WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problèmes et difficultés rencontrés par l'étudiant universitaire libyen dans l'apprentissage du français.

( Télécharger le fichier original )
par Bachir AL-KHATTABI
Faculté des Lettres de Sabrata - Master en français 2007
  

précédent sommaire

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION Générale 

:Quel avenir pour l'enseignement du FLE. ... ?

Comment l'enseignement du FLE peut-il être en période de transition ?

Enseigner le FLE,c'est enseigner les rudiments de la langue,c'est-à-dire le langage familier,le langage le plus simple possible, ou pour mieux dire le catéchisme du français..

Ce qui veut dire que le français,à ce stade-là,n'est pas du tout le français qu'on lit dans la Presse ou le français qu'on lit dans les grands textes littéraires :c'est pour dire autrement ,le FLE est tout simplement le français rudimentaire

Or le FLE n'est qu'une petite étape dans l'enseignement de la langue de Molière,de Voltaire et de Victor Hugo

Une étape nécessaire et indispensable d'ailleurs dans le long parcours qui reste à accomplir pour arriver enfin à la consécration de l'enseignement du français en profondeur..

Dans tous les pays européens non-francophones,l'on enseigne le FLE,non pas au niveau universitaire,mais on l'enseigne dans le cadre de l'analphabétisme,ou encore pour des objectifs d'initiation au français familier dans un but de communication verbale

Donc le FLE ne peut dépasser le cadre des limites de la pragmatique où le français ne peut être valide que dans sa dimension pratique,en l'occurrence, l'échange verbal

C'est probablement dans ce contexte que l'on doit enseigner le FLE en vue de se préparer à l'étape suivante qui consacre le véritable enseignement du français...

Quelles conditions doit-on remplir pour instaurer l'enseignement d'une langue ,que ce soit le français ou l'anglais.. ?

Ouvrir un département de français dans une institution universitaire,cela ne veut pas dire que tout est fini et que le département peut fonctionner dans des conditions normales ..

Loin de là, c'est un jugement erroné,ce sont en fait des considérations qui n'ont aucun fondement réel,,puisque avant de procéder à l'ouverture d'un département,on doit songer d'abord à s'assurer que l'on disposait d'un cadre pédagogique valable et suffisant ;s'assurer que des programmes sont rigoureusement établis à cet effet et peuvent désormais être mis à la disposition des enseignants ;s'assurer que des manuels se référant étroitement aux contenus des programmes et répondant parfaitement aux besoins des étudiants ;donner à ces derniers une préparation préliminaire en vue de les sensibiliser à l'apprentissage de la nouvelle langue ;former des enseignants capables de mener la mission à bonne fin

Si l'on ne remplit pas ces conditions préalables,ouvrir un département ne sera qu'un jeu d'enfant,c'est-à-dire une décision sans lendemain et qui ne portera pas le fruit escompté....

Surtout le cadre enseignant compétent et valable,c'est sur lui que l'on bâtira le département,c'est de lui seul que l'on doit attendre les résultats de cet enseignement,car lui seul sera responsable de la réussite ou de l'échec du fonctionnement du département...

Tant qu'on ne disposera pas de cadre enseignant ,nanti d'une expérience pédagogique suffisante ,rien ne réussira :beaucoup de difficultés s'accumulent et beaucoup de problèmes surgissent pour entraver la marche du département et la victime dans tout cela,c'est «évidemment l'étudiant....

Alors comment préparer l'étudiant à l'apprentissage du français et lui faciliter l'accès à cette langue ?

Il n'est pas besoin d'aller trop loin pour chercher une réponse à cette question :le problème réside en tout et pour tout dans le fait d'initier l'étudiant à l'apprentissage de cette langue à un âge normal,c'est-à-dire entre 6 et 7 ans ou à plus forte raison à l'âge de 12 ans (c'est l'âge où il accède à l'enseignement moyen ou secondaire)..

Dès lors,grâce à ces mesures salutaires,on pourra aisément épargner au l'étudiant les difficultés et les problèmes dans lesquels il se serait inévitablement enlisé,si on commençait à lui apprendre cette langue à un âge avancé..

Donc le problème est là,clair et évident et la solution à ce problème est à la portée de la main,sans qu'on soit obligé de la chercher ailleurs !

Les étudiants actuellement diplômés de nos départements de français ne sont aptes ni pour être des cadres,ni pour enseigner,ni non plus pour poursuivre leurs études :ils ne servent à rien d'autres qu'à être des employés de bureau au même titre que ceux qui n'avaient jamais fait d'études universitaires. !/

précédent sommaire






La Quadrature du Net