WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'espace web du sénégal : étude de son degré d'ouverture ´┬átravers l'analyse des liens hypertextes

( Télécharger le fichier original )
par El Hadji Malick GUEYE
Université Paris 10 Nanterre - Master de Recherche 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II.3.2 Quelques réponses de professionnels de l'information

Cette partie a pour base et pour point de départ l'appel de Bar-Ilan71(*) à la communauté des sciences de l'information à avoir ses propres moteurs (crawler), accessibles à tous et qui permettront des méthodes de collecte de données fiables et transparentes.

S'il y a un groupe de recherche qui a vraiment oeuvré dan ce sens, c'est bien l'équipe de Mike Thelwall : The Statistical Cybermetrics Research Group72(*) de l'Université de Wolverhampton en Angleterre. Connaissant la difficulté à bien parcourir le Web pour constituer un corpus de travail, ils ont développé et mis à la disposition des professionnels, gratuitement, des bases de données73(*) des structures des liens hypertextes de plusieurs universités : Royaume-Uni, Nouvelle Zélande, Australie, Chine, Taïwan, ... Pourquoi les sites universitaires ? Pour Thelwall74(*), il existe deux raisons pour cela : d'une part, concernant l'utilisation d'Internet, le secteur académique est plus mature que les autres secteurs ; d'autre part, les sites Web des universités permettent une comparaison très nette avec les articles des travaux universitaires. Ce qui explique aussi par ailleurs pourquoi la plupart des études wébométriques et cybermétriques concerne le milieu universitaire.

En plus de ces bases de données, l'équipe de Wolverhampton a mis aussi en accès libre, toujours sur son site, un crawler de liens hypertextes Soscibot. Il permet entre autre, de parcourir et d'identifier les liens entrants et les sortants d'un site Web donné. Nous reparlerons de cet outil dans la prochaine partie.

De telles tentatives et initiatives montrent à la fois la jeunesse mais aussi le dynamisme de cette nouvelle discipline qui s'affirme de plus en plus. L'intégration et la prise en compte par ces outils des autres secteurs seraient une excellente chose. Car le but de tout cela est d'arriver à avoir des données fiables et pertinentes pour procéder à de bonnes analyses.

* 71 BAR-ILAN, J. (2001). «How much information the search engines disclose on links to a web page? - A case study of the `Cybermetrics' home page.» In : Proceedings of the 8th international Conference on Scientometrics

and Informetrics, 1, 63-73.

* 72 http://cybermetrics.wlv.ac.uk/

* 73 http://cybermetrics.wlv.ac.uk/database

* 74 THELWALL, Mike. [site visité le 23/12/04]. A Free Database of University Web Links: Data Collection Issues. In : Cybermetrics. Issues Contents: Vol. 6/7 (2002/3) : Paper 2, 11p.

Disponible aussi sur l'URL : http://www.cindoc.csic.es/pruebas/v6i1p2.htm

précédent sommaire suivant