WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des paysages végétaux autour d'une ville moyenne et sa périphérie. Cas de Meiganga (de 1987 à  2015)


par Issouhou MOUHAMAN
Université de Ngaoundéré - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

2.4.1. De la richesse spécifique de la zone

Pour analyser la végétation dans ses détails, nous avons procédé à la mise en place de 66 placettes (Tableau 4) et effectué 8 transects répartis dans notre zone d'étude (figure 16).

Tableau 4. Distribution des placettes par sites

Emplacement

Nombre de placettes

Barde

11

Nganhi

19

Est Meiganga

2

Ouest Meiganga

6

Bounou

11

Meidougou

11

Dokolim

6

Total

66

Source : enquêtes de terrain, oct. 2014

Figure 16. Répartition des placettes et transects effectués

Les Transects effectués d'une distance comprise entre 1,2 km (Est Meiganga) et 5km (Est Nganhi) ont contribué à réaliser l'inventaire floristique de même que le recueil des données sur le type de sols et la position topographique. Parmi ceux-ci, celui de Dokolim (figure 17), traversant trois formations végétales. Il commence dans une savane arbustive pour traverser une forêt-galerie et s'arrêter dans une savane herbeuse (une ancienne jachère dans laquelle des herbes d'une hauteur de plus de 2m ont colonisé les lieux)

Figure 17. Transect de Dokolim

Des résultats obtenus à l'issue du dépouillement des données, l'inventaire floristique de la zone (figure 18) permet d'apprécier la diversité spécifique.

Figure 18. Inventaire floristique réalisé sur 66 placettes

Au terme de l'inventaire floristique réalisé sur 66 placettes de 20 x 20 m, soit 2,64 ha,nous avons identifié au total 3705 ligneux appartenant à 104 espèces. Avec 586 occurrences, Annonasenegalensis avec pour nom de code Anse (annexe 8), est l'espèce dominante. Cette espèce représente 15,82% des relevés obtenus. Elle est caractéristique des savanes arbustives. On la retrouve également dans les savanes arborée, boisée. Dans les formations fermées (forêts galerie et forêts claires), elle est quasi inexistante. Par ailleurs, issue de la famille Annonaceae avec une taille atteignant rarement les 3m, elle est très utilisée par l'homme pour ses vertus médicinales et alimentaires (fruits et feuilles comestibles).

Hymenocardia acida (Hyac) vient en deuxième position avec 489 pieds dénombrés (13,2%). C'est une espèce présentant les mêmes caractéristiques qu'Anonnasenegalensis sur la structure, la localisation et l'usage. En plus de ces caractéristiques, Hymenocardia acida (samatadjé en foulbé), de la famille Hymenocardiaceae, est fortement utilisé comme bois de chauffe, de même que pour la fabrication du charbon. Ses tiges, très solides, durables et résistantes aux termites sont utilisées comme piquets et pour la fabrication des ustensiles. Quant à son écorce, il sert de liens et cordages pour les fagots de bois et la fabrication des cases. Enfin, la plupart des bâtons de berger proviennent de cet arbuste.

Terminalia mollis (Temo), de la famille Combretaceae représente 12,26% des relevés avec 454 occurrences et Lophira lanceolata, (Lolan) de la famille Ochnaceae ayant 239 occurrences à son compte, soit 6,45%. Ce sont des espèces qu'on retrouve dans les savanes arborées, boisées et les forêts claires. Avec une taille atteignant les 20m, elles sont principalement utilisées pour approvisionner les marchés de bois ainsi que pour produire du charbon. Elles sont également utilisées en pharmacopée traditionnelle et les racines de Terminalia mollis servent de colorant brun-rouge pour les habits (Ligneux du Sahel, CIRAD, 2008). Ces deux espèces sont en régression autour des villages, à cause de la forte pression exercée sur celle-ci.

Daniellia oliveri représente 6,10%avec226 occurrences. De la famille Caesalpiniaceae, c'est une espèce qu'on retrouve dans tous types de formations végétales, principalement dans les forêts claires. Pouvant atteindre 25m, cette espèce est préservée pour des raisons traditionnelles. En effet, chez les Gbaya (ethnie majoritaire de la commune de Meiganga), cet arbre est reconnu comme lieu abritant les esprits, et n'est abattu qu'en cas d'extrême nécessité. C'est pourquoi il est observable aussi bien dans les habitations, dans les champs que dans le milieu naturel. La figure 19 présente les 20 espèces les plus présentes dans la zone d'étude.

Figure 19. Présentation des espèces les plus répandues

précédent sommaire suivant