WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact des institutions de micro finance sur le financement et le développement des micros et petites entreprises

( Télécharger le fichier original )
par Ange Brunel LOULENDO SITA
Université Marien Ngouabi - Licence 2008
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

Environ 1,3 milliards de personnes soit un habitant de la planète sur quatre, vit dans le plus profond dénuement avec moins d'un dollar US par jour. Quelques 800 millions d`individus, dont 200 millions d'enfants de moins de 5 ans souffrent chaque jour de faim. Les pauvres vivent en majorité dans des terres déshéritées et dépendent principalement de l'agriculture. Leur lutte pour la survie a pour cadre des régions aux écosystèmes fragiles, à l'accès limité aux besoins essentiels comme le service de santé, l'enseignement, l'eau potable ou la nourriture1(*). Ainsi pour réduire l'intensité de la pauvreté dans les nations, l'une des meilleures solutions est de faire participer aux activités productives, le plus grand nombre d'individus, chacun selon ses capacités afin de promouvoir la croissance économique du pays.

Rien d'étonnant dès lors, que la faim, la malnutrition et le cortège de maladies qui les accompagnent règnent sur une vaste échelle. Brazzaville, capitale de la République du Congo n'a pas échappée à cette situation douloureuse. A sa situation déjà précaire sont venus s'ajouter les pillages de 1993, ainsi que les deux dernières guerres civiles, aggravant du coup la pauvreté et la dégradation sociales. Face à ces situations, on assiste actuellement de plus en plus à Brazzaville à la création des micros et petites entreprises (MPE) ainsi qu'à plusieurs autres activités génératrices de revenus (AGR). Cependant les promoteurs de ces micros et petites entreprises sont confrontées aux problèmes de financement du fait qu'ils ne disposent pas suffisamment des fonds propres et ne peuvent pas fournir aux banques les garanties usuelles. Elles n'ont donc pas accès au système de crédit formel. Cependant il existe de nos jours une autre forme de financement pour les micros activités évoluant très souvent dans le secteur dit informel : il s'agit du secteur de la micro finance.

Historiquement, la micro finance s'est construite comme outil d'inclusion des exclus du système bancaire classique, offrant des services aux « non-bancables », à ceux qui ne peuvent offrir des garanties physiques ou qui résident dans des zones reculées, enclavées, isolées des services financiers.

Les IMF tentent de répondre aujourd'hui de manière adaptée au besoin de financement de la MPE. En effet, ces IMF octroient des volumes de prêts, des durées et des taux d'intérêt qui prennent généralement en compte :

Ø le souci de faire accéder les MPE au crédit ;

Ø le souci de les amener à accroître leurs activités au fur et à mesure qu'elles obtiennent de nouveaux crédits ;

Ø le souci de prendre en compte toutes leurs catégories de besoins tant sociaux qu'économique et leur propre souci de viabilité et de pérennité financière.


Le financement de la micro entreprise est souvent considéré, à juste titre, comme le chaînon manquant entre les banques formelles et les IMF :

On sait que le segment de marché des MPE a très peu accès au crédit formel, car le financement des MPE appelle des techniques spécifiques (notamment parce que les garanties classiques, ainsi que l'analyse des dossiers et le suivi des remboursements bancaires `types' sont inadaptés). Il s'agit d'un métier en soi différent de celui des banques classiques, qui connaissent mal ce segment en général.

Aujourd'hui, les IMF ne couvrent encore que très partiellement les besoins de ce segment. Les IMF ciblent majoritairement le microcrédit et le court terme. Elles disposent en général de produits adaptés pour financer la trésorerie des AGR et de la micro entreprise. Cela couvre une partie des besoins des MPE, mais une faible partie seulement.

Les services financiers destinés à ce créneau des MPE encore peu couvert, entre microcrédit et services bancaires classiques « macro », sont donc souvent dénommés sous le vocable de «méso finance».

De plus en plus toutefois, des IMF viables diversifient progressivement leur offre de produits pour répondre plus largement aux besoins des micros et petits entrepreneurs. Il y a à cela des raisons multiples (maturité de ces institutions, concurrence croissance, prise de conscience de la diversité des besoins des clients et de la nécessité d'adapter les services pour fidéliser ces derniers). D'autres institutions financières, spécialisées, se créent également en ciblant directement ce segment de marché.

C'est dans ce sens que ce travail se propose de mener une étude portant sur «l'impact des institutions de micro finance sur le financement et le développement des micros et petites entreprises » : cas des Mutuelles Congolaises D'épargne et de Crédit (MUCODEC), afin d'apprécier les implications du micro crédit octroyé par les IMF sur l'activité économique des promoteurs de la MPE.

Les MPE auxquelles il est fait référence ici regroupent les caractéristiques suivantes :

Ø un chef d'entreprise autochtone ;

Ø un petit nombre d'employés (souvent comme 'apprentis" ou main d'oeuvre familiale plutôt que salaries) ;

Ø l'absence de comptabilité (sauf parfois la tenue d'un livre de caisse rudimentaire) ;

Ø l'incapacité de présenter les garanties habituellement acceptées par les banques.

Ce document a été réalisé grâce notre projet de recherche se structurant comme suit :

Problématique

Cette étude porte sur un certain nombre de questions qui justifient la pertinence de ce thème, à savoir:

Ø les critères d'octroi de crédits par les MUCODEC sont - ils accessibles aux promoteurs des MPE ?

Ø Par l'ampleur et la nature des crédits ainsi octroyés, les MUCODEC contribuent-elles efficacement au développement des MPE au ?

Ø Les crédits octroyés sont-ils utilisés rationnellement par les bénéficiaires (MPE, AGR)?

Hypothèses

Ø existence d'une cellule d'appui au sein des MUCODEC permettant l'évaluation des activités financées et l'accompagnognage des micro-promoteurs ;

Ø place des moins nantis dans l'accès aux crédits d'investissement ;

Ø pertinence des méthodes de contrôle des activités financées par la MUCODEC.

Objectifs du travail

L'objectif général de ce travail est d'apprécier la contribution des MUCODEC dans l'activité économique (MPE, AGR) de ses sociétaires, promoteurs des micros entreprises. Outre cet objectif général, les objectifs spécifiques suivants ont été assignés à ce travail :

Ø analyser la politique générale des MUCODEC dans le financement des MPE, AGR ;

Ø évaluer les modalités de contrôle des activités financées par les MUCODEC ;

Ø apprécier l'utilisation des prêts obtenus aux fins de développement des MPE.

Approche méthodologique

Ø recherche documentaire dans la demande de crédit d'investissement ;

Ø recherche des données statistiques des bénéficiaires des crédits MUCODEC ;

Ø enquête socio- économique auprès des promoteurs (bénéficiaires) ;

Ø recherche documentaire sur les mécanismes d'octroi des crédits, de suivi et de remboursement des crédits d'investissement aux MUCODEC ;

Ø dépouillement et traitement des données d'enquêtes avec le logiciel sphinx.

Plan de travail

Ce travail se présente en quatre chapitres se structurant de la manière suivante :

Le premier est consacré à la présentation générale des MUCODEC,

* 1 Commission Européenne, 2000

sommaire suivant