WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La problématique de l'Autre comme Infini dans la philosophie d'Emmanuel LEVINAS

( Télécharger le fichier original )
par Charles NDUMBI KABOYA
Université Saint Augustin de Kinshasa - Graduat 2009
  

précédent sommaire suivant

II.5. L'altérité comme nécessité

Se basant sur l'approche conceptuelle de l'altérité, nous nous rendons compte que cela concerne plus l'autre ou tout simplement Autrui. L'altérité comme nous dit André Lalande, est le « caractère de ce qui est autre »56(*). Entendue au sens lévinassien, l'altérité rejoint la signification que Lalande lui donne en citant RENOUVIER en ces termes : « spécialement chez Renouvier, l'altérité signifie : le caractère de ce qui est autre que moi »57(*).

Il faut d'abord passer par lui pour revenir à soi et c'est le seul moyen pour saisir l'autre dans son originalité. Lévinas veut que la relation entre Je et Tu soit exclusivement éthique. C'est ainsi qu'il critique la réciprocité de Buber pour parler de l'asymétrie. A ce propos, Malka écrit que « ce que Lévinas met en cause, c'est le rapport de réciprocité entre le `Je' et `Tu'. Pour lui seul l'asymétrie dans la relation sauvegarde la possibilité d'une éthique »58(*).

II.6. CONCLUSION

Parler de l'altérité comme Désir métaphysique a été la réflexion menée tout au long de ce chapitre. Le Désir métaphysique est insatiable, apparaît dans le visage de l'Autre. Lorsque nous nous mettons à rechercher les dimensions humaines de l'Autre, nous devenons responsable et notre relation doit être exclusivement éthique. Ainsi donc, après cette luminosité sur « L'Altérité comme désir métaphysique », nous passons au troisième et dernier chapitre de nos présentes investigations intitulé : « L'Autre et Moi dans l'espace socio-politique congolais ».

* 56 A. LALANDE, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 1926, p.39.

* 57 Ibid.

* 58 S. MALKA, Lire Levinas, p.62.

précédent sommaire suivant