WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Système de gestion relationnelle de quitus de paiement en réseau local au sein d'une régie financière: cas de la DPMER/Sud-Kivu


par Christian ZIGASHANE Kambaza
Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu - Diplome de licence en informatique de gestion 2013
  

précédent sommaire suivant

3.2.16. Phase logique

Le modèle logique de données est un système de gestion dans sa dernière forme normale. Cependant, le modèle logique de données s'obtient à partir du modèle conceptuel de données ou du modèle organisationnel de données, il faut aussi noter que ce modèle a pour but la description de données en fonction du SGBD choisi. Dans notre travail nous avons choisi le système de gestion de base de données relationnel où les données sont décrites sous forme des tables. Pour cela, nous partons du Modèle Conceptuel des Données et nous lui enlevons les relations, mais pas n'importe comment, il faut en effet respecter certaines règles :

a) Cas (0, n), (1,1) ou (1, n), (0,1)

On commence par supprimer les associations. Cela se réalise de façon tout à fait mécanique. L'entité ayant la cardinalité de type 1,1 ou 0,1 absorbe l'identifiant de l'entité la plus forte (0, n ou 1, n). Cet identifiant est alors appelé la clé étrangère

b) Cas (0, n), (0, n) ou (1, n), (1, 1)

Dans le cas où la cardinalité maximale est n de chaque côté de la relation, celle-ci se transforme en entité et absorbe les identifiants de chaque entité reliée. Les identifiants absorbés forment la nouvelle clé de l'entité. Cette nouvelle clé est donc formée par la concaténation des clés étrangères des entités reliées.

3.2.16.1. Les données

Le modèle logique de données est la traduction du modèle organisationnel en termes de contraintes (obligations) informatiques ou du SGBD.

3.2.16.2. Passage du modèle organisationnel de données au modèle logique de données

Tous les objets du modèle organisationnel de données deviennent des tables dans le modèle logique de données relationnel, les propriétés des objets du modèle conceptuel de données deviennent des attributs dans le modèle logique de données relationnel, les identifiants des objets du modèle conceptuel de données deviennent des clés primaires ou secondaires dans le modèle logique de données relationnel. En d'autres termes, pour ce qui est de relations binaire aux cardinalités (x, n) - (x, n) où x = 0 ou x = 1, il y aura toujours création d'une table supplémentaire ayant comme clé primaire une clé composée des identifiants des deux entités.

3.2.16.3. Représentation du Modèle logique de données relationnel.

Il faut noter qu'on représente le modèle logique de données relationnel de deux manières à savoir : en intention, soit en extension. Nous allons nous fier seulement ici à la représentation en intention limitée.

1. T_ADMINISTRATEURS (Id(10), Nom(30), Postnom(30), Login(20), Pw(20), Mail(30)).

2. T_GDECLARATIONS (Id gestd(3), Nom(30), Postnom(30), Sexe(8), Login(20), Pw(20), Adresse(50), Telephone(15))

3. T_GCONTRIBUABLES (Id(3), Nom(30), Postnom(30), Sexe(8), Login(20), Pw(20), Adresse(100), Telephone(15)).

4. T_GRECETTES (Id(3), Nom(50), Postnom(50), Sexe(8), Login(20), Pw(20), Adresse(100), Telephone(15)).

5. T_DECLARATIONS (Numdecl(5), Datedecl(10), Numdepot(10), Montdecl(20), #Id_Contribuable(3))

6. T_CONTRIBUABLES (Id(3), Nom(50), Postnom(50), RaisonSociale(15), Nationalite(15), Numimp(10), Idnat(30), Telephone(15), Formejur(20)).

7. T_NOTES_PERCEPTION (Numnp(5), Numcontr(15), Date(10), #Id_GRecettes(3), #Codebanque(3))

8. T_BANQUES (Codebanque(5), Datepay(10)).

9. T_ACTIVITES (Codeactiv(5), Libactiv(15)).

10. T_AJOUT(#Id_Utilisateur(3),#Id_GDeclaration(3),#Id_GContribuable(3), #Id_GRecette(3), Dateajout(10))

11. T_ENREGISTREMENT 1 (#Id_GDeclaration(3), #Numdecl(3), Dateenreg(10))

12. T_ENREGISTREMENT(#Id_GContribuable(3),#Id_Contribuable(3), Dateenreg(10))

13. T_APPARTENANCE (#Id_Contribuable(5), #Codeactiv(3), Libelle(10), Type(20)).

Le formalisme adopté par la méthode de conception MERISE pour réaliser cette description, est basé sur les concepts : entité - association. Et ici, nous rappelons qu'une entité est une représentation d'un ensemble d'objets réels ou abstraits qui ont des caractéristiques communes tandis que le concept d'association permet de représenter le lien existant entre deux ou plusieurs entités. Elle est généralement nommée à l'aide d'un verbe d'action. D'où :

précédent sommaire suivant