WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La pression de l'habitat sur le site maraicher de Lukunga dans la commmune de Ngaliema a Kinshasa: problématique de planification urbaine et pistes d'aménagement

( Télécharger le fichier original )
par Maspy YETA SUKISA
Université de Kinshasa -  2008
  

sommaire suivant

UNIVERSITE DE KINSHASA

MEMOIRE DE FIN D'ETUDE

LA PRESSION DE L'HABITAT SUR LE SITE MARAICHER DE LUKUNGA DANS LA COMMUNE DE NGALIEMA

MASPY YETA SUKISA

DEDICACE

A Dieu tout Puissant créateur du ciel et de la terre, le Seigneur des Seigneurs qui nous a donné le souffle de vie.

A mon père, Dominique YETA BAKU, pour avoir imprimé en moi le rythme et le destin de la formation scientifique et culturelle ; pour tous les sacrifices notamment de l'argent qu'il a dépensé pour mes études.

A ma mère, Alphonsine MAYIMONA ZOLA, pour son affection sans cesse, elle qui a consenti plusieurs années de sacrifice pour les études de son fils.

A mes frères et soeurs : Guy YETA, Huguette YETA, Ange YETA, Princesse YETA, Steven YETA, Bob YETA, Vanessa MAYIMONA et Naomi.

A ma chérie Claudette MPUTUBALA pour son soutien inconditionné et aussi à vous mes futures enfants.

REMERCIEMENTS

« L'homme se découvre en se mesurant face à l'obstacle »

Nous a dit Antoine de saint Exupery

Au moment de remettre le manuscrit à la saisie et soumettre ce travail au public, nous pensons à la mission véritable d'un géographe aménageur dans un pays condamné par une désorganisation de l'espace qui a gagné tout le pays.

Ainsi, notre gratitude va d'abord tout droit à tous les professeurs, chef des travaux et assistants qui nous ont formé et plus particulièrement au professeur LELO NZUZI Francis qui n'a aménagé aucun effort à nous dispenser son riche et profond cours d'aménagement du territoire, base de ce travail. Ses remarques, suggestion et observation avant, pendant et après l'élaboration de ce travail ont été d'une importance capitale pour notre formation de géographe.

Qu'ils trouvent ici, mes profonds sentiments de reconnaissance.

Nos remerciements vont également à l'endroit de nos compagnons de tout le temps : Chimène MPUTUBALA, Papy TAYAYE, Sony MAKIADI, Stéphane MAYALA, Papy DJEKEMBO et tous les autres dont les noms n'ont pas été citées, et Dieu sait qu'ils sont nombreux, trouvent dans cette phrase toute notre gratitude pour leur soutien et attention et la réalisation de notre indéfectible attachement.

Que tous trouvent ici, nos sentiments de gratitude.

0. INTRODUCTION GENERALE

1. Problématique

Aucun pays du monde ne reste à l'écart des grands phénomènes de concentration des populations dans les métropoles (Broutin et al, 2005). Selon l'Organisation des Nations Unies (2001), la population mondiale a atteint 6 milliards d'habitants à la fin du siècle dernier et chaque année, elle augmente de 90 millions. Dans les pays en voie de développement (PVD), on en compte 10.000 personnes de plus qui naissent toutes les secondes (Günter, 1996).

L'augmentation de la population urbaine a des conséquences sur l'habitat. En Occident, le gouvernement met souvent en place des politiques de l'habitat pour la population, au moins à court et à moyen terme. Cette évaluation variant actuellement selon les sources entre 320 000 et 500 000 nouveaux logements par an. C'est le cas de la France, mais dans le pays du Tiers Monde, les villes connaissent une crise de l'habitat. Plusieurs pays essayent de fournir des efforts pour faire accéder aux populations les logements sociaux, mais dans d'autres par contre, les populations sont abandonnées à leur triste sort pour se loger. C'est comme cela que les bidonvilles prolifèrent dans le pays sous développés. En République Démocratique du Congo ; 76,4% de la population urbaines vivent dans des bidonvilles (Congo Kinshasa statistique-mondiales.com).

La ville de Kinshasa connait une croissance démographique moyenne de l'ordre de 3,63% en 2009 (Congo Kinshasa statistique-mondiales.com), posant des sérieux problèmes dans la ville en grignotant les espaces naturels et agricoles et engendrant des conflits d'usage de la terre. Or, ces zones où apparaissent des signes d'intensification des systèmes de production, jouent un rôle déterminant dans l'approvisionnement des villes et marchés d'exportation et sont sources de revenus et d'emplois pour les populations. Le maintien des espaces agricoles et naturels et de la productivité des écosystèmes fragilisés par une exploitation irrationnelle des ressources nécessite une négociation complexe, impliquant les populations urbaines et périurbaines, ainsi qu'a l'Etat et les élus locaux. Cette croissance démographique est due à la fois à la natalité élevée à la quelle les enfants sont considérés comme une richesse pour les uns et coutumes de certaines personnes et à l'exode rural ainsi observé s'explique, par la quête d'un revenu plus élevé notamment de la part des jeunes, à la recherche, quelquefois temporaire (voire symboliquement quand il s'agit du passage à l'âge adulte) de l'expérience d'un autre mode de vie (Lenoir ,1984).

Il faut souligner aussi que l'exode rural est évident parce que le coût de la vie dans les grandes villes étant artificiellement abaissé, et que les emplois industriels et commerciaux sont crées en majorité en ville où se trouve installer le pouvoir politique, avec ses administrations et ses offices.

Après son indépendance, Kinshasa a connu une explosion démographique conduisant à une crise en logement. Ce dernier a contraint les kinois à rechercher des nouveaux espaces à lotir y compris les espaces agricoles avec comme conséquences le manque d'espaces vert publics, la diminution progressive et rapide des superficies des espaces agricoles qui compromet gravement l'approvisionnement de la ville en produits vivrières.

Cette croissance démographique se traduit par une augmentation des besoins en produits vivriers. Par manque d'espaces appropriés dû au manque d'une politique urbaine en matière d'habitat, la réponse à cette demande s'exprime par la multiplication des activités agricoles dans des zones non adaptées qui transforme la ville de Kinshasa en un énorme village.

Les zones périurbaines, en particulier, sont en train de s'étendre autour des villes. Elles sont souvent le théâtre des mutations les plus visibles dans les domaines de la mise en valeur des terres et de l'augmentation des populations à mesure que les établissements urbains et les activités urbaines empiètent sur les terres agricoles (Van den Berg, 2003).

Malheureusement, à cause de la crise du logement qui a entraîné l'urbanisation anarchique et galopante, le site maraîcher de Lukunga situé dans la commune de Ngaliema fait l'objet des convoitises de la part de lotisseurs véreux. Or, il est connu que le site maraîcher de Lukunga, non seulement il crée de l'emploi, mais aussi nourrit une grande partie de la ville Kinshasa.

2. Hypothèse

La croissance démographique et la crise du logement ont pour conséquence directe la disparition de la ceinture verte, la disparition des espaces agricoles qui accentue le nombre de sans emplois et la problématique de l'approvisionnement de la ville de Kinshasa en produits vivriers.

sommaire suivant









Aidez l'hopital de Montfermeil

Moins de 5 interactions sociales par jour