WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'économie du secteur culturel exemple du cinéma français

( Télécharger le fichier original )
par Elie LABORIEUX
UAG - Master1 2010
  

précédent sommaire suivant

2-1 Industries culturelles et pays ACP

A l'inverse des industries traditionnelles telles que la sidérurgie ou l'aéronautique, les « industries culturelles » sont très facilement accessibles aux pays non-industrialisés. Ces derniers peuvent rapidement capter une partie de la masse financière que ces industries génèrent par la richesse, la diversité culturelle qui prévaut encore dans les sociétés dites non industrialisées.

Les pays ACP peuvent donc contribuer de manière appréciable à l'expansion de ce secteur dans leurs pays respectifs. Ils peuvent jouer un rôle au niveau mondial quant à l'expansion des « industries culturelles » tout en contribuant au développement durable de leurs pays. Les domaines de l'industrie culturelle sont beaucoup plus accessibles aussi car ils requièrent, plus que de l'investissement, la capacité de fédérer des ressources culturelles, ce qui est largement à la portée des pays non-industrialisés.

Toute communauté produit des activités dites artisanales et artistiques exploitables tant au niveau national qu'international. Dans tout les pays de la zone ACP, il existe des ballets nationaux, des troupes de théâtre, des artistes, groupes de musiques traditionnelles ou modernes qui, bien que faisant appel à une industrie le plus souvent rudimentaire, sont générateurs de ressources et de création d'emplois.

Bien que l'on manque de chiffres dans ce domaine, des progrès ont été réalisés quant à l'organisation et la diffusion des « industries culturelles ».

Les projets financés touchent des secteurs comme celui du cinéma (diffusion de films, publicité) ou celui du patrimoine (restauration de monuments etc.).

Ces exemples prouvent que les choses bougent et les conséquences en aval sur le développement des « industries culturelles » dans le monde sont une réalité de plus en plus tangible.

De plus, bien qu'insatisfaisantes, des mesures ont été mises en place au niveau mondial pour protéger les pays les plus faibles des inconvénients du libre-échange dans le domaine des « industries culturelles ». Au nombre de celles-ci on trouve l'accord sur les

ADPIC (Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce).

Cet accord oblige les membres de l'OMC, l'Organisation mondiale du commerce, à garantir une durée minimale de protection aux brevets, marques déposées, droits d'auteurs etc.

Les lacunes demeurent pourtant énormes. Il est indispensable, pour les pays ACP, de mettre en place des stratégies nationales, régionales et sous régionales de développement des « industries culturelles » assurant la fabrication et diffusion des produits culturels tout en protégeant ces dernières et les valeurs culturelles qu'elles véhiculent.

Car la promotion de la créativité permettra de maximiser les compétences et ressources humaines existantes dans ces régions en engendrant compréhension et paix, deux conditions indispensables au développement

Les médias numériques sont depuis peu considérés comme des supports de publicité crédibles à long terme. Leur audience ne cesse d'augmenter, et ce phénomène tend à s'inscrire durablement dans le temps.

précédent sommaire suivant