WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Structure et efficience bancaire: problématique théorique et validation empirique sur les banques tunisiennes

( Télécharger le fichier original )
par Lamia Daly
FSJEG Jendouba - Mastère 2006
  

précédent sommaire suivant

Introduction générale

Les années quatre-vingts ont marqué le début d'un rééquilibrage entre la sphère réelle et la sphère financière, elles se sont aussi caractérisées par une rupture partielle avec les thèses de dichotomie entre les deux sphères. L'articulation entre ces dernières est désormais approchée en termes de complémentarité, alors qu'elle était jusque là non abordée, sous l'angle de suprématie et de rivalité.

C'est dans ce contexte, que maints travaux se sont employés à repositionner la question de l'efficience financière, par référence aux spécificités du système financier et aux impératifs du réel. Dans les pays en développement, de tels systèmes se particularisent par l'hégémonie de la banque. Aussi, les recherches portant sur ladite efficience se ramènent en dernière analyse et à notre sens, à celles s'assignant pour objectif, l'identification des déterminants de l'efficience bancaire.

Une telle efficience signifie en fait l'optimisation du concours bancaire à l'économie. Par optimisation, on entend ici la maximisation du financement et de la rentabilité bancaire sous contrainte de minimisation de risque. Or comme l'intermédiation s'érige, dans ces économies, en principale modalité de financement, il s'en suit que cette efficience demeure conditionnée par la structure du marché des crédits, de son fonctionnement et de son organisation.

La mondialisation et ses corollaires, dérégulation et déréglementation ont intensifié la concurrence et les banques n'ont pu échapper à cette nouvelle contrainte. Aussi, nous attendons-nous à ce qu'une refonte soit introduite sur la structure dudit marché et à ce qu'il revête une nouvelle forme d'organisation. Une telle restructuration est ainsi assimilée, théoriquement, à un vecteur de meilleure efficience de la banque car, elle autorise, dans cette optique, une allocation optimale des ressources.

Ce travail s'inscrit dans cette perspective de recherche, sur la médiation entre la structure du marché des crédits et l'efficience des firmes bancaires. Il s'emploie ainsi à caractériser d'abord la forme de ce marché et à esquisser ensuite l'étendue des effets induits par la restructuration sur ladite efficience. C'est ainsi que nous tenterons d'étudier la nature de l'articulation entre la structure du marché de crédits et l'efficience de la banque commerciale tunisienne.

Les études ayant traité de la même question ont souvent privilégié la démarche empirique, où les méthodes, paramétriques (DEA, FDH) et non paramétriques, (SFA, DFA et TFH), ont tenu lieu de principaux cadres explicatifs de l'efficience. Dans ce travail, nous avons opté pour la méthode SFA, vu les insuffisances relatives des autres modèles.

La portée non, par ailleurs, spécifique et non propre à cette démarche est susceptible, par une combinaison adéquate de l'analytique et l'empirique, d'alerter les institutions financières des nouveaux paradigmes et de nouvelles pratiques, à même de hisser au plus haut rang le niveau de l'efficience et de la productivité. Cette orientation méthodologique nous a recommandée de repositionner les structures, stratégies et performances de la banque tunisienne, à la lumière des nouveaux impératifs de perfectionnement de son efficience et de nouvelles contraintes issues d'un environnement mutationnel.

Le plan qui guidera ce travail s'inspire de l'ensemble de ces considérations et entreprises, il tentera de traiter la problématique supra-énoncée, en suivant une démarche triséquentielle. Aussi, un premier chapitre, s'emploie-t-il à délimiter les traits généraux des marchés de crédits et notamment à identifier les traits spécifiques du système bancaire tunisien. Le deuxième chapitre, quant à lui se veut une présentation des diverses approches de mesures de l'efficience bancaire par la détermination de la frontière d'efficience. Alors que le dernier chapitre, est une esquisse de validation factuelle, où on tentera de confronter les principaux enseignements tirés des deux premiers chapitres, à l'épreuve de la banque tunisienne. Il sera ainsi question de mesurer l'efficience du système bancaire tunisien et d'étudier son évolution par référence à ses déterminants fondamentaux.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !