WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Structure et efficience bancaire: problématique théorique et validation empirique sur les banques tunisiennes

( Télécharger le fichier original )
par Lamia Daly
FSJEG Jendouba - Mastère 2006
  

précédent sommaire suivant

Conclusion

Les développements théoriques et économétriques exposés précédemment permettent de comparer la compétitivité des banques commerciales tunisiennes à partir du concept d'efficience. En effet, cette dernière a fait l'objet d'une analyse détaillée en vue de déterminer ses niveaux actuels par banque et d'examiner son évolution au cours du temps.

Les facteurs explicatifs de cette efficience ont été mis en exergue et nous retiendrons néanmoins que le choix de l'output bancaire semble avoir joué un rôle particulier dans l'importance du degré d'efficacité des banques. Ainsi, les activités «collecte des dépôts» et de prêt sont corrélées positivement à l'efficience des banques de dépôts.

Quant à l'évolution des scores d'efficience, les résultats obtenus sur des données en panel suggèrent que les banques de notre échantillon, qu'elles soient de petite, moyenne ou grande taille, affichent des degrés d'(in)efficience dont l'étendue varie en fonction d'un certain nombre de déterminants, surtout ceux ayant un impact négatif.

L'observation de la dispersion du degré d'efficience par banque est riche d'enseignements sur la compétitivité des établissements bancaires en matière de coûts.

En conclusion, grâce aux résultats empiriques, les scores d'efficience présentent un déclin durant la période de l'étude ce qui implique que les réformes bancaires initiées en 1987 n'ont pas une effet remarquable sur l'efficience des banques commerciales tunisiennes .

Conclusion générale

En ce référant à ce travail de recherche , il ressort que le secteur bancaire a connu des transformations importantes qui peuvent être expliquées par une série de facteurs dont les plus important sont le décloisonnement entre les différentes activités bancaires et financières, l'internationalisation des marchés ayant pour objectif de favoriser une forte mobilité des capitaux à l'échelle internationale et les innovations financières et les progrès technologiques qui révolutionne le traitement et la diffusion de l'information. L'ensembles de ces facteurs visent la mise en place d'un cadre réglementaire plus souple et mieux adapté afin de renforcer la concurrence dans le secteur bancaire.

Au fait, on peut dire que vu les évolutions qu'a connu le secteur bancaire ces dernières années et les changements qui en résulterait la concurrence devient un domaine privilégié de l'analyse quantitative.

Dans ce cadre, l'objectif de ce travail recherche était la mise en place du comportement stratégique des banques et l'évolution de l'efficience tout en spécifiant la structure du marché bancaire tunisien.

Dans ce cadre, nous avons mené une recherche sur la structure de la concurrence dans le secteur bancaire tunisien en utilisant un modèle de PANZAR et ROSSE (1987) et nous avons aboutit à des résultats révélant une concurrence monopolistique sur la période d'étude 1990-2004.

Ce résultat reflète un manque d'intégration du secteur malgré les efforts déployés et il affirme que la forme de la concurrence bancaire reste tributaire du degré de réglementation et de la politique monétaire décidée par les autorités.

En effet, l'action réglementaire des pouvoirs publics intervient largement dans la détermination des formes de la concurrence entre les firmes bancaires, ce qui signifie que la structure du marché bancaire dans l'espace économique tunisien est largement dépendant du code réglementaire.

De ce fait, nous suggérons le renforcement de l'action de la libéralisation et d'assainissement du secteur bancaire et l'élimination continuelle des entraves à un libre jeu concurrentiel.

Ce pendant les autorités monétaires doivent veiller à ce que la nouvelle organisation des marchés bancaires préserve la viabilité concurrentielle et la solvabilité des banques.

Au cours de ce travail, suite aux changements qui ont affecté le secteur bancaire tunisien à partir des années quatre vingt dix, et dans le but de savoir dans quelle mesure l'approche théorique et empirique sur l `efficience est validée nous avons déterminé les degrés de l'efficience -X dans le secteur bancaire tunisien.

L'estimation de la frontière stochastique de coût Cobb Douglass sur neuf banque commerciales tunisiennes pour la période 1980-2004. Nous avons aboutit que les scores d'efficience- x marque une tendance à la baisse.

En effet, les développements théorique et empiriques permettent de comparer la compétitivité des banques commerciales tunisiennes) travers le concept de l'efficience -X. Cette efficience a fait l'objet d'une analyse détaillée en vue de déterminer les niveaux actuels par banque et d'examiner son évolution dans le temps.

Enfin, on tient à signaler que pour être capable d'exécuter une analyse économétrique fiable sur la concurrence bancaire et le degré de son efficience, la première exigences est d'avoir un échantillon suffisamment grand de banques saines pour lesquelles les données financières dont on a besoin dans l'application des modèles économétriques sont disponibles.

A ce propos nous souhaitons dans de prochaines travaux de recherches élargir la base de données pour englober l'ensemble des banques tunisiennes à savoir les banques de dépôts, les banques de développement, les banques d'affaires et les banques off shore.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !