WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?

( Télécharger le fichier original )
par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Annexe 3

Répartition GLobaLe des dépenses des festivaLs - 2002

« La musique a-t-eLLe besoin des festivaLs ? », actes du coLLoque organisé par La fédération France Festivals, abbaye de Royaumont, novembre, 2003, http://www.francefestivaLs.com/, consuLtation Le 14 juiLLet 2006, page 23.

Les chiffres présentés ci-dessus sont issus de L'enquête réaLisée auprès des festivaLs adhérents à La fédération France Festivals.

Annexe 4

Compte rendu de La tabLe ronde : Culture, Médias, Evénementiel, un bon ménage à trois ?

FAIVRE D'ARCIER (Bernard), BORIS (Jean-MicheL), GARCIA (Pedro), « CuLture, Médias, EvénementieL, un bon ménage à trois ? », tabLe ronde de La Business CLasse CuLture ESC Dijon, Paris, 2, mars, 2006, 4 pages.

Business Classe Culture ESC Dijon Jeudi 2 mars

2006

"Culture, Médias, Evénementiel, un bon ménage à trois ?"

L'action cuLtureLLe fut, et reste, Liée à L'éducation, La formation, La pédagogie: du sérieux, du Long terme, de La profondeur.

Mais, notre société médiatique sembLe avoir Le goût du spectacuLaire, de L'immédiat, du festif. L'événementieL est-iL devenu Le mode priviLégié de L'expression artistique, de La transmission cuLtureLLe ?

La vie cuLtureLLe n'est-eLLe pLus que La succession de moments médiatiques : «Journées du patrimoine», «Lire en fête», «Nuits bLanches», «Fête du cinéma», «Printemps des poètes» ?...

Le succès de La formuLe festivaLière va-t-iL détruire sa raison d'être d'origine ?

TabLe ronde présentée et animée par : Bernard FAIVRE D'ARCIER

Jean-Michel BORIS

Pedro GARCIA

I/ Importance de La poLitique pubLique dans La cuLture en France: Rappels historiques et état des lieux :

Pour L'état, une poLitique pubLique en matière de cuLture n'est pas queLque chose d'innée ou d'automatique.

En effet, aux Etats-Unis ou en Asie, Les choses sont vues différemment, La cuLture est associée à La consommation privée, dès Lors eLLe appartient au domaine privé et non à ceLui de L'état.

Dans Les pays de L'Est, qui ont Longtemps subit La domination de L'état en matière de contrôLe de La cuLture et de censure, La poLitique cuLtureLLe pubLique est vivement critiquée.

En France, cette notion existe depuis Longtemps, Le mécénat d'état (par Le roi ou Le prince) devient un cas de figure dominant en Europe, un désir d'accès à La cuLture inscrit dans des racines répubLicaines.

André MaLraux reprend cette idée en 1958 et crée un système pubLic de soutient à La création cuLtureLLe. L'éLargissement des compétences de L'état en matière de cuLture augmente aLors considérabLement.

Jack Lang confirmera cet éLan, mais on voit dès Lors apparaître une satisfaction technocratique pLutôt qu'un rapport direct de L'état qui soutient un art.

Aujourd'hui, Les notions de déconcentration et décentraLisation ont tout changé.

IL y a un transfert de L'état au niveau des coLLectivités territoriaLes, Leur poids augmente de pLus en pLus, Leurs dépenses sont aujourd'hui supérieures aux dépenses de L'état pour tous Les ministères rattachés à La cuLture confondus. Les fonds de soutient augmentent considérabLement un peu partout en France avec des disparités géographiques.

Le paysage cuLtureL français n'est pas du uniquement aux actions pubLiques mais au résuLtat d'individus.

Le terme d'industrie cuLtureLLe, qui rime avec une intervention de L'état, est empLoyé dès Les années 80's. Au début, ceLa est très maL vu car dans Les 70's, La cuLture était perçue comme une « buLLe » en dehors des Logiques de marché.

L'industrie cuLtureLLe existe aLors comme une sorte d'art de La cuLture mais iL y avait une absence d'étude socioLogique et économique sur Le sujet, on a Longtemps évité Le contact entre Les deux. Aujourd'hui, ces deux notions se déveLoppent de manière autonome et ont un impact par rapport au processus des pouvoirs pubLics.

Dans La cuLture, La quaLité de gestion est aussi importante que dans tout autre secteur, pourtant iL n'y a pas une recherche unique de profit.

L'industrie cuLtureLLe est muLtiforme aujourd'hui, tout comme L'est Le pouvoir pubLic. On voit apparaître de grands groupes financiers ainsi que de petites entreprises.

II/ Industrie cuLtureLLe, événementieL et médias, un bouLeversement du face à face pubLic et privé :

Une répercussion sur les festivals :

Au niveau des festivaLs, L'exigence est aujourd'hui basée sur Le répertoire pLus que sur Le spectateur.

On voit apparaître une muLtipLication des festivaLs de tout genre, on y met tout et n'importe quoi, avec un désir de rassembLement mais aussi un désir économique, touristique et de notoriété.

ExempLe du théâtre avec son ouverture de saison que L'on appeL aLors festivaL. Le terme est devenu un mot pLus vaLue, peut être faut-iL trouver un autre mot concept ?

IL devient un événement économico-touristique et sa poLitique est pLus attentive à L'impact économique que cuLtureL. On passe de La notion de festivaL à La notion d'événementieL.

C'est un mot magique pour Les éLus Locaux car entre temps, Les médias sont arrivés entre Le pubLic et Les festivaLs, c'est une forme idéaLe « prémâchée ». Les médias et partenaires de ces événements augmentent, aujourd'hui on a une muLtipLication des festivaLs avec une importance média et une augmentation du rôLe de L'industrie cuLtureLLe, c'est une possibiLité d'écLatement des modes de formation de chacun, eLLe n'est pLus unique,

chacun vit sa cuLture du zapping, vers ce qui L'intéresse (probLème de gratuité dont La musique devient Le bouc émissaire).

L'essence même du festivaL peut aLors se perdre entre vouLoir ressembLer à queLque chose et créer un événement de création et de compiLation des genres, La soLution ne serait-eLLe pas d'aLLer de paire avec société de production ?

Le festivaL est toujours bouLimique, enjeux de La super-consommation, Avignon est devenu une gigantesque foire, rapide, où tout doit être fait en peu de temps, pourtant, iL faut donner Le temps aux arts, par Le biais de La réexposition peut-être ? CeLa est contre L'avis des critiques et des médias qui découvrent queLqu'un mais ne L'accompagne pas par La suite, dans un raisonnement de surconsommation.

IL faut trouver un équiLibre économique entre L'offre et La demande, iL n'est pLus Le même aujourd'hui, on assiste à une segmentation à outrance de La cuLture.

Un festivaL qui fait moins de spectacLe une année est automatiquement mit sur La seLLette.

Pourtant, son but est d'augmenter La notion de diffusion, et quand Le pubLic prend, c'est un effort bénéfique.

Pedro Garcia et la création du festival « les arts dans la rue » :

Le théâtre en banLieue est une entreprise fragiLe, en dehors de Paris c'est Le no man's Land, ce qui n'est pas Le cas pour Les régions.

C'est un endroit déLicat et miLitant où iL est difficiLe de maintenir une pLace pour Le théâtre.

Au bout du compte, peu de pubLic est touché, c'est trop utopique, comment faire aLors ?

L'intérêt se porte peut-être sur Les viLLes qui se mettent à disposition de L'artiste, on peut voir aLors ce qui s'y passe...

Dans ce contexte, Pedro Garcia a crée un festivaL voLontariste et ouvert, « Les arts dans La rue ».

IL conjugue L'art et Le festif des spectateurs aux envies particuLières des Locaux et curieux.

Aujourd'hui, tout fait cuLture, mais qu'est ce qui fait art ? IL est important de garder des zones de résistance pour Les spectacLes qui veuLent s'en sortir. Certains de ces Lieux où Les gens se retrouvent dans des faits artistiques existent déjà.

ILs permettent de dire que tout n'est pas événementieL, se sont de vrais Lieux de production.

L'art de la rue :

Le secteur privé ne vit que de La recette du spectacLe tandis que L'art de La rue se dérouLe sans participation du spectateur.

Au départ, L'art de La rue est assez Libertaire et marginaL, avec des vaLeurs de gratuité, une sorte de manche au chapeau. La rue est un espace de réconciLiation, entre espace urbain et arts vivants.

Même s'iL existe grâce au service pubLic, cet engouement pour L'art de La rue
est-iL un moyen de diffuser La cuLture en toute gratuité, ne devient-iL pas La

simpLe consommation d'un « service cuLtureL » au pLus bas coût possibLe... La gratuité est un fait important.

L'art de La rue peut Lui aussi être zappé, d'autant pLus de sa gratuité, pourtant, queLque soit Le pubLic ou Le spectacLe, iL faut conserver un respect pour L'artiste et Le spectateur.

Ici, Le Lien émotionneL est supérieur au Lien à L'argent, c'est faire scène avec Le spectacLe proposé.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net