WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Freemium et presse quotidienne numérique


par Thomas GUSTAVE
Université d'Aix en Provence - Master 2 2013
  

précédent sommaire suivant

Annexes :

- Annexe 1 : Etat des lieux des quotidiens nationaux et régionaux complet - Annexe 2 : Entretien avec Francis GUSTAVE complet - Annexe 3 : Entretien avec Kevin GOMEZ complet - Annexe 4 : Entretien avec Florence NAVARRO complet

ANNEXE N°1 :

ANNEXE N°2 :

Entretien avec Francis GUSTAVE

Crise et modernisation de la presse écrite en France

Entretien avec Francis GUSTAVE, dépositaire de presse pour les régions de l'Ariège, de la Cerdagne et du Capcir, 52 ans.

Bonjour, je m'appelle Thomas GUSTAVE, je suis étudiant, et je réalise un travail de recherche sur la crise et la dématérialisation de la presse écrite en France. Je vous interroge pour connaître votre point de vue, votre vision de l'évolution du marché de l'intérieur par rapport à votre métier.

Pour commencer je vous propose de vous présenter rapidement ainsi que votre métier.

Je m'appelle Francis GUSTAVE, j'ai 52 ans, je suis dépositaire de presse, donc euh le dépositaire de presse, est un maillon de la distribution de la presse française, autrement appelé le niveau 2, en gros il y a trois niveaux en France, le niveau 1 les sociétés de messageries, le niveau 2 les distributeurs de presse, et le niveau 3 les marchands de journaux ou les diffuseurs de presse.

Nous avons comme rôle, on nous confie une zone géographique, et notre mission, notre manda, c'est de, de gérer la diffusion des titres sur une zone commerciale bien définie et la faire prospérer.

Très bien, et vous quelle est votre zone ?

En gros c'est le département de l'Ariège, et une partie des Pyrénées Orientales, dont notamment la zone de Font-Romeu.

Et pour ce faire, nous desservons 150 marchands de journaux, que ce soit des boulangers avec un seul titre régional comme la Dépêche du midi, ou des maisons de presse qui ont 2000 ou 3000 références.

Pour ça nous avons une entreprise où nous sommes 15, nous sommes localisés à Verniolle un bâtiment neuf de 1000 m2. Nous réalisons 7 tournées tous les matins, nous faisons 980 km en 20h de temps.

D'accord donc le temps joue contre vous.

Oui, puisque nous traitons tout en flux tendu, puisque toute la marchandise qui arrive la nuit doit être traitée et livrée avant l'ouverture des marchands de journaux.

Et ceci tous les jours ?

Tous les jours de l'année, sauf le 1er Mai. Nous distribuons la presse quotidienne qui paraît tous les jours, vous avez la presse quotidienne nationale qui comprend les grands titres nationaux comme le Figaro, L'équipe, Aujourd'hui en France, Libération. Et puis vous avez la presse quotidienne régionale qui est la Dépêche du Midi pour nous, et la diffusion des quotidiens représente encore 40% de notre CA, c'est le coeur de notre métier ce qui fait que nous devons livrer les marchands de journaux tous les jours.

Merci pour cet éclaircissement, euh, moi aussi je vais aborder à travers mon étude la crise de la presse, tout le monde sait qu'elle s'est installée depuis plusieurs années, et vous d'après votre métier quels sont les changements et les adaptations que vous avez dû réaliser, quel est votre regard sur cette crise ?

C'est à dire que effectivement nous avons accueilli avec un mauvais oeil l'arrivée du numérique il y a quelques années, pensant que c'était la mort de la presse écrite, or après 3-4 années on s'aperçoit que ce n'est pas le cas, c'est 2 supports complètement complémentaires, le Web à besoin du Print, ce sont les journalistes de l'écrit qui fournissent la matière du web. Maintenant quand on regarde la presse spécialisée, on se rend compte que les quotidiens qui vendent leurs éditions sur le web payant, le Figaro ou autre titre, la vente des quotidiens sur web représente seulement 3-4% du volume. Donc ce n'est pas encore un concurrent de la vente sur papier. Par contre la crise est là, on se rend compte que la baisse de la vente du papier est effectivement là. A cause de plusieurs facteurs, notamment un désintéressement des jeunes de la presse, du papier, ils n'ont plus envie de lire le journal, ils ont d'autres supports d'information, même si ces autres supports, ne donnent pas la même analyse, et surtout l'effet

prix. Dans les années 2000 la vente des DVD a boostés notre CA, bon maintenant ça s'essouffle on vend moins de DVD, ils sont en téléchargement. Et puis le prix, le prix est un élément dissuasif, on se rend compte que toutes les revues à partir de 5, 6 euros connaissent des baisses de vente. Alors que l'an dernier nous avons connu une hausse des ventes des quotidiens nationaux, a causse de l'effet Strauss-Kahn notamment, ce qui n'est pas arrivé depuis quelques années, une progression de 5% sur les ventes.

Quelles sont les ventes qui sont le plus touchées par cette crise ?

Il y a une baisse constante sur les quotidiens, sur les revues chères, après on se rend compte qu'il y a des effets de mode, tous ce qui est news, le Point, VSD,

Paris Match, tout cela, la presse féminine aussi, se porte bien. Les titres féminins du groupe Marie Claire on a des ventes constantes sans soucis. On a des baisses constantes depuis 12 mois sur la famille People à cause de la multiplication de titres on en a une cinquantaines, donc les ventes se partagent.

Alors que ce secteur était un secteur porteur ?

Effectivement on a fait de grosses ventes rapidement ça a généré du chiffre.

Vous avez mis en lumière tout à l'heure l'implication de cette nouvelle génération, le fait qu'ils ne sont pas intéressés par le papier, c'est une génération qui pose problème ?

Oui, il y a des revues pour les jeunes mais effectivement c'est une famille de titres qui est en baisse régulièrement, la presse ado ne se vend plus, on se rend compte que toute cette population qui a maintenant entre 10 et 20 ans ne lit pas la presse et ne lira pas plus dans 10 ou 15 ans.

Mais ils ne vont pas non plus chercher l'info sur le web je pense.

Ils chercheraient des informations d'autres types sur le web ?

Oui du loisir, pour les jeunes, après je ne sais pas, je ne peux pas tout prévoir. Mais peut être qu'ils iront le jour ou ils auront besoin de connaître l `actualité. Cependant il n'y a pas d'analyse aussi détaillée que sur le papier.

Cet internet qui se place en tant que diffuseur d'info synthétique, est-ce que vous pensez que ca peut évoluer avec des journalistes pur web et pointus dans les prochaines années ?

C'est le papiers qui paye les journalistes pour écrire les articles, qui après sont diffusés sur le web, je pense que pour l'instant financièrement, c'est pas viable, d'avoir des journalistes pur web, on le voit avec la tv et les chaines style BFM TV tout ca, ou on donne juste le titre répété et répété, sans aller au delà.

Pour en avoir parlé avec des éditeurs de presse, ça va être dur de payer des journalistes pour écrire uniquement sur la web. Les principales ressources viennent du papier, et tant que les recettes publicitaires ne seront pas plus importante sur le web ça ne justifiera pas de payer des journalistes pour l'instant.

Cette vision les éditeurs l'ont sur quelle période ?

Autant ils étaient pessimistes il y a 3 ans autant maintenant la tendance s'inverse. On se dit que le web ne va pas tuer la presse comme on l'avait annoncé, mais sera complémentaire il suffit de trouver un juste équilibre.

Revenons un peu sur votre métier a vous, euh, vous la dématérialisation, les nouvelles technologies, vous les intégrez à quel niveau ?

Pfff, nous la dématérialisation se fait en interne, les factures tout ça, rien d'autre. Si, l'information qui passe par mail, où avant on avait des notes d'infos à distribuer aux marchands de journaux, maintenant ce sont uniquement des Mails et on fait suivre. Après c'est sur que quand on met une affiche, dans un paquet à destination client on est sur qu'il va la lire le matin en déballant sa presse, Après si c'est dans sa boite mail, c'est pas sur qu'il ouvre tous les jours. C'est une autre question.

Ça reste très minime, mais cette numérisation de la presse ne passerait pas par vous ?

Tout à fait ce serait, un autre circuit, qui nous contournera, ce ne sera pas nous qui profiterons économiquement de la dématérialisation. Qui existe déjà avec les abonnements des quotidiens ou revues.

Est ce que vous voyez un axe d'évolution de votre métier sur les prochaines années ? Des perceptives de croissance ?

Il y a plusieurs pistes qui ont été étudiées a partir du moment ou on a un secteur géographique bien défini à s'occuper. Sur ce secteur géographique nous avons des camions de livraisons tous les jours. Donc nous pouvons offrir un service complémentaire de messagerie, livrer d'autres produits que la presse. Nous essayons de trouver, bon ce n'est pas facile, mais on a aussi la piste de diversification toujours pareil, on a un réseau, sur lequel nous fournissons souvent avec la presse le principal apport en chiffres d'affaire, donc nous essayons de faire ce que l'on appelle de la diversification de produit. Vendre de la librairie de la papeterie à des points de ventes qui n'ont pas forcément les capacités financières de travailler en direct avec d'autres fournisseurs, nous proposons nous du service de proximité, du réassort sous 24-48h et on va essayer de conforter la messagerie.

Cette diversification c'est un peu, la vision de votre métier dans 10 ans ? Il y aura de grosses transformations ?

Vous savez nous avons connu de grosses restructurations. Il y a 20 ans nous étions plus de 2000 grossistes, c'était de petites structures qui desservaient une dizaine de diffuseurs, maintenant nous sommes 130 dépôts en France. Et il, y a un nouveau plan qui doit nous amener à 90. Donc la, comment dire, la survie du réseau de distribution passe par encore une concentration et avec une taille minimale à avoir pour que les dépôts de presse soit bien considérés par les Messageries de Presse nationales.

On parlait aussi du coût. Pour la nouvelle génération, mais c'est un point important aujourd'hui. La gratuité par exemple prend beaucoup d'importance.

Alors ces derniers sont distribués gratuitement, pas par nous. Ils ne vivent qu'avec la publicité. Mais avec la crise on s `est rendu compte que ces titres ont eu de grosses difficultés puisque leurs seules ressources étaient la publicité et au coeur de la crise en 2009 il y a eu une

baisse des recettes publicitaires de presque 30 à 40%. Et ces difficultés financières les ont poussés à se recentrer sur les grandes villes. Etant donné que nous sommes un département rural nous sommes très peu impacté par la presse gratuite.

Ils se concentrent sur les grandes villes comme Paris, Toulouse...

Elle n'est pas encore distribuée et d'ailleurs ne le sera pas, il n'y a pas de rentabilité pour eux.

Est ce que avec le web, le nouveau modèle économique qui émerge c'est celui de la gratuité, on tant vers la gratuité des produits qui seront compensés par le service.

La presse est principalement touchée, comment cette dernière pourrait éviter cette arrivée du gratuit ?

Comment vous dire, déjà les groupes de presse réfléchissent, quand vous prenez leurs sites web et leurs quotidiens imprimés, on se rend compte qu'ils ne mettent sur le site que les titres accroches, synthétiques, peut être l'éditorial mais ne développent pas, ils ne mettent pas sur le web les analyses, ils renvoient sur le support papier, et a l'heure actuelle ils n'ont pas envie de trop étoffer le site web pour l'instant. Tant que la vente du quotidien sur le web ne représente pas plus de 5 à 10%, leurs recettes principales est quand même la vente du papier, ils privilégieront pour l'instant le papier, tant que ça n'évoluera pas d'avantage. Effectivement un quotidien sur le web gratuit est moins dense et moins complet. On perd en profondeur, en étude.

Vous la publicité, elle ne vous impacte pas ?

Non mais enfin, pas directement, sachant que la presse en France en schématisant, les recettes c'est 50% de la publicité et 50% de la vente. Donc on s'est rendu compte qu'avec ces 2 ans de crise, ceux qui ont connu des grosses baisses de rentrées publicitaires, ont connus des difficultés et ont arrêté de se distribuer. Pour nous ce sont des titres qu'ont ne vendait plus, donc une baisse de CA quand même.

On continu sur votre métier, qu'est ce qui pourrait être considérer comme des atouts dans votre situation ?

On a une chance d'être en Ariège si on peut appeler ça comme ça, car c'est un département rural, avec une population vieillissante on va dire, donc qui est encore très attachée au support

papier à la lecture du quotidien tous les matins, et il n'y a pas encore les habitudes de se connecter pour aller lire le journal sur internet. Moi même, si je n'ai pas mon journal, enfin mes journaux tous les matins sur mon bureau, il me manque quelque chose. C'est une habitude d'une vie d'avoir le matin le quotidien à lire.

Pour ça, les éditeurs se sont rendus compte aussi, que pour promouvoir la vente des quotidiens ils se sont rendus compte que l'acheteur ne va pas forcément acheter le quotidien 7 jours sur 7. Et ça, ça leurs pose beaucoup de problèmes au niveau des prévisions des tirages, et cela génère des invendus, c'est pour ça qu'ils mettent de gros moyens pour développer le portage à domicile.

Le portage à domicile est déjà une institution pour la presse quotidienne régionale, et là depuis deux ans maintenant on s'est rendu compte que les quotidiens nationaux s'appuient sur les éditeurs de presses régionaux pour profiter de ce réseau de portage à domicile pour promouvoir leurs ventes. Bien entendu quand un quotidien est porté à domicile, il est porté 7 jours sur 7, donc même si il y a des offres promotionnelles pour les clients, l'éditeur peut prévoir ses tirages longtemps à l'avance sachant que c'est porté.

Cela ne se faisait pas jusqu'à maintenant ?

Si, c'était le facteur, mais bon le facteur en zone rurale, il passe autour de 12h, alors que nous assurons quand même la distribution du quotidien dans les boites aux lettres avant 8h du matin pour tous les clients.

Vous parliez tout a l'heure des fréquences il y a des jours de la semaine ou les gens achètent plus la presse nationale ?

Tout a fait, ça aussi ça évolue au fil des années, le lundi à toujours été une bonne journée de vente, notamment grâce aux résultats sportifs, ou avec la presse régionale. Maintenant un peu à l'image des pays anglo-saxons, on a l'offre au weekend. Un quotidien avec plusieurs suppléments comme le Figaro magasine, l'Équipe magasine, la Dépêche qui offre un supplément TV ou féminin. Tout ca avec un prix supérieur. La fin de semaine pour la presse est une période de grosses ventes.

Par contre on a des creux, par exemple le mardi, c'est le jour où on vend le moins de presse. C'est une belle alternative de compléter ces jours là avec le portage à domicile.

C'est déjà développé ?

Oui et ça marche très bien, les axes de développement pour les éditeurs c'est ce portage à domicile et effectivement le développement de leurs quotidiens via les applications I'iPhone etc...

Venons en à ce nouveau support qui passe par le mobile, les éditeurs profitent de ce créneau à vos yeux ?

Oui, on se rend compte que notamment, il y a deux éditeurs à la pointe des applications, c'est le Monde et le Figaro. Ils en parlent souvent, je ne suis pas tout à fait au courant mais d `après leur communication ils font de gros efforts pour être présent sur ce mode de diffusion. On voit aussi que l'Équipe à un site internet bien étoffé, où il y a les résultats en temps réel. On revient sur l'information instantanée et synthétique qui tombe directement sur le mobile.

Tous les quotidiens y arrive et même les quotidiens régionaux, par exemple la Dépêche de Midi, on leur reproche parfois de mettre trop infos sur le site Internet et de ne plus renvoyer sur le support papier car cela reste notre gagne pain.

Une de vos forces reste donc ce quotidien régional ?

Oui, c'est 25 à 28% de notre chiffre d'affaires, ce qui nous assure la rentabilité de notre affaire, ces derniers nous obligent à avoir un service 7/7jous et jours fériés. Certains prédisent la fin des quotidiens, alors là notre métier serait différent, si nous ne distribuons plus que des publications semestrielles et mensuelles, il n'y aurait plus aucune obligation de livrer tous les jours et notre métier pourrait changer.

Ce qui fait, comment expliquer ça, la dureté de notre métier, à savoir travailler tous les jours de l'année, notre rentabilité est là. Il y a du CA à faire tous les jours.

On parlait tout a l'heure qu'avec les nouvelles générations, ce ne sera plus une nécessité d'avoir une presse papier tous les jours, vous situez ce changement dans le temps ?

A environ dix ans, je pense que dans 10 ans on risque de basculer, même avant entre 8 et 10 ans.

Pourtant les personnes au dessus de 35, 40 ans lisent la presse ?

Oui mais peut être pas suffisamment, il faut du volume pour rentabiliser tout ce réseau.

Je pense qu'à 10 ans on risque d'atteindre le seuil critique, on ne vendra plus assez de papier, donc plus assez de CA pour maintenir des tournées quotidiennes au 4 coins de France.

On a beaucoup parlé de la presse écrite, mais ma problématique rejoint aussi la Librairie, la vente de livre, ce réseau là est différent du votre ?

Non, nous avons un réseau de marchands de journaux où bien souvent, une grosse partie du CA est la librairie.

Donc à terme, ces magasins aussi sont vraiment impactés, je pense qu'avec la vente de livres sur les tablettes numérique et sur internet, on peut télécharger des livres en mettre plus d'une centaine sur une tablette. On se rend compte qu'il n'y a pas que les marchands de journaux qui sont impactés, il y a aussi les libraires, souvent comme ces types de commerce ont les deux activités c'est tout un pan des commerces de proximité de centre ville qui sont impactés et qui à terme risquent d'être en difficulté financière. Il faut s'attendre à voir disparaître certains de ces points de ventes dans les années à venir.

Un peu comme tous les commerces de proximité qui ont été remplacés par les grandes surfaces, la presse est encore un des seuls à résister aujourd'hui.

Tout à fait puisque maintenant dans les centres villes les bars ont été diminués par pratiquement 10, par rapport à une trentaine d'années. Les seuls commerces qui restent maintenant, dans les centres villes, c'est le « tabac presse loto », dès qu'il y a les 3 produits, ce sont des points de ventes avec une certaine rentabilité, les libraires seuls ont plus de mal. Il faut aller vers une mutualisation de tous les produits dans un même point de vente pour multiplier les opportunités de vente.

L'idée aussi serait d'installer des rayons presse, des petits multi services qui se créeraient dans des zones rurales pour qu'il y ai un service, comment dire euh, un service de proximité efficace, avec l'épicerie, le journal, un peu de librairie, je pense qu'à terme il y aura aussi des pharmacies... Il faudra tout regrouper sur un seul point de vente pour peut-être devenir un service public.

Si notre métier vient à être subventionné, de tout façon l'État est très attaché à la liberté de la distribution de la presse, puisque notre réseau est quand même il ne faut pas l'oublier régi par une loi, la loi de 1947, la loi BICHET, qui dit que la liberté d'expression en France est intimement liée à la liberté de distribution. Donc si on veut sauver, et faire perdurer ce système, je pense qu'à terme il sera subventionné.

Très bien, je pense que nous avons fait le tour de la question, je vous remercie, et je vous souhaite bonne continuation.

Merci, et bon courage pour votre travail.

précédent sommaire suivant