WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interaction de Baculovirus MaviNPV et du Parasitoïde (Apanteles taragamae (Viereck)) (Hymenoptera : Braconidae) pour le contrôle de Maruca vitrata Fabricius (Lepidoptera : Pyralidae).

( Télécharger le fichier original )
par D. Wilfried Laleye
Universite d'Abomey Calavi - Ingenieur Agronome 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

RESUME

L'objectif principal de ce travail est de trouver un moyen efficace permettant une réduction sensible de l'utilisation des insecticides de synthèse au profit de la lutte biologique dans un contexte de lutte intégrée contre Maruca vitrata Fabricius (Lépidoptera : Pyralidae) ravageur de niébé. Pour atteindre cet objectif, deux agents de lutte biologique ont été identifiés. Il s'agit du parasitoïde Apanteles taragamae et du virus MaviNPV. Ces deux agents ont été utilisés suivant trois (3) méthodes de contamination des parasitoïdes et deux (2) durées. Ainsi, une dose de 2,16.103 PIB/ml a été prise pour effectuer les contaminations. Cette dose représente la DL50 pour les chenilles de 4 jours. Les chenilles utilisées sont de stade 2 et le début du stade 3. Les parasitoïdes contaminés avec la méthode de contamination par l'ovipositeur sont inoculés avec un mélange de chenilles du stade 2 et 3. Les mêmes opérations sont effectuées dans le cas des méthodes de contamination de la surface totale du corps et du milieu nutritif. En effet, toutes ces méthodes conduisent à la transmission et l'acquisition du virus (Mavi NPV) aux parasitoïdes qu'importe la durée d'inoculation. La procédure ANOVA du logiciel SAS a permis de montrer que toutes ces méthodes ne sont pas différentes les unes des autres. Ainsi, l'analyse statistique des données révèle une symbiose parfaite entre le virus et le parasitoïde pour une réduction sensible de la population de M.vitrata. Les parasitoïdes acquièrent et transmettent le virus (MaviNPV) aux chenilles saines. A l'aide de la procédure du produit logiciel SAS, l'acquisition du virus par les parasitoïdes, hautement significative, a été prouvée. Bien que le produit biologique n'agisse pas dans tous les cas de la même manière sur le parasitoïde et l'hôte, on assiste à une importante trilogie biologique constituée par un produit biologique, un parasitoïde et un hôte phytophage.

Mots clés : Maruca vitrata, Vigna Unguiculata, MaviNP V, Apanteles taragamae.

ABSTRACT

The main objective of this study is to find an efficient way to reduce the use of synthetic insecticides to the benefit of biological control in the context of integrated pest management against Maruca vitrata Fabricius (Lepidoptera: Pyralidae), a serious pest of cowpea, Vigna unguiculata Walp.. To this effect, we studied the interactions of two natural enemies of M. vitrata, the parasitoid Apanteles taragamae and the entomopathogenic virus MaviNPV. To study the ability of A. taragamae in transmitting the virus, three (3) methods of contamination and two (2) durations of contamination were chosen. For all experiments, we used a dose of 2.16x103 PIB/ml representing the DL50 for four days old M. vitrata larvae. The parasitoids were first contaminated by the ovipositor method, and exposed to a mix of second and third stage larvae. The same methodology was followed also for the two other ways of contamination, i.e. contamination of total body surface and contamination o the artificial diet offered as food to M. vitrata larvae. The results showed that all the three contamination methods led to the transmission of the MaviNPV virus to M. vitrata larvae through the oviposition activity of the parasitoids, and the subsequent acquisition of MaviNPV by the parasitoids, without regards to the length of inoculation. The differences in the transmission rates for the three methods investigated were statistically not significant. The combined action of both the virus and the parasitoids induced a statistically significant mortality on M. vitrata larvae as compared to the control. The implications of these findings for an efficient biological control of this pest are discussed..

Key words: Maruca vitrata, Vigna unguiculata; MaviNPV, Apanteles taragamae.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net