WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Politique d'approvisionnement et de gestion des stocks à la Compagnie Béninoise de Textiles de Lokossa

( Télécharger le fichier original )
par N. François Désiré HOUNVO
Université de Parakou - Brevet de Technicien Supérieur 2006
  

précédent sommaire suivant

PREMIERE PARTIE : DU CADRE DE L'ETUDE A LA METHODOLOGIE

DE RECHERCHE.

CHAPITRE1 : PRESENTATION DU CADRE DE L'ETUDE.

Section 1 : Présentation générale de la Compagnie Béninoise de Textiles.

Paragraphe 1 : Situation géographique, historique, Processus et capacité de production

A- Situation géographique et statut juridique.

La CBT est situé dans la commune de Lokossa (département du Mono) où elle a son siège plus précisément dans le quartier Guinkomey sur le coté droit de la voie pavée allant du carrefour du tribunal de première instance de Lokossa au portail secondaire de la Société des Industries Textiles du Bénin.

BP : 294 Lokossa (Mono) TEL : (+229) 22 41 14 57

Elle est une société de production textiles d'économie mixte et est immatriculée sous le numéro 52-B. Son capital social est de 1 000 000 000 FCFA souscrit entre deux états que sont la Chine et le Bénin et reparti comme suit :

ü 51% soit 510 000 000 FCFA pour la partie chinoise ;

ü 49% soit 490 000 000 FCFA pour la partie béninoise.

B- Historique

Sur décision de la Société des Industries Textiles du Bénin (SITEX), entreprise publique béninoise, et son partenaire Chinois la China Textile Industrial Corporation for Foreign Economic and Technical Corporation, la CBT entreprise de joint venture a été crée en 1998 afin de répondre aux nombreuses demandes permanentes de tissu écru de largeur supérieur à 50" que la SITEX ne pouvait produire en raison de ses contraintes techniques.

Diverses études et négociations se sont déroulées entre 1998 et 2000 avec le démarrage de la phase projet le 31 octobre 2000 marqué par la pose de la première pierre.

Les infrastructures de génie civil, la réception, le montage des équipements ainsi que la formation du personnel aux essaies de production et la mise en route de l'usine ont été faits par l'organe de cogestion ce qui a aboutie à l'inauguration de l'usine le 31 octobre 2002.

C- Processus et capacité de production

La CBT produit du tissu écru 100% coton cardé à partir de coton fibre acheté auprès des usines d'égrenage.

Pour entrer dans la production, des cotons de différentes qualités sont d'abord envoyés du magasin coton vers celui de la filature. De là, suite aux recommandations du laboratoire coton concernant les qualités à mélanger, la matière première passe au battage cardage où elle est nettoyée, homogénéisée grâce aux deux lignes de battage cardage pour sortir sous forme de gros rubans enroulés dans des pots. Ces gros rubans passent aux bancs d'étirage premier et deuxième passage afin de donner des rubans fins bien étirés. Ces derniers subissent aux niveaux des bancs à broches un étirage et une légère torsion et sortent de gros fils ou mèches renvidés sur des bobines. La phase dite de pré filature s'achève à ce niveau.

Au Continu à Filer (CAF), la mèche obtenue précédemment subit un étirage et une torsion dont l'importance dépend du numéro de fil désiré. On obtient ainsi les fils de chaîne et de trame.

Pour la vente ou pour les besoins de la production (du tissage), les fils de plusieurs tubes de CAF doivent être transférés sur des cônes pour obtenir des bobines de fils plus ou moins grosses (1,5 à 3 kg). C'est l'opération de bobinage au cours de laquelle on passe les fils sous les épurateurs électroniques afin de les débarrasser des impuretés. Au niveau des deux ourdissoirs, les fils de chaîne sont mis en parallèle à partir des bobines précédentes et enroulées sur des rouleaux. Ici l'ourdissoir permet de confectionner la largeur du tissu.

Les fils de plusieurs rouleaux sont réunis à l'encolleuse. La matière passée dans la colle (fabriquée à base d'amytex et d'autres produits) est séchée grâce aux rouleaux sécheurs de l'encolleuse avant d'être enroulée sur des ensouples. Ces ensouples sont envoyées au rentrage où les fils sont ordonnés en fonction de l'armure du tissu à réaliser. Ainsi s'achève la phase de pré tissage. Grâce aux 480 métiers à tisser de 150 cm d'empeignage et aux 288 métiers à tisser de 180 cm d'empeignage, on procède à l'entrecroisement des fils de trame avec ceux de chaîne enroulés aux ensouples qui sont montées sur les métiers à tisser. La phase de tissage s'achève à ce niveau. Les produits finis passent à la vérification où grâce aux 10 bancs de vérification on procède au contrôle des pièces de tissu en vue de la correction automatique des erreurs. En cas d'erreurs alarment le vérificateur marque d'un code la partie défectueuse qui sera soit corrigée par d'autres vérificateurs ou coupée après que les pièces soient passées aux métreuses dosseuses qui plient les tissus par mètre. Le processus se termine par la mise en balle de 840 m suivie de la numérotation des balles.

Le département tissage consomme environ 3930 tonnes de coton par an avec une production de 3540 tonnes de fils dont 2620 tonnes pour le tissage et 920 tonnes pour la vente. Quant au département tissage, elle a une capacité de production de 13 700 000 m de tissu écru par an.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy