WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact de deux types d'échauffement "classique" et "russe" sur la performance sportive


par Said ZERZOURI
Université de Dijon - Diplome Universitaire de Préparateur Physique 2014
  

précédent sommaire suivant

IX- Conclusion générale et perspectives :

Pour les sportifs toute séance d'entrainement commence par un échauffement qui est considéré par la majorité des scientifiques comme une phase nécessaire à la bonne réalisation sportive. Son influence sur la performance sportive est un sujet très controversée. Même si certains réfutent les avantages physiologiques que pourraient apporter l'échauffement au sportif la majorité le croient très avantageux.

L'échauffement est un rituel nécessaire quoique les raisons pour lesquelles on l'utilise sont très variées. En conséquence les méthodes employées, sa durée et son intensité sont aussi très multiples.

D'une manière générale, l'échauffement influence directement la performance sportive de l'athlète. Son but principal est d'élever la température musculaire et centrale et nous avons vu dans la première partie tous les effets du à l'augmentation de la température dans l'organisme du sujet. Malheureusement une augmentation excessive de la température centrale ou musculaire peut avoir des effets négatifs sur la performance. Une augmentation de la température musculaire peut être accompagnée d'une fatigue musculaire ce qui défavorise la performance sportive immédiatement après. Nous avons vu d'après la littérature que l'échauffement russe permet d'augmenter la température musculaire malheureusement ses exercices excentriques à la fin de la préparation, mettent le sujet dans un état de fatigue causant une baisse de 4 à 5% de la performance lors de la réalisation immédiate d'une course de vitesse rectiligne sur 20m et de 10 à 11% lors d'un saut vertical comme le CMJ.

Dans notre recherche nous avons essayé de voir s'il y a un lien direct entre la nature de l'échauffement et la performance sur des gestes sportifs très intenses et très courts et nous avons trouvé que la nature de l'échauffement peut influencer positivement ou négativement la performance de l'athlète. Nous avons répondu aux deux hypothèses puisque nous avons conclu que l'échauffement classique présente des avantages pour le sportif s'il doit exécuter un geste sportif immédiatement après, par contre s'il s'agit d'une simple séance d'entrainement où l'entraineur vise à préparer ses muscles à des exercices de musculation ou autres et il préfère l'échauffement russe ceci reste un choix de l'entraineur selon les objectifs escomptés.

Les résultats de notre étude sont très encourageants cependant, ils ne permettent pas la généralisation des conclusions sur la base de ces données obtenues vue notre population très réduite et avec un matériel classique. Il serait donc très utile de vérifier nos résultats auprès d'une population plus importante et très hétérogène de point de vue âge, sexe, niveau de pratique, spécialité, etc. en utilisant des appareils de mesure professionnels et plus valides que ceux que nous avons utilisé dans cette étude. Il est aussi intéressant de mesurer le degré de fatigue musculaire avec des instruments scientifiques fiables afin de vérifier l'origine exacte de la baisse de la performance.

précédent sommaire suivant