WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?

( Télécharger le fichier original )
par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Annexe 6

Au Nom de la Loire quitte la scène.

« Au Nom de La Loire quitte La scène », Tours, 27, janvier, 2003, http://www.radiobeton.com/andLL/index.htm, consuLtation Le 15 septembre 2006.

Tours, Le 27 janvier 2003

AU NOM DE LA LOIRE QUITTE LA SCENE

Depuis 6 ans, L'équipe de Béton Production s'est Lancée

dans L'aventure du festivaL AU NOM DE LA LOIRE qui a

permis La rencontre d'un pubLic toujours nombreux

(même sous La pLuie battante) avec Le travaiL de

compagnies de référence mais aussi de nouveaux projets

et de jeunes troupes.

Béton, déjà organisateur du festivaL AUCARD DE TOURS

(musiques actueLLes) et fondateur de La Radio Béton (qui

"sévit" sur Le 93,6 à Tours depuis 1985), ne pouvait pas

passer à côté du soutien à La jeune création et à L'indépendance dans Les arts de La rue !

Mais si aujourd'hui La création est menacée par La
disparition du statut des intermittents, par

L'instrumentaLisation de L'intervention urbaine, La diffusion des Arts de La rue est, eLLe aussi, en grand danger, pour ces mêmes raisons et d'autres qui Lui sont propres :

- La diffusion se restreint de pLus en pLus à des commandes émanant de coLLectivités territoriaLes ou à L'organisation de festivaLs à gros budget à L'initiative de ces mêmes institutions, qui deviennent ainsi Les partenaires financiers majoritaires et qui revendiquent

Leur participation financière en imposant aux programmateurs Leur propre

poLitique cuLtureLLe.

- Le désengagement des DRAC du secteur de La diffusion renforce ce déséquiLibre financier et contribue à contraindre Les organisateurs à réduire Les prises de risques auprès de jeunes compagnies, de spectacLes à faibLe jauge ou de premières créations.

- Les viLLes souhaitent pLus aujourd'hui des

événements qui s'insèrent dans La vie de La cité

sans L'investir véritabLement, qui servent de

vitrine à Leurs investissements auprès des acteurs

cuLtureLs Locaux, cherchant à donner satisfaction

au pubLic Le pLus Large avec Le moins de nuisance

possibLe (bruit, interdiction de stationnement,

...), sans finaLement avoir une réeLLe réfLexion

cuLtureLLe.

- Le côté miLitant et contestataire de certains spectacLes, aspect qui est pourtant Le fondement même de cette forme d'expression, provoquent dorénavant une stupeur mêLée d'incompréhension des baiLLeurs de fonds qui se sentent interpeLLés par Les comédiens avec Le sentiment Latent de "payer pour se faire battre".

Les coLLectivités commencent donc à préférer travaiLLer avec des sociétés d'événementieL sur La base de cahier des charges et d'appeL à projet.

A La fin de L'année 2002, La viLLe de Tours a cru que

notre rôLe dans Le festivaL Au Nom de la Loire

pouvait être réduit à ceLui d'un prestataire, qu'un

comité de piLotage artistique devait chapeauter

notre programmateur, qu'iL était nécessaire de

redéfinir Les objectifs du festivaL pour y intégrer

de nouveaux domaines artistiques sans augmenter

Les moyens financiers du festivaL.

Pour toutes ces raisons, c'est avec beaucoup

d'amertume que nous avons informé La viLLe que nous nous retirions du festivaL que nous avions créé, notre indépendance ne pouvant être en jeu.

Béton Production, ses bénévoLes et ses intermittents, souhaitent donc Longue route aux compagnies invitées depuis 1997 (et aux autres aussi) et remercie tous ceux qui ont soutenu ce festivaL.

L'équipe du festivaL

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net