WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Construction sociale des processus décisionnels en matière d'usage des pesticides par les maraichers de Sèmè-Kpodji

( Télécharger le fichier original )
par Daleb Abdoulaye Alfa
Université d'Abomey-Calavi - DEA 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

La prise de décision du maraicher de Sèmè-Kpodji en matière de choix et d'usage de pesticides s'inscrit dans un contexte social, culturel, géographique, économique et politique. Les facteurs impliqués dans les prises de décisions sont multiples et hétérogènes et ne sont pas tous mobilisés de manière synchronique. Ils sont mobilisés en fonction de la structure cognitive du maraicher, de sa situation économique, de son réseau d'informations et surtout de la confiance accordée aux vendeurs de pesticides.

Il ressort de notre étude que les pesticides utilisés en maraichage sont en grande partie inadaptés (pesticides du coton), non recommandés, non homologués voire même interdits. Les modalités d'usages des pesticides sont la plupart du temps en dehors des normes et des recommandations, que ce soit en termes d'indications, de mélanges de produits, de dosages, de respect des précautions d'usages pour l'épandage, de respect du temps de rémanence, etc. Par ailleurs, les ruptures de stocks, les changements de nom commercial pour un même produit, la différence de dosages d'une spéculation à une autre ne facilitent pas un usage rationnel des pesticides par les maraichers.

L'ethnographie du site de VIMAS a principalement révélé que les usages de pesticides par les maraîchers sont étroitement imbriqués avec le reste des activités qu'ils mènent et qu'aucune innovation ne peut être envisagée dans ce domaine sans prendre en compte la globalité du travail quotidien des maraichers et leurs préoccupations. L'une des conclusions importantes qui se dégage de cette étude est que pour induire un quelconque changement en termes de pratiques, c'est sur le facteur temps qu'il faut concentrer les efforts. Autrement dit, c'est en diminuant les charges de travail sur des activités autres que la lutte contre les ravageurs (arrosage, désherbage etc.) que l'on pourrait introduire des techniques innovantes (biopesticides, filets anti-insectes) dans ce domaine. En effet, ces techniques innovantes bien que moins toxiques, respectueuses de l'environnement et ne favorisant pas de résistances, sont pour les maraichers astreignantes et nécessitent beaucoup de temps.

Par ailleurs, les vendeurs de pesticides très peu étudiés dans ce travail sont très hétérogènes et mériteraient une étude anthropologique spécifique pour comprendre à la fois la circulation des produits au niveau des différents circuits commerciaux mais aussi comment les savoirs de ces vendeurs se sont construits. En effet, les circuits d'approvisionnement en pesticides sont multiples. Les boutiques n'ont pas toutes ni la même politique de vente en termes de choix des produits, ni les mêmes fournisseurs. Un changement de pratiques en matière d'usage de pesticides passe nécessairement par une prise en compte des vendeurs et un véritable plan d'encadrement et de formations de ce secteur économique.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net