WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact des ouvrages de génie civil sur l'environnement: cas de la décharge finale des déchets de la ville de Bangui

( Télécharger le fichier original )
par Stephane KODYBELET
Universite de Bangui - DIT 2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 3 : ETAT DES LIEUX AVANT LE PROJET

3.1- SITUATION ACTUELLE EN MATIERE DE GESTION DES DECHETS SOLIDES A BANGUI

Suite a des visites sur terrain et des entretiens avec les responsables de différents organismes, nous avons constaté que :

Avant le PURISU, la ville de Bangui été confrontée actuellement à un sérieux problème de collecte des ordures ménagères. Le système actuellement mis en place, nonobstant le fait qu'il touche très peu de quartiers, n'est pas du tout fonctionnel.

A ce jour, la collecte primaire est assurée par 15 micro-entreprises, la collecte secondaire est assurée par 2 PME dans la zone concernée par le PURISU et le reste par la commune urbaine de Bangui avec peu de moyen voir insuffisant.

Il n'y a pas de sites intermédiaires pré-identifiés où les ordures doivent être déposées. Cette situation a conduit à la création de plusieurs dépôts sauvages dans la ville.

La ville ne dispose pas encore d'une décharge publique contrôlée répondant aux normes environnementales.

Dans les zones non couvertes, ce sont les canaux d'évacuation des eaux, quand ils existent, qui servent de lieux de dépotoirs des ordures ménagères. Toute cette situation se traduit par la prolifération des maladies diarrhéiques qui touchent essentiellement les enfants et les jeunes adolescents.

L'élimination finale des déchets est généralement la décharge non contrôlée, située à proximité de la piste de l'aéroport, causant de graves problèmes par la présence intense des oiseaux. Dans cette décharge, on a assisté a des actions d'incinération des déchets et de ramassage des objets « valorisables», par des chiffonniers sans aucun moyen de précaution ou de sécurité.

Les déchets de la décharge sont constitués d'environ 70 % de matière organique, 10 % de plastiques, 10 % de tissus, 5 % de métaux et autres déchets non définis. (Estimation visuelle)

Les impacts potentiels de cette situation, en l'absence d'une décharge contrôlée et d'un système de gestion des déchets étudié, sont :

- la dégradation de la qualité de la vie dans les 5 arrondissements,

- la formation de points anarchiques de stockage des déchets, à l'origine de mauvaises odeurs et de nuisances environnementales,

- la contamination de la nappe d'eau souterraine,

- la création de milieux favorables à la prolifération des insectes et des rongeurs,

- le développement de maladies dues aux manques d'hygiène et de salubrité,

- des problèmes au niveau des collecteurs des eaux pluviales (cause principale d'inondation) à cause de la présence des déchets solides dans ces canaux,

- la contamination de la population par les déchets infectés et se trouvant à la portée des enfants et des animaux domestiques

e n° : Photos de l'état actuel de la gestion des déchets dans la ville de Bangui

 
 
 
 

précédent sommaire suivant