WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)

( Télécharger le fichier original )
par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

V.1.3.1.L'initiation : un processus

Dire qu'une initiation est un processus, c'est reconnaître, qu'elle est un enchaînement ordonné des faits ou une suite continue d'opérations qui répondent à un certain schéma et qui aboutit à un résultat souhaité. Et dans cette optique nous allons réduire le processus de l'initiation en général en trois étapes: une étape première qui se limite à la séparation, une seconde qui constitue l'initiation elle-même avec ce que cela suppose comme rites magiques et enseignements divers et enfin, l'étape de réintégration.

Dans la première étape: l'initiation a pour objectif d'arracher les enfants ou les adolescents à leur cadre familial et leur classe d'âge où ils avaient subi jusque-là leur éducation pour les amener à s'arracher à des modes de vie que l'on considère comme féminins faits de frayeurs, de peur, d'immaturité. Plus précisément «  il ne s'agit pas seulement d'un arrachement- à la mère ou aux femmes concrètes qui jusque-là entouraient le jeune garçon ... Bien plus, l'enfant mâle doit être débarrassé de tout ce qui dans son propre être peut avoir une valence féminine» (P.Erny,1972 :224).

L'initiation arrache donc l'enfant dans ce cadre considéré comme féminin pour l'amener dans un cadre d'homme qui est un monde mystérieux où se mêle le réel et l'irréel et dans ce cas elle se fait: « habituellement en brousse dans un cadre sauvage, non domestiqué par l'homme et qui pour les villageois représente un au-delà où l'on entre en contact avec les puissances invisibles, les dieux, les génies, et ancêtres, les démons au sens ancien du terme »(P.Erny,1972 :22).

L'enfant est donc arraché à son ordre ancien pour un ordre nouveau. Dans le conte The orphanboy, le jeune orphelin dans cette étape quitte son village pour se lancer dans un voyage aux pays des enfers. Une préparation est faite autour de ce voyage. Ici, c'est la grand-mère qui prépare non seulement la nourriture pour le jeune orphelin mais aussi le prépare psychologiquement. Elle ne peut même s'empêcher de pleurer quand elle sait que ce voyage initiatique est long et qu'il y a une possibilité pour lui de ne pas revenir. Dans ce sens notons le : les néophytes sont arrachés à leur famille pour être initier, certains même ne sont pas très assurés de revenir, parfois, d'autres y trouvaient la mort.

Mais, étant donné que l'enfant allait symboliquement mourir à la culture pour naître à la nature dans la brousse, on espérait pour le néophyte une nouvelle naissance à la culture qui devait le consacrer comme un être neuf, doté d'un savoir nouveau, utile à tout le village. Aussi s'accordait-on à imaginer une fin heureuse des choses ?

Dans la seconde étape qui est l'initiation elle-même, l'enfant dans l'imagerie populaire était mort symboliquement. Mort à laquelle il ne pouvait ressusciter que s'il s'était montré brave au cours des épreuves initiatiques. Nous n'allons pas insister sur cette étape ici parce qu'elle est pour l'essentiel l'objet de la partie que nous consacrerons au contenu de l'initiation. Mais précisons ici que cette étape consiste à corriger les imperfections de la nature de l'enfant pour le refaire en le conformant aux idéaux culturels et sociaux. C'est dans ce sens que ; « l'initiation affirme la culture là où la nature est jugée coupable» (P.Erny, 1972 :230).

Dans cette étape dans le conte The orphan boy,le jeune orphelin après avoir quitté la maison paternelle est seul avec lui-même (seul symboliquement) car, même en compagnie des camarades néophytes, ceux qu'on initiait, étaient toujours seuls face à leur destin, seuls face à l'adversité qu'ils devaient vaincre au prix d'une lutte physique et spirituelle .l'importance du récit merveilleux dans ce conte se dénote par le fait que le jeune orphelin est dans un monde fait de labyrinthes, semblable à un milieu souterrain. Il rencontre un énorme feu dont il ne connaît pas la provenance. Les grands poissons l'aident à traverser le chemin. Arrivé après ces épreuves dans un village où les hommes et les animaux communiquent, le jeune orphelin, doit encore trouver la force pour ramener le tam-tam de son village au milieu d'une multitude d'autres tam-tams. Dans cette étape initiatique, il est important de noter que le jeune orphelin est aidé par les forces de l'au-delà en l'occurrence sa mère défunte, qui lui révèle les solutions à ces problèmes dans les rêves.

Dans cette étape aussi, notons le courage du jeune orphelin, son dévouement et sa serviabilité à l'endroit des animaux. C'est ici le véritable but des initiations qui était la formation de la personnalité par les épreuves qui font ressortir de l'être de l'initié des forces émotionnelles qui devait l'aider à son retour à la société. C'est dans cette deuxième étape que se fait la «mise au monde social et culturelle»(P.Erny, 1972 :233)de l'enfant.

Après l'étape précédente qui aura eu pour objectif de conformer l'être de l'enfant aux idéaux du groupe, de lui apprendre l'essentiel de ce qui lui sera nécessaire à sa vie d'homme nous avons, la troisième étape et la dernière où l'enfant ressuscite de la mort symbolique qu'était l'initiation dans la forêt où, il devient un être neuf, pur. Pour l'initié l'initiation lui aura permis: « de mourir à un mode d'existence caractérisé par la prédominance du « je» pour naître à un autre marqué de la prégnance du « nous» dont la tribu, l'ethnie, sera le lieu de visibilité » (D.Mvogo, 2002 :34).

L'enfant ainsi ressuscité à un ordre nouveau peut s'intégrer dans la communauté sociale, il est un homme au sens symbolique du terme, il peut prendre part au conseil des anciens. Dans le conte The orphanBoy, le retour victorieux du jeune orphelin lui vaut la nomination au titre de Chief de Son village: un titre honorifique du Sud-ouest Cameroun.

Si l'on met en parallèle le schéma général des cérémonies d'initiation et les grandes étapes du voyage de l'orphelin dans un monde inconnu, on obtient des correspondances presque parfaites :

Schéma des rites d'initiation

Schéma du voyage de l'orphelin

1. Séparation des néophytes d'avec leurs parents et retraite en brousse

2. Epreuves diverses (corporelles, morales, intellectuelles)

3. Enseignement

4. Mort initiatique (symbolique) et résurrection (renaissance à l'homme adulte)

5. Retour au village et réintégration dans la communauté des adultes (initiés)

1. Renvoie de l'orphelin de chez sa marâtre ou de la maison paternelle et voyage dans un monde inconnu (la forêt)

2. rencontre avec les êtres étranges et mise à l'épreuve

3. Recommandations et conseils.

4. Passage « au pays d'où l'on ne revient pas ». Epreuve définitive : épreuve salvatrice.

5. Récompense et retour au village. Vie transformée : le bonheur

Le long voyage qu'entreprend l'orphelin à travers le monde inconnu est, comme le schéma l'indique, une quête initiatique ; il correspond au séjour des jeunes novices dans le forêt sacrée ou se fait leur initiation .Du monde villageois, le héros passe directement dans la brousse (monde de l'inconnu et de l'étrange)ou il devra se dépouiller symboliquement de son être ancien .Apres la mort initiatique, il acquiert désormais le statut d'homme à part entière et sera admis dans et part la communauté villageoise.

Le conte initiatique : l'orphelin passe d'un état d'ignorance, d'immaturité, d'enfant brimé et rejet » à un état de connaissance, de maturité, d'adulte accompli, accepté, heureux. Cette transformation se fait grâce à des épreuves qui sont caractéristiques de la quête initiatique. Les épreuves que subit l'orphelin au cours de ses pérégrinations sont fondamentalement les mêmes que celles des jeunes initiés. Ce sont les épreuves de courage, de modestie ou d'humilité, d'obéissance ou de docilité, de discrétion, de maturité et de maitrise de soi.

Ces épreuves concernent comme on le voit, la pratique des vertus sociales qu'exaltent les conteurs et qui peuvent être développées comme thèmes important dans les contes de l'enfant.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net