WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Economie nationale et les structures des prix dans le petit commerce, cas du marche central de Mwene-Ditu

( Télécharger le fichier original )
par Léonard KAYUMBI KAYUMBI
Université de Lubumbashi - Graduat 2010
  

sommaire suivant

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE

UNIVERSITE DE LUBUMBASHI
CENTUE UNIVEUSITAIVE DE AtIVENE- DITU

EXTENSION DE L'UNILU

FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

LTCONOMIE NATIONALE ET

LES STRUCTURES DES PRIX

DANS LE PETIT COMMERCE

« Cas du Marché Central de Mwene-Ditu»

Léonard KAYUMBI KAYUMBI

TRA VAIL DE FIN DE CYCLE PRESENTE ET DEFENDU EN VUE DE 'LOBTENTION DU TITRE DE GRADUE EN SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

D IRIGE PAR

ASS. FREDDY MUTOMBO

Année Académique 2010-2011

Page | I

EIDIGUAIDHE

« "fee mat& dime to deo:ogee et Aar° aa doet fie taidde Add

lelodet

ta max ; (Au ta fie

Mid Add ea cecc odea44:4, id

ea ei, ea di toad

detemet ipaemeat fora ~

led deux

Eccasiaste 11 6:

utuicAct

A toi, oh Jehovah, je reconnais ma vie et fa reussite de toutes mes entreprises. Que tu sois infiniment foue !

A vous mesfeux parents ! Toi, 914ushi6arKAYUMBI wa KABEYA et ta chere Epouse et ma mere Efis~e KAYEMBE wa KAZADI, que par ce travaif vos noms puissent rester a jamais !

A vous mes freres et sceurs, tous de fa famiffe KAYUMBI, que cette ceuvre puisse rehausser notre famiffe !

A toi Wose KAYUMBI MBUYI, toi qui est f'os de mes os et fa mere de mes enfants, merci pour ta patience et tes encouragements !

A vous ma proginiture, vous etes pfein fe carquois : Erick KABEYA, Cedric KAYUMBI, cDanief KATOMPA, Werveiffe MULOWA, buth KAYEMBE, .1-fannah BEYA, Emmanuef MUKADI, Eunice KUBIBUA, 0bed MBUYAMBA et Justine Benedict NTUMBA TSHOWA, qu'if soit pour vous tous, ce travaif une experience a suivre et imiter en d~pit de divers engagements !

A toi Emmanuef MUKADI, tu es mon empfoyeur, merci de tes conseifs dans fe sens de f'exceffence, de tes sacri~ices et patience !

A vous tous, je d~die ce travaif !

AVANT-MCIDCS

Le present travail s'inscrit dans une tradition academique qui veut qu'a la fin de chaque cycle un travail le sanctionnant soit fait. Un travail de fin de cycle pour le premier cycle de graduat, le memoire pour le deuxieme cycle : la licence et la these pour le troisieme ou le doctorat.

En ce qui nous concerne, nous sommes a la fin du premier cycle, alors, nous ne derogerons pas a la r~gle !

Oui, ce travail anticipe dejà ce que nous serons en mesure d'apporter a la societe par les acquis de la science.

Pour la reussite de celui-ci, nous voulons dejà, d'avance, reconnaitre l'apport non negligeable de monsieur l'Assistant Freddy MUTOMBO, qui a bien voulu accepter la direction de cette dissertation et d'en assurer le suivi.

Nous serons ingrats si nous ne jetons pas de fleurs a toutes les autorites academiques, les professeurs et assistants du Centre Universitaire de Mwene-Ditu «CUMD » Extension de Lubumbashi, pour avoir voulu parfaire notre formation.

Singulierement, nous remercions le Prof. Benoit MUSASA KABOBO et le Secretaire Academique le CT KAB EYA MUSAAS Robert, pour leur souscription aux instructions du Ministre de l'enseignement superieur et universitaire pendant que l'enseignement universitaire congolais connaissait une tourmente, ils ont accepte notre inscription ou integration speciale au CUMD.

Cela nous amene a louer aussi l'apport de la premiere heure fourni au sein du CID EP « Universite Ouverte » - Departement de Mwene-Ditu, pour saluer sans honte le departemental Honore NGOYI KALAMBAYI, toute l'equipe dirigeante, tous les professeurs et assistants ou charges des cours, pour leur formation alors que nous faisions nos premiers pas a l'Universite (2008-2010).

Nos remerciements s'adresseront encore : aux autorites du Service Urbain de l' Economie et a celles de Marche Central de Mwene-Ditu -- cadre de notre travail, pour leurs encadrements afin que notre theme connaisse son bon denouement.

Dans ce parcours estudiantin, allant/commengant de la premiere annee primaire a la sixieme des humanites, saluons une fois de plus, tout celui qui avait apporte sa pierre de touche dans cet edifice en construction qu'est notre formation.

Nous songeons a l'instant a tous nos compagnons de lutte comme : sceur et camarade Lucie MBUYI KAPONGO, Francois KALOMBO KABAMBA, Oncle Delphin KANKOLONGO TSHIT EYA (ex camarade du CID EP/UO) et toute la suite rencontree au CUMD entre autre : BADIA KAB ENG EL E le CP, Paul B EDIKA etc.

Que tous ceux qui nous sont chers et dont les noms ne figurent pas dans la presente dissertation trouvent ici l'expression de notre reconnaissance.

Leonard KAYUMBI KAYUMBI

SIGLES ET AlMtVIATICN

EUS : Dollar américain

AMORT. : Amortissement

APJ : Agent de Police Judiciaire

Art. : Article

B : Base

CAT : Cout d'Achat Total

CID EP : Centre Inter Disciplinaire pour le Développement et l' Education Permanente

CIF : Cost Insurance Freight, Cout Assurance Fret

Cr : Cout de Revient

Ct : Carton

CUMD : Centre Universitaire de Mwene-Ditu

Dz : Douzaine

FC : Franc Congolais

K : Coefficient de répartition

Kin : Kinshasa

LTA : Lettre de Transport Aérien

MB : Marge brute

MBM : Mbuji Mayi

MDT : Mwene Ditu

MI : Montant a imputer

MR : Montant a répartir

NRC : Nouveau Registre de Commerce

OCC : Office Congolais de Contrôle

ONATRA : Office National de Transport

OZAC : Office ZaIrois de Contrôle

PA : Prix d'Achat

PAT : Prix d'Achat Total

PAU : Prix d'Achat Unitaire

PPT E : Pays Pauvres Très Endettés

Pqt : Paquet

PVT : Prix de vente total

PVU : Prix de Vente Unitaire

Qté : Quantité

RDC : République Démocratique du Congo

UO : Université Ouverte

INTUCDUCTICN

La notion du marche ne remonte a aujourd'hui. Ici, nous voulons parler des comportements dans les affaires commerciales a l'ere classique ou du courant liberal, aussi a l'epoque de l'intervention de l'Etat, periode a laquelle nous appartenons encore.

A l'epoque du courant liberal, nous rappelons que les auteurs de l'ecole classique ont ete consideres comme les fondateurs de la science economique. En quoi consistait globalement la pensee liberale ?

Dans la pensee liberale, l'explication des phenomenes economiques se trouve dans l'action des seuls « individus », les seuls acteurs sur les marches. L'individu etait considere comme un etre rationnel qui procede a des calculs afin d'atteindre le mieux possible ses objectifs compte tenu des contraintes environnementales qui s'imposent a lui.

Ainsi, dans le jargon des economistes classique et neo-classiques, on parle de

l' « homo economicus ». L'homo economicus est un etre abstrait qui cherche toujours a maximiser ses choix au regard des contraintes de revenus qui s'imposent a lui.1

De même prevalait a cette epoque, la maxime selon laquelle « laisser faire », qui est une politique qui preconise l'absence de toute intervention des pouvoirs publics dans le domaine economique. Cette doctrine repose sur la foi dans l'interMt personnel, et postule que les conditions sont reunies pour assurer la concurrence et le libre choix du consommateur. ADAM SMITH apparait comme le theoricien du laisser faire, pour qui le bien etre des individus ne peut interferer avec le pouvoir de

l' Etat.2

Comme chaque medaille presente toujours deux faces, ainsi le courant liberal a eu son revers de medaille, donc, le laisser faire a presente des desavantages a l'ere du developpement individuel, notamment dans le domaine des conditions de travail. De plus, un nombre croissant d'entreprises s'unirent pour controler a leur profit la production et les prix, pervertissant par la le principe de la libre concurrence sur lequel reposait le systeme.

Cette tendance a la formation de monopole fit apparaitre la necessite d'un controle de l' Etat sur l'activite economique (vers le 20~me siècle.)

A l' Etat modeste, qui ne jouait aucun role presque, succeda un Etat interventionniste : le role de la provision et l'approche de l'economie en termes de flux prirent une importance centrale. Perceptible des avant la premiere Guerre mondiale, cette evolution s'affirme avec le crise economique des annees 1929 (avec

1 Http// :www.btsig72.free.fr/cours/economie.../1er .../courant libéral.doc, consulté le 25/01/2011

2

« Economie libérale » de Microsoft Encarta 2009

l'effondrement de la Bourse de New York, suivie de la recession economique des annees 1930), qui imposa l'intervention de l' Etat pour attenuer les effets du cycle economique, puis apres la seconde Guerre mondiale, sous l'effet de l'audience considerable que recueillirent les theories developpees par John MAYNARD KEYNES.

Nous voila a notre epoque, et voulons savoir ce que l' Etat fait reellement dans les affaires commerciales.

. CHOIX ET INTERET DU SUJET

1.1. Choix du sujet

Tout est parti d'une observation qu'on qualifierait d'observation participante, oui, pour avoir ete l'un des tenanciers d'une boutique en son temps et dans ce marche, nous n'arrivions pas a bien diriger le fait que nos elements des prix presentes aupres des controleurs du service de l' Economie etaient carrement remis en cause.

Le probleme, c'est que nous-memes etions diplomes des humanites de son Etat et que le meme Etat assurait le programme d'enseignement national. Dans ce programme, dejà au niveau de l'ecole primaire la notion du calcul du prix de revient avant le prix de vente est enseignee.

Que dire encore du fait que ce diplome ainsi obtenu l'etait de la section commerciale et administrative, dans laquelle cette notion du prix de revient devient amplifiee : du prix de revient, au coat d'achat et au coat de production comme dans la comptabilite analytique d'exploitation dont l'une des preoccupations est le degagement de ce prix de revient afin de determiner les prix de vente ou des services.

Cela nous preoccupait autant de savoir qui fait quoi et le pourquoi de notre formation revue !

Voila qui nous a amenes a porter notre choix sur le sujet alors que bien d'autres pourraient retenir notre attention et ce, profitant de notre passage a l'universite.

1.2. Intérêt du sujet

La science evoluant et la mondialite grandissant, nous semblons ne pas avoir raison d'apprehender un sujet qui traduit dans un cadre ferme : le mode de vie, la culture et les us propres a la nation congolaise, notre pays et plus particulierement a notre « ALMA MATER » entendez la notre ville de Mwene-Ditu et son marche central, lesquels limitent notre vision modeste soit-elle des chercheurs.

Mais, en voulant traiter d'une preoccupation locale et limitee, c'est parce que nous avons trouve que notre sujet presentait de l'interMt sur :

a) La plan social: il fait evoluer la cause des exploitants du marche central (les commergants) ; c'est-h-dire qu'ils participent reellement au calcul des prix de vente de leurs marchandises ;

b) Le plan scientitioue : il s'agit de defendre la theorie scientifique sur le calcul, la fixation ou la determination des prix d'un cote et d'un autre, faire jouir pleinement au service de l' Economie de ses prerogatives envers les exploitants du Marche et par la, permettre a l' Etat d'avoir la main mise sur ce secteur ;

c) Le plan personnel: il doit etre notre contribution dans la pratique de la science dans le respect des uns et des autres, sans conquis et conquerant car, chacun jouant effectivement son role, le commergant tout comme

l' Etat par le service de l' Economie.

2. ETAT DE IA QUESTION

Aucunement, nous n'avons la pretention d'apporter ici ce qui n'a jamais ete dit ni jamais ete entendu.

Nous voulons reconnaitre que certains aines scientifiques ont aborde la question des prix dans un sens ou dans un autre. Il s'agit de :

ü « La problematique de la hausse des prix des biens et services et son impact sur le revenu reel des travailleurs *1. Ici, l'auteur a evoque les causes a cette hausse (la faible production, l'instabilite monetaire, multiplicite des taxes...) et de reveler l'impact de cette fluctuation sur les salaries. Encore, a-t-il propose comme solution, l'intervention de

l' Etat dans la fixation des prix.

ü Le deuxieme ecrivain avait parle : « Des frequences et causes de la hausse des prix des produits de premiere necessite sur le marche de Mwene-Ditu *2. Dans ce travail, la lumiere est portee sur la hausse des prix sur le dit marche (l'effet negatif des speculations) et la suggestion faite pour l'orientation, l'encadrement, le stimulus de la production de ces produits pour leur disponibilisation.

ü Le dernier chercheur, lui evoquera : « L'analyse des determinants de prix de transport routier *3. Il s'interrogeait sur ce qui determine le prix de transport sur l'axe de Mwene-Ditu a Mbuji-Mayi, si l' Etat y intervenait et de conclure que la formation du dit prix n'est pas le fait de l' Etat et que beaucoup d'elements influaient sur l'oscillation du prix.

1 E. TSHIBAMBI TSHOVO, La problématique de la hausse des prix des biens et services et son impact sur le revenu réel des travailleurs, G3 Eco, TFC, CUMD/ Extension UNILU, 2009-2010

2

JDR TSHIBANDA KALENDA, Des fréquences et causes de la hausse des prix des produits de première nécessité sur le marché de Mwene-Ditu, G3 Eco, TFC, CUMD/ Extension UNILU, 2007-2008

3

CH. MUNIN'A El SAVINGA, L'analyse des déterminants de prix de transport routier, G3 Eco, TFC, CUMD/ Extension UNILU, 2007-2008

Apres lecture de tous ces travaux de fin de cycle parlant des prix, la seule difference avec notre dissertation actuelle est le fait que nous avons recherche nous, l'implication de l'Etat dans la pratique de ces prix et leur determination par les exploitations ou les commergants.

3. PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES DU TRAVAIL 3.1. Problématique

Pour avoir ete exploitant du marche, pour n'avoir pas compris les raisons du refus par les controleurs du Service de l' Economie de nos elements des prix, quelque chose continuait a hanter notre esprit.

Disons d'abord un mot pour expliciter ce qu'est la problematique. Selon le Larousse de Poche, la problematique est un adjectif qui signifie : « Douteux, incertain »1.

La problematique decoule du terme « probleme » qui veut dire : question a resoudre par des procedes scientifiques.

Ainsi, pour la science, une problematique est l'ensemble des r~gles pour bien conduire sa pensee, un procede destine a atteindre un but, aussi une demarche de l'esprit, l'ensemble des problemes auxquels une solution doit etre apportee, l'ensemble des hypotheses, des orientations, des problemes envisages dans une theorie ou dans une recherche.

De tout ce qui precede et dans le cadre de notre travail, il nous revient de nous interroger :

ü Qui fixe les prix appliques au marche ?

ü De quoi se composent-ils, quelles en sont les normes ?

ü Qui est l'initiateur de l'activite du petit commerce dans le marche ?

ü Quel est le role du service de l' Economie ?

3.2. Hypothèses de travail

Elle est « une tentative de reponse a la question posee ». Ainsi, la suite de notre travail consiste a la verification des propositions de reponses si elles confirment ou non la verite.2

A nos questions soulevees, les propositions de reponse sont :

ü Les prix du marche seraient fixes par les exploitants dans le respect des lois du pays (qui admettent l'ajout au prix de revient avant la marge

1 Larousse de Poche, Livre de poche, Imprimé en France par B & T, Paris, p. 332

2 Prof MUSASA KABOBO, Cours d'initiation à la recherche scientifique, G1 Eco, UNILU/CUMD, Cours inédit, 2008-2009

beneficiaire d'autres elements : frais de transport, amortissement, etc. voir art 1er, 2, 4, 6, 7, 10eme)1 ;

ü Differents elements devraient composer ou entrer dans la determination et la fixation de ces prix (au prix d'achat on ajoutera : les frais de transport (+ manutention...), (frais coulage, d'assurance,
d'amortissement) et cela selon les normes de la science (qui etablissent les principes du calcul des prix de revient, du coat d'achat, du coat de production...)2 ;

ü L'exploitant ou le commergant serait a la base de toute l'activite du marche, en tant qu'initiateur de celle-ci, participe a la commande de ses marchandises, en connait les frais divers du lieu d'approvisionnement a destination ;

ü Parce que le sol et le sous sol dit-on, appartiennent a l' Etat, nous nous imaginons qu'il n'en serait pas autrement des activites se deroulant sur son sol ; et estimons que cet Etat par son service de l' Economie aurait pour role de reguler les prix et toutes les activites economiques. Ce service recevrait des exploitants leurs structures des prix appuyes des justificatifs y relatifs pour un eventuel controle. (Art 5, 8, 12, et 15)3.

4. METHODES ET TECHNIQUES 4.1. Méthodes

Pour mener a bien cette dissertation, une voie a suivre etait envisagee. Il s'agissait des methodes utilisees pour l'atteinte des objectifs assignes a notre sujet.

Une methode est selon GRAWITZ et PINTO, « un ensemble d'operations intellectuelles, par lesquelles une discipline cherche a atteindre les verites qu'elle poursuit, les demontre et les verifie *4

Et, dans le cadre de ce travail, nous avons fait appel aux methodes ci-apres :

ü La methode inductive : qui va du particulier au general, de l'individu a l'universel, elle nous a permis de comprendre ce qui est fait par un exploitant de telle maniere a generaliser cela pour l'ensemble des exploitants du marche ;

ü La methode structuro-fonctionnaliste : qui est un type de fonctionnalisme qui ne s'attache plus a l'analyse fonctionnelle mais de la societe consideree comme systeme. Cette methode nous aura permis

1 Arrêté Ministériel 017/CAB/MENI-PME/96 - Mesures d'exécution du décret-loi du 20/03/1961 relatif aux prix

2 Idem

3 Ibidem

4

M. GRAWITZ et R. PINTO, cités par le prof MUSASA, Notes de cours d'IRS, G1 ECO, CUMD, Cours inédit ,2007-2008

de comprendre comment tout le groupe devait /doit etre implique dans le processus des prix. Cela reunit bien les quatre imperatifs lesquels pour TALCOTT PARSONS incarnent cette methode :

o La fonction de la poursuite de but : elle concerne la definition des objectifs par le systeme ou pour toutes ses unites ; dans le cas de notre etude c'est la realisation des benefices qui en est l'objectif prioritaire ;

o La fonction de stabilite normative : cette fonction consiste a la confirmation que les valeurs de la societe doivent etre connues de ses membres et ceux-ci, doivent se plier a ces valeurs ; ici, les marchandes ou marchands savent-ils qu'est-ce qu'il faudrait ajouter au prix d'achat et le reste avant la realisation des benefices ;

o La fonction d'adaptation ou d'integration des membres dans le systeme : elle assure la coordination necessaire entre les unites ou partie du systeme, particulierement leur contribution a la survie du systemel ;

o Le quatrieme imperatif de cette methode c'est la fonction d'adaptation aux milieux environnants physique et social : celle-ci porte tout particulierement sur l'ensemble de moyens auxquels le systeme et ses membres doivent recourir pour la poursuite des buts. Nous sous-entendons que les exploitants du marche connaissent leurs points
d'approvisionnement (leurs fournisseurs) et ce que l' Etat par le service de l' Economie Nationale attend d'eux.

Pour ce qui est de la methode historique : elle nous a facilite de fouiller le passe de notre champ d'investigation (son historique) et encore de connaitre l'etat des lieux de tous les controles economiques menes par le service de l' Economie Nationale dans ce marche.

4.2. Techniques

La methode etant l'ensemble des operations abstraites et l'intellectuelles, songer a la technique c'est trouver les outils qui puissent organiser et exploiter la methode en fonction du but poursuivi par le chercheur.

Ainsi, la technique est entendue comme l'ensemble des procedes exploites par le chercheur dans la phase de collecte des donnees qui interessent son etude, des

1 Z. MABOMBO NYAMI, Méthodes des recherches en sciences sociales, G2 ECO, CIDEP/UO, Cours inédit, 2009-2010

outils utilises dans cette collecte des informations chiffrees ou non qui devront etre soumises a l'interpretation et a l'exploitation grace aux methodes.1

Dans le present travail, nous avons exploite les techniques suivantes :

ü Technique documentaire ou d'observation indirecte : une technique non vivante : ici, la collecte des donnees passe par la lecture des documents ecrits, celle-ci nous a aides d'accedes aux documents ayant servi a notre cause ;

ü L'interview libre : cette technique inspire un tete a tete entre l'enqueteur et l'enquete, c'est-a-dire le chercheur et toute personne qui, dans le cadre de cette recherche a ete d'une grande aide, a contribue ~ l'avancement du travail. Pour Adrien MULUMBATI NGASHA, l'interview directe est celle dont les questions visent a savoir directement ce que les sujets enquetes pensent, ressentent, desirent, savent, font ou sont.2

ü Du reste, la technique d'echantillonnaae Dar hasard ou de Drobabilite : nous a soutenus pour savoir ce qui est fait dans un ou plusieurs des rayons / secteurs cibles du marche. L'echantillon etant une partie d'une population, celle du marche est concernee.

5. DELIMITATION DU SUJET

La science, c'est de l'universel, nous serons humbles pour pouvoir donner une limite a notre dissertation afin de disponibiliser les moyens materiels et temporels utiles a ce travail.

Celui-ci a ete delimite de la maniere suivante :

ü Dans le temps, nous avons considere la periode allant de 2008 a 2010 afin de connaitre les realisations economiques du Service Urbain de

l' Economie au marche central de Mwene-Ditu

ü Dans l'espace, le Marche Central de Mwene-Ditu etait le cadre de tout notre travail, qu'est-ce qui y etait fait en matiere des prix, du controle economique, etc.

6. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Comme vous l'aurez constate, notre travail abordait en premier l'introduction et s'est cloture par une conclusion. Mais entre l'introduction et la conclusion, ont intervenu trois chapitres suivants :

1 Z. MABOMBO NYAMI, Op Cit

2 A. MULUMBATI NGASHI, Initiation à la science politique, Edition Africa, Lubumbashi, 2006, p. 24

ü Le premier qui parle des considerations generales du sujet, dans celuici, la definition des concepts est donnee et celle du cadre de notre etude, encore une esquisse historique de ce cadre est faite ;

ü Le deuxieme, il s'est employe sur l'aspect theorique ou scientifique des prix et a cherche le cadre legal de l'encadrement de ces prix ;

ü Enfin, le troisieme chapitre, traite de la pratique des prix dans le marche et du controle de ceux-ci par le Service de l' Economie.

7. DIFFICULTES RENCONTREES

Elles sont restees temporelles, pourquoi, parce qu'en plus de ces etudes universitaires, nous occupons un poste de travail qui nous a, certes, permis de bien nous acquitter de divers frais propres a celles-ci. Mais, tout adonne aux etudes et a ce travail scientifique a ete presqu'infranchissable. Ainsi, nous avons milite durement afin de repondre a ce devoir scientifique.

Ne nous en tenez pas rigueur si certaines failles ne vont pas manquer dans cette dissertation, priere savoir neanmoins, qu'un bebe de la science a pose son premier pas d'apprentissage.

cuArirut mr_Atitu : cossiutrA~ioss cfstrAuts

Pour bien permettre la lisibilite et la comprehension de notre travail, il est sage que nous explicitions les termes de notre theme, tels les panneaux indicateurs sur une route, mieux qu'ils soient bien affiches pour le bien des utilisateurs ou passagers.

SECTION 1 : DEFINITIONS CONCEPTUELLES

1.1.1. Economie

Ce terme vient du grec « oikonomia » qui signifie administration de la maison. Nous avons encore en savoir plus. Il signifie : « un ensemble des activites visant a la formation, a la distribution et a la consommation des richesses dans une collectivite humaine »1.

Pour eclairer nos lecteurs, le terme « economie » peut etre compris une fois de plus comme : « reduction de la depense dans la gestion des biens en evitant les frais inutiles, somme d'argent qui est ainsi epargnee ou moindre depense de temps, d'energie »2.

Quand il devient « economie nationale », le terme se definit comme une « Activite, vie economique de la nation : ensemble des faits relatifs a la production, a la distribution et a la consommation des richesses d'une nation »3.

1.1.2. Nation

Deux sens de ce terme l'emportent :

Le ler, il signifie : « Une grande communaute humaine, le plus souvent installe sur un meme territoire et qui possede une unite historique, linguistique, culturelle, economique plus ou moins forte »4.

Au deuxieme sens : « une communaute politique distincte des individus qui la composent et titulaire de la souverainete »5.

C'est au deuxieme sens que notre travail semble s'allier, ainsi, l'economie nationale est cette communaute politique titulaire de la souverainete dans la vie economique de la nation.

1.1.3. Marché6

Le marche emporte plusieurs idees :

1 http://www.academie-des-sciences-commerciales.fr/CILF/fr/accueil/..., consulté le 21/04/2011

2 Idem

3 Ibidem

4

Le Petit Larousse illustré, Dictionnaire, 100ème Edition, Imprimé en France, 2005, p. 724

5 http://www.academie-des-sciences-commerciales.fr/CILF/fr/accueil/, op.cit

6

Idem

~Il est le lieu, l'emplacement, le local ou des produits sont offerts a la vente. Un lieu public ou se reunissent periodiquement des marchants de denrees alimentaires et de marchandises d'usage courant.

~

Il est dit du marche que c'est un ensemble des offres et des demandes relatives a un bien, a un service, a un moment, dans un secteur et dans une aire geographique donnes.

~Entendu encore comme un contrat par lequel un vendeur, un fabricant ou un entrepreneur, s'engage moyennant remuneration a livrer une fourniture, executer un travail, ou rendre un service a un acheteur, client ou maitre d'ouvrage. Neanmoins, tous les contrats ne sont pas des marches, mais tous les marches sont des contrats.

Dans le cadre de cette dissertation, nous avons retenu cette derniere idee sur le marche : qu'il est : « un ensemble des transactions effectuees dans une aire geographique determinee ».

1.1.4. Prix1

Il s'agit dans ce travail de parler des structures des prix appliques sur l'aire geographique qu'est le Marche Central de Mwene-Ditu. Mais, il est judicieux de comprendre separement les deux termes.

a) Prix

Il est evoque souvent comme une somme d'argent reclamee, proposee ou obtenue en echange de la fourniture d'un bien ou d'une prestation de service. Ne le confondons pas alors a ce niveau avec le coat. Assimilable aussi a une recompense offerte au gagnant d'un concours.

Si le prix fait reference au coat. Il sera compris comme : « une mesure monetaire qui facilite la comparaison des valeurs des biens et des services. Le mot s'applique aux transactions d'une entreprise avec l'exterieur : prix d'achat, prix de vente. Un prix implique une notion de resultat ».

Cette derniere signification est interessante a l'evolution de notre dissertation.

b) Structure

Elle est un agencement entre eux des differents elements, solidaires, d'un ensemble concret ou abstrait et tel que chacun d'eux depend des autres et ne peut etre ce qu'il est que dans et par ses relations avec les autres.

Ainsi, la structure des prix evoquee dans notre sujet repond bien a cette definition.

Dans le cadre d'une entreprise, elle forme les organes de l'entreprise. On en note plusieurs types (structure pyramidale ou centralisee, hierarchique, des specialiste fonctionnels « Staff and line ».

Disons un mot sur les prix compris comme etant des coats. Ici, le coat est une somme des charges supportees ou a supporter pour produire des biens ou des services, dont le calcul est l'objet de la comptabilite analytique. D'ailleurs, defini en fonction de trois elements :

Le champ d'application du calcul, (coat d'achat, ...)

Les charges retenues dans le calcul, (coat complet, ...)

Et le moment du calcul (coats constates, reels, ...). 1.1.5. Commerce1

Il est l'activite de toute personne physique ou morale consistant a acheter et/ou a vendre des produits ou des services, en application des lois commerciales, suivants le code de commerce.

Dans notre dissertation scientifique, il est question du « petit commerce » faisant allusion au commerce de detail qui est celui pratique presque sur le marche cadre de ce travail.

Entendu comme tel, il signifie : « Activite economique ou ensemble des entreprises dont la fonction consiste a acheter des marchandises pour les revendre au consommateur final, en general par petites quantites et dans l'etat oi., elles sont consommees (ou apres transformations mineures). Le commerce de detail comprend :

Le commerce de detail alimentaire : alimentation generale, viandes, fruits et legumes, produits laitiers, poissons et coquillages, vins et boissons, confiserie et produits alimentaires divers ;

Le commerce de detail non alimentaire : habillement, chaussures, maroquinerie, articles de voyage, textiles pour la maison, meubles, quincaillerie, appareils menagers, droguerie, produits d'entretiens : materiels electriques, electromenager, radio-TV, autres commerces d'equipement du foyer ; pharmacie, articles medicaux et soins de beaute, motocycles, vehicules divers, charbon et combustibles, livres, papeterie, fournitures de bureau ; optique, photographies, horlogerie, bijouterie ; fleurs, graines ; petits animaux d'agrement ; sport et campement, tabac.

Ainsi, en RDC notre pays, l'exercice du commerce en general et du petit commerce en particulier est soutenu par les lois n° 73/009 du 05 janvier 1973

(modifiee par celle n° 74-014 du 10 juillet 1974) et n° 79-021 du 02 aoat 1979 plus l'arrete interministeriel n° 0029 du 07 avril 19801.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !