WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Relation entre le couvert végétal et les conditions édaphiques en zone a déficit hydrique

( Télécharger le fichier original )
par Madani Djamila
Université de Batna - magistere 2008
  

précédent sommaire suivant

Introduction

Introduction :

Les zones à déficit hydrique occupent une position charnière bien particulière en Algérie. Elles reçoivent de 100 à 300 mm de pluie moyenne annuelle (Nedjraoui,2003) et couvrent de très grandes surfaces. Elles sont caractérisées par une longue sécheresse estivale (4 à 6 mois) et par des conditions édapho-climatiques très contraignantes à la survie spontanée des êtres vivants

Néanmoins, cet écosystème reste un milieu vivant pourvu d'un couvert végétal particulier, adapté aux stress édapho-climatiqe d'une part et anthropogène d'autre part. Donc les sols dans ces régions exercent une influence sélective sur la végétation et inversement la végétation influence le sol à chacune d'elles correspondent des sols typiques

Le présent travail entrepris sur le terrain s'est traduit par une observation conjointe de la végétation et du sol selon deux principes de base qui ont été respectés tout au long de l'ensemble de la prospection où à chaque relevé de végétation est associé systématiquement un profil de sol et le choix de l'emplacement du relevé procède d'un accord d'homogénéité écologique, floristique et physionomique.

L'objectif de ce travail est de faire ressortir l'impact de la végétation sur le sol et vice-versa dans le milieu à déficit hydrique et de donner d'autres informations utiles, de contribuer ou d'expliquer la structure en mosaïque de la végétation de ce milieu.

Cette étude prend en compte d'une part, l'analyse des principaux facteurs édaphiques (caractéristiques physico-chimiques du sol) qui déterminent la distribution des communautés végétales et l'inventaire de la flore à travers une analyse quantitative et qualitative (densité d'espèce, fréquence, types biologiques) et d'autre part, les relations entre les facteurs édaphiques et la végétation.

Introduction

Le présent travail est scindé en 03 parties :

- la 1er partie : aperçu général sur les sols et les végétaux de la zone à déficit hydrique.

- La 2 eme partie : une présentation des caractères généraux de la zone d'étude et la méthodologie.

- La 3eme partie : les résultats et discussions et enfin une conclusion générale.

3

Chapitre I : Généralité sur les zones à déficit hydrique:

La zone aride est caractérisée à la fois par son climat toujours peu pluvieux, et parfois très sec, et très irrégulier, et par sa végétation herbacée ou fructescente, rarement arborée.

Elle est subdivisée en zone désertique (hyper aride), zone aride proprement dite et zone subaride (semi aride), en fonction des conditions climatiques, et, partant, des caractères de la végétation, à chacune d'elles correspondent des sols typiques (Aubert, 1960).

L'aridité ne doit pas être confondue avec la sécheresse, concept météorologique à référence temporelle- phénomène conjoncturel (période, année sèche).

L'aridité a de fortes implications hydrologiques et édaphiques dont elle est indissociable (Aggoussine, 2003).

L'Algérie est classée comme étant une zone semi- aride à aride du fait de l'importance de l'évapotranspiration par rapport aux précipitations. Selon Halitim (1988), la zone aride couvre près de 95% du territoire national, dont 89,5% dont le domaine hyper aride (saharien) (Nedjraoui, 2003).

1- La notion d'aridité :

Malgré l'importance des travaux (De Martonne, 1926; Tornthwaite, 1948 ; Emberger, 1955 ; Bagnouls et Gaussen, 1957 ; Du bief, 1963 ; Vernemmen, 1969 ; Le Houerou, 1975) cités in Halitim (1988) et consacrés à l'aridité et en particulier à sa définition et à sa quantification, ce concept n'est pas encore bien connu.

Il est difficile de définir un milieu aride, une telle définition tient compte des notions diverses relevant de la climatologie, de la morphologie et de la biologie (surtout végétale) (Le Houerou, 1995).

Selon Aggoussine (2003), l'aridité ne peut être définie uniquement par de faibles précipitations moyennes annuelles, mais aussi par leur irrégularité dans l'espace et dans le temps et par une forte évapotranspiration. Les jours où il ne tombe que des gouttes ou des précipitations non mesurables (inférieur à 5 mm) peuvent être 3 à 4 fois plus nombreuses que les jours de précipitations mesurables, Ces jours sont d'autant plus nombreux que l'aridité est grande.

En effet, pour une répartition identique de la pluviosité au cours de l'année et pour une même hauteur annuelle des précipitations efficaces, les différents types de sols ne présentent pas les mêmes réactions à l'aridité climatique. C'est ainsi que certains sols permettent au végétal d'avoir une période de végétation plus longue et ceci uniquement en fonction des caractéristiques physico- chimiques de leurs horizons (Floret et Pontanier, 1984)

L'aridité n'est pas due uniquement au climat, mais essentiellement à une action humaine (le déboisement, l'incendie, le pâturage intensif, etc.) : la dégradation anthropique du tapis végétal entraîne une augmentation des maximums des températures et celle du sol à pour effet de diminuer les capacités de stockage de l'eau : ce type de dégradation concluent Stewart (68), Daget (1977 a), Pouget (1980 b), Floret et Pontanier (1982), Conjuguent les effets pour renforcer l'aridité d'origine climatique.

Généralement la zone aride est subdivisée en trois domaines comme suit (Emberger 1955 ; le Houerou, 1975) :

- Le domaine hyper aride dont la pluviométrie est inférieure a 100 mm.

- Le domaine aride proprement dit dont la pluviométrie est comprise entre 100 et 300- 400 mm.

- Le domaine semi- aride dont la pluviométrie est comprise entre 300- 400 mm et 600 mm. Selon certains écologistes, le terme désert vrai devrait être réservé de façon exclusive aux zones à climat hyper aride (Ramade, 2003).

5

2- Répartition des zones arides :

2-1- Dans le monde :

Wri (2002) vient de proposer pour classer la zone aride de considérer les valeurs du rapport ratio précipitation annuelle / évapotranspiration potentielle moyenne annuelle (Figure 1), le monde à été divisé en :

- La zone hyper aride couvrant environs 11 millions de Kilomètres carrés, soit
8% des terres totales et elle correspond principalement au désert du Sahara.

- Les zones arides, semi-arides et subhumides sèche et couvrent prés de 54 kilomètres carrés, se rencontres surtout dans continents, mais elles sont principalement concentrées en Asie et Afrique

Hyper-aride Aride

Semi-aride Sub-humide sec Humide

Froid

Pas de données

Figure 1 : Carte des zones arides dans le monde ( wri, 2002)

6

2-2- Dans l'Algérie :

La classification bioclimatique d'Emberger et sauvage a été largement adoptée en régions méditerranéennes. Cinq étages du bioclimat méditerranéen ont été définis pour l'Algérie : Saharien, aride, semi aride, sub- humide et humide (Figure 2).

Figure 2 : Répartition des précipitations dans le nord de
L'Algérie FAO 2005.

On distingue selon Nedjraoui (2003) :

- Le semi- aride : 300- 600 mm.

- L'aride : 300- 100 mm.

- Le Saharien < 100 mm qui occupe 89,5% la superficie totale de l'Algérie. La superficie des zones arides en Algérie selon le Houerou (1995) est de 216000 Km2, et 386000 Km2 de zones hyper arides supérieur (Tableau n1).

Tableau 1 : Superficies des zones arides d'Algérie en 103 Km2
(Le Houerou, 1995, modifie) :

Pluviosité moyenne

La superficie

Semi- aride à humide P> 400

181

Aride supérieur 400> P> 300

59

Aride moyenne 300> P> 200

70

Aride inférieur 200> P> 100

87

Zone aride total

216

Hyper aride supérieur

386

3-Conclusion :

L'aridité se manifeste surtout par ses conséquences :

- édaphiques : extrême dénuement de la végétation, raréfaction et adaptations des êtres vivants.

- hydrologiques : faiblesse et irrégularité extrême des écoulements.

- géomorphologiques : processus d'érosion et d'accumulation spécifiques, pauvreté des sols.

8

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy