WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact de l'exploitation de "makala" sur la foret par la communauté locale de la chefferie des Basili

( Télécharger le fichier original )
par Préféré Muluba, Bunia/ RDC
Université Shalom de Bunia - Graduat en sciences option gestion de l'environnement  2011
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

0. INTRODUCTION

0.1. Problématique

En Afrique centrale, le bois représente l'essentiel de l'énergie domestique (85 % en République démocratique du Congo, RDC). Kinshasa par exemple consomme 5 millions de tonnes de bois par an, qui proviendraient de l'exploitation d'environ 60 000 hectares de forêts naturelles périurbaines. Avec l'augmentation rapide de la population urbaine (celle de Kinshasa a doublé en une génération), la pression sur les forêts naturelles s'accroît, entraînant des impacts négatifs économiques, sociaux et écologiques (BADIBANGA, 2010).

Les besoins dendro-énergétiques entament annuellement près de 200 000 hectares de forêts naturelles. Les régions les plus touchées sont celles de Kinshasa, du Katanga et de deux Kasaï du fait de leur prédominance en principaux centres urbains du pays, et de la très forte densité de la population en zones relativement peu boisées. La même inadéquation des approvisionnements s'observe dans les régions du Bas-Congo, de Bandundu et du Kivu (Nord et Sud) à la suite d'une progression numérique des populations urbaines et rurales (KAPA et MBOMA, 2009).

La forêt de la Chefferie des Basili diminue sensiblement à cause de besoin énergétique, la pauvreté et l'augmentation de la population dans cette contrée poussant cette dernière à la fabrication de charbon de bois ou « Makala ». L'exploitation artisanale de « Makala » chez les Basili constitue une activité de subsistance et économique en même temps. Pareille activité ne peut se réaliser sans entrainer des conséquences écologiques qui peuvent se manifester par la perte de la biodiversité et le morcellement de l'écosystème forestier au regard de son ampleur notée à ces jours.

Cette étude veut se concentrer à l'étude de cette exploitation illicite à Basili pour dégager les conséquences écologiques observables dans cette forêt. Elle se pose fondamentalement les questions suivantes :

Ø Quel impact environnemental cette exploitation pourra-t-elle avoir sur la biodiversité animale et végétale ?

Ø Quelles en sont les causes qui sont à la base de l'exploitation illicite du charbon de bois dans la chefferie des Basili ?

0.2. Hypothèse

Pour nous rapprocher de ces questions fondamentales, nous envisageons les hypothèses suivantes :

Ø L'exploitation illicite de charbon de bois dans les forêts de la chefferie des Basili serait à la base de la disparition de la biodiversité (végétale et animale) ;

Ø La pauvreté, la satisfaction des besoins primaires, les besoins dendro-énergétiques et la méconnaissance des conséquences environnementales seraient les causes principales de la fabrication de makala dans la chefferie des Basili.

sommaire suivant






La Quadrature du Net