WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les nouvelles organisations et transformations du travail: Les metiers face aux nouvelles technologies de l'information et de la communication

( Télécharger le fichier original )
par Michel Matthieu SUNGU MUANDA NTELA
Université Protestante au Congo - Licence 2007
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE I  GENERALITES SUR LES NTIC

 

A l'origine les télécommunications au Congo, étaient l'apanage des agents coloniaux, disséminés sur un vaste territoire hostile au départ. D'où les premiers postes télégraphiques suivaient l'organisation administrative défavorisant ainsi les villages n'ayant pas de bureaux d'administration coloniale.
Pour le pouvoir colonial, les télécoms n'étaient pas conçues pour jouer un rôle moteur dans le développement économique du pays, surtout que la métropole belge était un passage obligé pour toutes les communications sortant ou entrant au Congo.


                        Plus tard, l'Administration Coloniale autorisa les grandes firmes à posséder leurs propres réseaux de télécoms sans tenir compte de la division administrative à condition de ne pas raccorder de tierces personnes, d'accepter le contrôle de l'Etat et de payer une redevance appropriée.

Le système de télécommunications mis en place pour faire face aux contraintes spatiales est considéré aujourd'hui comme le moins développé de la région. Le réseau filaire, les quelques relais à micro-ondes et la station terrestre de standard A, hérités de l'administration coloniale belge, n'ont pas connu la modernisation et le développement nécessaires pour couvrir la superficie nationale et répondre à l'innovation techno-scientifique, et ce, malgré le changement de statut en 1968 des organes de gestion du secteur : on est passé d'un département gouvernemental en une entreprise publique, un opérateur public de télécommunication, en total monopole, que constitue l'Office congolais des postes et des télécommunications (OCPT).

Les TIC apparaissent comme un véritable atout de l'Afrique centrale pour relever les défis de la mondialisation et du développement durable. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) se présentent, en effet, autant comme un secteur économique à part entière que comme le vecteur privilégié de la mondialisation. Pour cette raison, la construction d'infrastructures de télécommunications performantes et fiables permettra le développement d'autres pans des nouvelles technologies de l'information et de la communication : équipements, logiciels, sociétés de services et d'ingénierie informatique

(SSII) et autres services utilisant les nouvelles technologies.

 

Section 1 Définition des NTIC et de l'Internet

Avant d'entrer dans le vif du sujet il nous appartient de définir certains concepts clés qui reviendrons dans ce travail, concepts qui pour certains paraissent un peu floue mais qui méritent de plus amples éclaircissements en vue de permettre au lecteur de se retrouver dans ce travail.

 

§1 NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication)

 

Les NTIC sont nées au cours des vingt-cinq dernières années de la fusion des télécommunications, de l'électronique, de l'informatique et des technologies de numérisation de l'information, en particulier de l'information audiovisuelle.

 Le rapprochement de l'informatique et des télécommunications a permis la mise en place des réseaux électroniques interactifs comme l'Internet.

 

Suite à cette évolution, il existe plusieurs définitions des NTIC:

Ø les NTIC comprennent tout d'abord les matériels informatiques, les logiciels et les matériels de télécommunication. Cette définition la plus étroite est retenue par Gilbert CETTE dans le rapport du CAE2(*);

Ø On y ajoute généralement les services de télécommunication et les services informatiques, ce qui conduit à la définition retenue par le BIPE3(*).

  

* 2 AUFRANT (M.),  Nivelet (J.-M.), Des concepts pour la mesure de l'économie de l'information :

Les secteurs TIC et leur contenu , Paris, Revue Economique, 2001, 128-129 pp.

3 CETTE (G.), Mairesse (J.) et Kocoglu (Y.), « La diffusion des technologies de l'information et de la

communication en France : mesure et contribution à la croissance », in « L'économie de la nouvelle

économie », rapport du Conseil d'analyse économique, n° 28, 2000, p 59.

précédent sommaire suivant