WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Utilisation des arbres ligneuses comme bioindicateurs de pollution atmosphérique

( Télécharger le fichier original )
par Louati FARES
Université Ferhat Abbas de Setif - Ingénieur d'état en écologie végétale et environnement 2008
  

précédent sommaire suivant

3- 4 Synthèse climatique 

D'une manière générale, le climat représente le facteur qui influe le plus sur le volume d'eau, une exploitation complète des données climatiques doit être réalisée pour définir le climat exact de notre zone d'étude, cela impose l'utilisation de quelques indices climatiques (Zergui Maroaune, 1998):

3-4-1- Quotient pluviothérmique d'Emberger (1955) 

C'est le calcul d'indice d'aridité annuelle en tenant compte des précipitations et de la température. Cet indice a pour but la détermination de l'étage bioclimatique.

Q2= 2000P/ (M²-m²)

P : Précipitation moyenne annuelle en mm.

M : Moyenne des maxima du mois le plus chaud (K).

M : Moyenne des minima du mois le plus froid (K).

1K=T°+273

En utilisant les deux valeurs « Q2 » et « m », on se référant au climagramme d'Emberger qui définit l'étage bioclimatique. Ce dernier comporte un réseau de ligne séparatrice dans un espace orthonormé portant en ordonnés « Q2 » et en abscisse le « m ».

Le calcul du quotient pluviométrique donne les valeurs suivantes :

3- 4-2 Diagramme ombrothermique

Il définit le mois sec par la comparaison entre le total des précipitations de ce mois en mm et le double de sa température. P= 2T 

P : Précipitation mensuelle.

T : Température moyenne mensuelle.

D'après la formule, un mois est sec et celui ou le total de précipitations est égal ou inférieur au double de la température moyenne mensuelle exprimée en degrés centigrades.

Quand la courbe de température est au dessus de celle des précipitations, la zone délimitée représente la zone sèche. D'après le diagramme ombrothermique tracé (Zergui .M, 1998).

Pour notre zone d'étude, il ressort une période sèche qui s'étale du mois de Mars jusqu'au mois d'Octobre.

Figure 5 : digramme ombrothermiques

précédent sommaire suivant