WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement intégré des systèmes de production basés sur les techniques de collecte des eaux pluviales dans les régions montagneuses du Sud-Est de la Tunisie: Le cas du micro-bassin versant Rebiaa Zammour-Béni-Khédache - Tunisie

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed KOUAKBI
Institut Agronomique Mediterranéen - Master of Sience 2025
  

précédent sommaire suivant

1.2. Les problèmes techniques des jessours du micro-bassin Rebiaa

Les jessours souffrent de plusieurs défauts qui contribuent à la perte d'une grande quantité d'eau et à la chute de la production. Parmi ces défauts techniques, on site :

P1 : L'impluvium a souvent une surface plus grande que l'air du jesr. Suite à nos constatations le système des jessours soufrent de plusieurs défauts qui sont à l'origine de leur destruction et à la perte d'une grande quantité d'eau.

P2 : La capacité de rétention est inférieure au volume d'eau y arrivant (hauteur de rétention est faible)

P3 : La surface de l'impluvium est insuffisante pour alimenter le jesr

P4 : Accumulation des sédiments.

P5 : La destruction de quelques jessours

P6 : Le mauvais état des déversoirs (Menfes ou masraf).

P7 : Problème d'externalité qui résulte de l'effet négatif des barrages voisins en amont qui diminuent l'apport en eau de ruissellement.

La répartition de ces problèmes par exploitation et par unité se résume dans le tableau 22 si après.

Tableau 22: Problèmes des unités hydrauliques élémentaires (Source propre enquête)

Exploitation

N°UHE

Problèmes ou défauts

 

P1

P2

P3

P4

P5

P6

P7

 

1

 
 
 
 
 
 
 
 

2

 

+

 
 
 
 
 
 

3

+

+

 
 
 
 
 
 

4

 

+

+

 
 
 
 

Exp 1

5

 
 
 
 
 
 
 
 

6

+

 
 
 
 
 
 
 

10

 
 
 

+

 
 
 
 

11

 
 
 

+

 
 

+

 

59

 
 
 
 
 
 

+

 

60

 

+

 
 
 
 
 
 

6

+

 
 
 
 
 
 
 

7

+

+

+

 
 
 
 
 

8

 

+

 
 
 
 
 
 

9

+

 
 
 
 
 
 
 

10

 
 
 
 
 
 
 
 

11

 

+

 
 
 
 
 

Exp 2

12

+

+

 
 
 
 
 
 

18

 

+

 

+

 
 
 
 

20

 

+

 
 
 
 
 
 

21

 

+

 
 
 
 
 
 

22

 

+

 
 
 
 
 
 

26

 
 
 
 
 
 
 
 

59

 
 
 
 
 
 
 
 

60

 

+

 
 
 

+

 
 

14

 

+

+

 
 
 
 
 

15

 
 

+

 
 
 
 
 

16

 
 
 

+

 
 
 
 

17

 

+

 

+

 
 
 
 

19

 
 
 
 
 
 
 
 

32

 
 
 
 
 
 
 

Exp 3

37

 
 
 
 
 
 
 
 

38

 

+

 
 
 
 
 
 

39

 

+

 
 
 
 
 
 

59

 
 
 
 
 
 
 
 

60

 
 
 
 
 
 
 
 

62

 

+

+

 

+

+

 
 

33

 

+

 
 
 

+

 

Exp 4

34

 
 
 
 
 

+

 
 

35

 
 
 
 
 

+

 
 

36

 
 
 
 
 
 
 
 

27

+

+

 
 
 
 
 
 

28

+

 
 
 
 
 
 
 

29

+

 
 
 
 
 
 
 

30

 

+

 
 
 
 
 

Exp 5

31

+

 
 
 
 
 
 
 

47

+

 
 
 
 
 
 
 

53

+

 
 
 
 
 
 
 

61

+

+

 

+

+

 
 
 

46

+

+

 
 
 
 
 
 

48

+

+

 

+

 
 
 
 

49

 

+

+

 
 
 
 

Exp 6

50

 
 
 
 
 
 

+

 

51

 

+

 
 
 
 
 
 

52

+

+

 
 
 
 
 
 

54

 
 
 
 
 
 
 

Exp 7

43

 
 

+

 
 
 
 
 

44

 

+

 
 
 
 
 
 

45

 
 
 
 
 
 
 
 

38

 

+

 
 
 

+

 
 

40

 

+

 
 
 
 
 

Exp 8

41

 
 

+

 
 
 
 
 

42

 

+

 
 
 
 
 
 

45

 

+

 
 
 
 
 

Exp 9

57

 
 
 
 
 
 
 
 

58

 

+

+

 
 

+

 

Exp 10

55

 

+

 
 
 

+

 
 

56

 

+

 
 
 
 
 

Exp 11

23

 
 
 
 
 
 
 
 

24

 

+

 
 
 

+

 
 

25

 
 
 
 
 
 

+

 

2. Analyse des exploitations agricoles du micro-bassin versant Rebiaa

Le micro-bassin versant couvre une superficie totale de 55,675 ha dont 2,33 ha (tableau 23) sont effectivement aménagés pour les cultures (SAU). Il comporte onze exploitations agricoles dont la superficie varie de 0,064 ha (exploitation 11) à 0,5 83 ha (exploitation 2).

Le micro-bassin comprend 62 jesr (tabias) ou UHE (Fig. 13 en annexes).

Tableau 23: Caractéristique des exploitations du micro-bassin versant Rebiaa


exploitation

Nombre
de
jessours

SAU(ha)

% par
rapport à
STC

Effectif arboricole

Densité/ha

 

jeune

Total

 

10

0,276

26

39

19

58

210

2

14

0,583

31

50

29

79

135

3

11

0,477

6

52

14

66

138

4

4

0,106

2

9

9

18

169

5

8

0,226

13

12

17

29

128

6

7

0,174

8

7

13

20

114

7

3

0,125

2

11

9

20

160

8

5

0,127

6

15

13

28

220

9

2

0,072

1

13

4

17

236

10

2

0,1

2

24

1

25

250

11

3

0, 064

3

13

7

20

312

Micro-bassin

62

2,33

100

245

135

380

163

 

(Source : nos enquêtes)

SAU : surface agricole utile

STC : Surface totale cultivée

Il se dégage de ce tableau que l'effectif moyen des jessours par exploitation est de l'ordre de 6 unités, l'occupation du sol est caractérisée par l'arboriculture fruitière qui compte 380 pieds, soit une densité de 163 pieds/ha dont (64,47 %) sont productifs. Les différentes espèces arboricoles sont l'olivier avec (58 %), le figuier avec (21 %), (12 %) pour l'amandier, (5 %) pour le pistachier, (2 %) pour le pommier et (2 %) pour la vigne (Fig. 14).

Fig. 14 : Répartition arboricole dans le micro-bassin versant Rebiaa

21%

58%

5% 2%2%

12%

Olivier Figuier Amandier Pistachier Pommier Vigne

2.1. La production végétale

L'arboriculture représente la principale production végétale du micro-bassin versant, cette dernière est largement dominée par l'olivier et le figuier.

Les cultures annuelles sont pratiquées au cours des années pluvieuses, elles sont destinées essentiellement pour l'autoconsommation et pour l'alimentation du cheptel (tableau24).

Tableau 24 : Situation actuelle de la production végétale ( année normale)

N° exploitation

PBV (DT)

Charges (DT)

MBV (DT)

Exploitation 1

449

190

259

Exploitation 2

315

215

100

Exploitation 3

512

465

47

Exploitation 4

210

145

65

Exploitation 5

120

60

60

Exploitation 6

80

40

40

Exploitation 7

325

205

120

Exploitation 8

240

145

95

Exploitation 9

425

190

235

Exploitation 10

845

365

480

Exploitation 11

120

60

60

Micro-bassin

3641

2080

1561

 

(Source : nos enquêtes)

Le tableau 24 montre la production végétale brute du micro-bassin pour une année normale, les charges concernent les charges de la production arboricole (plans, fumure organique, taille, récolte, travail du sol, irrigation d'appoint et autres) et les charges des cultures annuelles (travail du sol animale ou mécanique, main oeuvre salarié ou familiale et récolte).

2.1.1. Les charges végétales

Les charges végétales (arboricoles et cultures annuelles) sont caractérisées par l'importance de la charge salariée qui représente 37,35 % de la charge totale du micro-bassin versant. La main d'oeuvre familiale ne contribue que par une portion de 21,89 % (tableau 25).

Tableau 25: Ressources humaines disponibles et utilisées

N° exploitation

Age du chef

Nombre de
famille à
charge

Travail
familial ( j )

Travail
salarié ( j )

Travail
effectif ( j )

Exp 1

60

0

0

16

16

Exp 2

45

4

15

7

22

Exp3

75

1

9

13

22

Exp4

64

5

0

16

16

Exp5

73

3

9

0

9

Exp6

37

4

14

0

14

Exp7

52

2

0

12

12

Exp8

62

3

0

15

15

Exp9

43

6

0

23

23

Exp10

50

3

0

9

9

Exp11

55

1

18

0

18

micro-bassin

56

32

65

111

176

 

(Source : nos enquêtes)

Fig 15: Ressources disponibles et utilisées

37%

63%

Travaux familial
Travaux salarié

Les charges de micro-bassin versant sont de 2080 DT pour 2,33 ha, soit 892,70 DT/ha. Cette valeur est très élevée pour une agriculture en sec dans les systèmes jessours.

La répartition des charges pour les différentes exploitations est acceptable pour certaines (1, 5, 9 et 10) par contre pour le reste, les charges sont considérées très élevées. Parmi les causes de cette augmentation :

- L'âge des arbres fruitiers (jeune) qui représentent 35,53 % des effectifs totaux du micro- bassin versant, ces jeunes plantes nécessitent des entretiens comme l'irrigation durant 3 à 4 années et la taille de formation.

- La forte densité des arbres 163 pieds/ha diminue la réserve hydrique donc il y aura une chute de production pour les années autres des années pluvieuses.

- La petite surface des exploitations agricoles.

2.1.2. Les marges brutes végétales

La production végétale du micro-bassin versant est caractérisée par des variations en fonction des aléas climatiques. La valeur de la production du micro bassin versant pour une bonne année est égale à la production animale (tableau 24).

2.2. La production animale

L`élevage dans les zones montagneuses est une activité traditionnelle, activité héritée du passé nomade. C'est une tradition conservée par les exploitants du micro-bassin versant de genre familial pour satisfaire les besoins de la famille en lait et en viande. Il joue le rôle d'épargne de la famille.

Tous les exploitants sont pour l'augmentation de l'effectif du cheptel, mais le risque des années de sécheresse, les prix élevés de l'alimentation (orge, concentré, grignon ), la propriété privée des impluviums et le mode de vie urbaine les obligent à réduire le nombre.

2.2.1. Les charges animales

La valeur des charges animales est estimée à 460 DT pour l'élevage ovin et caprin.

Cette charge est acceptable pour les années humides ou normales parce que l'alimentation (concentré, orge grignon d'olives,..... ) du cheptel est considérée comme élément supplémentaire, mais cette charge devient lourde pour les années de sécheresse (tableau 26).

Tableau 26: Effectif et productions animales pour une année normale


exploitation

1

Cheptel ovin

Cheptel caprin

Total par exploitation

 

B

C

A

B

C

B

C

D

 

100

15

1

100

15

200

30

170

2

3

300

45

5

450

50

750

95

655

3

2

200

30

1

90

15

290

45

245

4

2

180

30

3

210

80

390

110

280

5

0

0

0

0

0

0

0

0

0

6

4

360

60

2

160

30

520

90

430

7

0

0

0

0

0

0

0

0

0

8

0

0

0

0

0

0

0

0

0

9

0

0

0

0

0

0

0

0

0

10

0

0

0

0

0

0

0

0

0

11

4

320

45

2

140

45

460

90

370

micro-
bassin

16

1460

225

14

1150

235

2610

460

2150

 

(Source : nos enquêtes)

A : effectif

B : productions (DT)

C : charges opérationnelles (DT)

D : marges brutes animales (DT)

précédent sommaire suivant















9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy