WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mise en oeuvre d'une solution informatique pour l'optimisation de la gestion des ouvrages dans une bibliothèque


par Martin BUKASA KABONGO
Institut supérieur de statistique - Graduat 2010
  

Disponible en mode multipage

EPIGRAPHE

« Il naît parfois dans les plus simples familles des humbles communautés un enfant qui, en grandissant, élève son nom, le nom de son père, de toute sa famille, de sa communauté et fait naître l'espoir d'un avenir meilleur »

Montesquieu

DEDICACE

A mon Père KASOKOMA André,

A ma regrettée mère KAJIDI Bernadette ;

A mes frères et soeurs,

A ma très chère épouse KABADI Marie-Chantal,

A mes enfants KASOKOMA Gloire à Dieu,

KABISHI Cornelis, NGOIE Israël, KAYENGA Temps de Dieu et LUMANU Ange de Dieu.

Aux familles KAYENGA Jean, MULUNGU Adolphe, BUKASA Dieudonné, Théophile NGANDU, ...

A toute la communauté corps du Christ,

Je dédie ce travail.

Martin BUKASA KABONGO LUFUNGULA

.

AVANT-PROPOS

Par sa grande sagesse, Dieu a crée le monde d'une façon à ce que toute personne soit complémentaire. A cet effet, l'élaboration de cette oeuvre n'est qu'une complémentarité d'un grand nombre de personnes, qu'il nous sera ingrat de ne pas remercier.

Qu'il nous soit permit de remercier sincèrement le Professeur KASORO MULENDA NATANAEL et le Chef des travaux Jeampy MBIKAYI pour avoir accepté volontairement de diriger notre travail malgré leurs multiples occupations, ainsi que tout le corps professoral et la Direction de l'Institut Supérieur de Statistique « I.S.S » de Kinshasa pour tout l'encadrement dont nous avons bénéficié durant notre formation.

Que ce travail soit un signe et un exemple de courage pour tous les membres de ma famille.

Que Marie-Claire KABISHI, Patrick KABEYA, Lucien MBUYI, Serge TSHIBANGU, Emmanuel KAYAKEZ, Séraphin SANGWA, David KABASELE, Adelard ODIA, Matthieu KANKOLONGO ... trouvent aussi en ces lignes, notre reconnaissance.

Nos sincères remerciements sont aussi adressés à tout celui qui nous a soutenu moralement, spirituellement et matériellement, à tous nos amis et connaissances ainsi que les compagnons de lutte de la section informatique de l'I.S.S/KIN.

Martin BUKASA K. L.

INTRODUCTION

Les années passent, la science évolue et nous voici à l'époque où l'importance de l'outil informatique au sein d'une nation ne cesse de faire l'ombre d'aucun doute.

L'heure est venue où presque tout le monde vibre au rythme de l'informatique qui est une science de traitement automatique de l'information ; une technique qui a pour base des machines pensantes, les ordinateurs. Ces machines peuvent enregistrer un nombre gigantesque de données et procéder à des calculs à la vitesse de la lumière. Dans un ordinateur, l'électron se déplace à la vitesse de la lumière, près de 300.000 km/s. Rien dans le monde connu ne va si vite.

L'utilisation de l'outil informatique est devenue courante dans presque tous les domaines de la vie. On peut citer le lancement des fusées à la NASA aux Etats-Unis, l'aide qu'apporte cet outil dans l'agriculture, l'armée, la biologie, ...

Toutes les entreprises au monde ne visent que l'amélioration de leurs conditions de travail dans le temps normal. Sur ce, sans une politique d'organisation et de contrôle dans l'exécution des travaux ou tâches divers, aucune entreprise ne pourra atteindre ses objectifs.

1. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Nous avons choisi ce thème « Mise en oeuvre d'une solution informatique pour l'optimisation de la gestion des ouvrages dans une bibliothèque » pour apporter notre modeste contribution au service technique de l'Hôtel des Monnaies, Organe qui s'occupe de la bibliothèque Hôtel des Monnaies. Ceci avec comme avantage le gain de temps dans l'exécution des tâches.

L'intérêt accordé à ce travail est celui de nous permettre à mieux faire la pratique, d'analyse et de programmation sur ce cas réel. Il nous permettra aussi de mieux maîtriser les techniques de programmation et enfin de contribuer au monde scientifique informatique par la création d'un programme qui pourrait prochainement être amélioré ou modifier par quelqu'un d'autre ou par nous-mêmes.

2. PROBLEMATIQUE

La problématique étant l'art d'élaborer ou poser clairement les problèmes et d'une manière explicite pour nous permettre de trouver une bonne résolution en suivant leurs transformations dans la réflexion. (1(*))

La bibliothèque de l'Hôtel des Monnaies est mieux équipée et fréquentée uniquement par les agents de la Banque Centrale du Congo et gère un effectif de plus ou moins deux mille personnes.

Actuellement, elle est confrontée au problème de coordination et de suivi des prêts des ouvrages qui se fait au quotidien.

Le travail manuel demande beaucoup d'effort physique, un risque permanent de perdre les fichiers des lecteurs, le non maîtrise de prêts et aussi le suivi des mouvements des ouvrages.

Cela se justifie par :

- La mise à jour des données des lecteurs par le fait que les mouvements se font chaque jour ;

- La coordination et le suivi des différents mouvements des ouvrages ;

- L'élaboration manuelle de toutes les listes demandées par la hiérarchie ;

- La difficulté de répondre dans l'immédiat à la hiérarchie ;

- La perte de temps dû au traitement manuel ;

- La mauvaise conservation des données de prêts des ouvrages par les agents affectés à la bibliothèque au fil des années ;

Tout ceci nous a poussé à formuler certaines questions qui résumeront notre problématique :

- Comment faire pour la mise à jour sur le prêt des livres d'une manière rapide et optimale ?

- Comment faire pour le suivi du mouvement des ouvrages de manière efficace ?

- Comment faire pour répondre rapidement à une demande de la hiérarchie ?

- Comment faire pour gagner du temps dans l'exécution des tâches ?

- Comment faire pour conserver les données tout en assurant leur sécurité et ce sans encombrement dû à la paperasse ?

3. HYPOTHESE

Les hypothèses, selon le cours de méthodes des travaux scientifiques sont des réponses provisoires ou encore des propositions particulières à la problématique posée (2(*)).

Après notre analyse nous avons trouvé que l'informatisation améliore, rationalise et optimise le système manuel en réduisant le temps de traitement, augmentant ainsi la capacité de mémorisation d'informations et limitant les erreurs. Elle nous facilitera :

- Le gain de temps ;

- L'accès contrôlé des utilisateurs ;

- L'unicité des données ;

- La sécurisation des données ;

- La facilité de répondre à un besoin immédiat de la hiérarchie ;

- La mise à jour automatique des données.

4. DELIMITATION DU SUJET

Notre sujet se limite dans le temps et dans l'espace.

Dans le temps, nous allons nous intéresser au flux d'information de Juillet 2006 à nos jours.

Au point de vue spatiale, notre étude se focalise sur la gestion des ouvrages à l'Hôtel des Monnaies Kinshasa, République Démocratique du Congo.

5. METHODES ET TECHNIQUES

La méthode étant un ensemble d'opérations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à atteindre les vérités qu'elle poursuit, les démontre et les vérifie (3(*)).

Notre choix s'est porté sur la méthode MERISE (Méthode d'Etude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes d'Entreprise), une méthode de conception, de développement et de réalisation des projets informatiques. Le but de cette méthode est d'arriver à concevoir un système d'information informatisé.

La technique est un outil qui permet au chercheur de récolter et dans une certaine mesure de traiter les informations nécessaires à l'élaboration d'un travail scientifique (4(*)).

Nous avons utilisé, comme technique, l'interview et l'observation directe et indirecte.

6. DIFFICULTES RENCONTREES

Il ne nous a pas été facile de pouvoir évoluer avec notre travail, à cause de la non disponibilité des agents pour récolter les informations et vu le volume de travail auquel ils sont confrontés.

7. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Outre l'introduction et la conclusion, notre travail se subdivise en 5 chapitres à savoir :

- Chapitre I : Etude d'opportunité

- Chapitre II : Approche théorique

- Chapitre III : Etude détaillée

- Chapitre IV : Etude technique

- Chapitre V : Production du logiciel

CHAPITRE I : ETUDE D'OPPORTUNITE

Section 1 : Analyse de l'existant

1.1. Présentation de l'Hôtel des Monnaies

L'Hôtel des Monnaies est une émanation de la volonté politique du gouvernement de la République qui confiera à la Banque Centrale du Congo l'entière responsabilité de son implantation au pays.

Manifestée vers les années soixante-dix, la volonté de doter la République Démocratique du Congo d'une imprimerie des billets de banque en matière de production des signes monétaires s'est concrétisée le 17 novembre 1987 avec l'inauguration de l'imprimerie de sécurité de la banque centrale du Congo.

Plus tard, à la demande du gouvernement de la République, la banque centrale du Congo dotera son imprimerie de l'Hôtel des Monnaies des équipements supplémentaires destinés à la production des documents de sécurité et de valeur.

Les premiers billets de banque seront produits en 1987 tandis que les premiers documents de sécurité sortiront des chaines de production en 1991.

1.2. Missions et objectifs

L'Hôtel des Monnaies a pour mission principale, la fabrication des signes monétaires, des papiers de valeurs et de divers documents de sécurité.

Ainsi l'Hôtel des Monnaies se consacre à la production des imprimés de sécurité, lesquels sont confectionnés de manière à permettre leur authentification et à les protéger de la sorte contre la contrefaçon et la falsification.

1.3. Organisation structuro-fonctionnelle

1.3.1. Organigramme spécifique

DG

HOTEL DES MONNAIES

Secrétariat Technique

DG

Service Administratif

Secrétariat

Technique

Corps de Contrôleurs

Direction Technique

Direction Commerciale

S/D de la Maintenance

S/D Contrôle sécurité

Source : Direction des Ressources Humaines de la Banque Centrale du Congo1.3.2. Description du service concerné

Secrétariat technique

- assure les fonctions de recherche, développement et planification et ce qui concerne l'informatisation de l'Hôtel des Monnaies ;

- mène des études sur des problèmes techniques en collaboration avec les directions opérationnelles concernées ;

- assiste la Direction Générale dans l'exécution de ses tâches quotidiennes d'orientation et de coordination ;

- gère la documentation appropriée et spécialisée en rapport avec l'activité Hôtel des monnaies.

Les membres du secrétariat Technique travaillent en staff sous la supervision d'un Responsable de Service. Ils ont rang de Responsable de Service et Responsable de Service Adjoint.

1.4. Etudes des Moyens

1.4.1. Moyens humains

La bibliothèque de l'hôtel des monnaies regorge d'énormes potentiels en matière du personnel. Ce dernier en constante formation pour une gestion harmonieuse de la bibliothèque.

Elle est composée :

- D'un Responsable de service, cadre universitaire de son état ;

- D'un Responsable de service adjoint mieux outillé pour gérer la bibliothèque car il est cadre universitaire en science et techniques documentaires de l'Institut Supérieur de Statistique de Kinshasa.

- De trois membres qui travaillent en staff ayant rang de Responsable de service adjoint.

1.4.2. Moyens matériels

Equipée de tous les matériels modernes pour son fonctionnement tels que : ordinateurs, scanners, photocopieuses,...

Une fraicheur amicale vous accueille dès votre entrée dans la salle de lecture bien climatisée, les meubles sont de la nouvelle technologie cela justifie les moyens.

1.4.3. Moyens financiers

La bibliothèque de l'Hôtel des monnaies a les moyens nécessaires pour son épanouissement et son fonctionnement car disposant de plusieurs sources de financement.

1.5. Etude des documents

1.5.1. Présentation des documents

La bibliothèque de l'Hôtel des monnaies n'utilise pas beaucoup de documents. Nous avons trouvé ces quelques documents que nous présentons :

* Un registre d'enregistrement qui est un cahier quadrillé de format A2 dans lequel on enregistre tous les mouvements des ouvrages c'est-à-dire la date de la sortie d'un ouvrage, le nom de l'emprunteur, sa direction et son numéro de téléphone bureau. Au retour de l'ouvrage, on enregistre dans le même cahier.

Le registre d'enregistrement

Date d'emprunt

Numéro de l'ouvrage

Titre de l'ouvrage

Nom de l'agent emprunteur

Date de retour

signature

 
 
 
 
 
 

· La fiche de prêt qui est un document qu'un emprunteur rempli lorsqu'il veut emprunter un ouvrage, une fiche dans laquelle l'agent doit mentionner son nom, son matricule, sa direction, son service, son numéro de téléphone bureau, le numéro de rangement de l'ouvrage, l'auteur qui a pu écrire cet ouvrage, son titre, la date d'emprunt ainsi que sa signature.

Sur la fiche y est mentionnée la durée de prêt qui est quatorze jours.

Fiche de prêt (ouvrage)

Banque Centrale du Congo Banque Centrale du Congo

Hôtel des Monnaies Hôtel des Monnaies

N.B. : Durée de prêt 14 jours N.B. : Durée de prêt 14 jours

Nom de l'emprunteur : Nom de l'emprunteur :

Matricule : Matricule :

Direction : Direction :

Service : Service :

Extension : Extension :

N° de rangement : N° de rangement :

Auteur : Auteur :

Titre de l'ouvrage : Titre de l'ouvrage :

Date d'emprunt : Date d'emprunt :

Signature : Signature :

1.6. Présentation du schéma de circulation des informations

Agent (100)

Bibliothécaire (200)

Responsable hiérarchique (300)

101

101

204

 
 
 

- RM

suivi des agents non en règle

 
 

CS

201

201

102

Catalogue

102

Jet

 
 
 

102

- remplissage jeton

202

Jet

202

102

- transmission jeton au réceptionitse

 

- Réception du jeton rempli

- Recherche des livres choisis dans les rayons

- Elaboration de la fiche de prêt en deux exemplaires

- Transmission d'une fiche de prêt plus les livres à l'agent

- enregistrement des emprunts dans le cahier registre

 

- 1033

Réception fiche de prêt

FP

Jet

103

-

104

 
 

FP

 

- vérification fiche de prêt

- réception des livres empruntés

- estampillage fiche de prêt

104

quatorze jours après le prêt l'agent se présente à la bibliothèque avec les livres empruntés et la fiche de prêt

FP

105

-

 
 

FP

203

203

RM

Transmission d'un exemplaire au responsable hiérarchique

 
 

FP

105

Réception fiche de prêt estampillé

301

 
 
 
 

Diagramme de flux

B1

Bibliothèque

Agent

A1

B2

R2

A2

R1

Responsable hiérarchique

Matrice de flux

Vers

De

Agent

Bibliothèque

Responsable hiérarchique

Agent

 

A1

A2

Bibliothèque

B1

 

R2

Responsable hiérarchique

R1

R2

 

1.61. Symboles et abréviations utilisés

: Archivage d'un document

- c s : carte de service

- r : registre ou cahier dans lequel on enregistre les ouvrages prêtés.

- R M : rapport d'activités mensuelles ou rapport des mouvements des ouvrages

- F.p : Fiche de prêt des ouvrages

- Jet : jeton sur lequel nous mettons le numéro des ouvrages que nous avons besoin de lire

- Cat : catalogue dans lequel figure tous les ouvrages de la bibliothèque

- N

Provenance d'un document du poste dont la tâche est renseignée par le numéro

- Document circulant en un seul exemplaire

N

- Destination d'un document au poste dont la tâche est renseignée par le numéro

- Document ne circulant pas

- Document à classer temporairement

- Symbole d'archivage

Document circulant en plusieurs exemplaires

Ecoulement du temps

1.6.2. Description des tâches

Poste

Tâche

Acte

Libellé

100

101

1

Présentation de l'agent avec sa carte de service à la réception

102

1

Remplissage jeton

2

Transmission jeton au réceptionniste

103

1

Réception de la fiche de prêt

2

Réception de(s) livre(s)

104

1

Quatorze jours après, l'agent se présente à la bibliothèque avec les livres empruntés et la fiche de prêt

105

1

Réception de la fiche estampillée

200

201

1

Présentation du catalogue des ouvrages

2

Transmission du jeton à l'agent

202

1

Réception du jeton rempli

2

Recherche des livres choisis dans les rayons

3

Elaboration de la fiche de prêt en deux exemplaires

4

Transmission d'un exemplaire de la fiche de prêt et des livres à l'agent

5

Enregistrement de l'emprunt dans le cahier registre

203

1

Vérification de la fiche de prêt

2

Réception des livres empruntés

3

Estampillage de la fiche de prêt

204

1

A la fin du mois, édition du rapport mensuel des emprunts en deux exemplaires

2

Transmission d'un exemplaire au responsable hiérarchique

300

301

1

Réception rapport mensuel

2

Suivi des agents non en règle

Section 2 : Critique de l'existant

La critique du système constitue une étape utile et importante. Elle a pour but de porter un jugement objectif afin de déceler les insuffisances éventuelles rencontrées au cours de l'étude de l'existant en vue de proposer un système plus fiable que le système ancien.

2.1. Critique sur l'organisation

La bibliothèque se trouve dans une des directions les plus écoutées de la Banque Centrale du Congo qu'est l'Hôtel des Monnaies, partant de cela, elle revêt une importance prépondérante du point de vue stratégique car étant parmi les piliers et à partir d'elle, on aura à trouver des solutions financières et économiques du pays. Tout ceci, implique qu'elle doit loger un personnel voué à la recherche permanente vis-à-vis de l'évolution du monde actuel. Par là nous dirons que la bibliothèque doit sans cesse se mettre à la pointe de l'innovation en renouvelant sans ambages le contenu des rayons.

2.2. Critique sur les moyens humains

La difficulté majeure que nous avons pu relever se trouve au niveau du personnel qui est insuffisant en vue de réaliser facilement la mission lui conférée.

2.3. Critique sur les moyens matériels

Il y a des ordinateurs à la bibliothèque mais utilisés à d'autres fins d'où une sous-utilisassions des ressources informationnelles.

2.4. Critique sur le schéma de circulation des informations

En scrutant minutieusement le schéma de circulation de l'information, nous constatons que le flux d'informations est bien défini.

Section 3 : Proposition des solutions et choix de la meilleure solution

3.1. Solution manuelle

C'est l'homme qui intervient en grande partie.

a. Avantages

Bien que présentant beaucoup d'inconvénients, elle peut regorger en son sein un certain nombre d'avantages tel que la faible consommation de l'énergie électrique ; elle est moins coûteuse.

b. Inconvénients

Pour une performance plus accrue dans la recherche des ouvrages dans les rayons et une automatisation dans tous les mouvements, la solution manuelle nous paraît authentique. Elle est une mauvaise piste à emprunter surtout que tous les secteurs de la Banque Centrale du Congo sont informatisés.

3.2. Solution informatique

C'est l'ordinateur qui intervient en grande partie.

a. Avantages

Tirer le meilleur parti des technologies de l'information en construisant, en déployant et en exploitant des systèmes attractifs et mobilisateur est aujourd'hui, le défi quotidien des systèmes d'information dans le monde. Or parce que chacun a désormais sa propre expérience informatique, cet exercice paraît aujourd'hui à la portée de tous. C'est comme si on pouvait imaginer concevoir son propre véhicule à partir de son expérience d'utilisateur. Penser que l'informatique d'entreprise est simple parce que chacun désormais utilise Internet serait aberrant.

Ce gain de temps, cette sécurisation et fiabilisation des résultats, cette capacité élevée de stockage, sans oublier cet accès rapide aux informations sur les ouvrages nous paraît aujourd'hui un atout majeur et avantageux dans la gestion quotidienne des ouvrages dans une bibliothèque.

b. Inconvénients

La mondialisation nous a apporté une grande évolution et une modernisation par l'informatisation de tous les secteurs d'activité de l'homme. Certes par cette informatisation, la solution informatique nous donne aussi son paquet d'inconvénient qui est le coût du matériel et à chaque évolution du système une formation du personnel qui du reste est une charge importante aux dirigeants.

3.3. Choix de la meilleure solution

Du fait que le monde tourne vers la modernisation, nous dirons que la solution meilleure est l'informatisation de notre bibliothèque pour une gestion cohérente des ouvrages dans la bibliothèque.

CHAPITRE II : APPROCHE THEORIQUE

Cette partie nous donne un peu de théorie sur ce que nous allons traiter dans la suite de ce travail.

Section 1 : Concepts relatifs au système d'information et à la base des données

1.1. Information et donnée

- La notion d'information revêt une importance toute particulière dans le domaine informatique. En effet, c'est sur la racine de ce terme que Philippe inventa en 1962 le mot valise « Informatique » contraction de l'information et automatique, pour trouver une traduction française à ce que les anglo-saxons appellent « computer science » science du calcul. C'est bien le reflet de cette conception que l'on trouve dans les définitions de dictionnaires, qu'il s'agisse du petit Larousse « Science du traitement automatique et rationnel de l'information » ou Petit Robert « ensemble des techniques de la collecte, du tri, de la mise en mémoire de la transmission et de l'utilisation des informations traitées automatiquement à l'aide des programmes mis en oeuvre sur ordinateur ».

- Le terme donnée désigne l'information fournie par les groupes d'interrupteurs. L'ordinateur, en organisant les données produit l'information. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, l'ordinateur ne comprend que deux symboles ou deux états distincts produit par l'électricité, la polarité magnétique ou la lumière réfléchie.

En d'autres termes, l'ordinateur peut seulement savoir si un interrupteur est ouvert ou fermé. L'unité centrale de traitement est composé de millions de minuscules d'interrupteurs électroniques appelés « transistors », l'ordinateur, grâce à sa grande vitesse de traitement, organise ses multiples interrupteurs ouvert/fermé.

1.2. Base de données

La base de données désigne un ensemble structuré de données. Elle a pour but principal de recevoir, conserver et restituer les données d'une application. Ceci dit, elle est d'une importance capitale pour développement d'un logiciel car celle-ci est divisée en deux grandes parties : traitements et données.

1.3. Système

Il existe de nombreuses définitions du système. On a retenu les suivantes :

- Selon Bosnay (1979) le système devient un ensemble d'éléments en interaction dynamique, organisés en fonction d'un but.

- En théorie Brossier (1987) a défini un système comme étant une série d'éléments en composantes indépendantes et agissant les uns sur les autres.

- Le système en général est défini par le Moigne (1990) comme un objet qui dans son environnement, doté de finalités, exerce une activité et voit sa structure interne évoluer au fil du temps sans perdre pour autant son activité unique.

1.4. Entreprise comme système

1.4.1. Système de pilotage (SP)

Aussi appelé système de commande d'un système, coordonne le fonctionnement de ce système, le contrôle et décide de ses réactions et de ses orientations à la connaissance d'événements importants provenant de son environnement. C'est le système nerveux qui prend des décisions, fixe les objectifs et les moyens de les atteindre.

1.4.2. Système opérant (SO)

Aussi appelé système d'exécution, exécute les tâches que lui demande d'assurer le système de pilotage pour faire fonctionner le système.

1.4.3. Système d'information (SI)

N'est rien d'autre qu'un ensemble de méthodes et de moyens qui recueille, contrôle, traite et distribue les informations nécessaires en tout point d'organisation.

1.3. Système informatique

Il peut être définit comme un ensemble d'éléments matériels et immatériels (hommes, machines, règles et méthodes...) en interaction, transformant par un processus des éléments d'entrée en éléments de sorties. Le système d'information est composé d'éléments divers chargés de stocker et de traiter les informations relatives au système opérant afin de les mettre à la disposition du système de pilotage.

Section 2 : Concepts relatifs à une bibliothèque

Selon Robert de poche (2000), une bibliothèque peut être définit comme :

1. Meuble servant à ranger et classer des livres ;

2. salle, édifice où sont classés des livres pour la lecture ou le prêt ;

3. collection des livres.

Il existe plusieurs sortes de bibliothèques :

- Bibliobus : véhicule aménagé en bibliothèque de prêt.

- Bibliothèque d'étude, de littérature générale, de l'amitié, de la pléiade, de droits privés, des arts, des sciences humaines, ...

- Bibliothéconomie : organisation et gestion des bibliothèques

- Bibliothécaire : personne préposée à une bibliothèque.

- Bibliophile : personne qui aime, recherche et conserve avec soin des livres rares, précieux.

- Ouvrage: Texte scientifique, technique ou littéraire

- Livre : assemblage (broché ou relié de pages) d'un nombre assez grand

- Lecteur : personne qui lit

- Abonné : celui qui a pris un abonnement

- Prêt : action de prêter quelque chose ; ce qui est prêté

- Abonnement : contrat par lequel on acquiert le bénéfice d'un service régulier

CHAPITRE III : ETUDE DETAILLEE

L'étude détaillée nous permet de spécifier l'intégralité du fonctionnement du futur système d'information organisationnel. Elle produit ainsi un cahier des charges utilisateur et constitue la base de l'engagement que prend le concepteur vis-à-vis de l'utilisateur.

Section 1 : Règles d'organisation, règles de gestion et besoin des utilisateurs

1.1. Présentation des règles d'organisation

R1 Tout agent de la Banque Centrale du Congo peut faire un emprunt à la bibliothèque.

R2 Un emprunt en cours ne peut empêcher un autre.

R3 Un délai de 14 jours calendrier ouvrable à dater du jour du prêt des sanctions sont prévus en cas de dépassement de délai.

1.2. Présentation des règles de gestion

Les règles de gestion sont l'expression conceptuelle des contraintes de l'entreprise en ce qui concerne le traitement de l'information.

Règles d'action

R1 un agent fait zéro ou plusieurs emprunt (s) ; un emprunt est fait par un et un seul agent.

R2 Un emprunt concerne un ou plusieurs ouvrage (s) ; un ouvrage est concerné par un ou plusieurs emprunt(s).

R3 Un ouvrage est classé dans un et un seul rayon ; dans un rayon est (sont)classé(s) un ou plusieurs ouvrage (s).

R4 Un ouvrage est écrit par un ou plusieurs auteur (s); un auteur écrit un ou plusieurs ouvrage (s).

R5 Un ouvrage est édité par une et une seule maison d'édition ; une maison d'édition édite un ou plusieurs ouvrage (s).

Règle de calcul

R1 Un ouvrage emprunté retourne à la bibliothèque quatorze jours après.

R2 Date de remise = date d'emprunt + 14 jours

R3 Nombre de livres empruntés = nombre de livres emprunté + 1

R4 Nombre de livre remis = nombre de livre remis + 1

R5 Tout agent ayant perdu un ouvrage, il lui sera retenu sur son salaire le prix du livre multiplié par quatre.

Section 2 : Niveau conceptuel

Cette étape consiste à répondre à la question quoi ? C'est-à-dire ce qu'il faut faire, avec quelles données ? A ce niveau, on ne se préoccupe pas de l'organisation du travail ni du matériel à utiliser. Elle exprime les choix fondamentaux de gestion indépendamment des moyens à mettre en oeuvre, leurs contraintes, et leur organisation, les objectifs de l'organisation.

En fonction du principe de séparation des données et des traitements prôné par la méthode Merise, ce niveau de description comporte deux modèles :

· Modèle conceptuel des données (MCD)

· Modèle conceptuel des traitements (MCT)

2.1. Modélisation conceptuelle des données (MCD)

2.1.1. But

Est la représentation de l'ensemble des données du domaine sans tenir compte des aspects techniques et économiques de mémorisation et d'accès sans se référer aux conditions d'utilisation de tel ou tel autre traitement.

2.1.2. Définition des concepts de base de la modélisation conceptuelle des données (5(*))

Objet : Tout élément matériel ou immatériel ayant une existence propre et présentant un intérêt dans le domaine de gestion considérée.

Relation : est un lien verbal entre objets

Occurrence : est l'ensemble des valeurs des propriétés d'un objet.

Propriété : est une information élémentaire qui permet d'identifier un objet ou une relation

Identifiant : c'est l'une de propriété particulière d'un objet qui distingue de manière unique les occurrences d'un objet.

Cardinalité : nombre de fois minimale ou maximale que les occurrences d'un objet participent à une relation.

2.1.3. Formalisme de la modélisation conceptuelle des données

Objets

#Id

Propriétés

Objets

#Id

Propriétés

Relation

(1,n)

(1,1)

2.1.4. Recensement et description des entités

Liste des objets :

- Agent

- Emprunt

- Ouvrages

- Rayon

- Auteur

- Maison d'édition.

Objets

Code

Propriété

Identifiant

01

Agent

ag

Matricule

Nom

Post-nom

Sexe

Grade

Fonction

Service

Direction

# matr

02

Ouvrage

Ouv

Codou

Titou

Année d'édition

Nbre de page

# codouv

03

Rayon

Ray

Codray

Designray

# codray

04

Auteur

Aut

Codaut

Nom

biographie

# codaut

05

Emprunt

emprunt

Num emprunt

Date début empr.

Date fin empr.

# num empr.

06

Maison d'édition

Mais. Edit.

Code maison

Nom maison

# code maison

2.1.5. Recensement et description des relations

Une relation (appelée aussi association) est un lien sémantique entre plusieurs entités.

Nous avons pu recenser dans notre application les relations suivantes :

- Faire

- Concerner

- Classer

- Ecrire

- Editer

Relations

Code

Propriété

Objets associés

01

Faire

Faire

-

Agent/emprunt

02

Concerner

Con

-

Emprunt/Ouvrage

03

Classer

classer

-

Rayon/Ouvrage

04

Ecrire

Ecrire

-

Ouvrage/auteur

05

Editer

Editer

-

Ouvrage/maison d'édition

2.1.6. Description des contraintes (6(*))

a. Cardinalités

Les cardinalités permettent de caractériser le lien qui existe entre une entité et la relation à laquelle elle est reliée. La cardinalité d'une relation est composée d'un couple comportant une borne maximale et une bonne minimale, intervalle dans lequel la cardinalité d'une entité peut prendre sa valeur.

- la borne minimale (généralement 0 ou 1) décrit le nombre minimum de fois qu'une entité peut participer à une relation.

- La borne maximale (généralement 1 ou n) décrit le nombre maximum de fois qu'une entité peut participer à une relation.

b. Contrainte d'intégrité fonctionnelle (CIF)

Agent

#Id

Propriétés

Faire

(1,1)

Emprunt

#Id

Propriétés

(0,n)

Pour chaque occurrence de « Agent », le modèle admet la présence d'une ou plusieurs occurrence(s) d'emprunt.

Et pour chaque occurrence de « Emprunt », le modèle admet la présence d'une et une seule occurrence d'agent.

Emprunt

#Id

Propriétés

Concerner

(0,1)

Ouvrage

#/d

Propriétés

(1,n)

Pour chaque occurrence de « Emprunt », le modèle admet la présence d'une ou plusieurs occurrence (s) d'ouvrage.

Et pour chaque occurrence de « Ouvrage », le modèle admet la présence d'une ou plusieurs occurrence(s)d'emprunt.

Rayon

#Id

Propriétés

Classer

(1,1)

Ouvrage

#Id

Propriétés

(1,n)

Pour chaque occurrence de « Rayon », le modèle admet la présence d'une ou plusieurs occurrence(s) d'ouvrage.

Et pour chaque occurrence de « Ouvrage », le modèle admet la présence d'une et une seule occurrence.

Ouvrage

#Id

Propriétés

Ecrire

(1,n)

Auteur

#Id

Propriétés

(1,n)

Pour chaque occurrence de « Ouvrage», le modèle admet la présence d'une ou plusieurs occurrence(s) d'auteur.

Et pour chaque occurrence de « Auteur », le modèle admet la présence d'une ou plusieurs occurrence(s) d'ouvrage.

Editer

(1,1)

Maison déd

#Id

Propriétés

(1,n)

Ouvrage

#Id

Propriétés

Pour chaque occurrence de « Ouvrage », le modèle admet la présence d'une et une seule occurrence de maison d'édition.

Et pour chaque occurrence de « Maison d'édition », le modèle admet la présence d'une ou plusieurs occurrence(s) d'ouvrage.

2.1.7. Présentation du modèle conceptuel des données

Emprunt

# Num empr.

Date début empr.

Date fin empr.

Agent

# matr

Nom

Post nom

Sexe

Grade

Service

Direction

Auteur

# code aut

Nom aut

biographie

(1,1)

(1,n)

Maison d'é

# code mai

Nom mai

Editer

Ouvrage

# code ouv

Titre ouv

Nbre page

Année édit.

(1,n)

(0,n)

(1,n)

(1,n)

(0,n)

(1,1)

(1,1)

(1,n)

Rayon

# code ray

Désignation

Concerner

Observation

Ecrire

Faire

Classer

(1,1)

Domaine

#/d

Propriétés

(1,3)

Concerner

Ouvrages

#/d

Propriétés

2.2. Modélisation conceptuelle des traitements (MCT)

2.2.1. But

Elle a pour objectif de présenter formellement les activités exercées par le domaine, activité dont la connaissance est la base du système d'information. Elle est tournée vers la prise en compte des échanges du domaine avec son environnement. Cette modélisation des activités s'effectue en faisant abstraction de l'organisation, c'est-à-dire des moyens et ressources nécessaires à l'exécution de ces activités.

Un modèle conceptuel des traitements (MCT) exprime ce que fait le domaine et non par qui, quand, où et comment sont réalisées ces activités. Il permet ainsi de préciser les frontières du domaine en décrivant les activités qui lui sont associées et les échanges avec son environnement.

2.2.2. Définition des concepts de la modélisation conceptuelle des traitements (7(*))

-Evénement

Un événement est le compte rendu au système d'information (SI) du fait que quelque chose s'était produite dans l'univers extérieur ou dans le système d'information.

-Opération

Une opération est un ensemble d'action accomplie par le système d'information en réaction à un événement ou à une conjonction d'événement et ce, de façon interruptible.

-Synchronisation

Une synchronisation d'une opération marque le rendez-vous des événements contributifs qui doivent arrivés avant de déclencher l'opération.

-Processus

Un processus est un enchaînement d'opération incluent dans un même domaine d'activités.

-Acteur

Un acteur est une personne morale ou physique capable d'émettre ou de recevoir des informations.

-Règle d'émission

Est celle qui conditionne l'émission de résultat par une opération.

2.2.3. Formalisme de la modélisation conceptuelle des traitements

Synchronisatiiiiiiion

Règle d'émission 2

Règle d'émission 1

Opération

- Action 1

- Action 2

- ...

Evénement 2

Evénement 1

Evénement 2

Evénement 1

2.2.4. Présentation du modèle conceptuel de traitement

Présentation de l'agent

CONTROLE

- Vérification de la carte de service

- Remise du jeton à l'agent

Carte de service présentée

Carte de service non présentée

Jeton remis à l'agent

Agent renvoyé

CONSULTATION

- Consultation catalogue par l'agent

- Choix du ou des livres

- Inscription du choix sur jeton

Choix effectué

Choix non effectué

Remise d'un jeton vide

Remise du jeton remplis

FORMALITE

- Recherche du livre dans les rayons

- Inscription de l'emprunt dans le cahier registre

- Calcul de la date remise

- Elaboration de la fiche de prêt

Livre disponible

Livre non disponible

Désolé

b

a

a et (b ou c )

Endéans 14 jours

Livre et fiche remis à l'agent

c

REMISE

- Réception du livre et de la fiche de prêt auprès l'agent

- Estampillage de la fiche

- Remise de la fiche

Fin lecture

Toujours

Fiche estampillée

Livre rendu

Fin du mois

A

Suivi effectué

Suivi des agents non en règle

a et b

Toujours

SUIVI

A

RAPPORTAGE

- Edition rapport mensuel

- sélection des agents non en règle

KO

OK

Liste agent non en règle

Rapport mensuel établi

Section 3 : Niveau organisationnel

3.1. Modélisation organisationnelle des données (MOD)

3.1.1. But de la modélisation organisationnelle des données

L'étape organisationnelle a pour but de décrire le fonctionnement du système d'information définie au niveau conceptuel, elle permet de définir la répartition dans l'organisation et les modalités d'accès aux données ainsi que la répartition d'exécution de traitement décrite dans les opérations de gestion en tenant compte de l'organisation.

3.1.2. Règles de passage du MCD au MOD global

· Supprimer les éléments (entités, relations, propriétés) qui ne seront pas mémorisés informatiquement ;

· Ajouter des nouvelles informations pour faire le lien entre les données restées.

3.1.3. Présentation du modèle organisationnel des données global

Dans notre étude, tous les éléments présentent un intérêt dans notre gestion, ainsi notre MCD = MOD global.

Editer

Maison d'é

# code mai

Nom mai

(1,n)

(0,n)

(1,1)

(1,n)

(1,1)

(1,n)

Faire

Ecrire

Auteur

# code aut

Nom aut

biographie

Concerner

Observation

Agent

# matr

Nom

Post nom

Sexe

Grade

Service

Direction

Emprunt

# Num empr.

Date début empr.

Date fin empr.

(1,1)

Ouvrage

# code ouv

Titre ouv

Nbre page

Année édit.

(1,n)

Classer

Rayon

# code ray

Désignation

Edition

(1,1)

Domaine

#/d

Propriétés

(1,3)

Concerner

Ouvrages

#/d

Propriétés

(1,n)

(0,n)

(1,1)

Domaine

#/d

Propriétés

(1,3)

Concerner

Ouvrages

#/d

Propriétés

3.1.4. Quantification du volume des données au niveau organisationnel

La quantification consiste à déterminer le volume des données à mémoriser.

Volume des entités

Entité

Propriété

Type

Taille

Taille entité

n/occur.

Volume taille entité x n/occur

Agent

# Matr

Nom

Post nom

Sexe

Grade

Service

Direction

N

A

A

A

N

A

A

6

20

20

1

4

50

20

121

1800

217800

Emprunt

# Num Empr.

Date début empr.

Date fin empr.

N

Date

Date

6

10

10

26

1000

26000

Rayon

# code ray

Désignation

N

A

6

20

26

5

130

Ouvrage

# code ouv

Titre ouv

Nombre de page

Année édition

N

A

N

Date

6

50

4

4

64

16000

1024000

Maison d'Ed.

# code maison

Nom maison

N

A

6

20

26

3000

78000

Auteur

# code autr

Nom

N

A

6

20

26

9500

247000

Volume total (entités) = ? V entités = 1592930 octets

Volume relation

Emprunt

#Id

Propriétés

Concerner

(0,1)

Ouvrage

#/d

Propriétés

(1,n)

Relation

Propriété

Type

Taille

Taille relation

n/occur.

Volume taille relation x n/occur

Concerner

Observation

A

50

50

11024000

551200000

N relation = N entité x Cm d'où n entité = 16000 avec P = 0,95

Or Cm = [(Min + 2 MOD + Max)/4] X P

= [(1 + 2(0,95x1000)+ 1000)/4] x 0,95

= [(1 + 1900+ 1000)/4] x 0,95

= 688.98 689

N/Relation = N/entité x Cm

= 16000 x 689

= 11024000

Volume relation = Taille /relation x N/relation

= 50 x 11024000

= 212600000

Volume utile = (? V/entité + ? V/relation) x coef. de sécurité

Or coéfficient (SGBD Access) = 1,5

D'où volume utile = (1592930+ 551200000)x1,5

= 829189395

= 790.77 Mo

3.1.5. Dérivations des MOD locaux à partir du MOD global

Ce découpage permet de mettre en exergue des opérations communes, à partager entre les unités ou les postes, dans le cas d'un système d'information destiné à plusieurs sites organisationnels.

3.1.6. Prise en compte de l'accessibilité aux données et de la sécurité des données

A ce niveau, on définit les limites d'accès de différents utilisateurs, partageant la même application pour mieux garantir la sécurité et les confidentialités des données.

Ceci étant, la restriction de droit d'accès se traduit sous forme des paramètres suivants :

C : création d'un enregistrement

L : lecture d'un enregistrement

M : Modification d'un enregistrement

S : suppression d'un enregistrement

L

C

S

Emprunt

# Num empr.

Date début empr.

Date fin empr.

L

Editer

Faire

Ecrire

Concerner

Observation

Agent

# matr

Nom

Post nom

Sexe

Grade

Service

Direction

Classer

Concerner

C M L S

L

C

M

Auteur

# code aut

Nom aut

biographie

L

M

C

S

Ouvrage

# code ouv

Titre ouv

Nbre page

Année édit.

L

M

C

S

Rayon

# code ray

Désignation

Ecrire

C M L S

L

C

M

Maison d'é

# code mai

Nom mai

3.2. Modélisation organisationnelle des traitements (MO)(8(*))

3.2.1. But

Il permet de décrire d'une façon globale, puis d'une façon détaillée le choix effectué en matière d'organisation et de fonctionnement des services, les modes d'automatisation retenus, les postes de travail et les tâches associées. Il précise les ressources humaines et matérielles mobilisées avec leur organisation dans le temps et dans l'espace.

Le MOT va consister à compléter la description du MCT par une prise en considération des contraintes d'organisation choisies par l'entreprise. Le concepteur doit répondre aux trois questions :

- Comment : est posé pour déterminer la nature du traitement

- Quand : le moment ou le temps de déroulement de la tâche

- Où : le lieu, l'environnement ou le poste de travail.

3.2.2. Concepts de la modélisation organisationnelle des traitements

o Une tâche en temps réel (TR) : est en partie exécuté par l'homme et la machine ;

o Une tâche manuelle (TM) : est réalisée par l'homme seul ;

o Une tache automatique (TA) : ou tâche informatisée (TI) : est exécutée par la machine ;

o « U » ou mode unitaire signifie traitement un à un ;

o « L » ou lot : traitement en lot ;

o « I » : le délai de réponse est immédiat ;

o « D » : le délai de réponse est différé

3.2.3. Formalisme de la modélisation organisationnelle des traitements

Quand

Procédure

Qui

Toujours

Accueil

Agent reçu

Arrivée de l'agent

 

Nature

de la

tâche

TM-U

Poste de

Travail

Réception

 

3.2.4. Présentation du modèle organisationnelle des traitements

Durée

Procédure fonctionnelle

Nature de la tâche

Poste de travail

c

b

a

Fiche estampillée

a et (b ou c )

Livre rendu

Toujours

- Réception du livre et de la fiche de prêt auprès l'agent

- Estampillage de la fiche

- Remise de la fiche

Fin du mois

REMISE

Fin lecture

Endéans 14 jours

Livre et fiche remis à l'agent

Livre disponible

Livre non disponible

- Recherche du livre dans les rayons

- Inscription de l'emprunt dans le cahier registre

- Calcul de la date remise

- Elaboration de la fiche de prêt

Désolé

FORMALITE

Remise du jeton remplis

Choix effectué

Choix non effectué

- Consultation catalogue par l'agent

- Choix du ou des livres

- Inscription du choix sur jeton

Remise d'un jeton vide

CONSULTATION

Jeton remis à l'agent

Carte de service présentée

Carte de service non présentée

- Vérification de la carte de service

- Remise du jeton à l'agent

Agent renvoyé

CONTROLE

Présentation de l'agent

A

 

TM-U immédiate

TR-U immédiate

TR-U immédiate

TM-U immédiate

Réception

Réception

Bibliothécaire

Bibliothécaire

 

A

- Edition rapport mensuel

- sélection des agents non en règle

OK

Liste agent non en règle

Rapport mensuel établi

OK

RAPPORTAGE

a et b

Suivi effectué

Toujours

SUIVI

Suivi des agents non en règle

 

TR-U

Immédiat

TM-U

Immédiat

Bibliothécaire

Hiérarchie

 

CHAPITRE IV: ETUDE TECHNIQUE

Section 1 : Scénario de mise en oeuvre

1.1. Choix du système de gestion des bases de données

Un système de gestion des bases de données (SGBD) représente un ensemble coordonné de logiciels qui permet de décrire, de manipuler et de traiter l'ensemble de données formant la base (9(*)).

Le SGBD est un logiciel qui gère la base de données. Pour gérer une base de données, le SGBD permet :

- La création d'une base de données ;

- La manipulation d'une base de données ;

- Le contrôle d'une base de données.

Il existe 3 types de SGBD :

- Réseau

- Hiérarchique

- Relationnel

Le plus rependu est le relationnel qui a pour fonctions principales :

· La structuration de données ;

· La mise à jour ;

· Interrogation de la base de données ;

· Le traitement ;

· La restitution des résultats ;

· La sécurité de données et

· La confidentialité des données.

Afin de pouvoir répondre aux besoins des utilisateurs nous avons porté notre choix sur un SGBD totalement relationnel qui répond aux critères d'intégrités référentielles et possédant un langage d'interrogation de données « ACCESS ».

1.2. Choix du langage de programmation

Notre choix est porté sur le langage « VISUAL BASIC » qui adopte le langage BASIC et complexe à la programmation sous Windows. Il permet la réalisation rapide des applications utilisant la quasi-totalité des composants (Boutons, Boîte de dialogue, menu, barre d'outils, ...).

Section 2 : Niveau logique

2.1. Modélisation logique de données (MLD)

2.1.1. But

Le niveau logique exprime les choix de moyens et ressources informatiques, en faisant abstraction de leurs caractéristiques techniques précises.

2.1.2. Règles de passage du MOD au MLD brut

· Les objets deviennent des tables ;

· Les identifiants des objets deviennent des clés primaires ;

· Les propriétés des objets deviennent des attributs.

Pour les relations :

· Une relation de type « Père et fils » disparaît mais la sémantique est maintenue par la clé du père qui migre vers le fils qui l'hérite, celle-ci devient clé secondaire ;

· Une relation de type « Autre que père et fils » devient une table de lien et reçoit toute les clés primaires des tables qui ont participé à cette relation et ces clés seront appelées « clés concaténées » ou « composites ».

· Une relation de cas particulier est traité de la même façon que la relation de type père et fils.

2.1.3. Présentation modèle logique des données brut (MLD brut)

Maison

# code mais

Nom mais

Ouvrage

# code ouv

# cod ray

#Code aut

#Code maison

Titre ouv

Nbre page

Année d'éd.

Auteur

# codaut.

Nom

Agent

# matr

Nom

Post nom

Sexe

Grade

Service

Direction

Emprunt

# Num Empr

# Matr

Date empr

Date fin empr

Concerner

# Num empr

#Code ouv

Observation

Rayon

# codray

Désignation

2.1.4. Normalisation

L'opération de la normalisation consiste à supprimer les redondances qui peuvent encore se trouver dans le MLD Brut. Cela veut dire qu'au niveau de l'étape conceptuelle, nous n'avons pas tenu compte des règles de vérification, des objets pour que leurs propriétés ne soient répétitives.

C'est ainsi que nous allons vérifier ces objets de manière que ceux-ci aient des propriétés non répétitives. Cette opération se fait en trois formes normales à respecter afin de pouvoir valider notre MLD.

· 1ère forme normale : Une table est à la 1ère forme normale, si elle possède une clé primaire et que ses attributs dépendent directement de la clé primaire ;

· 2ème forme normale : une table est à la 2ème forme normale, étant déjà à la 1ère forme normale, ses attributs sont élémentaires c'est-à-dire non décomposables ;

· 3ème forme normale : une table est à la 3ème forme normale, si étant déjà à la 2ème forme normale, les attributs qu'elle porte ont une dépendance fonctionnelle directe avec la clé primaire, sans passer transitivement à un autre attribut.

Dès lors que les trois formes sont respectées, les tables peuvent être déclarées normalisées et le MLD sera validé.

2.1.5. Présentation du modèle logique de données validé (MLD validé)

Direction

# coddir

Libellé dir.

Service

# cod service

Libellé serv.

Maison

# code mais

Nom mais

Ouvrage

# code ouv

# cod ray

#Code aut

#Code maison

Titre ouv

Nbre page

Année d'éd.

Auteur

# codaut.

Nom

Bibliographie

Agent

# matr

Nom

Post nom

Sexe

Grade

Service

Direction

Emprunt

# Num Empr

# Matr

Date empr

Date fin empr

Concerner

# Num empr

#Code ouv

Observation

Rayon

# codray

Désignation

2.1.6. Présentation des schémas relationnels associés au modèle logique des données validé

C'est la redéfinition de chaque table de modèle logique de données validées en ajoutant la nature des attributs ainsi que la taille de chaque attribut.

1. Agent : (# matr : char [6] ; # codgr : char [3] ; # codser : char [20] ; # coddir : char [10] ; nomag : char [20] ; postnom agr : char [20] ; sexe : char [1]).

2. Ouvrage : (# codou : char [6] ; # codray : char [2] ; # codaut : char [6] ; titou : char [50]; pages : char [4]) ; Année d'édition [4] .

3. Rayon : (# codray : char [6] ; Design rayon : char [20] ;

4. Auteur : (# codaut : char [6]  ; nomaut : char [30] ;

5. Concerner  : (#numempr: char [6] ; codouv: char [6] ;

6. Service : (# codser : char [10] ; Désiser: char [50] ;

7. Direction : (# coddir: char [10] ; Désidir: char [50] ;

8. maison d'édition : (# codmais : char [6] ; nommais: char [20] ;

9. Emprunt : (#numempr: char [6] ; matr: char [6] ; datedebut emprunt : char [10] ; date fin empr : char [10] ;

2.1.7. Quantification du volume des données au niveau logique

a. Calcul du volume des tables

Tables

Nombre d'occurrence

Taille

Volume

Agent

1800

121

217800

Ouvrage

16000

64

1024000

Rayon

5

26

130

Auteur

9500

26

247000

Maison d'édition

3000

26

78000

Service

75

60

4500

Direction

26

60

1560

Concerner

11024000

12

132288000

Emprunt

1000

32

32000

Total volume des tables

133892990

b. Calcul du volume des index

Tables

Index

Nombre d'occurrence

Taille

Volume

Agent

# matr

codser

coddir

1800

1800

1800

6

6

6

10800

10800

10800

Ouvrage

# codou

codray

codmais

Codaut.

16000

16000

16000

16000

6

6

6

6

96000

96000

96000

96000

Rayon

# codray

5

6

30

Auteur

# codaut

9500

6

57000

Maison d'éd.

# codmais.

3000

6

18000

Service

# codser

75

50

3750

Direction

# coddir

26

50

1300

Concerner

# Num empr.

Cod ouvr.

11024000

11024000

6

6

66144000

66144000

Emprunt

#Numempr.

matr

1000

1000

6

6

6000

6000

Volume total des index

132796480

c. Volume total de la base de données

Le volume total de la base de données est égal au volume des tables plus le volume des index.

V.total (bdd) = V.total + V.index

=(133892990+ 132796480) x 1,5

= 400034205

= 381.50Mo

2.2. Modélisation logique des traitements (MLT)

2.2.1. But

Ce niveau est d'une importance capitale pour la construction du MLT. Ce dernier concerne la description des unités logiques de traitement. Une unité logique de traitement ne contient que des tâches informatisables.

L'obtention d'une unité logique de traitement est la décomposition des tâches ou phases du MOT, et chaque unité logique de traitement est un ensemble d'instructions programmables. Donc, les unités logiques de traitement sont des tâches informatisables du MOT du type réel ou temps différé.

Le passage du MOT au MLT n'est pas automatique, il faut de l'imagination, de réflexion et de maîtrise de l'algorithme. La méthode merise n'y prévoit pas de règles de passage. Aussi l'évolution technologique que connaît l'informatique en matière de logiciels ne permet pas à Merise de standardiser des procédures partant de la conception à la réalisation des applications informatiques comme le voudrait l'UML. Ce dernier est un langage dont le but est d'unifier les procédures de conception d'applications orientées objets à la réalisation ; il est mis au point par l'OMG (Objet Management Group)(10(*)).

2.2.2. Définition des concepts de base

- Unité logique de traitement est une tâche organisée et exécutée d'une manière automatique ;

- Machine logique est un ensemble des ressources informatiques constituant les matériels et logiciels capables d'exécuter des traitements informatiques de manière autonome.

- Procédure logique est un enchaînement logique de plusieurs unités logiques de traitement ;

- Logique fonctionnelle représente l'organisation générale de l'ensemble de traitements à effectuer et constitue « la colonne vertébrale » de l'unité logique de traitement.

2.2.3. Présentation du modèle logique des traitements

Début

C

Compte utilisateur ou

mot de passe incorrect

B

Fin

Compte utilisateur

Mot de passe

CONNEXION

UT02

OK

Quitter

Gestion de prêt des ouvrages

BCC

LOGO

UT01

Quitter

Impression

Opération

MENU PRINCIPAL

UT03

Emprunt

Mise à jour

OPERATIONS

Quitter

UT04

A

D

Liste des agents ayant perdu le ouvrages

Liste des agents non en règle avec le délai

Situation de consultation des ouvrages lus

Rapport de

lecture

Imprimer

Détail de l'emprunt

Date rest

Date emprunt

Nomag

Desiou

Ajouter

Emprunt

Maison d'éd

Direction

Service

Grade

Ouvrage

Auteur

Rayon

A

D

C

D

Quitter

OK

IMPRESSION

UT07

Codou

Quitter

Matricule

EMPRUNT

UT06

Quitter

Agent

MISE A JOUR

UT05

Section 3 : Choix du matériel et logiciel

Présentation du matériel

- Microprocesseur : Intel Pentium IV, Dual CPU E220 @ 2,20 GHZ ; 1,19 GHZ ; 1Go de RAM ; HP compaq dx2400 microtower

- Moniteur : HPL 1710 LCDG33/G31 18 »

- Claviers, Standard 101/102 touches natural keyboard

- Souris : compatible PS/2, HD

- Imprimante : HP Laser jet P2025 Séries PCL

- Lecteur : CD-ROM/DVD-ROM ATAP/DVD DH485

Présentation des logiciels

- Système d'exploitation : Microsoft Windows XP professionnel

- SGBD : MS-ACCESS (MS-office) version 2007

- Antivirus : Norton 360

Section 4 : Niveau physique

4.1. Modélisation physique des données (MPD)

4.1.1. But

Le MPD est un outil de conception de base de données qui permet de définir la mise en oeuvre de structures physiques et de requêtes portant sur des données c'est-à-dire la traduction du modèle logique de données dans un langage de description de données spécifiques au système de gestion de base des données.

Pour modéliser la structure physique générale d'une base de données, en tenant compte des considérations logicielles ou des contraintes relatives au stockage des données.

4.1.2. Passage du MLD validé au MPD

Le passage du modèle logique de données au modèle physique de données exige que les différentes tables jusqu'alors externes à la base soient traduites en fichiers faisant partie intégrante à la base de données.

· Les tables décrites au niveau du schéma logique associé au modèle logique de données validé deviennent des fichiers de données communément appelés « Tables » et l'ensemble de tous ces fichiers forme un seul fichier physique d'extension MDB représentant ainsi la base de données.

· Les propriétés deviennent des champs.

· Les identifiants deviennent des clés primaires (champ indexé sans doublon)

· Les clés héritées deviennent des clés secondaires.

4.1.3. Présentation du modèle physique de données

Table agent

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Matr

Numérique

6

Matricule de l'agent

 

Codgr

Numérique

6

Code du grade

 

Codser

Numérique

6

Code du service

 

Coddir

Numérique

6

Code de la direction

 

Nomag

Texte

20

Nom de l'agent

 

Postnom

Texte

20

Postnom de l'agent

 

Sexe

 

1

 
 
 

Table ouvrage

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Codou

Numérique

6

Code de l'ouvrage

 

Codray

Numérique

6

Code du rayon

 

Codmais

Numérique

6

Code de la maison

 

Codaut

Numérique

6

Code de l'auteur

 

Titou

Texte

50

Titre de l'ouvrage

 

Année d'édition

Date

4

Edition de l'ouvrage

 

Page

Numérique

4

Nombre de page

 
 

Table direction

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Coddir

Numérique

6

Code de la direction

 

Désidir

Texte

20

Désignation de la direction

 
 

Table rayon

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Codray

Numérique

6

Code du rayon

 

Désiray

Texte

20

Désignation du rayon

 
 

Table concerner

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Num emprunt

Numérique

6

Numéro emprunt

 

Cod ouv

Numérique

6

Code de l'ouvrage

 
 

Table maison d'édition

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Codmaison

Numérique

6

Code de la maison

 

Nom maison

Texte

20

Nom de la maison

 
 

Table auteur

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Codaut

Numérique

6

Code de l'auteur

 

Nomaut

Texte

20

Nom de l'auteur

 
 

Table service

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Codser

Numérique

10

Code du service

 

Désiser

Texte

30

Désignation du service

 
 

Table Emprunter

 

Nom du champ

Type de données

Taille

Description

#

Num empr

Numérique

6

Numéro emprunt

 

Matr

Numérique

6

Matricule

 

Date début emprunt

Date

10

Date de l'emprunt de l'ouvrage

 

Date fin emprunt

Date

10

Date de restitution de l'ouvrage

 
 

4.2. Modélisation physique des traitements (MPT)

4.2.1. Définition

Le modèle physique de traitement représente la structure du programme sous une forme arborescente (11(*)).

4.2.2. Présentation du modèle physique des traitements

LOGO

CONNEXION

MENU PRINCIPAL

QUITTER

IMPRESSION

MISE A JOUR

EMPRUNT

OPERATIONS

QUITTER

BACK UP DE LA BASE

- Rapport lecture

- Situation de consultation des ouvrages

- Liste des agents non en règle avec le délai

- Liste des agents qui ont perdu les ouvrages

Agent Ouvrage Direction Quitter

Rayon Concerner Maison d'édition

Auteur Service Emprunter

CHAP V : PRODUCTION DU LOGICIEL

Définition

Une base de données est un ensemble structuré de données non redondantes enregistrées sur des supports accessibles par l'ordinateur pour satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs de façon sélective et en un temps opportun.

Un système de gestion de bases de données (SGBD) représente un ensemble coordonné de logiciels qui permet de décrire, manipuler, traiter les ensembles de données formant la base.

Section 1 : Création de la base de données

1.1. Processus de la création de la base de données. (à l'aide de l'assistant créaction d'application)

1. Cliquer sur le bouton nouvelle base de données dans la barre d'outils.

2. dans le volet de tâches nouveau fichier, sous créer à partir d'un modèle, cliquer sur modèles généraux

3. sous l'onglet base de données, cliquer sur l'icône correspondant au genre de la base de données que vous voulez créer, puis cliquer sur OK.

4. dans la boite de dialogue fichier Nouvelle base de données, spécifier un nom et un emplacement pour la base de données puis cliquer sur créer.

5. suivez les instructions dans l'assistant création d'applications.

1.2. Processus de la création des tables (à partir de données existantes)

Créer une table à partir de données existantes consiste à importer des données d'un fichier texte, d'une feuille de calcul ou d'une table de base de données dans une table Access.

1. Dans la fenêtre base de données, cliquer sur Table sous objets, puis sur Nouveau dans la barre d'outils de la fenêtre base de données Double-cliquer sur Assistant Table ou à partir du Menu Fichier, Données externes, Importer

2. Sélectionner le fichier à importer dans le sélecteur Windows : spécifier le dossier où se trouve le fichier dans l'onglet « Regarder dans » et le type du fichier dans l'onglet « Type du fichier »

3. cliquer sur importer

4. suivre les instructions de l'assistant

1.3. Présentation de la structure de base de données

Section 2 : Programmation

2.1. Quelques notions sur la programmation

Dans le domaine informatique, la programmation est l'ensemble des activités qui permettent l'écriture des programmes informatiques.

C'est une étape importante de la conception de logiciel.

Pour écrire le résultat de cette activité, on utilise un langage de programmation.

Il existe beaucoup de méthodes de programmation parmi lesquelles nous citons :

- La programmation structurée est souvent utilisée conjointement à la méthodologie de développement par décomposition successive. Dans cette approche, les programmeurs décomposent la structure, à large échelle, d'un programme en terme d'opérations plus petites, implémentent et testent ces petites opérations, les assemblent pour réaliser le programme. Cela n'est possible que sur des domaines applicatifs déjà bien connus, sans quoi la décomposition risque dès le départ de ne pas être bonne, ce qui rendra la modification difficile.

- La programmation orientée objet (POO) ou programme par objet est un paradigme de programmation informatique qui consiste en la définition et l'assemblage de briques logicielles appelées objets ; un objet représente un concept, une idée ou toute entité du monde physique, comme voiture, une personne ou encore une page d'un livre.

2.2. Processus de création des interfaces

2.3. Processus de la création des codes

2.4. Processus de la création des états

1. Dans la fenêtre base de données, cliquer sur « Etat » sous objets ;

2. cliquer sur le bouton « Nouveau » dans la barre d'outils de la fenêtre base de données ;

3. dans boite de dialogue Nouvel état, cliquer sur l'un des assistants suivants :

· Etat instantané : colonne simple : chaque champ apparaît sur une ligne distincte avec, à sa gauche une étiquette

· Etat instantané : tabulaire : les champs des enregistrements apparaissent sur une ligne et les étiquettes s'impriment dans le haut de la page ;

· Cliquer sur la table ou la requête contenant les données à partir desquelles vous voulez créer l'état ;

· Cliquer sur OK.

2.5. Présentation à titre illustratif du logiciel

2.5.1. Présentation de quelques interfaces

Présentation de la structure de la base de données

Présentation des interfaces

Abréviation et sigle

Nasa : National Aeronautics and Space Administration

MERISE: Methode d'Etude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes d'Entreprise

SP : Système de Pilotage

SO : Système Opérant

SI : Système d'Information

CIF : Contrainte d' Intégrité Fonctionnelle

MCD : Modèle Conceptuel de Données

MCT : Modèle Conceptuel de Traitements

MOD : Modèle Organisationnel de Données

MOT : Modèle Organisationnel de Traitements

MLD : Modèle Logique de Données

MLT : Modèle Logique de Traitements

MPD : Modèle Physique de Données

MPT : Modèle Physique de Traitements

SGBD : Système de Gestion de la Base de Données

POO : Programmation Orienté Objet

Présentation des codes associés aux interfaces

CONCLUSION

Au terme de notre travail de fin de cycle portant sur « La mise en oeuvre d'une solution informatique pour l'optimisation de la gestion des ouvrages dans une bibliothèque, nous nous réjouissons du fait que ce travail nous a permis non seulement de faire une étude globale d'un système de gestion existant, mais aussi d'y apporter notre solution informatique par les techniques et méthodes apprises durant notre premier cycle.

En analysant le fonctionnement de l'existant, nous avons vu qu'il y avait moyen d'éliminer des interventions humaines à quelques postes.

Ce travail est une oeuvre humaine ; il ne peut donc l'être sans quelques imperfections ; ainsi nous sollicitons l'indulgence de tous nos lecteurs pour les quelques erreurs qu'ils auraient constaté en nous lisant et restons ouvert à toute suggestion qui permettrait d'améliorer ce travail.

BIBLIOGRAPHIE

I. Ouvrages

- Digalo Frederic ; Méthodologie des systèmes d'information - Merise ; Ed. du puf 2000.

- Vos Andrea ; Dictionnaire de l'informatique de l'internet ; coll PC Poche Paris.

- Gardarin G, Base de données, Ed.Eyrolles, 2003

- Alessandra D, Guide pratique de Merise

- Bortzeyer Stéphane, Choix du langage de programmation, Ed Gallimard, Paris, 2008

- Ottele J.M, Analyse et Conception d'une application informatique de gestion, Ed LTECG Luxembourg, 2008

II. Notes de cours

- Assistant NSAMBWA Cours de méthodes de travaux scientifiques ; ISDSE/CECI G2 Info L'shi 1998-1999

- Assistant VEVE MABWAKA ; Cours de TBDD ISS/Kin

- Assistant Willy MPWATE ; Cours d'ACCESS ISS/Kin

- Assistant Charmant SOTO ; Cours de Visual Basic ISS/Kin

- Assistant VEVE MABWAKA ; Cours de séminaire informatique ISS/Kin

III. TFC

- Dominique LUSE informatisation du système de paiement de la prime d'assiduité ISC 2009-2010

TABLE DES MATIERES

EPIGRAPHE 1

DEDICACE 2

AVANT-PROPOS 3

INTRODUCTION 4

CHAPITRE I : ETUDE D'OPPORTUNITE 9

SECTION 1 : ANALYSE DE L'EXISTANT 9

1.1.Présentation de l'Hôtel des Monnaies 9

1.2. Missions et objectifs 9

1.3. Organisation structuro-fonctionnelle 10

1.3.1. Organigramme spécifique 10

1.4. Etudes des Moyens 11

1.4.1. Moyens humains 11

1.4.2. Moyens matériels 11

1.4.3. Moyens financiers 12

1.5. Etude des documents 12

1.5.1. Présentation des documents 12

1.6. Présentation du schéma de circulation des informations 14

1.6.2. Description des tâches 18

SECTION 2 : CRITIQUE DE L'EXISTANT 18

2.1. Critique sur l'organisation 19

2.2. Critique sur les moyens humains 19

2.3. Critique sur les moyens matériels 19

2.4. Critique sur le schéma de circulation des informations 19

SECTION 3 : PROPOSITION DES SOLUTIONS ET CHOIX DE LA MEILLEURE SOLUTION 20

3.1. Solution manuelle 20

a. Avantages 20

b. Inconvénients 20

3.2. Solution informatique 20

a. Avantages 20

b. Inconvénients 21

3.3. Choix de la meilleure solution 21

CHAPITRE II : APPROCHE THEORIQUE 22

SECTION 1 : CONCEPTS RELATIFS AU SYSTÈME D'INFORMATION ET À LA BASE DES DONNÉES 22

1.1. Information et donnée 22

1.2.Base de données 22

1.3. Système 23

1.4. Entreprise comme système 23

1.4.1. Système de pilotage (SP) 23

1.4.2. Système opérant (SO) 23

1.4.3. Système d'information (SI) 23

1.3.Système informatique 23

SECTION 2 : CONCEPTS RELATIFS À UNE BIBLIOTHÈQUE 25

CHAPITRE III : ETUDE DETAILLEE 26

SECTION 1 : RÈGLES D'ORGANISATION, RÈGLES DE GESTION ET BESOIN DES UTILISATEURS 26

1.1.Présentation des règles d'organisation 26

1.2.Présentation des règles de gestion 26

SECTION 2 : NIVEAU CONCEPTUEL 28

SECTION 2 : NIVEAU CONCEPTUEL 28

2.1. Modélisation conceptuelle des données (MCD) 28

2.1.1. But 28

2.1.2. Définition des concepts de base de la modélisation conceptuelle des données () 28

2.1.3. Formalisme de la modélisation conceptuelle des données 29

2.1.4. Recensement et description des entités 29

2.1.5. Recensement et description des relations 30

2.1.6. Description des contraintes () 31

2.1.7. Présentation du modèle conceptuel des données 33

2.2. Modélisation conceptuelle des traitements (MCT) 33

2.2. Modélisation conceptuelle des traitements (MCT) 34

2.2.1. But 34

2.2.2. Définition des concepts de la modélisation conceptuelle des traitements () 34

2.2.3. Formalisme de la modélisation conceptuelle des traitements 35

2.2.4. Présentation du modèle conceptuel de traitement 35

2.2.4. Présentation du modèle conceptuel de traitement 36

SECTION 3 : NIVEAU ORGANISATIONNEL 37

SECTION 3 : NIVEAU ORGANISATIONNEL 38

3.1. Modélisation organisationnelle des données (MOD) 38

3.1.1. But de la modélisation organisationnelle des données 38

3.1.2. Règles de passage du MCD au MOD global 38

3.1.3. Présentation du modèle organisationnel des données global 39

3.1.4. Quantification du volume des données au niveau organisationnel 40

3.1.5. Dérivations des MOD locaux à partir du MOD global 41

3.1.6. Prise en compte de l'accessibilité aux données et de la sécurité des données 42

3.2. Modélisation organisationnelle des traitements (MO)() 42

3.2. Modélisation organisationnelle des traitements (MO)() 43

3.2.1. But 43

3.2.2. Concepts de la modélisation organisationnelle des traitements 43

3.2.3. Formalisme de la modélisation organisationnelle des traitements 44

3.2.4. Présentation du modèle organisationnelle des traitements 45

CHAPITRE IV: ETUDE TECHNIQUE 47

SECTION 1 : SCÉNARIO DE MISE EN oeUVRE 47

1.1.Choix du système de gestion des bases de données 47

1.2.Choix du langage de programmation 48

SECTION 2 : NIVEAU LOGIQUE 48

2.1. Modélisation logique de données (MLD) 48

2.1.1. But 48

2.1.2. Règles de passage du MOD au MLD brut 48

2.1.3. Présentation modèle logique des données brut (MLD brut) 49

2.1.4. Normalisation 49

2.1.5. Présentation du modèle logique de données validé (MLD validé) 50

2.1.6. Présentation des schémas relationnels associés au modèle logique des données validé 51

2.1.7. Quantification du volume des données au niveau logique 52

2.2. Modélisation logique des traitements (MLT) 54

2.2.1. But 54

2.2.2. Définition des concepts de base 54

2.2.3. Présentation du modèle logique des traitements 55

SECTION 3 : CHOIX DU MATÉRIEL ET LOGICIEL 56

SECTION 3 : CHOIX DU MATÉRIEL ET LOGICIEL 57

Présentation du matériel 57

Présentation des logiciels 57

SECTION 4 : NIVEAU PHYSIQUE 58

4.1. Modélisation physique des données (MPD) 58

4.1.1. But 58

4.1.2. Passage du MLD validé au MPD 58

4.1.3. Présentation du modèle physique de données 59

4.2. Modélisation physique des traitements (MPT) 62

4.2.1. Définition 62

4.2.2. Présentation du modèle physique des traitements 62

CHAP V : PRODUCTION DU LOGICIEL 62

CHAP V : PRODUCTION DU LOGICIEL 63

SECTION 1 : CRÉATION DE LA BASE DE DONNÉES 63

1.1. Processus de la création de la base de données. (à l'aide de l'assistant créaction d'application) 63

1.2. Processus de la création des tables (à partir de données existantes) 63

1.3. Présentation de la structure de base de données 64

SECTION 2 : PROGRAMMATION 65

2.1. Quelques notions sur la programmation 65

2.2. Processus de création des interfaces 65

2.3. Processus de la création des codes 65

2.4. Processus de la création des états 65

2.5. Présentation à titre illustratif du logiciel 66

2.5.1. Présentation de quelques interfaces 66

Présentation de la structure de la base de données 67

Présentation des interfaces 68

Abréviation et sigle 69

Présentation des codes associés aux interfaces 70

CONCLUSION 71

BIBLIOGRAPHIE 72

TABLE DES MATIERES 73

* 1 NSAMBWA, J, Cours de Méthodes de travaux scientifiques G2 Info 1998-1999, Inédit ISDSE/CECI L'shi.

* 2 Op Cit.

* 3 Op Cit.

* 4 Idem

* 5 Muabuaka, op.

* 6 DIGALO Frédéric, « Méthode des systèmes d'information-Merise », éd du Put, 2000, p26

* 7 VEVE MABUAKA, « Notes des cours de TBDD », inédit G3 info 2010-2011, ISS/Kin

* 8 MABUAKA VEVE, cours de technique de base de données, ISS/Kinshasa, 2011.

* 9 Mpwate W., cours d'Access, ISS/Kin, 2010-2011, Inédit.

* 10 VOSS Andreas ; Dictionnaire de l'informatique et de l'Internet ; coll. PC Poche, Paris, Micro Application, 1988, P .420.

* 11 VEVE MABWAKA, op. cit.