnement, et l'illustration de leurs effets par des données d'observations.

    1 - Un secteur agricole et rural en crise profonde et persistante : les vertus de la formation mises en doute

    1 - 1 - Analyse :

    Le rôle du secteur consiste globalement à contribuer au rétablissement des équilibres socio-économiques qui concourent au bien-être des populations et à la stabilité politique du pays.

    Depuis 1980 l'agriculture sénégalaise est en situation de défaillance dans l'ensemble de ses 4 fonctions historiques que sont :

    · Nourrir les populations.

    · Procurer des emplois et des revenus aux ruraux.

    · Fournir des devises par les exportations.

    · Préserver les ressources naturelles.

    Cette situation s'explique par les effets combinés de conditions agro-pédo-climatiques fortement et continuellement dégradées, et des politiques agricoles inefficaces, comme démontré au chapitre 2 sur le contexte de la Formation Agricole et Rurale en page 13.

    Elle se traduit par une pauvreté persistante dans le monde rural entraînant un départ massif de jeunes vers les villes, et par une dégradation des terroirs ruraux ainsi qu'une fragilisation des structures de production rurale.

    1 - 2 - Interprétation :

    Cet appauvrissement maintient les populations14(*) dans des logiques de survie où la formation n'est pas considérée comme déterminante, ou en tout cas prioritaire, pour s'en sortir. Les organisations de producteurs non plus ne sont pas encouragées à investir (dans) le champ de la formation de leurs membres, car ceux-ci leur expriment d'autres types de préoccupations, à leurs yeux plus urgentes, comme les financements, les emplois non agricoles, les vivres, les infrastructures et équipements sociaux de base, etc.

    L'Etat quant à lui, s'investit dans des solutions d'urgence (distribution d'intrants, commercialisation de la production, programmes spéciaux15(*), Plan REVA16(*), vivres de soudure, etc.) pour endiguer l'afflux de jeunes ruraux vers la capitale déjà surpeuplée, avec le 1/3 de la population sur 0,3% du territoire. Ces politiques de court terme accaparent le temps et les ressources (matérielles, budgétaires, humaines) du ministère de l'Agriculture, tutelle du BFPA, qui en est maître d'oeuvre, au détriment des réformes institutionnelles structurantes qui y ont cours.

    1 - 3 - Conclusion :

    Les conséquences sur les démarches d'analyse de la demande promues par le BFPA sont néfastes. Les représentations que les acteurs ont de la formation au regard de leurs problèmes sont fausses parce que les processus de diagnostics sont défectueux ou pas suffisamment approfondis. Les enjeux de la formation par la demande sont noyés dans des besoins globaux vitaux. Les budgets formation sont dépensés dans des exercices de style (c'est-à-dire des démarches de pure forme visant juste des effets d'annonce), sans contrepartie véritable des bénéficiaires indiquant leur intérêt. Les organisations de formation fonctionnant sans contrôle effectif des usagers, se détachent de leurs réalités et s'installent dans la routine de l'offre. Le BFPA engagé dans des processus et démarches de changements sur le long terme, tel que cela ressort dans l'esprit du document de 1999, n'est pas écouté par sa tutelle à la recherche permanente de solutions immédiates à des difficultés quotidiennes.

    1 - 4 - Illustrations :

    · Lors d'un entretien avec un groupement villageois pour préparer une session de formation, la présidente du groupement s'adressant au consultant qui accompagnait les formateurs a dit : « nous avons reçu beaucoup voire assez de formations et nous savons maintenant tout faire. Mais si vous ne nous donnez pas l'argent pour travailler comment allons-nous appliquer nos savoirs ». Telle est sa représentation de la notion de besoin de besoin de formation et elle recoupe celle du président du Cadre Local de Concertation des Organisations de Producteurs, qui est l'instance fédérative de toutes les organisations paysannes de la Communauté Rurale (qui est un regroupement de plusieurs villages).

    · Au niveau de la Région le Président du Cadre Régional de Concertation des Ruraux (CRCR) de Kaolack a repris cette idée à son compte en ces termes : « la formation n'est vraiment pas une préoccupation pour nous, mais si le BFPA qui en est spécialiste trouve qu'il nous la faut, nous sommes preneurs. Nous avons besoin d'argent pour financer nos concertations et surtout organiser les états généraux de l'agriculture dans cette Région dont l'avenir nous inquiète beaucoup ». Il est clair que cette perception du rôle de la formation est loin de démontrer qu'il n'y a pas un écart important entre les compétences maîtrisées et les compétences nécessaires. Au contraire !

    · Les interventions du BFPA en régions visant à amorcer une dynamique d'expression de demandes d'appuis par les acteurs locaux, ne sont pas toujours suivies des effets escomptés. Le BFPA ne reçoit pas de sollicitations dans ce sens, et les processus enclenchés se relâchent entre 2 tours de terrains.

    · Au niveau national le changement intervenu à la tête du BFPA a été justifié, selon le nouveau titulaire du poste, par le fait que le ministère « ne sentait pas le BFPA dans ses préoccupations, et ne savait pas ce qu'il faisait ». Le fait était que les activités du ministre et de son cabinet étaient concentrées exclusivement sur la réalisation des programmes spéciaux du chef de l'état qui changeaient chaque année et n'étaient pas suffisamment préparés, concertés et planifiés. Tandis que le BFPA travaillait sur des processus participatifs recherchant la compréhension et l'adhésion des acteurs concernés notamment les populations bénéficiaires. Et c'est pour des démarches de cette nature que la SNFAR a été adoptée, le BFPA créé et des ressources (les seules d'ailleurs) mises à disposition par des bailleurs de fonds pour les financer. Comment utiliser les moyens alloués pour promouvoir la demande des producteurs ruraux dans des démarches qui répondent à la « demande du chef de l'état » ? Tel était le dilemme du BFPA ! Plus fondamentalement, comme cela a été déjà démontré, la vision du développement agricole des autorités issues de l'alternance politique du 19 mars 2000, était différente voire contradictoire de celle qui a donné naissance à la SNFAR dont résulte le BFPA et ses stratégies d'interventions. C'est cette divergence profonde qui s'est exprimée dans cette impression d'absence du BFPA dans les activités du ministère. Pourtant par ses nouvelles approches et méthodes de relations, le Bureau avait réussi à reconstruire une image très positive du rôle de l'état dans le développement du secteur, aux yeux des acteurs du monde rural et des partenaires financiers.

    2 - Crise de l'emploi et dynamiques démographiques pesantes : La confiance perdue dans l'école

    2 - 1 - Analyse :

    Les données disponibles annoncent un taux de chômage entre 20 et 30% et plus de 60% de la population active (entre 15 et 64 ans) en situation de sous-emploi (travaillant moins d'heures que la norme et disponibles pour effectuer plus). Selon une étude récente17(*) de la Banque Mondiale, 6 à 7 jeunes sur 10 en âge de travailler, et qui cherchent, ne trouvent pas d'emploi. Dans cette population de jeunes en chômage 80% n'ont pas la qualification professionnelle requise pour occuper un emploi stable et bien rémunéré.

    Ces chiffres résultent de dynamiques démographiques amenant chaque année 200.000 jeunes sur le marché du travail, pour un disponible d'emplois qui n'excède pas 50.000 postes, répartis en 15.000 pour le public et 35.000 pour le privé formel. La grande majorité de ces jeunes à insérer provient de familles rurales, sans qualification, peu préparés pour les métiers urbains et très tentés par l'émigration clandestine.

    2 - 2 - Conséquence :

    Ces contreperformances remettent en question les dispositifs de formation professionnelle des ruraux, même si le dynamisme de l'entreprise formelle et la compétitivité de l'économie nationale sont en cause. Les écoles de formation agricole sous tutelle du BFPA, peu sensibles à cet enjeu de qualification de masse, et au lien évident entre formation et emploi, sont restées sur les modèles élitistes d'antan, centrés sur de petits effectifs (10 à 20 sortants par an) avec des approches et des contenus pédagogiques non évolués. Elles sont restées sur un schéma de préparation à des emplois dans la fonction publique qui a été leur gloire. L'école publique de formation agricole perd de son attractivité car ne satisfait plus aux fins professionnelles et sociales pour lesquelles les ruraux (individus, organisations, institutions) acquièrent des qualifications, en y consacrant des ressources. Les nouveaux acteurs (ONG, Bureaux d'Etudes, Projets) qui investissent le secteur de la Formation rurale, jugent peu crédible l'action publique de formation agricole et ne collaborent pas franchement aux processus pilotés par le BFPA en régions. Ils n'ont de référence que les objectifs et critères de performances fixés par les organismes qui les financent.

    2 - 3 : Illustrations :

    Dans l'édition du journal « Le Populaire18(*) » du 07/09/07, un article titré « vers une dynamisation du développement local » relatait un atelier tenu dans le village Koungheul19(*) à l'intention des élus locaux pour les informer du démarrage des activités du PNDL. Un Président de Conseil Rural s'y exprimait en ces termes : « les ONG et les projets viennent un beau matin s'installer sur notre territoire et commencent à travailler avec nos populations sans même avoir la courtoisie de nous saluer et de nous informer, et l'Etat les laisse faire ».

    2 - 4 : Conclusion :

    Dans ce cas de figure les processus de construction des dispositifs par la demande servent de cadre de référence aux interventions, en accordant les approches et en fédérant les actions autour de la notion de demande. C'est le sens revêtu par les fonctions de régulation participative et de pilotage concerté dont l'exercice requiert centralement la participation de l'Etat via le BFPA.

    Mais ce déficit de reconnaissance par les acteurs est un handicap lourd pour l'efficacité de l'action étatique de formation, à résoudre en priorité.

    3 - Un système de formation agricole ruiné par l'ajustement structurel, marqué par

    la logique-projet, et oublié d'une réforme institutionnelle globale du secteur.

    3 - 1 : Analyse :

    Le Programme d'Ajustement Structurel décidé suite à la crise du secteur agricole, a eu pour conséquences une réduction drastique des moyens de fonctionnement des écoles agricoles, et une baisse de régime allant jusqu'à l'arrêt total pour certaines. Ces établissements qui ne sont pas encore sortis du l'ornière, malgré la fin de l'ajustement en 2001, contribuent faiblement à la SNFAR, faute de ressources internes suffisantes pour se remettre en cause.

    Quant aux quatre écoles agricoles20(*) couvertes par la coopération suisse depuis 1977, elles ont été préservées des conséquences de l'ajustement, par les ressources substantielles qu'elle leur apportait. Malheureusement cette aide permanente et peu exigeante a créé une illusion de stabilité qui a amené les ministères de tutelle à « ne plus se soucier » de la situation de ces écoles. Alors même qu'elles fonctionnaient dans une logique « programme » et dans la routine de l'offre, de temps en temps réaménagée à l'interne, sans tenir compte vraiment des mutations qui ont façonné leur environnement extérieur. C'est-à-dire que ce sont les formateurs qui définissent leur offre de formation sur la base de l'apprentissage de contenus scientifiques et techniques et non pas, bien évidemment, en fonction des « besoins » de formation (comme écarts de compétences) des populations.

    Mais toutes ces écoles (avec et sans la coopération suisse) ont été oubliées dans les grandes réformes institutionnelles initiées par l'Etat depuis 1984, sous la pression des bailleurs de fonds, pour redresser globalement le secteur. Ce n'est qu'à l'occasion du processus de 1999 que les acteurs se sont rendus compte de la mise à l'écart du secteur de la formation dont la conséquence était l'absence d'une composante formation dans le PSAOP 1. Les efforts du BFPA et du Bureau d'Appui pour corriger cette anomalie ont permis de restaurer une composante « renforcement de capacités » dans le PSAOP 2, mais les écoles publiques ne sont pas encore sorties des schémas de formation anciens.

    3 - 2 : Interprétation :

    Ces 3 facteurs combinés (délabrement, mentalité « programme », oubli) ont pu expliquer la faible participation de la plupart des écoles d'agriculture au processus de 97 - 99 qui a consacré la démarche de construction des dispositifs par la demande. Certaines d'entre elles, amenées par leurs directeurs non favorables aux changements préconisées, avaient choisi délibérément de se mettre à l'écart, sans que leurs tutelles d'alors n'aient jugé nécessaire de les y astreindre. Ce faisant, ces établissements, qui constituent l'essentiel du dispositif national, éprouvent encore beaucoup de difficultés à fonctionner en responsabilité partagée, dans des projets de formation impliquant leurs utilisateurs.

    3 - 3 : Illustrations :

    Le Projet d'Etablissement de l'école d'agriculture de Ziguinchor n'arrive pas dépasser le stade de l'intention à cause de l'attitude peu enthousiaste des responsables de l'école. Ces derniers persistent dans l'idée que le rôle de l'établissement c'est « d'exécuter des politiques » et non d'en concevoir comme les y invite le processus de projet d'établissement. Alors que le BFPA leur oppose la nécessité pour eux d'avoir l'initiative du projet de dispositif, d'en assurer la coordination en s'ouvrant aux autres acteurs du territoire pour adapter les dispositifs aux besoins des acteurs et légitimer leurs conclusions. Bien entendu nous convenons avec eux que c'est à l'Etat de concevoir des politiques, notamment des politiques de formation, et aux spécialistes de la formation (les établissements et leurs enseignants) d'étudier et de mettre en oeuvre ces politiques, notamment en matière d'adaptation des dispositifs de formation aux besoins des populations rurales. Mais la démarche ne consiste pas pour l'Etat à les concevoir ailleurs pour venir les vulgariser dans les régions.

    Cette même attitude passive a conduit l'établissement à ne jouer aucun rôle dans le fonctionnement du Comité Régional de Ziguinchor. En vertu de son prétendu statut de « représentant de l'Etat » dans le domaine de la formation agricole et rurale, l'école continue de revendiquer la légitimité exclusive sur toute initiative de formation rurale dans la région, surtout si elle inclut une participation du ministère de tutelle.

    3 - 4 : Conclusion :

    La FAR, sans ces écoles du dispositif public, n'est pas envisageable, et leur implication déterminera la qualité des processus collectifs en régions. A l'échelle de leurs territoires, leurs attitudes rétives et leur manque de professionnalisme sont imputés à l'incapacité de l'Etat à piloter des processus de rénovation des dispositifs de formation par la demande. Malgré son état actuel, cet appareil étatique constitue le point d'appui du BFPA pour introduire et diffuser l'esprit et les enjeux de la SNFAR dans les processus régionaux. C'est donc un héritage lourd à assumer, mais le BFPA en tant que tutelle publique a implicitement les moyens légaux de les astreindre à s'adapter, et n'a d'autre choix que de trouver les bonnes approches pour y parvenir. Jusque-là c'est la voie de la persuasion qui est privilégiée mais si les résistances persistent l'usage de la contrainte administrative va entrer en vigueur.

    4 - Une décentralisation effective en théorie, en pratique peu assumée.

    4 - 1 - Analyse :

    La politique de décentralisation initiée en 1996 visait à doter les Régions et les Communautés Rurales (le département n'en fait pas partie) de pouvoirs leur permettant de concevoir et conduire le développement de leurs territoires. Neuf domaines de compétences leur ont ainsi été transférés pour gestion dont l'Education, la Formation, l'Alphabétisation la Promotion des Langues Nationales. Des exécutifs locaux et régionaux sont élus et des budgets de transferts leur sont alloués pour l'exécution de ces compétences à travers le Fonds de Dotation de la Décentralisation. Ce fonds jugé très insuffisant et inadapté aux besoins de développement local par les élus, est complété par les financements des projets et des partenariats internationaux, et pour les Communautés Rurales par une fiscalité de tête et sur les entreprises résidentes. La fiscalité des Régions n'existe pas encore mais elle est en débat avancé sous l'impulsion des élus qui la réclament.

    Dans la répartition des services entre le Région, la Commune et la Communauté Rurale, les écoles de formation agricole relèvent des compétences de la Région de même que les lycées et collèges. Mais ces structures continuent de recevoir leurs budgets de fonctionnement de l'Etat et ne recourent au Conseil régional que pour des compléments de moyens (investissements, équipements, réhabilitations, etc.)

    4 - 2 : Interprétation :

    Ce transfert de pouvoirs et de responsabilités de développement aux élus locaux, implique que ces derniers déterminent des orientations claires et partagées, puis initient des politiques locales qui les mettent en oeuvre. L'observation a montré que ces orientations sont réduites à des inscriptions consignées dans des documents dits de « Plan Local de Développement (PLD) » élaborés à grands frais d'experts, sans correspondre à une mobilisation sociale effective des collectivités autour d'identités territoriales précises.

    4 - 3 : Illustrations :

    La complainte du Président du Conseil Rural de Koungheul dans le journal « Le Populaire » cité plus haut, illustre aussi une absence de politique locale claire et dynamique. Loin d'exiger que les intervenants extérieurs s'insèrent dans les objectifs locaux de développement, cet élu local se satisferait de cette courtoisie réclamée et apposerait son sceau si la forme était respectée. La conséquence est cette multitude de projets extérieurs conduits dans les territoires par des acteurs qui s'ignorent les uns les autres. Les populations qui reçoivent des services dont elles ignorent l'origine et celle des ressources qui les financent, n'en exigent ni qualité ni quantité, ne se les approprient pas et retombent à leur situation de départ après le retrait de l'intervention. Le temps de la jouissance du « projet » leurs élus se sentent « sauvés » de la contrainte de concevoir et mettre en oeuvre une politique locale à résultats concrets.

    4 - 4 : Conclusion :

    La formation n'est pas une fin en soi. Elle accompagne une politique, c'est-à-dire un projet (somme d'orientations) de changement ou appelle à sa suite des décisions d'actions21(*). Si les collectivités n'ont pas de politique, et donc pas de projets clairs mobilisant tous les segments des communautés qui les composent, la SNFAR aura du mal à se déployer, notamment par l'exercice de sa fonction de pilotage qui requiert au minimum qu'une direction soit choisie. De même les dispositifs locaux de formation agricole et rurale fonctionneront sans engrenage avec des objectifs et des moyens locaux susceptibles de réguler leur marche. Ce faisant les équipes de gestion du développement local décentralisé, ne se servent point des établissements de FAR comme levier pour réaliser leurs objectifs et projets de territoires. Ce qui est un manque à gagner pour le développement des compétences indispensables pour la réussite de la décentralisation. Au résultat, les élus locaux ne participent pas aux instances d'orientations des structures de formation installées sur leurs territoires alors qu'ils font face à de graves problèmes de compétences locales. Ces instances, là où elles existent et fonctionnent encore, sont animées par les fonctionnaires locaux et centraux, avec une implication limitée des Organisations de Producteurs ; cette logique est stérilisatrice pour la fonction de décentralisation qui est aussi fondée sur le principe de réponse à la demande.

    5 - Des politiques justes et séduisantes en théorie, mais peu appropriées à la base.

    5 - 1 - Analyse :

    Depuis la crise agricole des années 80, l'Etat a pris une série de mesures tendant à redistribuer les responsabilités de développement qu'il concentrait jusque-là aux autres acteurs. L'objectif était de libérer les énergies et multiplier les initiatives, en créant un environnement favorable à l'éclosion des talents pour entreprendre dans le secteur de l'agriculture. La Nouvelle Politique Agricole de 1984 a consacré cette libéralisation du secteur investi par les privés. Elle est suivie du Programme d'Ajustement du Secteur Agricole et du Programme d'Investissement du Secteur Agricole, conçus pour créer un environnement politique permettant de rediriger les investissements vers l'agriculture et le monde rural. Le rôle de l'Etat y est mieux clarifié et les ruraux sont reconnus comme des acteurs au centre des processus de développement rural dont ils sont les promoteurs et les maitres d'ouvrage, via leurs institutions locales (conseils ruraux et régionaux) et leurs structures associatives (Organisations Paysannes). Le principe du partenariat entre l'Etat et les organisations d'acteurs y est posé en prélude à la stratégie de concession/cogestion de services publics.

    Ce principe de base se prolongera ultérieurement dans la politique de décentralisation de 1996, le PSAOP et la SNFAR de 1999. En 2004 une Loi d'Orientation Agricole intervient pour consacrer l'achèvement de ce long processus de réformes structurelles, en reprenant tous les engagements de principe dans ses articles qui imposent leur mise en oeuvre.

    Mais force est de constater que les transformations du secteur n'ont jamais été aussi radicales que les ruptures véhiculées dans les réformes, les niveaux de performances économiques agricoles du pays n'ont jamais égalé l'ampleur des réformes opérées ; au contraire ! La dépendance alimentaire s'accentue et le riz en est la principale cause (cf. graphiques suivants), les niveaux de rendements stagnent à chutent, les exploitations agricoles sont restées de petites taille (1 à 2 ha), surpeuplées (7 à 8 membres), faiblement équipées et en proie à des crises alimentaires structurelles.

    *Source : Etude ENDA sur la souveraineté alimentaire au Sénégal, Juillet 2006

    *Source : Etude ENDA sur la souveraineté alimentaire au Sénégal, Juillet 2006

    4 - 2 - Interprétation :

    Ces réformes, nécessaires et justifiées, avaient pour objectif principal de recadrer le rôle de l'Etat dans son champ régalien et placer les acteurs (privés, associatifs, élus) au coeur des initiatives et des processus de développement de l'agriculture et du monde rural. Mais elles étaient comme ignorées de ces derniers, et n'ont pas impacté, au niveau souhaité, les modes de fonctionnement des individus, des organisations et des institutions qui concourent à la vie du secteur. Les cadres de participation qui sont conçus pour promouvoir ce nouvel esprit des politiques réformées, s'avèrent inefficaces et coûteux car dominés par les anciennes pratiques.

    4 - 3 : Illustrations

    Le fonctionnement du Comité Régional de Planification Stratégique de la Formation Agricole et Rurale de Ziguinchor est plombé par une querelle de légitimité dans le leadership. Une telle querelle n'a pas lieu d'être dans un cadre qui est conçu pour favoriser des contradictions sociales dont s'alimentent les processus de constructions de dispositifs de formation par la demande.

    4 - 4 : Conclusion :

    Ces nombreuses réformes à but de responsabilisation des acteurs, impliquant donc forcément leur demande, ont créé une mentalité de participation chez les acteurs qu'il faudra réformer pour asseoir la SNFAR. Les cadres de concertation promus dans la SNFAR (comités et réseaux) sont animés par des acteurs dominants qui ont déjà une confiance mesurée dans les approches étatiques y compris celle centrée sur la demande.

    Synthèse : La pauvreté rurale paralysante, la confiance très mesurée du public dans l'action étatique, l'inefficacité des cadres consultatifs existants, sont les principaux éléments du contexte qui jouent un rôle négatif dans la mise en oeuvre de l'approche par la demande, telle qu'elle ressort dans la SNFAR comme coeur de mission du BFPA.

    Conclusion et Recommandations :

    La démarche de construction des dispositifs de formation rurale par la demande est un puissant levier de création de dynamiques favorables au développement des communautés et des collectivités, ainsi qu'à celui de la nation. Les exemples des Centres de Formation Agricole de Caritas de Kaolack et du Centre Polyvalent de Formation de Producteurs de Kolda le démontrent clairement.

    Depuis 1999, le Sénégal a remis en cause son système de formation agricole en vigueur depuis l'indépendance en 1960 et fondé sur une logique d'offre et une approche programme, pour le substituer à un système construit à partir de la demande des ruraux. L'option est consacrée dans un document consensuel validé techniquement et politiquement sous la dénomination de Stratégie Nationale de Formation Agricole et Rurale.

    Le travail de rénovation des dispositifs de formation rurale à partir de la demande entamé depuis 1999 sous la houlette du Bureau d'Appui à la coopération sénégalo-suisse, rejoint en cela (puis relayé progressivement) par le Bureau de la Formation Professionnelle Agricole depuis 2004, a révélé les limites objectives à la mise en oeuvre de la SNFAR. Ce mémoire en a identifié deux qui ont fait l'objet d'approfondissements. Il s'agit :

    1. D'une méconnaissance, par les acteurs de la FAR, de la démarche d'analyse et de construction des dispositifs de formation par la demande.

    2. D'un environnement économique, politique, institutionnel et même culturel, non propice à l'expression de la demande et peu favorable à la mise en oeuvre de l'approche par la demande.

    L'étude a démontré que l'incompréhension porte sur le « concept de demande », et ses applications dans les processus de gestion des demandes de formation des acteurs du monde rural. D'autre part elle provient aussi de la confusion entre la « construction des dispositifs par la demande de formation » et la « construction sociale des besoins de formation ». Une autre distinction difficile à faire est celle entre « demande de formation » et demande sur des dispositifs de formation » des producteurs et ruraux à la base.

    Cette méconnaissance s'explique par la complexité qui caractérise les situations dans lesquelles se déroulent les processus de gestion de la demande à savoir les organisations de formation concrètes. Elle est aussi liée à l'irruption récente d'une notion nouvelle importée d'une autre (et vieille) culture, et imposée comme remède à une situation de crise qui a secoué les bases de notre économie, de notre société et de notre jeune nation. Cependant en comparant avec les USA où le concept ne s'est généralisé que dans les années 60 (après 2 siècles d'indépendance) et suite à une volonté politique forte, on est fondé à espérer que cette méconnaissance s'explique par la jeunesse de notre pays, et les difficultés ou erreurs de mise en oeuvre de l'approche par la demande sont inhérentes à la période de transition. Et celle-ci durera encore.

    Cette méconnaissance touche les acteurs de la FAR aux niveaux où ils sont impliqués.

    · Au niveau local, les dispositifs de formation, soit sont restés sur les logiques d'antan (pour le public) soit limités à l'aspect qualitatif de l'analyse de la demande (pour le secteur associatif) tandis que le secteur privé formel est réduit aux nombreux cabinets de consultants, induits par la libéralisation, mais sans spécialisation précise en formation. 

    · Au niveau régional où s'élaborent les politiques territoriales, les acteurs ne réussissent pas à gérer collectivement la demande de formation, par une mobilisation effective et équitable (régulation participative) des dispositifs existants, pour les faire converger dans le sens des orientations et objectifs définis (pilotage concerté).

    · Au niveau national où se décident les orientations politiques majeures, l'état n'a pas défini des politiques claires et partagées de développement rural, susceptibles de valoriser une stratégie nationale de formation par la demande. Le BFPA, animateur de la SNFAR, est reconnu dans son rôle de co-régulateur par les partenaires (Organisations de Producteurs, collectivités territoriales, ONG, privés, projets, bailleurs, etc.) mais n'est pas soutenu politiquement par son ministère de tutelle. Ce dernier semble même ignorer (ou douter de) l'utilité des démarches de construction des dispositifs de formation par la demande sur lesquelles travaillent le Bureau. Ce même Bureau, probablement découragé par ce déficit de soutien moral de la tutelle, n'a pas réussi à activer le Comité National de Planification Stratégique de la FAR dont la léthargie est à l'origine du pilotage national déficient, voire inexistant, de la SNFAR.

    Malgré le doute profond né des premiers résultats globaux très mitigés à décevants, l'option SNFAR est irréversible et les acteurs n'ont d'autre choix que s'y faire. Le faible engagement de l'Etat est le talon d'Achille du processus de mise en oeuvre de la SNFAR. Le nouvel engagement pris par les pouvoirs publics à travers la LOASP, qui intègre harmonieusement les principes et démarches de la SNFAR, permet d'espérer des changements positifs à ce niveau. En même temps les lenteurs constatées dans l'application de la Loi, et les discours officiels sur le développement rural encore marqué par l'Etat développeur, incite à la prudence. Mais tôt ou tard il va falloir revenir aux principes fondateurs de la SNFAR pour donner de l'efficacité aux politiques publiques. Notre mémoire s'inscrit dans cette temporalité élastique, même si nous ne nous résignons pas au dicton « mieux vaut tard que jamais »

    L'Etude a ainsi préconisé des mesures visant à atténuer la méconnaissance de cette notion d'approche par la demande par les acteurs de la FAR, à les faire évoluer dans leurs attitudes et à améliorer l'efficacité des cadres de promotion des démarches de réponse à la demande de compétences des ruraux.

    A l'échelle des organisations de formation concrètes :

    Ø Pour le dispositif public :

    · Appuyer in situ des sessions de formation de formateurs sur l'approche par la demande de formation et les démarches d'analyse de la demande des producteurs ruraux.

    · Réformer les organes de pilotage des dispositifs en vue d'y rendre dominante et influente la représentation des producteurs et des collectivités locales utilisatrices.

    · Encourager une participation financière des bénéficiaires à la prise en charge des coûts des dispositifs.

    · Soutenir sur demande des écoles, des exercices de diagnostics participatifs visant à comprendre les enjeux et cerner les problématiques de développement des terroirs.

    · Appuyer des initiatives et activités concourant à l'animation de la vie de relations des établissements (voyages, parrainages, expérimentations, groupe de réflexion, etc.)

    La méthode consiste à soutenir et accompagner des initiatives de projet d'établissement. Ce sont des processus initiés par l'établissement, portés par les directions, animés par les formateurs, incluant les acteurs du milieu, notamment les producteurs et les élus locaux, et prenant en compte leurs avis, etc. L'objectif visé est une relecture des méthodes et contenus de formation à partir des éléments nouveaux d'environnement, pour une rénovation/adaptation de l'offre pédagogique.

    Ø Pour le dispositif associatif et privé :

    · Généraliser la « concession du service public22(*) » de la formation sur la base de projets d'établissements aux normes, pour mieux encadrer et influencer les approches et démarches.

    · Impliquer ces établissements dans les activités de diagnostics en région.

    Au niveau régional :

    · Appuyer le fonctionnement des Comités et Réseaux régionaux de FAR en veillant à la séparation et l'articulation entre les fonctions pilotage concertée (par les politiques et identités territoriales) et régulation participative (par les fonds de formation et les Centre de Ressources).

    · Généraliser l'utilisation des mandataires pour accompagner les Comités et Réseaux régionaux dans leurs missions et les établissements de formation dans leurs mutations vers une ouverture aux milieux et à la demande.

    · Encourager et appuyer les exécutifs locaux à définir des politiques et identités de territoires claires et formelles capables de valoriser une politique de formation.

    · Réactualiser régulièrement le processus de 1999 afin d'inclure les nouveaux acteurs, en le décentralisant (le nombre de plateformes paysannes est passé de 1 en 1999 à 7 en 2007).

    Au niveau national :

    · Animer le Comité National de Planification Stratégique de la FAR en organisant ses processus de concertation et décisions.

    · Travailler au sein du ministère à faire évoluer les positions et perceptions des pouvoirs publics au sujet de la SNFAR.

    Je termine ce mémoire en ayant le sentiment que mes propositions ne résoudront pas demain les difficultés de mise en oeuvre de l'orientation 2 de la SNFAR, et que le questionnement de départ reste entier. En même temps j'ai la satisfaction intime d'avoir poser les bons termes du débat, et contribué à cerner la complexité des situations qui explique ces difficultés qui elles-mêmes sont à l'origine du malaise du monde rural. Leurs résolutions demandent des hommes et des femmes formés et expérimentés, motivés et mobilisés, pour travailler et réussir ensemble en situations complexes. Cela prendra du temps et beaucoup plus de temps qu'il ne m'en reste au BFPA. Et on vient à peine de démarrer. Ceci explique le choix fait dans ce travail de chercher à indiquer des voies et définir des principes qui se traduiront différemment dans les comportements et attitudes des acteurs. J'ai l'intime conviction (et aussi les preuves) que c'était préférable à un exercice de précision qui me procurerait certes une satisfaction intellectuelle (et peut-être académique), mais sans correspondre à la réalité de la situation dans laquelle j'ai travaillé, et où j'ai retiré l'enseignement principal que tout ce qui y est évident, ou pris comme tel, est faux.

    A présent donc je suis habité par un goût d'inachevé mais en même je me sens amélioré dans ma perception des notions d'approche par la demande, confiant dans les démarches à entreprendre ultérieurement avec les acteurs des processus de rénovation des dispositifs par la demande. Aussi mes apports dans les 3 groupes d'expertise sur la Formation et la Prospective Agricole, dans lesquels je milite, seront améliorés, et ces cadres me serviront de lieux de poursuite, d'approfondissement et d'élargissement de cette réflexion.

    Bibliographie

    1. Former les acteurs d'une nouvelle économie agricole et rurale. Orientations et stratégies de formation à l'horizon 2015. Rapport du Groupe de Travail. Juin 99

    2. Programme d'Appui au Renforcement des capacités des Acteurs du Monde Rural. Phase 99 - 02. Bilan et Perspectives. Mars 2002.

    3. Programme d'Appui au Renforcement des capacités des Acteurs du Monde Rural. Phase 02 - 05. Bilan et Perspectives. Avril 2005.

    4. Le Programme des Centres Polyvalents de Formation des Producteurs. Fondements ; Stratégies ; Procédures ; Gestion.

    5. Politique Agricole et enjeux de la Formation Agricole et Rurale au Sénégal : la question de la régulation. Par Alain MBAYE et Adama FAYE. Décembre 2005

    6. Note de capitalisation des acquis du Programme d'Appui à la Formation Agricole et Rurale dans le Système Caritas. Par Abdourahmane FAYE. Octobre 2005.

    7. Propositions pour la mise en oeuvre de la SNFAR. Document final. Christian FUSILLIER. Avril 2006.

    8. Programme Triennal du BFPA. Période 2005 - 2008. Document de travail.

    9. Programme d'Appui au Renforcement des capacités des Acteurs du Monde Rural. Evaluation externe. Diénéba CISSE ; Daniel THIBA. Denis PESCHE. Décembre 2004.

    10. Arrêté portant création du BFPA. Mars 2003.

    11. Arrêté portant création et organisation du CNPS/FAR. Mars 2000.

    12. Loi d'Orientation Agro-Sylvo-Pastorale (LOASP). Juin 2004.

    13. Etude sur la Souveraineté Alimentaire au Sénégal. CAPP/Formation. Mai 2006.

    14. Implications structurelles de la libéralisation sur l'agriculture et le développement rural au Sénégal 1950 - 2006. Document IPAR - Banque Mondiale. Mars 2007.

    15. Offre, Demande et besoin de Formation - Alain MARAGNANI. Juin 2006

    16. Action publique et participation des citoyens - John Clayton THOMAS

    17. Manager la Formation - Alain MEIGNANT. Edition 2006

    18. Evaluation des compétences - Guy le BOTERF. Edition 2004

    Webographie

    · www.prospectiveagricole.org

    · www.senwiss-far.org

    · www.gouv.sn

    · www.ansd.org

    · www.faostat.org

    ANNEXES

    * 1 Loi d'Orientation Agro Sylvo Pastorale votée en juin 2004

    * 2 Il s'agit de l'Office National de Coopération et d'Assistance au Développement (ONCAD)

    * 3 John Clayton THOMAS. Dans « Action publique et participation des citoyens. Pour une gestion démocratique revitalisée. Ed. Nouveaux horizons, Avril 2002 »

    * 4 Association Française de NORmalisation. « Normes AFNOR de la Formation Professionnelle » 1992/1994

    * 5 A l'exception des économies centralement planifiées de Corée du Nord et Cuba

    * 6 Consiste à diffuser l'information sur une formation dans un grand public pour amener les personnes à exprimer un souhait d'y participer.

    * 7 A. MARAGNANI « Offre, demande et besoin de formation ». 12/06/2004

    * 8 Orientation 2 de la SNFAR

    * 9 Le rôle actif (critique et contestataire) joué par les autres acteurs (OP, CL, Projets, etc.) a dû déstabiliser les fonctionnaires des écoles qui étaient habitués à se servir d'eux comme des objets de recueil de besoins de formation.

    * 10 La Coordination du P/CPFP qui a piloté le démarrage du programme jusqu'à son remplacement par le BFPA en 2004.

    * 11 Séminaire tenu à cet hôtel les 6, 7 et 8 avril 99 avec 120 participants dont 14 députés et 4 ministres.

    * 12 Je fus moi-même le mandataire du programme pour Caritas et le Réseau des CFA.

    * 13 Expression utilisée par les directeurs des CFA au moment de l'exercice. Ceux-ci sont devenus des assistants formateurs.

    * 14 52,2% des familles sénégalaises se considèrent comme pauvres selon une enquête récente de l'agence nationale de la statistique et de la démographie auprès des chefs de ménages publiée en Août 2007.

    * 15 Chaque année est dédiée à la culture d'une espèce par le chef de l'état qui fixe (au pif) un objectif de production à atteindre. Et on a eu l'année maïs, l'année manioc, l'année Bissap, l'année jatropha.

    * 16 Retour Vers l'Agriculture. Au départ Retour des Emigrés Vers l'Agriculture. Aujourd'hui agence nationale du Plan REVA non encore fonctionnelle. L'agence est rattachée au ministère de l'agriculture

    * 17 Rapport n° 40344-SN. Sénégal. A la recherche de l'Emploi. Le chemin vers la prospérité. Septembre 2007

    * 18 Un quotidien people de grande audience.

    * 19 Région de Kaolack

    * 20 CNFTEIA de st-louis ; CNFTAGR et CNFTEFCPN de Ziguinchor ; ENCR de bambey

    * 21 Didier NOYE et Jacques PIVETEAU. In Guide Pratique du Formateur. L'art de concevoir et animer une formation. INSEP EDITIONS. Avril 1991

    * 22 Une école ; un projet ; un contrat avec l'Etat ou le Comité Régional FAR ; un budget.






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy