WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Elites urbaines et politique locale au Cameroun. Le cas de Bayangam

( Télécharger le fichier original )
par Paul NUEMBISSI KOM
Université Yaoundé II SOA - Master en sciences politiques 2007
  

sommaire suivant

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

THE UNIVERSITY OF YAOUNDE II

FACULTE DES SCIENCES FACULTY OF LAW AND

JURIDIQUES ET POLITIQUES POLITICAL SCIENCE

DÉPARTEMENT DE SCIENCE POLITIQUE

DEPARTMENT OF POLITICAL SCIENCE

ELITES URBAINES ET POLITIQUE LOCALE AU CAMEROUN : LE CAS DE BAYANGAM

Mémoire présenté et soutenu publiquement pour l'obtention du Diplôme d'Etudes Approfondies (DEA) /Master en Science Politique

Par :

Paul NUEMBISSI KOM

Etudiant en DEA/Master de Science Politique

Sous la direction de 

M. le Professeur Ibrahim MOUICHE

jury :

Président  : Pr. ALETUM TABUWE Michael

Rapporteur : Pr. Ibrahim MOUICHE

Membre  : Dr. Mathias Eric OWONA NGUINI

Année académique : 2006-2007

SOMMAIRE

Dédicace...........................................................................................5

Remerciements............................................................................................6

Liste des sigles et abréviations..................................................................7

Liste des tableaux et cartes.....................................................................8

INTRODUCTION GENERALE................................................... .......10

Section 1 : La définition des concepts.......................................................12

Section 2 : La problématique de l'étude.....................................................14

Section 3 : La revue de la littérature..........................................................17

Section 4 : La détermination du champ de l'étude.........................................21

Section 5 : La méthodologie...................................................................23 Paragraphe 1- Les techniques d'enquête : l'option pour l'analyse documentaire et l'entretien............................................................23

Paragraphe 2- Les méthodes d'analyse : l'option pour l'interaction politique et l'ethnométhodologie.................................................................24

Section 6 : Le bloc des hypothèses..........................................................26

CHAPITRE 1 : PARTICIPATION POLITIQUE LOCALE ET IDENTIFICATION SOCIOPOLITIQUE DES ELITES URBAINES BAYANGAM .............................................28

Introduction.....................................................................................29

Section 1 : Les trajectoires socioprofessionnelles plurielles des élites urbaines bayangam.........................................................................31

Paragraphe 1 : Puepi Bernard : de la haute administration à la politique..............31

Paragraphe 2 : Ngayap Pierre Flambeau : homme d'affaires et intellectuel engagé dans la politique..................................................................33

Paragraphe 3 : Tchuinte Madeleine : femme d'affaires et femme politique professionnelle.................................................................. 34

Section 2 : De la forte représentativité des élites urbaines dans les institutions politiques locales bayangam...................................................35

Paragraphe 1 : De l'emprise contrastée des partis politiques par les élites urbaines bayangam.........................................................................................35

1- Le RDPC et la domination généralisée des élites urbaines...............37

2- Les partis politiques de l'opposition, parents pauvres des élites urbaines à Bayangam.......................................................38

Paragraphe 2 : Les instances communales bayangam et la participation dominatrice des élites urbaines............................................................39

Conclusion ......................................................................................42

CHAPITRE 2 : LES DETERMINANTS DE LA VIE POLITIQUE BAYANGAM .............................................................44

Introduction....................................... ..........................................45

Section 1 : Les facteurs socio-politiques bayangam.......................................46

Paragraphe 1 : La redistribution, comme gage d'influence politique au village ?............................................................................................................. .......46

Paragraphe 2 : Les investissements sociaux des partis politiques au village.............................................................................49

Section 2 : Le traumatisme des années de luttes d'indépendance........................50 Paragraphe 1 : Des luttes d'indépendance des années 1950-1960 à Bayangam.......50 Paragraphe 2 : Des effets du traumatisme historique à Bayangam.......................52

Conclusion ......................................................................................53

CHAPITRE 3 : DE LA DOMINATION « BIGMANIAQUE » DE SOHAING André......................................................................54

Introduction.....................................................................................55Section 1 : SOHAING André : du capital économique au crédit politique.............56

Paragraphe 1 : Sohaing André, un grand entrepreneur de la diaspora commerçante bamiléké.....................................................................56

Paragraphe 2 : Sohaing André comme entrepreneur politique...........................58

Section 2 : Le fondement du bigmanisme de Sohaing à Bayangam.....................61

Paragraphe 1 : Du mythe et des « rumeurs invérifiables » sur la personnalité de Sohaing André.................................................................62

Paragraphe 2 : Des investissements sociaux au village.................................. 63

Conclusion .......................................................................................64

CHAPITRE 4 : LES LIMITES AU LEADERSHIP POLITIQUE LOCAL DES ELITES URBAINES BAYANGAM..............................................................66

Introduction.....................................................................................67

Section 1 : De la contestation et de la résistance des élites du « terroir »......................................................................... .. 68

Paragraphe 1 : De l'identification sociopolitique du chef supérieur Bayangam..........................................................................68

Paragraphe 2 : Des luttes hégémoniques entre le chef Pouokam Kom, ses notables et Sohaing André..............................................................69

Section 2 : Des rivalités et luttes hégémoniques entre élites urbaines...................71

Paragraphe 1 : Des luttes hégémoniques entre élites urbaines RDPC...................71

Paragraphe 2 : Des concurrences politiques entre élites SDF et RDPC................74

Section 3 : De la reconfiguration du système politique local Bayangam................78

Paragraphe 1 : Du retrait des autorités traditionnelles des compétitions politiques locales............................................................................................78

Paragraphe 2 : Du dépassement des conflits et des rivalités : le comité de développement « pa'a yogam » comme lieu de coopération..............................80

Conclusion ......................................................................................81

CONCLUSION GENERALE...............................................................82

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES................................................85

ANNEXES......................................................................................92

DEDICACE

A ma mère, Tounmo Bernadette

A mes très chères grandes soeurs, Mmes Ngansop née Kam Kom Florence et Djoum Kom Régine

A Monsieur Ngansop Jean - Pierre

REMERCIEMENTS

A notre Directeur, M. le Professeur Ibrahim Mouiche qui a guidé nos premiers pas dans la recherche et, par ses conseils avisés, les nombreux ouvrages mis à notre disposition et ses encouragements, a facilité notre travail.

A tous nos informateurs, élites urbaines et paysans Bayangam, des plus modestes aux plus influents, qui se sont prêtés de bonne grâce à nos questions en dépit de leurs multiples occupations, notamment, M. le maire André Sohaing, le professeur Maurice Tchuente, M. Bernard Peupi, Le docteur Jean Claude Kanmogne, le député Barthélemy Kom Tchuente, le docteur Pierre Flambeau Ngayap et Janvier Tiemnou.

A MM. André Kayo Sikombe, Célestin Tchejip Kaptchouang et Paulin Serges Akono Evang pour leur aide multiforme.

A nos professeurs du département de science politique pour les enseignements reçus.

A mes grands frères Tayou Léopold et Kom Valentin.

A nos camarades de promotion Estelle Etoh Ekwoneng, Gaétan Omgba, Albert Ondoa et Paul Elvic Batchom.

A nos amis Yolande Wendja et Fred Medou Ngoa.

A Marie Danièle Njiwo Chimi et Kom Camille pour la mise en forme de ce travail

A tous ceux qui, d'une quelconque façon ont contribué à la réalisation de ce modeste travail.

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

ANLK : Armée Nationale de Libération du Kamerun

ARTGAM : Association des Réformes du Traditionaliste Yogam

CAPLAMI : Coopérative Agricole des Planteurs de la Mifi

CEAN : Centre d'Etudes d'Afrique Noire

CES : Collège d'Enseignement Secondaire

CL : Convention Libérale

GIC : Groupe d'Initiative Commune

LGDJ : Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence

MAGZY : Mission d'Aménagement et de Gestion des Zones Industrielles

MINATD : Ministère de l`Administration Territoriale et de la Décentralisation

MINESRI : Ministère de la Recherche Scientifique et de l'Innovation

NEC : National Executive Comitee

NPC/BUSH : Nationalisme des Pacifistes du Cameroun pour le Bien être et l'Unité réelle contre les Souffrances des Humains

PCA : Président du Conseil d'Administration

PSD : Parti Démocrate Camerounais

PUF : Presses Universitaires de France

PFNSP : Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques

RCSP : Revue Camerounaise de Science Politique

RDPC : Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais

RFSP : Revue Française de Science Politique

SDF  : Social Democratic Front

SOPECAM : Société de Presses et d'Edition du Cameroun

UCAC : Université Catholique d'Afrique Centrale

UC : Union Camerounaise

UDC : Union Démocratique du Cameroun

UFDC : Union des Forces Démocratiques du Cameroun

UNC : Union Nationale Camerounaise

UNDP : Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès

UPC : Union des Populations du Cameroun

LISTE DES TABLEAUX ET CARTES

TABLEAUX

Tableau 1 : Principales élites urbaines influentes à Bayangam..........................30

Tableau 2 : Poids des partis politiques à Bayangam au regard des législatives du 30 juin 2002.........................................................................36

Tableau 3 : Elites urbaines têtes de listes aux municipales à Bayangam...............37

Tableau 4 : Résultats des municipales de 1996 à Bayangam...........................40

Tableau 5 : Progression de la domination des élites urbaines dans l'arène politique de Bayangam.......................................................................41

Tableau 6 : Statistiques des électeurs par tranche d'âge dans l'arrondissement de Bayangam (2004)..............................................................52

Tableau 7 : Statistiques des électeurs par sexe (2004)....................................53

Tableau 8 : Matrice des ressources politiques de Sohaing André...................60

Tableau 9 : Résultats des élections municipales du 30 juin 2002 annulées par la cour suprême...........................................................................76

Tableau 10 : Résultats des municipales partielles du 13 juin 2004 à Bayangam.....78

CARTES

Carte 1 : Localisation de Bayangam........................................................ 9

Carte 2 : Les principaux quartiers de Bayangam...........................................22

Carte 1 : Localisation de Bayangam

INTRODUCTION GÉNÉRALE

En 2004, après un procès de deux ans consécutif aux municipales pluralistes de 2002, la Cour Suprême du Cameroun rendait des arrêts annulant le scrutin dans cinq mairies1(*) du Cameroun. Quatre d'entre elles sont des communes rurales. Cette tendance témoigne, sans doute, de ce que les villages camerounais, à la faveur de la libéralisation des années 1990, sont loin d'être un lieu de consensus (Olivier de Sardan, 1995). En effet, les mutations politiques n'ont pas affecté uniquement les centres urbains, trop souvent pris comme seul lieu de mesure de l'effectivité de la démocratisation. «Tout porte à penser, relève Antoine Tine, que la démocratie ne concerne véritablement que les citadins privilégiés - professionnels de la politique, leaders et élus (parlementaires, municipaux)- et qu'elle est déconnectée de la société, instaurant ainsi un divorce profond entre les partis politiques et ceux qu'ils sont censés représenter » (Tine, 2003 : 7). Or, comme le souligne à juste titre Kengne Fodouop (2003 : 173), le Cameroun est un pays essentiellement rural. Et, la démocratisation a transformé ces zones en véritables arènes où s'affrontent une multiplicité d'acteurs pour la conquête ou la conservation des positions de pouvoirs.

L'ambition de cette étude, intitulée « Elites urbaines et politique locale au Cameroun : le cas de Bayangam », est de saisir, à partir de l'étude de cas d'un village, l'impact du multipartisme et de la démocratisation dans les arènes politiques locales rurales. Jean Blondel précise à cet effet que l'étude de cas « est une stratégie de recherche empirique qui permet d'étudier des phénomènes contemporains dans la réalité où les frontières entre le phénomène et son contexte ne sont pas toujours évidentes et où il faut habituellement utiliser des ressources multiples d'information et d'évidence »2(*).

En l'espèce, il s'agit de saisir un phénomène politique consécutif à la libéralisation politique intervenue au Cameroun en 1990 : les élites urbaines investissent les arènes politiques rurales où elles sont en concurrence avec les élites locales pour la conquête des positions de pouvoir. Le local, mieux, les villages sont les lieux d'apprentissage du pouvoir et de politisation à travers la construction des marchés politiques périphériques. Ce processus se fait à travers le jeu des élites qui confère aux arènes politiques rurales une « épaisseur symbolique » forte (Sindjoun, 2002 : 16) et, ce faisant, valide la périphérie en tant que site pertinent d'observation de la vie politique au Cameroun. Le niveau « micro » permet de mieux saisir le passage d'un « référentiel monopolistique » à un référentiel pluraliste du gouvernement local, notamment parce que les enjeux politiques y perdent en autonomie ce qu'ils gagnent en réalité pour les acteurs sociaux (Engueleguele, 2005 : 135 ; Mayer et Perrineau, 1992 : 93). L'ambition est donc de s'inscrire dans une « approche anthropologique du processus de démocratisation au Cameroun » (Mouiche, 2005 : 207).

Toutefois, tout discours scientifique pour être pris au sérieux, doit porter sur un objet clairement défini et analysé par le moyen d'un appareillage méthodologique et théorique explicite. Dans cet ordre d'idées, cette introduction a pour ambition de se plier à cette exigence préalable. C'est ainsi que la construction de notre objet de recherche passera par la définition des concepts (I) et la formulation d'une problématique spécifique (II). En outre, Alfred Grosser soutient à juste titre que la connaissance scientifique doit être cumulative (1972 : 21). Autrement dit, tout travail scientifique, sans être une simple juxtaposition, doit se rattacher à des travaux antérieurs ; ce sera l'objet de la revue de la littérature (III) qui nous permettra de nous situer par rapport aux travaux antérieurs et se faisant montrer la spécificité de notre analyse. Après une délimitation précise du champ d'étude sur le triple plan historique, sociologique et administratif (IV), nous procéderons aux clarifications d'ordre méthodologiques (V). Cette introduction s'achèvera par la formulation des hypothèses (VI) qui irrigueront tous nos développements.

SECTION I : LA DÉFINITION DES CONCEPTS

L'objet social soumis à l'étude ne devient objet scientifique que par une coupure épistémologique, c'est-à-dire la séparation de l'univers de la conscience immédiate de celui de la réflexion scientifique (Grosser, 1972 : 46). On a recours pour ce faire aux concepts, dont trois méritent ici d'être clairement définis, à savoir élite, élites urbaines et politique locale.

En effet, en sciences sociales il est peu de concepts univoques ayant une signification précise à la fois claire et acceptée par tous. Le concept d'élite3(*)est d'emploi courant dans la littérature sociologique, mais il n'est pas assuré que les auteurs qui l'utilisent s'accordent sur une définition unique, d'où la nécessité de préciser la signification qui lui sera attribuée ici et par rapport à quelles préoccupations essentielles elle le sera.

La notion d'élite a été initialement conceptualisée par Vilfredo Pareto. Pour cet auteur; « la notion principale du terme d'élite est celle de supériorité...En un sens large, dit-il, j'entends par élite d'une société les gens qui ont un degré remarquable des qualités d'intelligence, de caractère, d'adresse, de capacité de tout genre »4(*). Selon Raymond Aron, l'élite renvoie à l'« ensemble de ceux qui, dans les diverses activités, se sont élevés en haut de la hiérarchie et occupent des positions privilégiées que consacre l'importance soit des revenus soit du prestige » (1971 : 132-133). Dans le même ordre d'idées, William Genieys considère que l'élite désigne « une minorité qui dispose à un moment donné dans une société déterminée d'un prestige découlant de qualité naturelle valorisée socialement ou de qualités acquises. » (Genieys 2006 : 121). Dans le cadre de cette étude, la synthèse opérée par Guy Rocher parait opératoire. En effet, selon cet auteur, l'élite renvoie aux personnes ou groupes de personnes qui par suite du pouvoir qu'ils détiennent ou de l'influence qu'ils exercent contribuent à l'action historique d'une collectivité, soit par des décisions qu'ils prennent, par les idées, les sentiments ou les émotions qu'ils symbolisent (Rocher, 1992 : 495). Autrement dit, seront considérées comme élites les personnes détenant soit du pouvoir soit de l'influence et qui participent effectivement à l'activité politique à Bayangam.

Le concept d'élites urbaines quant à lui, permet de discriminer entre les élites du terroir et les élites extérieures. La notion d'urbain n'oppose pas nettement un monde qui serait urbain à un monde qui ne le serait pas. Comme le relève Clavel Maïte (2002 : 34), « les ruraux sont le plus souvent des citadins qui vivent hors du périmètre des villes ». En dépit de cet apparent brouillage, le terme urbain demeure opératoire parce qu'il permettra dans cette étude de distinguer ceux qui vivent de manière permanente en ville de ceux qui résident en zone rurale (Fopoussi, 1991 : 72). Ainsi, les élites urbaines s'entendent, dans la perspective de Ibrahim Mouiche, des composantes politiques, économiques et intellectuelles qui, en fonction des ressources et investissements qu'elles multiplient en direction de leur région d'origine y exercent une influence politique et y établissent des liens de clientage auprès des populations (Mouiche, 2005 : 49 ; Tchejip Kaptchouang 2007 : 265). Il s'agit, de manière restrictive dans le cadre de cette étude, d'élites issues des filières économiques, administratives et intellectuelles, et qui sont politiquement engagées.

La politique locale renvoie ici à l'arène politique rurale de Bayangam. Autrement dit, le local tel qu'il est appréhendé dans notre étude est synonyme de champ politique périphérique entendu comme un espace de compétition politique dont l'enjeu constitutif est la conquête de positions de pouvoir dans diverses institutions périphériques (Gaxie, 1996 :16). Bayangam est considéré dans la perspective de Luc Sindjoun comme ayant ses propres enjeux, ses trophées, ses règles de jeux, sa propre temporalité (2002 : 126).

Une fois ces précisions conceptuelles faites, il convient de préciser la problématique, étant entendu que celle-ci constitue l'élément majeur de spécification d'une étude.

* 1 Il s'agissait de la commune urbaine de Nkongsamba et des communes rurales de Dschang, de Matomb, d'Eséka, d'Edéa et de Bayangam.

* 2 Jean Blondel, cité par Mouiche (2004 : 405)

* 3Pour une présentation détaillée des différents sens de ce concept dans la littérature anglo-saxonne, cf. Genieys (2006 : 128).

* 4 Vilfredo Pareto, cité par Schwartzenberg (1998 :185)

sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy