WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Croissance sectorielle et réduction de la pauvreté au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Moutaïrou BALLOGOUN
Université d'Abomey-Calavi - Ingénieur Statisticien Economiste 2006
  

sommaire suivant

 

REPUBLIQUE DU BENIN

----@@@----

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

----@@@----

UNIVERSITE D'ABOMEY CALAVI

 

ECOLE NATIONALE D'ECONOMIE APPLIQUEE
ET DE MANAGEMENT

----@@@----

Option : Economie appliquée Filière : Statistique

Diplôme d'Ingénieur Statisticien Économiste
2ème Promotion

CROISSANCE SECTORIELLE ET

REDUCTION DE LA PAUVRETE

AU BENIN

Réalisé et soutenu par :

BALLOGOUN Moutaïrou & YEHOUENOU Jules C.

babamout@yahoo.fr

Sous la direction de :
ADJOVI G. S. Epiphane

Décembre 2006

Ingénieur Statisticien Économiste

L'ECOLE NATIONALE D'ECONOMIE APPLIQUEE ET DE MANAGEMENT (ENEAM) N'ENTEND DONNER AUCUNE APPROBATION NI IMPROBATION AUX OPINIONS EMISES DANS CE MEMOIRE. CES OPINIONS DOIVENT ETRE CONSIDEREES COMME PROPRES À LEURS AUTEURS.

AVANT PROPOS

Dans un monde où certaines personnes vivent dans l'opulence pendant que d'autres manquent du minimum pour survivre, il urge de rechercher des mécanismes pouvant corriger ces disparités. Bien heureusement, notre passage à l'Ecole Nationale d'Economie Appliquée et de Management (ENEAM) nous a permis de nous familiariser avec les théories sur les systèmes socio- économiques, les comportements des agents économiques et de mieux comprendre que toute société aspire au bien-être social. Cet objectif de bien- être social ne peut être atteint si la pauvreté continue de sévir au niveau de certaines couches de la société. Face à cette situation, il est difficile voire coupable de rester indifférent surtout lorsqu'on sait consciemment qu'on a la capacité de faire quelque chose. C'est donc dans le souci d'apporter notre modeste contribution à la lutte contre la pauvreté que nous avons choisi le thème qui fait l'objet du présent mémoire.

Notre ambition était d'utiliser un Modèle d'Equilibre Général Calculable (MEGC), mais compte tenu des contraintes de temps qui se sont imposées, nous nous sommes vus obligés de nous limiter au modèle des multiplicateurs de la Matrice de Comptabilité Sociale.

Toutefois une extension du présent travail, à travers une analyse à l'aide d'un MEGC, peut conduire à des développements plus riches.

Les auteurs...

« ...à savoir qu'il est également impossible à un homme de chercher oe qu'il ne sait pas. Car oe qu'il sait, le sachant, comment peut-il encore le chercher ? Et oe qu'il ne sait pas, comment peut-il le chercher ne sachant même pas quoi chercher ? »

Sören KIERKEGARD Philosophe danois

A tout le collectif enseignant du Cycle d'Ingénieur de l'EN EA M,

nous dédions ce mémoire

DEDICACES

Je dédie le présent travail :

' A Jeannette et à Noella. Vous qui venez de naître, je vous souhaite plein succès dans la vie.

' A Madame BALLOGOUN Souradjath pour toutes les souffrances que tu endures actuellement.

' A mes chers parents pour l'amour dont vous m'avez toujours entouré. ' A ma soeur Nassifatou pour son affection.

' A Monsieur GAHOU A. Expédit pour son soutien de tout temps.

BALLOGOUN Moutaïrou

' A Toi, Père très Saint, qui m'assistes dans mes épreuves et qui me relèves de mes

chutes ; je te glorifie, te rends grâce et te magnifie. Gloire et Louange à Toi !

' A mon feu père, pour tout ce qu'il a semé sans pouvoir récolter. Repose en paix !

' A ma tendre mère pour ton dévouement. Reçois ici le couronnement de tes efforts !

' A ma chère dulcinée Estelle, pour toute l'assistance morale et affectueuse dont tu

m'as gratifié.

Reçois ici le fruit de notre pari !

' A mes soeurs Charlotte, Agnès et Géraldine ;

' A mes frères Marc et Romuald.

Que Dieu vous bénisse et vous garde dans son Amour !

' A tout le personnel du CEG Sainte Rita I et à tous ceux qui me sont chers. Que Dieu vous comble de sa Grâce !

YEHOUENOU Jules C.

REMERCIEMENTS

Nous tenons à remercier notre Directeur de mémoire, Monsieur Epiphane G.S. ADJOVI, Coordonnateur du réseau de recherche MIMAP-Bénin et Directeur Général de l'Economie au Ministère du Développement, de l'Economie et des Finances qui, en dépit de ses nombreuses occupations, a pu diriger le présent travail de recherche. Qu'il trouve ici l'expression de notre profonde reconnaissance.

Nos sincères remerciements vont à tous les collaborateurs du Directeur Général de l'Economie notamment ceux de la Cellule de Veille Economique et Financière (CVEF) pour leur disponibilité et pour l'atmosphère conviviale dont ils nous ont entouré au cours de notre stage.

Nous remercions également Messieurs Damien MEDEDJI et Etienne de SOUZA pour leur contribution et leurs utiles conseils.

Nous remercions aussi Messieurs Gérard SOKEGBE, Aristide MEDENOU et Philippe GANTIN, de même que Madame Nicole TCHOKPON pour leurs pertinentes observations sur la structure du document.

Nous n'oublions pas le Docteur Villévo ADANHOUNME pour ses précieuses indications sur les aspects mathématiques du document.

A tous nos professeurs, nous adressons aussi nos profonds remerciements pour nous avoir permis d'acquérir une bonne formation de base.

Que toutes les personnes qui ont contribué d'une manière ou d'une autre à la réalisation du présent document trouvent ici l'expression de notre profonde gratitude.

A tous, nous disons infiniment merci.

Les auteurs

BALLOGOUN Moutaïrou YEHOUENOU Jules C.

SOMMAIRE

AVANT PROPOS ii

DEDICACES iv

REMERCIEMENTS v

SOMMAIRE 1

LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES 2

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS 3

INTRODUCTION GENERALE 4

PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE DE L'ETUDE 6

CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE, REVUE DE LITTERATURE ET METHODOLOGIE 7

CHAPITRE II : CONSTRUCTION DU MODELE 14

DEUXIEME PARTIE : IMPACT DE LA CROISSANCE SECTORIELLE SUR LA

REDUCTION DE LA PAUVRETE AU BENIN 30

CHAPITRE III : ANALYSE SECTORIELLE ET PAUVRETE AU BENIN 31

CHAPITRE IV : SIMULATIONS A L'AIDE DU MODELE 44

CONCLUSION GENERALE 52

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 54

ANNEXES 57

TABLE DES MATIERES 67

LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES

TABLEAUX

Tableau n° 1 : Structure simplifiée d'une MCS 16

Tableau n° 2 : Différentes branches de la MCS 1999 MIMAP-Benin 37

Tableau n° 3 : Profil des différents groupes de ménages au Bénin 41

Tableau n° 4 : Les effets d'entraînement induits par les différents secteurs 44

Tableau n° 5 : Les effets distributifs sectoriels 45

Tableau n° 6 : Les effets d'interdépendance 45

Tableau n° 7 : Les effets de réduction de la pauvreté par branche d'activités 46

Tableau n° 8 : Répartition de la demande adressée aux différentes branches pour le MCA 48

Tableau n° 9 : Résultats de simulation pour le MCA 49

GRAPHIQUES

Graphique n° 1 : Description des flux monétaires dans une MCS 15

Graphique n° 2 : Transactions au niveau des comptes endogènes d'une MCS 17

Graphique n° 3 : Les effets distributifs dans le modèle des multiplicateurs fixes 23

Graphique n° 4 : Structure des ressources du PIB 32

Graphique n° 5 : Structure des emplois du PIB 33

Graphique n° 6 : Taux de croissance des ressources du PIB 34

Graphique n° 7 : Taux de croissance des emplois du PIB 35

Graphique n° 8 : Contribution à la croissance des ressources du PIB 35

Graphique n° 9 : Contribution à la croissance des emplois du PIB 36

Graphique n° 10 : Quintiles de revenus moyens des groupes de ménages 40

Graphique n° 11 : Lien classique entre croissance sectorielle et pauvreté 42

Graphique n° 12 : Croissance sectorielle et incidence de pauvreté au Bénin 42

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

BIT : Bureau International du Travail

CAPE : Cellule d'Analyse de Politique Economique

DAD : Distributive Analysis / Analyse Distributive

DSEE : Direction des Statistiques et Etudes Economiques

DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

DTI : Droits et Taxes à l'Importation

FGT : Indices de la classe Foster-Greer-Thorbecke

INSAE : Institut National de la Statistique et de l'Analyse Economique

MCA : Millenium Challenge Account

MCS : Matrice de Comptabilité Sociale

MEGC : Modèle d'Equilibre Général Calculable

OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement

PIB : Produit Intérieur Brut

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

PPTE : Pays Pauvres Très Endettés

QUIBB : Questionnaire Unifié sur les Indicateurs de Base de Bien-être

RGPH : Recensement Général de la Population et de l'Habitat

TEE : Tableau Economique d'Ensemble

TEI : Tableau d'Echanges Inter-industriels

TES : Tableau des Entrées-Sorties

TVA : Taxe sur la Valeur Ajoutée

UE : Union Européenne

UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

INTRODUCTION GENERALE

Le diagnostic de l'économie nationale réalisé dans le cadre de l'élaboration du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté au Bénin a révélé que la situation économique dans son ensemble a connu une évolution favorable au cours de la période 1995-2001 avec une croissance annuelle moyenne de 5,2%. Cette croissance a reposé sur un taux d'investissement de l'ordre de 20% du PIB en moyenne. Dans le même temps, des progrès notables ont été enregistrés dans la gestion des finances publiques puisque le déficit budgétaire rapporté au PIB a été contenu à un niveau moyen de 2,9%, auquel on peut ajouter d'importantes réductions d'arriérés de paiement intérieur correspondant à environ 2% du PIB. Ces résultats, assez significatifs ont été obtenus grâce à la mise en oeuvre rigoureuse de mesures d'assainissement des finances publiques et de réformes structurelles. Mais depuis l'année 2002, l'économie béninoise est entrée dans une phase de décélération pour atteindre un taux de croissance réelle de 2,9% en 2005 ; dans un contexte d'inflation annuelle moyenne de 4,4%, nettement supérieure à la norme communautaire de 3% retenue dans le Pacte de convergence de l 'UEMOA.

L'analyse des composantes d'offre du PIB1 révèle que la croissance sectorielle est pratiquement identique avec un taux de 4,5% pour les secteurs primaire et secondaire, et 4,7% pour le secteur tertiaire. Malgré la faible diversification de la production agricole, le secteur primaire contribue à la croissance à hauteur de 1,7% contre 0,6% et 1,4% respectivement pour les secteurs secondaire et tertiaire. Les importations représentent près du tiers (31,4%) de la production intérieure. Ce qui signifie que les ressources intérieures sont insuffisantes pour satisfaire le niveau de la demande globale. L'économie béninoise est, de ce fait, en déséquilibre keynésien de sous- emploi. Il existe donc des possibilités d'augmenter la production domestique.

1 Données des comptes nationaux, INSAE/DSEE, 2006.

Parallèlement, l'appréhension de la pauvreté à travers ses causes et ses déterminants a révélé des informations extrêmement utiles pour cibler les actions visant à soulager la situation des plus démunies. En effet, entre les périodes 1999-2002 et 2003-2005, en milieu rural, le phénomène de la pauvreté apprécié à partir de la variation des indicateurs de la classe FGT est passé de 2,0% à 1,0% pour l'indice numérique. Sur chacune des deux périodes, la variation de l'indice de profondeur est passée de 15,2% à 9,3% et celle de l'indice de sévérité de 34,2% à 25,2%. En milieu urbain par contre, la variation de l'incidence de la pauvreté est passée de -0,8% à -3,5% respectivement sur les périodes 1999-2002 et 2003-2005. Même si la pauvreté est encore perceptible, il s'en déduit toutefois que la mise en oeuvre de la Stratégie de la Réduction de Pauvreté sur la période 2003-2005 a permis de diminuer son ampleur. Ainsi, les performances économiques enregistrées au cours des dernières années ont favorisé un recul de la pauvreté en milieu urbain, mais celle-ci s'est relativement accrue et demeure persistante dans le milieu rural.

Avec un taux d'accroissement annuel de la population de 3,24%2, et une dégradation de la situation des pauvres en milieu rural, les performances de l'économie doivent être consolidées à travers des politiques axées sur le développement et la redynamisation de la production des différentes branches d'activités de l'économie pour réduire significativement et durablement la pauvreté. C'est justement dans ce cadre que s'inscrit le présent thème : « Croissance sectorielle et réduction de la pauvreté au Bénin ». Cette étude se propose d'aborder l'analyse de l'impact de l'augmentation de la production sectorielle sur la réduction de la pauvreté au Bénin.

Le présent mémoire s'articule autour de deux grandes parties composées chacune de deux chapitres. La première partie décrit le cadre théorique de l'étude. La deuxième partie est consacrée à l'analyse de l'impact de la croissance sectorielle sur la pauvreté au Bénin, et présente quelques simulations de politiques économiques.

2 Taux de d'accroissement intercensitaire, RGPH-3 (2002).

PREMIERE PARTIE :
CADRE THEORIQUE DE L'ETUDE

CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE, REVUE DE LITTERATURE ET METHODOLOGIE

Section 1 : Problématique et objectifs de l'étude

Depuis 1989, le Bénin s'est engagé dans une série de Programmes d'Ajustement Structurel (PAS), à cause de sa situation économique caractérisée par une baisse de la production intérieure et un déséquilibre au niveau les finances publiques. Sur la période 1989-2002, les différents programmes et stratégies d'assistance triennaux, qui ont été mis en oeuvre, ont aboutit à l'amélioration de la situation économique et au rétablissement des grands équilibres macro-économiques. Le taux de croissance est ainsi passé de -2,9% en 1989 à 4,7% en 1991 et de 1992 à 2002, il a oscillé autour de 5%. Cette évolution favorable de l'économie, si elle a permis de réduire la pauvreté en milieu urbain, n'a pas eu d'impact significatif sur la situation en milieu rural où la pauvreté et les inégalités se sont plutôt aggravées.

Sur plus d'une décennie de Programmes d'Ajustement, le bilan a montré que malgré le rétablissement des grands équilibres macroéconomiques et les progrès réalisés dans l'assainissement des finances publiques, le phénomène de pauvreté persiste toujours. Cette situation a conduit, avec l'initiative PPTE renforcée en 1999, à l'élaboration du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP). Parallèlement, au niveau international, les Nations-Unies à travers le PNUD ont élaboré les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) suite à de nombreuses conférences internationales dans les années 90 qui ont mobilisé plusieurs Chefs d'Etat et de Gouvernement. Au nombre de ces Objectifs, on peut citer : « Réduire de moitié l'extrême pauvreté à l'horizon 2015 ». Tout ceci justifie que la pauvreté constitue un véritable problème pour les économies en développement et toutes les stratégies élaborées pour la réduire doivent être orientées vers l'amélioration du bien-être des couches vulnérables, notamment à travers l'augmentation du niveau de leurs revenus.

La nécessité d'accroître le niveau de revenu des groupes socio-économiques en général et celui des ménages du monde rural en particulier exige d'identifier des secteurs dont l'augmentation de la production améliore leur niveau de vie. La mise en oeuvre de différentes politiques et mesures économiques de ces dernières années a été à la base de la relance de la croissance économique. Cependant, ces politiques, même si elles ont été nécessaires pour la croissance économique, n'ont pas suffit à réduire la pauvreté.

En d'autres termes, l'objectif de réduction de la pauvreté telle que fixé dans les OMD est loin d'être atteint. Le problème général qui se pose est que la plupart des politiques mises en oeuvre pour réduire la pauvreté depuis l'élaboration du DSRP en 2002 n'ont pas permis d'aboutir à des résultats significatifs surtout en milieu rural. De ce problème général découle un problème spécifique : il s'agit de la faiblesse du niveau de revenu des groupes socio-économiques. Il se dégage donc une interrogation fondamentale : comment améliorer le niveau de revenus des groupes socio- économiques afin de réduire la pauvreté au Bénin ?

Dans ses nouvelles orientations de politique économique, le Bénin ambitionne de relancer la croissance économique avec un objectif de taux de croissance à deux (02) chiffres à l'horizon 2011. Mais au regard du taux de pauvreté qui subsiste encore, surtout en milieu rural, il ne suffit pas d'amorcer une croissance agrégée et concentrée. La présente étude trouve tout son intérêt en ce sens qu'elle permettrait aux décideurs de cibler des secteurs, moteurs de développement socio-économique, qui induiront une participation significative et donc une amélioration des revenus des couches défavorisées de la population en vue de les sortir de leur situation de dénuement.

Ainsi, l'objectif général du présent mémoire est d'identifier les secteurs de production dont la croissance a les effets les plus significatifs en terme de réduction de la pauvreté au Bénin.

Plus spécifiquement, l'étude vise à :

- apprécier l'impact d'une hausse de la demande exogène adressée aux secteurs de production sur l'amélioration des revenus des groupes socio-économiques ;

- apprécier le degré d'intégration économique des différentes branches d'activités ;

- évaluer l'impact d'une hausse de la demande exogène et donc de la production sectorielle sur la réduction de la pauvreté.

La croissance étant nécessaire pour réduire la pauvreté, il y a d'abord lieu de savoir les secteurs de l'économie nationale qui favorisent la croissance. Compte tenu des caractéristiques de l'économie Béninoise qui est essentiellement basée sur l'agriculture, il est plus stratégique de rechercher les secteurs moteurs de croissance au niveau des branches de production relatives à l'agriculture.

La pauvreté étant plus rurale qu'urbaine, pour la réduire significativement, il faut identifier des secteurs de l'économie pour lesquels les activités économiques concentrent et mobilise davantage les pauvres.

Pour approcher ces objectifs, les hypothèses suivantes sont formulées :

- Les branches d'activités agricoles et agro-industrielles ont un impact important sur l'augmentation des revenus des groupes socio-économiques ;

- Il existe des secteurs dans l'économie dont la croissance stimule davantage celle d'autres secteurs ;

- Les branches d'activités agricoles et agro-industrielles ont un potentiel élevé en terme de réduction de la pauvreté.

sommaire suivant