WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Aperçu de la déforestation de la réserve de biosphère de Luki et projet de remédiation

( Télécharger le fichier original )
par Richard TSOMIKINA ILUNGA
Université de Kinshasa - Graduat en sciences agronomiques 2010
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

EPIGRAPHE

« La forêt est une source de richesse, mais l'augmentation de la population, si elle n'est pas contrôlée, est un facteur de déséquilibre dans la nature » (Ehrich, 1970).

DEDICACE

A vous mes parents TSOMIKINA Armand et KALUMBU Kally,

A toi ma fiancée MAKADILA Caroline,

A toute la famille Léon KABAMBA,

A vous mes amis et connaissances,

Je dédie ce travail.

Richard ILUNGA

AVANT PROPOS

Il est impérieux en ce moment de penser à tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, tant soit peu ont contribué à la réussite de ce travail.

Nos remerciements s'adressent en premier lieu à Dieu tout puissant lui qui, a permis que ce travail acquiert sa forme scientifique idéale en nous assistant sans relâche au moment de joie que de détresse.

Nous témoignons par la suite une sincère reconnaissance au Professeur KADIATA BAKACH, directeur de ce travail, pour sa disponibilité, ses conseils et remarques très pertinentes et louables qui nous ont permis de rendre effective notre étude.

Nos sincères remerciements vont droit au Professeur Damas KHASA, directeur du projet d'Appui à la Formation en Gestion des Ressources Naturelles dans le Bassin du Congo, FOGRN BC en sigle ainsi qu'à la coopération technique allemande, GTZ en sigle plus particulièrement à son programme biodiversité et forêt pour leur soutien matériel et financier qu'ils cessent de nous apporter pour solidifier notre formation. Nous remercions par la même occasion, le professeur Albert LEMA, le CT Albert TSHINYAMA et Mme MELIE MONNERAT pour leur diligence et leur patience face à nos exigences parfois contradictoires.

Nous remercions vivement nos parents pour les souffrances endurées pour notre scolarisation et notre éducation.

Nous remercions également le corps professoral de la faculté des Sciences Agronomiques de l'Université de Kinshasa qui, jour après jour militent pour notre excellence scientifique.

Nous ne pouvons pas tourner cette page sans penser à la famille Léon KABAMBA pour l'affection et conseils réservés à notre faveur.

Que le technicien LIDJO trouve ici sa gratitude pour sa contribution à la collection des informations de ce travail à Luki.

Nous n'oublions pas non plus tous les amis de promotion avec qui nous avons partagé les moments de compréhension parfois d'intolérance durant notre parcours. Que tous ceux dont les noms ne sont pas énumérés ne se sentent pas oublier, nous leur sommes à jamais reconnaissants.

INTRODUCTION

Les aires protégées sont une nécessité pour la survie de l'humanité ; elles constituent des réserves des gènes et assurent la protection à long terme de la diversité biologique. Ces aires ne sont ni un luxe ni un superflu. Si elles assurent des fonctions sur le plan de la science, de la récréation, du délassement et de l'esthétique, elles sont également, et surtout, un besoin pour le maintien de l'équilibre biophysique (Maldague et al., 1997).

En effet, ces aires protégées doivent faire l'objet d'une maintenance et d'une gestion rigoureuses afin de limiter les divers fléaux pouvant affecter leur intégrité ou leur biodiversité aussi longtemps qu'il est difficile de créer de nouvelles aires protégées dans beaucoup de pays du monde et surtout dans ceux en voie de développement où la situation semble plus complexe. D'où, la protection des aires existantes est la solution la plus prometteuse.

Malheureusement, la réserve de biosphère de Luki, dernier refuge de la forêt du Mayombe, un écosystème unique en République Démocratique du Congo partiellement préservé 57 ans de conservation est, menacé de disparition (Projet MAB Luki, 1991).

C'est pourquoi, l'UICN classe la réserve de Biosphère de Luki parmi les aires protégées actuelles d'intérêt majeur et parmi les sites critiques du domaine des forêts denses (Boumenge, 1990).

Néanmoins, l'absence d'une politique cohérente d'utilisation des terres et des ressources en dehors des aires protégées est fondamentalement à la base des pressions que subissent ces dernières.

A la longue, tous les efforts louables des gestionnaires en matière de protection des aires protégées sont annihilés, car nous sommes placés devant le dramatique paradoxe où le besoin immédiat de survie de la population aura tendance à l'emporter sur la sauvegarde de la biodiversité, base de la survie de l'espèce humaine (Vangu, 1989).

Comme l'a confirmé CHERYL (1992), les activités humaines sont en train de transformer l'environnement global.

Ces changements se présentent sous de nombreuses facettes et se traduisent par la diminution de l'ozone, la destruction des forêts, les dépôts acides et la concentration accrue des gaz qui piègent la chaleur et qui pourraient entraîner un réchauffement du climat du globe.

Les forêts du Mayombe en RDC en général sont victimes de toutes ces dégradations depuis bien de temps et la réserve de biosphère de Luki en particulier n'est pas épargnée. Cette situation est essentiellement due à l'explosion démographique qui associe à la fois l'agriculture itinérante sur brûlis, la carbonisation, le braconnage, l'exploitation forestière non durable (adaptée à la machinerie lourde), etc. pour sa survie.

Certes, toutes ces pratiques font que la réserve de biosphère de Luki ne puisse pas répondre aux normes de validation retenues par l'UNESCO en lançant en 1970 (UNESCO-MAB, 1971), le programme sur l'homme et la biosphère et pourtant il a mis l'accent sur la nécessité d'appréhender les interrelations entre les hommes et les autres éléments de la biosphère sous l'angle de l'interdisciplinarité.

Toutefois, une telle dégradation du milieu est triplement préjudiciable. D'abord, elle représente un gaspillage de ressources et entraîne de profondes perturbations dans le déroulement normal des fonctions environnementales des écosystèmes forestiers. Ensuite, elle empêche les forêts de satisfaire, comme elles le devraient, les besoins des populations. Enfin, elle fait obstacle au maintien de la biodiversité et au développement durable (Maldague et Mankoto, 1977).

La présente étude a comme objectif de proposer une série de mesures s'avérant pratiques pour pouvoir sauvegarder l'intégrité et la biodiversité de la réserve de biosphère de Luki tant que sa dégradation reste un processus continu et perceptible.

Pour ce faire, notre travail se subdivise en trois chapitres en dehors de l'introduction et de la conclusion. Le premier aborde la revue de la littérature, le deuxième expose la méthodologie du travail tandis que le troisième présente les résultats et la discussion.

sommaire suivant






La Quadrature du Net