WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du sud Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Diderot Serge NGUEPJOUO M.
Université de Ngaoundéré - DEA 2005
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

RESUME

Les marges côtières de la province du sud Cameroun s'étendent de la ligne côtière à près de 50 km à l'intérieur du continent (d'ouest en est) et du nord de la ville de Kribi au sud de l'île de Dipikar. Elles sont pourvues d'abondantes ressources touristiques qui sont surtout valorisées et polarisées à Kribi dans leur formule classique mais ne le sont presque pas sous cette forme dans le reste de la région. Les communautés locales développent des initiatives écotouristiques encore au stade primaire.

L'objectif de l'étude est d'analyser le processus d'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun par le moyen des observations, enquêtes et entretiens. Les premières données récoltées permettent déjà d'affirmer que le potentiel touristique (naturel, culturel et historique) est important et que le cadre des activités est à certains égards favorable (climat, sécurité...). Cependant, le tourisme se déploie selon un mode d'insertion socio-spatiale rapide et non encore maîtrisé dans un environnement où de nombreux risques sont susceptibles de compromettre le devenir touristique et social de cette région du Cameroun.

La suite de nos travaux permettra d'étendre nos analyses au reste de la région et savoir les conditions, le modèle de développement qui assure la maîtrise de cette intégration et participe à l'épanouissement des communautés locales, clé du développement du tourisme dans la région.

Mots clés : Insertion, tourisme durable, développement du tourisme, conséquences socioenvironnementales, communautés locales.

ABSTRACT

Coastal margins of South Province Cameroon is contained in a polygon surface which start from the coast to about 50km inland (from west to east) and from northern part of Kribi town to southern limits of Dipikar island. They are rich of touristic resources which are valorized and polarised mainly around Kribi in a classical way. But it is not nearly under this shape in the rest of the region. The local communities develop some ecotouristic initiatives again to the primary stage.

The purpose of the study is to analyze the process of insertion of the tourism and the problems of its development in the inshore margins of the South Province of Cameroon by using methods and technics such as observations, surveys and interviews. First results of investigations on field revealed that the tourist potential (natural, cultural and historic) is important and that the setting of the activities is to some favorable considerations (climate, security...). However, the tourism develops according to one fashion of fast socio-spatial insertion and no mastered again in an environment where many risks are susceptible to compromise the tourist and social future of this region of Cameroon.

The continuation of this study will allow us to spread our analyses to the rest of the region and to know the conditions, the model of development that assures the mastery of this insertion and participate to the blossoming of the local communities, key of the development of the tourism in the region.

Key words : Insertion, sustainable tourism, development of tourism, socioenvironmental consequences, local communities.

TABLE DES MATIERES

RESUME 1

ABSTRACT 1

TABLE DES MATIERES 2

LISTE DES TABLEAUX 3

LISTE DES FIGURES 4

LISTE DES PHOTOGRAPHIES 5

LISTE DES ABREVIATIONS 5

REMERCIEMENTS 6

INTRODUCTION GENERALE 7

1. PROBLEMATIQUE 9

2. QUESTION DE RECHERCHE 13

2.1. Question principale 13

2.2. Questions spécifiques 13

3. BACKGROUND SCIENTIFIQUE 13

4. CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE 16

5. OBJECTIF DE TRAVAIL 19

5.1. Objectif principal 19

5.2. Objectifs spécifiques 19

6. HYPOTHESE DE TRAVAIL 20

6.1. Hypothèse centrale 20

6.2. Hypothèses secondaires 20

6.3. Cadre opératoire 20

7. METHODOLOGIE 23

7.1. Choix des stratégies générales de vérification 23

7.2. Choix des techniques de collecte des données. 24

7.3. Choix des techniques d'analyse des données. 26

7.4. Le test d'hypothèse 28

8. PLAN PROVISOIRE DE LA THESE 28

9. CHRONOGRAMME PREVISIONNEL DU TRAVAIL DE THESE 29
CHAPITRE I : ANALYSE DES PROCESSUS D'INSERTION DU TOURISME DANS LES MARGES COTIERES DU SUD. 31

1. LE MILIEU DES MARGES COTIERES : UN CADRE A LA GEOGRAPHIE

FAVORABLE AU TOURISME 31

1.1. Le milieu physique : atouts et contraintes au décollage touristique 32

1.1.1. Un relief de plaine dominé par un bas plateau 32

1.1.2. Un climat doux mais pluvieux 33

1.1.3. Une végétation dense, variée et séduisante 36

1.1.4. Un réseau hydrographique dense mais non valorisé 37

1.1.5. Des sols propices à l'agriculture 38

1.2. Le cadre humain : forces et faiblesses d'un tourisme de culture 38

1.2.1. Le peuplement et les modes de vie 38

1.2.2. Les cultures des peuples de l'Océan 40

1.2.3. Les révélations de l'archéologie dans le contexte de retour aux sources 41

1.3. Le potentiel écotouristique 42

1.3.1. Offre naturelle 42

1.3.2. Offre socio-culturelle 45

1.3.3. Offre aménagée 46

1.4. La demande des touristes de Kribi et du reste du département de l'Océan 47

1.4.1. Le portrait socio-économique des visiteurs de Kribi 47

1.4.2. Les motivations des visiteurs de Kribi et alentours 48

2. L'EVOLUTION DE L'INSERTION DU TOURISME DANS LES MARGES

COTIERES DU SUD CAMEROUN 49

2.1. Une évolution en ligne brisée dans l'espace touristique 50

2.1.1. L'Etat providence pendant les années de croissance 50

2.1.2. Le désengagement de l'Etat et le flottement du secteur touristique 53

2.1.3. La relative prise en main par la Communauté Urbaine de Kribi (CUK) et les

autres partenaires. 53

2.2. L'analyse de la croissance du phénomène touristique 54

2.2.1. Les difficultés de planification 54

2.2.2. La ruée imparable vers le foncier en front de mer 55

2.2.3. La modicité des moyens 56

3. LE TOURISME ET LE TERRITOIRE TOURISTIQUE DE KRIBI 57

3.1. L'entrée et l'extension du fait touristique 57

3.1.1. Ebodjé, un village écotouristique de prestige 61

3.1.2. Nko'élon, une initiative naissante mais prometteuse 63

3.2. Les mutations-socioenvironnementales provoquées par le tourisme 63

3.2.1. Les effets négatifs et concurrence 64

3.2.2. Les effets bénéfiques 67

3.2.3. Les risques 68

CONCLUSION GENERALE 73

BIBLIOGRAPHIE 75

ANNEXES 81

QUESTIONNAIRE D'ENQUETE AUPRES DES TOURISTES 82

Presse 83

GUIDE D'ENTRETIEN 85

1. Identification 85

2. Connaissances sur le tourisme 85

3. Actions concrètes 85

a. Naturelles 85

b. Culturelles 85

c. Interpersonnelles 86

d. Infrastructures/ Entretien/ Promotion/ Aménagement 86

4. Difficultés éventuelles 86

5. Attentes et projets 86

CRITERES DU GTZ ET MINTOUR AYANT SERVI A L'INVENTAIRE DE 120 SITES

TOURISTIQUES AU CAMEROUN EN 2001 87

STATISTIQUES DES ARRIVEES HOTELIERES DE 1972-1978 88

LISTE DES ETABLISSEMENTS D'HEBERGEMENT DE L'OCEAN 89

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Techniques de collecte de données 24

Tableau 2: Paramètres du très beau temps touristique confortable

.34

Tableau 3: Paramètres disponibles du temps touristique confortable de Kribi

..36

Tableau 4: Quelques éléments culturels du département de l'Océan

...40

Tableau 5 : Statistiques de 2 années touristiques 1974 et 1975

. 51

Tableau 6 : Part des arrivées de Kribi sur les arrivées nationales (1972-1978)

..51

Tableau 7: Offre touristique du village écotouristique Ebodjé

.62

Tableau 8 : Les effets positifs du tourisme sur le milieu et les hommes dans les marges

côtières de la province du Sud ..67

Tableau 9 : Risques et tourisme dans les marges côtières de la Province du Sud ..68

LISTE DES FIGURES

Figure 1: Localisation du département de l'Océan ...9

Figure 2: Modèle d'analyse du tourisme durable 18

Figure 3: Modèle d'analyse de la participation de la population locale et le

développement du tourisme 27

Figure 4: Histogrammes pluviométriques pour chacune de ces nuances .34

Figure 5 : Tourisme et saisonnalité à Kribi (Données 2004) ..35

Figure 6: Carte de l'espace touristique des marges côtières de la province du Sud

Cameroun 43

Figure 7 : Répartition par nationalité des arrivées internationales à Kribi 47

Figure 8 : Répartition des motivations des visiteurs de Kribi et le reste de l'Océan 48

Figure 9 : Arrivées des visiteurs à Kribi (1972-1983 et 1999-2004) 52

Figure 10 : Distribution des établissements d'hébergement dans les marges côtières du Sud Cameroun 58 Figure 11 : Densité des établissements hôteliers et croissance du phénomène touristique à Kribi 59 Figure 12 : Facteurs de risques pour le tourisme dans les marges côtières du Sud Cameroun 71

LISTE DES PHOTOGRAPHIES

Photo 1: Une végétation dense de la forêt de moyenne altitude ..36

Photo 2: Un campement de pygmées assez évolués 39

Photo 3: Plages à Itondé-Fang ..42

Photo 4: Quelques chutes dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun...44

Photo 5: Quelques vestiges de l'occupation allemande sur l'île de Dipikar .45

Photo 6: Recul du trait de côte sous le fait de l'érosion marine .64

LISTE DES ABREVIATIONS

AFIT : Agence Française de l'Ingénierie Touristique CEN : Comité d'Ecotourisme de Nko'élon

CEPFILD : Cercle de Promotion des Forêts et l'Initiative Locale de Développement CNC : Conseil National de Crédit

CUK : Commune Urbaine de Kribi

DDTO : Délégation Départementale du Tourisme de l'Océan DDO : Délégation Départementale pour l'Océan

DPTS : Délégation Provinciale du Tourisme du Sud ECOFAC : Ecosystèmes Forestiers d'Afrique Centrale FEICOM : Fonds spécial d'Intervention Intercommunal GIC : Groupes d'Initiatives Communes

HCR : Hôtels - Cafés - Restaurants

IFEN : Institut Français de l'Environnement Naturel IRD : Institut de Recherche et de Développement

MINDAF: Ministère des Domaines et des Affaires Foncières MINTOUR: Ministère du Tourisme

OMT: Organisation Mondiale du Tourisme

ONED : Organisation pour la Nature et Développement PIB: Produit Intérieur Brut

PME : Petites et Moyennes Entreprises

PNCM : Parc café National de Compo-Ma'an

SAGED : Genre et Gestion Environnementale Durable SNV : Organisation Néerlandaise de développement UTO : Unité Technique Opérationnelle

WWF: World Wild Fund For Nature.

REMERCIEMENTS

Ce travail est le produit de l'action conjointe de nombreuses personnes qui y ont oeuvré de façon acharnée sous la houlette de Dieu.

Sur le plan académique, notre reconnaissance s'adresse en premier au Professeur Jean-Louis DONGMO qui nous a fait l'honneur de nous diriger nonobstant les nombreuses responsabilités qui auraient suffi comme argument de refus. De façon très volontariste, il nous a conseillé, donné des orientations et suggestions pour accomplir ce travail. Aussi le Dr Médard LIEUGOMG - que nous remercions - s'est-il échiné à relire et influencer cette pièce de recherche. Nous n'oublions pas tous les autres enseignants qui y ont également contribué par leurs enseignements, leurs orientations, leurs relectures et suggestions. Il s'agit notamment des Docteurs TCHOTSOUA Michel et GOLTOB de l'Université de N'djamena, des Professeurs SIMEU KAMDEM, Paul TCHAWA, Anne DEHAUTESERRE et Rémy KNAFOU.

D'autres personnes du MINTOUR dont l'ouverture et les informations ont facilité la réalisation de ce travail méritent de trouver ici l'expression de nos remerciements les plus sincères. Nous citons Mesdames BOMBA A. Elise (Directeur de la Promotion Touristique) et BAYECK M. (CT2), Messieurs MEZA M'AKAME Eitel (DPTS), LIENOU Martin (Chargé d'études No2), BELLO Jean (DDO), BOUBA Ariki (DDO/MINDAF) et NTOKO Edmond A. (Chef des service de la statistiques).

Nous avons également bénéficié du soutien, des conseils et encouragements de plusieurs. Nous nommons en l'occurrence notre père Monsieur Etienne MEGAPTCHE, des familles HOUMEGNI, DINANG, MANYIM et HANDJA, nos soeurs Marie-Chantal NGUEPJOUO, Elise NONO et amis Grâce CHIMI, Pegguy L. T. GASSU, KALDAOUSSA Bambadao, Hervé KETCHABA, Berlin SAHA, Patrick TCHIESSE, Eric WANDJI, Dieu Tous TCHOUMY et Jean-Jacques BAYANGONA.

Sur le plan logistique, nous exprimons notre profonde gratitude à Pierre Basile NGOULA, au WWF/Campo-Ma'an et notamment à son Chef de Programme Bertin TCHIKANGWA, de même qu'à ses proches collaborateurs Charles ZILLI et ALO'O Patrice.

Au-delà de tous ces noms, nous reconnaissons en ce travail, l'oeuvre de la munificence de Dieu pour et par qui nous vivons et vivrons toujours.

INTRODUCTION GENERALE

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

1 I

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le tourisme est un secteur sans cesse en croissance vertigineuse. Au milieu du siècle dernier, il ne représentait que 25,3 millions d'arrivées en provenance de l'étranger et pesant 2,12 milliards de dollars US du PIB mondial. En 1960, avec 69,3 millions d'arrivées, il atteint 268,2 millions d'arrivées en 1980. Ces statistiques vont quasiment tripler en 2000 avec 697,4 millions d'arrivées, soit 11% du PIB mondial. Cette industrie passe pour être la plus importante du monde (OMT).

De nombreuses stratégies sont mises en oeuvre par les continents, les regroupements régionaux, les Etats et les collectivités diverses pour capter les flux de ces mouvements de personnes, source de rentrées de devises entre autres. Ce faisant les sociétés et les espaces concernés et en particulier ceux des pays du Tiers-Monde en sont marqués. C'est justement le cas des collectivités du département de l'Océan. Il s'agit précisément de l'espace délimité au Nord par le fleuve Nyong et au Sud par le fleuve Ntem. Sa bordure occidentale est recouverte par l'Océan Atlantique tandis que la forêt dense la limite à l'Est. Autrement dit, il est compris entre le 2ème et le 3ème degrés de latitude Nord d'une part et d'autre part entre le 9ème et le 10ème degrés de longitude Est (Figure 1). L'ensemble de cette zone d'étude couvre une superficie de 331 000ha. Cette situation lui permet de bénéficier des privilèges que lui offrent à la fois la forêt et la mer. D'est en ouest, les populations vivant dans ce milieu prélèvent les ressources de la forêt (Chasse, cueillette, ramassage), pratiquent l'agriculture et la pêche. Cette gamme variée d'activités est le reflet de l'opulence sur le plan des potentialités à teneur touristique de la région sur laquelle nos investigations vont porter. Il est néanmoins à préciser que les textes et les actions portant protection de la forêt perturbent quelque peu les activités habituelles de ces populations d'autant que les parcs nationaux sont des zones mises en défens qui ne sont pas supposées être occupées par les populations humaines (Kiss, 1989). Alors sont encouragés le développement des activités piscicoles et surtout touristiques par les autorités communales1, appuyés sur le terrain par les ONG.

Suite à nos séjours sur le terrain, nous avons privilégié l'étude des causes du sous développement touristique ainsi que les impacts de cette activité sur les marges côtières du Sud Cameroun. Ainsi les résultats de nos travaux pourront aider à orienter et maîtriser le ph

Figure 1: Localisation du département de l'Océan. 1. PROBLEMATIQUE

Le tourisme occupe une place importante dans les sociétés et précisément dans l'économie qui lui est ouverte. En effet, sur le plan socioéconomique, il génère les recettes, les emplois, met sur orbite des lieux, enracine les populations, améliore l'environnement. Malgré tous ces avantages, exception faite de Kribi, cette activité reste très faiblement développée dans les localités des marges côtières.

Nombreuses sont pourtant les ressources touristiques de cette région qui conjugue sur le même espace les ressources naturelles (climat, eau, sites naturels) et les ressources artificielles (patrimoines artistique, socioculturel...) qui constituent les ressources récréatives (Dewailly et al, 1993).

Ainsi pour ce qui est des potentialités d'origine naturelle, leur attractivité est avérée à en juger par leur caractère exceptionnel : les plages recouvertes de sable fin de couleur blanche tirant sur le jaune, piquetées de cocotiers, larges de 20 m environ aussi bien à marrées hautes que basses, offrent un paysage fort pittoresque le long de ces 150 km du linéaire côtier (Essono, 2000). De plus, à 7 Km au Sud de Kribi, les chutes de la Lobé sont originales. Elles sont le résultat de la traversée de l'escarpement - haut de 30 m par endroits - par les cours de la Lobé qui sert de ligne de rupture entre la zone de forêt et la côte. Ici, on a au moins deux sites de chutes, l'un à l'embouchure du fleuve Lobé et l'autre beaucoup plus féerique au détour de la flèche littorale en cours de colonisation par la végétation qui fait saillie dans la mer. Il existe même davantage vers l'intérieur du continent dont le visage n'est pas du tout désagréable (les chutes de Memvé'élé, le mont Nkolebengué, le massif des mamelles, le Rocher du loup...). Plus loin, à plus de 20 km de Kribi sur la route Campo notamment, Ebodjé, un des plus captivants des nombreux petits villages qui se succèdent le long de la côte est un véritable village de pêcheurs ouvert à l'activité touristique. La côte au Sud de Kribi est généralement recouverte en arrière-plan par la forêt dont le manteau se densifie et s'enrichit à mesure qu'elle s'étend vers l'Est. Cependant les installations d'HEVECAM et de SOCAPALM au Nord-Est de cette zone d'étude viennent en rajouter à la diversité des espèces végétales et fauniques avec leurs grandes exploitations de monoculture d'hévéa et de palmier à huile, régulièrement entretenues. Il faut aussi signaler que la faune sous forêt comporte de nombreuses espèces animales dont les plus attractives sont des éléphants, des gorilles, des chimpanzés et des antilopes sur terre (Debel, 1988), grands mammifères particulièrement recherchés pour le tourisme de vision. De plus, les fleuves dont les cours sont jalonnés de ravins (Lokoundjé, Kienké, Lobé et Ntem) et l'océan sont tout aussi riches et variées en ressources halieutiques. L'île de Dipikar isolée au Sud-Ouest à la frontière avec la Guinée Equatoriale en est une illustration patente.

Par ailleurs, quelques sociétés humaines d'envergure moyenne se sont installées le long de la côte et de façon intermittente dans la région forestière. Il en résulte logiquement que les peuples de ce secteur ont des cultures diversifiées, se rapportant tantôt à l'eau tantôt à l'épaisse forêt selon que ces populations en sont proches ou pas. Sur le Nord de cette bordure littorale, des villages de Sawa sont autant de sociétés aux potentialités culturelles captivantes dont la relation à l'eau comporte une bonne part de séduction et de mystère pour les visiteurs. L'eau occupe une place centrale dans cette culture (bain, danse, déplacement, cultes traditionnels, fêtes annuelles), source de provision alimentaire et commerciale. Quant aux pygmées, les villages sont l'expression de l'authenticité, du refus de la donne actuelle (modernité). De façon générale, ces peuples vivent de la chasse, de la cueillette, du ramassage, de la pêche et de plus en plus de l'agriculture dans quelques campements. Ils ont pendant longtemps prélevé de la nature tout ce qui leur était nécessaire pour entretenir leur corps sans qu'il soit besoin de fournir un travail supplémentaire de récolte et de conservation, tant la nature leur était généreuse! Aussi longtemps que «le milieu leur appartient en propre», ils en disposent parcimonieusement d'autant qu'ils sont conscients de ce que leur vie en dépend. Dans cette situation, ce sont des sociétés aux atouts culturels nombreux et fascinants pour la quasi-totalité des touristes. Cet état de choses connaît aujourd'hui des mutations et risque fort d'en connaître de plus profondes attribuables au vu du nouveau statut juridique du Parc National de Campo-Ma'an qui astreint ces populations à la sédentarisation dans sa périphérie (Owono, 2003). Toutefois, l'ancienneté de ce peuple dans la zone forestière qui remonte à 4 000 ans BC (Mveng, 1984) est susceptible d'être utilisée à des fins touristiques. Pourtant d'une autre façon, la préservation de la riche culture de ces peuples et du milieu se présente en effet, comme une bouée de sauvetage aussi bien pour la protection des cultures que pour la réintégration et la valorisation de la présence de ces peuples dans ces milieux. Car dans la situation actuelle, la forêt est aujourd'hui au centre de tous les enjeux. Les exploitants forestiers, le gouvernement à travers toutes ses représentations et les écologistes tentent chacun de s'en approprier au détriment ou avec la complicité tacite des autres acteurs. A partir de ce moment, les populations sont contraintes à de nouveaux comportements, notamment à la pratique de l'agriculture qui n'est d'ailleurs perçue dans certains cas par quelques intervenants que comme de la déforestation. La pêche soumise à la concurrence avec les bantou (Sawa) ne connaît pas encore de restrictions, elle ne peut tout de même pas suffire à elle seule à couvrir les besoins divers de cette population.

Eu égard à ce qui précède, la densité et la diversité des ressources touristiques de cette région côtière est un fait indéniable. De plus, on serait en droit de s'attendre à ce qu'elle

contribue de façon durable à l'amélioration des conditions de vie des peuples riverains à travers le développement soutenable de cette activité. Pourtant de façon inattendue, l'activité touristique connaît seulement un développement embryonnaire. Ainsi par exemple, après avoir mené une étude dans l'UTO de Campo-Ma'an sur la grande diversité des espèces végétales, Tchouto (2004) en déplore le faible niveau d'exploitation à des fins touristiques. En outre, en comparant le degré d'implication de la société civile à travers les ONG de promotion du tourisme dans la région du Mont Cameroun (Province du Sud-Ouest) à la situation de la province du Sud, il le trouve bien bas et en recommande l'activation. Dans le même sens, une enquête socio-économique dans la même zone (UTO de Campo-Ma'an) conduite par EreDéveloppement en 2002 à la commande de la SNV montre que seulement 3% des ménages de la zone, dont 62% dans la zone côtière, interviennent dans le secteur touristique. Ce résultat semble flatteur pour la région côtière, mais il n'en est rien en réalité dans la mesure où les emplois générés sont très faiblement rémunérés. En d'autres termes, ils permettent de lutter contre l'oisiveté et non contre la pauvreté. On assiste ainsi à la création des postes d'occupation (Kamga, 2000) sans incidence notable sur le quotidien des populations. Par ailleurs, les opérations de marketing sont inexistantes ou peu développées et le produit mal ou peu préparé. A titre d'illustration, les sites naturels sont généralement exploités sans aménagements significatifs pour en faire une destination touristique (Chendjouo et alii, 2003).

L'appui des ONG, des pouvoirs publics, l'engagement des communautés locales à cette cause et l'abondante promotion de Kribi constituent des atouts supplémentaires au développement touristique.

Toutefois, il reste qu'ici se pratique encore un tourisme de cueillette2. Avec 9965 arrivées internationales maximales (Année 2004), il représente seulement 2,84% de ces arrivées à l'échelle nationale. Cette donnée peut être contrebalancée par le fait que le tourisme international s'effectue dans les villes têtes-de-pont que sont Douala et Yaoundé3. Des initiatives se multiplient sur cet espace et contribuent à rassurer et faire espérer les meilleures perspectives pour les communautés locales. A l'évaluation, on en reste au stade de prétourisme4.

2 Béteille R., 2000.

3 Ces villes détiennent les hôtels de luxe (4 et 5 étoiles), des aéroports de classe internationale qui n'existent pas à Kribi. Elles sont appropriées pour le tourisme d'affaires et de congrès, l'essentiel des arrivées internationales de ces villes.

4 Gay J.C., 2000 : C'est une phase de développement touristique précédant celui de l'écotourisme dans les îles tropicales caractérisée par une faible capacité d'hébergement, une desserte aérienne limitée aux villes principales.

C'est pourquoi nous essayerons de comprendre pourquoi le tourisme se développe si difficilement et pourquoi les impacts déjà perceptibles de l'insertion du tourisme dans les marges côtières du Sud Cameroun sont si marqués.

2. QUESTION DE RECHERCHE 2.1. Question principale

Pourquoi le tourisme se développe-t-il si difficilement dans le département de l'Océan pourtant si riche en potentialités?

2.2. Questions spécifiques

· Le désengagement des pouvoirs publics n'explique-t-il pas en partie ce problème ?

· Quels sont les impacts de l'insertion du tourisme dans les sociétés d'accueil ?

· L'offre touristique correspond-t-elle aux attentes des touristes des marges côtières ?

· Comment réagissent les communautés locales et les promoteurs touristiques ?

3. BACKGROUND SCIENTIFIQUE

Les rentrées financières suscitées par l'activité touristique lui valent d'être courtisée par de nombreux acteurs sociaux à l'échelle locale et régionale. D'ailleurs le tourisme à divers stades de développement est présent sur les cinq continents. C'est une activité véritablement mondialisée. Mais globalement, il est développé dans les pays du Nord où il est plus accepté, intégré, bénéfique que dans ceux du Sud où il est encore en amorce pénible de croissance. Dans le premier cas, on a affaire à des sociétés ouvertes, éclatées et très souvent cosmopolites dont l'aire d'influence est la planète entière. L'offre touristique est généralement marquée du sceau de l'endotropisme5 d'autant que plus une société se développe, plus elle est endotrope (Dewailly et Flament, 1993). Les problèmes ici sont essentiellement de l'ordre de la sauvegarde de l'environnement qui se décline en conflits spatiaux et de ressources, en maîtrise de la capacité de charge, de la pression sur les ressources (Poulin, 2002), en l'occupation spontanée qui forme des ensembles spatiaux composites.

5 Endotropisme : type de rapport entretenu par l'environnement spatial et l'organisation fonctionnelle tourné vers l'utilisation touristique d'éléments internes à son tissu bâti (monuments, musées, activités culturelles, casino, établissement thermal, centre de congrès, lieu de pèlerinage, complexe sportif, quartier commerçant piétonnier...

Par contre dans les pays du Sud, le tourisme n'a pas encore pris de l'envol, pourtant les potentialités abondantes sont essentiellement exotropes6. Pour apprécier cette curieuse situation, les chercheurs se réservent de rêver. Le tourisme n'est pas une panacée mais une nouvelle traite (Boutillier et al, 1978) qui maintient les gouvernements et leurs peuples dans une certaine relation de dépendance, de sujétion et d'indolence vis-à-vis des Occidentaux (Dieng et al, 1980). Ce n'est rien d'autre que ce que Cazes (1989) appelle `le mirage touristique dans les pays pauvres' qui ne contribue pas effectivement à leur développement. Les explications sont nombreuses et se rapportent toutes à l'image ternie de ces pays relayée et très souvent amplifiée par les médias internationaux (Ofoegbu, 1999). Il s'agit des territoires ravagés par les guerres et les tueries de toute sorte (Ciss et ali, 2002) où les populations en proie à la précarité et au dénuement complets, vivotent tout simplement par miracle. Dans ces conditions, la sécurité des visiteurs peut être durablement mise en péril, les infrastructures de transport et d'hôtel sont de niveau très moyen. De plus, les profits générés par cette activité sont généralement rapatriés d'autant que les grands investisseurs (hôteliers, restaurateurs...) et prestataires de service sont étrangers (Dieng et ali, Op.cit.). Ainsi a-t-on ici peu d'exemples de détérioration des ressources naturelles due à leur mauvaise gestion par ses différents utilisateurs pourtant paradoxalement `la culture de la protection de la nature à l'internationale' n'est pas encore ancrée dans le comportement des peuples des pays du Sud (Cormier-Salem et alii, 2002) qui sont encore aux prises avec le problème élémentaire de nutrition. Les espaces protégés sont généralement le fait des colons qui avaient une plus grande conscience de la nécessité de la patrimonialisation de la nature tropicale.

L'écotourisme se présente alors dans ce contexte comme la forme alternative de tourisme qui tient compte à la fois de la préservation des intérêts des populations locales et des milieux d'autant qu'il est question de laisser aux générations futures toutes leurs possibilités d'épanouissement et de développement dans leur cadre de vie. L'écotourisme se définit comme « le voyage effectué dans les milieux naturels pour comprendre l'histoire culturelle et naturelle de l'environnement en prenant soin de ne pas entamer l'intégrité de l'écosystème tout en produisant des opportunités économiques qui rendent la conservation des ressources naturelles financièrement bénéfiques aux populations locales » (Ecotourism Society, 1992).

6 Orientées de façon majeure vers des éléments attractifs extérieurs à son bâti, et habituellement préexistants et indépendants elle : mer et plage, forêt, plan d'eau...

L'écotourisme est une forme de tourisme dit alternatif en ce qu'il utilise la nature comme support essentiel de ses activités, met en vue le patrimoine naturel et/ou culturel en insistant sur le respect de la nature et la sauvegarde de la culture des peuples. On en dit aussi que c'est un tourisme responsable, doux... qui s'épanouit aisément dans les milieux naturels et originaux. Selon plusieurs études, il est de plus en plus demandé par les touristes internationaux en quête d'authenticité et de retour aux sources (Sites web de IFEN, de l'AFIT...). Les forêts du Sud sont particulièrement appropriées au développement de ce type de tourisme d'autant qu'elles disposent de nombreux atouts facilement touristisables (Tchouto, 2004).

A l'opposé de ce discours mirobolant, certains pensent que le tourisme est l'unique perche tendue aux pays sous-développés pour s'intégrer dans l'économie mondiale et accroître leurs recettes. Il est devenu en très peu de temps, la deuxième source de revenus des pays du tiers-monde après le pétrole (Ziady H., 2002). Il faut noter qu'il ne s'agit pas là d'un tourisme alternatif qui prenne en compte les intérêts divers, mais bien du tourisme classique dont le seul ou le principal objectif est la rentabilité financière.

D'autres auteurs s'intéressent essentiellement aux processus d'insertion du tourisme dans un espace donné. Ainsi dans son rapport à l'espace et au territoire, il utilise deux pouvoirs : la subversion et la conquête (Cazes et ali, 1993). Le premier se manifeste par le détournement de l'utilisation dominante d'un lieu, tandis que le deuxième travaille à intégrer de nouveaux lieux à l'espace touristique. Ces pouvoirs dont le tourisme est doté en fait souvent une source potentielle de danger.

L'équipe MIT (2000(2)) définit des 10 variables pour évaluer la mise en tourisme. Elle regroupe en facteurs endogènes et exogènes au milieu : le taux de fonction touristique, la fréquentation touristique, la présence des résidences secondaires, la dynamique économique, l'évolution de la population active tertiaire, l'évolution du solde migratoire, le rôle des acteurs locaux, l'attitude des populations locales, la situation géographique et la caractéristique paysagère.

Dans le milieu urbain, ce processus consiste en trois étapes : la cristallisation7, la diffusion8 et la mise en réseau9 (Dewailly et Lefort, 2003). Ceci est conditionné par

7 C'est le point focal ou d'ancrage ayant donné lieu au lancement de l'activité touristique dans une ville

8 Elle consiste en l'insertion des quartiers péri-centraux à un noyau touristique urbain de départ

9 Elle peut être thématique, de commune à commune et aux échelles régionales.

l'ouverture de la société locale, les communications avec l'étranger et la situation politique de l'Etat (Equpe MIT, 2000(1)).

En milieu rural, il s'intègre péniblement dans la mesure où les populations sont attachées à un style de vie traditionnel et conservé (Veyret, 1999). Ceci est d'autant plus difficile lorsque les populations ne sont ni associées, ni consultées dans le cours de ce processus. Dans ce cas, on observe généralement des frictions entre les promoteurs et les habitants de la localité sollicitée pouvant déboucher sur le rejet par la communauté hôte de ladite activité (Cazes et ali, Op.cit.). Cependant, il existe aussi des exemples réussis d'intégration harmonieuse dans l'espace. Très généralement, ce sont des modèles dans lesquels les acteurs nationaux et davantage locaux tiennent un rôle prépondérant dans les investissements et la gestion des initiatives (Miossec J.M., 1997).

4. CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE

La présente étude portant sur l'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun s'inscrit dans le cadre de la géographie de tourisme relativement nouvelle et, en pleine construction. En effet, le fait touristique lui aussi récent, pourrait l'expliquer en partie. L'aristocratie anglaise avait coutume d'aller faire un tour avec précepteur de 6 à 24 mois d'autant que « les voyages forment la jeunesse »10.

Il conteste la notion de l'enracinement (Reynaud, 1975) de la géographie classique. Sa démarche et son discours ont souvent laissé insatisfait à cause d'une part de l'importance excessive accordée à la seule approche spatiale largement sinon uniquement descriptive. Celle-ci débouche sur des classifications douteuses et des typologies approximatives en négligeant les processus et tout le fonctionnement du système touristique et d'autre part d'une approche du fait touristique fondée, a priori, sur des certitudes et des solides convictions qui au gré des plumes, oscillent entre exaltation du tourisme sauveur et la condamnation sans appel du tourisme destructeur.

Les géographes ont une entrée fondamentale pour comprendre le tourisme : c'est le rapport à l'espace et au territoire (Cazes et al, 1993). Autrement dit, il s'agit de s'interroger avec d'autres sur ce qui fait qu'un morceau d'espace devienne touristique, à analyser les processus et les formes d'appropriation, à évaluer les transformations induites par cette touristification (Dewailly et al, 1993).

10 Conseils des Guides Nugent et Dutens cités par Boyer M., 1999.

Dans le cadre de ce travail, pour éviter quelques incompréhensions et méprises sur le sens de certains termes, nous en définirons ceux qui suivent :

Le tourisme : il peut être compris comme une activité occasionnelle liée aux déplacements pour un séjour minimal de 24 heures dans un espace géographique donné, avec pour mobile principal la recherche de l'épanouissement personnel du visiteur à travers les occupations ludiques et/ou didactiques à but lucratif ou non. Pour éviter toute méprise sur cette définition, il faut y ajouter qu'au Cameroun, les moyens de collecte de données ne permettent pas l'affinement statistique qui tienne compte de l'unicité de la raison de voyage et du fait que le touriste ne soit pas en train d'exercer une activité économique. Tout séjour dans un établissement hôtelier ou qui en a la vocation est un séjour de tourisme dans la comptabilité touristique. Dans la conscience collective, le tourisme est aussi perçu comme une activité de paresseux, de dévoyés. C'est une affaire réservée au blanc cossu qui cherche à distribuer de son superflu au pauvre africain.

Le développement du tourisme est le résultat généré par le mouvement d'ensemble des initiatives de ses différents acteurs visant à faire d'une ville, d'une région ou d'un pays, une véritable destination touristique, c'est-à-dire accueillant annuellement et de façon continue 500 000 touristes internationaux au moins tout en contenant ses effets déstructurants sur l'espace et les sociétés. Autrement dit, il s'agit de la conséquence de la synergie des actions des différents protagonistes du secteur du tourisme qui prennent source dans leur pensée et dont le but est le bien-être économique. Mais ce modèle de tourisme n'a pas tardé à montrer ses risques réels et potentiels sur la survie des communautés et des milieux qui leur ont donné naissance. C'est pourquoi de plus en plus aujourd'hui, le développement du tourisme doit intégrer la dimension de la préservation de la ressource à l'origine de l'offre touristique ou en en renforçant la qualité et l'attractivité, c'est-à-dire le volet de la durabilité sans mettre sous l'éteignoir le volet lucratif. Ainsi, la recherche de ce précieux équilibre peut être en conséquence défini comme le processus de croissance intégrée de l'activité qui repose sur l'accueil et la satisfaction des visiteurs dans un lieu donné. Elle vise l'assouvissement des besoins des divers acteurs (touristes, populations d'accueil, société civile et Etat). Pour les touristes, généralement en quête de décontraction, de détente et de connaissances sur le milieu naturel et culturel, ils sont prêts à échanger contre quelque argent. Les populations hôtes quant à elles, travaillent à la mise en valeur de leurs potentialités naturelles et culturelles sans pour autant désagréger ces structures qui les ont suscitées. En d'autres termes, elles visent pour ces populations hôtes la satisfaction des besoins économiques, la préservation du patrimoine et la

Croissance

TOURISME
DURABLE

Conservation

mise à disposition d'un produit accessible et esthétique. La société civile est composée de l'ensemble des intervenants dans la chaîne et dont les investissements et autres réalisations ont un impact sur ladite activité. Elle doit pouvoir en tirer les bénéfices. Enfin l'Etat se présente comme le régulateur par excellence qui veille sur le fonctionnement et l'harmonie du système.

 
 
 

Chiffre d'affaires du Contribution au PIB Dépenses moyennes de séjour par

 

Financière

 
 
 

Spatiale

Activités

Statistique

Écologique

Sociologique

Etude diachronique 1990- Carte touristique

Hôtellerie restauration agences Marché du souvenir et

Offre originale et dérivée

Arrivées touristiques

Nombre d'agences de tourisme Nombre d'établissements de Capacité hôtelière (lits

Charte du voyageur Capacité de charge

Education

Culture, danse, traditions folklore, art, artisanat Charte du voyageur

 
 

Viabiliser les infrastructures

Tracer les parcours (pistes) Replanter les plages déboisées

Esthétique

 
 

Figure 2: Modèle d'analyse du tourisme durable.

Les communautés locales: c'est l'ensemble des populations organisées en unités fonctionnelles, vivant dans un milieu donné, bénéficiant directement ou non de ses ressources pour leur épanouissement quotidien et d'une certaine manière soucieuses de la nécessité de la préservation de ses atouts pour les besoins de la communauté d'aujourd'hui et de demain.

Contrat touristique : c'est le contrat initial tacite passé entre la société d'accueil et les premiers touristes. Il détermine l'évolution future du territoire touristique.

Espace touristique : c'est un espace aménagé par et pour le tourisme, objectivable, mesurable, cartographiable, produit de l'action des entreprises touristiques autochtones ou extérieures dans une structure spatiale donnée.

Invention touristique : c'est l'utilisation nouvelle d'un lieu préexistant, ce qui le subvertit et l'agrandi.

Lieu touristique : il n'existe que pour et par le tourisme qui est responsable de son invention. Souvent un `haut lieu' (beaucoup étoiles dans les guides).

Territoire touristique : c'est la propriété d'une population plus ou moins autochtone, mais approprié (même fugitivement) par les touristes qui le fréquentent, il présente donc un enjeu entre groupes aux intérêts divergents, différemment territorialisés.

5. OBJECTIF DE TRAVAIL 5.1. Objectif principal

Analyser le processus d'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun.

5.2. Objectifs spécifiques

· Présenter les missions des pouvoirs publics et en évaluer la pertinence dans la perspective du développement touristique,

· Déterminer les conséquences socioenvironnementales de cette activité dans le département de l'Océan,

· Identifier l'offre et la demande touristique et les comparer,

· Analyser les stratégies mises en oeuvre par les communautés locales et les promoteurs touristiques.

6. HYPOTHESE DE TRAVAIL 6.1. Hypothèse centrale

Le tourisme largement subi s'intègre dans le contexte socio-environnemental des marges côtières du Sud Cameroun à un rythme soutenu.

6.2. Hypothèses secondaires

· L'inadéquation entre les textes et les actions des pouvoirs publics fragilise le secteur touristique,

· La rapide insertion du tourisme dans la bande côtière présente un bilan favorable au développement des sociétés d'accueil,

· Les spécificités de l'offre touristique contrastent avec l'appétence du touriste,

· Les contraintes techniques et financières entravent la prise en main des initiatives touristiques locales.

6.3. Cadre opératoire

Il se présente comme le tableau de bord de nos travaux en ce qu'il récapitule l'ensemble de la logique de notre démarche. Ainsi à chaque question de recherche correspond une hypothèse. Celle-ci se subdivise à son tour en concepts opératoires dont chacun se décompose en variables puis en indicateurs. Pour éviter tout verbiage, nous nous proposons de condenser le cadre opératoire de ces travaux dans le tableau suivant :

7. METHODOLOGIE

La méthodologie est l'ensemble des procédures mises en route avec pour but de vérifier les hypothèses posées au départ d'une démarche scientifique. Ainsi, Elle consiste en trois grands moments notamment l'identification des stratégies générales de vérification, l'utilisation des techniques diverses pouvant permettre de rassembler et d'analyser les données et les informations collectées sur le terrain et/ou en bibliothèque et enfin la présentation de la démarche à adopter pour y appliquer les divers tests nécessaires.

7.1. Choix des stratégies générales de vérification

Vérifier signifie expérimenter, s'assurer qu'une chose est telle qu'on suppose qu'elle devrait être. C'est dire qu'il s'agit ici pour nous de présenter comment nous comptons procéder de façon générale pour obtenir des données crédibles afin de soutenir ou non le fait que l'inadéquation entre les textes et les actions des pouvoirs publics fragilise le secteur touristique. Les contraintes techniques et financières entravent la prise en main des initiatives touristiques locales autorités et les populations locales ne sont pas des alliés de l'essor touristique. Leur non association expliquerait le niveau très moyen de développement de cette activité dans la zone littorale de la province du Sud.

Parmi les nombreuses possibilités en la matière, nous ferons seulement usage des stratégies d'enquête, de l'observation et de l'étude des cas. Pour ce qui est de l'enquête, c'est le travail de terrain qui permet de collecter les données quantitatives et qualitatives à travers une trame d'enquête qu'on appelle questionnaire ou guide d'entretien. Dans le premier cas (enquête par questionnaire), le questionnaire écrit sera adressé aux touristes pour apprécier leurs centres d'intérêt, leurs goûts et leurs souhaits pour le développement de la destination de l'Océan à partir d'un échantillon tiré au hasard tandis que dans le deuxième cas (enquête par interview), un guide d'entretien destiné aux autorités et populations locales aura pour but de comprendre l'accueil qu'ils réservent au tourisme, leurs éventuelles attentes par rapport à cette activité ainsi que le rapport qualité de vie et ressources de leur milieu de vie.

Quant à l'observation, elle se déclinera en trois formes dont l'observation directe systématique, l'observation participante et l'observation documentaire. Sous la forme directe systématique, elle portera sur les promoteurs touristiques et visera à cerner leurs pratiques spatiales et économiques qui sont potentiellement sources de frustration et de désenchantement de la population locale vis-à-vis du tourisme. Au sujet de l'observation participante, il nous reviendra de considérer la conduite des touristes en vue d'en déceler les

comportements, les attitudes et les pratiques qui pourraient probablement avoir outré et expliqueraient le désintérêt de la population locale par rapport au processus de développement touristique. Finalement pour ce qui touche à l'observation documentaire, nous en userons pour nous rendre compte de ce qui a été produit sur le compte de ces populations afin de comprendre si leurs cultures, leur histoire et leurs modes de vie les préparent à participer au processus de développement de ce type d'activité. De même, nous consulterons les écrits pour voir les modes d'adoption du tourisme - source de revenus et d'emplois - pour les populations.

L'étude de cas est l'étude détaillée d'un phénomène donné qui fait recours à une méthode pluridisciplinaire pour rassembler le maximum d'informations en vue d'améliorer le niveau de connaissances qu'on a dudit phénomène. La variante que nous utiliserons est les études de communautés pygmées et Sawa de la province du Sud Cameroun (Batanga, Mabéa, Yassa, Ntumu, Mvae et Bulu), toutes deux, peuples autochtones du département de l'Océan. Ces trois stratégies permettront de collecter des données selon certaines les techniques dont la présentation suivra.

7.2. Choix des techniques de collecte des données.

La réalisation de nos travaux exige que pour avancer des arguments, nous ayions recours aux données dénuées de toute subjectivité. Nous nous consacrerons ici au choix des techniques les plus adéquates pour rassembler ce matériau sur lequel nous travaillerons. Ainsi, l'observation documentaire, l'observation directe, l'observation participante, le sondage et l'entretien sont des techniques qui semblent présenter les garanties nécessaires pour avoir des informations appropriées que nous traiterons par la suite.

Tableau 1 : Techniques de collecte de données

Paradigmes

Approches

Méthodes

Techniques de collecte

Phénoménologique

Qualitative

Observation

documentaire

directe systématique

participante

Interview

semi structuré

de groupe face-à-face

Etude de cas

Etude des communautés

Positiviste

Quantitative

Sondage

Questionnaire

L'observation documentaire a consisté à fouiner dans la littérature avec pour objectif d'identifier le problème et les divers traitements qui lui ont été apportés antérieurement. Il s'agit précisément des annuaires, des archives, des journaux, des textes, des rapports et des études portant sur le tourisme et la vie dans le département de l'Océan et ailleurs dans le monde. C'est également le moyen de retrouver les images, les cartes et les photographies qui sont de nature à améliorer la connaissance du phénomène sans pour autant influencer sur quoique ce soit.

L'observation directe systématique nous autorisera à nous rapprocher des initiatives des promoteurs et investisseurs dans le domaine du tourisme pour voir ce qu'elles peuvent comporter de logique économique au détriment de la logique sociale.

L'observation participante permet de considérer certaines données de la réalité de visu et de façon silencieuse. De plus, il faudra répertorier les comportements, attitudes et pratiques susceptibles d'indiquer vers une seule et même conclusion en vue d'y appliquer quelque traitement. Dans cette étude, nous combinerons les deux principaux modes d'observation : `Coding schemes' et `Holistic account' selon Kitchin et ali (2000) pour obtenir le plus d'informations. Les `coding schemes' ou modalités de codification est le mode statistique ou graphique qui se présente sous la forme d'une trame d'observation, se déclinant en plusieurs rubriques d'un phénomène donné dont les catégories sont exhaustives et prédéterminées. Quant à l'`Holistic account', c'est un rapport de haute fiabilité qui se construit sur un mode littéraire consistant pour le chercheur à enregistrer les observations par l'usage détaillé des mots. Chaque observation peut se structurer en deux volets : descriptif et narratif. Le volet descriptif se rapporte à la présentation des informations relatives au temps, au lieu, à la date, aux acteurs, aux actions... tandis que le volet narratif puise ses éléments dans le volet descriptif pour une histoire ou une théorie servant à présenter ce qui est observé.

Pour le repérage et la description des sites touristiques, nous procéderons en quatre

temps :

- prise de contact avec les autorités traditionnelles en vue de leur faire part de notre objectif de travail ;

- plus tard, organiser une séance de travail dans chaque village à laquelle

participeront le chef, les notables et quelques jeunes (entretien de groupe) ;

- échanges avec les responsables administratifs au sujet des résultats ainsi

obtenus et les comparer à ceux qui existeraient;

- Cartographie des sites.

Le sondage est une technique de collecte des données qui permet d'obtenir des informations à partir d'enquêtes effectuées sur un échantillon représentatif de l'effectif total qui sont - sous certaines conditions - généralisables à l'ensemble de la population à l'étude. Dans le cadre de ce travail, il s'agira de mener des enquêtes sur la population de touristes qui visitent le département de l'Océan à partir d'un échantillon qui en sera soustrait. Le questionnaire administré en face-à-face aux touristes consistera en questions fixes soit ouvertes ou fermées et comportera des éléments tels les motivations de voyage, les goûts des visiteurs en matière de tourisme, les impressions de voyages antérieurs et leurs souhaits pour la destination Océan dans la perspective de l'explosion de cette activité.

L'entretien permet de générer des séries de riches et variées données primaires. De plus, il permet un examen approfondi des données de l'intimité c'est-à-dire des expériences personnelles, des sensations ou des opinions que les questions fermées du questionnaire ne sauraient saisir. Par ce moyen, nous essayerons de comprendre les autorités et populations locales dans leurs attitudes vis-à-vis de l'activité touristique en vue d'en évaluer les effets sur le développement de cette activité d'une part et sur le milieu d'autre part. Ainsi, nous ferons recours aux entretiens semi structurés et aux entretiens de groupes en face-à-face. Dans le premier cas, les entretiens seront accordés aux autorités et leaders d'opinion à travers des conversations contrôlées par l'enquêteur sans que pour autant les répondants soient contraints à des réponses stéréotypées. Le deuxième cas, nous utiliserons un mode alternatif ou complémentaire qui permettra de réunir trois à dix personnes pour discuter d'un sujet particulier sous la direction d'un modérateur (enquêteur) qui, tout en restant neutre et objectif, promouvra la fluidité des échanges et l'animation de la conversation.

Pour ce qui est des informations cartographiques, nous aurons besoin de recourir à l'usage du GPS pour rassembler les coordonnées géographiques permettant de monter un système d'information géographique utile pour localiser les différentes ressources touristiques et gérer les informations à la commande.

Les données diverses ainsi collectées se verront appliquer des techniques d'analyse qui permettront de les rendre compréhensibles, illustratives des réalités de terrain.

7.3. Choix des techniques d'analyse des données.

Les traitements changeront en fonction du type de données. Ainsi, selon que l'on sera en présence des données quantitatives ou qualitatives, une technique particulière jugée appropriée sera adoptée.

Modèle de choix en recherche de tourisme et récréation

1. Paradigme de la recherche

2. Approche

3. Méthode

Phénoménologique

Positiviste

Méthodes

Qualitative

Quantitative

Source : Finn et al, 2000 cités par Wendy D., 2002.

Figure 3 : Modèle de choix des techniques en recherche de tourisme et récréation

Pour ce qui est des données quantitatives, nous leur appliquerons des traitements statistiques une fois qu'elles auront subi le test de qualité et fait l'objet d'une description primaire. On insistera d'abord sur la distribution de chacune des variables (tris plats), puis aux rapports des variables entre elles (tris croisés). On pourra alors faire recours aux ressources de la statistique descriptive (représentation graphique des données, calcul des caractéristiques de tendance centrale (mode, moyenne, médiane...). Le recours à la statistique inductive (estimations, tests d'hypothèse...) permettra également de savoir dans quelle mesure les caractéristiques des données recueillies sur un échantillon pourront être généralisées à l'ensemble de la population dont il est extrait (Ferrol, 2003). Ces traitements consisteront en l'analyse statistique appropriée, la comparaison et l'interprétation des résultats ainsi obtenus.

Quant aux données qualitatives, l'analyse se fera suivant la démarche suivante : description, classification et relation entre les données.

La description consistera essentiellement à décrire les observations qui ont été listées et à fournir une présentation plus ample et plus complète des informations concernant le contexte situationnel (contextes social, spatial et temporel), les intentions et les pensées concernant un acte donné. La première étape est la transcription et la deuxième l'annotation. L'annotation consistera à recopier les données en utilisant un minimum de codes ou encore de façon plus rigoureuse à partir d'une sélection minimale de codes pour traduire les idées et les clichés mémoires.

La classification consistera à introduire de l'ordre dans les données précédemment décrites grâce à la catégorisation d'une part et d'autre part, la séparation et la comparaison. Le fait de classifier permettra d'affiner le traitement des données par le fait de leur regroupement

au sein de catégories déterminées pour ce qui est de la séparation. Quant à la comparaison, c'est une confrontation des catégories liées entre elles pour accroître leur degré de fiabilité.

Le lien entre les données est le processus qui consiste à identifier les relations entre les données réorganisées dans le contexte originel et à comprendre la nature des rapports entre les données (les corrélations) et les évènements séparés qui se produisent ensemble (associations) entre les classes de données. De plus, il faut penser aux conclusions alternatives et en privilégier les plus plausibles.

7.4. Le test d'hypothèse

La réponse satisfaisante à notre question de départ `Pourquoi le tourisme se développe-t-il si difficilement dans le département de l'Océan pourtant si riche en potentialités ?' est subordonnée à la vérification des hypothèses secondaires. Lorsque ces conditions ne seront pas remplies alors l'hypothèse sera infirmée. Cependant, il peut arriver que d'autres facteurs non encore pris en compte interviennent ici dans l'explication du problème.

8. PLAN PROVISOIRE DE LA THESE

INTRODUCTION

PREMIERE PARTIE : ANALYSE DES PROCESSUS D'INSERTION DU TOURISME Chapitre 1 : Etat des lieux de l'intégration progressive du tourisme dans le littoral du Sud Cameroun.

Chapitre 2 : La demande touristique et les contingences du tourisme

DEUXIEME PARTIE : MODES D'APPROPRIATION DU TOURISME DANS LES SOCIETES ET ESPACES LITTORAUX

Chapitre 3 : Adoption participative

Chapitre 4 : Attentisme et indifférence

Chapitre 5 : Tourisme, entre désenchantement et désespoir

TROISIEME PARTIE : TRANSFORMATIONS INDUITES PAR LE TOURISME DANS LES MARGES COTIERES

Chapitre 6 : Impacts du tourisme sur le milieu physique et humain

Chapitre 7 : Tourisme et risques socioenvironnementaux

Chapitre 8 : Perspectives du développement de l'activité du tourisme dans les marges côtières du département de l'Océan

CONCLUSION

9. CHRONOGRAMME PREVISIONNEL DU TRAVAIL DE THESE

Année

Durée

Activités

Lieux

2005

1 mois

Discussion avec les co-directeurs et correction du
mémoire de DEA

Ngaoundéré et Dschang

2 semaines

Production et dépôt du mémoire de DEA

Ngaoundéré

2006

1 mois

Travail complémentaire de bibliographie 1

Ngaoundéré et Yaoundé

4 mois

Descente sur le terrain 1 / collecte des données

Kribi-Campo

2 semaines

Rapport d'étape 1

Ngaoundéré

2 semaines

Discussion avec les co-directeurs

Ngaoundéré et Dschang

2 semaines

Correction du rapport

Yaoundé

1 mois

Travail complémentaire de bibliographie 2

Ngaoundéré et Yaoundé

4 mois

Descente sur le terrain 2

Kribi-Campo

2007

3 semaines

Rapport d'étape 2

Ngaoundéré

3 semaines

Discussion avec les co-directeurs

Ngaoundéré et Dschang

3 semaines

Correction du rapport

Yaoundé

4 mois

Descente sur le terrain 3 / collecte des données

Kribi-Campo

3 semaines

Rapport d'étape 3

Ngaoundéré

3 semaines

Discussion avec les co-directeurs

Ngaoundéré et Dschang

3 semaines

Correction du rapport

Yaoundé

2008

3 mois

Traitement des données

Yaoundé

1 mois

Descente sur le terrain 4 / Vérification

Kribi-Campo

1 mois

Saisie du 1er draft de la thèse

Yaoundé

1 mois

Discussion avec les co-directeurs

Ngaoundéré et Dschang

2 mois

Correction et saisie du 2è draft

Yaoundé

1 mois

Discussion avec les co-directeurs

Ngaoundéré et Dschang

1 mois

Dépôt de la thèse

Ngaoundéré

2 mois

Préparation à la soutenance et Soutenance

Ngaoundéré

PREMIERS RESULTATS

DE TRAVAIL

CHAPITRE I : ANALYSE DES PROCESSUS D'INSERTION DU TOURISME DANS LES MARGES COTIERES DU SUD.

De nombreux slogans de marketing touristique présentent le Cameroun comme un échantillon représentatif à plusieurs égards des spécificités attractives africaines, qu'elles soient naturelles ou culturelles. C'est un potentiel caractérisé par la diversité et la densité qui se trouvent réparti sur l'ensemble du territoire national. D'ailleurs, la connaissance que l'on en a aujourd'hui est partielle et la carte touristique nationale éloignée de la réalité qu'offre le milieu. De même, les acteurs du jeu touristique ne sont pas tous identifiés et les populations locales occupent une place marginale dans la réalisation des actions à portée touristique. Cette réalité est encore plus dramatique au niveau régional.

C'est ainsi qu'eu égard à ce qui précède, nos consacrerons ce chapitre à l'échelle départementale (Océan) à dresser un état des lieux du développement touristique avant d'en présenter les conséquences. Pour y parvenir, nous répondrons à la question de savoir pourquoi le tourisme se développe-t-il si difficilement dans le département de l'Océan pourtant si riche en potentialités?

Au départ, nous formulerons l'hypothèse que le tourisme s'insère selon un mouvement soutenu mais reste largement subi dans le contexte socio-environnemental des marges côtières du Sud Cameroun. Le test de cette hypothèse se fera en exploitant les données bibliographiques relatives à la question, la statistique touristique, par observation directe et entretiens semi directifs sur le terrain. Tout ceci nous permettra de présenter le milieu d'action, l'évolution et les effets de cette insertion dans la ville de Kribi.

1. LE MILIEU DES MARGES COTIERES : UN CADRE A LA GEOGRAPHIE FAVORABLE AU TOURISME

Bien que le trait d'union entre ces territoires soit leur proximité de la côte (moins de 45 km), ils présentent cependant une grande variété physique et humaine dont le produit est un abondant vivier potentiellement utilisable à des fins touristiques.

1.1. Le milieu physique : atouts et contraintes au décollage touristique

Le département de l'Océan est logé dans l'angle Sud-Ouest du Cameroun forestier et est bordé à l'Ouest par les eaux de l'Océan Atlantique. Son relief qui échappe heureusement à la monotonie détermine - cependant bien qu'en partie - le climat, la végétation, l'hydrographie et les sols.

1.1.1. Un relief de plaine dominé par un bas plateau

Dans l'ensemble, c'est une région de basses terres d'une part et d'autre part de plateaux. La morphologie de détail est un paysage de nombreuses collines séparées par des ruisseaux à débit lent et régulier, collines dont le profil en demi-orange est reconnu par les géographes comme assez caractéristique de la zone équatoriale. Ce type de paysage concerne la majeure partie des plaines sédimentaires de la façade maritime (Olivry, 1986).

La plaine côtière est comprise entre les embouchures de Londji au Nord et du Ntem au Sud et séparées par une distance de 90km. On remarque le long de cette côte une décomposition en segments avec des orientations variées entre 340 degrés Nord et 20 degrés Est. Aussi y a-t-il une forte apparition de la convexité Ouest de l'ensemble de la côte ; un profond rentrant des bouches du Cameroun s'oppose à cette convexité, partie la plus profonde du Golfe de Guinée. Ainsi morcelée, segmentée et arquée, les mouvements ondulaires de la houle qui agitent la mer attaquent la roche sur divers angles : oblique, perpendiculaire ou se déplacent parallèlement au tracé du rivage. Sa platitude (13-18m) est rompue par la présence de quelques reliefs résiduels tels le massif des Mamelles (323m), le rocher du Loup et les monts des Eléphants tandis que la plaine fluviale, inclinée sur le Ntem, côtoie par les deux bras dudit fleuve, l'île de Dipikar et aide par son inclinaison à évacuer les eaux continentales vers la mer.

Il existe un escarpement très abrupt qui sépare la plaine du plateau. Le plateau Sud camerounais prend effectivement le relais à partir du village Nko'élon vers l'Est au délà du fleuve Mvini et atteint son maximum au Nord du massif de granites de Nkolebengué (1 020m) dans la zone d'étude. Dans l'ensemble, il y prévaut un climat très humide.

Eu égard à ce qui précède, le relief offre une importante diversité. Bien qu'il n'existe pas de règle en matière de pouvoir d'attraction d'un paysage, les principes d'originalité et d'unicité (Dewailly et al, 1993), de diversité (Béteille, 2000) qui favorisent le dépaysement sont généralement pris en compte. Ils ont d'ailleurs servi à l'inventaire des 120 sites touristiques du Cameroun réalisés par le GTZ et le MINTOUR en 2001 (Cf. Annexe C).

Au total, ces ressources nombreuses dont regorgent ces reliefs globalement bas restent dans l'oubli ou l'ignorance du fait d'une accessibilité limitée et très laborieuse, quoiqu'ils n'aient rien de banal ni de commun. La variété observée ici contraste avec la régularité du climat.

1.1.2. Un climat doux mais pluvieux

Le département de l'Océan appartient au grand ensemble du domaine climatique de la variante guinéenne qui prévaut sur l'ensemble du domaine forestier camerounais. Elle présente deux nuances (maritime et guinéenne de l'intérieur).

La nuance maritime se caractérise par l'inexistence de mois secs quoiqu'il existe deux minima (Janvier et Juillet) de pluies avec 240 mm à Campo en juillet et évidemment deux maxima (Mai et Octobre) de pluies. Les amplitudes thermiques sont faibles (autour de 2°C). L'année est découpée en quatre saisons mais bien arrosées avec des précipitations dont la quantité est largement au-delà de 2 500 mm. C'est ainsi que plus près on est de la côte, plus les précipitations sont importantes (Kribi : 2 970 mm, Campo : 2 772 mm) du fait que la mousson balaie de pleins fouets cette zone où la végétation est dégradée avant d'être ellemême brisée par les contreforts du massif du Ntem, d'où la variante guinéenne continentale.

Dans la variante du climat équatorial guinéen continental, la pluviosité est moins abondante mais reste élevée (1 686 mm à Nyabizan), les températures sont plus douces avec des journées ensoleillées et chaudes, les nuits et matinées fraîches. L'année est divisée en quatre saisons bien marquées (deux saisons sèches et deux saisons de pluvieuses).

Figure 4: Histogrammes pluviométriques pour chacune de ces nuances (Suchel, 1972).

De façon générale, le fait touristique est marqué par un héliotropisme dominant11 (Dewailly, Op.cit.). Le Las de Kribi est assez illustratif de Lette réalité oü les saisons sèEhes correspondent aux hautes saisons touristiques. L'amplitude thermique annuelle basse n'influenLe que positivement le mouvement des visiteurs a Kribi.

400

600

500

300

200

100

0

Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Aoüt Sept. Oct. Nov. DéE.

Précipitations en mm Températures en °C Nombre de touristes

P=2T

Figure 5 : Tourisme et saisonnalité à Kribi (Données 2004).

Selon BesanLenot (1990), le touriste exige la séLurité pour ne pas avoir a faire face aux caprices du temps Lonnus a l'avanLe, le Lonfort pour éviter tout préjudiLe sur son état sanitaire et l'agrément sans Lontrainte sur sa jouissanLe. Ces conditions favorables sont réLapitulées dans le tableau suivant :

Tableau 2: Paramètres du très beau temps touristique confortable

Latitude

Type de temps

PARAMETRES

I ou Nb

D ou P

Tx

K

THI

V

U

Basses
latitudes

Très beau temps confortable

>7

<3/8

0

0

22 à 31

58 à 525

= 26,5

2 à 8

< 26,5

Source : Besancenot J.P., 1990.

I = Durée de l'insolation (en heures)

Nb = Nébulosité en milieu de journée (en octats de ciel ouvert)

D = Durée des précipitations entre 6 à 18 heures (en heures)

P = Hauteur des précipitations entre 6 à 18 heures (en mm)

Tx = Température maximale (en °C)

K = Pouvoir réfrigérant de l'air en milieu de journée (en watts/m2 de surface corporelle)

11 Il s'agit d'un tourisme dont les périodes de rushes se Ionfondent avec [Ielles de Lhaleur et d'absen[Ie de pluies.

THI = Indice thermo-hygrométrique en milieu de journée (en °C)

V = Vitesse du vent en milieu de journée (en m/s)

U = Tension de vapeur de l'air en milieu de journée (en hectopascals)

Malheureusement, ces données ne sont pas disponibles dans les services de la station météo de Kribi. Quant elles le sont leur format est inapproprié. Trois d'entre elles existent pour la durée de 24 heures à savoir la hauteur des précipitations (P), la température maximale (Tx) et la vitesse du vent en milieu de journée (V), pourtant elles auraient été convenables pour la période de la journée comprise entre 6 et 18 heures.

Tableau 3: Paramètres disponibles du temps touristique confortable de Kribi

Paramètres

Mois

hauteur des
précipitations (mm)

température
maximale (°C)

vitesse vent en
milieu journée (m/s)

Janvier

9,8

32,8

2

Février

2,1

34

2

Mars

31,6

34,5

2

Avril

42,3

35

2

Mai

75,7

34,2

2

Juin

111,9

32,6

2

Juillet

9

31

2

Août

106

30,8

2

Septembre

83,1

31,5

3

Octobre

67,6

32

2

Novembre

25,2

32,6

2

Décembre

6,2

32,5

2

Station météorologique de Kribi, 2005.

Globalement, à défaut d'être très beau, le temps touristique confortable est tout au moins beau. D'ailleurs les touristes ne le présentent jamais comme un obstacle strictement insurmontable à leur séjour dans une région. Car, quand bien même la qualité du temps constituerait un frein à la fréquentation, elles créeraient sous certaines exigences des conditions plutôt stimulantes pour les aventuriers naturels à la recherche de sensations exceptionnelles. Quoiqu'il en soit, chaque visiteur évalue les bénéfices à retirer d'un voyage et en paie le prix (argent, risques...) si cela lui paraît nécessaire. C'est bien souvent le cas des destinations exotiques où la végétation constitue elle aussi un atout non négligeable pour étoffer l'offre touristique dans une contrée donnée.

1.1.3. Une végétation dense, variée et séduisante

C'est une zone de forét ombrophile dense humide sur une bonne partie de la zone d'étude. Elle est cependant dégradée en partie par les activités humaines (tracé routier, habitation, agro-foresterie) et présente aussi une végétation originale (mangrove) qui se développe le long de cours d'eau et de l'océan.

Le massif forestier du sud présente trois grandes unités végétales qui se rattachent à l'écologie du milieu (Letouzey, 1968) : la forêt littorale, la forêt de moyenne altitude, la forêt atlantique et congolaise. La première forme un triangle rectangle dont l'angle droit est sur la côte Nord de Londji et la pointe à l'extrémité Ouest de l'île de Dipikar. Elle se caractérise par l'abondance de deux espèces (Lophira alata et Sacoglottis gabonensis) qui seraient le produit des défriches anthropiques anciennes. C'est une la forêt atlantique et congolaise liée à un fort taux de pluviosité. La deuxième quant à elle, forme un couloir rectiligne dont la limite à l'Ouest côtoie l'hypoténuse du triangle et à l'Est part de la confluence Ntem-Bongola à l'extrémité Est d'HEVECAM en passant par Nyabizan. Elle est sujette à des précipitations inférieures à 2 000mm. Elle est fortement dégradée par le développement des plantations de cacao.

Photo 1 : Une végétation dense de la forêt de moyenne altitude.

Le troisième type est la forêt atlantique et congolaise. Elle présente à peu près les mêmes caractéristiques que la précédente (forêt atlantique et congolaise) et ne se trouve que par endroits dans la zone périphérique Est de notre zone d'étude et forme quelques enclaves individualisées.

Les autres formations végétales sont des forêts sempervirentes à faciès dégradé le long des axes routiers Kribi -Akom II et Kribi-Campo où le sous bois est pauvre voire inexistant. Ces régions sont occupées par des jachères et des recrus broussailleux. Aussi des forêts se rencontrent-elles sur les sables marins des cordons littoraux sablonneux. On les retrouve entre Campo et Dipikar, le long du fleuve Lobé et les terrains de basses altitudes envahis par intermittence par les eaux.

1.1.4. Un réseau hydrographique dense mais non valorisé

Le tourisme fluvial se développe sur un diamètre de 15km autour du fleuve associant le bord à voie d'eau et l'arrière pays (Damien, 2001). Du Nord au Sud de cette zone se succèdent trois fleuves dont le plus important est le Ntem qui coule en direction de l'Océan Atlantique, déversoir des eaux charriées par ces cours d'eau.

- La Kienké et la Lobé

Deux petits fleuves se jettent dans l'océan à quelques kilomètres de distance, la Kiénké au nord par une succession de rapides dans le petit port de Kribi, la seconde sans transition par des chutes directes dans la mer ayant auparavant pris naissance dans les collines d'Ongongo au Sud d'Akom II. Leurs bassins versants sont entièrement occupées par la forêt équatoriale dense anthropisée, soit respectivement 2 305km2 et 1 435km2. Le tarissement est observé pendant les deux saisons sèches et les crues pendant la grande saison de pluies (OctobreNovembre) pour le maximum annuel.

- Le Ntem

Il prend sa source au Gabon et son bassin versant de 31 000km2 est partagé entre trois pays (Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale). L'hydrographie du Ntem est caractérisée par des étiages accentués, des débits moins forts, la régularité des drains, la dichotomie du cours principal du fleuve et une série de chutes amenant rapidement le fleuve à l'Océan par une grande embouchure. Les deux bras du Ntem (Ntem, Bongola) isolent l'île de Dipikar, qui atteint 16km dans sa plus grande largeur et 40km de longueur ; ces deux bras se rejoignent dans l'estuaire appelé aussi Rio Campo, 8km avant de se jeter dans l'océan.

- L'Océan

Le contact de l'Océan Atlantique avec le continent se caractérise par un affleurement du socle constituant par endroits des murs. Le plateau continental au large de Campo mesure

moins de 25km et se remarque par des écueils rocheux qui constituent de véritables abris d'assez gros poissons (MEAO, Op.cit.) pour les parcours de pêche touristique.

De plus, pour un agrément maximum, les eaux doivent être à bonnes températures (>20°C), de couleur claire, propre et non polluée (Dewailly, Op.cit.). Les eaux de l'océan remplissent plusieurs de ces conditions avec une température supérieure à 24°C (MEAO, Inédit), un faible niveau de pollution, plus ou propre et de couleur tirant sur le verdâtre à cause de l'eutrophisation.

1.1.5. Des sols propices à l'agriculture

Deux catégories de sols existent dans cette région : les sols ferrallitiques et les vertisols. Les sols ferrallitiques jaunes et rouges dérivent des roches métamorphiques, sont peu profonds, acides et tiennent une grande région dans la zone. Ils sont généralement argilosableux, meubles, associés à une faible quantité d'humus. Cependant, leur faible fertilité est atténuée par la présence de la matière organique d'origine végétale et favorable à la culture arborée.

Les vertisols quant à eux sont des sols agricoles par excellence du fait de leur fertilité remarquable et se retrouvent principalement le long de la frange Sud-Ouest de l'arrondissement de Campo.

Ces sols agricoles ont permis l'implantation de deux agro-industries dans la région (SOCAPALM et HEVECAM) qui donnent l'occasion de développer l'agritourisme. De même, ils permettent de faire face à la saisonnalité des emplois touristiques et de pourvoir aux besoins de cette industrie en vue du bien-être des communautés locales.

1.2. Le cadre humain : forces et faiblesses d'un tourisme de culture 1.2.1. Le peuplement et les modes de vie

Il existe deux grands groupes ethniques dans cette zone : les pygmées (Bagyéli), les plus anciens occupants du site, qui ont été refoulés par les bantous pour s'y installer. Les Bagyéli sont minoritaires et chasseurs-cueilleurs avec un mode de vie nomade. Pour leurs activités forestières (chasse et cueillette), ils parcourent 30 km à la ronde en pratiquant de la chasse artisanale au moyen des filets à base de fibres tirées d'arbres qu'ils appellent `Essalé' ou de fibres synthétiques, mais aussi avec des chiens et des sagaies. Généralement, ils font 2 à 3 parties de chasse par semaine en groupes de 5 à 10 personnes. Leurs prises ne dépassent que très rarement 5 gibiers et parfois ils reviennent bredouille. La communauté se partage les

fruits de la chasse, et s'il y a un surplus, celui-ci est vendu aux bantous, et le produit de la vente leur permet d'acheter des produits de première nécessité. Leur habitat reste encore très précaire, il est construit essentiellement à partir de feuilles et d'écorces d'arbres en dehors de quelques cases faites en terre. Pour le pygmée, la forêt a de la valeur. Elle symbolise pour lui la paix et l'harmonie, elle lui permet d'être soi-même, d'être entre soi. Les valeurs qui soustendent les modes de vie en forêt s'inscrivent dans une conception du temps (court terme) et de l'espace (mobilité) qui n'est pas reconnu par les Etats-Nations, ni par les peuples environnants (Maryvonne, 1999). Il faut cependant ajouter que ce mode de vie connaît des mutations profondes du fait notamment de la sédentarisation obligatoire impulsée par le gouvernement et soutenu par certaines ONG. Cela implique « [la perte] de leur patrimoine culturel, une conséquence en contradiction avec les normes internationales qui reconnaissent leur droit à leur culture et à l'auto-détermination » (Owono, 2001).

Clichet : D. NGUEPJOUO

Photo 2 : Un campement de pygmées assez évolués.

Les Bantous appartiennent à la deuxième vague de migration bantou composée de FangBéti en provenance du Sud de l'Adamaoua chassés eux-mêmes par les Baboutés vers la fin du XVIIè siècle. Ils sont très nombreux et se subdivisent en plusieurs groupes : les pêcheurs qui sont installés sur la côte (Batanga, Mabi et Iyassa), et plus loin sur le continent, les agriculteurs (Ntumu, Mvae, Bulu). Les villages sont linéaires, suivant le tracé routier et les habitations construites à l'aide des matériaux locaux. De plus en plus, l'élite urbaine introduit des matériaux modernes qui modifient quelque peu le visage de l'habitat. En ville, on observe une typologie classique de l'habitat avec notamment l'habitat moderne construit selon les

normes en vigueur, le type spontané caractérisé par le sous équipement et l'anarchie des constructions (Petit Paris, Afan Mabé, Nkolbiteng, Dombé) et le type traditionnel que l'on rencontre dans les quartiers à dominance autochtone (Talla, Boamanga). Ils forment une seule unité linguistique nonobstant quelques légères différences d'accent et phonologiques (Chendjouo et ali, 2003).

1.2.2. Les cultures des peuples de l'Océan

Le département de l'Océan est une véritable mosaïque de cultures dont la variété illustre à suffisance la richesse de ces peuples. Sur le plan des croyances, les religions tels le christianisme, l'islam et l'animisme sont bien implantées dans la zone d'étude. Quant aux rites, danses et instruments de musique, le tableau suivant en fait un récapitulatif.

Tableau 4: Quelques éléments culturels du département de l'Océan.

Eléments culturels

Département de l'Océan

Rites

Fêtes traditionnelles Bapuku et Banoho'o, Akoumaba, Ivanga, Mukuye, Ndjengu, Sô, Gui, Mukulu, Mevugu, Ndje...

Danses

Baka dance, Ozila, Mengang, Ebolasa, Ebaza,

Ebol'Asan, Enyngué, Akoumaba, Omiasse, Engueb avia, Ivanga, Mekuye, Mebongo, Bevala, Mookoum, Mbaya, Betjibwa, Assiko, Nzanga, Nsebito, Bol, Abok bekon...

Instruments de musique

Accordéon, tamtam, tambour, balafon, claquettes Mvet, ...

Spécialités culinaires

Ndjomba, Bouillons de poisson...

Sources : enquêtes de terrain, septembre 2004 et MEAO, 2003.

Malheureusement, les cultures de ces peuples sont en perte de vitesse. Chez les pygmées, les efforts de multiples acteurs ont réussi à émanciper une bonne frange de ce peuple. Le phénomène va d'ailleurs en s'intensifiant du fait des contacts avec l'extérieur. Mais l'essentiel reste encore sauf. Quant aux sociétés bantou, infiltrées, elles ont dû perdre une bonne part de leur substance et les jeunes générations les ignorent et s'en passent même. Bien que quelquesuns désirent conserver cet héritage à travers l'instauration des fêtes historiées et les festivals entre autres, il n'attire pas encore l'intérêt des touristes au point d'en faire des événements touristiques programmables. L'archéologie pourrait peut-être y contribuer de façon forte.

1.2.3. Les révélations de l'archéologie dans le contexte de retour aux sources

De nombreuses études archéologiques ont été conduites dans les marges côtières du département de l'Océan. Elles ont permis de savoir par exemple qu'il existe une importante discontinuité chronologique dans cette zone (Zana, 2000) due au fait que les fouilles archéologiques révèlent des traces indubitables de vie humaine tout au long de l'ère Quaternaire d'après la première chronoséquence et que les occupants actuels ne s'identifient pas à leurs ancêtres (?).

-L'âge récent de la pierre taillée (40 000-5 000ans BP), caractérisé par la présence de l'industrie microlithique qui se distingue par les objets faits sur les quartzites, le quartz à l'instar de la pointe de flèche pour la chasse ou des petits outils tranchants pour le dépeçage du gibier par des tailleurs de pierre de Nko'élon qui étaient des prédateurs.

-Le stade Néolithique (4 000-1 500ans BP) est marqué par le début de sédentarisation en hautes altitudes sur le littoral des populations bantoues venues des Grassfields avec la production d'outils de poterie et en pierre (hache, houe...), l'agriculture sur brûlis. La fosse dépotoir est l'indicateur remarquable des premières formes de sédentarisation. C'est le cas des fouilles sur le site de Bwambé, Nlendé-Dibé.

-L'âge du fer ancien (2 300-2 200ans BP = 300-100 avant Jésus-Christ) pendant lequel l'analyse des artéfacts montrent la production de nombreux objets en poterie, en céramique et des outils en fer. C'est le cas des sites de Bwambé et de l'église catholique de Campo dont les fouilles montrent la présence de l'hameçon et des scories, preuves de la pratique de la pêche par ces populations et de la maîtrise de la technique de la réduction du fer (Oslisly, 2001). Pour la période de l'âge de fer récent, les sites de Campo Beach (Kadomura et alii, 2000), de Bwambé et de l'église catholique de Campo montrent aussi la présence des objets en fer.

Ces résultats pour partiels qu'ils sont, restent intéressants quoique n'ayant pas encore donné lieu à la mise en place de sites archéologiques, ni même d'écomusée. Tous les artéfacts récoltés jusque-là sur divers sites sont provisoirement hébergés au bureau de l'IRD à Yaoundé. Ceux-ci permettraient à coup sûr de développer un tourisme culturel dont la vitalité contribuera fortement à la valorisation de nos cultures en perte de vitesse. De plus, Le tourisme scientifique peut aussi être développé dans cette région pour aider à trouver une explication aux discontinuités chronologique, humaine et culturelle.

1.3. Le potentiel écotouristique

Il peut être compris comme l'ensemble des atouts à l'état sauvage dont dispose une région et qui, pour diverses raisons, n'ont pas encore pu être valorisés pour servir au secteur touristique comme produit touristique. Le produit est un tout indivisible qui renferme aussi bien l'offre originale que toutes les facilités qui en favorisent la consommation (moyens de transport et de télécommunication, HCR, sécurité des biens et des personnes, stabilité politique et économique, hygiène et salubrité, hospitalité, bon rapport qualité-prix...) qui doit par le marketing faire correspondre à la demande touristique. Pour ce qui est de l'offre touristique, c'est un ensemble d'éléments naturel et culturel, matériel et immatériel qui présente une valeur exceptionnelle du point de vue esthétique, artistique, historique, culturel et économique d'une région ou pays. Ceux-ci sont susceptibles d'attraction et de curiosité chez des visiteurs potentiels en fonction de leur distribution spatiale et par rapport à leur lieu de loisir, d'hébergement méritant d'être conservé pour l'intérêt du tourisme.

1.3.1. Offre naturelle

Il s'agit de toutes les attractions touristiques d'origine naturelle (mer et plages, lacs et rivières, forêts, faunes, rochers et grottes).

- Mer et plages : Toute cette côte Ouest est couverte par les eaux de l'Océan Atlantique. De même, chaque village le long de cette côte dispose d'une ou de plusieurs plages (Bwambé, Grand Batanga I et II, Eboundja, Bongahélé, Lobé, Lolabé, Ebodjé) régulièrement fréquentées en haute saison touristique. Il reste encore une multitude de plages plus larges et plus belles qui sont ignorées et par conséquent non promues entre Ebodjé et Campo, et plus généralement en dehors du territoire touristique (Cf . Fig. 10).

Photo 3: Plage à Itondé-Fang.

Figure 6 : Carte de l'espace touristique des marges côtières de la province du Sud Cameroun

- Lacs, rivières et chutes: Dans cette zone, il existe quatre lacs (Etondé-Fang, Mba Ayam, lac à Caïmans et Mvini) de même que les rivières et les chutes. Pour ce qui est des rivières, il en existe un très grand nombre, mais nous en retiendrons les principaux : (Kienké, Lobé et Ntem) qui reçoivent de nombreux ruisseaux en amont avant de se jeter dans la mer. Seuls, le Ntem et dans une certaine mesure la Kienké pour les fleuves et l'ensemble des lacs sont navigables en toute saison et peuvent de ce fait être exploités pour la pêche-promenade. Sur le

cours de ces fleuves, on peut relever la présence de deux fameuses chutes (les chutes de la Lobé et les chutes de Memve'élé) et deux autres d'importance relative (les chutes d'Edjang zo'o et chutes sur la Biwoumé).

Photo 4: Quelques chutes dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun.

- La forêt : la forêt biafréenne, la forêt littorale et la forêt congolaise sont pourvues d'une importante richesse biologique dont la particularité est la densité et la diversité de la flore : plus de 1500 espèces de plantes dont 45 sont endémiques ou rares.

- La faune : Au stade actuel des études, la faune est évaluée à 80 espèces de mammifères moyens et grands (critère important de développement de l'écotourisme), 18 espèces de primates, 28 espèces de chiroptères, 307 espèces d'oiseaux (Ndeh, 2002). 249 espèces de poissons, 23 espèces d'amphibiens et 122 espèces de reptiles. L'avifaune présente à priori toutes les espèces recherchées par les ornithologues et touristes verts (picatharte chauve, calao, perroquet...).

- Rochers, grottes, montagnes et massifs : Les marges côtières du département de l'Océan sont encombrées de nombreux reliefs résiduels, les uns aussi importants que les autres (Mont des Mamelles, Mont des Eléphants, Mont Nkolebengué, Akok-Benyat, Rocher des esclaves, Rocher du loup), que les autres (Mont Biwoumé, Ayak-Minkola-Imbong, Ozom-Zomo, Akok-Obek'Foui, Akok-Mevoui, Akok-Yaekukuankuk, Mbaz-Akok...).

1.3.2. Offre socio-culturelle

Elle présente une évidente variété et satisfait une demande socio-culturelle exigeante et composite. Très généralement, elle ne constitue pas l'offre principale mais la complète ou l'enrichit :

- Genre de vie : Les populations de cette zone se caractérisent par de nombreux traits tels le sens de l'accueil et de l'hospitalité, leur art culinaire, leur artisanat et leurs nombreuses techniques de conservation du poisson et de la viande.

- Folklore et tradition : Dans une enquête de terrain menée dans trois villages, nous avons obtenu comme résultats plusieurs danses traditionnelles (Ebianmeyong : `Ebol'Asan', `Akoumaba', `Engueb' ; Nko'élon : `Enyngué', `Ebolasa' ; Ebodjé : `Bevala', `Mokuyé', `Ivanga', `Baka dance' ; Campo : `Mookoum', `Ebaza', `Nsebito'). Il est à noter que les danses touristiques comme `Akoumaba', `Mokuyé' et `Ivanga' ne sont pas publiques, exceptée la phase non rituelle qui peut à certaines occasions être ouverte aux non-initiés. Mais de manière générale, les danses s'exécutent sur commande ou selon un calendrier culturel annuel.

- Les vestiges historiques : Ils sont tous de la période d'occupation allemande. Il s'agit des cimetières allemands à Kribi, de l'Eglise Catholique d'Ebodjé construite en 1900 par les Allemands, une boulangerie et quatre tombes d'Allemands à Campo, des ruines de l'agroindustrie (Hévéa et palmiers à huile) et d'habitations d'Allemands dans l'Ile de Dipikar.

Clichet : D. NGUEPJOUO

Photo 5: Quelques vestiges de l'occupation allemande sur l'île de Dipikar.

- Le rôle de l'archéologie : A la suite des premiers résultats de travaux archéologiques dans cette zone, une exploitation touristique peut en être faite. Dans la perspective de la valorisation de ce patrimoine, Oslisly (2001) suggère les possibilités :

(1) de présenter les artéfacts issus des fouilles dans un écomusée ;

(2) d'incorporer quelques archéosites dans les circuits écotouristiques.

Le tourisme scientifique peut aussi être développé dans cette région pour aider à trouver une explication aux discontinuités chronologique, humaine et culturelle.

1.3.3. Offre aménagée

C'est l'ensemble des aménagements effectués avec pour l'ambition de mettre le visiteur à l'aise pendant qu'il jouit de l'offre originale. On peut citer dans ce registre l'accessibilité : les moyens de transport (la présence et le bon état des infrastructures routières, ferroviaires et aériennes et de télécommunication), les conditions agréables de voyage, d'hébergement et de restauration. Dans les marges côtières du département de l'Océan, l'accessibilité - à partir des aéroports internationaux de Douala et de Yaoundé jusqu'à Kribi - ne pose aucun problème. En effet, une infrastructure routière en bon état dessert la ville tête-de-pont de cette zone (Kribi). Mais le reste de la zone, lorsqu'elle est accessible par voie routière, exige l'usage des véhicules tout terrain (4×4). Il existe aussi un aéroport non encore fonctionnel à Kribi et une piste d'atterrissage privée de la Société Forestière (HFC) à Ipono. De même en dehors de Kribi et sa proche périphérie, il est difficile de communiquer et d'accéder aux médias nationaux et internationaux (Journaux, radio, TV). Cette situation est semblable quand il s'agit de l'hôtellerie et de la restauration. Kribi est donc un pôle très favorisé pour le tourisme classique tandis que de nombreux efforts méritent d'être entrepris pour le reste de la région, mais cette fois, en tenant compte du volet de la durabilité. Ceci devra en principe réduire fortement les coûts des investissements à effectuer. Il est entendu que ces offres doivent être complétées par des garanties comme la sécurité des biens et des personnes, la stabilité politique et économique, l'hygiène et la salubrité, l'hospitalité, le meilleur rapport qualité-prix des prestations offertes entre autres.

En définitive, le milieu comporte à la fois des ressources dites anté-touristiques12 et celles dont la présence et souvent l'existence même sont intimement liées à un développement touristique préalable. Elles sont dites post-touristiques13 c'est-à-dire qu'elles sont mises en place pour agrémenter le séjour des visiteurs et contribuent de façon notable à la transformation d'un milieu naturel en un espace construit parsemé de ressources (Fig.6) et

12 Ce sont les ressources originelles et préexistantes au tourisme et même parfois à toute occupation humaine (Dewailly et al, 1993). Ce sont les ressources tels le climat, la faune, la mer, les paysages ...

13 Elles sont mises en oeuvre dans l'optique d'un tourisme à envisager, ou en sont la conséquence avec pour but d'améliorer un tourisme qui existe déjà.

potentiellement appropriés par les touristes (Fig.10). Quoiqu'il en soit, on est en droit de se demander si cette offre correspond à la demande des touristes se rendant à Kribi.

1.4. La demande des touristes de Kribi et du reste du département de l'Océan

Nous avons réalisé une enquête auprès de 75 touristes rencontrés sur les plages et les hôtels de Kribi au courant du mois de juillet 2005. Le questionnaire (Annexe A) s'est adressé à ceux qui ont bien voulu le remplir pour nous fournir des informations sur leur profil socioéconomique et leurs goûts en matière de pratique du tourisme dans la ville de Kribi et dans l'ensemble du département de l'Océan.

1.4.1. Le portrait socio-économique des visiteurs de KribiLes touristes internationaux qui se rendent à Kribi et sa région ne sont pas tout à fait

inconnus. Ils sont originaires de nombreux pays essentiellement occidentaux, de sexe féminin, célibataires, jeunes et d'un niveau d'instruction.

Pour ce qui est de l'origine des touristes internationaux, ils ne proviennent que très faiblement des pays du continent américain soit 3% du Canada, rien du tout des pays des autres continents. Cependant la part majoritaire de ces visiteurs proviennent des pays européens et spécifiquement de France.

Répatition par nationalité des arrivées internationales à Kribi

30

25

50 45 40 35

Pourcentages

20

15

10

5

0

Série1

Français Polonais Irlandais Russie Autriche Suisse Espagne Pays-Bas Canada

Nationalité

Figure 7 : Répartition par nationalité des arrivées internationales à Kribi

Cela peut s'expliquer par les raisons historiques notamment la mise sous mandat du Cameroun et donc l'administration française de cette partie du pays, la signature de nombreux accords de coopération, la participation des Français à certains secteurs de développement (industrie, économie...), la promotion de bouche à oreille d'anciens visiteurs satisfaits et enfin par le fait que le Bureau d'Informations Touristiques (BIT) du Cameroun pour l'Europe basé en France, assure une promotion de proximité plus grande. Notons au passage que jusque dans la décennie 70, les Allemands sont les plus nombreux à visiter Kribi et que leur nombre est progressivement allé en baissant pour des raisons politiques14.

Les touristes sont majoritairement de sexe féminin (78%) et l'on retrouve la même proportion de jeunes de moins de 30 ans de même que celle de célibataires. C'est une population aimant l'aventure et la diversité des loisirs. Le fait qu'elle soit à 85% de niveau universitaire la rend un peu exigeante. Cela contribue à contrebalancer l'insouciance qui caractérise habituellement la jeunesse et pousser à un certain raffinement de l'offre.

1.4.2. Les motivations des visiteurs de Kribi et alentours

Kribi et ses alentours présentent une diversité d'atouts qui fonde la motivation de voyage pouvant elle-même varier d'une personne à une autre.

60

50

40

Proportions de visiteurs

30

20

10

0

Kribi

Reste Océan

Motivations de visite

Figure 8 : Répartition des motivations des visiteurs de Kribi et le reste de l'Océan

14 La résiliation du contrat du tour opérateur QUELLE avec l'Office National du Tourisme Camerounais en 1970 se justifie pour partie par l'interdiction faite de se livrer au Cameroun à certaines activités telle la prostitution. Les incidences sur le chiffre d'affaires des établissements de tourisme et la population locale obligent le gouvernement à reporter sine die l'application des mesures prises à ce sujet (Essono E.F., 2000).

Le désir d'aventure mentionné plus haut est confirmé par la proportion des avis des touristes sur leurs motivations de voyage.

En face d'une offre non structurée, on a des visiteurs exigeants qui attendent un service d'un certain niveau. Bien qu'ils apprécient globalement la destination pour son caractère naturel et très faiblement artificialisé, ils trouvent la destination coûteuse et estiment du fait de la distance qu'ils pourraient manquer du temps pour revenir la prochaine fois.

En gros, le tourisme de Kribi et du reste du département a besoin d'une sérieuse structuration pour combler les attentes des touristes dont les exigences tiennent compte très souvent du contexte socio- économique et des possibilités du pays et même de la ville de Kribi.

2. L'EVOLUTION DE L'INSERTION DU TOURISME DANS LES MARGES COTIERES DU SUD CAMEROUN

Les Allemands sont à l'origine du tourisme dans le département de l'Océan. En effet, depuis la période de l'impérialisme germanique, leur intérêt pour les ressources naturelles du pays en général et singulièrement pour les régions côtières s'est accru (Nguepjouo, 2003). Pour la région du Mont Cameroun et notamment Limbé au départ, il s'est ensuite déporté sur les côtes kribiennes. Ceux-ci y ont installé des équipements de base susceptibles d'agrémenter le séjour dans un premier temps et de faciliter l'administration territoriale dans un deuxième temps vers la fin du XIXè siècle. Il s'est agi par exemple de valoriser les potentialités naturelles de cette localité notamment en exploitant les caractères favorables au développement de l'activité touristique et en y créant des conditions minimales de séjour agréable pour ses visiteurs (Port, constructions diverses...) (Essono, 2000). Après l'indépendance, le jeune Etat a réalisé de nombreux projets à portée touristique avant la période de désengagement caractérisée par un profond abandon de cette activité. Le secteur se structure peu à peu aujourd'hui autour de la municipalité de Kribi.

Il reste aujourd'hui que de nombreux atouts de la région sont encore inexplorés, voire inconnus. Et quoique encore émergent, le phénomène touristique a diffusé ses effets dans les villages environnants et/ou présentant les mêmes atouts (Lobé, Eboundja, Lolabé, Ebodjé, ...) le long de la côte.

2.1. Une évolution en ligne brisée dans l'espace touristique

Le tourisme dans son évolution a connu des périodes fastes et difficiles qui ont généralement alterné dans le temps et l'espace. Ce parcours n'est pas propre au tourisme, mais est le fait de l'ensemble des secteurs productifs de l'économie camerounaise. A une phase de démarrage promoteur, succède une autre de récession qui, elle aussi, cède progressivement la place à une timide reprise. En effet, le rôle de l'Etat est capital dans la mesure où le secteur privé est encore très faible. Ainsi au départ de ce profil se trouve la prise en charge quasi complète de l'activité par l'Etat, puis son désengagement et enfin par les frémissements d'une difficile relance.

2.1.1. L'Etat providence pendant les années de croissance

Comme dans les autres pays en développement, l'Etat a bien souvent réalisé l'essentiel des investissements dans l'hôtellerie, la restauration, les agences de voyages et les autres infrastructures du nouvel Etat indépendant.

Depuis lors, quelques autres réalisations y ont vu le jour au point de faire de cette ville de petite taille, la vitrine du tourisme balnéaire au Cameroun. Mais jusqu'en 1960, Kribi ne compte que 18 chambres. Plus tard, après les indépendances, les actions à vocation touristique se sont poursuivies avec le soutien effectif de l'Etat. En effet, dès le premier plan quinquennal de développement économique et social (1961-1966), le tourisme transparaît comme un secteur à la rentabilité immédiate d'autant que « la matière première existe : sites et paysages remarquables, faune abondante et variée, curiosités folkloriques nombreuses et spectaculaires ». Il ne faudra alors plus que réaliser l'inventaire du patrimoine touristique, créer et aménager les parcs nationaux, confectionner des circuits touristiques, poursuivre l'équipement hôtelier, créer un office de tourisme et lancer des opérations de propagande.

Les moyens mis en oeuvre pour y parvenir sont nombreux. Il s'agit de financements public, privé et communaux ; de mesures incitatrices ; d'organismes de crédit (banques et CNC15) sur le long terme et à faible taux d'intérêt ; de l'extension des réseaux électriques, télécommunicationnelles, routiers et d'adduction d'eau ; de la mise en place des structures d'intervention en matière d'information, de promotion, de commercialisation, de développement du tourisme ; et enfin de la formation professionnelle.

L'Etat a des partenaires dans la commercialisation de la `destination' Cameroun notamment les deux agences de voyages Quelle et Paneuropa. Plusieurs touristes internationaux en provenance d'Allemagne ont été envoyés sur les plages de Kribi, jugées

15 Conseil National de Crédit

plus captivantes, dès la saison touristique de 1968-196916 par ces voyagistes. Un hôtel à bungalow (Palm Beach) est construit en 1968. Mais en 1970, ces 2 Tour opérateurs ont interrompu la saison avec éclats : infrastructures insuffisantes, entretien incorrect... Ils vont être relayés par Transeuropa et Touropa Spezial (Mainet N., 1979). On atteint cependant la centaine de chambres en 1980.

Tableau 5 : Statistiques de 2 années touristiques 1974 et 1975

Saison

Arrivées

Nombre d'hôtels

1969

 

2

1974

1500*

 

1975

2161 dont 480 Allemands

 

*Allemands seulement

Source : Mainet N., 1979.

Si l'on s'en tient aux statistiques produites par la Délégation Générale au Tourisme, on peut affirmer que ce mouvement de croissance des arrivées internationales - du moins la part de Kribi déduite à partir des chiffres de la saison 1974/1975 sur le total global - est continue. Tableau 6 : Part des arrivées de Kribi sur les arrivées nationales (1972-1978)

Années

TG des arrivées internationales

Arrivées internationales de
Kribi

1972

76400

1528,7

1973

85000

1700,8

1974

96000

1920,9

1975

108000

2161

1976

118800

2377,1

1977

89990

1800,6

1978

102983

2060,6

1979

106251

2126

1980

103317

2067,3

1981

101375

2028,4

1982

115518

2311,4

1983

116386

2328,8

Source : DPTS, Mars 2005.

Les arrivées varient entre 1528 et 2335 et selon un mouvement de croissance soutenu. Mais cela n'est qu'une extrapolation qui ne doit pas avoir la valeur des chiffres exacts. En effet, nous avons obtenu les arrivées internationales de Kribi en partant des données de

16 Le lancement du tourisme balnéaire international organisé est opéré à Limbé la saison 1967-1968 et seulement une saison après à Kribi.

l'année 1975 dont le TG et les arrivées internationales étaient disponibles pour la même année. Mais beaucoup restent à élucider non seulement en ce qui concernent l'explication des données d'autant que les producteurs de ces données ne sont plus aux affaires mais aussi pour ce qui est des conditions de production et la quantité de crédit à accorder à de telles informations. Ainsi, on ne comprend pas déjà par exemple pourquoi le nombre d'Allemands se réduit drastiquement une année sur l'autre (Cf. Tabl.5).

Toutefois, il importe cependant de présenter l'allure de la courbe que les séries statistiques disponibles pour les périodes 1972-1983 et 1999-2004 donnent.

12000

10000

8000

4000

2000

0

Nombre de visiteurs

6000

Série1

Années

Figure 9 : Arrivées des visiteurs à Kribi (1972-1983 et 1999-2004)

Les arrivées ont toujours évolué en dents de scie parce que les dispositions pas prises ni pour anticiper, ni pour agir sur les problèmes qui influeraient sur les arrivées hôtelières. Il est très courant d'arguer que le caractère transversal du secteur rend cette approche difficile voire impossible. La courbe déjà brisée se rompt entre finalement1983 et 1998. Il est possible que le changement opéré dans l'orientation politique au plus haut niveau de l'Etat l'explique en partie. Une autre explication est le fait que les moyens nécessaires à la production de ces données ne sont plus alloués en quantité suffisante et dans les délais souhaités par ceux qui en ont la charge.

2.1.2. Le désengagement de l'Etat et le flottement du secteur touristique

Pendant les années de crise, l'Etat sous ajustement a dû se retirer des secteurs productifs dont le tourisme. Cela se traduit par une absence quasi générale des statistiques pourtant le MINTOUR est créé en 1989 - en remplacement du Secrétariat d'Etat au Tourisme (1982) elle-même ayant succédé à la Délégation Générale au Tourisme (1975) - avec entre autres missions la production de ces statistiques. Le pionnier de l'administration du tourisme est l'Office National Camerounais du Tourisme qui fut érigé en 1970 en Commissariat Général au Tourisme17. Ces structures ont certainement produit des statistiques mais qui nous ont pas été possible de consulter parce que ne les ayant pas trouver et parfois leurs détenteurs les qualifient de non crédibles et partant de non publiables.

Qu'à cela ne tienne, le tourisme bat de l'aile au courant de ce passage à vide, les services déconcentrés du MINTOUR sont réduits à leur plus simple expression, les délégations provinciales.

Dans ce contexte de désengagement, les collectivités essaient de se positionner en jouant un rôle de plus en plus fort pour tenter de maintenir le tourisme à un niveau appréciable.

2.1.3. La relative prise en main par la Communauté Urbaine de Kribi (CUK) et les autres partenaires.

Le secteur touristique tente de se réorganiser autour des municipalités sous le leadership de la CUK dans le département de l'Océan et l'appui des ONG tels la SNV et le WWF. Cela ne signifie pas que le MINTOUR cesse d'exister, au contraire, il a été récemment créé la délégation départementale pour l'Océan. Mais les missions de développement du tourisme sont aux mains des collectivités locales tandis que le MINTOUR en assure le contrôle (Aménagement de la Bande côtière).

Une étude portant sur le plan d'aménagement et de gestion de la bande côtière est en cours d'adoption à l'initiative conjointe des communes rurales de Campo et Kribi de même que de la commune urbaine de Kribi et avec l'appui technique et financier de la SNV. Suivra ensuite une deuxième phase qui consistera en réalisation (aménagement) de la bande côtière.

Ces débuts bien que pénibles sont promoteurs. Une des propositions de cette étude - la création d'un office intercommunal de tourisme - a été adoptée et mise en oeuvre et de nombreux projets sont en préparation. Le maire de la CUK en est le président.

17 Essono E.F., 2000.

2.2. L'analyse de la croissance du phénomène touristique

Le phénomène touristique dans les marges côtières présente une forte polarisation à Kribi. L'essentiel des investissements en infrastructures et équipements y sont concentrés et le reste de la région lui sert de faire-valoir. Ceci peut être attribué à une planification insuffisante, à un goût irrésistible pour le foncier en front de mer et aussi à l'insuffisance des moyens de gestion du secteur.

2.2.1. Les difficultés de planification

Le secteur touristique connaît de sérieux problèmes de planification et de prospective à Kribi. En effet, la croissance n'obéit ni à un plan d'ensemble, ni à la réalisation de quelque objectif mesurable. Ainsi, ni dans les services du DPTS et DDTO, ni au DDO/MINDAF ni ailleurs aucune carte n'est disponible. Les attributions du MINTOUR qui connaissent du reste une certaine souplesse dans leur application consistent en

· l'encouragement des investissements touristiques,

· l'aménagement des sites,

· la promotion du tourisme camerounais,

· la collecte des statistiques et la formation du personnel.

Il apparaît que les missions de prise en charge de la planification ne sont pas la préoccupation du ministère encore moins des municipalités de l'Océan. Aucun opérateur ne peut se prévaloir de cette prérogative qui fait partie des missions régaliennes de l'Etat. L'Etat et les autres opérateurs touristiques subissent l'implantation des structures hôtelières et de restauration. Il n'existe pas d'orientation en matière de capacité d'accueil de Kribi, de leur localisation et de leur rythme de mise en place.

De même, malgré l'inscription en bonne place du rôle incitateur de l'Etat au rang de ses missions, aucune mesure de nature à promouvoir et capter les investissements18 n'a été prise dans cette région. Au contraire, les griefs19 des promoteurs vis-à-vis des pouvoirs publics sont de plus en plus nombreux et témoignent bien souvent d'un découragement rampant au sein de la corporation des promoteurs touristiques de cet univers.

A la décharge des autorités en charge du tourisme, le contexte de crise économique avec ses corollaires sur le train de vie de l'Etat réduit les capacités d'intervention corrective et les possibilités de réalisation. De plus, la création d'un organisme ayant pour mission d'étudier et de mettre en valeur le département de l'Océan participe de cette logique de dédouanement des

18 Détaxe, création des lotissements touristiques, octroi des crédits aux potentiels investisseurs...

19 Tarification électrique asphyxiante, fiscalité exorbitante et écrasante, législation contraignante

pouvoirs publics. Leurs travaux sont aujourd'hui pratiquement à leur phase terminale - du moins pour ce qui est de la phase étude - et consacrent une large place au tourisme mais restent cependant pour une part dans l'imprécision en ce qui concerne le (s) type (s) de tourisme à développer sur la base de la demande actuelle dans la région et l'offre des destinations concurrentes.

Il reste que c'est de la navigation à vue dont les conséquences spatiales sont déjà perceptibles.

2.2.2. La ruée imparable vers le foncier en front de mer

Même pendant la période des plans quinquennaux où l'Etat définissait avec précision les objectifs sur tous les 5 ans et mettait tout en oeuvre pour les réaliser, on a pu se rendre compte d'une croissance spontanée. Cela peut s'expliquer par le fait qu'il se focalisait sur les investissements, les réalisations. Les objectifs premiers poursuivis concernent : l'augmentation et l'amélioration de la capacité d'accueil du pays, l'augmentation du nombre de touristes à recevoir, la participation effective des Camerounais à la consommation touristique, l'aménagement des sites et des circuits touristiques, la mise en place des moyens nécessaires à la réalisation des programmes de développement touristiques arrêtés. Ainsi la planification et la réglementation sont venues seulement par la suite du moins sur le domaine maritime et fluvial. C'est ainsi que le régime foncier entré en vigueur en 1974, trouve un front de mer ayant déjà fait l'objet d'une certaine occupation. L'Etat s'en accommode du fait de la non rétroactivité de la loi et/ou du risque de dédommager toutes les occupations antérieures à cette loi. Il se résout - selon les dispositions nouvelles du régime foncier - à maîtriser les installations futures. Aujourd'hui pourtant toutes les terres en bordure de mer sont totalement occupées et 75% de titres fonciers attribués20 de façon régulière et très souvent en violation de l'emprise maritime et fluvial. Car les normes prévoient que les installations en matériaux définitifs ne doivent se faire qu'à 50 m après la ligne des plus hautes eaux et 25 m après le lit majeur des fleuves. De plus, les sols ne doivent pas faire l'objet de vente par contre, ils peuvent être cédés. A ce moment-là, les morcellements et les mutations sont possibles. En outre, la porosité de ce sol sablonneux ne favorise pas l'édification des bâtisses colossales d'autant que sa capacité portante est très faible. Le constat sur le terrain est désolant (Cf. Figure 11). Les constructions nombreuses germent de terres tous les jours au grand dam de cette réglementation et les pouvoirs publics assistent impuissants au développement de la clandestinité.

20 Entretiens personnels avec le Délégué Départemental des Domaines et des Affaires foncières de l'Océan.

L'explication la plus plausible de l'attrait pour les espaces côtiers de plus en plus difficile à contenir tient au fait que les détenteurs de ces terres sont très souvent des hautes personnalités de la République qui se croient obligées d'être au-dessus de la loi pour satisfaire leurs caprices, même les plus folles. Elles y construisent des résidences secondaires de haut standing ou des hôtels qui sont par la suite classés.

2.2.3. La modicité des moyens

La DPTS et la DDTO sont tous les deux logés à Kribi. Il est vrai que la deuxième est de création très récente21 mais elle n'a pour assurer son fonctionnement que le Délégué dont les services occupent une pièce dans les locaux de la DPTS. Celle-ci n'est pas non plus bien lotie. La carence en quantité de personnel est aggravée le niveau de qualification de ce nombre.

Le manque de matériel fait également partie des difficultés rencontrées par cette administration. L'ordinateur est encore une curiosité ici et tout le travail se fait de façon manuelle et il n'est pas étonnant que les résultats des calculs des sommes des fiches statistiques que nous avons dépouillées ne coïncident que très rarement avec ceux qui sont automatiquement générés par le tableur Microsoft Excel.

Les finances manquent aussi cruellement et limitent les actions que voudraient

entreprendre ces autorités en charge du tourisme du point de vue institutionnel. Le DPTS a abandonner l'usage de son véhicule de fonction, l'unique de ses services, à cause des notes

d'entretien écrasantes.

Au total, on peut dire que l'évolution du tourisme dans les marges côtières de la province du Sud ne s'est pas faite selon un mouvement ascensionnel continu depuis l'indépendance. Car après la décennie prometteuse de démarrage (1960-1970) a suivi une longue période de flottement et de crise avant que ne s'observe tout récemment (depuis 1998), les nouveaux frémissements d'un probable décollage avec des acteurs nouveaux, l'Etat se désengageant progressivement des secteurs productifs de l'économie. Les marques de ce retrait de l'Etat sont perceptibles tant en ce qui est de la planification, de la régulation, de l'aménagement et du marketing du territoire touristique de cette région.

21 Mars 2005

3. LE TOURISME ET LE TERRITOIRE TOURISTIQUE DE KRIBI

Le tourisme s'insère dans un cadre physique par subversion et conquête22 (Cazes et ali, 1993). Ces pouvoirs dont le tourisme est doté en font souvent une source potentielle de danger aussi bien pour le milieu que pour les populations qui y vivent ou en dépendent pour leur survie. Kribi n'a pas toujours été un haut - lieu de tourisme au Cameroun, cette ville est même beaucoup plus récente que Limbé qui propose aussi le tourisme balnéaire. Le fait touristique s'y déploie depuis seulement moins de 3 décennies.

3.1. L'entrée et l'extension du fait touristique

La ville prend naissance bien avant 1884, autour d'un débarcadère, d'abord comme comptoir avec les Portugais, puis elle s'est ensuite développée en suivant le bord de mer et les principales voies d'accès (Chendjou et ali, 2003). Ceci permit les échanges des populations locales avec les Occidentaux. Ces relations se poursuivent aujourd'hui sous la forme de tourisme.

Tout commence dans la région par Kribi avant de s'étendre progressivement vers son arrière pays aujourd'hui. Dès la saison 1968-1969, des touristes sont envoyés à Kribi qui ne compte jusque là que 80 chambres. Le centre d'accueil est ouvert depuis 1932 et sert au départ de gîte d'étape pour l'administration française. Après l'indépendance, les étrangers viennent s'y reposer et se détendre sur les plages de Kribi. Palm Beach Hôtel et Strand Hôtel vont être construits par la suite tous sur la rive gauche de la Kienké et s'étirer progressivement vers le sud. Sur la rive droite, la construction de la Résidence présidentielle va retarder l'occupation. Mais de nos jours, elle est devenue dense et plus importante que sur l'autre rive.

22 Le premier se manifeste par détournement de l'utilisation dominante d'un lieu, tandis que le deuxième travaille à intégrer de nouveaux lieux à l'espace touristique.

Source : Tchawa et al, 2004

Figure 10 : Distribution des établissements d'hébergement dans les marges côtières du Sud Cameroun

L'analyse de cette entrée du tourisme dans les marges côtières de la province du Sud porte aussi bien sur la dimension spatiale que sur celle du temps. Sur le plan spatial, le mouvement d'insertion n'est pas que linéaire en suivant le trait de côte, mais il s'écarte maintenant vers l'intérieur en conquérant les terrains les plus intéressants. En effet, bien que les activités de loisir consomment souvent les espaces vacants sans valeur agricole, il leur est aussi usuel de conquérir « les replats bien exposés, plus faciles à travailler, terres draînées et remembrées et tentant les promoteurs [...divers] (Meur et al, 1991). Autrement dit, très souvent ce sont des espaces particulièrement convoités pour diverses activités humaines que les installations de tourisme cherchent à acquérir. La densité forte de l'occupation du front de mer en est une illustration.

Centre d'accueil & Palm Beach

OCEAN ATLANTIQUE

Vers Eboundja

Vers l'hinterland
en dehors de la
ville et vers le
Centre ville de
Kribi

Vers le fleuve
Nyong

Source : Tchawa et al, 2004

Figure 11 : Densité des établissements hôteliers et croissance du
phénomène touristique à Kribi

Avec les 65% des infrastructures hôtelières construites sur un espace compris entre 0 et 100 m du rivage, l'intérêt des promoteurs est manifeste pour ce genre d'espace. A défaut de pouvoir y avoir accès, certains autres investisseurs se sont contentés des terrains à la lisière du

front de mer (22%). Ce qui fait 87% du territoire touristique localisés à moins de 500 m de l'Océan Atlantique. Seulement 13% de cet espace se situent au-delà des 500 m et consistent essentiellement en auberges pour les visiteurs les moins fortunés et pour les noctambules du Carrefour KINGUE autour duquel la vie nocturne s'organise à Kribi. C'est d'ailleurs le cas depuis de nombreuses années.

Cette extension du tourisme à Kribi dans sa traduction spatiale comporte également une version temporelle. Le point de départ se situe au Centre d'accueil qui est à l'origine (en 1936) une maison de repos pour missionnaires puis plus globalement pour les étrangers dans la région. Il faudra attendre 1968 pour que l'Etat construise l'hôtel Palm Beach et Strand Hôtel pour répondre aux sollicitations des touristes Allemands. Aucune source à notre connaissance ne fournit les informations sur la progression détaillée des installations hôtelières à Kribi. Celle de la DPTS permet cependant de dire qu'en 1999, il existe déjà 43 hôtels à Kribi, 45 en 2000, 50 en 2001 et 2002. De nos jours, la barre des 50 établissements d'hébergement est largement franchie (Annexe E). En 2003, les trois structures les plus à l'Est voient le jour. Il s'agit de Hôtel Mont Neyang, Hôtel Consulat, Hôtel Le Marseillais. Ainsi la majorité des hôtels ont été créés dans la période de 1998 et 2003. Cela s'explique par la prise de conscience des promoteurs hôteliers qui n'ont pas continué à attendre la moindre mesure incitative pour se lancer dans le secteur de l'hôtellerie23.

En Septembre 2005, le dernier établissement hôtelier (Résidence Donna) se trouve entre le Cercle Italo-Atlantique et la Belle Hollandaise (Nord Est Fig.10), soit environ 6,5Km tandis que l'hôtel Consulat est situé à environ 5 Km du point d'origine (Centre d'Accueil). En soixante (70) dix ans, la vitesse moyenne de consommation de l'espace par les établissements d'hébergement à Kribi est d'01 Km tous les 10 ans environ tandis qu'elle tourne autour de 800 m pour la même période vers l'Est.

Quoique historiquement récente dans l'espace de la municipalité de Kribi, l'activité touristique y a déjà quasiment diffusé ses effets au point de devenir la raison d'être ou la fonction principale de la ville. Sa consommation de l'espace est sélective des milieux les plus prisés du fait de leur situation favorable par rapport aux attractions touristiques naturelles et abusive à cause d'une occupation anarchique et effrénée du territoire. On observe ainsi que le secteur de l'habitat de luxe est destiné à l'usage touristique et se développe à proximité immédiate de la grande avenue du front de mer sur un écosystème fragile. Tout logiquement, les populations sont casées à bonne distance dans les sites les moins convoités parce que mal

23 Entretiens personnels avec le DDTO.

famés. Leur habitat populaire s'étale en arrière-plan de ces espaces attrayants alors que les versants donnant sur la mer sont encore `mités' par des habitations de grand standing à l'image de la riviera italienne.

Au-delà de Kribi, il existe très peu d'établissements d'hébergement et ceux qui sont ouverts sont essentiellement les auberges (Annexe E). Il en est de même des restaurants qui n'existent pas dans l'arrière-pays du moins sous la forme classique comme à Kribi.

Si à Kribi, le fait touristique est déjà rentré dans les habitudes parce que bien inséré, il n'en est pas encore le cas dans l'arrière-pays. En effet, à une cinquantaine de kilomètres au Sud sur l'axe routier Kribi-Campo, se développent de nouvelles expériences différentes de celle de Kribi. Il s'agit du modèle d'écotourisme qui gagne progressivement les villages Ebodjé et Nko'élon.

3.1.1. Ebodjé, un village écotouristique de prestige

Ce village écotouristique n'est au départ qu'une idée dans la tête de Mme Monique Van MEEGEREN (assistante technique) qu'elle va gérer sous le couvert du projet Campo-Ma'an sans en préparer le document, ni associer qui que ce soit dans son élaboration. Il est difficile d'en connaître les objectifs de départ, les résultats attendus et le budget. En revanche, on sait que dès Mars 1999, un comité d'écotourisme (EBOTOUR) a été créé. Il est composé de dix villageois qui organisent les activités d'écotourisme, gèrent et distribuent les sommes d'argent versées par les visiteurs (touristes et chercheurs).

Les ressources du comité provenant de la compensation environnementale, des 10% du montant de la prestation, des dons et autres versements sont utilisées pour payer un perdiem aux membres du bureau (10% de la moitié des fonds prélevés sur le 1/60ème de l'ensemble des pourcentages prélevés), pour les oeuvres sociales du village (5%) et le reste pour le fonctionnement du bureau.

Le comité se réunit obligatoirement lorsque les touristes sont annoncés pour attribuer les tâches aux prestataires recensés. Ceux-ci travaillent de manière rotative selon un calendrier dressé par le délégué spécialisé (hébergement, restauration, culture, guidage et artisanat) membre de droit d'EBOTOUR.

L'offre touristique bien fournie de ce village a un coût. Il se compose de l'accueil, l'hébergement, la restauration et les services (pique-nique, camping à la plage, soirées culturelles, guidage : excursions et ballades).

Tableau 7: Offre touristique du village écotouristique Ebodjé.

Services et activités

Frais à payer

Logement

 

2 000 francs/chambre/nuitée

Restauration

Petit déjeuner

750 francs/personne

 

1 500 francs/personne

 

750 francs/enfant

Pique-nique

1 500 francs/personne

Camping à la plage

1 500 francs/personne

Excursions et ballades avec guides

Ballade au rocher du loup en voiture

1 000 francs/personne

 

2 000 francs/personne

 

2 000 francs/personne

 

1 000 francs/personne

 

5 000 francs/pirogue/2 personnes

 

5 000 francs/pirogue/3 personnes

 

3 500 francs/personne

 

2 000 francs/enfant

Soirées culturelles (danses, folklore, contes...)

10 000 francs/soirée

 

Source : EBOTOUR

Cette offre semble correspondre à la demande touristique effective exprimée par les visiteurs de ce village. En revanche, quelques améliorations provenant des suggestions de ceux-ci sont envisageables pour une offre actualisée et plus satisfaisante. Il s'agit par exemple du grill ou barbecue de poisson et de gibier non protégé, des soirées dansantes dans des bars dancings, des ballades libres à la plage et en forêt. En outre, l'organisation des sports nautiques, les soirées de guérison, les ballades au Rocher du Loup, les séances de théâtre portant sur le mariage et les funérailles chez les Iyassa pourraient étoffer cette offre déjà assez satisfaisante. La tarification ne pose pas de problème pour les groupes de touristes fortunés de ce village d'ailleurs dans une enquête effectuée à Kribi auprès de 212 touristes, 79% de cet effectif aimeraient séjourner à Ebodjé (Kamga, 2001).

A cette offre originelle se greffe aussi une filière de PROTOMAC (Projet de Protection des Tortues Marines d'Afrique Centrale) qui est un réseau de terrain hébergé par la cellule de coordination ECOFAC de Libreville au Gabon. Son objectif est la valorisation par le biais du tourisme de vision, des tortues marines en période de ponte sur les plages, en phase

d'alimentation sur les herbiers sous-marins (Rieucau, 2001). Cet effort porte sur cinq espèces de tortues du golfe de Guinée (la tortue verte : Chelonia mydas, la tortue imbriquée : Eretmochelys imbricata, la tortue luth : Dermochelys coriacea, la tortue olivâtre : Lepidochelys olivacea et la tortue couanne : Caretta caretta) des huit vivant dans l'océan mondial. Les quatre premières sont considérées par les scientifiques comme menacées tandis que la dernière est seulement vulnérable (Sounguet, 1998). La promotion sous-régionale du tourisme d'Ebodjé lui vaut une plus grande popularité. Mais quelques dysfonctionnements internes ternissent l'image de cette expérience recommandable. D'ailleurs, tout récemment l'OMT l'a choisi avec trois autres sites au Cameroun pour y mettre en oeuvre le concept d' écotourisme qui lui est cher.

La situation d'Ebodjé est déjà organisée et promeut une certaine forme de développement mais ne fait pas encore l'objet d'une ample promotion. C'est à peu près le cas du village forestier de Nko'élon au point naissant.

3.1.2. Nko'élon, une initiative naissante mais prometteuse

Suite à un séjour effectué dans ce village, il nous est apparu qu'il était préparé depuis les phases de sensibilisation menées dans la région par la SNV. Il y existe une organisation formelle (CEN) depuis 2000 qui tourne au ralenti. Il est exactement monté sur le modèle d'Ebodjé mais exige aujourd'hui d'être redynamisé. Des efforts sont en cours de réalisation pour modifier la donne. En revanche, les populations de ce village croient fortement en l'écotourisme comme levier de leur développement et un outil efficace de conservation de la diversité biologique, surtout qu'ils sont à moins de 10km du PNCM et peuvent plus habilement préserver les ressources de l'environnement qui sont sur le pas de leurs portes et des animaux qui sont fréquemment de passage au village.

3.2. Les mutations-socioenvironnementales provoquées par le tourisme

L'entrée du tourisme dans un milieu produit forcément des transformations dans la mesure où en s'inscrivant dans un espace qu'il marque notablement de son empreinte, il sollicite aussi les sociétés ouvertes ou non par infiltration et/ou par séduction. Mais il faut tout de suite indiquer que ces conséquences bien que souvent négatives sont aussi parfois positives. A Kribi, quelques-unes sont déjà connues tandis que les autres se présentent encore sous la forme potentielle.

3.2.1. Les effets négatifs et concurrence

Bien souvent mis sous l'éteignoir dans les guides de voyage et dans tous les autres supports à valeur promotionnelle, le tourisme comporte quelquefois de nombreuses conséquences négatives sur l'espace et les hommes qui y vivent. Elles sont variables mais déjà perceptibles sur les marges côtières de la province du Sud.

Pour être synthétique, nous en présentons une illustration (Celle du recul des plages et de l'instabilité des structures qui y sont édifiées) avant de résumer dans le tableau qui suivra quelques-uns de ces effets négatifs.

Photo 6 : Recul du trait de côte sous le fait de l'érosion marine

Les eaux de la mer ont déchaussé les cocotiers qui bordent les plages. Celles-ci ne subsistent plus que grâce à son système racinaire abondant et bien enfoui dans le sol. Cependant, il est lentement mais très sûrement érodé par la brutalité du ressac des vagues et l'action chimique de l'eau de mer.

Pour ce qui est du tableau synthétique, il présente les effets négatifs et les concurrences d'une part sur le milieu physique et d'autre part sur les sociétés humaines dont le vécu emprunte à ce milieu, certaines ressources précieuses à l'équilibre des populations de la région.

Ces effets négatifs malgré leur quantité importante sont peu évoqués dans les opérations marketing. On leur préfère toujours les autres plus généralement vantés du fait des bénéfices qu'ils génèrent, en prenant bien soin d'éluder toute allusion à ceux-ci malgré le fait qu'ils partagent tous le même espace.

3.2.2. Les effets bénéfiques

Par effet positif, nous entendons tout avantage que le tourisme procure au milieu physique et aux sociétés humaines dans une localité donnée, ce qui en fait très souvent un lieu de charme et de rêve. Dans les marges côtières de la province du Sud, on en recense un certain nombre. Tout comme les effets négatifs, les positifs sont ici structurés de manière synoptique dans le tableau ci-dessous avec leurs manifestations et leurs localisations.

Tableau 8 : Les effets positifs du tourisme sur le milieu et les hommes dans les marges
côtières de la province du Sud

Cibles

Effets positifs

Manifestations

Localisation

Sur le milieu
physique

Protection et entretien
des ressources
écologiques

Elaboration en cours du
plan d'aménagement et de
gestion,

PROTOMAC

Bande côtière
Ebodjé

 

Attractivité des ressources

Kribi

 

Création du parc pour la
conservation de
ressources menacées

Campo-Ma'an

Sur les
sociétés
humaines

Coopération

Jumelage des villes de
Kribi et Ebodjé avec de
deux villes françaises

Promotion des villes de
Kribi et Ebodjé

 

Echanges multiples entre
l'amphitryon et l'habitant

Nko'élon et Ebodjé

 

Propreté et modernité

Kribi

 

Occupation dans
l'hôtellerie, la restauration
et le guidage

Kribi, Ebodjé, et Campo

 

Salaires et/ou
commissions, retour sur
investissement

Kribi

 

Taxes et impôts divers

Municipalités de Kribi et
Campo

 

Tourisme, pêche et
agriculture

Kribi et son arrière-pays

 

Au Sud de Kribi, la présence de la base militaire de Campo constitue un atout sérieux pour le tourisme dans la région d'autant qu'elle est dissuasive pour les éventuels colporteurs d'insécurité. En conséquence, aucune menace d'insécurité n'est perceptible ici.

Il est vrai que ces effets positifs restent diversement appréciés parce que les bénéfices sont soit indirects ou imperceptibles, soit largement discutables. Mais quoiqu'il en soit, il faut reconnaître que s'il existe déjà des effets négatifs et positifs, leur survenance s'explique par des mécanismes sur lesquels il est parfois possible à l'homme d'agir pour en contenir les conséquences négatives. Tout cela passe par l'analyse des relations entre les différentes composantes en présence. Il s'agit de maîtriser les menaces virtuelles et potentielles que l'on appelle les risques (Cf. Figure 12).

3.2.3. Les risques

Ce sont des dangers réels ou supposés qui pèsent sur une localité donnée et peuvent avoir des effets déplaisants sur le tourisme et la vie des populations locales d'une part, et/ou d'autre part, dont l'origine se trouve dans le développement de l'activité touristique ellemême. Généralement, on les catégorise en risques naturels et sociétaux. Ainsi, en y souscrivant, nous dresserons un tableau qui récapitule les risques, leurs manifestations et leurs localisations. La carte des facteurs de risques viendra par la suite illustrer quelques-uns des signaux d'alarme qu'il faut prendre en compte pour éviter des situations dramatiques dans un avenir proche ou lointain.

Mais avant toute chose, il faut tout de même signaler qu'il s'agit pour ce qui suit des risques à l'échelle locale (Kribi et sa région). Les autres - couramment évoqués tels les risques à caractère politique et sanitaire liés à situation socio-économique générale du pays - ne sont pas recensés dans le présent travail.

Tableau 9 : Risques et tourisme dans les marges côtières de la Province du Sud

Figure 12 : Facteurs de risques pour le tourisme dans les marges côtières du Sud Cameroun

En guise de bilan, il est clair que le tourisme n'est pas partout le seul agent de perversion et de dégradation parce qu'il est rarement l'unique à l'oeuvre. C'est généralement la combinaison de facteurs complexes qui produit le résultat de l'altération de l'espace et de la vie des hommes. Par exemple à Kribi, le développement de la prostitution au carrefour KINGUE n'a pas de rapport avec la présence des touristes ou une quelconque activité proprement touristique. C'est aussi le cas de Campo Beach ou Ipono où le marché du sexe ne procède pas de l'activité touristique. Dans certains cas comme sur la plage, il l'explique en partie ou en totalité. Tout est fonction du fait et des causes qui l'expliquent. Il participe clairement et de plus en plus aujourd'hui au maintien et à la mise en valeur de l'espace, travaillant ainsi à la reterritorialisation.

La préoccupation de ce chapitre était au départ de répondre à la question de savoir pourquoi le tourisme se développe si difficilement dans le département de l'Océan pourtant si riche en potentialités? Pour y apporter une réponse, nous nous fixions l'objectif qui consistait à dresser un état des lieux du développement touristique avant d'en présenter les conséquences. Aussi avons-nous émis l'hypothèse que l'insertion du tourisme est subie et de plus en plus forte dans les marges côtières du Sud Cameroun. Pour y parvenir, nous avons exploité d'une part les données de première main que nous avons obtenues par observation directe et entretiens semi directifs lors des descentes sur le terrain auprès de quelques communautés villageoises et d'autre part les données de seconde main issues de la littérature et de la statistique touristique. Tout ceci nous a permis de présenter le milieu d'action, l'évolution et les effets de cette insertion dans la ville de Kribi. Nous sommes par la suite parvenus à la réponse que le milieu favorable comporte de nombreuses ressources touristiques naturelles et culturelles dont l'organisation et la prospection font défaut. Les conséquences tant positives que négatives sont déjà perceptibles tandis que d'autres sont encore seulement potentiels. Néanmoins, il est évident que l'insertion du tourisme est forte mais davantage polarisée à Kribi.

CONCLUSION GENERALE

Ce travail qui vise à terme à trouver réponse à la question principale : « Pourquoi le tourisme se développe-t-il si difficilement dans le département de l'Océan pourtant si riche en potentialités? ». Pour répondre à cette question, nous nous fixions l'objectif central d'analyser le processus d'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun dont les articulations sont :

· Présenter les missions des pouvoirs publics et en évaluer la pertinence dans la perspective du développement touristique,

· Déterminer les conséquences socioenvironnementales de cette activité dans le département de l'Océan,

· Identifier l'offre et la demande touristique et les comparer,

· Analyser les stratégies mises en oeuvre par les communautés locales et les promoteurs touristiques.

Ces objectifs se réaliseront lorsque notre hypothèse principale qui consiste en ce que «le tourisme s'insère selon un mouvement soutenu mais reste largement subi dans le contexte socio-environnemental des marges côtières du Sud Cameroun » dont les démembrements de cette réponse anticipée sont :

· L'inadéquation entre les textes et les actions des pouvoirs publics fragilise le secteur touristique,

· La rapide insertion du tourisme dans la bande côtière présente un bilan favorable au développement des sociétés d'accueil,

· Les spécificités de l'offre touristique contrastent avec l'appétence du touriste,

· Les contraintes techniques et financières entravent la prise en main des initiatives touristiques locales.

Au stade actuel de nos recherches, nous avons pu dresser un état des lieux de l'activité touristique dans les marges côtières de la province du Sud en présentant les atouts du milieu ainsi que le potentiel touristique qui en résulte. Tout ceci connaît une exploitation qui hélas est subie mais d'insertion rapide. Cependant, les initiatives tout à fait récentes du village

écotouristique d'Ebodjé et de Nko'élon indiquent à peu près à la population quelle est la forme de tourisme qui prend en compte leurs préoccupations financières et environnementales. L'avenir du tourisme dans cette région est à la tendance durable au coeur de laquelle doivent se trouver comme acteurs principaux les communautés locales plus en même d'identifier les ressources de leur environnement, de les valoriser en les préservant avec l'appui de toutes les parties prenantes dans le processus de développement écotouristique.

BIBLIOGRAPHIE

· ARCHER B. H. et COOPER C., 1994. «The positive and negative impacts of tourism». In THEOBALD W.F., 1994. Global tourism. The next decade. Oxford, Butterworth Heinemann. PP.73-90.

· ATEBA EDOA L.F., 2003. Preliminary study of lithic material from Ocean Division, Mémoire de Maîtrise, University of Yaoundé I, 78 P.

· BAUD P., BOURGEAT S. et BRAS C., 1998. Dictionnaire de la géographie. Initial. PP. 435-447.

· BESANCENOT JP., 1990. Climat et tourisme, Masson, 223P.

· BETEILLE R., 2000. Le tourisme vert, Paris, PUF, 128P.

· BIYA P., 1987. Pour le libéralisme communautaire. Pierre Marcel Fabre ABC, Lausanne Suisse. 153P.

· BOUTILLIER J.L. et COPANS J., 1978. Le tourisme en Afrique de l'Ouest : panacée ou nouvelle traite ? Paris, Maspéro, 140P.

· BOYER M., 1999. Histoire du tourisme de masse, Paris, PUF, 128P.

· CAZES G. et KNAFOU R., 1993. `Le tourisme' in L'Encyclopédie de géographie, Economica, PP. 827-844.

· CAZES G., 1989. «Le mirage touristique dans les pays pauvres : réflexion à partir de quelques exemples de l'Afrique noire francophone». In SINGARAVELOU - Pauvreté et développement dans les pays tropicaux (Hommage à Guy LASSERRE), Bordeaux, CEGET-CNRS, PP.319-330.

· CAZES G., 1992. Tourisme et tiers-monde : un bilan controversé. Les nouvelles colonies de vacances ? Harmattan, 208P.

· CHENDJOUO E., EMBOGO D. et NGORO J., 2003. Municipalité de Kribi : Profil de la pauvreté urbaine. Synthèse, MINUH/PNUD, 18P.

· CISS G. et PRINCIPAUD J.P., 2002. «Le tourisme international dans les Etats de l'Afrique guinéenne : état des lieux et perspectives» in BART F., BONVALLOT J. et POURTILLIER J. Regard sur l'Afrique. UGI, CNFG, Ed.IRD. PP.193-204.

· CORMIER-SALEM M.-C. JUHE-BEAULATON D., BOUTRAIS J. et ROUSSEL B. (éd.). 2002. Patrimonialiser la nature tropicale, Paris, Ed. IRD, 467P.

· DAMIEN MM., 2001. Le tourisme fluvial, Paris, PUF, 128P.


· DEBEL A., 1988. Le Cameroun aujourd'hui, Les Editions J.a., 255P.

· DEWAILLY J.-M. et LEFORT I., 2003. Pratiques, processus, enjeux du tourisme urbain, In 39ème Colloque de l'ASRDLF, Concentration et ségrégation, dynamiques et inscriptions territoriales, Lyon 1-3 septembre 2003.

· DEWAILLY J-M. et FLAMENT E., 1993. Géographie du tourisme et des loisirs, SEDES, Paris, 287P.

· DEWAILLY J-M., 1990. Tourisme et aménagement en Europe du Nord, Masson, 248P.

· DIENG I.M. et BUGNICOURT J., 1980. Touristes-rois en Afrique. Collection Les Afriques. Editions Karthala. 133P.

· ECOTOURISM SOCIETY, 1992. Definition and ecotourism statistical fact sheet, Ecotourism Society. Alexandria, VA.

· EKE C.J., 1998. La pêche artisanale maritime dans le département de l'Océan: groupes humains et enjeux économiques, Mémoire de Maîtrise, Université de Yaoundé I, 144P. .

· EMPERAIRE L. (éd.). 1996. La forêt en jeu : l'extractivisme en Amazonie Centrale, Paris, Ed. ORSTOM/UNESCO, Coll. Latitudes 23, 231P.

· Equipe MIT, 2000(1). De la mise en tourisme des lieux, Mappemonde, Paris, N°1, 57, PP.17-22.

· Equipe MIT, 2000(2). La mise en tourisme : un outil de diagnostic, Mappemonde, Paris, N°1, PP.17-22.

· ERE DEVELOPPEMENT, 2002. Etude socio-économique dans l'UTO de CampoMa'an. Rapport final Phase 2 : résultats d'enquêtes auprès des ménages. SNV/Projet Campo-Ma'an, 112P.

· ESSONO E. F., 2000. Le tourisme au Cameroun. Yaoundé, Imprimerie Saint Paul. 259P.

· FERROL G. (sous la dir. de), 2003. Dictionnaire de la sociologie, Paris, Armand Colin, 242P.

· FRANQUEVILLE A., 1973. Atlas régional Sud-Ouest1, République du Cameroun, ORSTOM, Yaoundé, Cameroun.

· POULIN G., 2002. Tourisme et parcs nationaux : impacts sur les communautés limitrophes - le cas de Tadoussac, Vertig O, Revue en Sciences de l'Environnement sur le Web, Vol 3 No 1, Avril.


· GAY JC., 2000. La mise en tourisme des îles tropicales, Mappemonde, Paris, N°2, PP.17-22.

· GEORGE P., 1970. Dictionnaire de la géographie. Paris, PUF. P.423.

· HAWKINS D.E., 1994. «Ecotourism: opportunities for developing countries» In THEOBALD W.F. Global tourism. The next decade. Oxford, Butterworth Heinemann. PP. 261-273.

· Interview du Maire de Kribi, Nouvelle Expression N° 1158 du 03/09/03

· KADOUMURA H., HORI N., KUETE M., TAMURA T., OMI G, HARUKI M. et CHUJO H., 1986. «Late quaternary environmental changes in Southern Cameroon: a synthesis»In Geomorphology and environmental changes in Tropical Africa. KADOMURA H. (éd.), Hokkaido University, PP.145-158.

· KAMGA KAMDEM S. L., 2000. Etude des possibilités de réalisation du concept de tourisme écologique durable dans les aires protégées du Cameroun : Cas du Parc national de Campo-Ma'an, Rapport de stage de recherche, Projet CampoMa'an/Volet Eco-développement, 35P.

· KAMGA KAMDEM S. L., 2001. Situation du tourisme dans l'Unité Technique Opérationnelle de Campo-Ma'an, Rapport de stage de recherche (suite), CAMPOMA'AN - Document No 13, Cameroun 29P.

· KISS A., 1989. Droit international de l'environnement, Paris, Ed. Pédone, 349P.

· KITCHIN R. et TATE J.T., 2000. Conducting research into human geography: Theory, Methodology and Practice, London, Prentice Hall, 330 P.

· KNAFOU R., BRUSTON M., DEPREST F., DUHAMEL P., GAY J.-C. et SACAREAU I., 1997. »Une approche géographique du tourisme» In L'espace géographique, No 3, Paris, Belin, PP.199-204.

· KUETE M., 1990. Géomorphologie du plateau Sud-Camerounais à l'Ouest du 13°E, Thèse de doctorat d'Etat, Université de Yaoundé, 296P.

· LETOUZEY R., 1968. Atlas phytogéographique du Cameroun au 1/500 000. Paris IRA (Cameroun) et ICIV (France).

· MAINET N., 1979. Les aspects géographiques du tourisme au Cameroun. Thèse de 3è cycle. Bordeaux. 248P.

· MARYVONNE Bretin Winkelmolen, 1999. « Appui au développement des pygmées : recherches sur une approche spécifique » In Central African hunter-gathers in a

multidisciplinary perspective : challenging elusiveness ; Leiden, The Netherlands. PP.189-206.

· MBAHA J.P., 1994. Recherche des paléoformes et paléoenvironnements quaternaires de l'arrière-pays côtier kribien, Mémoire de Maîtrise, Université de Yaoundé I, 65P.

· McLINTOSH et WOODROW R., 1972. Tourism: principles, practices, philosophies, Columbus Ohio, 268P.

· MEADOWS Donella H., MEADOWS Dennis L., RANDERS Jorgen et BEHRENS III
William W., 1972. Halte à la croissance ? (rapport au Club de Rome), Fayard, Paris

· MEUR C., DESSE R.P. et GOASGUEN P., 1991. Gestion environnementale et conflits d'utilisation de l'espace littoral : les golfs en Bretagne, Noirois, N°152, PP.363-376.

· MINTOUR, 2003. Stratégie nationale pour le développement de l'écotourisme au Cameroun, Yaoundé, 59P.

· MIOSSEC A., 1986. Conséquences de la pression touristique sur l'espace physique du littoral, Norois, N° 133-135, PP.153-163.

· MIOSSEC J.M., 1997. «Le tourisme en Tunisie : acteurs et enjeux»In Espaces du
monde arabe. Bulletin de l'Association de Géographes Français, Mars, 74è année.

· MVENG E., 1984. Histoire du Cameroun, Tome premier, Editions CEPER, Douala.

· NDEH D.A., 2002. An assesment of avifauna and its potential and bioindicator for ecological monitoring in the Campo-Ma'an area South Province, Cameroon. Projet d'aménagement et de conservation de la biodiversité de Campo-Ma'an. 27P.

· NGANDJUI G., 1999. Projet de stratégies pour la conservation de la biodiversitédu site FEM Campo-Ma'an, Mars.

· NGUEPJOUO M. D. S., 2003. Etude des performances touristiques dans le département du Fako, Province du Sud-Ouest Cameroun, Mémoire de Maîtrise, Université de Ngaoundéré, 96P.

· NLEND NLEND P.R., 2002. Inventaire des sites archéologiques de Kribi a Campo: Etude préliminaire des sites de Malongo1, Nlende-Dibe3 et Boussibiliga1. Mémoire de Maîtrise, Université de Yaoundé I, 118 P.

· OFOEGBU C., 1999. «Afrique un jour, Afrique toujours»In Le Courrier No 175, Bruxelles. P.52.


· OLIVRY J.C., 1986. Fleuves et rivières du Cameroun. Collection Monographies Hydrologiques, ORSTOM 9. MESRES-ORSTOM, 734P.

· OMT/PNUE, 2002. Année internationale de l'écotourisme 2002 In www.worldtourism.org.

· OSLISLY R., 2001. Archéologie et paléoenvironnement dans l'UTO de CampoMa'an, Etat des connaissances. IRD Yaoundé, 110P.

· OWONO J.C., 2001. «Cameroun Campo-Ma'an: les degrés d'implication des pygmées Bagyéli dans le plan d'aménagement et de gestion de l'UTO Campo Ma'an» In Peuples autochtones et zones protégées en Afrique, FPP, 243-268.

· PESSONKA J.P., 1990. La pêche artisanale maritime au Cameroun : les aspects traditionnels et les évolutions récentes, Thèse de doctorat 3è cycle de géographie, Université de Yaoundé, 296P.

· REYNAUD A., 1975. « Éléments pour une épistémologie de la géographie du tourisme ». Travaux de l'Institut de Géographie de Reims, n° 23-24, p. 5-12.

· RIEUCAU J., 2001. Biodiversité et écotourisme dans les pays du centre du golfe de Guinée : prétourisme dans une unité géopolitique instable. In Cahiers d'Outre mer, 54 (216), Octobre - Décembre, PP.417-453.

· SOUNGUET P.H., 1998. Programme de conservation des aires de ponte et d'alimentation des tortues marines au Gabon. ASF, Libreville.

· SUCHEL J-B., 1972. La répartition des pluies et les régimes pluviométriques au Cameroun. Travaux et documents de géographie tropicale. Université Fédérale du Cameroun, C.E.G.E.T, CNRS Bordeaux.

· TCHAWA, MENGA, FANGUE et KANA, 2004. Plan d'aménagement et de gestion de la Bande Côtière, SNV - Communes de Kribi et Campo, Sous presse.

· TCHOUTO M.G.P., 2004. Plant Diversity In Central African Rain Forest, Tropenbos International, Wageningen, 208P.

· VALAYER D., 1999. «La dimension humaine d'une activité en pleine expansion» In Le Courrier No 175, Bruxelles. PP.47-48.

· VEYRET Y., 1999. Géo-Environnement, Campus, SEDES, Paris, 159P.

· VIVIEN J., 1991. Faune du Cameroun. Guide des mammifères et poissons. GICAM, Cameroun.

· WENDY D., 2002. Ecotourism in the Peruvian Amazon: a case study between theory and praxis, MA Tourism Management, University of Brighton, 112P.


· www.worldtourism.org :`'Tourism 2020 vision : Africa»
· ZANA H., 2000. Contribution de l'ethno-archéologique à la connaissance du

peuplement dans la région de Kribi-Campo, département de l'Océan, Sud Cameroun. Mémoire de DEA, Université d'Orléans, 71 P.


· ZIADY H., 2002. «La première industrie mondiale»In Economica, No 17, Mars.

ANNEXES

A. QUESTIONNAIRE D'ENQUETE AUPRES DES TOURISTES,

B. GUIDE D'ENTRETIEN,

C. CRITERES DU GTZ AYANT SERVI A L'INVENTAIRE DE 120 SITES TOURISTIQUES AU CAMEROUN EN 2001.

D. STATISTIQUES DES ARRIVEES HOTELIERES DE 1972-1978

ANNEXE A

UNIVERSITE DE NGAOUNDERE
FACULTE DES ARTS, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES
DEPARTEMENT DE GEOGRAPHIE

QUESTIONNAIRE D'ENQUETE AUPRES DES TOURISTES

TITRE : Point de vue du visiteur sur le développement du tourisme dans le département
de l'Océan.

Lieu et date d'enquête: Nom de l'enquêteur:

IDENTIFICATION

1) Nationalité :

2) Sexe

1. Masculin 2. Féminin

3) Age : _ _ _ans

4) Origine 1. Ville 2. Campagne

5) Situation matrimoniale

1. Célibataire 3. Divorcé

2. Marié 4. Veuf
5. Autre (A préciser)

6) Diplôme le plus élevé

1. C.E.P.E. 3. Probatoire

2.

B.E.P.C. 4. Baccalauréat
5. Autre (A préciser)

7) Principale activité professionnelle actuellement exercée

1. Agriculture, Chasse/Elevage, Pêche

2. Artisanat/Commerce

3. Emploi du secteur public ou para-public

4. Elève /Etudiant

5. Sans Emploi

6. Autre (A préciser) _ _ _ __ _ _ _ _

8) Revenus personnel ou familial par mois

PRATIQUE DU TOURISME

1) Comment avez-vous pris connaissance de la destination Océan ?

Sources d'info

Destinations

Presse

Radio

Télé

Tour
opérateur

Agence de
voyage

Internet

Ami(e)

Association

Autres
(A préciser)

Kribi

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Reste Océan

 
 
 
 
 
 
 
 
 

2) Combien de fois avez-vous visité le département de l'Océan ? _ _ _ _ fois.

3) Quels sont les moyens de transport que vous avez utilisé pour arriver à Kribi ? Transport en commun Véhicule personnel

4) Comment vous déplacez-vous d'un point de la ville à un autre ?

1. Taxi 2. Moto

5) Comment les trouvez-vous ? _ _ _ __ _ _ _ _ __ _

6) Où logez-vous pendant votre séjour ?

1. Hôtel 2. Auberge 3. Relations (Connaissances)

7) Comment l'avez-vous trouvé ? _ _ _ __ _ _ _ _ __

8) Que suggérez-vous pour améliorer l'offre d'hébergement ? _ _ _ __ _ _ _ _ __

9) Où avez-vous mangé ?

1. Restaurant 2. Autre (A préciser)

10) Achetez-vous les objets de souvenir ? 1. Oui

2. Sinon pourquoi ? _ _ _ __ _ _ _ _

11) Combien dépensez-vous en moyenne par jour ?

12) Quelle est la durée de votre séjour dans l'Océan ?

13) Quelle est la nature de l'offre touristique que vous y préférez?

Offre Destination

Art,
artisanat, architecture

culture, danse,
tradition, folklore.

milieu naturel
(relief, paysage...)

faune

Autres
(À préciser)

Kribi

 
 
 
 
 

Reste Océan

 
 
 
 
 

14) Quelles sont les principales motivations pour lesquelles vous visitez l'Océan ?

Motivations
Destination

Physiques

Culturelles

interpersonnelles

Liées au statut

repos
physique

relaxation à
la plage

aventure

Musique

Art

Folklore

danse

visites
familiales
et
amicales

Création
de nouvelles
relations

business

participation
aux
séminaires

étude

Occupation
professionnelle

Kribi

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Reste
Océan

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

15) Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés dans le département de l'Océan ?

Obstacles

Destination

Manque
de
promotion
et d'info.

Mauvais
accueil

Sous
aménagement

(site etc.)

Insalubrité des
infrastructures
d'accueil

Infrastructure
Insuffisante
(route, tel...)

Cherté
de
l'offre

Professionnalisme
insuffisant

Autres
(A
préciser)

Kribi

 
 
 
 
 
 
 
 

Reste Océan

 
 
 
 
 
 
 
 

16) Quelles impressions vous ont laissées vos visites l'Océan ?

1. bonnes 2. mitigées 3. mauvaises

17) Que suggérez vous pour améliorer la qualité de l'offre en matière de tourisme dans le département de

l'Océan ? __ __

18) Qu'est-ce qui pourrait vous empêcher de revenir ?

Obstacles Destination

Coût

manque de temps

santé précaire

Autres

(à préciser)

UNIVERSITE DE NGAOUNDERE
FACULTE DES ARTS, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES
DEPARTEMENT DE GEOGRAPHIE

GUIDE D'ENTRETIEN

1. Identification

- Groupe ethnique

- Langue parlée

- Religion

- Nombres d'habitants

- Activités

- Occupation principale

- Origine du village

- Type de pouvoir et mode de succession
- Spécialité gastronomique du village

2. Connaissances sur le tourisme

- Qu'est-ce que le tourisme ? /l'écotourisme ? /tourisme de nature ?

- Sur quelles ressources s'appuient-ils pour se développer ?

- Quelles en sont les exigences ?

3. Actions concrètes

- Comment sont-elles pratiquées ? par qui ? Leurs rapportent-elles et changent-elles leur

vie ? .

- Quelles sont vos ressources qui peuvent contribuer au développement du tourisme ?

a. Naturelles

- Flore originale .
- Faune originale (grands mammifères : chimpanzés, éléphants, buffles, gorilles), oiseaux,

reptiles

- Paysages attrayants (orographie : rivière, montagne, grotte, lac, chute, vallée inondée)

b. Culturelles

- art, artisanat, architecture, instruments de musique

- danse, traditions, folklore, rites et cultes

c. Interpersonnelles

- Visites amicales et familiales

- Visites des exploitations et installations diverses

d. Infrastructures/ Entretien/ Promotion/ Aménagement

NB : Veiller sur la location, la description, l'accessibilité, la sécurité, l'adhésion des populations riveraines.

- Comment allez-vous valoriser ces ressources ?

- Qui va gérer le CIT et comment va-t-il être géré ? pour quelle fin ?

4. Difficultés éventuelles

- Quelles pourraient être les difficultés ?

- Quels en sont les risques encourus ?

- Rapports tourisme/ autres activités ?

5. Attentes et projets

- En quoi l'écotourisme vous sera-t-il utile ?

- Quel espoir y fondez-vous ardemment ?

- Projets à moyen et long termes ?

CRITERES DU GTZ ET MINTOUR AYANT SERVI A L'INVENTAIRE DE
120 SITES TOURISTIQUES AU CAMEROUN EN 2001

OFFRE NATURELLE PREMIERE

1.

Attraction naturelle.

- Splendeur diversité du paysage (montagne, eaux)

- Biodiversité élevée

- Présence des grandes espèces animales (rareté, comportement, abondance)

- Présence d'autres espèces animales intéressantes (surtout avifaune) ..

- Observation facile des animaux sauvages

- Formes intéressantes de végétation (par exemple ; forêt tropicale humide)

- Singularité des espèces (endémisme) ou d'élément du paysage ..

- Authenticité de l'écosystème

- Possibilité de se baigner (plage, lac, chute )

- Possibilité de pratiquer le sport en plein air (rafting, plongée, escalade) .

- Sites paléontologiques ..

2. Climat

- Températures, hygrométries agréables

- Présence d'une période à faible pluviosité ..

CRITERES SUPPLEMENTAIRES

3. Accessibilité

- Proximité d'un aéroport ou d'un centre de tourisme - Durée et confort de voyage d'accès (piste d'atterrissage, états des routes) en rapport avec l'attraction

4.

Attractivité

- Présence d'autres attractions dans le pays récepteur (possibilité de circuits)

- Présence d'attraction complémentaires sur le trajet ou dans l'environ

- Attractions culturelles .

- Sites archéologiques Cultures autochtones .

5. Logement et gastronomie - Présence ou aménagement possible de logement agréables et acceptables sur le plan de

l'hygiène

- Offre d'aliments appétissants et irréprochables sur le plan de l'hygiène

6. Condition de basse

- Sécurité personnelle des touristes (protection contre la criminalité)

- Présence d'une assistance médicale de base .

STATISTIQUES DES ARRIVEES HOTELIERES DE 1972-1978

Années

TG des arrivées internationales

Arrivées internationales de
Kribi

1972

76400

1528,7

1973

85000

1700,8

1974

96000

1920,9

1975

108000

2161

1976

118800

2377,1

1977

89990

1800,6

1978

102983

2060,6

1979

106251

2126

1980

103317

2067,3

1981

101375

2028,4

1982

115518

2311,4

1983

116386

2328,8

Années

Arrivées internationales de Kribi

T A I* 1999

8223

T A I 2000

9674

T A I 2001

8533

T A I 2002

7293

T A I 2003

4982

T A I 2004

9965

*Total des Arrivées Internationales de Kribi.

LISTE DES ETABLISSEMENTS D'HEBERGEMENT DE L'OCEAN

Nom de l'établissement

Localisation

Nombre de
chambres

Catégories

1

Résidence Jully

Kribi

40

3*

2

Polygones d'Alice

Kribi

14

3*

3

Ilomba·

Kribi

17

3*

4

Palm Beach

Kribi

60

3*

5

Framotel Hôtel

Kribi

32

2*

6

Coco Beach

Kribi

7

2*

7

Centre d'accueil

Kribi

21

2*

8

Atlantic

Kribi

40

2*

9

Belle Hollandaise

 

50

2*

10

Marée

Kribi

10

2*

11

Paradis

Kribi

80

1*

12

Le Phare

Kribi

26

1*

13

Fidélie

Kribi

26

1*

14

Péniche

Kribi

30

1*

15

Panoramique

Kribi

36

1*

16

Gaél

Kribi

40

1*

17

Mirabel

Kribi

10

1*

18

Kribi Plaza

Kribi

10

1*

19

KribiTours

Kribi

16

1*

20

Thy Breiz

Kribi

27

NC

21

Le Plateau

Kribi

36

NC

22

Nid'Or

Kribi

20

NC

23

Pilotis

Kribi

10

NC

24

Tara Plage

Kribi

7

NC

25

Nafeh

Kribi

12

NC

26

Fouquet

Kribi

14

NC

27

Fanda de l'Océan

Kribi

15

NC

28

Bibolo

Kribi

11

NC

29

Auberge de Kribi

Kribi

12

NC

30

Hôtel de la Paix

Kribi

11

NC

31

Cercle Italo

Kribi

5

NC

32

Jardinière

Kribi

7

NC

33

Club Sonel

Kribi

6

NC

34

Finesse

 

15

NC

35

Auberge du Centre

 

4

NC

36

Châtelet du golf

 

10

NC

37

Manapani

Kribi

16

NC

38

Elabé Marine

 

10

NC

39

Croisière Bleue

Kribi

15

NC

40

Résidence Béthel

Kribi

12

NC

41

Oceanic

 

10

NC

42

Odéon

 

10

NC

43

Luma Inn

 

14

NC

44

Hôtel des Anges

 

10

NC

45

Charly Bianca

 

5

NC

46

Welcome

Kribi

12

NC

47

Galaxie

 

5

NC

48

Résidence Cocotiers

Kribi

15

NC

49

Méridional Hôtel

 
 
 

50

Consulat Hôtel

Kribi

 
 

51

Hôtel Le Relais

Kribi

 
 

52

Hôtel Le Marseillais

Kribi

 
 
 

TOTAL

 

935

 





Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy