WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le projet de politique de la migration de l'ONM: contraintes et perspectives.


par Carline JOSEPH
FASCH-UEH - Post gradué en population et Développement 2004
  

précédent sommaire suivant

2.2.- L'évolution du système économique haïtien

Depuis l'indépendance, l'économie haïtienne est caractérisée par les relations d'oppression, la nature des productions et l'archaïsme des techniques de production. En effet, trois secteurs (primaire, secondaire, tertiaire) évoluant à travers le temps englobent toutes les activités économiques. Les principaux acteurs sont l'État, le Secteur privé, la population. Le premier s'est construit autour du second et, ces derniers ne sont jamais intéressés aux activités de production ; et le troisième qui dépend des deux premiers, est complètement négligé.

En fait, vers les années soixante, on commençait déjà à parler de faible dynamisme de l'économie haïtienne. La mission conjointe OEA, BID CEPAL en Haïti, dans son rapport publié en juillet 1969 avait déclaré que  : «  le progrès d'Haïti requiert sans doute des mesures qui sortent de l'ordinaire et qui font appel à la conscience, tant dans le cadre national que dans le cadre interaméricain. Les mesures que devraient prendre le gouvernement haïtien et l'orientation technique pour entamer le processus de planification général et sectoriel étaient indiqués ». 23(*) Pourtant rien n'a été fait jusqu'à date.

De 1960 à nos jours, la production agricole subit une baisse et la population du pays endure l'effet d'une crise socio - politique interne et du ralentissement de l'assistance internationale. Quant à la production industrielle en hausse vers les années 70 et réalisée dans une large mesure par les entreprises d'État, les moyennes entreprises et les industries, elle a connu la faillite à cause de l'institutionnalisation de la contrebande et la disparition de l'envoie des produits destinés aux marchés internes. Le secteur tertiaire occupe une place qu'on ne saurait mesurer en termes de volume de production mais dont l'impact dans le domaine de l'emploi est notoire. La très basse productivité des informels ne peut souvent que masquer le chômage déguisé qui frappe environ 60% de la population en âge de travailler, chiffrée à trois millions24(*)

En ce sens, cette situation entraîne une détérioration plus grande de l'angoissante situation économique du pays. A ceci s'ajoute la croissance rapide de la population laquelle ne cesse d'intensifier les pressions sur les ressources naturelles peu abondantes, mal utilisées et qui se dégradent progressivement.25(*) Et la tendance s'exacerbe au cours de ces dix dernières années.

1.2.- TAUX D'ACTIVITE SELON LE MILIEU DE RESIDENCE (EN %)

LES CATEGORIES

RÉC. 1971

REC. 1982

EBCM 99-2000

MAS.

FEM.

MAS.

FEM

MAS.

FEM

Ensemble du Pays

80

66

71

46

58.8

50.5

AMP

65

57

64

51

52.4

46.3

Villes de plus de 5. 000 habitants

Autre urbain

65

56

66

49

49.2

39.1

Rural et petite villes

Rural

83

69

73

45

63.0

55.5

SOURCE IHSI26(*) ET EBCM 99-2000

* 23 Washington, DC, 1972.Haiti Mission d'assistance Technique Intégré, p 161

* 24 Pierre - Charles, Gérard. 1994. Le Système Economique Haïtien. Port-au-Prince Centre de Recherche et de formation et Sociale pour le Développement (CRESFED ), 3ème édition page 35

* 25 Washington, DC, 1972.Haiti Mission d'assistance Technique Intégré, p 3

* 26 IHSI, 1984,La population en active en 1982 , pp 12 et 13

précédent sommaire suivant