WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'abstentionnisme électoral au mali depuis l'avènement du multipartisme en 1992.


par Madou NIMAGA
Université Cheickh Anta DIOP de Dakar - DEA en Science politique 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Paragraphe 1: La démocratie interne en panne dans les formations politiques.

Le caractère démocratique d'un Pays ne devrait pas se limiter aux seuls organes l'Etat, il doit aussi s'étendre à tous les autres organes non étatiques, de la société en passant par les partis politiques en vue d'une participation massive des citoyens à la vie politique.

En clair, pour que les citoyens s'identifient aux partis politiques, il faudrait que ces derniers aient une certaine pratique démocratique permettant l'égal accès de tous aux postes électifs sur des critères objectifs. Le parti « démocratique » (Party democracy model100(*)) privilégie l'élaboration d'un projet ou programme, contrôle son groupe parlementaire en charge de la défense, favorise la participation des adhérents. Ainsi, la fonction idéologique de ce parti domine sur les autres fonctions électorales ou gouvernementales auxquelles, elles sont subordonnées. Son activité est continuelle (mobilisation, encadrement) et ne se limité pas seulement à la période électorale.

En effet, l'observation de la scène politique malienne, donne l'impression qu'en dehors des périodes électorales les partis politiques tombent dans une sorte hibernation politique (plus de meeting, de plus d'université d'été, absence de formations continues...). Les populations sont laissées à leurs sors, bref l'accès aux hommes politiques devient prèsqu'impossible. Le parti « démocratique » est un parti fortement structuré, idéologique, il s'oppose sur tous les points au parti « efficace-rationnel » (Rational-efficient101(*)). Ce modèle renvoie à une organisation subordonnée dans son fonctionnement au groupe parlementaire, négligeant la participation des adhérents, fortement centralisé, recherchant prioritairement l'efficacité en terme électoral. Il n'y a pas d'idéologie forte mais tourné au contraire vers un pragmatisme modéré. Son activité est liée principalement à l'élection.

L'analyse politique au Mali, nous conduit à faire des rapprochements entre les partis politiques maliens et le modèle du parti efficace-rationnel.

Il faut rappeler ici que le système partisan a depuis 1992 été caractérisé par le système du « Parti dominant », avec l'ADEMA - P.A.S.J au pourvoir jusqu'à l'alternance de 2002. Ce parti a dominé pendant dix ans la vie politique malienne avec son écrasante majorité parlementaire. Cette situation avait réduit les autres partis politiques soit, à s'allier avec le parti au pouvoir soit, de s'opposer avec toutes ses conséquences. A cette époque, la vie politique du Mali était animée par deux grands regroupements partis politiques. Il s'agit de la CNDP102(*), mouvance présidentielle et le COPPO103(*) regroupant les partis d'opposition.

L'insuffisance de démocratie interne au sein des partis politiques est aussi perceptible au niveau du choix des candidats aux élections. La plupart des cas, ces choix s'opèrent au mépris des règles ou principes démocratiques en la matière. Pour les Elections présidentielles, la candidature du Parti est généralement la chasse gardée du président du parti ou des seuls membres de la direction nationale du parti, les militants n'ont généralement aucun pouvoir d'inverser la situation, sinon de quitter le parti

Dans l'histoire des investitures à la présidentielle au Mali, on a enregistré le recours aux « primaires » qu'une seule fois. C'était en faveur des élections présidentielles de 2002 ou le parti au pouvoir sortant avait investi son candidat après des élections primaires au sein du parti comme à l'américaine.

Après avoir analysé la crise de la démocratie au sein des partis politiques, il nous revient de voir maintenant l'influence du nomadisme des hommes politiques sur la faible participation électorale.

* 100 Voir : D. CHAGNOLLAUD, Sociologie politique, Paris, Dalloz, p 163.

* 101 Ibid., p.163.

* 102 Convention Nationale pour la démocratie et le Progrès.

* 103 Collectif des Partis Politiques de l'Opposition.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy